Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Emanuele Arioli, Un roman arthurien retrouvé : Ségurant ou le Chevalier au Dragon (xiiie-xve siècles)

thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Sylvie Lefèvre et M. Michel Zink, soutenue le 25 novembre 2017 à l’université Paris-Sorbonne
Emanuele Arioli
Référence(s) :

Emanuele Arioli, Un roman arthurien retrouvé : Ségurant ou le Chevalier au Dragon (xiiie-xve siècles), thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Sylvie Lefèvre et M. Michel Zink, soutenue le 25 novembre 2017 à l’université Paris-Sorbonne

Notes de la rédaction

Jury composé de Mesdames Jacqueline Cerquiglini-Toulet (Professeur émérite, Université Paris-Sorbonne), Nathalie Koble (Maître de conférences, École Normale Supérieure de Paris), Sylvie Lefèvre (Professeur, Université Paris-Sorbonne), Michelle Szkilnik (Professeur, Université Sorbonne Nouvelle) et Messieurs Matteo Residori (Maître de conférences HDR, Université Sorbonne Nouvelle), Michel Zink (Professeur émérite, Collège de France)

Texte intégral

1Ségurant ou le Chevalier au Dragon est le titre que nous avons attribué à un ensemble narratif médiéval qui est demeuré inconnu jusqu’à nos jours, parce que dispersé dans une tradition manuscrite abondante. L’étude de plusieurs compilations et sommes arthuriennes nous a en effet permis d’y repérer, sous une forme morcelée, une trame qui se poursuit de manière continue et cohérente d’un manuscrit à l’autre. Des recherches menées dans des bibliothèques surtout européennes nous ont permis de réunir d’autres épisodes et fragments qui pouvaient être rattachés à cette trame dont le protagoniste est Ségurant le Brun. Les tesselles retrouvées de cette mosaïque ont progressivement redessiné les contours d’un ensemble narratif ignoré de l’histoire littéraire.

  • 1 Ce manuscrit a été décrit en 1926 par Lucy Allen Paton, Les Prophecies de Merlin, edited from ms. 5 (...)

2Par le titre de Ségurant ou le Chevalier au Dragon, nous ne désignons pas un roman unitaire, mais un groupe de textes dont la composition s’échelonne entre le xiiie et le xve siècle. Nous avons pu établir que la « version » la plus ancienne et la plus ample, dont tous les autres textes découlent, est attestée par le ms. 5229 de la bibliothèque de l’Arsenal. Ce manuscrit alterne des épisodes des Prophéties de Merlin, œuvre arthurienne de la deuxième moitié du xiiie siècle, et plusieurs épisodes de la même matière mais de propos inédit qui ont été conservés par ce seul témoin1. Bien que ce manuscrit date des années 1390-1403, plusieurs arguments de divers ordres montrent que cette version, qu’on nommera « cardinale », remonte au xiiie siècle. Elle a sans doute été écrite en Italie du Nord, peut-être dans les environs de Venise. Datant de la période comprise entre 1240 et 1279, elle est postérieure aux premiers grands romans arthuriens en prose qui virent le jour entre 1190 et 1240 : le Petit Cycle de Robert de Boron, le Cycle Vulgate, le Tristan en prose, le Perlesvaus, le Cycle Post-Vulgate et Guiron le Courtois. Entrelacée aux prédictions de l’enchanteur Merlin dans le ms. Arsenal 5229, la « version cardinale » pourrait correspondre aux vestiges d’un roman arthurien antérieur, probablement inachevé et ensuite remployé par un compilateur.

3La « version cardinale » raconte l’histoire de Ségurant en commençant par celle de ses aïeuls. Galehaut le Brun le Vieux et Hector le Brun le Vieux, respectivement grand-père et grand-oncle de Ségurant, font naufrage sur une île sauvage, qui sera appelée « Île Non Sachant ». Après avoir rapporté quelques aventures de ces deux personnages puis de leurs fils – Hector le Brun le Jeune et Galehaut le Brun le Jeune – le récit suit les pas du jeune Ségurant. Adoubé sur l’Île Non Sachant, il part au Royaume Sauvage en quête de son oncle Galehaut qu’il vainc dans une joute. Revenu victorieux sur son île natale, il lance un défi aux chevaliers réunis à Winchester auprès du roi Arthur ; ce dernier organise alors un tournoi en son honneur. À cette occasion, Ségurant se démarque comme le meilleur chevalier. Mais, pour éloigner ce héros qui pourrait être un redoutable allié du roi Arthur, la fée Morgane et l’enchanteresse Sibylle invoquent un diable qui prend l’apparence d’un dragon et sème la terreur sur le lieu du tournoi. Ségurant se lance à sa poursuite après avoir franchi un mur de feu et devient la victime d’un ensorcellement des deux mauvaises fées. Sans nouvelles de lui, ses compatriotes de l’Île Non Sachant partent à sa recherche, tandis que la cour arthurienne, abusée par les machinations perfides de Morgane, vient à se demander si ce chevalier a réellement existé ou s’il ne s’agissait que d’un mirage. Ici s’achève le récit rapporté par la « version cardinale ».

