Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Études et travauxSeuils et paratextesAux seuils du monde animal : le b...

Études et travaux
Seuils et paratextes

Aux seuils du monde animal : le bestiaire médiéval du péritexte au métatexte

Yoan Boudes

Résumés

Les péritextes évoqués par Gérard Genette sont partie intégrante de la culture écrite que les manuscrits nous transmettent et les études médiévales sont depuis longtemps solidement outillées pour aborder les enjeux attachés à ces productions qui accompagnent les textes, tous genres confondus, dans leur support matériel. Ainsi, si l’usage de la notion reste délaissé pour décrire les modalités de leur présence – car plus efficacement recoupé par les notions de mise en page et en livre – elle n’est peut-être pas inutile quand il s’agit, justement, d’étudier la dynamique que ces espaces supportent. À partir de l’exemple du bestiaire médiéval, cet article tente de mesurer les enjeux théoriques que les particularités de la textualité manuscrite supposent dans une étude du paratexte genettien. Ces textes, à la finalité didactique forte, peuvent se retrouver efficacement prolongés par un outillage péritextuel qui, conscient des enjeux portés par la voix du clerc, vient les matérialiser et les offrir visuellement aux lecteurs du manuscrit. Figurant les enjeux poétiques et éthiques de l’œuvre, ce péritexte se comprend toutefois dans un décentrement de la notion par rapport à la théorie genettienne, qui en fait l’espace d’un contrat entre auteur et destinataires de l’œuvre. Or, les modalités de production et de copie des textes médiévaux viennent plutôt redistribuer la dynamique active portée par la péritextualité entre les scribes et la communauté pour laquelle l’œuvre circulera, ses commanditaires et son public. Si l’enjeu fonctionnel du péritexte s’en trouve parfois renforcé, l’auteur, actant essentiel chez Genette, peut s’en trouver écarté bien que sa figure, paradoxalement, y soit consolidée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, « Points », 1987, p. 7.
  • 2 Ibid., p. 9.
  • 3 Idem. Il ajoute : « on peut sans doute avancer qu’il n’existe pas, et qu’il n’a jamais existé, de t (...)
  • 4 Certaines typologies employées sont nettement ancrées dans les pratiques éditoriales modernes et co (...)

1Qu’un texte « se présente rarement à l’état nu1 », comme l’écrit Gérard Genette dès les premières lignes de Seuils, relève certainement, pour les médiévistes habitués à la fréquentation des manuscrits, du truisme. Pourtant, quelques pages plus loin, c’est bien aux époques antiques et médiévales que le critique attribue leur circulation à l’état « presque brut, sous forme de manuscrits, dépourvus de toute formule de présentation2 ». S’il nuance aussitôt son propos en rappelant qu’un simple geste de transcription suppose déjà des « effets paratextuels3 », il reste que, dans une chronologie qui voit progressivement croître la présence de péritextes, Seuils laisse quelque peu le Moyen Âge à la marge. Convoquée ponctuellement et surtout comme pré-histoire, la littérature médiévale reste discrète dans son catalogue typologique. Le critique justifie d’ailleurs son propos dans l’introduction : son enjeu est synchronique, non diachronique, et, à un tel poste d’observation, c’est bien la culture du livre imprimé et les pratiques éditoriales modernes qui fournissent le socle de l’analyse4.

  • 5 Parmi plusieurs exemples, le numéro 38 de Perspectives médiévales consacré aux relations entre text (...)

