Navigation – Plan du site
Études et travaux
La mouvance herméneutique des artéfacts médiévaux

Vers une perspective universelle de la médiation sensorielle des artéfacts médiévaux.

Patrick Fraysse et Muriel Molinier

Résumé

L’injonction communicationnelle que subissent aujourd’hui les structures culturelles recevant désormais des publics produit un discours médiatique. Ce dernier est relayé par des expositions vulgarisant les résultats de la recherche scientifique en Histoire, en Histoire de l’art ou en Archéologie. Ces expositions et les nombreux dispositifs qui les accompagnent réinventent les liens tissés avec les publics dans des médiations présentées comme adaptées, accessibles voire universelles. En cela, ils constituent un terrain privilégié pour l’étude de ces phénomènes de patrimonialisation, de circulation et de diffusion de l’Histoire en général et du Moyen Âge en particulier. La recherche de nouveaux publics et l’attention portée aux plus fragilisés sont au cœur des politiques publiques des musées.

Haut de page

Texte intégral

1La présente étude s’inscrit au sein de travaux menés par une équipe et un réseau de chercheurs en Sciences de l’information et de la communication (SIC) sur les questions de muséologie et de patrimonialisation. Elle présente certains aspects de deux parcours de recherche. L’un poursuit depuis une dizaine d’année un questionnement sur la circulation des signes de médiévalité dans l’espace public aujourd’hui (Fraysse, 2015). L’autre, plus récent, s’interroge sur les médiations à destination des publics fragilisés par des problématiques médicales, sociales ou médico-sociales, ainsi que sur la constitution d’un public universel, c’est-à-dire : un public formant un seul et même tout, augmenté de toutes les fragilités, mêlant de façon inclusive publics fragilisés et grand public (Molinier, 2019). Nous avons combiné ces approches dans une perspective sémio-pragmatique. Une analyse diachronique de discours de spécialistes (historiens, archéologues, conservateurs, médiateurs, spécialistes de la déficience visuelle) et l’examen synchronique d’un corpus sélectif de dispositifs de médiation (expositions, dispositifs tactiles, ateliers participatifs, etc.) nous ont permis de proposer une interprétation des usages sensoriels des artefacts médiévaux.

2Dans cette contribution, nous proposons d’approfondir notre analyse des médiations du patrimoine médiéval à partir d’une approche info-communicationnelle du contenu de l’offre de médiation de cinq institutions culturelles parisiennes. Nous avons cherché à comprendre comment le Moyen Âge était exposé et expliqué au public déficient visuel. L’exposition des artefacts médiévaux suffit-elle à vulgariser cette période pour des publics perçus comme profanes (de la même manière que le grand public) mais avec des besoins de méditation supplémentaires du fait de leur malvoyance ou de leur cécité ? Quels sont les dispositifs de médiation les mieux à même de transposer le discours scientifique des historiens et des archéologues ? Les adaptations sensorielles proposées à des publics fragilisés peuvent-elles être généralisées à d’autres publics et donc à un public devenu universel, débarrassé de toute catégorisation ? Et finalement, quel Moyen Âge fait-on circuler ? Pour répondre à ce faisceau de questions, nous nous sommes entretenus avec les concepteurs de ces médiations et avons suivi des visites et des ateliers. 

3Il s’agira tout d’abord de présenter le contexte de l’étude en rappelant comment les SIC envisagent les mises en scène de l’Histoire et les différents processus de communication à l’origine de la fabrique du patrimoine (patrimonialisation et médiation). Dans un second temps, nous présenterons les cinq exemples de l’étude empirique que nous avons réalisée à Paris en juin 2017, dans le cadre de la Saison médiévale destinée aux visiteurs déficients visuels. Nous reviendrons alors sur la place accordée aux publics fragilisés dans les médiations ainsi que sur l’utilisation de différents types de savoirs (scientifiques, médiatiques, mythologiques, etc.) au service de mises en scènes et de processus plus ou moins stabilisés (immersifs, expérientiels, ludiques, etc.). 

1. Patrimoine médiéval et publics fragilisés

4En observant le patrimoine comme un fait communicationnel (Davallon, 2017), les SIC interrogent la complexité de la notion de patrimoine sur les deux versants du processus de patrimonialisation : l’institutionnalisation des objets de patrimoine et leur activation auprès des publics par la médiation. Les artefacts médiévaux deviennent des objets de patrimoine par leur exposition et leur diffusion auprès des publics. Les différentes muséologies actuelles et les médiations qui les accompagnent ont des effets sur les objets exposés, mais aussi sur les publics sollicités. Dans le cas étudié, la problématique de la déficience visuelle a poussé les responsables des médiations qui leur sont destinées dans les musées et monuments médiévaux à proposer des interprétations particulières, fondées sur le tactile et l’utilisation des sensations corporelles. Ces nouveaux usages adaptés du patrimoine et de l’Histoire sont le reflet du tournant communicationnel des musées qui mettent les publics au centre de leurs préoccupations. C’est aussi le fruit d’une longue réflexion qui amène la société à ré-interroger la place et le rôle des musées dans le développement du rapport à l’Histoire ainsi que la progressive inclusion de tous les publics dans ce processus.

1.1. Médiation du patrimoine médiéval

5Les SIC ont mis en lumière un ensemble de procédures au moyen desquelles « un objet est patrimonial par la pratique qui le constitue comme tel, par l’usage qui en est fait et par les effets qu’il produit » (Davallon, 2017 : 18). 

6Il s’agit de reconnaître comme traits constitutifs des artefacts historiques et archéologiques un ensemble de valeurs liées à la mise en place progressive des conditions de conservation, de valorisation et de transmission. Les artefacts médiévaux sont en effet institués comme des objets de patrimoine dès lors qu’ils sont déplacés et conservés dans un musée, ou reconnus dans leur valeur d’ancienneté par le statut singulier qu’on leur accorde a posteriori. La rupture mémorielle qui nous éloigne de la valeur d’usage des objets et la filiation inversée qui nous incite à modifier notre regard sur ces objets sont à l’origine de la fabrique du patrimoine (Davallon, 2006). Les objets archéologiques ou historiques deviennent des objets de patrimoine par cette institutionnalisation muséale. 

