Navigation – Plan du site
État de la recherche
Essais

L’Amour courtois. Une anthologie, Paris, Flammarion, 2017.

Anne Martineau
Référence(s) :

L’Amour courtois. Une anthologie, choix de textes, traduction, présentation, notices, notes, index, chronologie et bibliographie par Claude Lachet, Paris, Flammarion, coll. « GF Flammarion », 2017, 466 p.

Texte intégral

1En matière d’anthologie, Claude Lachet n’est pas un novice. Co-auteur, avec le regretté Jean Dufournet, d’une importante Littérature française du Moyen Âge (t. I : Romans et chroniques, Flammarion, coll. « gf Flammarion », 2003, 607 p. ; t. II : Théâtre et poésie, Paris, Flammarion, coll. « gf Flammarion », 2003, 620 p.), il a rassemblé, en 2012, un riche dossier sur le mythe du Graal (Les Métamorphoses du Graal. Anthologie. Choix de textes, traduction, présentation, notices, notes, chronologie, bibliographie et index par Claude Lachet, Paris, Flammarion, coll. « gf Flammarion », 479 p.). À présent, c’est sur un thème presque aussi délicat que le saint Vaissel qu’il nous convie à réfléchir : l’Amour courtois.

2Car le sujet a déchaîné les passions. Comment est-il né ? Quelles incidences a-t-il eues sur la vie réelle des couples ? En a-t-il seulement eu ? On sait avec quelle opiniâtreté Georges Duby l’a nié. Dans la « Présentation » de son ouvrage, Claude Lachet fournit des pistes, rappelle que cette conception de l’amour coïncide, historiquement, avec les progrès de l’individualisme : « L’idéal courtois prône donc non plus l’action pour le bien de la collectivité, mais la quête individuelle du bonheur », tout en se défendant de prendre position. Il présente son travail comme purement littéraire : « l’anthologie que nous proposons ne traite pas de la réalité de l’amour mais de son imaginaire. Il ne s’agit pas d’examiner comment s’aimaient les gens du Moyen Âge, mais quels étaient leurs rêves, leurs phantasmes, leur idéal amoureux ». Cependant, il parvient adroitement à faire comprendre quel est son avis.

3Une composition rigoureuse. Six chapitres. Tous sont précédés d’une préface dégageant des thèmes majeurs, dont chacun fait ensuite l’objet d’une illustration par des morceaux choisis (53 en tout, pourvus, en regard, d’une traduction originale de Claude Lachet). La plupart sont de grands classiques de la littérature d’Oc et d’Oïl. Mais les six préfaces comportent aussi, sous forme de citations, finement analysées, quantité d’œuvres bien moins connues, et dont le nombre excède de loin les 53 extraits du florilège : poèmes de Gautier de Dargies, de Raoul de Soissons, passages des romans de Galeran de Bretagne, Jaufré, Flamenca, Amadas et Ydoine, Blancandin et l’Orgueilleuse d’amour, Gliglois, Jehan et Blonde, Cristal et Clarie, Claris et Laris, Guillaume de Palerme, Durmart le Gallois, Éracle, Sone de Nansay

4L’ouvrage de Claude Lachet est en effet beaucoup plus qu’une simple anthologie. Fort d’une longue expérience de chercheur et d’enseignant, c’est à une vaste réflexion sur le sentiment amoureux dans les œuvres médiévales qu’il invite son lecteur.

5Le premier chapitre, « La Naissance de l’amour », présente ses caractéristiques. On peut s’éprendre « de loin », comme dans la canso de Jaufré Rudel (à tout trouveur, tout honneur : son poème ouvre l’anthologie), sans jamais avoir vu l’objet aimé, ou « de près », victime des traits décochés par ses regards. Dans tous les cas, l’amour se reconnaît à ses symptômes, qui sont ceux d’une maladie.