2Est-ce à dire que la notion perd toute pertinence pour rendre compte des œuvres médiévales dans leur environnement manuscrit ? Le cadre théorique que développe le critique se heurte-t-il donc à la radicale altérité du support manuscrit ? Rien n’est moins sûr car, après tout, la typologie des paratextes que Genette passe en revue est bien représentée dans la textualité médiévale : on rencontre dans de nombreux manuscrits prologues et noms d’auteurs, intertitres ou tables des matières. La notion a ainsi été souvent mise à profit par les médiévistes eux-mêmes, qui ont su en exploiter la pertinence et en reprendre la terminologie dans différentes perspectives5. Quels échos donc les effets paratextuels de lecture et de réception peuvent‑ils trouver dans les pratiques médiévales ? On souhaiterait tenter ici d’explorer ces enjeux à partir de l’exemple du corpus constitué par les bestiaires français. Ces textes des xiie et xiiie siècles, qui continuent à être copiés par la suite, seront l’occasion d’évoquer de manière synthétique les problématiques soulevées par la théorie genettienne pour évaluer le rôle de la textualité périphérique mise en système par Gérard Genette.

Péritexte et mise en page

Espaces

  • 6 Gérard Genette, Palimpsestes, Paris, Seuil, 1982, « Points », p. 10-11. On peut noter que le terme (...)
  • 7 ibid., p. 10.
  • 8 Cette limitation du paratexte est préconisée plus généralement par Andrea del Lungo, « Seuils, ving (...)
  • 9 Si Seuils n’aborde extensivement que le paratexte verbal, l’image est intégrée au système dès l’int (...)
  • 10 Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 7.

3C’est en 1982, dans Palimpsestes, que la notion de paratextualité apparaît : elle y est la deuxième des relations transtextuelles6, constituant un des modes de relation qu’un texte peut entretenir avec d’autres. Dans ce cadre, sa particularité est de nature spatiale puisqu’elle est fondée sur le rapport d’un texte à ce qui l’entoure physiquement. Ce périmètre, énoncé sous forme de liste7, amorce ce qui sera, quelques années plus tard, la structure de Seuils, tout entier consacré à l’étude de ces espaces périphériques. La table des matières de l’ouvrage fait d’ailleurs office de typologie en rassemblant les différentes formes de paratextes qu’un lecteur peut rencontrer au fil de sa lecture. Si Gérard Genette englobe, au sein de la catégorie de paratexte, l’épitexte (situé hors du support écrit où se trouve le texte) et le péritexte, c’est ce dernier uniquement qui nous intéressera, lui qui circule sur le même objet que l’œuvre qu’il accompagne8. Noms de l’auteur, titres, tables, résumés, prologues, etc., accompagnent le texte et existent dans sa périphérie. La métaphore spatiale inaugurée par le titre se poursuit au fil de l’exposé : le péritexte est vestibule, frange, lieu entre dedans et dehors. Cette définition métaphorique autorise également un élargissement à des formes non verbales de péritexte, comme l’illustration9, dans la mesure où celle-ci est co-présente au texte, cette « suite plus ou moins longue d’énoncés verbaux plus ou moins pourvus de signification10 », bloc brut qui assumerait seul la charge de constituer le texte en œuvre et serait la principale cible de la lecture.

  • 11 Tania Van Hemelryck, « Cachez cette marge que je ne saurais voir… Le philologue et le contre-texte (...)
  • 12 Ibid., p. 25 : « ces espaces blancs […] permettent de distinguer l’œuvre contenue dans un livre du (...)
  • 13 « un élément de paratexte est toujours subordonné à “son” texte, et cette fonctionnalité détermine (...)
  • 14 Par exemple, dans le cas de la Bible, voir Lesley Smith, The Glossa Ordinaria. The Making of a Medi (...)
  • 15 Plus généralement, le rôle central des productions dans l’espace marginal dans le processus de lect (...)
  • 16 Olivier Delsaux, « Le texte contre comme contre-texte. Observations sur les fonctions des colophons (...)