7Les SIC ont également montré l’importance des médiations dans le processus de patrimonialisation, voire comment elles peuvent le bousculer (Molinier, 2020). Une fois que les objets patrimoniaux sont reconnus comme tels et présentés comme des témoins de l’Histoire dans une muséologie classique dite « muséologie d’objet », ils doivent être activés auprès des publics : les artefacts patrimoniaux, bien que mis en scène et accompagnés de textes (cartels et panneaux explicatifs) ou d’images, ne parlent pas seuls. Ce sont toutes les interfaces, les entre-deux communicationnels, les dispositifs techniques, c’est-à-dire la médiation, qui vont permettre d’entrer en dialogue, de jeter des ponts entre présent et passé, entre les publics et les objets, mais aussi entre un discours scientifique parfois complexe et un discours plus accessible aux profanes. 

8Mais pour certains publics, il ne s’agit pas simplement d’expliquer et de vulgariser. Il faut aussi transposer d’un langage à l’autre (Jacobi, 2017). Cette transposition permet de passer du discours scientifique au discours de médiation en traduisant, en illustrant, en interprétant mais aussi en permettant un échange, une réponse aux questions du public pour qu’il construise des connaissances. La nouvelle muséologie se préoccupe d’abord des publics. En connaissant mieux ceux-ci, les médiateurs peuvent adapter leurs services. Aujourd’hui, la panoplie des activités proposée aux publics semble infinie. L’Histoire, le patrimoine, et donc le Moyen Âge qui nous intéresse ici, se voient transformés en éléments visibles ou sonores, en mouvement, en saveur et en odeur. Le faire et le ressentir sont tout aussi importants que le voir et le savoir ; et pour mieux ressentir le Moyen Âge, de nombreuses activités sont de plus en plus pratiquées ou proposées aux publics.

9Ce sont donc les « grammaires de production » des scientifiques tout autant que les « grammaires de reconnaissance » des publics (Véron, Levasseur, 1989) qu’il s’agit de repérer pour appréhender ces transpositions d’un discours dans un autre. L’ensemble discursif élaboré pendant la Saison médiévale va nous servir d’exemple pour rappeler, d’abord, les règles de production du discours scientifique de l’historien. Dans cette phase d’élaboration d’une « grammaire de production » de l’Histoire, l’historien peut proposer différentes lectures des documents et des objets. Elle est ensuite intégrée dans un autre ensemble discursif. Les publics élaborent à leur tour de nouvelles lectures ou représentations dans une « grammaire de reconnaissance ». Le médiateur, intermédiaire entre l’historien et les publics va lui-même se livrer à ces deux opérations. À partir du discours scientifique des historiens qu’il doit reconnaitre, le médiateur va élaborer un discours de médiation. Ce dernier sera reçu par les publics comme un discours de production. Pour comprendre comment se conçoit l’offre de Moyen Âge à destination des publics, il nous semble important de mettre en lumière cette cascade de transpositions de discours, ces mouvements de déconstruction et de reconstruction de la complexité du savoir institué et des connaissances individuelles mobilisées.

10Désormais, dans les musées et les monuments ouverts au public, le Moyen Âge et ses artefacts sont présentés à des visiteurs, pour la plupart dépourvus de connaissances sur cette période historique, à travers des discours qui inventent une sphère davantage médiévalisante que médiévale. Le goût pour l’histoire et en particulier pour le Moyen Âge est une question souvent travaillée par les historiens, qu’ils soient eux-mêmes médiévistes (Carpegna Falconieri, 2015) ou spécialistes du contemporain (Amalvi, 1996). En décrivant, en analysant et en interprétant la circulation des artefacts médiévaux et leur réception contemporaine, les spécialistes font apparaître des usages publics qui déforment une réalité historique et archéologique à des fins politiques et idéologiques (Dominguez-Guillaume, Douchet, 2019).

11La complexité de l’analyse médiévistique et sa difficile traduction dans un discours de médiation nécessairement simplificateur a contribué à faire émerger un champ de recherches innovant en Sciences humaines et sociales : le médiévalisme (Ferré, 2010). Ces nouvelles approches scientifiques en Littérature, en Sociologie, en Anthropologie ou en Sciences de l’information et de la communication, ont permis de mettre en lumière de nouveaux acteurs, amateurs d’Histoire et de reconstitution, qui produisent à la fois une pensée et des objets de médiation sur le patrimoine culturel médiéval (Fraysse, 2017).

12Issus de la sphère académique, des médias, de ces nouvelles formes de médiation ou des lieux culturels plus traditionnels que sont les musées, les bibliothèques ou les monuments, ces différents types de discours circulent dans l’espace public de manière aléatoire sans véritable hiérarchie. Pour évaluer les statuts et les valeurs d’usage de ces objets, nous avons observé plusieurs expositions et dispositifs de médiation s’inscrivant dans la tendance actuelle qui consiste à se préoccuper davantage des publics (Molinier, 2017) et à solliciter les cinq sens pour appréhender le patrimoine et l’Histoire. Plus précisément, nous nous sommes concentrés sur la médiation sensorielle pensée pour le public déficient visuel, laquelle répond aux obligations de compensation de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Fondamentale, cette loi a engendré un bouleversement des mentalités, qui se donne l’inclusion pour objectif : dorénavant, la société doit se mettre à la portée de tous et donner accès à tout.

1.2. Des Saisons médiévales à Paris

13Le point de départ de notre recherche se situe dans la visite et l’analyse de l’exposition Quoi de neuf au Moyen Âge ? qui a été présentée à la Cité des sciences et de l’industrie de La Villette, d’octobre 2016 à l’été 2017 (Catteddu & Noizet, 2016). L’idée de cette exposition, co-produite par l’Institut national de la recherche archéologique préventive (Inrap) et la Cité des sciences et de l’industrie, était de présenter les découvertes les plus récentes des recherches en Histoire et Archéologie médiévales. Cette exposition temporaire obéissait aux codes de la muséologie actuelle, qui consiste à développer à la fois une idée ou un concept, illustrés par des objets, et à proposer des dispositifs de médiation innovants. L’ensemble était coloré par l’ADN de la Cité des sciences, qui porte la vulgarisation et les manipulations pratiques au cœur de ses expositions. Les concepteurs et commissaires d’exposition ont souhaité mettre à la disposition du plus grand nombre les résultats des recherches et déconstruire des idées reçues, très nombreuses sur le Moyen Âge. Il s’agissait par exemple d’essayer d’évacuer l’idée d’invasions barbares imposée depuis le xixe siècle dans le roman national et dans les manuels scolaires, pour lui substituer l’idée de migrations et de circulations des populations. 

