Navigation – Plan du site
Études et travaux
Récritures et rétroclecture politiques du médiéval

« Des Divines Comédies de presque mil ans après ». Le voyage dantesque comme dénonciation et forme de résistance aux maux d’aujourd’hui

Filippo Fonio

Entrées d’index

Index des médiévaux et anciens :

Boccace, Dante, Uguccione della Faggiola, Siger de Brabant
Haut de page

Texte intégral

Réécrire la Divine comédie aujourd’hui : une « mode » ou une nécessité ?

  • 1 Cf. Northrop Frye, The Great Code : The Bible and Literature, New York, Harcourt Brace Jovanovich, (...)
  • 2 Je pense en particulier aussi bien aux nombreuses versions de la Comédie pour les jeunes lecteurs, (...)
  • 3 Je ne considère dans le cas présent que les réécritures spécifiquement actualisantes. Je ne tiens d (...)
  • 4 Que l’on pense au célèbre jugement de Chateaubriand sur l’importance de Dante pour la genèse de l’I (...)

1La Divine Comédie est sans doute à considérer à l’instar de l’un des « grands codes » de l’Occident contemporain. L’œuvre de Dante concurrence presque la Bible dans le même rôle structurant à l’égard de l’imaginaire occidental que Northrop Frye a reconnu aux deux Testaments1. Il est donc naturel que le grand poème fondateur de l’image de l’au-delà chrétien ait fait l’objet d’innombrables transformations, de réductions, souvent2, mais également d’adaptations et de réécritures décontextualisantes et actualisante3. Ces réécritures concernent plusieurs langues et différentes époques, et datent au moins de la première moitié du xixe siècle. L’héroïsation de Dante en tant que figure-clé pour la naissance de la langue et de la littérature italiennes4, et d’intellectuel patriote mort en exil pour ne pas trahir ses idéaux, se développe pendant et aux alentours du Romantisme, même avant la sacralisation de son œuvre. La « canonisation » de la Comédie est sans doute à considérer comme un corollaire de cette « panthéonisation » de l’auteur. Plusieurs traits du personnage et du mythe, littéraire et existentiel, né autour de lui, ne pouvaient manquer de fasciner des écrivains du xixe siècle qui, entre conviction et émulation, ont décidé de se confronter avec ce grand modèle médiéval.

  • 5 Dont l’importance a été reconnue déjà par les critiques de la génération successive, notamment par (...)
  • 6 Voir la trilogie dantesque publiée par Pressburger dans les deux volumes Nel regno oscuro (2008) et (...)

2La sacralisation de l’œuvre de Dante, et notamment de la Comédie, porte en soi comme un germe de celle qui deviendra, à une époque plus récente et à l’aune d’un certain courant appropriant et iconoclaste du postmodernisme, son contraire, à savoir une forte tendance à la désacralisation du modèle. Mais au xixe siècle nous n’en sommes pas encore là. L’intérêt, pourtant, d’évoquer en introduction cette époque fondamentale de la fortune de Dante5 consiste dans le fait que certains auteurs de la période tentent, pour la première fois, une réception de la Comédie qui résulte en une appropriation du modèle. La glose et la paraphrase – qui ont longtemps été les formes les plus courantes de la reprise du texte de Dante à la destination de générations de lecteurs différentes – ont été pour la première fois combinées avec, ou même insérées dans un cadre fictionnel, et souvent actualisant. Pendant le Romantisme la Comédie a été même parfois considérée comme un « canevas », une structure poétique et d’affabulation qui, tout en gardant les constantes de la visio et du voyage, de certains épisodes et/ou des grandes figures et rencontres dantesques, un certain nombre de stylèmes, aussi, s’est prêtée à des réécritures décontextualisantes et actualisantes. Il est vrai que, à cette époque, c’est surtout la figure de Dante qui est soumise le plus souvent à des formes d’appropriation inédites jusque-là, selon des procédés telles, par exemple, la conjecture biographique ou la rencontre – vraisemblablement – jamais advenue. Que l’on pense, à ce propos, à celle entre Dante et Siger de Brabant en 1308, qui est le sujet du conte balzacien Les Proscrits (1831). Cette œuvre de Balzac est à considérer comme un modèle incontournable pour les réécritures dantesques à forte composante littéraire – que ce soit au niveau du style, des contenus ou des intérêts spécifiques des réécrivains. D’ailleurs, le « dantisme littéraire » est un courant des reprises dantesques très fréquenté par les auteurs contemporains, de Giorgio Pressburger à Philippe Sollers, où l’on voit que la glose dantesque – dans le cas de Sollers – ou la Comédie considérée comme un « cadre » – pour Pressburger – servent surtout de pré-textes à des réflexions métalittéraires et de nature poétique6. Ou encore le roman Come donna innamorata de Marco Santagata (2015), où la narration est constamment accompagnée ou, souvent, guidée, même, par des discussions exégétiques sur le texte dantesque traditus, des incursions dans la biographie du poète, des commentaires érudits sur son œuvre.

Un seul hypotexte, plusieurs possibilités de réécriture

3Déjà à la même époque que celle du conte de Balzac on trouve d’autres expériences de remploi de Dante et de la Comédie qui présentent une composante forte d’engagement et de réflexion politique. Ces auteurs qui se servent de Dante et de son œuvre à des fins de réflexion politique sur leur époque, ou, du moins, sur une époque successive à celle de la mort de Dante se servent du modèle dantesque d’une manière particulière. Il est emblématique en ce sens le poème de Byron The Prophecy of Dante, publié en 1821. Le mécanisme dantesque bien connu de la prophétie qui sert à parler du présent et à offrir des pistes de réflexion pour l’avènement d’un monde meilleur qui se prépare est exploité par Byron dans son poème en quatre chants et en tercets (un mètre qui est per se très audacieux en anglais). Byron présente sa réécriture sur un mode humble et modeste, presque en s’excusant de vouloir rivaliser avec Dante – car, précise-t-il, il est compréhensible que les Italiens soient jaloux de leur langue et de leur littérature, puisque c’est tout ce qu’il leur reste pour se considérer comme une nation.

  • 7 Dont il préconise déjà dans la préface une traduction italienne, qui ne tardera pas et sera l’œuvre (...)

4C’est pourquoi il entend aussi son œuvre7 comme une incitation pour le peuple italien à se rapproprier son destin politique et à se faire maître de son histoire. L’intention de Byron est de développer la vision prophétique de Dante sur les mille ans suivant sa mort. Mais dans les faits, elle n’atteint même pas la période des guerres d’indépendance italiennes, qui commencent à l’époque où Byron écrit. Le Dante de Byron prophétise surtout des événements de la Renaissance italienne, dont le sac de Rome par les troupes de Charles V en 1527, le voyage transocéanique de Christophe Colomb ou un vague projet de libération de la patrie de la domination étrangère. Il insiste sur une série de thématiques, dont l’exil du « libre penseur » Dante, qui sont chères à l’auteur. Le cadre d’un remploi de Dante – l’homme et/ou son œuvre – à des fins de méditation ou de prise de position politiques est ainsi établi.

5Un autre exemple très significatif d’usage politique de Dante au cours du xixe siècle est le roman Il Conte Durante, publié en 1864 sous le pseudonyme d’Ausonio Vero par Francesco Proto. Dans cette œuvre, Thomas d’Aquin se présente à Dante, qui demeure au Purgatoire après sa mort, et lui propose de se réincarner dans l’Italie du xixe siècle, ce qui lui permettrait d’abréger son séjour parmi les coléreux. Dante accepte et accomplit un voyage dans l’Italie de la moitié du xixe siècle, en plein processus d’affirmation et de consolidation de l’Unité nationale. Son itinéraire, qui traverse plusieurs villes, de Turin à Rome, à Naples, s’accompagne d’une série de constats désolants sur la situation politique, sociale et morale de la Péninsule. Le « comte Durante », selon l’identité prise au moment de sa réincarnation, critique âprement les « Piémontais » et la dynastie des Savoie, constate avec amertume les prodromes d’une laïcisation qu’il voit à l’œuvre dans le Pays, mais surtout honnit l’unification de la nation. L’auteur veut nous présenter une image de Dante clérical, réactionnaire – au cours du roman il est même incarcéré suite à l’accusation d’être un agent au solde des Bourbon de Naples – et foncièrement anti-unioniste. Les chagrins les plus âpres tout au long de son périple italien lui viennent aussi de la découverte que l’unification italienne aurait trouvé une impulsion et un soutien idéologique forts grâce à une (més)interprétation de son œuvre – de la Monarchia surtout, suppose-t-on, mais probablement de la Comédie aussi. En somme, le Dante d’Ausonio Vero reste un subversif même dans l’Italie d’un demi millénaire après sa mort, tant et si bien qu’à la fin de la narration il demande à saint Thomas de le ramener au Purgatoire. Le roman se clôt sur l’ascension de Dante au Paradis, par la volonté divine et, parallèlement à cette célébration du poète dans l’au-delà, sur une cacophonie médiatique dans l’Italie du xixe siècle provoquée par la disparition du mystérieux espion qui aurait été connu sous le nom de « comte Durante ». Les difficultés de l’homme médiéval à comprendre la société moderne sont ici exploitées par l’auteur en défense d’une thèse bien précise : l’Unité nationale italienne représente une catastrophe, et sa condamnation par un illustre et ancien concitoyen – qui, de plus, provient de l’au-delà et a donc une vision détachée des événements – sert à ajouter un caractère péremptoire et lapidaire à la visée idéologique du roman.