4Pour le médiéviste, la distinction visuelle entre un bloc textuel central et diverses productions périphériques trouve un écho immédiat dans sa propre appréhension du texte médiéval quand il s’agit de le lire » en contexte », sur le support de la copie manuscrite produite et diffusée au Moyen Âge. Au premier degré, une telle discrimination entre texte et périphérie peut être le produit de diverses procédures comme, par exemple, l’usage de l’encre rouge qui permet de distinguer le corps du texte en noir des rubriques, ou par le cadre de réglure qui délimite sur chaque page la zone de copie et ses marges. Pour ces dernières, Tania Van Hemelryck a pu d’ailleurs proposer une mise en perspective théorique à partir de la notion de « contre-texte », envisagé d’un point de vue philologique et codicologique, pour en valoriser l’usage dans une perspective de critique littéraire11. Ces espaces originellement vierges qui entourent (feuillets de garde) et encadrent (marges) le texte, définis d’abord par leur fonction protectrice et organisatrice vis-à-vis du texte qu’ils délimitent12, sont bien à envisager aussi en diachronie puisqu’ils peuvent être investis par la suite. Les marges peuvent ainsi être complétées ou enrichies par des inscriptions, notamment par des notes, commentaires, manicules. Tables, enluminures, colophons et titres courants intègrent eux aussi cet ensemble de dispositifs qui accompagnent le texte et circulent avec lui sur le même support. À cet égard, il faut sans doute déjà nuancer la place périphérique qui fonderait la nature du péritexte, qui n’est peut-être pas toujours nécessairement subordonné13. La pratique médiévale de la glose suppose ainsi de repenser une distinction trop frontale entre centre et marges : prolongeant le texte théologique ou philosophique avec lequel elle s’articule, la glose n’en est pas pour autant secondaire14. Au contraire, elle est bien centrale dans l’opération de lecture, constitue l’apport nouveau offert au lecteur à partir d’un texte déjà connu et déjà lu et peut même, quantitativement, occuper la majorité de l’espace de la pagina15. Quoi qu’il en soit, le texte des œuvres médiévales, dans le manuscrit, ne s’offre donc pas seul mais bien entouré de productions que l’on peut, en ce sens, qualifier de péritextuelles, au sens que lui donne Olivier Delsaux : « tout ce qui ne fait pas partie de l’assemblage verbal qu’est le texte16 ».

  • 17 Sur la place de la philologie dans l’histoire des études médiévales, voir Patrick Moran, « La poéti (...)

5L’attention à la fabrication du codex et aux logiques de copie, forte de son évidence même, n’a, semble-t-il, pas eu besoin d’être immédiatement régénérée par une nouvelle terminologie critique à la sortie de Seuils en 1987 : l’outillage scientifique essentiel et originel de la philologie et de la codicologie a répondu aux problèmes posés par la textualité d’avant l’ère de l’imprimerie et fonde encore tout travail d’édition17. Cette préoccupation constante à l’égard de la particularité manuscrite a ainsi construit un soubassement épistémologique fondamental pour les médiévistes. Tous les éléments du livre, qui relèvent de la péritextualité, y compris ceux qui ne sont pas toujours nommés comme tels par la critique, sont donc loin d’être absents des travaux de recherche. Ces derniers mobilisent efficacement ce concept, à la fois pour en affiner la compréhension et la définition mais aussi, une fois ce contexte péritextuel restitué, en expliciter l’articulation herméneutique et esthétique avec le texte autour duquel il se déploie.

  • 18 Voir notamment la place de l’image dans Florence McCulloch, Medieval Latin and French Bestiaries, C (...)
  • 19 Ainsi Ludmilla Evdokimova, « La disposition des lettrines dans le Bestiaire de Pierre de Beauvais e (...)
  • 20 Sarah Kay, Animal Skins and the Reading Self in Medieval Latin and French Bestiaries, Chicago/Londo (...)
  • 21 Sylvie Lefèvre, « Le Bestiaire de Philippe de Thaon : ordre et mise en page. “Itaque trifarie sparg (...)

