Navigation – Plan du site
État de la recherche
Ouvrages collectifs

Histoires des Bretagnes 5. En marge, dir. Hélène Bouget et Magali Coumert, Brest, Université de Bretagne Occidentale, 2015.

Agata Sobczyk
Référence(s) :

Histoires des Bretagnes 5. En marge, sous la direction d’Hélène Bouget et Magali Coumert, avec la collab. de Gary German et Hélène Tétrel, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Brest, Université de Bretagne Occidentale, 2015, 350 p.

Texte intégral

1Le cinquième volume d’études consacrées aux Bretagnes médiévales a pour thème principal la marginalité, notion dont les différents aspects (spatial, social, culturel) suscitent depuis un certain temps un foisonnement de recherches et que la situation géographique des régions celtiques rend incontournable lorsqu’on se propose d’explorer leur spécificité.

2Comme l’expliquent les directrices du recueil dans l’introduction, ce thème fait écho à l’image romantique des terres celtiques comme isolées du reste de l’Europe, ce qui leur aurait permis de conserver leur identité intacte. Elles soulignent que cette vision des choses, très datée, ne correspond pas vraiment à celle que le Moyen Âge se faisait de ces régions. L’image de la Bretagne ou du Pays de Galles « authentiques » parce qu’isolés fait pourtant aujourd’hui retour : on la retrouve par exemple dans l’imaginaire collectif véhiculé par les guides touristiques. Il était donc intéressant de réfléchir à la façon dont la marginalité spatiale du domaine breton était vécue, perçue et représentée au Moyen Âge, et de comprendre si la situation périphérique de la réalité géographique avait des corollaires dans l’imaginaire. Pour répondre à ces questions, les auteurs du recueil analysent les marges des Bretagnes telles qu’elles se présentent dans différents champs qui s’interpénètrent : histoire, littérature, langue, voire codicologie.

3L’ouvrage se divise en quatre parties. La première, « Zone frontalière, limite spatiale », se concentre sur l’aspect proprement spatial. Dans la perspective historique, ce dernier appelle immédiatement la question de la marche bretonne. Caroline Brett (« In the margins of history ? The Breton March from Dagobert to Charlemagne ») et Marie-Pierre Baudry (« Les forteresses poitevines des marches de Bretagne (xᵉ-xvᵉ siècles) ») montrent toute la complexité de cette notion, insistant sur son côté évolutif. Patrick Kernévez (« Des marges et des châteaux : l’exemple de la Bretagne médiévale ») préfère s’intéresser aux « marges intérieures » de la Bretagne médiévale pour conclure sur le caractère mouvant de la géographie féodale de cette région. Ainsi les clichés appelés par la notion de frontière se trouvent-ils dissipés : la clarté apparente de la frontière politique et linguistique dissimule une continuité profonde entre les terres ainsi séparées (Caroline Brett, p. 40) et la multiplicité de forteresses témoigne non seulement des conflits mais aussi des échanges (Marie-Pierre Baudry, p. 103).

4On mesure pourtant pleinement les enjeux politiques qui découlent de la situation marginale. Roy Flechner développe ces questions dans son article « Pope Gregory and the British : mission as a canonical problem » où il analyse les relations entre le centre (Rome) et la périphérie (Grande Bretagne, et plus précisément Kent) à la lumière de la mission évangélisatrice du pape Grégoire le Grand. L’auteur montre que le but de cette entreprise était d’imposer un pouvoir étranger au peuple qui était déjà, dans une large mesure, christianisé et doté de ses propres structures ecclésiastiques.

5Ces implications politiques apparaissent aussi en diachronie. Patricia Victorin (« Reconstruction légendaire d’un épisode de la guerre de Cent Ans : le combat des Trente des Chroniques de Froissart au Barzaz Breiz de Hersart de la Villemarqué (1815-1895) ») analyse les réécritures successives d’un épisode célèbre qui occupe une place marginale dans les Chroniques de Froissart et devient l’objet de multiples modifications et de réappropriations, fonctionnant à tour à tour comme symbole de la résistance bretonne ou du patriotisme français.

6La deuxième partie est consacrée aux « Individus en marge ». Avec son premier article, nous poursuivons les questions de la mémoire impliquée dans les enjeux idéologiques changeants, bien que réduite à l’époque médiévale. Il s’agit de l’étude d’Alban Gautier « Tueur de moines et père d’un saint : Aethelfrith de Northumbrie », consacrée à un personnage historique controversé et peu documenté que l’auteur définit comme « roi des seuils et des marges » (p. 137) et qui, du fait de sa fonction royale et des crimes commis, oscille entre la limite inférieure et supérieure de la société. À l’occasion, nous découvrons les techniques de manipulation employées par Bède le Vénérable.