  • 8 Parfois ces Comédies contemporaines ne contiennent pas que des personnages de notre époque. Il arri (...)
  • 9 Larry Niven, Jerry Pournelle, Inferno, Londres, W.H. Allen and Co., 1977, p. 177-178.
  • 10 Mussolini affirme : « ‘I have always assumed that Dante made his trek in a vision. When he woke up (...)

6Ces types de réécritures dantesques, qui peuvent être considérés des cas isolés au xixe siècle, ont probablement servi de modèles à un phénomène beaucoup plus récent, et qui a sans doute proliféré aussi grâce à un effet de mode : la création de nouveaux Enfers, Purgatoires (plus rarement) et Paradis où se trouvent des personnalités de la modernité qui, selon les auteurs, seraient en quelque sorte les homologues et les héritiers des figures dont Dante a, dans son œuvre, peuplé les trois royaumes de l’au-delà. Par exemple dans le diptyque de Larry Niven et Jerry Pournelle, Inferno (1977) et Escape from Hell (2009), les deux auteurs récréent un Enfer où un auteur de romans de science-fiction, accompagné par Mussolini qui remplace le Virgile dantesque, rencontre dans l’au-delà, entre autres, Napoléon, Billy the Kid, Albert Camus, Trotski, le directeur du FBI Hoover, et Dracula, même8. Mussolini a le beau rôle dans le premier roman, et il se lance aussi dans une apologie de sa politique en expliquant sa tentative de faire revivre la grandeur de l’Italie romaine, et son ambition de défendre les plus démunis face aux capitalistes. Sa seule faute aurait été l’alliance avec l’Allemagne d’Hitler9. Celui de Niven et Pournelle est un Enfer majoritairement américain, mais, face à ce constat de la part de l’écrivain qu’il accompagne dans son voyage, Mussolini réplique que ce fait ne doit pas l’étonner, car l’Enfer de Dante était tout aussi fortement « italien ». D’ailleurs, Mussolini souligne aussi à plusieurs reprises la grande subjectivité de Dante dans ses choix des damnés10. D’autres Comédies actualisantes choisissent plutôt de resituer l’Enfer dantesque dans le monde d’ici-bas, notamment dans des milieux urbains. Ainsi dans le livre auto-publié Taxi Inferno de Wallace Zane (2014), l’auteur voyage-il en compagnie de Charles Bukowski par les rues de Los Angeles en conduisant son taxi, et son périple dantesque témoigne des différentes analogies entre l’Enfer urbain et l’Enfer de l’au-delà médiéval.

Quelques Comédies politiques italiennes contemporaines : variations autour d’un modèle

7Il n’est pas étonnant de constater que la plupart des réécritures contemporaines de la Comédie dantesque se retrouvent en Italie. Et bon nombre de ces « nouvelles Comédies italiennes » ont une composante politique très marquée, comme si le cadre dantesque pouvait s’adapter très bien à expliquer – et à condamner – la situation politique de l’Italie d’aujourd’hui. J’ai choisi quelques-uns parmi ces textes très récents, qui, outre leur point commun d’une réécriture de l’hypotexte au sein de laquelle la politique a un rôle prévalent, se caractérisent par une série de variations sur le canevas dantesque qu’il est intéressant de voir de plus près.

  • 11 Et le voyage se conclut à l’annonce de la station Dante, qui se trouve sur la ligne 1 du métro de N (...)
  • 12 Voir Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 24-25. L’abstentionnis (...)

8La réécriture proposée par Massimo Cannizzaro dans son Prossima fermata : Dante (2015), qui porte le sous-titre « technologique » Inferno 2.0, raconte, de manière assez proche de celle de Zallace Zane, un Enfer éminemment urbain. L’itinéraire aux Enfers coïncide pour Canizzaro, auteur-personnage, avec un voyage, en compagnie de Dante, dans les bas-fonds de la ville de Naples. Les cercles, ainsi que les étapes du voyage dans cet au-delà métropolitain divisé en trente-quatre chants, sont scandés par les stations du métro et les arrêts du réseau péri-urbain napolitains11. La couleur napolitaine du texte est très marquée, tant sur le plan de la langue utilisée que sur celui des contenus. Ainsi, par exemple, parmi les différentes cohortes d’indolents (ignavi) que l’auteur et Dante rencontrent l’on trouve ceux qui votent blanc aux élections, et les témoins des meurtres commis par la mafia12. La société italienne y est également très présente. Par exemple, dans les Limbes les voyageurs côtoient les « météores » de plusieurs professions, tels les footballeurs ou les chanteurs, ceux dont le succès éphémère a aussitôt été oublié. Les actualisations systématiques de la structure des personnages et des groupes d’âmes de la Comédie dantesque se combinent, dans le prosimètre de Cannizzaro, avec une dynamique très fréquente dans le comique multidimensionnel (que l’on pense à la saga cinématographique des Visiteurs de Jean-Marie Poiré) : tant sur le plan linguistique que sur celui plus spécifiquement culturel, l’homme d’aujourd’hui qui s’accompagne d’un homme du Moyen Âge est constamment aux prises avec des incompréhensions, des quiproquos et des boutades portant sur les différences entre les deux époques. Les tentatives de résoudre ces incompréhensions servent également comme parenthèses didascaliques portant sur le monde d’aujourd’hui comparé à celui médiéval, ce qui crée un effet de décalage hilarant.

  • 13 Virgile est aussi présent dans la réécriture de Giani, mais il ne participe presque jamais aux diff (...)
  • 14 Gian Luca Giani, Il ritorno di Dante, Bologne, Rome, Minerva, Eri, 2012, p. 202-212.

9Celui de Cannizzaro n’est pas le seul texte à fonctionner de cette manière. À chaque fois que Dante se réincarne pour accompagner l’auteur (ou un autre personnage) dans le voyage en Enfer, le comique dû au décalage entre les deux époques est systématiquement présent et peut servir tant à la présentation de certains aspects de la société et de la vie d’aujourd’hui qu’à des prises de position, souvent très critiques, à l’égard de notre époque présentée par le biais d’un point de vue médiéval. Cette dynamique est tout aussi présente dans un cas très intéressant à plusieurs égards, celui du Ritorno di Dante de Gian Luca Giani (2012), tiré d’une série d’émissions radiophoniques et dans lequel Dante voyage seul la plupart du temps13. Au long des vingt-quatre chapitres du texte, il se réincarne dans autant de situations différentes qui servent à faire un portrait « infernal » de l’Italie de 2011. Par exemple dans le dernier cercle, consacré aux traîtres, Dante est censé participer aux travaux du Parlement italien, et il prend donc l’identité de Dante Florentini, élu de la ville de Florence dans les rangs d’une liste municipale et municipaliste14.

  • 15 Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 50-51.

10Le caractère politique de ces actualisations de la Comédie se combine souvent avec une composante de dénonciation plus largement sociétale : la condamnation des maux de la politique d’aujourd’hui par le biais de l’écran médiéval dantesque s’accompagne d’une stigmatisation de toute forme de la société du spectacle, de l’image et du paraître. Par exemple, l’intérêt pour des problématiques environnementales est très présent chez Cannizzaro, sensible à la crise périodique (et tristement d’actualité) de l’élimination des déchets de la ville de Naples15. Un certain nombre de ces nouvelles Comédies se présentent souvent sous la forme de « comédies de mœurs », l’élément de dénonciation sociétale étant plus fort que celui de la damnatio de la classe politique. Ces œuvres se caractérisent souvent par un autre trait qui en marque toute la différence par rapport au modèle dantesque : l’abolition de l’individualité des âmes en faveur de la rencontre avec des groupes de damnés, des catégories sociales en somme.

  • 16 Voir aussi, à ce propos, la Divine comédie de Marcello (2015).

11C’est ainsi que, dans un exemple typique de ces réécritures morales de la Comédie comme L’Inferno di Paperino (1987), produit original de Disney Italia (et qui n’est pas une traduction de l’américain), Donald, au cours de son voyage en Enfer, croise son chemin avec celui de plusieurs groupes sociaux ou catégories d’individus qui se trouvent à purger des peines à cause de comportements fautifs, irresponsables, antisociaux. Parmi eux l’on compte les chauffards, les employés de services publics qui ont contribué à rendre cauchemardesque la vie de leur prochain à cause de complications et dysfonctionnements bureaucratiques, ou encore les pollueurs, dont l’action peu soucieuse de l’environnement a dégradé les conditions de vie des autres16. Cependant, aucun individu n’est mis en avant au sein de ces groupes, ce qui peut sans doute être dû à la destination plutôt « jeunes lecteur » de la Comédie de Disney.