14Pendant cette exposition co-construite, la Cité des sciences a souhaité prolonger son propos dans d’autres lieux parisiens détenteurs d’objets médiévaux. S’est alors organisée une Saison médiévale, c’est-à-dire un parcours de visite entre cinq institutions parisiennes partenaires, qui permettait de poursuivre cette découverte du Moyen Âge à travers les collections permanentes, des expositions temporaires, des conférences.

15En parallèle, une autre Saison médiévale a vu le jour, cette fois destinée uniquement aux personnes déficientes visuelles. Cette seconde Saison médiévale s’est organisée de manière différente, avec d’autres institutions partenaires, plus nombreuses : huit au total, tandis que seuls la Cité des sciences et le musée de Cluny ont participé aux deux Saisons médiévales. Si un plus grand nombre d’établissements ont été partenaires de cet événement, le temps qui lui a été dévolu a été réduit, avec quinze activités dans des parcours croisés et regroupés en quelques journées thématiques. 

16Toujours portée par la Cité des sciences, et plus particulièrement par l’une des médiatrices chargée de l’accessibilité (par ailleurs elle-même déficiente visuelle), cette Saison médiévale a un double objectif pour les visiteurs aveugles et malvoyants : proposer des moments privilégiés de convivialité autour de la connaissance, en groupe ; amener ce public à ressentir l’aura d’objets et de lieux médiévaux, augmentant ainsi l’offre qui leur est accessible. 

17Car à Paris, les médiateurs des grands établissements culturels sont engagés dans un réseau autour du travail de mise en accessibilité pour les publics en situation de handicap : la Réunion des Établissements Culturels pour l’Accessibilité (RECA). Pilotée depuis la Cité des sciences (Universcience), la RECA favorise la réflexion des médiateurs chargés de l’accessibilité autour de l’emploi de personnes en situations de handicap, la promotion et l’évaluation des offres auprès des personnes en situation de handicap, l’apport des nouvelles technologies. Cette Saison médiévale pour le public déficient visuel a été également l’occasion pour les médiateurs (experts ou inexpérimentés face à la problématique, voire eux-mêmes déficients visuels) de partager et de s’inspirer, ainsi que de fédérer leurs publics.

18Pour mener cette étude, nous avons assisté aux propositions de visites et d’ateliers de cinq lieux partenaires de cette Saison médiévale à destination du public déficient visuel, reprenant ou innovant leurs offres de médiation. Nous avons participé aux activités, et nous nous sommes entretenus avec les médiateurs. Nos deux questions initiales étaient de savoir quels dispositifs supplémentaires et spécifiques étaient mobilisés lors de ces visites pour le public déficient visuel, par rapport à des visites adressées au grand public, mais aussi quel Moyen Âge la Saison médiévale mettait en exergue.

19En plus de l’exposition de la Cité des sciences, nous avons observé des dispositifs de médiation dans des lieux liés au Moyen Âge français. Parmi eux, figuraient deux musées (le musée de Cluny et le musée des Monuments Français), deux monuments (la Sainte-Chapelle et la Conciergerie), mais aussi un lieu non médiéval et non centré spécifiquement sur le Moyen Âge, tout de même impliqué dans la Saison médiévale (l’Institut du monde arabe). Tous ont proposé des visites accessibles au public déficient visuel. 

20Au musée de Cluny – musée national du Moyen Âge – nous avons pu observer des dispositifs conçus pour les publics déficients visuels, déjà installés avant que cette Saison médiévale ne soit mise en place. Notre observation de 2017 a précédé la fermeture du musée, en vue de sa réinvention, qui comprend notamment la redistribution de ses espaces muséographiques et la création d’un nouvel accueil-boutique. Nous avons donc analysé une offre de médiation conçue pour l’ancienne muséographie. Les œuvres présentées au musée de Cluny sont des chefs-d’œuvre de l’art médiéval, la tapisserie de la Dame à la licorne au premier chef. Depuis la fondation du musée, créé en 1844 à partir de la collection d’Alexandre Du Sommerard, les conservateurs ont constitué une collection d’artefacts, c’est-à-dire d’objets authentiques, fabriqués par l’homme, arrachés à leur contexte d’origine. Cette décontextualisation des artefacts vers les musées les transforme en « expôts » (objets exposés) ou en musealia (objets de musée) selon le vocabulaire technique de la muséologie (Desvallées, Mairesse, 2011 : 569).

21De son côté, le musée des Monuments français de la Cité de l’architecture et du patrimoine au Trocadéro est un musée de copies tout à fait atypique dans le paysage muséographique et culturel parisien. Il présente en effet une collection d’objets originaux : des copies grandeur nature de morceaux de monuments (portails romans et gothiques, fenêtres Renaissance, escaliers à vis, maquettes, etc.) que nous avons qualifiés de « document-monumentaires » (Fraysse, 2008). Ces documents en forme de monuments nous enseignent (docere) et nous renseignent (monere) sur le Moyen Âge. Ainsi, ces artefacts documentaires sont des copies de monuments, et en tant que copies, ce sont également des dispositifs de médiation des artefacts médiévaux. Cette collection de copies avait permis, à son origine au xixe siècle à Viollet-le-Duc de comparer des monuments éloignés et de constituer la science des monuments médiévaux. Aujourd’hui ce sont des objets médiateurs qui servent à expliquer aux publics les formes architecturales médiévales, et depuis 2007, cette évocation de l’architecture se poursuit jusqu’au xxe siècle sur un niveau supplémentaire d’exposition.

22En plus de ces deux musées d’objets et de morceaux d’architecture décontextualisés ou copiés, nous avons poursuivi l’investigation dans deux monuments parisiens : la Sainte-Chapelle et le palais voisin de la Conciergerie. Ces deux monuments médiévaux sont aujourd’hui gérés par le Centre des monuments nationaux (CMN), qui y organise des visites guidées et un ensemble d’événements. Uniques vestiges du Palais de la Cité, ces deux monuments gothiques sont les témoins d’une activité religieuse et politique importante dans ce quartier parisien. Réalisée en un temps record entre 1241 et 1248, la Sainte-Chapelle était destinée à abriter les plus précieuses reliques de la chrétienté, dont la Couronne d’épines du Christ acquise par saint Louis. Comme l’annoncent les documents promotionnels du CMN, le monument est aujourd’hui le symbole de l’architecture gothique « avec ses 15 verrières de 15m de hauteur, les vitraux des 1113 scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament racontant l’histoire du monde jusqu’à l’arrivée des reliques à Paris ». De nombreux dispositifs de médiation permettent aujourd’hui aux visiteurs de découvrir l’art gothique religieux ainsi que cet exemple relativement rare d’architecture médiévale encore en place. Du Palais de la Cité, édifice médiéval des xive et xve siècles, ne subsistent que les espaces dits de la Conciergerie : la salle des Gardes et la salle des Gens d’armes, érigées sous Philippe le Bel, ainsi que les cuisines édifiées sous Jean le Bon. Les outils numériques (application pour smartphone pour les vitraux de la Sainte-Chapelle et la tablette Histopad pour la Conciergerie) ont renouvelé récemment la médiation proposée aux visiteurs. C’est aussi dans ce cadre que des ateliers spécifiques, réservés aux publics fragilisés ont été conçus.

