Navigation – Plan du site
État de la recherche
Ouvrages collectifs

Raconter en prose. xive-xvie siècle, Paris, Classiques Garnier, 2017.

Michaela Bjuggfält-Châteaux
Référence(s) :

Raconter en prose. xive-xvie siècle, dir. Paola Cifarelli, Maria Colombo Timelli, Matteo Milani et Anne Schoysman, Paris, Classiques Garnier, 2017, 440 p.

Texte intégral

1Les équipes impliquées dans le projet à l’origine du Nouveau Répertoire de mises en prose (Paris, Classiques Garnier, 2014) ont manifesté la volonté collective d’« élargir la perspective à des sujets complémentaires, susceptibles de montrer la validité des postulats qui sont à la base de leurs recherches » (p. 7). Ainsi, le présent volume réunit vingt-deux études réparties en trois parties bien distinctes : une première partie consacrée à l’activité de David Aubert (pp. 11-106), une deuxième, plus étoffée, aux mises en prose et imprimés (pp. 107-300) et enfin une troisième partie à la réécriture et au récit bref (pp. 301-412). Le volume est complété de deux index – noms de personnes et titres des œuvres (pp. 413-421) et manuscrits (pp. 423-424) – ainsi que d’un résumé de chaque contribution (pp. 425-434).

  • 1 Reprise de la formule de Pierre Cockshaw dans son introduction aux Manuscrits de David Aubert « esc (...)

2Anne Schoysman introduit la première partie sur David Aubert en faisant un état de la critique et en explorant les perspectives de recherche. Elle indique que la question, épineuse, de l’attribution à David Aubert « reste floue non seulement pour les mises en prose, mais aussi pour pratiquement toutes les autres proses anonymes […] liés d’une manière ou d’une autre à son nom » (p. 15). Le rôle exact de ce personnage « protéiforme »1, tour à tour escripvain, copiste, remanieur, « ne se devine que par conjectures ou reste indéchiffrable » (p. 16). Les perspectives de recherche font apparaître la possibilité d’approfondir la question des « liens étroits entre la forme textuelle et la "mise en livre" » (p. 26) afin de « pouvoir éclairer efficacement une idée de texte bien plus dépendante du livre qu’on ne le soupçonne » (p. 27).

3L’analyse de Sarah Baudelle-Michels porte sur le statut réservé à la langue étrangère dans le Renaut de Montauban en prose attribué à David Aubert. Son étude montre non seulement que le prosateur de l’œuvre avait « à cœur de souligner régulièrement que l’altérité linguistique existe » (p. 31), en mentionnant à plusieurs reprises cette diversité de langues au sein de l’œuvre, mais aussi qu’il était « un authentique intellectuel bourguignon » (p. 40).

4Stefania Cerrito étudie les apports de David Aubert dans l’Histoire de Jason par Raoul Lefèvre. « La comparaison avec l’autographe de Raoul […] montre qu’Aubert donne son empreinte au roman et intervient tant sur le style que sur l’histoire » (p. 426).

5Les deux derniers articles de cette partie sont consacrés aux Croniques et Conquestes de Charlemaine. Bernard Guidot « cherche à apprécier [sa] tonalité originale […] par rapport au souffle épique » (p. 426), fait apparaître que la conduite du récit est « marquée par la culture implicite de David Aubert » qui « joue avec la mémoire littéraire » (p. 90). Pour conclure, il fait apparaître la nécessité d’une nouvelle édition des Croniques « conforme aux exigences de la philologie moderne » (p. 91). Enfin, Valérie Guyen-Croquez s’interroge sur la place de la création dans les Croniques. En étudiant l’épisode de Doon de Maïence, elle met en évidence le fait que « David Aubert fait œuvre de création en jouant sur la répétition […] ainsi que sur le caractère stéréotypé des épisodes » (p. 427).

6La deuxième partie de l’ouvrage est introduit par Stéphanie Rambaud, qui propose une étude de l’œuvre imprimée issue du Roman de Troie de Benoît de Saint-Maure, assurée par Les Trepperel et par les Le Noir. Sergio Cappello s’interroge également sur les Trepperel en consacrant sont article aux éditions de romans de Jean ii Trepperel. Son enquête permet de « rendre à Jean ii Trepperel des éditions jusqu’à présent attribuées à Jean ier Trepperel » (p. 427).

7Caroline Cazanave étudie les bois ayant servi à illustrer les chapitres des Prouesses et faitcz merveilleux de Huon de Bordeaux. Son étude montre non seulement que les images neuves « ont une étroite correspondance avec le dit du texte » (p. 428), mais aussi que le répertoire d’images dans l’édition de Michel Le Noir « représente un vrai progrès en direction de la fantaisie et de l’illustration […] de la littérature fantastique » (p. 165).