6En ce qui concerne les bestiaires, il faut rappeler la place prépondérante qu’occupe l’étude des miniatures dans la tradition critique. Ces dernières ont largement servi à identifier les familles textuelles et leurs diverses versions, en particulier pour les bestiaires en latin18. L’ordre des notices animales et l’unité de celles-ci, rendus évidents et matérialisés par la rubrique ou l’incipit, ont aussi été largement interrogés19. Plus récemment, Sarah Kay a développé une analyse philologique et codicologique particulièrement fine pour étudier le bestiaire in situ, en actualisant tous les enjeux que le support manuscrit, dans sa matérialité et son arsenal péritextuel, permettait de révéler à la lecture du bestiaire, en prenant notamment en compte les « accidents » matériels survenus sur le support20. Sylvie Lefèvre a également enrichi l’étude du Bestiaire de Philippe de Thaon en montrant la cohérence des péritextes (rubriques latines et enluminures) avec le texte lui-même et son projet littéraire : solidaires, le texte et sa mise en livre permettent de révéler la logique fondamentale du genre, pris entre l’un et le double21. Ainsi, si ces travaux ne font pas explicitement référence à la théorie genettienne, ils n’en perdent pas moins de vue l’enjeu d’efficacité et de fonctionnalité attribué au péritexte dans le fonctionnement herméneutique du texte.

  • 22 Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, dir. Henri-Jean Martin et Jean Vezin, Paris, Édit (...)
  • 23  Sur cet enjeu, voir Sarah Delale, Diamant obscur. Interpréter les manuscrits de Christine de Pizan(...)

7De fait, les pratiques médiévales identifiées au fil de ces analyses sont plutôt, dans de nombreuses études, rassemblées sous les expressions de mise en page et mise en texte, qui peuvent se combiner à celle de mise en livre22. Cette dernière, en matérialisant le texte dans le livre, pour reprendre la distinction de Gérard Genette, dépasse largement le concept de péritexte genettien puisqu’elle intègre des éléments hétérogènes (soulignement, couleur de l’encre, réglure, etc.) en plus des productions verbales ou iconographiques. Là où le péritexte est un outil herméneutique qui suppose deux entités distinctes – un texte et ce qui l’accompagne – pour en étudier les relations, codicologie et philologie soulignent souvent l’imbrication jusqu’à la fusion du texte et du péritexte23. Mieux à même de couvrir la textualité manuscrite, ces approches s’ancrent bien spécifiquement dans les conditions de fabrication et de circulation propres à l’époque pré-gutembergienne pour penser le sens des œuvres.

Acteurs et temporalités

  • 24 Voir Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 14.
  • 25 Parmi une vaste bibliographie, on peut par exemple mentionner : Sarah Jane Williams, « An author’s (...)

8Ce faisant, les études médiévales témoignent aussi de leurs spécificités face à l’un des traits définitoires du péritexte genettien, qui prend pour paradigme le régime de textualité imprimée. Chez Genette, le péritexte est, à quelques exceptions près, uniquement conçu comme auctorial ou éditorial. Ce sont ces deux instances qui sont responsables de sa production et le critique souligne qu’elles travaillent souvent de concert et, même dans le cas d’un péritexte allographe, cette responsabilité est alors consciemment déléguée24. Une telle restriction est problématique dans le cas des manuscrits médiévaux. Bien sûr, les pratiques éditoriales de plusieurs auteurs de la fin du Moyen Âge, qui dirigent et programment la mise en livre de leurs œuvres, sont bien connues et étudiées, à travers les exemples de Guillaume de Machaut, Charles d’Orléans ou encore Christine de Pizan25.