23Le cinquième lieu d’étude a été l’Institut du monde arabe (IMA) qui est une institution créée en 1982 pour permettre « une découverte du monde arabe, en combattant les idées reçues, et en présentant toute la diversité de ses cultures, ethnies, langues, confessions, depuis ses origines jusqu’à nos jours ». Les collections médiévales du musée sont réunies dans la section archéologique. Le reste des objets – art et artisanat, ethnographie et création – est plus contemporain. Il s’agit d’évoquer également les thématiques identitaires, religieuses, urbaines, etc. des civilisations arabo-musulmanes. Les exemples de l’écriture, des sciences et des routes caravanières sont largement illustrés par les objets collectionnés et les expositions thématiques régulières. L’atelier que nous avons suivi, organisé pour des publics déficients visuels dans le cadre de la Saison médiévale, s’inscrit dans l’esprit de la programmation générale de l’IMA de développer des activités permettant de comprendre le monde arabe. La focalisation sur le Moyen Âge n’est donc pas nécessairement au cœur des préoccupations de cette institution, mais il nous a paru intéressant précisément d’observer cet exemple.

2. Le Moyen Âge à travers le corps

24Avant de développer les exemples étudiés sur notre terrain, il convient de resituer la problématique de la déficience visuelle et ses retentissements sur les visiteurs. Plusieurs réalités en découlent selon la localisation de l'atteinte (œil, nerf optique, système cérébral), le degré de perte visuelle (partielle ou totale), la zone de vision impactée (acuité et/ou champ visuels), le nombre d’organes touchés (un œil ou les deux yeux), et la survenue de la déficience (à la naissance ou au cours de la vie). Cette déficience recouvre alors deux catégories de visions : d’une part la malvoyance, à savoir une perte partielle de la vision (floue, tubulaire, en anneau, ou avec tâches) ; d’autre part la cécité, désignant soit une perte importante de la vision (résidus visuels et perceptions lumineuses) soit, plus rare, une perte totale (noir). La cécité, minoritaire, concerne 10 % des personnes déficientes visuelles, et dans ce groupe de personnes atteintes de cécité, seules 12 % lisent le braille. L'adaptation à l’ensemble du public déficient visuel ne peut donc pas se limiter à l’ajout d’une traduction braille ; il est nécessaire de proposer également des caractères agrandis avec un fort contraste. La coordination des besoins des personnes aveugles et malvoyantes n'est pas toujours évidente, le braille et le dessin tactile placés par-dessus le texte et le dessin visuel pouvant créer un inconfort de lecture pour les visiteurs voyants ou malvoyants (voir exemple ci-dessous). 

Cartel d’une maquette démontable (croisée d’ogives), Cité de l'Architecture et du Patrimoine, conception Studio APA-création

© Muriel Molinier, 2017

  • i D’après Hoëlle Corvest ancienne chargée d'accessibilité à la Cité des sciences, séminaire de muséol (...)

25En plus de l’écriture, une multitude de vecteurs d’informations peuvent être envisagési. Les informations auditives dans des descriptions plus poussées sont stimulantes. La conversion d’informations auditives en informations tactiles, comme la reproduction d’œuvres, permet au visiteur déficient visuel de constituer de véritables répertoires de formes. Tous ces sens peuvent être également sollicités pour ressentir l’exposition en apportant une contextualisation par des objets médiateurs (odeurs, matières, bruitages, objets liés, etc.). Le ressenti passe aussi par l’implication du corps dans les dispositifs de médiation (insertion du corps dans le dispositif pour en localiser les éléments, reproduction d’un élément par le corps par exemple pour expliquer la poussée des voûtes). La compréhension d’un dispositif en action permet d’imprégner la mémoire corporelle (par exemple par les manipulations de maquettes démontables). En plus d’être complémentaires, tous ces niveaux de médiation peuvent également correspondre à des préférences de visites (par exemple, certaines personnes déficientes visuelles n’aiment ou n’osent pas toucher des objets).

2.1. L’adaptation de la médiation au public déficient visuel

26Plusieurs lieux partenaires de la Saison médiévale proposent une médiation autour des vitraux (musée de Cluny, Sainte-Chapelle, musée des Monuments Français, Cité des sciences). Nous nous intéressons ici plus particulièrement aux deux dispositifs de médiation autour des vitraux de la Sainte-Chapelle, présentés au musée de Cluny et à la Conciergerie, et nous décrivons l’ensemble du parcours de visite pour le public déficient visuel proposé dans ces lieux en juin 2017.

Dispositifs de médiation autour des vitraux de la Sainte-Chapelle exclusivement destinés au public déficient visuel : en haut au musée de Cluny, en bas à la Conciergerie

© Muriel Molinier, 2017

27Au musée de Cluny, le dispositif de médiation est installé dans la salle où sont réunis de nombreux vitraux sortis de leur contexte d’origine. Il porte sur l’un des vitraux de la Sainte-Chapelle, qui représente Samson et le lion. Bien que disposé au sein de la collection permanente du musée, le dispositif de médiation est cependant étiqueté « réservé au public non-voyant ». Des battants disposés de part et d’autre viennent le recouvrir et former une vitrine fermée à clé pour le rendre inaccessible aux autres publics. Seul le guide du musée les utilise lors des visites spécifiques pour le public déficient visuel, qui prennent la forme d’un parcours adapté avec le support des différents dispositifs : une maquette simplifiant des informations, des facs-similés reproduisant un objet à toucher, des bornes nommées « lutrins tactiles » augmentant les informations de certains expôts. Le parcours prévoit également de ressentir l'acoustique des lieux, les différentes matières des murs (romain et médiéval) et des sols ou encore des textures (le tissu des tapisseries, l’ivoire et l’os du narval). La Saison médiévale pour le public déficient visuel a fourni l’occasion d’améliorer cette visite, notamment grâce à l’expertise de la médiatrice de la Cité des sciences, qui a conduit à intégrer des éléments servant de repères spatio-temporels et à les recontextualiser dans la maquette.