8Le travail des imprimeurs fait l’objet de l’étude de Laura-Maï Dourdy, qui « questionne les pratiques éditoriales du xvie siècle à partir de la comparaison de différentes éditions du Jourdain de Blaves en prose » (p. 428). Laura-Maï Dourdy signale que « [l]es exemples des deux éditions de l’Écu de France et notamment celle faite dans l’atelier de Nicolas Chrestien permettent de réfuter l’idée selon laquelle les imprimeurs se copient entre eux » (p. 184).

9Élizabeth Gaucher-Rémond étudie la relecture de Richard sans Peur au xvie siècle. Son article retrace « les aspects éditoriaux et littéraires qui ont présidé à son élaboration » (p. 189) et se clôt sur la fortune éditoriale de sa légende.

10Catherine Gaullier-Bougassas explore le Volume d’Orose, imprimé par Antoine Vérard en 1491. Cette réécriture de l’Histoire ancienne jusqu’à César de Wauchier de Denain se distingue par « un dispositif complexe d’ouverture du texte[,] des commentaires renouant avec le projet apologétique d’Orose et par de nouveaux poèmes insérés dans la prose » (p. 429).

11Matthieu Marchal propose une analyse comparative des versions manuscrites et imprimées de l’Histoire de Gérard de Nevers afin d’actualiser les liens de filiation entre les témoins et se propose aussi d’étudier l’apport des imprimés du xive siècle et met enfin en évidence la réception fidèle du texte dans les éditions. Il ressort de son étude que « l’édition Le Fevre ne dérive pas en ligne directe d’un manuscrit connu de la mise en prose » (p. 241), mais que la révision du stemma ne bouleverse pas le bienfondé de l’actuelle édition « puisque le ms. B reste de loin le meilleur des témoins » (p. 241).

12Aimé Petit analyse la transtextualité dans le Roman de Thèbes et met en évidence l’importance accordée à l’histoire d’Œdipe dans l’incunable édité par Antoine Vérard comme dans Le Rommant de Edipus, édité par Pierre Sergent. Laura Ramello étudie les caractéristiques de la tradition textuelle du Ciperis de Vignevaux ainsi que ses points critiques.

13Claude Roussel se penche sur le merveilleux et fantastique dans l’Histoire du preux et vaillant chevalier Meurvin, fils d’Ogier le Danois, qui « fait partie de ces proses épiques, qui […] ne nous sont plus connues que par des imprimés » (p. 275).

14Nous retrouvons Le Noir dans l’article d’Alexandra Velissariou, qui s’intéresse aux éditions les plus anciennes du roman de Milles et Amys : celle sans date d’Antoine Vérard et celle éditée en 1507 par Michel Le Noir. La confrontation des premiers chapitres de ces deux textes laisse apparaître des différences qui tendent à montrer que l’édition de Vérard aurait précédé celle de Le Noir.

15Paola Cifarelli, qui introduit la troisième partie de l’ouvrage, consacrée à la réécriture et au récit bref, a identifié « un petit corpus de mises en prose de récits brefs en vers » pour lequel les « données de synthèse provisoires concernent trois aspects ; l’époque de la prosification et les typologies de textes-source, les types de prose et leurs rapports avec le vers et enfin l’analyse du contexte manuscrit » (p. 432).

16Sophie Albert et Émilie Deschellette étudient les montages et compilations « du récit étiologique de la fondation dans les Chroniques d’Angleterre de Jean de Wavrin, la compilation bourguignonne de Guiron le Courtois et l’imprimé de Perceforest » (p. 432).

17Elisabetta Barale se focalise sur la mise en prose par Jean Miélot des dix miracles mariaux qui constituent l’Interpolation B à la Vie des Pères. La réécriture de Miélot « met à jour les poèmes, en cherchant un style plus moderne » en accord avec la matière littéraire et les goûts de son destinataire » (p. 353).

18Hélène Bellon-Méguelle étudie trois réécritures des Grantz Geanz, « un récit bref versifié écrit au xive siècle […] qui relate l’histoire fabuleuse d’Albion et des géants qui peuplèrent l’île jusqu’à l’arrivée de Brut » (p. 433).

19Serena Lunardi confronte deux textes qui se rattachent à la tradition du motif narratif de l’enfant de neige : l’Enfant qui fut remis au soleil et le conte xix des Cent nouvelles nouvelles. Cette confrontation permet de reconsidérer la qualité littéraire du fabliau et la création littéraire autonome de la nouvelle.

20Enfin, Stefania Vignali propose une édition critique d’une mise en prose du court poème l’Ordene de chevalerie. Une analyse linguistique et un glossaire concluent ce travail.

Haut de page

Notes

1 Reprise de la formule de Pierre Cockshaw dans son introduction aux Manuscrits de David Aubert « escripvain » bourguignon, éd. Danielle Quéruel, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, « Cultures et civilisations médiévales », n° 18, 1999, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaela Bjuggfält-Châteaux, « Raconter en prose. xive-xvie siècle, Paris, Classiques Garnier, 2017. », Perspectives médiévales [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/peme/17491

Haut de page

Auteur

Michaela Bjuggfält-Châteaux

Université de Lille – EA ALITHILA

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page