Navigation – Plan du site
État de la recherche
Essais

Anna Loba, Le Réconfort des dames mariées. Mariage dans les écrits didactiques adressés aux femmes à la fin du Moyen âge, Poznań, 2013, 244 p.

Marie Colombo Timelli
Référence(s) :

Anna Loba, Le Réconfort des dames mariées. Mariage dans les écrits didactiques adressés aux femmes à la fin du Moyen âge, Poznań, 2013, 244 p.

Texte intégral

1Les questions rattachées au mariage, à l’amour conjugal et au statut de la femme mariée sont au cœur de bien des débats qui ont marqué la culture occidentale depuis l’Antiquité et que le christianisme a récupérés et revitalisés. Le livre d’Anna Loba, qui se veut une synthèse sur la question telle qu’elle est abordée vers la fin du Moyen Âge en France et en langue française, s’ouvre fort opportunément sur une mise au point des positions théoriques qui ont le plus informé les siècles médiévaux (saint Paul, saint Augustin, saint Thomas, Pierre Lombard, interventions officielles de l’Eglise). Ce chapitre préliminaire (Les enjeux théologiques et moraux du mariage à l’époque médiévale, p. 13-28) est suivi de quatre autres, consacrés à autant de traités didactiques composés à l’intention des femmes entre la deuxième moitié du xive siècle et le début du xve.

2Le parcours s’ouvre par une lecture critique du Livre pour l’enseignement de ses filles de Geoffroi de la Tour Landry (ca 1370), qui jouit – comme l’on sait – d’une grande fortune, tant manuscrite qu’imprimée, jusqu’aux années 20 du xvie siècle. A.L. s’interroge en particulier sur le but de l’auteur, qui s’exprime à la première personne et n’hésite pas à exposer ses émotions et ses sentiments, sur ses sources – outre la Bible, c’est le Miroir des bonnes femmes (seconde moitié du xiiie siècle) qui fournit la plupart des exempla –, sur le rôle du père à l’intérieur du couple parental, sur le portrait de la femme / épouse idéale, enfin, qui se dégage de son traité (« Enseignier ses enfans et les destourner de male voye » : Le Livre pour l’enseignement de ses filles de Geoffroi de la Tour Landry, p. 29-73).

3Œuvre qu’un bourgeois d’âge mûr adresse à sa jeune épouse, le Mesnagier de Paris (1393) fait l’objet du troisième chapitre (« Pour donner plus grand doctrine a voz filles, amies ou autres » : Le Mesnagier de Paris, p. 74-120). L’attention y est spécialement consacrée à la transmission d’un savoir utile, ce qui nous donne accès à divers aspects de la vie quotidienne d’un mesnage de l’extrême fin du xive siècle. Son organisation interne est rigide : trois distinctions, ultérieurement divisées en articles, sont consacrées respectivement aux devoirs de l’épouse chrétienne, aux responsabilités d’une maîtresse de maison, aux divertissements (sections restée inachevée). A.L. souligne, au-delà de la stratégie pédagogique assumée par l’auteur, certains aspects qui lui tiennent à cœur : si les rapports entre époux sont des plus traditionnels, le bien-être économique familial constitue une nouveauté qui reflète les préoccupations de la bourgeoisie urbaine de l’époque. En conclusion, le Mesnagier constituerait à la fois un ouvrage normatif et un portrait idéalisé de la vie conjugale de son temps et de son milieu (p. 120).

4Avec le Livre de la vertu du sacrement de mariage et reconfort des dames mariees de Philippe de Mézières, élaboré entre 1385 et 1389, c’est l’essence même du mariage qui passe au premier plan : A.L. consacre à ce texte une analyse approfondie, où elle dégage les lignes de force d’un traité dont la lecture n’est pas toujours aisée (Philippe de Mézières, le phisicien du mariage, p. 121-167). Se fondant sur une véritable théorie médicale, Philippe élabore une vision du mariage qu’il expose par la métaphore des « maladies » naissant dans le mariage et des « remèdes » qu’on peut leur opposer. La réflexion se situe alors sur le plan spirituel et mystique et sur le caractère sacré des liens conjugaux, qui seul intéresse l’auteur ; et si des réflexions plus concrètes ne manquent pas – par exemple pour ce qui touche aux « empêchements » du mariage – ce sont toujours les questions rattachées à la morale et à la théologie qui priment.

5Le Livre des trois vertus (1405) ne pouvait pas manquer dans un tel panorama, compte tenu du sexe de son auteur – femme s’adressant à d’autres femmes – et de sa large diffusion (plus de 20 manuscrits et trois éditions imprimées). Reflétant une vision conservatrice du mariage, le Livre parvient néanmoins à attribuer à l’épouse un rôle plus actif, rôle pacificateur au sein du couple, voire de l’État lorsque son statut l’autorise. Si Christine de Pizan se détache des auteurs de son temps, c’est surtout dans son souhait que les femmes recherchent la « sagesse » et le « souci de soi ». Basée sur l’idéologie paulinienne, la vision de Christine porte au fond sur la complémentarité de l’homme et de la femme dans le mariage (« Doulce chose est que mariage ». Christine de Pizan et les dames mariées, p. 168-211).

6Quatre auteurs et quatre œuvres dont la composition s’étale sur trois décennies environ s’interrogent sur les fondements et la fonction du mariage pour les femmes, sur le plan social et personnel : si leurs discours s’encadrent et se comprennent nécessairement au sein de l’idéologie chrétienne, et si la distinction homme / femme ne saurait aucunement être remise en question, des nuances existent entre eux quant au regard porté sur le bonheur familial (Chevalier de la Tour Landry), sur l’importance du quotidien (Mesnagier de Paris), sur la réalité spirituelle du mariage en tant qu’institution (Philippe de Mézières), sur les possibilités qui s’ouvrent aux femmes (Christine de Pizan). L’idéal représenté par Griseldis, que seule Christine renonce à évoquer dans le Livre, sera finalement dépassé par l’humanisme naissant.

7Le mérite principal d’Anna Loba réside dans la lecture multiple qu’elle propose de textes pourtant assez bien connus des médiévistes : en les situant dans une triple perspective, théologique, historique et sociale, elle leur restitue une plus grande profondeur et les fait dialoguer entre eux, en montrant une fois de plus la richesse des débats qui marquèrent ce créneau temporel si difficile à définir, entre « fin du Moyen Âge » et « humanisme naissant ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Colombo Timelli, « Anna Loba, Le Réconfort des dames mariées. Mariage dans les écrits didactiques adressés aux femmes à la fin du Moyen âge, Poznań, 2013, 244 p. », Perspectives médiévales [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/peme/19657

Haut de page

Auteur

Marie Colombo Timelli

Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page