28Dans notre exemple (photo du haut ci-dessus), le lutrin tactile réalisé par Accès Culture autour du vitrail de la Sainte-Chapelle se compose de deux représentations de ce vitrail : d’un côté, un fac-similé du vitrail (à gauche), qui s’illumine par activation du rétroéclairage ; de l’autre côté, des personnages et illustrations reconstitués au-delà du cloisonnement imposé dans le vitrail et légendés en braille (à droite) ; ces derniers mis en fort relief, créent différentes profondeurs de champ, tandis qu’un ajout de textures et de détails en faible relief correspondent à la grisaille du vitrail. Le dispositif est également accompagné d’un enregistrement sur cassette audio à activer. L’absence de couleurs – au premier abord – de ce dispositif sous vitrine, son accès stipulé réservé au public non-voyant, et l’utilisation exclusive du braille, nous amènent à considérer qu’il cible un public réduit de personnes déficientes visuelles, puisqu’il exclut les visiteurs mal-voyants, les non-braillistes mais aussi les autres publics voyants. Nous avons fait le même constat dans l’étude d’un autre dispositif de médiation récent du musée de Cluny (Molinier & Fraysse, 2020).

29À la Sainte-Chapelle, les dispositifs de médiation à destination du public déficient visuel sont présentés uniquement lors d’ateliers menés par une médiatrice, par ailleurs elle-même déficiente visuelle. Un premier temps se déroule dans la salle des Gardes de la Conciergerie, jouxtant la Sainte-Chapelle. Il y est proposé de découvrir le contexte du vitrail dans plusieurs monuments, dont la Saint-Chapelle, à travers des maquettes d’églises permettant d’en comprendre la construction et de situer le vitrail sur les hauteurs des façades. Des dessins d’élévation et des plans sont proposés en trois formats, selon la vision des visiteurs (planche en relief pour les personnes aveugles, planche en fort contraste pour les personnes malvoyantes, photos pour les accompagnateurs voyants, le tout accompagné d’un CD explicatif). Des fac-similés de vitraux, des évocations en tissus colorés et des planches en relief permettent d’en saisir les formes. À titre d’exemple de dispositif de médiation autour d’un vitrail de la Sainte-Chapelle, celui d’un panneau de la verrière de Judith (voir photo du bas ci-dessus), nous retrouvons la précédente combinaison entre : le fac-similé du vitrail (à droite), nécessitant ici d’être tenu à la verticale pour être traversé par la lumière ; l’évocation des personnages et des illustrations reconstitués au-delà du cloisonnement imposé par le vitrail (à gauche), avec ici une mise en relief en tissus et couleurs vives, et l’ajout de détails des textures suggérés dans la grisaille.

30Après cette découverte tactile, un second temps consiste à se rendre dans la Sainte-Chapelle et à en ressentir l'acoustique, alors contextualisée par toutes les informations transmises lors de l’atelier. L’objectif global est de proposer une visite impliquant tous les sens et tout le corps. En visitant la Sainte-Chapelle et la Conciergerie avec une guide déficiente visuelle, nous avons pu constater, in situ, une grammaire de production spécifique et adaptée. Il s’agit d’accéder aux volumes de l’architecture avec d’autres sens que la vue et avec une autre approche que le discours scientifique vulgarisé. Cet atelier de préparation à la visite propose donc de manipuler un ensemble d’objets médiateurs tactiles afin de mettre en place les conditions de compréhension physique et émotionnelle. L’objectif est de rendre sensible et sensorielle cette architecture de pierre et de verre.

31À travers ces deux exemples de dispositifs de médiation autour des vitraux, nous pouvons définir une médiation adaptée aux problématiques visuelles d’un public, conçue pour ce public, et qui lui est spécifiquement réservée – qu’elle s’inscrive dans le parcours de la collection permanente ou dans un atelier. Pour appréhender sensoriellement le Moyen Âge, une adaptation est ici nécessaire : une transposition, visant à restituer l’exhaustivité de l’expôt, ajoute ou accentue des informations par des reliefs. Une simplification peut intervenir dans les détails transposés en vue d’une meilleure compréhension et fluidité tactile, et non pour remplir un objectif de vulgarisation.

32Le Moyen Âge qui est proposé au musée de Cluny est un Moyen Âge artistique et architectural. Les expôts sont des vestiges de monuments ou des objets du pouvoir politique et religieux. Le discours présenté autour de ces objets est un discours d’Histoire de l’art : description des formes, datation, explication du contexte de production. Les dispositifs adaptés et réservés aux personnes aveugles se concentrent également sur la reconnaissance de formes et l’évocation d’informations essentielles, qui sont habituellement présentes sur les cartels. Quant à la Sainte-Chapelle, le discours adapté aux personnes déficientes visuelles se concentre sur un Moyen Âge architectural. L’atelier et la visite insistent sur la description des formes et évoquent très brièvement l’essence même de la Sainte-Chapelle qui est un écrin voulu par saint Louis pour abriter et montrer les reliques de la passion du Christ qu’il acheta à l’empereur de Constantinople. Le discours transposé est ainsi un discours d’Histoire de l’art limité à ses aspects techniques.

2.2. De l’adaptation à l’universalité

33Nous venons d’analyser des dispositifs de médiation pensés exclusivement pour les publics déficients visuels (parfois même pour une seule partie d’entre eux) et qui leurs sont réservés. À présent, nous nous intéressons aux dispositifs de médiation non-spécifiques qui s’inscrivent dans une dimension universelle : ce sont des dispositifs pensés pour tous et donc accessibles à tous, y compris aux personnes déficientes visuelles. Nous allons étudier deux propositions conçues universellement : l’une dans un atelier à l’Institut du monde arabe, l’autre intégrée dans l’ensemble du parcours de visite de l’exposition à la Cité des sciences.