12Les réécrivains qui font en revanche le choix de garder des individus – et, ce qui est cohérent avec le système dantesque, des individualités – parmi les âmes qu’ils rencontrent au cours de leurs voyages, choisissent souvent d’alterner des personnages célèbres de l’actualité et des personnages d’invention – qu’ils disent avoir connu, être des proches, des figures notoires de leurs villes ou villages, ou encore des personnes entièrement fictives mais caractérisées par des noms significatifs. Surtout dans le cas de rencontres avec des personnages inconnus (sauf aux auteurs), l’on observe une forte tendance au localisme (tant de Divines comédies que de villages italiens, pourrait-on dire) qui n’est du reste pas une pratique étrangère à l’hypotexte dantesque.

  • 17 D’autres adaptations dantesques se caractérisent par d’autres dérogations aux principes structurant (...)
  • 18 Et c’est aussi le choix des auteurs de La Divina commedia quasi mille anni dopo, dans le chant V, 2 (...)
  • 19 Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 44.

13D’ailleurs, le manque d’individualité dans les rencontres qui adviennent dans ces au-delàs contemporains n’est pas la seule dérogation au système dantesque que l’on peut observer. Parfois, ces réécritures dérogent aussi à un autre principe fondamental de l’hypotexte : celui de la présence de chaque damné dans un et seul point de l’Enfer, du Purgatoire ou du Paradis. Ce qui suppose, bien évidemment, un choix fait en amont par le poète médiéval, qui – se dit le lecteur moderne avec le « sens commun » qui le caractérise – se sera trouvé lui aussi, par exemple, face à des « pécheurs multiples » qui auraient pu se trouver tout aussi bien dans d’autres cercles infernaux que dans celui où finalement Dante a décidé de les placer17. Ainsi, par exemple, Cannizzaro, en rencontrant Silvio Berlusconi au cercle des luxurieux – ce qui ne peut que nous étonner moyennement18 – en compagnie de sa fiancée Francesca Pascale prévient-il le lecteur que « plusieurs seront les apparitions du Silvio infernal »19. Et effectivement on le retrouve à plusieurs reprises au cours du voyage. L’auteur décide de ne pas choisir le péché pour lequel Berlusconi mérite de séjourner en Enfer pour l’éternité, et cette indécision se résout par la présence multiple du même personnage à l’intérieur de cercles différents. Pourtant, l’œuvre de Dante se caractérise par le principe de la « non ubiquité » des âmes qui est cœur de l’allégorisme dantesque et par une conception hypostatique des péchés, des vices et des béatitudes qui s’incarnent en certains individus. En dérogeant à ces principes, ces Dante de l’époque contemporaine mettent à mal l’allégorisme de leur prédécesseur.

  • 20 Mais il faut penser à l’italien populaire trombare au sens d’« avoir des rapports charnels. »

14On rencontre en revanche des cas où l’allégorisme dantesque n’est pas éliminé, et où il est même poussé à l’extrême, comme dans l’œuvre de Giani. Chaque chapitre consiste en un voyage de Dante déguisé en homme de 2011, qui prend tour à tour des identités différentes et toutes « parlantes » : ainsi trouve-t-on, entre autres, Dante Cialtronetti (littéralement imposteur), journaliste, lors de l’incursion de l’homme médiéval chez les menteurs modernes, Dante Squadroni (escadrons), hooligan florentin, chez les violents, Dante Codicini (articles de lois), clerc d’avocat, chez les hypocrites, ou encore Dante Trombetta (trompette20), aspirant star du cinéma pour adultes, chez les luxurieux. Un grand nombre de personnages incarnés par Dante chez Giani se caractérisent également par des noms parlants construits sur ce modèle.

15Enfin, les différences structurelles entre l’hypotexte et ses réécritures peuvent même concerner la morphologie de l’au-delà. Ainsi Cannizzaro choisit-il de renverser la forme en entonnoir de l’Enfer dantesque :

  • 21 Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 71 : « Plus nous avancions (...)

Più andavamo avanti nel nostro ‘viaggio’ e più le dimensioni delle ‘piazze’ del peccato si allargavano, al contrario dell’Inferno di Dante, dove i cerchi si riducevano nel diametro in prossimità della zona dove i peccati erano più gravi ed i peccatori più crudeli e spietati.21

16Ces formes d’éloignement par rapport à l’hypotexte témoignent de la grande liberté que prennent les réécrivains, et de leur tentative de forcer quelque peu le cadre dantesque pour le rendre plus conforme au monde contemporain et plus apte à en rendre compte.

La politique en Enfer (et au Paradis)

  • 22 Par exemple les grands banquiers italiens dans le cercle des usuriers de Cannizzaro, Prossima ferma (...)
  • 23 « Fut coupable de viol sur la démocratie. » Roberto Piumini (texte), Francesco Altan (illustrations (...)

17Dans ces réécritures de la Comédie, la politique, surtout italienne, est très souvent exposée à la risée (outre sa damnation), tant les personnalités que – plus rarement – les groupes de pouvoir22. Berlusconi est très présent dans ces œuvres, et dans certains cas son rôle apparaît même beaucoup plus important que celui de tous les autres damnés, comme s’il était, en quelque sorte, le damné par antonomase. Par exemple dans La nuova Commedia di Dante de Roberto Piumini (2004) il est le protagoniste de l’un des chants et assiste à la naissance monstrueuse d’un enfant généré par Anna Maria Franzoni (une femme accusée d’infanticide, personnage très médiatisé en Italie ces dernières années). Dans le chant suivant, on assiste à la dispute sanglante entre un homme et une femme : ce sont les parents de Berlusconi qui, pétris de culpabilité, se reprochent réciproquement d’avoir donné le jour à un fils qui « fece stupro di democrazia »23. Un autre homme politique a une importance prépondérante dans le corpus : Giulio Andreotti, longtemps secrétaire de la Démocratie chrétienne et premier ministre du gouvernement italien à de maintes reprises – l’un des symboles de la première République. Tommaso Cerno, dans son Inferno de 2013, remplace le Virgile dantesque par Andreotti, qu’on retrouve aussi, chez Cannizzaro, dans le rôle du Minos de Dante, gardien de l’Enfer et juge des peines à infliger aux damnés.

18Ce lien profond entre la politique italienne et l’Enfer de Dante est aussi présent sur le plan symbolique. Parfois, l’entrée des Enfers se trouve à Montecitorio, le siège du Parlement italien, comme chez Cerno (2013) qui situe son voyage en 1992, annus terribilis de la politique italienne à cause de la « descente sur le terrain » de Berlusconi. Les portes de l’Hadès se trouvent également à Montecitorio dans l’épisode dantesque de la bande dessinée de Don Alemanno JenusApocalypse Rome, de 2014.

  • 24 « Le tombeau éternel et muet. » Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. c (...)
  • 25 « N’éduqua pas avec justice / mais rendit l’école une esclave du marché. » Roberto Piumini, Frances (...)

19Sont aussi intéressantes les peines que certains hommes et femmes politiques subissent dans ces au-delàs. Ainsi, chez Piumini, Umberto Bossi, le leader historique de la Ligue du Nord, est condamné à ramer à contre-courant sur le Nil et à s’engouffrer dans l’« eterna e muta tomba » du fleuve égyptien24. Letizia Moratti, à deux reprises ministre de l’Éducation nationale au sein des gouvernements Berlusconi, et qui a procédé à une réforme visant souvent considérée comme une tentative de marchandisation de l’école, se trouve condamnée à gérer une école pour jeunes démons qu’elle ne veut accueillir car leurs mères n’auraient pas payé assez cher pour les droits d’inscriptions. Les mères diablesses la battent sauvagement et la forcent à accueillir et à éduquer les rejetons. Le contrappasso auquel Moratti est condamnée lui est été infligé parce qu’au lieu d’« educare con giustizia / rese la scuola del mercato schiava25 ».

20Souvent on sent dans ces Comédies un certain air réactionnaire, ou peut-être nostalgique d’un passé, même récent, où tout allait bien en Italie, ou du moins où l’on ignorait que tout allait mal... Par exemple, le Plutus dantesque est remplacé chez Cannizzaro par Romano Prodi. Le lien avec le dieu grec de la richesse, dont Dante fait un démon et le gardien du cercle des avares et des prodigues, est ainsi postulé par l’auteur :

  • 26 Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 50-51 : « avoir avalisé et (...)

aver avallato e contribuito […] alla realizzazione della più infernale conversione monetaria della storia dell’uomo, introducendo il satanico… euro !26

  • 27 D’une manière semblable à celle qui est à l’œuvre dans le Conte Durante d’Ausonio Vero. D’ailleurs, (...)