7Jean-Claude Meuret, dans son article « Au bois, en marge et à la frontière, le mouvement érémitique à l’est de la Bretagne (1050-1200) », s’intéresse à ces marginaux particuliers que sont les ermites. Il constate d’une part que leur présence était plus forte dans la zone frontalière (le long de la frontière qui est en train de se fixer entre la Bretagne de la Normandie, du Maine et de l’Anjou) et d’autre part, que, même si les ermites s’établissent souvent dans les espaces boisés, leur existence ne correspond pas vraiment au cliché d’une vie isolée et solitaire.

8Annaïg Queillé place la marginalité de Perceval dans le contexte de la mythologie celtique (« Marginalité de Perceval. De la figure « lugienne » au héros romanesque dans le Conte du Graal de Chrétien de Troyes »). Pourtant, loin de réduire le complexe personnage littéraire à ses prétendues « sources », l’auteure montre que son aspect marginal, commun à la figure mythique mais soumis à la christianisation, annonce la prédilection du roman pour les héros singuliers.

9Marion Poilvez, dans « Affinités marginales : éléments tristaniens chez les hors-la-loi des Íslendingasögur », se penche sur les motifs tristaniens dans les sagas islandaises, motifs qui s’avèrent nombreux au-delà de la seule Tristrams saga et qui ne sont pas forcément des motifs amoureux. Leur présence est la plus significative lorsqu’ils sont appliqués aux personnages des hors-la-loi, qui partagent donc avec Tristan une situation de marginalité, bien que dans leur cas elle ne s’explique pas par une transgression passionnelle mais simplement criminelle.

10On pourrait peut-être regretter que les figures de marginaux celtiques se limitent aux exemples emblématiques de Perceval, Tristan, criminels et ermites, mais le sujet est énorme et aurait suffi à remplir un volume à lui seul, tant la notion de marginalité est multiple.

11La troisième partie est consacrée aux « Frontières symboliques et culturelles » qui s’avèrent, on le devine, tout aussi floues, mouvantes ou relatives que les frontières géographiques. Ainsi, Brynley F. Roberts montre, dans son article « Two languages, one culture », que les lettrés gallois, quelle que soit la langue dont ils se servaient, avaient une connaissance parfaite des traditions de leur pays et que, dans les gloses marginales de Historia Regum Britaniae, ils témoignent en latin ou en gallois du même souci de fidélité à ce qu’ils considèrent comme les sources celtiques du texte ; l’unité culturelle dépasse donc les clivages linguistiques. Barry Lewis montre que l’image des régions limitrophes entre l’Angleterre et le Pays des Galles dans la poésie galloise diffère de celle qu’en donnent les sources historiques : la géographie des poètes se base sur la mémoire culturelle et elle est imprégnée d’émotions et de ressentiments (« La frontière dans les œuvres de poètes gallois du bas Moyen Âge »). Une œuvre française du Moyen Âge finissant présente une autre attitude par rapport à la géographie, comme le montre Christine Ferlampin-Acher (« Artus de Bretagne : la Bretagne et ses marges »). Les géographies réaliste et symbolique s’y côtoient pour aboutir à une réinvention de la géographie romanesque à travers de nombreux déplacements et omissions qui font que « l’espace breton (au sens géographique) n’est pas... breton (au sens littéraire du terme) » (p. 256). La question de la marginalité géographique et politique est le point de départ de l’analyse à laquelle Hildegard Tristram soumet un poème irlandais du xiie siècle dans son article « The Cattle Raid of Cuailnge (Táin Bó Cuailnge) – ancient Irish prose epic or modernist (nationalistic) interpretation ? ». Pour expliquer la célébrité que cette œuvre acquiert à la fin du xviiie siècle, l’auteure la juxtapose aux récits « moyenâgeux » dont le foisonnement à cette époque correspond au besoin ressenti par les cultures minoritaires de remonter aux sources pour se construire une identité. Il est intéressant de constater que, du point de vue de la réception, il n’y a aucune différence entre le faux – les Chants d’Ossian – et l’œuvre authentique.

12Nous en venons à la dernière partie, « Les marges du parchemin ». On commence par les sceaux avec l’article de Vincent Launay « Les Chabot, sires de Rais, entre Bretagne et Poitou (seconde moitié du xiiiᵉ – début du xivᵉ siècle) » où on retrouve les marches de Bretagne puisque c’est là que se situent les terres du lignage rendu tristement célèbre après la période analysée par l’auteur. Loin de l’ambiance sanglante évoquée par ce nom, l’auteur analyse les conditions dans lesquelles le seigneur de Rais commence au xive siècle à être considéré plutôt comme un Poitevin que comme un Breton.