34La Saison médiévale pour le public déficient visuel a été l’occasion de développer l’offre de médiation adaptée. En effet, c’est à la demande de la Cité des sciences que l’Institut du monde arabe a mis en place son premier atelier accessible au public déficient visuel, évoquant la période du Moyen Âge à l’extérieur de l’Europe. Baptisé « Sur la route des épices », cet atelier a proposé une contextualisation historique de ce voyage par : un parcours en pointillés sur une carte, une évocation par la musique, la lecture d’un récit de voyage, la découverte de la calligraphie de l’écriture arabe, la manipulation d’un instrument, l’olfaction de plusieurs épices et la création de mélanges d’épices personnalisés. L’adaptation à la déficience visuelle est repérable à travers le bombage de certains traits en léger relief (par exemple sur les lettres en français et en arabe), mais sans traduction braille. Une autre adaptation est observable sur une planche calligraphiée où les lettres en arabe sont soulignées de pointillés, tels des repères afin d’augmenter la compréhension des différences d’écriture (avec ou sans empattement), se modifiant selon la place des lettres dans les mots. En revanche, le choix de l'astrolabe comme seul instrument à manipuler pour le public déficient visuel nous semble très exigeant en termes de médiation. En effet, le fonctionnement de cet « attrapeur d’étoiles » est centré sur la vision : après avoir passé un pouce dans l’anneau, il fallait tendre le bras et laisser pendre l’astrolabe ; puis il s’agissait de viser une étoile en positionnant l’œil à travers deux trous, ce qui faisait pivoter une baguette, formant ainsi un angle par rapport à l’horizon ; enfin, reporter cette mesure sur le cadran de l’astrolabe représentant la sphère céleste en mouvement permettait de procéder à des calculs comme déterminer une latitude ou l’heure. La découverte tactile de cet objet complexe peut donc ne pas suffire à appréhender la matérialité de ce qu’il sous-tend en matière d’astronomie comme l’espace, les planètes, les étoiles, l’horizon ; des notions qui peuvent se révéler abstraites lorsque l’on est privé de la vue.

35Par ailleurs, l’occasion de la Saison médiévale et l’optique d’intégrer la Réunion des Établissements Culturels pour l’Accessibilité (RECA), a également favorisé le partenariat inter-structures : c’est donc accompagnés par les médiatrices de la Cité des sciences et de la Cité de l’architecture que les médiateurs de l’IMA ont créé cet atelier. Par ces acteurs sensibilisés et sensibilisant à une médiation accessible universellement, celle-ci est pensée dès sa création. L’atelier et toutes ces activités sont donc accessibles aux publics mal et non voyants mais aussi aux publics voyants. Cependant, du fait d’un atelier sur réservation, les dispositifs n’étaient ni à disposition des visiteurs, ni utilisables en toute autonomie. De plus, nous n’avons pas pu observer la prise en compte des autres déficiences dans cet atelier présenté pour tous (comme la compensation des informations sonores pour le public déficient auditif). L’aboutissement et la pérennisation de cet atelier a abouti à la création d’une mallette multi-sensorielle réalisée par Tactile Studio, entreprise de fabrication de dispositifs en accessibilité universelle, axant néanmoins sur l’entrée par la déficience visuelle (par exemple, les planches d’écriture arabe ont été traduites en braille).

36Car une médiation en accessibilité universelle ne consiste pas en la seule mise en commun d’une adaptation au public déficient visuel proposée au grand public. La méthode de conception universelle, qui a vu le jour dans l’architecture et le design (grâce à Ronald Mace dans les années 80), repose sur l’intégration dès le cahier des charges des limitations fonctionnelles engendrées par les quatre grandes déficiences (motrices, mentales, visuelles et auditives) : ces limitations fonctionnelles devenant alors sources d’améliorations collectives. De cette façon, le dispositif unique qui en résulte est universel en cela qu’il est optimisé pour tous, c’est-à-dire qu’il anticipe les difficultés de chacun. Nous avons questionné cette transposition de la conception universelle de l’architecture à la médiation muséale avec la particularité de l’intervention du langage, et distingué plusieurs catégories de médiation universelle (Molinier, 2019)

37Pour créer ses dispositifs en conception universelle, la Cité des sciences a la particularité d’avoir dans son service d’accessibilité des référents pour chaque grande catégorie de déficience. Certains de ces chargés d’accessibilité sont des professionnels eux-mêmes fragilisés, qui incarnent les problématiques sur lesquelles s'appuyer pour mettre en œuvre une conception universelle de la médiation. Cependant, tous ces référents sont formés à la muséographie ainsi qu'aux problématiques générales de la déficience dont ils ont la charge, qu’ils en soient ou non impactés (par exemple pour la déficience visuelle : le braille, la canne blanche, etc.). 

38Prenons l’exemple d’un dispositif de médiation de l’exposition Quoi de neuf au Moyen Âge ? présentant le mobilier funéraire d’une sépulture féminine retrouvée dans la nécropole de Vicq (tombe 756), l’une des plus importantes nécropoles du premier Moyen Âge en Europe (voir photo ci-dessous).

Restitution inspirée de la tombe 756, fouilles (1976-1987) de la nécropole de Vicq (Yvelines), Cité des sciences et de l’industrie, exposition Quoi de neuf au Moyen Âge ? 

© Muriel Molinier, 2017

  • ii SOULAT Jean , « Vicq, une immense nécropole mérovingienne », Archéologia, n° 504, 2012, p.26-38.

39Le dispositif se compose de plusieurs éléments dont nous allons détailler une partie. À l’arrière, une reconstitution de la tombe est proposée, avec les bijoux funéraires installés dans leur état de découverte lors des fouilles : paire de fibules ansées de type wisigoth, bague, paire de fibules aviformes (ayant la forme d’un oiseau), plaque-boucle de type wisigoth, perlesii. À l’avant sont présentées des reproductions de ces bijoux, pour une découverte tactile. Les noms de ces objets sont indiqués sous la reproduction (accompagnées de leur traduction en anglais, en italien et en braille) en des termes vulgarisés : grandes fibules en argent, bague, petites fibules, plaque-boucle ceinture de style cloisonné, perles en pâte de verre. Notons que sont majoritairement ajoutés des éléments d’explication sur les matériaux, la taille ou le style des bijoux. Par rapport au discours scientifique, ont disparu la description de la forme d’oiseau et les références wisigothes. Ces dernières s’expliquent par le jeu dont la consigne se situe sur la gauche du dispositif : « D’où viennent vos bijoux, Madame ? Les archéologues ont trouvé cinq bijoux dans cette tombe de femme. Deux d’entre eux prouvent qu’elle faisait partie de l’élite wisigothe. Lesquels ? ». Le dessin d’une main appuyant sur un bouton invite à reproduire le geste sur les boutons à proximité. La lumière de couleurs vient valider (bleu/vert) ou invalider (rouge) le résultat.