21Après cette entrée en matière, Cannizzaro se lance dans une commémoration nostalgique de la lira – à l’intention de son accompagnateur Dante qui ne connaît que le florin d’or – souvenir mélancolique de jeunesse. Et Cannizzaro de sortir de sa poche, en guise de conclusion, une pièce de deux euros, pour montrer à Dante son portrait sur la pièce. La vue de son effigie sur le « maudit » euro provoque l’ire de Dante à l’égard de Prodi, là aussi selon un procédé souvent utilisé par ces réécrivains : l’étonnement du poète médiéval réincarné à une époque ultérieure et qui constate la sacralisation dont il fait l’objet, son omniprésence dans la vie quotidienne des Italiens –noms de lieux publics, rues, monuments, etc. – mais aussi que, dans une Italie qui va toujours mal (et pire que du temps de Dante, sous-entend-on), la « marque Dante » est utilisée à tout bout de champ et mal à propos pour légitimer des initiatives pour le moins douteuses ou même carrément répréhensibles27. De là à inférer que l’auteur puisse être qualifié d’eurosceptique, il y a un pas que nous ne franchirons pas. Néanmoins une certaine propension à la grogne est souvent présente dans ces actualisations de l’Enfer dantesque en général, et dans celle de Cannizzaro en particulier.

22Il arrive aussi, notamment dans la Comédie de Piumini, que la classe politique italienne soit traitée avec une cruauté subtile et comparée à des modèles de gestion vertueuse de la chose publique, qui contribuent à la rabaisser ultérieurement aux yeux des lecteurs. Ainsi « Craxi et ses copains » sont-ils poursuivis et déchiquetés par des oiseaux de proie qui font penser aux Harpies dantesques, car

  • 28 « Ils firent de la corruption un exemple / et une pratique secrète, // ils pervertirent de manière (...)

Della corruzione
fecero esempio e pratica segreta,

portando gravemente a perversione 
l’idea di buon governo e di giustizia,
e sfiduciando la popolazione.28

  • 29 Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 28.
  • 30 Alors que le reste de la dynastie des Savoie est punie en Enfer parmi d’atroces souffrances. Robert (...)
  • 31 « Grand protexteur de brigands / éminence grise experte de protections secrètes. » Roberto Piumini, (...)
  • 32 « Contre les félons ils ont lutté / à visage découvert, pour leur malheur. » Ibid.

23Ce qui est ici particulièrement intéressant en termes de reprise du modèle est le fait que, en accord avec le principe sur lequel se base non pas l’Enfer mais le Purgatoire de Dante, les socialistes – ou les hommes politiques qui ont gouverné au cours de la première République (le poème de Piumini ne rentre pas dans plus de détails) se trouvent agressés par ces rapaces qui portent des écriteaux sur lesquels sont gravés les noms d’hommes politiques italiens honnêtes : parmi eux, Luigi Einaudi et Sandro Pertini, anciens Présidents de la République (et aussi d’hommes anciens qui ont été vertueux, par exemple Marc-Aurèle29). Le même procédé est utilisé par Piumini un peu plus loin, lorsque le voyageur rencontre Giulio Andreotti – encore ! –, cloué à un arbre par les oreilles et qui cherche à se libérer. Trois anges descendent du ciel pour l’en empêcher : il s’agit des saints Jean et Paul et du roi Charles-Albert30. Si Andreotti est ainsi torturé pour avoir été « gran padrino di briganti, / di mute protezioni nume esperto »31, les trois autres ont le droit de le tourmenter dans l’au-delà car « contro i felloni hanno lottato, / per loro gran sciagura, a viso aperto32.

  • 33 Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 97-98.
  • 34 Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 126-127.

24Parfois ce procédé se trouve renversé, et se focalise sur un exemple positif, par exemple Gandhi, en filigrane duquel est tracé un portrait négatif. Au libérateur de l’Inde est ainsi opposé Marco Pannella, longtemps leader du Parti Radical italien, car celui-ci aurait rabaissé et enlevé toute valeur symbolique aux batailles menées par Gandhi, notamment en s’appropriant ses méthodes de protestation par le jeûne et d’autres formes de résistance non violente33. Pannella aurait manqué de l’« autorité pudique et magistrale » de Gandhi, et se serait emparé de ces formes de lutte politique simplement par vanité, exhibitionnisme et esprit d’émulation à l’égard du modèle gandhien, sans en comprendre vraiment la portée. Dans le Paradis de Piumini se trouve Rosi Bindi, ancien ministre de la Santé, et dans la même scène Dante peut aussi voir les médecins corrompus qui se trouvent en Enfer, et que Rosi Bindi lui montre34. Outre que des chants relatifs à l’Enfer, au Purgatoire et au Paradis alternent dans l’œuvre de Piumini – ce qui consitue une variation du modèle très intéressante – ces deux derniers exemples nous montrent une autre caractéristique fondamentale de son texte : il arrive que, dans sa Comédie, les trois royaumes soient très proches l’un de l’autre, à tel point qu’à l’intérieur du même chant (et il s’agit de chants assez courts, d’une vingtaine de tercets chacun) l’on puisse jeter un coup d’œil de l’un à l’autre royaume, et mettre en correspondance un même phénomène moral (ici, l’exercice vertueux et vicieux de l’administration sanitaire). Normalement, comme il est parfaitement compréhensible sur le plan symbolique, l’Enfer constitue la partie basse du Paradis, à laquelle on accède par un trou, un autre type de passage ou simplement en jetant un coup d’œil à travers une ouverture. Mais il arrive aussi que le Paradis soit vraiment très proche de l’Enfer, par exemple le premier étant situé au sommet d’une colline dont l’Enfer est la base – comme dans l’exemple de Rosi Bindi. Cette proximité des damnés et des élus n’est sans doute pas sans signification. Elle doit probablement être lue comme une mise en évidence de la subtilité de la frontière entre comportement vertueux et conduite vicieuse, frontière qui devait sembler beaucoup moins perméable à l’homme médiéval qu’à l’homme d’aujourd’hui.

  • 35 Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 58.
  • 36 Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 101-102.

25Jusque-là, les verdicts de damnation et de béatitude prononcés par nos auteurs ne semblent pas bien audacieux. Parfois, néanmoins – comme dans la Comédie de Cannizzaro – ils peuvent surprendre. Ainsi la présence de Barack Obama en Enfer, relégué parmi les prodigues, peut sembler pour le moins étonnante. Mais le texte souligne que si Obama se trouve en Enfer, c’est parce qu’il a été le pire gaspilleur d’argent public dont l’histoire se souvienne, notamment à cause des budgets exorbitants alloués aux armements américains et aux dépenses militaires sous ses deux mandats35. Cannizzaro place également Antonio Di Pietro, le juge-symbole du mouvement, dit « mains propres », de lutte anti-corruption de la classe politique italienne, parmi les trompeurs de la cinquième fosse du huitième cercle de son Enfer36. Mais Di Pietro n’est ici présent qu’en tant que juge de sortes de Jeux olympiques infernaux disputés entre les trompeurs (qui sont évidemment les hommes politiques italiens impliqués dans les scandales financiers liés aux enquêtes des « mains propres »). Di Pietro est secondé dans cette fonction par les autres magistrats qui ont contribué à la même enquête. Cependant le doute subsiste, car à plusieurs reprises Di Pietro est qualifié d’« infernal », et la magistrature italienne de « diabolique ». Doit-on entendre ces adjectifs au sens propre, à savoir comme relatifs à quelqu’un « qui se trouve » ou « est propre à l’Enfer », ou bien au sens métaphorique de « très méchant » ? En d’autres termes, le soupçon d’euroscepticisme exprimé à l’égard de Cannizzaro, vu un peu plus haut, doit-il être rapproché d’une attitude anti-justicialiste à l’égard de la magistrature italienne à l’époque des scandales qui ont porté à la fin de la première République ? L’hypothèse ne peut pas être entièrement écartée…

  • 37 Umberto Eco, I limiti dell’interpretazione, Milan, Bompiani, 1990. Dans le même chapitre de cet ouv (...)
  • 38 Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 10.

