Navigation – Plan du site
État de la recherche
Éditions & traductions

Les Enfances Renier. Traduction en français moderne, Paris, Honoré Champion, 2016.

François Suard
Référence(s) :

Les Enfances Renier. Traduction en français moderne, trad. Delphine Dahlens-Marecovic, Paris, Honoré Champion, 2016, 638 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Enfances Renier (Les)
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Paris, Honoré Champion, CFMA 160, 2009.

1Dernière chanson du cycle de Guillaume d’Orange, les Enfances Renier, dont le texte est amputé à la fin de quelques centaines de vers, raconte l’histoire du fils de Maillefer, lui-même fils de Rainouart. Cette œuvre immense (20.065 alexandrins), de valeur littéraire modeste (la traductrice n’hésite pas à reconnaître sa « platitude », p. 13), mais intéressante pour l’histoire de la chanson de geste tardive et de ses tendances cycliques, a été éditée en 2009 par Delphine Dahlens-Marecovic1, édition d’après laquelle est établie, par le même auteur, la présente traduction.

2Disons tout de suite que la lecture de cette traduction, précédée d’une brève introduction et accompagnée d’un Index des noms propres, est très agréable, donnant une impression d’aisance et de fluidité, ce qui constitue un véritable tour de force pour un texte qui abonde en clichés, particulièrement dans le second hémistiche de chaque vers. L’auteur possède à l’évidence une des qualités essentielles du traducteur, qui consiste à trouver dans la langue actuelle un système d’équivalences propres à rendre lisible, sans le trahir, le texte original.

3Reste que cette posture se rapproche, comme le reconnaît l’A., de celle de l’équilibriste, pris entre le désir de servir l’intégralité du texte, et celui de ne pas « décourager le lecteur moderne », autrement dit, peut-être, entre le souci de traduire et celui d’adapter. Delphine Dahlens affirme avoir choisi le juste milieu : parfois, cependant, le fléau penche légèrement du côté de l’adaptation, sans qu’il s’agisse jamais d’une « belle infidèle », car le texte est toujours le support de la traduction, qui n’en fausse pas le sens, tout manifestant une certaine liberté à l’égard de la lettre. De même l’adoption de phrases courtes, qui remplacent les périodes indigestes de l’original, donnent au récit un rythme alerte et plaisant. Toutefois la chanson, dans ses lourdeurs mêmes, n’avait pas perdu tout contact avec le lyrisme, ce qui disparaît dans le « tout narratif » de la traduction.

4C’est donc un texte dépoussiéré que nous propose l’A., une sorte de récit d’aventures plaisant, en dépit de sa longueur. Sans doute peut-on discuter certains choix, qui tirent parfois la chanson du côté du familier : « sans demander son reste » force le sens du v. 40 « sanz demoree ») ; « bonne idée », expression juste pour le sens, est substituée de manière peu nécessaire au « Vous avez bien parlé » du v. 4910 ; remplacer « vous mentez » par « vous dites n’importe quoi » au v. 12854 ne semble pas non plus indispensable. En revanche des tours comme « est allé à la bonne école » pour « de bien escolez «  (8500), ou « c’est Dieu qui vous a dicté ces paroles » pour « Or vous fist Diex parler » (8778) convient parfaitement .

5La performance est donc dans l’ensemble remarquable, et l’on remerciera l’A. d’avoir permis, non seulement de faciliter la lecture du texte original, mais d’élargir cette lecture à un public que pourrait décourager un texte médiéval peu stimulant, mais riche d’enseignements, comme le montre l’étude littéraire approfondie qui figure dans l’édition de la chanson, p. 43-130.

Haut de page

Notes

1 Paris, Honoré Champion, CFMA 160, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Suard, « Les Enfances Renier. Traduction en français moderne, Paris, Honoré Champion, 2016. », Perspectives médiévales [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/peme/17477

Haut de page

Auteur

François Suard

Professeur émérite de littérature du Moyen Âge – Université Paris Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page