9Cependant, cette prise en charge auctoriale ne saurait être étendue à l’ensemble de la production textuelle médiévale manuscrite : le phénomène de la copia reste étranger à la théorie genettienne qui rattache le péritexte à la figure et à la conscience de l’auteur, considéré comme auteur autant que comme scripteur du texte. L’enjeu se double d’une problématique temporelle : le péritexte serait conçu le plus souvent, toujours selon Genette, en même temps que le texte. Parmi les cas qu’il envisage, rares sont ceux pour lesquels conception du texte et mise en forme éditoriale sont chronologiquement éloignées. Or, dans le contexte de la production médiévale, la variété des possibles de la mise en page, la diversité des ateliers ou l’épaisseur chronologique font de chaque copie d’un texte une refonte totale de sa péritextualité, elle aussi concernée par le phénomène de la variance. Dans le cas du bestiaire, un passage en revue rapide des manuscrits suffirait à l’illustrer : il est difficile d’unifier sous des invariants péritextuels la diversité des formes de sa transmission. À l’échelle du genre comme à celle de l’œuvre, des tendances sont certes observables mais toute mise en système achoppe. Si certains manuscrits accompagnent chaque notice d’une illustration, d’autres ne prévoient aucunement cet appareillage. Le même constat est applicable aux rubriques : certaines copies proposent systématiquement un titre à chaque notice, d’autres ne marquent leurs incipits que par une lettrine, un passage à la ligne ou la séparation d’une enluminure. De plus, à l’échelle des manuscrits, dans le cas de bestiaires contenus dans des recueils hétérogènes, les autres textes présents dans le support manuscrit peuvent être considérés comme autant de péritextes, dont la nature varie d’une copie à l’autre, selon les logiques de mise en recueil.

10D’autres facteurs doivent de plus être pris en compte pour aborder le péritexte médiéval : l’évolution des pratiques et des milieux des commanditaires dans lesquels il circulera, pourront influencer l’existence, la richesse et le niveau d’élaboration de l’outillage péritextuel – par exemple la place et la fonction assignées à une préface dédicatoire mentionnant le patron. Les temporalités et les destinateurs que Genette corrélait à ces productions se trouvent ainsi profondément affectés dans l’économie du livre manuscrit médiéval. Est-ce pour autant que la fonction assignée à la notion s’en trouve modifiée ? Certes, Gérard Genette est bien conscient de l’hétérogénéité des situations selon les époques et les productions textuelles considérées, bien qu’il en ait mesuré avant tout la réalité dans les formes éditoriales modernes. C’est en fait sa définition de la péritextualité qui en garantit l’unité conceptuelle puisqu’elle se trouve conçue chez lui, avant tout, à partir de ses enjeux fonctionnels.

Irréductibles seuils ?

Borner et identifier

  • 26 Ainsi, il « entour[e] et prolong[e] [le texte], précisément pour le présenter, au sens habituel de (...)
  • 27 Pour une mise en perspective, voir Roger Chartier, « Qu’est-ce qu’un livre ? Métaphores anciennes, (...)
  • 28 Voir Palimpsestes, op. cit., p. 9 où le théoricien fait référence au pacte générique théorisé par P (...)

11Le critique l’affirme d’emblée : le péritexte existe surtout comme fonction d’accompagnement et de subordination totale à un texte qu’il a à charge de « rendre présent », expression employée, en italiques, par Gérard Genette dans la définition liminaire de Seuils, qui la conçoit comme le prolongement de la « présentation » du texte que le péritexte assure26. Autrement dit, le paratexte est essentiel pour l’articulation entre le texte et le livre, ce dernier étant conçu comme objet physique qui porte et matérialise la suite d’énoncés que constitue le texte27. Cette opération est pensée, dans la théorie genettienne, comme un pacte entre l’auteur et les lecteurs. Ce faisant, le paratexte, « un des lieux privilégiés de la dimension pragmatique de l’œuvre, c’est‑à‑dire de son action sur le lecteur », gagne une valeur contractuelle forte28, malgré, concernant la littérature médiévale, certaines limites que nous venons d’évoquer brièvement.

  • 29 Sur ces notions, voir Lire le manuscrit médiéval, sous la direction de Paul Géhin, Paris, Armand Co (...)
  • 30 Voir les manuscrits Paris, BnF, fr. 834, f° 39r (« Ci commence li bestiaires. Selon les dis de anci (...)
  • 31 La répétition est accentuée encore dans le manuscrit Paris, BnF, fr. 834, au f° 39r, qui donne à li (...)