26Les héritiers des « adeptes du voile » du xixe siècle (les « adepti del velame » dont parle Umberto Eco37) que sont les réécrivains des Comédies politiques de ces dernières années, certes véhéments et désireux d’exprimer une condamnation ferme à l’égard de la période politique italienne qui les a précédés, s’interrogent sur une série de problématiques qui n’étaient, enfin de compte, pas si éloignées de celles de Dante. Qui sont les damnés ? Et qui mérite d’être sauvé ? Parfois, même en se mouvant à l’intérieur d’une topique assez fréquemment présente au sein du courant médiévaliste contemporain, et au sens plus large de ce « goût » pour le Moyen Âge qui semble définir notre époque, ils cherchent à se prévaloir du modèle dantesque dans des formes d’appropriation plus marquées, par exemple en invoquant une auctorialité dantesque pour leurs œuvres. Ainsi Roberto Piumini adopte-t-il le procédé du manuscrit dantesque retrouvé qui serait à l’origine de ses textes38, ce qui lui permet de justifier le caractère quelque peu désordonné de son recueil – les cinquante chants de sa Comédie seraient autant de disjecta membra de la Comédie de Dante, des passages extraits de trois livres du poème dantesque qui auraient été retrouvés par hasard et publiés dans le désordre.

  • 39 Sur ces aspects je renvoie à la tractation ample et détaillée proposée par Tommaso Di Carpegna Falc (...)

27Le politique occupe une place très large dans les opérations contemporaines de récupération du Moyen Âge39, et les Comédies politiques discutées jusque-là représentent un échantillon intéressant de cette tendance. Le « nouveau Moyen Âge » que nous vivons inspire une pléthore de réécritures à l’équilibre entre satire et parodie, puisant des caractères propres à ceux deux genres. Parfois elles se présentent comme des produits triviaux et superficiels d’appropriation du modèle médiéval, alors que dans d’autres cas elles se veulent des opérations plus complexes et articulées, et aspirent sans doute à rivaliser avec leur hypotexte, du moins à une certaine velléité d’émulation. Et c’est sur un dernier exemple, particulièrement riche du point de vue de sa tentative globale de réécriture de l’Enfer de Dante, que je conclurai cette analyse.

Feudalesimo e (è) libertà, un cas exemplaire de remploi du médiéval pour parler du présent

  • 40 Le constat qu’aucun volume n’a paru depuis 2016 fait penser que La Divina Commedia quasi mille anni (...)
  • 41 Pour plus d’informations sur le groupe Feudalesimo e (è) libertà, voir Laura Nieddu, « L’Inferno da (...)
  • 42 Aussi se présente-t-il en tant que manuscrit sur du parchemin, dont la lecture devrait se faire déb (...)

28A vu le jour ces dernières années La Divina commedia quasi mille anni dopo, une tentative très ambitieuse de réécriture à fort potentiel politique de la Comédie. Les trois premiers volumes, parus en 2015-2016, contiennent les chants I-XXI de l’Enfer40. Ce travail a été mené par le collectif de Feudalesimo e (è) libertà/Pro Feudalia Iura Factio, un groupe né comme page Facebook avec la mention « parti politique » en février 2013, qui aspire à réintroduire les valeurs de la société féodale dans le monde d’aujourd’hui41. Le prosimètre para-dantesque qu’ils ont produit – où la prose prévaut largement sur les vers – prévoit aussi, en accompagnement du texte, un riche appareil de notes de bas de page qui, comme toute édition contemporaine de la Comédie dantesque, explique des mots de compréhension non immédiate et explicite les références à certains personnages et événements. Ce système de gloses se veut, d’un côté, un hommage à la structure du livre médiéval glosé42, et de l’autre il sert à prolonger le jeu de miroirs avec l’hypotexte et le travail d’actualisation du modèle.

Idéologie et portée politique de l’œuvre

29Par rapport à la dynamique de décalage temporel « à la Visiteurs » qu’on a vu à l’œuvre dans certaines des réécritures dont il a été question ci-dessus, le cas de La Divina Commedia quasi mille anni dopo est plus complexe. En effet, ici l’homme médiéval n’est pas un personnage étranger à un monde où il se trouve projeté et dont il ignore le mode de fonctionnement, auquel l’on doit expliquer les règles de la société d’aujourd’hui et qui a du mal à les suivre. Et même si l’effet comique des situations présentées est très marqué, La Divina Commedia quasi mille anni dopo se présente au lecteur comme une œuvre sérieuse, austère, presque. Ici, le Durante qui accomplit le voyage en Enfer et qui en rend compte en tant qu’auteur est un homme du « nouveau Moyen Âge » qui se serait instauré à la suite d’une terrible pestilence qui a dévasté le monde entre la fin du xxe et le début du xxie siècle. L’Europe n’existe plus en tant qu’ensemble de nations : elle est revenue à une constellation de villes-états et de petits fiefs comme à l’époque de Dante, et en Italie a émergé un mouvement, nommé Feudalesimo e (è) libertà, guidé par un Empereur qui agit par volonté divine et qui vise à la réinstauration du Saint-Empire romain germanique. Ce mouvement est la seule entité vertueuse ayant émergé du chaos provoqué par la pestilence. Son but est de soustraire l’Europe à cette nouvelle ère barbare, et pour ce faire la seule possibilité est de revenir aux valeurs du féodalisme. En somme, la condamnation de la modernité dans toutes ses formes est sans appel, et la pestilence – châtiment divin, évidemment – a déjà contribué à débarrasser le monde de la plupart des pécheurs (dont un certain nombre, morts à cause de la peste, se retrouvent dans l’Enfer visité par Dante).

  • 43 Ou encore, le mouvement vise à rassembler « tutti coloro che, disillusi della contemporaneità e int (...)
  • 44 Sur le médiévalisme onomastique de cette réécriture je reviendrai dans le prochain paragraphe.
  • 45 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno II, op. cit., XIII, 18, p. (...)
  • 46 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno II, op. cit., XIII, 18, p. (...)
  • 47 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno II, op. cit., IX, 28-30, p (...)

30Cette idéologie visant à la réintroduction de valeurs féodaux dans un monde post-apocalyptique ne se veut pas seulement une sorte d’hommage provocateur aux doctrines millénaristes médiévales, ni une simple lecture du monde d’aujourd’hui avec les yeux d’un homme du Moyen Âge. Elle vise à tourner en ridicule la presque totalité des piliers sur lequel repose le monde dans lequel nous vivons, et elle atteint des résultats qui peuvent sembler paradoxaux mais qui sont parfaitement cohérents avec le parti-pris assumé dès l’entrée en matière43. Deux exemples suffiront. Au chant XIII on trouve une punition particulièrement cruelle à laquelle est condamné Gualtiero de’ Disnèi (Walt Disney)44, « ’l più maligno tra tutti quei che qui dimoran »45. Walt Disney est en effet considéré comme le pire « débaucheur » de l’enfance et de la jeunesse, à travers les valeurs véhiculées par ses bandes-dessinées et ses films : animaux parlants, glorification des sarrasins, sorcellerie et culte des divinités païennes ne sont que quelques-unes des valeurs perverses qu’il aurait cherché à inculquer aux jeunes à travers ses productions, dont l’une des pires serait le Sorcio Michele (Mickey), « un ratto che cammina su due zampe e possiede un eloquio meliore rispetto anche a molti esseri umani, come se avesse un’anima46. » Mais la plus funeste de ses créations est sans aucun doute La Belle et la Bête, une histoire aberrante de feudataire incarné par un fauve dont la morale aurait corrompu des générations entières de jeunes plébéiennes par le faux espoir de pouvoir épouser un noble. Ou encore au chant IX, parmi les hérétiques on trouve, outre les complotistes (les « adeptes du voile »), un certain nombre des scientifiques les plus importants de l’époque postmédiévale – ceux qui ont contribué à démontrer que la Terre n’est pas plate –, de Carlo Darvino, transformé en singe pour avoir osé postuler l’existence d’un rapport de parenté entre l’homme et l’animal, à Stefano Falconando (Stephen Hawking), condamné à marcher car tout au long de sa vie de savant et de scientifique il n’aurait jamais compris comment pouvoir marcher à nouveau : Dieu l’aurait puni en lui montrant qu’un miracle est plus utile et efficace que des décennies de spéculations astrophysiques. Ou encore, Isacco Nuovotono, frappé par des pommes qui tombent d’un arbre qui se trouve en contrebas par rapport à sa position, en violation manifeste de la loi de la gravité47.

  • 48 Les citations sont prises des dédicaces des trois volumes de La Divina commedia quasi mille anni do (...)
  • 49 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno I, op. cit., I, 20, p. 22.

31À ces prises de position fait pendant, évidemment, une théorie politique qui se situe décidément dans le champ des Gibelins. Les trois volumes sont dédiés à Uguccione della Faggiola, « inter Ytalicos proceres / quam plurimum preminenti », ou encore « magnifico atque victorioso » ou « sanctissimo gloriosissimo atque felicissimo / triumphatori et domino singulari domino », auquel les auteurs souhaitent poser un « osculum ante pedes »48. Ou encore, le Vautre évoqué par Dante à la fin du chant I de l’Enfer, destiné à chasser les trois bêtes qui représentent les trois péchés les plus graves qui barrent la route du pèlerin vers le salut – figure mystérieuse qui a longtemps fait débattre la critique dantesque – est ici identifié avec saint Guinefort, le célèbre saint chien médiéval et symbole fortement lié à la royauté49.