40Ce dispositif de médiation permet une accessibilité motrice (à hauteur de fauteuil roulant), intellectuelle (vulgarisation), visuelle (reproductions à toucher), et auditive (voyant lumineux). Mais, au lieu d’adaptations isolées et empilées pour différentes catégories de publics, ici un seul et même dispositif de médiation intègre ces critères dès sa conception. Ainsi, chaque visiteur peut se saisir de ce dispositif conçu universellement, donc optimisé pour pallier ou prévenir les difficultés, et favoriser l’autonomie. De plus, en l’absence de problématique médico-sociale, le visiteur découvre des opportunités de médiation innovante issue de cette réflexion autour de la compensation des déficiences (tels que les dispositifs sensoriels) et mise à la disposition de tous.

41Quel Moyen Âge rencontre-t-on alors dans ces dispositifs universels ? Au cours de cet atelier de l’IMA, l’attention s’est tellement focalisée sur les manipulations et les activités tactiles, sonores ou olfactives, que le Moyen Âge a presque disparu des préoccupations des médiateurs et des participants. Ce Moyen Âge oriental arabo-musulman a pourtant des caractéristiques propres, et sa comparaison avec l’Occident médiéval serait un levier pédagogique intéressant. Il est cependant courant d’observer dans ces ateliers de pratique patrimoniale que le savoir diffusé est celui du médiateur. Quand celui-ci n’est pas spécialiste de l’Histoire et du Moyen Âge, il insiste davantage sur d’autres aspects des savoirs, et notamment sur des compétences techniques utiles à l’activité qu’il anime. Le désir d’immersion dans un Moyen Âge ludique et le détour par l’activité concrète incitent également les participants de l’atelier de la route des épices à l’IMA ou les visiteurs de l’exposition à la Cité des sciences, à ressentir (émotionnellement et olfactivement), à toucher, à voir, à entendre un Moyen Âge incarné. Dans l’exposition Quoi de neuf au Moyen Âge ? le corps et l’esprit des personnages médiévaux s’adressent directement au visiteur pour l’impliquer et capter son esprit. Cependant cette attention est le plus souvent concentrée sur la règle du jeu plutôt que sur le contenu scientifique. Une sorte de détournement s’opère par le jeu, l’expérience ou l’immersion, qui peuvent finir par faire écran entre les publics et le discours scientifique.

Pour conclure

42Nous l’avons mis en lumière à travers cette étude, les publics déficients visuels ne bénéficient pas d’offres de médiation équivalentes dans toutes les institutions culturelles qui les accueillent : réservée (exclusive) ou universelle (inclusive) ; balbutiante ou experte ; mobilisant certains ou tous les vecteurs d’information ; conçue en interne ou sous-traitée ; menée par un médiateur novice de la problématique, expert ou lui-même déficient visuel ; privilégiant une venue avec ou sans accompagnateurs ; dans un atelier, une visite ou intégré à la muséographie. Les visiteurs déficients visuels doivent également composer avec des informations partielles ou absentes (visites ou adaptations sur demande, parfois non mentionnées sur les programmes papier ou les sites internet), et effectuer des démarches complémentaires de renseignement et/ou de réservation. En revanche, une médiation universelle produit une fluidité en proposant des dispositifs pour tous, accessibles en autonomie, à disposition sans demande préalable. C’est le sens même de l’inclusion, l’accès de tous à tout, qui rompt avec une appréhension spécifique des personnes pour les considérer comme éléments d’un tout.

43Nous avons récemment mis en évidence dans les musées des beaux-arts cette même concomitance entre la catégorisation des publics perçus comme spécifiques et le glissement vers une universalité (Molinier, 2019). Cependant, nous avons également questionné une universalité qui semble restreinte au regroupement entre publics déficients et grand public, excluant en même temps les publics dits du champ social, à savoir confrontés à des problématiques sociales. En effet, la dichotomie et la différence d’approche entre accessibilité et champ social est une pratique courante au sein des services des publics des musées français et même des réseaux ministériels (respectivement la RECA et Vivre Ensemble, réseaux parisiens tous deux pilotés par la Cité des sciences / Universcience). Or, nous avons mis en avant que les lieux culturels aguerris à la pratique de la conception universelle augmentent intuitivement leurs publics cibles pour tendre vers une plus grande universalité, alors transversale aux deux approches. C’est notamment le cas de la Cité des sciences (Las Vergnas, 2002).

44Cette enquête empirique nous a permis de distinguer des médiations (adaptée, réservée, universelle, en autonomie ou non), et des typologies de Moyen Âge (artistique, technique, architectural, archéologique, ludique, voire absent), que nous proposons de synthétiser dans le tableau suivant : 

Institution

Musée de Cluny

Sainte-Chapelle

Cité de l’architecture

Institut du
monde arabe

Cité des sciences

Médiation pour public déficient visuel

exclusive :

réservée au public aveugle, en autonome

et visite adaptée

exclusive :

atelier adapté non autonome

suivi de visite adaptée

inclusive :

universalité partielle en autonome

et visite adaptée

inclusive :

universalité ponctuelle (atelier réservé) non autonome 

inclusive : 

universalité totale en autonome

et visite de groupe

Type de 

Moyen Âge

artistique

technique

architectural

technique

architectural

absent

archéologique

ludique

45Nous avons par ailleurs mis en avant une médiation doublement accessible : par une simplification du discours scientifique (un discours de vulgarisation attendu), et par la prise en compte de la privation de la vue (une transposition sensorielle). 

46D’après nos analyses, le Moyen Âge, qui est tout autant une notion qu’une période de l’Histoire, est perceptible à travers une double série de traces : des artefacts et des discours, que ces derniers soient scientifiques, fictionnels, ou de médiation. La vulgarisation du discours scientifique est complétée par une autre transposition : l’adaptation aux personnes déficientes visuelles. Cette adaptation n’est pas une nouvelle traduction. C’est une fabrique de connaissances à partir des problématiques inhérentes à ce public et de sa capacité à percevoir les objets de manière sensorielle et sensible. Cette reconstruction du sens selon une « grammaire de reconnaissance » aboutit pourtant à un résultat similaire à la vulgarisation scientifique classique : le Moyen Âge y est réduit à l’un de ses aspects. Il est uniquement architectural et technique à la Cité de l’architecture et à la Sainte-Chapelle, artistique au musée de Cluny, alors qu’il semble presque absent dans l’atelier de l’Institut du monde arabe, et archéologique voire ludique à la Cité des sciences dans l’exposition Quoi de neuf au Moyen Âge ?