12En effet, s’il est difficile de trouver des ferments d’unité générique sur la base d’une étude de la mise en page – laquelle se caractérise par une certaine variance dans le temps, l’espace et les acteurs –, on peut néanmoins identifier dans les péritextes une aptitude à l’unification générique. Ainsi, dans le cas des bestiaires, des énoncés verbaux peuvent encadrer, en amont d’abord, mais aussi en aval, le texte proprement dit pour annoncer l’œuvre29 : dans deux manuscrits de Pierre de Beauvais, les rubriques proposent des formules présentatives nettement détachées sur l’espace de la page, qui identifient l’œuvre qui va suivre30. L’effet de répétition entre rubrique et incipit est alors flagrant puisque la première phrase de ce que l’on considère comme le corps du texte, après les rubriques, explicite également cette entrée en matière en répétant la formule présentative presque mot pour mot, employant le même verbe commencer et faisant référence au texte par son titre de bestiaire et sa qualité de livre – ce dernier terme semblant assez large sémantiquement pour renvoyer autant à l’objet matériel qu’à l’entité littéraire qui y est copiée31. Le seuil initial est donc multiplié par plusieurs énoncés qui le rendent effectif et le réalisent doublement, en le signalant clairement par ces formules redondantes et répétitives.

  • 32 Philippe de Thaon, Bestiaire, édité par Luigina Morini, Paris, Honoré Champion, 2018, v. 3.
  • 33 Le Bestiaire. Version longue attribuée à Pierre de Beauvais, édité par Craig Baker, Paris, Honoré C (...)

13Le texte se trouve réalisé et matérialisé par des énoncés verbaux (de même nature, donc, que le texte) qui en délimitent l’espace. De surcroît, ces énoncés identifient le texte par un titre, une appartenance générique ou, comme dans le cas du bestiaire, les deux à la fois. Le mot français « bestiaire » est présent dès le seuil du premier exemple du genre en français, le Bestiaire de Philippe de Thaon, composé en 1121 et 113532. Ce mot semble bien tout à la fois identifier et construire l’œuvre comme un genre caractérisé d’abord par son sujet (la faune) et dont l’horizon d’attente suppose un traitement spécifique (une notice binaire où, après l’exposé des natures, vient un montage analogique à visée catéchétique ou moralisatrice), que les bestiaires latins, qui se diffusent eux aussi largement au xiie et xiiie siècle, empruntent aussi aux premières versions du Physiologus qui circulent dès le Haut Moyen Âge, contribuant à formaliser un corpus qui, à travers différentes versions, connait une certaine régularité de présentation et de fonctionnement. Les bestiaires français eux-mêmes justifient cette appellation « por ce […] qu’il parole[nt] des natures des bestes33 ». La mise en forme de ces œuvres leur assure donc une autonomie générique cohérente, si bien que l’on peut dire qu’ils font corpus, et cela parce qu’une « étiquette » péritextuelle assumée, qui informe le destinataire sur le propos à venir et son traitement, est présente dans les manuscrits contenant des bestiaires. L’information apportée par le péritexte apparaît ici au croisement du thématique et du rhématique, valeurs d’identification justement propres aux péritextes titulaires chez Gérard Genette, bien que nous soyons ici formellement dans une rubrique, et non dans un espace séparé, comme une page de titre.

  • 34 Voir le manuscrit Paris, BnF, n. acq. fr. 13521, f° 30v.
  • 35 C’est le cas dans le manuscrit Paris, BnF, fr. 834 ne fait état d’aucune formule après les derniers (...)
  • 36 Voir ainsi f° 34. Cette mention est d’ailleurs redoublée par une annotation dans la marge extérieur (...)
  • 37 Si cette dimension didactique n’est pas toujours nécesairement associée au terme, elle reste import (...)