32Dante descend en Enfer à la suite d’un Virgile en la personne de Piero Angela (vedette de la télévision italienne célèbre pour des émissions à caractère scientifique), qui a la fonction de l’accompagner, de le défendre, souvent, et surtout de lui expliquer pourquoi se trouvent en Enfer des hommes politiques et d’autres personnalités célèbres, mais aussi des individus anonymes qui se sont rendus coupables de clientélisme, ont pratiqué le consumérisme, favorisé l’immigration et le multiculturalisme, profité de la chirurgie esthétique. En accord avec l’idéologie du groupe, le guide de Dante prône le recours aux pratiques de l’Inquisition, la lutte acharnée contre l’anglophilie, la restauration d’un ordre carolingien en Europe, l’interdiction de la vente du kebab – une forme déguisée de financement du Saladin qui prépare une invasion de l’Europe.

  • 50 Matteo Incolumini (Salvini) est puni en Enfer parmi les traîtres de la patrie.

33Feudalesimo e (è) libertà, il est clair, refuse toute forme de « politiquement correctum ». De Berlusconi à Beppe Grillo, des représentants de la Ligue du Nord50 à Matteo Renzi, de l’Infausto Bertinocchio (Fausto Bertinotti, le leader de la Refondation communiste) à Vladimir Poutine et à Angela Merkel, tout le monde politique international se trouve en Enfer. Il est intéressant de voir l’exemple de Renzi, car les autres réécritures dantesques dont il a été question jusque-là sont pour la plupart antérieures à son avènement sur la scène politique italienne. On le trouve au chant XIX, parmi les traîtres des parents et de ceux qui ont confiance en eux. Il est le concierge du Overlook Hotel (celui du roman The Shining de Stephen King et du film homonyme de Stanley Kubrick), et souhaite la bienvenue à Durante et à Piero Angela dans un speech improbable mi-anglais (qu’on doit penser avec un fort accent italien) mi-florentin, qui est sans doute la parodie de son discours, tristement célèbre, tenu à l’université d’Harvard en 2016 :

  • 51 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno III, Ariccia, Magic Press, (...)

Gudmornin evribady my frienz ! I am de italian President of Italy ! Uelkomm in dis pleiz, de nui hapital of Italy for de fiuciur. Aim absolutli eppy for ior presenz hiar. Lez go tu de desk fo de accomodescion !51

34LoRenzi’l (poco) Magnifico (un Laurent le Magnifique rabaissé, en somme) cherche à persuader Durante et Pietro Angela de recevoir 80 euros – le « bonus » accordé mensuellement aux Italiens pendant son gouvernement – en échange d’un vote pour les élections du renouvellement du Parlement de l’Enfer, puis il se lance dans un discours de campagne électorale où il montre, statistiques et « camemberts » à la main, comment il compte réformer le système des peines infernales et les statuts de salariés des démons. Mais il n’a pas le temps de terminer son plaidoyer, qu’il est frappé par un poignard dans le dos venu de nulle part. C’est le contrappasso qu’il mérite, souligne Piero Angela, car, lorsqu’il était vivant, il a passé son temps à poignarder dans les dos ses camarades du Parti Démocratique. Le choix de l’Overlook hotel, où se passe la scène, n’est pas non plus anodin, car, les notes de bas de page le précisent, c’est l’un des endroits du monde où se seraient commis le plus de meurtres et d’atrocités contre les familiers.

  • 52 D’ailleurs, Don Alemanno, auteur de Jenus, est également l’illustrateur de la Comédie de Feudalesim (...)

35D’ailleurs, l’épisode dantesque de la bande dessiné Jenus, déjà mentionné, atteint un degré de stigmatisation de la figure de Renzi encore plus élevé. Ici, Renzi est clairement identifié comme un émissaire de Lucifer, responsable du risque de damnation de l’ensemble de la classe politique, et que Jenus (Jésus), la Vierge Marie et Dante sont appelés à combattre. Sans avoir en commun avec La Divina Commedia quasi mille anni dopo le système de valeurs médiévales vu dans ce paragraphe, Jenus en partage la virulence et la condamnation en bloc de la classe politique italienne52.

Langue

36Le système politique et idéologique de Feudalesimo e (è) libertà est enfin mis en valeur par le choix de la langue, qualifiée par ses créateurs de « néo-vulgaire », une langue empruntée notamment à Boccace (qui, aussi, fait débuter le Décaméron par une épidémie), avec un recours abondant à un latin « syncrétique », qui contribue également à l’effort de rendre compte de la réalité contemporaine à travers des analogies avec les catégories médiévales (de l’« intelligo-phono » ou « Ego-phono », le smart phone, au « Pomo », la marque Apple, au Magno frater, l’émission de télé-réalité du Big Brother).

  • 53 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno I, op. cit., p. 4 : « dans (...)
  • 54 Ibid. : « un italien revu sur la base de la langue ancienne et ainsi reconduit à ses vénérables ori (...)
  • 55 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno I, op. cit., p. 5 : « que (...)

37Dès le « Guide à la lecture » qui se trouve en ouverture du premier tome, les auteurs préviennent le lecteur du fait que « ’n queste pagine tutte non si favella ’corrotto italico moderno, idioma degenerato et ’mpoverito, et ancor meno la barbara favella dei senzadio d’Anglaterra53 ». Le néo-vulgaire serait donc « un italico riveduto a ritroso e così ricondotto alle sue venerabili origini, un raffinato convergere di vernacoli e dialetti di cui è pure pratico afferrar li significati54 ». En outre, la reproduction de chaque exemplaire par des copistes aurait pour conséquence la non-harmonisation de la langue d’un chapitre ou, même, d’une ligne à l’autre, tiennent à rappeler les auteurs. Mais il y aurait aussi une autre raison à cette prise de position d’une langue non normée : « che Lo Imperatore è superiore ad ogne cosa, anche alla grammatica55. » Le lecteur est donc invité à ne pas oser critiquer d’éventuelles imperfections ou incohérences linguistiques.

  • 56 En référence au roi Pipin le Bref, mais aussi aux dimensions de son organe sexuel, imagine-t-on.

38Cette langue, qui contribue fortement à la médiévalisation de la société contemporaine, se caractérise avant tout par un travail systématique sur l’onomastique. Outre les exemples déjà vus, où l’on assiste à une italianisation approximative des noms de famille anglais (Falconando, Darvino, Nuovotono, mais aussi, ailleurs, Michele Tisone, c’est-à-dire Mike Tyson, ou Michele Giacomfiglio, Michael Jackson), parfois les noms de famille sont également remplacés par des gentilices : le journaliste Giuliano Ferrara devient Juliano d’Este, ou Alessandro Del Piero, le footballeur, Aleandro delli Pieri, ou encore George Clooney Giorgio da Cluny. De fréquents jeux de mots de nature onomastique sont à l’œuvre, dont font les frais certains personnages que l’on ridiculisés de manière insistante, Berlusconi en particulier, qui, présent ici aussi parmi les luxurieux (et objet d’une parodie grotesque en vers de l’épisode dantesque de Paolo et Francesca), et évoqué à plusieurs reprises le long du texte, est appelé tour à tour Silvius Berluscone, Silvius il Breve56, Silvius de Hardcore (pour sa résidence de Arcore) ou Pulchrovello à cause de son postiche légendaire. Dans d’autres circonstances, les noms sont altérés par opposition, comme est le cas de Diavola Merkel, ou par synonymie (et dans ces cas la variante archaïque ou plus élevée est évidemment privilégiée), comme pour Adalberto Sepolcro (le champion de ski Alberto Tomba), Pier Ferdinando Postriboli (l’homme politique Pier Ferdinando Casini), ou encore par gradation, comme pour Pierzorzo Odigelidi (Odifreddi) ou assonance, comme Jucas Casupola (Casella).

39Ce travail sur la langue monstre encore une fois le soin que les réécrivains de La Divina Commedia quasi mille anni dopo ont mis dans cette opération para-dantesque, qui est, sans doute, l’hypertexte de la Comédie le plus original qui ait été publié ces dernières années, notamment parmi les Comédies à forte composante politique.

Un premier bilan

  • 57 La même remarque peut être faite pour les personnages qui ne font pas partie de la culture national (...)