4Du xiiie au xvie siècle, plusieurs continuateurs ont complété ou réécrit la trame de la « version cardinale » dans des manuscrits des Prophéties de Merlin, de la Compilation de Rusticien de Pise, de Guiron le Courtois et d’autres florilèges. Nous avons appelé « complémentaires » les versions qui assurent la suite de l’intrigue laissée en suspens par la « version cardinale » et qui sont compatibles sur le plan narratif avec elle. Des versions qu’on peut qualifier d’« alternatives » sont incompatibles avec la « version cardinale » : elles lui ont emprunté deux épisodes pour réécrire l’histoire de Ségurant. Ce sont toutes ces strates que notre édition met au jour pour faire exister à nouveau – et dans toutes ses versions subsistantes – cet ensemble narratif retrouvé.

5Le protagoniste de l’histoire qui a suscité un tel intérêt incarne la figure archétypale du chasseur de dragon : Ségurant s’inspire assurément de plusieurs modèles mythiques, arthuriens et hagiographiques. Il partage quelques traits avec plusieurs tueurs de dragons, mais surtout avec le meurtrier du dragon Fáfnir, Sigurd, héros légendaire de la mythologie nordique, mieux connu sous le nom de Siegfried dans sa version germanique. Dans le domaine arthurien, Ségurant est l’émule de Lancelot et de Tristan : la « version cardinale » rivalise avec le Lancelot et le Tristan en prose. En reprenant leur cadre fictionnel et chronologique, le romancier médiéval a voulu écrire la chronique de la vie et des exploits d’un nouveau héros censé surpasser ses prédécesseurs.

6Du xiiie au xvie siècle, le personnage de Ségurant a laissé après lui d’autres avatars, dans une tradition tardive foisonnante. Il a été repris et réinventé par des œuvres ultérieures qui excèdent le domaine français : en Italie, le Tristano Veneto (xive siècle), la Tavola Ritonda (xive siècle), la Vendetta dei descendenti di Ettore (roman encore inédit du xve siècle), Girone il Cortese de Luigi Alamanni (1548), l’Avarchide du même auteur (1570) et I Quattro primi canti del Lancilotto d’Erasmo da Valvasone (1580) ; en Espagne, Tristán de Leonís (1501) et Amadis de Gaule (1508) ; en Angleterre, Le Morte Darthur de Thomas Malory (somme romanesque publiée en 1485). Ces œuvres, qui se limitent parfois à mentionner le héros ou au contraire en font l’un des principaux personnages, témoignent d’une réélaboration libre et originale de son histoire. L’oubli de ses aventures, après la dispersion des épisodes dont il était le protagoniste, a rendu possibles les réappropriations de cette matière éparpillée.

7Cet ensemble narratif à la tradition labyrinthique calque la structure des premiers grands romans arthuriens en prose. En imitant le Lancelot et le Tristan en prose, la « version cardinale » s’inscrit dans leur univers qu’elle enrichit toutefois de nouveaux lieux et personnages. S’insérant dans leur chronologie tel un paraquel (ou continuation paraleptique), elle combine une intrigue principale, centrée sur Ségurant, des histoires secondaires qui comblent les lacunes de ses modèles et quelques récits enchâssés. Le fil narratif dont Ségurant est le protagoniste se démarque par son originalité : le romancier médiéval a justifié, à travers la fiction, cette liberté qu’il prenait par rapport à ses sources. Grâce à un subterfuge narratif, que nous avons nommé la « stratégie de l’illusion », il a expliqué l’absence du héros dans les romans précédents : à la suite des complots de Morgane, ce chevalier aurait été considéré comme irréel et oublié par l’historiographie légendaire.

