Navigation – Plan du site
État de la recherche
Éditions & traductions

Lais bretons (xiie-xiiie siècles). Marie de France et ses contemporains, Paris, Honoré Champion, 2011.

Anna Gęsicka
Référence(s) :

Lais bretons (xiie-xiiie siècles). Marie de France et ses contemporains, édition bilingue établie, traduite, présentée et annotée par Nathalie Koble et Mireille Séguy, Paris, Honoré Champion, 2011, 944 p.

Entrées d’index

Mots clés :

Lai

Keywords :

Lai

Parole chiave :

Lai

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Lais, Lais anonymes, Désiré, Guingamor, Tyrodel, Graelent, Mélion

Index des médiévaux et anciens :

Marie de France
Haut de page

Texte intégral

1L’anthologie bilingue établie et annotée par deux auteures connues, Nathalie Koble et Mireille Séguy, contient douze lais de Marie de France avec un prologue et cinq lais anonymes (Désiré, Guingamor, Tyrodel, Graelent, Mélion), précédés d’une très bonne analyse introductive, et abondamment annotés. Sept ans après sa parution, on peut confirmer que c’est un excellent outil de travail, recommandé aussi bien aux étudiants qu’aux chercheurs débutants ou professionnels.

2Le titre du recueil est adéquat puisque les éditrices examinent, sous différents aspects, l’œuvre de Marie sur le large fonds de la production littéraire de son temps. Les critères de choix du corpus de lais anonymes ont été clairement formulés, justement en fonction de leur rapport avec les lais de Marie. Il s’agit de textes représentatifs de la vogue de cette forme littéraire et des pratiques intertextuelles, des « échos textuels [qui] montrent l’ampleur des jeux de variation stylistique, esthétique et idéologique auxquels se prête la pratique médiévale » et « dont l’intrigue reposait sur un développement narratif que l’on trouve explicitement dans le recueil attribué à Marie: rencontre féerique, féminine ou masculine, transformation en loup-garou » (p. 111).

3Le livre s’ouvre par une vaste « Introduction » (p. 9-141), embrassant deux sections centrées autour de la problématique et de la langue des lais narratifs. La première section (« L’invention des lais », p. 9-101) traite des questions suivantes : les aspects génériques (comme la réception, les subtilités de la poétique, la complexité de l’origine, le concept de remembrance, les recueils et la notion de lai), la forme (les motifs et les thèmes, la fortune littéraire des lais au Moyen Age), le nom (les auteurs, les autorités, les personnages, les titres), la thématique d’amour (l’héritage littéraire, les motifs composant « l’esthétique amoureuse », les aspects socio-psychologiques du thème), l’espace (le monde réel / l’Autre Monde), l’aventure (les traits spécifiques, le fonctionnement dans l’univers représenté).

4La deuxième section (« La langue des lais », p. 103-136) présente les manuscrits des lais conservés et explique les raisons du choix des sources de l’édition établie, ainsi que la nature des interventions. Pour les Lais de Marie de France, c’est l’édition de Jean Rychner de 1966 (le manuscrit H), reprise et reprisée (selon les mots des auteures, p. 109) ; pour les lais anonymes – le manuscrit S (réédité) ; pour Mélion – le manuscrit C. Ensuite, est analysée la langue des trois manuscrits de base (phonétique, graphie, morphologie, syntaxe), avec un examen des modifications de l’édition de Jean Rychner.

5Les deux sections introductives sont suivies d’une courte « Note sur la traduction » (p. 137-141). C’est ainsi que les auteures récapitulent leur projet fondamental, qui est pleinement réalisé : « Nous avons tenté de rendre au plus près l’effet de brièveté qui caractérise les lais, et plus particulièrement ceux de Marie. Cet effet poétique ressortit à plusieurs facteurs imbriqués, dont nous retiendrons ici le mètre, la syntaxe, et le jeu subtil de l’alternance des temps » (p. 137). La traduction en prose rend compte de l’esthétique médiévale, tout en répondant aux attentes du lecteur moderne, avec sa langue simple mais élégante, libre de la tentation d’archaïser.

6« L’Introduction » est suivie d’une « Bibliographie sélective », abondante, qui fournit beaucoup d’informations relatives aux tomes bibliographiques sur les lais, manuscrits, éditions, traductions françaises, études générales et études critiques sur les lais comme genre, et sur des textes particuliers. En fin du volume, le lecteur trouvera un glossaire, très utile, des mots sortis d’usage dans le français contemporain ou transformés sémantiquement, et l’index des noms propres.

7Les auteurs des comptes-rendus qui ont déjà été faits sur l’édition de Nathalie Koble et Mireille Séguy, se sont concentrés dans une grande mesure sur les questions philologiques et linguistiques, et en indiquent points forts et faiblesses1. Mes remarques se concentreront sur la contribution littéraire. En premier lieu, j’ai beaucoup apprécié l’appareil critique. Aussi bien dans la partie introductive qu’au dessous du texte même des lais, les notes nombreuses et érudites indiquent plusieurs sources à propos du problème examiné, en élargissant souvent la perspective cognitive. Pour le lecteur désireux d’approfondir ses connaissances ou nourrir sa propre réflexion, ce support fiable et actualisé sera une aide précieuse. Ensuite, je tiens à souligner le souci sensible de détail et de précision, que je trouve impressionnant. Les auteures, soigneusement documentées, entrent profondément dans la matière traitée, et en révèlent différentes dimensions en s’appuyant sur plusieurs citations des textes littéraires. Enfin, je trouve très intéressantes et inspiratrices les analyses et interprétations exposées, mises clairement en rapport avec les conceptions d’autres chercheurs. On peut seulement regretter que, même si le critère de choix des lais anonymes est compréhensible, les éditrices se soient limitées à ces cinq textes.

8Je suis persuadée que cette vaste documentation, ces examens subtils des aspects linguistiques et littéraires (mais aussi socioculturels), cette traduction fidèle et agréable à lire, feront de cette édition un instrument de travail fondamental, surtout sur les Lais de Marie de France.

9Pour une réédition de cette anthologie dans l’avenir, je signale deux remarques techniques, fruit de mon travail avec ce livre. Premièrement, si l’introduction est munie de titres des chapitres en haut des pages, l’édition des lais – pour des raisons difficiles à comprendre – en est dépourvue. Pour identifier le texte, le lecteur doit souvent revenir à la table des matières ou parcourir plusieurs vers, ce qui, finalement, lui fait perdre beaucoup de temps. Deuxièmement, les pages sont mal collées et ne tiennent pas, ce qui est à regretter, car ce type de livre est fait pour des consultations fréquentes.

Haut de page

Notes

1 Françoise Vielliard, www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2011_num_169_2_464138_t7_0604_0000_1 ; Craig Baker, Revue belge de philologie et d'histoire, tome 89, fasc. 3-4, 2011. pp. 1407-1411, https://www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_2011_num_89_3_8363_t14_1407_0000_2; Maria Colombo Timelli, Studi Francesi , http://studifrancesi.revues.org/3962.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Gęsicka, « Lais bretons (xiie-xiiie siècles). Marie de France et ses contemporains, Paris, Honoré Champion, 2011. », Perspectives médiévales [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/peme/17294

Haut de page

Auteur

Anna Gęsicka

Université Nicolas Copernic – Toruń – Pologne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page