47Cette réduction nous semble liée à la prégnance du concepteur du discours de médiation, que nous avons déjà remarquée pour d’autres corpus, avec d’autres points d’application (Fraysse, 2015). En l’occurrence, il n’est pas étonnant de voir le Moyen Âge transformé en prétexte à une activité quand le spécialiste qui anime la visite ou l’atelier n’est pas médiéviste, ou bien de voir ressurgir une approche schématique et simplifiée à travers les dispositifs de médiation. Les artefacts documentaires que sont les maquettes de la Cité de l’architecture et du patrimoine fortifient les stéréotypes de la chapelle romane et de la cathédrale gothique. Le fait de proposer au public d’assembler un arc en plein cintre pour expliquer l’architecture romane ou un arc brisé pour simuler une architecture gothique peut sembler réducteur et simplificateur pour un spécialiste d’Histoire de l’art, même si le médiateur peut apporter des nuances et des explications, en précisant par exemple qu’il existe de petites églises gothiques ou de grandes cathédrales romanes. 

48Enfin, nos observations nous amènent à envisager une perspective universelle de la médiation des artéfacts médiévaux, rendant par là-même un peu paradoxale une Saison médiévale spécifique aux publics déficients visuels. Ne pourrions-nous pas faire partager l’ensemble de cette découverte sensorielle à tous les publics ? Ainsi pris dans cette ambition universelle, le goût du Moyen Âge pourrait se répandre à partir de la circulation d’artefacts médiévaux mieux expliqués et plus faciles à comprendre ; le caractère universel de la médiation devenant une source de renouvellement des représentations.

Haut de page

Bibliographie

Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Âge, Paris, Plon, 1996.

Tommaso di Carpegna Falconieri, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge (traduit de l’italien par Michel Grévin), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

Isabelle Catteddu et Hélène Noizet (dir.), Quoi de neuf au Moyen Âge ?, Paris, éditions de La Martinière, Cité des sciences et de l’industrie, Institut National de la Recherche Archéologique Préventive, 2016,190 p.

Jean Davallon, « Penser le patrimoine selon une perspective communicationnelle », Sciences de la société, n°99, 2017, p. 14-29.

André Desvallées et François Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Colin, 2011, 722 p.

Dominguez-Guillaume Véronique et Douchet Sébastien, « Moyen Âge et politique aujourd'hui», Perspectives médiévales n°40.

Vincent Ferré (dir.), Médiévalisme, modernité du Moyen Âge, Paris, L’Harmattan, 2010.

Patrick Fraysse, « Fabrique, déplacement et copie de monuments : approche info-communicationnelle du patrimoine », dans Capucine Lemaître et Benjamin Sabatier (dir.), Patrimoines : fabrique, usages et réemplois, Québec, Editions Multimondes, 2008, p. 233-249.

Patrick Fraysse, Patrimoine, médiation et Moyen Âge : Regard des Sciences de l’information et de la communication, Habilitation à diriger des recherches, soutenue le 3 décembre 2015 à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès, 3 volumes : 86 p. ; 282 p. & 147 p.

Patrick Fraysse, « Les mises en scène du Moyen Âge dans les fêtes populaires médiévales », Communication et Langages n°19, 2017, p. 29-50.

Daniel Jacobi, Les musées sont-ils condamnés à séduire ? Et autres écrits muséologiques, Paris, MKF éditions, 2017, 287 p.

Marie-Laure Las Vergnas, « La prise en compte des visiteurs handicapés », La Lettre de l'OCIM, n°79, 2002, p.17-20.

Muriel Molinier, « Inverser la relation public/musée dans une médiation culturelle engagée », dans François Mairesse (dir.), Définir le musée du XXIe siècle : matériaux pour une discussion, Paris, Comité international pour la muséologie (ICOFOM), 2017, p. 246-249.

Muriel Molinier, La voie de l'inclusion par la médiation au musée des beaux-arts : des publics fragilisés au public universel, Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et Communication, sous la direction d’Alain Chante & Patrick Fraysse, Montpellier, Université Paul Valéry, soutenue le 9 décembre 2019, 1022 p.

Muriel Molinier, « Quand la médiation bouscule la patrimonialisation : l'exemple d'un dispositif Museomix », dans Julie Deramond, Jessica de Bideran, Patrick Fraysse (dir.), Scénographies numériques des patrimoines : entre reconstitution et médiation, Avignon, Éditions Universitaires d'Avignon, 2020 (à paraître).

Muriel Molinier et Patrick Fraysse, « Le Moyen Âge tactile : exemple au musée de Cluny d’une médiation adaptée au public déficient visuel », dans Lila Yawn, Tommaso di Carpegna Falconieri et Pierre Savy (dir.), The Middle Ages in the Modern World, Actes du colloque international MAMO, Rome, 21-24 novembre 2018, Rome, École française de Rome, 2020 (à paraître).

Eliséo Véron et Martine Levasseur, Ethnographie de l’exposition : l’espace, le corps et le sens, Paris, Bibliothèque publique d’information, centre Georges Pompidou, 1989.

Haut de page

Note de fin

i D’après Hoëlle Corvest ancienne chargée d'accessibilité à la Cité des sciences, séminaire de muséologie « Vers une accessibilité universelle dans les expositions : partage de pratiques », Muséum de Toulouse, décembre 2018.

ii SOULAT Jean , « Vicq, une immense nécropole mérovingienne », Archéologia, n° 504, 2012, p.26-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Fraysse et Muriel Molinier, « Vers une perspective universelle de la médiation sensorielle des artéfacts médiévaux. », Perspectives médiévales [En ligne], 41 | 2020, mis en ligne le 25 janvier 2020, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/peme/24767 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.24767

Haut de page

Auteurs

Patrick Fraysse

Professeur en Sciences de l’information et de la communication, Université Paul Sabatier – Toulouse, France 

Muriel Molinier

Docteure en Sciences de l’information et de la communication, ATER à l’IUT Paul Sabatier – Toulouse, France

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page