40En conclusion de cette systématisation des résultats d’une recherche encore in progress, sans que l’on puisse réellement établir des liens intertextuels précis entre les réécritures de la Comédie qui se caractérisent (aussi) par une dimension politique, on peut néanmoins constater qu’un certain nombre de personnages, homme politiques ou non, reviennent dans ces textes de manière assez systématique. Ainsi, par exemple, trouve-t-on très souvent Silvio Berlusconi qui purge sa peine parmi les luxurieux, ceux qui votent blanc aux élections parmi les indolents, le critique d’art et personnalité médiatique Vittorio Sgarbi, célèbre pour ces éclats de rage, parmi les coléreux, ou encore Wanna Marchi, une icône des télé-achats italiens dans les années 1980, parmi les fraudeurs57. Or il est possible que ces auteurs se soient lus mutuellement, sans pour autant se citer verbatim, qu’il y ait en somme une sorte de « référentialité perméable » entre les réécritures dantesques qui ont été publiées dans la même période, mais on ne peut pas entièrement écarter la possibilité que, sur le plan de l’imaginaire national italien, certains individus aient fortement marqué les consciences et qu’ils représentent donc des espèces d’hypostases « universelles » de certains péchés ou maux de la société italienne d’aujourd’hui. Qu’en somme, on ne pourrait plus penser le cercle des luxurieux dantesque dans l’Italie d’aujourd’hui, sans avoir la tendance à vouloir y remplacer Paolo et Francesca par Silvio Berlusconi.

41Dans tous les cas vus ici, le cadre dantesque sert comme caisse de résonance, à travers un éloignement qui est tour à tour dû à la distance temporelle, culturelle ou encore linguistique entre Moyen Âge du modèle et médiévalisme des réécritures. Ce cadre est aussi, en fin de compte, un moyen de légitimation des jugements prononcés par ces auteurs contemporains, qui, dans maints cas, décident de mettre en Enfer une bonne partie de la classe dirigeante de l’Italie, d’aujourd’hui ou du passé récent, et arrivent même à prôner la restauration d’un pouvoir impérial fort et d’une société féodale.

Haut de page

Bibliographie

Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Âge, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2002.

Don Alemanno, Jenus – Apocalypse Rome, Milan, Mondadori Comics, 2014.

Maxime Benoît-Jeannin, Le Florentin. Le roman de Dante, Paris, Stock, 1985.

Roger Bichelberger, La Nuit de Dante, Paris, Albin Michel, 1997.

George Gordon, Lord Byron, The Prophecy of Dante, in The Complete Works of Lord Byron, John Galt (éd.), Paris, Baudry, 1837.

Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, Rome, Naples, Graus, 2015.

Tommaso Cerno, Inferno. La Commedia del potere, Milan, Rizzoli, 2013.

Dante pop. La Divina Commedia nella letteratura e nella cultura popolare contemporanea, Stefano Lazzarin et Jérôme Dutel (dir.), Manziana (Rome), Vecchiarelli, 2018.

Tommaso Di Carpegna Falconieri, Medioevo militante. La politica di oggi alle prese con barbari e crociati, Turin, Einaudi, 2011.

Documenti su Il nuovo Medioevo, Umberto Eco et al. (dir.), Milan, Bompiani, 1973.

Umberto Eco, « Dieci modi di sognare il Medioevo », in Sugli specchi e altri saggi, Milan, Bompiani, 1985, p. 105-121.

Umberto Eco, I limiti dell’interpretazione, Milan, Bompiani, 1990.

Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, 3 volumes (Inferno I, Inferno II, Inferno III), Ariccia, Magic Press, 2015-2016.

Northrop Frye, The Great Code: The Bible and Literature, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1982.

Gian Luca Giani, Il ritorno di Dante, Bologne, Rome, Minerva, Eri, 2012.

Henrik et Katarina Lange, Dante per chi ha fretta, Milan, Salani, 2015 [éd. or. 2014, traduit du suédois par Alessandro Storti].

L’Inferno di Paperino, in L’Inferno di Topolino e altre storie ispirate a Dante Alighieri, Florence, Milan, Giunti, Disney, 2016 [éd. or. 1987].

Marcello [Toninelli], Dante. La Divina commedia a fumetti, Brescia, Shockdom, 2015.

Go Nagai, La Divina Commedia, 3 volumes, Milan, Edizioni BD, 2014 [éd. or. 1994, traduit du japonais par G. Lapis et R. Pesci].

Larry Niven, Jerry Pournelle, Inferno, Londres, W.H. Allen & Co., 1977.

Larry Niven, Jerry Pournelle, Escape from Hell, New York, Tom Doherty, 2009.

Roberto Piumini (texte), Francesco Altan (illustrations), La nuova Commedia di Dante, Milan, Feltrinelli, 2004.

Giorgio Pressburger, Nel regno oscuro, Milan, Bompiani, 2008.

Giorgio Pressburger, Storia umana e inumana, Milan, Bompiani, 2013.

Marco Santagata, Come donna innamorata, Parme, Guanda, 2015.

Philippe Sollers, La Divine Comédie. Entretiens avec Benoît Chantre, Paris, Gallimard, 2000.

Saint-René Taillandier, « Dante Alighieri et la littérature dantesque en Europe au XIXe siècle », Revue des Deux Mondes, deuxième série, 6, 1856, p. 473-520.

Ausonio Vero, Il Conte Durante, Rome, s.é., 1864.

Wallace Zane, Taxi Inferno, auto-publication Amazon, 2014.

Haut de page

Notes

1 Cf. Northrop Frye, The Great Code : The Bible and Literature, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1982.

2 Je pense en particulier aussi bien aux nombreuses versions de la Comédie pour les jeunes lecteurs, qu’au Dante per chi ha fretta de Henrik et Katarina Lange (2014) ou à la trilogie manga réalisée par Go Nagai (1994).

3 Je ne considère dans le cas présent que les réécritures spécifiquement actualisantes. Je ne tiens donc pas compte des traductions intra- et interlinguistiques, des paraphrases, des didactisations et commentaires divers de l’œuvre, des simples vulgarisations de la Comédie, dont le nombre est incalculable. Même des réécritures importantes pour la fortune de Dante dans plusieurs pays, tel le roman La Nuit de Dante de Roger Bichelberger (1997), ou encore Le Florentin de Maxime Benoît-Jeannin (1985), qui se situent plutôt dans le genre du roman historique, ne seront prises en compte ici que si une visée actualisante est présente.

4 Que l’on pense au célèbre jugement de Chateaubriand sur l’importance de Dante pour la genèse de l’Italie moderne, contenu dans son Essai sur la littérature anglaise de 1836.

5 Dont l’importance a été reconnue déjà par les critiques de la génération successive, notamment par l’introduction de l’étiquette de « littérature dantesque ». Cf. l’article de Saint-René Taillandier de 1856 paru dans la Revue des Deux Mondes.

6 Voir la trilogie dantesque publiée par Pressburger dans les deux volumes Nel regno oscuro (2008) et Storia umana e inumana (2013), ou encore le livre d’entretiens de Sollers avec Benoît Chantre paru en 2000.

7 Dont il préconise déjà dans la préface une traduction italienne, qui ne tardera pas et sera l’œuvre de Lorenzo da Ponte, déjà célèbre à l’époque grâce aux livrets écrits pour Mozart.

8 Parfois ces Comédies contemporaines ne contiennent pas que des personnages de notre époque. Il arrive que les nouveaux auteurs rencontrent les mêmes personnages que leur prédécesseur médiéval, mais il arrive la plupart du temps qu’ils décident de les traiter différemment. Par exemple l’empereur Frédéric II, rencontré chez les hérétiques par Cannizzaro et Dante comme dans la Comédie dantesque (même si Dante se limite à une allusion rapide à cette figure, et c’est Farinata degli Uberti d’ailleurs qui le lui indique), accompagne les voyageurs pour un bout du parcours dans Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, Rome, Naples, Graus, 2015. Pour une présentation du texte de Cannizzaro, voir ci-dessous.

9 Larry Niven, Jerry Pournelle, Inferno, Londres, W.H. Allen and Co., 1977, p. 177-178.

10 Mussolini affirme : « ‘I have always assumed that Dante made his trek in a vision. When he woke up he had forgotten many of the details. He filled them in with research in theology and dogma and philosophy and natural history and with his own whims and prejudices and special hatreds.’ » Larry Niven, Jerry Pournelle, Inferno, op. cit., p. 132-133 [« J’ai toujours pensé que Dante fit son parcours à travers une vision. Quand il se réveilla, il avait oublié la plupart des détails. Il combla ce manque par des recherches en théologie, par des dogmes, de la philosophie et de l’histoire naturelle, par ses propres caprices, préjugés et haines personnelles. »]

11 Et le voyage se conclut à l’annonce de la station Dante, qui se trouve sur la ligne 1 du métro de Naples (d’où le sens du titre).

12 Voir Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 24-25. L’abstentionnisme et le vote blanc sont des phénomènes très répandus dans la ville lors de chaque élection.

13 Virgile est aussi présent dans la réécriture de Giani, mais il ne participe presque jamais aux différentes incursions de Dante dans la société italienne contemporaine. Il sert en quelque sorte de guide à distance pour le pèlerin, il organise les déplacements de Dante et, surtout, ayant une expérience majeure du monde d’aujourd’hui par rapport à celle du poète médiéval (sic), explique à Dante ce qui a changé entre son époque et le XXIe siècle.