13Les trois articles suivants sont consacrés aux marges des manuscrits au sens propre. Il s’agit, dans le premier d’entre eux, des manuscrits en gallois ou conservant des œuvres d’origine galloise (Ceridwen Lloyd-Morgan, « Images en marge : forme et fonction des marginalia visuels dans les manuscrits gallois du Moyen Âge »). Bien qu’ils soient beaucoup plus modestes que les manuscrits anglais ou continentaux, l’auteure considère qu’on peut assigner à leurs marginalia les mêmes fonctions que celles établies par Michael Camille dans son livre Image on the Edge ; il faut pourtant préciser qu’il s’agit surtout des fonctions utilitaires, même si les exemples donnés sont vraiment intéressants du point de vue stylistique. Les manuscrits étudiés par Megumi Tanabe (« La fonction signifiante de l’ornement marginal dans les livres d’Heures bretons du xvᵉ siècle ») sont bretons par leurs propriétaires, le duc Pierre II et la duchesse Marguerite d’Orléans, mais ils sont, bien entendu, en latin et appartiennent à la culture dominante. On y trouve pourtant plusieurs éléments régionaux ainsi que des signes qui tendent à individualiser les livres, disséminés dans les marges, qui pourraient passer tout à fait inaperçu sans la fine analyse de l’auteure. Finalement, Sophie Cassagnes-Brouquet se penche sur l’un des manuscrits bretons les plus richement décorés, le missel de l’évêque Michel Guibé (« Le centaure et l’évêque. Les marges d’un missel breton de la fin du Moyen Âge ») qui paraît aussi le plus conventionnel parmi les trois cas étudiés.

14Comme on le devine à ce bref résumé, le volume est dans son ensemble une source précieuse de connaissances sur plusieurs aspects importants de la culture celtique au Moyen Âge. Il est frappant de voir à quel point les études qui le forment, bien qu’elles ne soient pas dues aux mêmes auteurs, s’inscrivent dans une continuité par rapport au volume précédent de la série, consacré à la mémoire ; certains articles reprennent d’ailleurs directement cette problématique et en soulèvent les mêmes aspects : la complexité du travail de la mémoire, ses distorsions, ses implications idéologiques et politiques. On voit ainsi à quel point ces questions s’associent avec la situation périphérique : elle fonde en même temps le besoin de se forger une identité valorisante et la fragilité des représentations qui la sous-tendent.

15L’intérêt du recueil est aussi de faire coïncider différents aspects de la marginalité par le fait qu’ils sont placés dans un contexte qui est en soi marginal. De cette façon, on peut mieux mesurer certains de ses mécanismes. Cela concerne surtout les figures de marginalité dont les exemples analysés ici soulèvent la question de l’interdépendance des marginalités sociale, géographique ou culturelle. D’une façon plus imprévue, l’analyse des marges des manuscrits dévoile le caractère graduel de cette notion : les dessins marginaux des manuscrits gallois sont stylistiquement « plus marginaux » que ceux des manuscrits latins, ayant appartenu à de grands personnages, même de Bretagne ; c’est que la marginalité est par définition relative et différents centres sont entourés par différents marges.

16On remarque sans peine ce qui reste marginal dans le cadre même du recueil en question : ce sont les femmes. Aucun article n’a pour sujet principal ni leur rôle dans la réalité historique ni leur place dans l’imaginaire. Les Bretagnes médiévales, aussi plurielles et marginales qu’elles soient, apparaissent comme le domaine viril, façonné par les guerres et la grande histoire, protégées par des forteresses, placées sous la tutelle des ecclésiastiques, qu’ils soient bretons ou envoyés par le pape, domaine dont la culture et la mémoire sont élaborées et transmises par des clercs, quelle que soit leur langue. Les femmes apparaissent à l’occasion, en marge des études : Iseut et ses avatars islandais aux côtés de Tristan, moniales de Nyoiseau comme arrière-plan aux ermites qui gravitent autour du couvent, épouses des seigneurs dont les noms sont évoqués dans les contrats du mariage scellés par le sceau royal… Seule Marguerite d’Orléans a une place un peu plus importante en tant que propriétaire du livre d’heures appelé par son nom. L’image de sa personne qui se dessine dans les marges, oscillant entre le culte marial, celui de sa patronne, la maternité et les intérêts politiques associés à cette dernière, laisse deviner une quantité de sujets à traiter. Pourrait-on espérer un volume des Histoires des Bretagnes à venir consacré aux femmes ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agata Sobczyk, « Histoires des Bretagnes 5. En marge, dir. Hélène Bouget et Magali Coumert, Brest, Université de Bretagne Occidentale, 2015. », Perspectives médiévales [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/peme/16963

Haut de page

Auteur

Agata Sobczyk

Université de Varsovie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page