  • 2 « Cil furent illec tant que Seguranz torna, mais ce ne fut pas a cellui temps, ains estoit ja comme (...)

8L’histoire de la traque du dragon illusoire était destinée à demeurer sans dénouement. Seul le Graal – d’après le narrateur – pourrait résoudre cette intrigue inextricable en brisant le sortilège auquel Ségurant est soumis, mais ce deus ex machina n’intervient pas dans les versions conservées2. Si l’auteur de la « version cardinale » avait l’ambition de raconter les aventures du héros jusqu’au désensorcellement par le Graal, il a probablement été dépassé par l’ampleur du projet. Mais les continuateurs auront peut-être exaucé ses vœux : la version particulière de La Quête du Saint-Graal du ms. fr. 12599 aura pris la suite de la version primitive des Prophéties de Merlin (les Ur-Prophéties selon notre appellation) – qui s’arrêtaient à l’annonce imminente de l’arrivée du Graal – pour conduire le récit jusqu’aux dernières aventures de Galaad et délivrer Ségurant de son maléfice.

9Entre les parties inabouties et les tentatives d’achèvement, nous conservons les vestiges d’un chantier où plusieurs architectes se sont succédé pour au moins trois siècles. Ainsi les prolongements et les réécritures de la « version cardinale » nous dévoilent-ils un pan de l’évolution de la littérature arthurienne et de sa réception. La pratique de la compilation, à laquelle on doit la postérité de Ségurant, a été particulièrement vive en Italie : elle relève sans doute d’un choix esthétique, influencé par la tradition naissante de la nouvelle, mais participe également d’une stratégie pour pallier une tradition textuelle défaillante. À partir de cet héritage morcelé, les sommes romanesques des xive et xve siècles, qui retrouvent l’ambition des premiers romans arthuriens en prose, ont réécrit l’histoire de Ségurant pour en faire un fil narratif dans leurs vastes trames.

10Ségurant ou le Chevalier au Dragon déploie un imaginaire très proche du Lancelot et du Tristan en prose, mais il s’en éloigne également : certains thèmes abordés et certaines valeurs renouvelées témoignent d’une évolution déjà perceptible dans le Roman de Guiron et le Roman de Méliadus, qui clôturent la saison des premiers grands romans arthuriens en prose. Ségurant ou le Chevalier au Dragon propose en effet un nouveau modèle de héros profane dont l’excellence est toute centrée sur les armes. Ségurant est un nouveau Lancelot et un nouveau Tristan, mais, contrairement à eux, il n’est pas amoureux. Il offre l’exemple singulier d’un chevalier indifférent à l’amour, comme l’avait été Galaad, l’élu du Graal, mais sans son élan mystique. L’amour, qui n’est plus la raison d’être du héros, devient objet de méfiance. Ségurant exalte plutôt l’amitié virile consolidée par le compagnonnage et la vie chevaleresque. Par rapport aux romans antérieurs, les armes l’emportent sur l’amour et la dimension sacrée s’efface au profit de la dimension profane. À défaut de célébrer l’amour ou la religion, la « version cardinale » donne une place essentielle au lignage. C’est sous l’égide de la famille que se déroule le parcours initiatique du héros, de son adoubement jusqu’au compagnonnage chevaleresque avec son oncle. Ses exploits sont motivés surtout par sa soif inépuisable d’honneur et de renommée, par son orgueil clanique, par le désir d’accroître le prestige de son lignage.

11Cet ensemble narratif, qui prend une plus grande distance que les œuvres antérieures par rapport à l’amour courtois et aux valeurs chevaleresques, introduit une dimension comique surtout par le biais des personnages de Golistan et de Dinadan. Celui-ci, repris au Tristan en prose, devient plus franchement critique, insolent et sarcastique, en perdant peut-être les nuances que son modèle lui attribuait. Golistan, quant à lui, suscite le rire par ses techniques de combat qui s’apparentent plutôt à celles des rixes ainsi que par ses réflexions décalées et ingénues. Mais Ségurant possède lui aussi des traits grotesques qui contrebalancent sa vaillance : il a un appétit extraordinaire qui provoque à chaque repas l’émerveillement de ses convives. Réunis dans les « épisodes complémentaires », ces trois héros ont affaire à des personnages de bas étage et à des situations licencieuses ou vulgaires. Avec ses insertions comiques, plus nombreuses que dans ses modèles, et sa peinture du quotidien et du concret, cet ensemble narratif semble déjà annoncer l’évolution du roman de chevalerie en Europe, la distanciation ironique de l’Arioste, l’humour des poèmes héroï-comiques du xvie siècle et même, plus tard, le goût pour la parodie du Don Quichotte de Cervantès.