14 Gian Luca Giani, Il ritorno di Dante, Bologne, Rome, Minerva, Eri, 2012, p. 202-212.

15 Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 50-51.

16 Voir aussi, à ce propos, la Divine comédie de Marcello (2015).

17 D’autres adaptations dantesques se caractérisent par d’autres dérogations aux principes structurants la Comédie, sur la base aussi de certains critères qu’on pourrait, du moins partiellement, considérer comme des impératifs dictés par les médiums d’adaptation. Je pense au jeu vidéo Dante’s Inferno produit par Electronic Arts (2010), où le joueur qui incarne Dante peut, par moments et entre une tuerie et l’autre, dialoguer avec certaines des âmes qu’il rencontre, et, après avoir écouté l’histoire de leur vie et les raisons de leur damnation, a la possibilité de choisir de les laisser purger leurs peines en Enfer, ou bien de les sauver en leur permettant de monter au Paradis. J’imagine que ce changement radical, qui bouleverse le fondement même du système bâti par Dante (et qui peut raisonnablement choquer tout lecteur « orthodoxe » de la Comédie) doit être mis en rapport avec le besoin, ou le souhait, de la part des concepteurs du jeu, d’augmenter l’interactivité de la situation ludique, sans pour autant renoncer au cadre dantesque du scénario du jeu.

18 Et c’est aussi le choix des auteurs de La Divina commedia quasi mille anni dopo, dans le chant V, 28-35 : Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, 3 volumes (Inferno I, Inferno II, Inferno III), Ariccia, Magic Press, 2015-2016, volume II, p. 86-89.

19 Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 44.

20 Mais il faut penser à l’italien populaire trombare au sens d’« avoir des rapports charnels. »

21 Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 71 : « Plus nous avancions dans notre ‘voyage’, plus les dimensions des lieux où se trouvaient les pécheurs s’agrandissaient, à l’inverse de l’Enfer de Dante, où les cercles avaient des diamètres inférieurs en correspondance des péchés les plus graves et des pécheurs les plus cruels et impitoyables. » Voir aussi plus loin, où Cannizzaro explique que cette variation du modèle est due à la volonté de représenter dans l’au-delà l’omniprésence de la violence dans le monde d’aujourd’hui (p. 81).

22 Par exemple les grands banquiers italiens dans le cercle des usuriers de Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 92.

23 « Fut coupable de viol sur la démocratie. » Roberto Piumini (texte), Francesco Altan (illustrations), La nuova Commedia di Dante, Milan, Feltrinelli, 2004, p. 105.

24 « Le tombeau éternel et muet. » Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 33.

25 « N’éduqua pas avec justice / mais rendit l’école une esclave du marché. » Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 54.

26 Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 50-51 : « avoir avalisé et contribué à la réalisation de la plus infernale parmi les conversions monétaires de l’histoire humaine, par l’introduction du satanique euro. »

27 D’une manière semblable à celle qui est à l’œuvre dans le Conte Durante d’Ausonio Vero. D’ailleurs, dans un épisode du roman, Dante paraît outré et dégouté au plus haut point par la découverte d’une statue érigée en son honneur dans une Italie nouvellement unifiée mais où tout va mal.

28 « Ils firent de la corruption un exemple / et une pratique secrète, // ils pervertirent de manière très grave / les idéaux du bon gouvernement et de la justice / et firent perdre au peuple toute confiance. » Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 27.

29 Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 28.

30 Alors que le reste de la dynastie des Savoie est punie en Enfer parmi d’atroces souffrances. Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 123-124.

31 « Grand protexteur de brigands / éminence grise experte de protections secrètes. » Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 52.

32 « Contre les félons ils ont lutté / à visage découvert, pour leur malheur. » Ibid.

33 Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 97-98.

34 Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 126-127.

35 Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 58.

36 Massimo Cannizzaro, Prossima fermata : Dante. Inferno 2.0, op. cit., p. 101-102.

37 Umberto Eco, I limiti dell’interpretazione, Milan, Bompiani, 1990. Dans le même chapitre de cet ouvrage, Eco évoque aussi la sacralisation dont le texte dantesque a fait l’objet, qui serait la condition préalable à cette abondante floraison de réécritures de plus en plus fantaisistes et, en fin de compte, pas très orthodoxes de l’hypotexte. J’ai affronté cette question de manière plus ample dans Filippo Fonio, « Nuovi ‘adepti (pop) del velame’. Thriller danteschi », in Dante pop. La Divina Commedia nella letteratura e nella cultura popolare contemporanea, Stefano Lazzarin et Jérôme Dutel (dir.), Manziana (Rome), Vecchiarelli, 2018, p. 45-62, auquel je me permets de renvoyer.

38 Roberto Piumini, Francesco Altan, La nuova Commedia di Dante, op. cit., p. 10.

39 Sur ces aspects je renvoie à la tractation ample et détaillée proposée par Tommaso Di Carpegna Falconieri, Medioevo militante. La politica di oggi alle prese con barbari e crociati, Turin, Einaudi, 2011.

40 Le constat qu’aucun volume n’a paru depuis 2016 fait penser que La Divina Commedia quasi mille anni dopo restera inachevée.

41 Pour plus d’informations sur le groupe Feudalesimo e (è) libertà, voir Laura Nieddu, « L’Inferno dantesco al giorno d’oggi : La Divina Commedia quasi mille anni dopo di Feudalesimo & Libertà e Don Alemanno », in Dante pop, op. cit., p. 137-150. Par rapport à l’emploi proposé par l’auteure de cet article, je préfère adopter dans la présente contribution la graphie « Feudalesimo e (è) libertà », car sur le logo du groupe on voit un accent (de couleur différente) sur la conjonction « et », ce qui se prête au jeu de mots, identique en français, « Féodalisme et (est) liberté ».

42 Aussi se présente-t-il en tant que manuscrit sur du parchemin, dont la lecture devrait se faire débout face à un pupitre, et à voix haute. Le premier volume de la série contient également une feinte page publicitaire en fin d’ouvrage qui appelle au « boycott de la presse de l’impie Gutenberg » et au « soutien aux moines copistes ».

43 Ou encore, le mouvement vise à rassembler « tutti coloro che, disillusi della contemporaneità e intolleranti della degenerazione dei valori, preferiscono il giogo del castellano ad una chimerica democrazia consumista e peccatrice. » Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno I, Ariccia, Magic Press, 2015, p. 23, n. 23 : « tous ceux qui, désillusionnés par la contemporanéité et intolérants face à la dégénération des valeurs, préfèrent le joug du châtelain à une démocratie illusoire, consumériste et pécheresse. »

44 Sur le médiévalisme onomastique de cette réécriture je reviendrai dans le prochain paragraphe.

45 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno II, op. cit., XIII, 18, p. 123 : « le plus méchant parmi ceux qui demeurent ici. »

46 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno II, op. cit., XIII, 18, p. 124 : « un rat qui marche sur ses deux pattes et qui possède une élocution meilleure même par rapport à beaucoup d’êtres humains, comme s’il était pourvu d’une âme. »

47 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno II, op. cit., IX, 28-30, p. 40-41.

48 Les citations sont prises des dédicaces des trois volumes de La Divina commedia quasi mille anni dopo, op. cit.

49 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno I, op. cit., I, 20, p. 22.

50 Matteo Incolumini (Salvini) est puni en Enfer parmi les traîtres de la patrie.

51 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno III, Ariccia, Magic Press, 2016, XIX, 29, p. 105.

52 D’ailleurs, Don Alemanno, auteur de Jenus, est également l’illustrateur de la Comédie de Feudalesimo e (è) libertà, ce qui renforce ultérieurement le lien entre les deux œuvres.

53 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno I, op. cit., p. 4 : « dans toutes ces pages on n’utilise pas la langue italienne contemporaine, qui est corrompue, dégénérée et appauvrie, ni encore moins la langue barbare des mécréants d’Angleterre. »

54 Ibid. : « un italien revu sur la base de la langue ancienne et ainsi reconduit à ses vénérables origines, un mélange raffiné de langues et de dialectes dont il est aisé de comprendre le sens. »

55 Feudalesimo e Libertà, La Divina commedia quasi mille anni dopo, Inferno I, op. cit., p. 5 : « que l’Empereur est supérieur à toute chose, même à la grammaire. »

56 En référence au roi Pipin le Bref, mais aussi aux dimensions de son organe sexuel, imagine-t-on.

57 La même remarque peut être faite pour les personnages qui ne font pas partie de la culture nationale, tels Michael Jackson ou Mike Tyson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Filippo Fonio, « « Des Divines Comédies de presque mil ans après ». Le voyage dantesque comme dénonciation et forme de résistance aux maux d’aujourd’hui », Perspectives médiévales [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/peme/16541 ; DOI : 10.4000/peme.16541

Haut de page

Auteur

Filippo Fonio

Université Grenoble Alpes

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page