6Dans le chapitre II (« La définition de la Fine Amor »), Claude Lachet opère un distinguo entre deux notions souvent considérées comme synonymes : la fine Amor et « l’Amour courtois ». La fine Amor, d’origine provençale, cet amour adultère, secret, dangereux, inégalitaire car soumettant à une grande Dame impérieuse un amant souvent plus jeune qu’elle, conduisait presque fatalement ses dévots au malheur et à la mort. Aussi, à quelques exceptions près (notables il est vrai : Tristan et Yseut, Lancelot et Guenièvre), les trouvères du domaine d’oïl se sont-ils efforcés le rendre moins asocial : ils ont inventé l’Amour courtois.

7Le troisième chapitre (« Les Différentes formes de l’Amour courtois ») montre comment ils ont fait. Ils ont supprimé l’adultère, choisi des amants appariés en âge, en rang social. Dans ces œuvres-là, si nombre d’obstacles retardent l’heureux dénouement, il finit quand même par se produire : tout s’achève par un mariage. Le roman courtois de ce type est un « roman matrimonial ». Le nombre d’exemples fournis par Claude Lachet est impressionnant.

8Dans le quatrième chapitre (« Un Art d’aimer »), il présente et analyse deux œuvres ayant joué un rôle littéraire majeur. Le De Amore d’André Le Chapelain (fin xiie-début xiiie s.), puis Le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris (1er tiers du xiiie s.). Le premier est une œuvre « didactique », le second est « allégorique et poétique ». Son succès fut immense.

9Le cinquième chapitre (« Le Décor de l’Amour courtois ») passe en revue les éléments propices à l’amour courtois, et vite devenus topoï. Éléments de décor : un cadre champêtre, printanier, souvent un verger plein d’eaux murmurantes et de chants d’oiseaux liés à l’amour (rossignols, perroquets) ou jugés nobles (éperviers, gerfauts). Mais aussi activités mondaines, comme les tournois. Ils offrent aux jeunes gens l’occasion de briller aux yeux de leurs amies. Des objets sont échangés : bagues, bijoux divers, cheveux, lettres, portraits. Ils font souvent l’objet d’un fétichisme. Par souci d’originalité, de grands auteurs prennent le contre-pied de ces lieux communs : le Voir Dit de Guillaume de Machaut raconte un amour d’automne.

10Pour que le panorama fût complet, il restait à signaler les réticences, sinon l’hostilité ouverte manifestée par certains auteurs à cette nouvelle forme d’amour. C’est chose faite dans le sixième et dernier chapitre (« La Démystification de l’Amour courtois »), qui présente des textes variés, s’échelonnant du xiiie au xve siècle. Parodie extraite du Roman de Renart, textes ressortissant ouvertement à la littérature misogyne (Les Quinze joies de mariage), voire affichant un parti pris de vulgarité (Sotte chanson). Mais aussi, au contraire, œuvres d’une haute tenue philosophique, telle la continuation du Roman de la Rose par Jean de Meun.

11Le florilège s’arrête aux Cent Nouvelles nouvelles. Mais pas le livre, qui se poursuit par un copieux dossier. « Notes » abondantes et soignées. Chacun des 53 textes que comporte l’Anthologie proprement dite y fait l’objet de fins commentaires. On y trouve aussi des compléments bibliographiques qui enrichissent d’autant la « Bibliographie sélective sur l’Amour courtois ». Ces « Notes » sont suivies d’un glossaire (« Champ lexical de l’amour courtois »), donnant les diverses acceptions des termes et leur étymologie. Le « Répertoire des auteurs » fournit une biographie des artistes. Y figurent aussi bien de vieilles traditions (pour ne pas dire des légendes, comme celles rapportées dans les vidas des troubadours) que des découvertes scientifiques récentes, telle l’identification de Jean Renart à un prince-évêque liégeois. Vérités et légendes sont en effet également importantes sur un tel sujet. Une « Chronologie » des événements, historiques et littéraires, deux bibliographies et deux index parachèvent un travail qui tient de la Somme plus que de l’anthologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Martineau, « L’Amour courtois. Une anthologie, Paris, Flammarion, 2017.  », Perspectives médiévales [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 20 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/peme/18195

Haut de page

Auteur

Anne Martineau

Université de Saint-Étienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page