12Cette prise de distance par rapport aux premiers romans va de pair avec un processus de normalisation du merveilleux, déjà perceptible dans d’autres textes, comme Guiron le Courtois. Il n’en reste pas moins que plusieurs éléments merveilleux jalonnent le parcours du héros : issu d’une île aux caractères féériques, il possède une pierre précieuse d’où émane une lumière exceptionnelle, brise les sortilèges à son seul passage et détruit des automates. L’intrigue culmine dans la poursuite d’un dragon chimérique : ces jeux d’illusion font disparaître le héros dans un tour de magie en semant le doute sur la véracité du récit et – peut-être – sur la véracité de toute fiction.

13En somme, tout en restant fidèle à ses sources, cet ensemble narratif a su aussi s’en détacher : il propose une relecture originale de la littérature arthurienne, raconte les aventures d’un nouveau héros et n’exalte plus tout à fait les mêmes valeurs. Le cadre de fiction traditionnel était déjà trop étroit pour Ségurant ou le Chevalier au Dragon, qui situe les errances de son protagoniste loin de la cour du roi Arthur et présage ainsi le déplacement des frontières de l’univers arthurien : en Italie, les poèmes de chevalerie mélangeront franchement la matière de Bretagne et la matière de France ou l’histoire de la guerre de Troie ; en Espagne, les libros de caballerías inventeront – à travers la série des Amadis – de nouveaux cadres destinés à avoir un grand succès dans la péninsule ibérique. Ségurant ou le Chevalier au Dragon est moins le témoin de la décadence d’un genre que le précurseur de son renouvellement.

  • 3 Michel Stanesco et Michel Zink, Histoire européenne du roman médiéval. Esquisse et perspectives, Pa (...)

14Ségurant peut donc trouver sa place dans une histoire européenne du roman médiéval, telle que l’ont tracée Michel Zink et Michel Stanesco3. Composé après les premiers grands romans arthuriens en prose, il pourrait être considéré comme le témoin d’une étape ultérieure dans l’évolution du roman européen, qui conduira, au terme d’une lente transformation de la matière bretonne et d’une longue maturation du genre, aux libros de caballerías, au Roland amoureux, au Roland Furieux et, enfin, au chef-d’œuvre de Cervantès. Ségurant ou le Chevalier au Dragon est l’un des chaînons manquants qui relient les premiers romans arthuriens en prose aux romans de chevalerie de la Renaissance.

Haut de page

Notes

1 Ce manuscrit a été décrit en 1926 par Lucy Allen Paton, Les Prophecies de Merlin, edited from ms. 593 in the bibliothèque municipale of Rennes, New York–London, D. C. Heath and Company–Oxford University Press, 1926-1927, t. I, p. 28-29. Nathalie Koble a proposé une analyse synthétique du contenu : « Le manuscrit de Paris, Arsenal MS 5229, un roman arthurien monté de toutes pièces », dans Danielle Bohler (dir.), Le Romanesque aux xive et xve siècles, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2009, p. 69-94.

2 « Cil furent illec tant que Seguranz torna, mais ce ne fut pas a cellui temps, ains estoit ja commencee la queste du Saint Graal et par la vertus de cellui saint vessel fu il deschantez, ainsi com nous vous compteron ça en avant » (« version cardinale », épisode XXXI, ms. Arsenal 5229, fol. 130rb). La traque du dragon serait vouée à demeurer inaccomplie, si un continuateur tardif n’avait décidé de raconter la mise à mort du monstre (« version alternative de Londres-Turin », épisode I).

3 Michel Stanesco et Michel Zink, Histoire européenne du roman médiéval. Esquisse et perspectives, Paris, PUF, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emanuele Arioli, « Emanuele Arioli, Un roman arthurien retrouvé : Ségurant ou le Chevalier au Dragon (xiiie-xve siècles) », Perspectives médiévales [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/peme/18786 ; DOI : 10.4000/peme.18786

Haut de page

Auteur

Emanuele Arioli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page