14Il est aussi, de plus, possible de trouver en aval de l’œuvre un péritexte qui vient en expliciter la fin, comme le fait sobrement la formule « explicit li bestiaires » qui apparait dans une des copies du texte de Pierre de Beauvais, après un saut de deux unités de réglure34, même si cela n’est pas toujours le cas, la clôture finale se matérialisant alors par un vide subséquent au texte35. Un autre manuscrit de cette œuvre, le codex Paris, BnF, fr. 944 fait quant à lui état d’une rubrique finale qui ne reprend pas l’étiquette de bestiaire pour désigner le texte qui vient d’être proposé à la lecture, pourtant employée à l’incipit, mais indique : « Ici fine le traitié des bestes et des oisiaux. Apres commence le traitié des moralités36 ». Ici, donc, le péritexte final choisit une périphrase qui, par l’emploi du mot traitié, souligne plutôt l’enjeu didactique du texte37. A posteriori, une fois le texte lu et son fonctionnement assimilé, c’est donc l’enjeu du texte qui prime – son unité matérielle de livre se trouvant plutôt assurée par le seuil initial. Par cette formule finale, c’est bien comme un texte exposant un savoir et transmettant un contenu source d’enseignement et de connaissance que se trouve défini le bestiaire achevé. À l’unité et à la cohérence livresque de l’amont, succède, en aval de l’œuvre, son intention didactique, que le complément du nom ancre dans le monde animal, qui en est l’objet et l’unité thématique. De plus, cette désignation de traité qualifie aussi le texte suivant dans le manuscrit, dont l’intitulé apparait dans la même rubrique : à l’unité d’intention de l’œuvre de Pierre de Beauvais répond aussi la cohérence du recueil entier, que structure ainsi la visée didactique affirmée par le péritexte.

Le prologue, zone frontière

  • 38 Ainsi, les deux volumes coordonnés par Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner, Seuils de l’ (...)
  • 39 Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 170-172.
  • 40 Ayant pour objectif essentiel d’ « assurer au texte une bonne lecture », la préface assure ainsi un (...)

15Certains seuils médiévaux fournissent donc bien ces informations fonctionnelles dont parle Genette, allant jusqu’à les redoubler et les compléter. C’est aussi le cas d’un autre type de péritexte, les prologues et épilogues, énoncés pour lesquels les catégories genetiennes sont le plus couramment utilisées38. De fait, ces deux productions, placées en tête et en queue du texte, apparaissent comme plus directement placées sous l’autorité de l’auteur qui peut s’y nommer, s’exprimer à la première personne ou faire référence à son œuvre dans un métadiscours qui en justifie les enjeux ou le contexte de composition (topos du livre-source, mention du commanditaire par exemple). C’est le plus souvent le cas en début d’œuvre que ces commentaires trouvent leur place et Genette propose ainsi de les distinguer des débuts ex abrupto, directement ancrés dans la fiction39. Cette valeur d’auto-commentaire ou d’orientation de la lecture que l’on trouve sur son seuil, construit donc l’illusion d’une communication directe entre l’auteur et les destinataires de l’œuvre, en fait largement médiatisée par des lieux communs et des topoi rhétoriques. S’il est impossible de revenir en détail sur les enjeux des prologues dans les textes médiévaux, leur rôle de seuil est souvent commenté dans les directions résumées par Gérard Genette : informer, justifier, authentifier et valoriser sont ainsi les principales fonctions de ces espaces péritextuels40.

  • 41 Gervaise utilise le terme : « ne vuel plus lonc prologue faire » (Paul Meyer, « Le “Bestiaire” de G (...)
  • 42 Voir Florence McCulloch, Medieval Latin and French Bestiaries, op. cit. et, pour une mise à jour, E (...)
  • 43 Dans la vaste bibliographie sur la traduction médiévale et sa conception, on pourra se référer nota (...)

16En effet, le prologue, en tant que péritexte particulièrement actif dans le contrat auteur-lecteur, constitue le lieu d’une relation entre ces énoncés à valeur identificatrice et présentative, et le texte à suivre. Les prologues41 des bestiaires n’échappent pas à la règle, eux qui identifient l’œuvre et en justifient la désignation comme « bestiaire » sur la base de la matière qu’ils doivent traiter, redoublant en cela les péritextes déjà croisés. Mais l’enjeu du prologue va plus loin car, ce faisant, les auteurs profitent de cet espace stratégique pour expliciter leur lien générique et généalogique avec un ensemble de textes latins dérivés du Physiologus42, dont la voix auctoriale se fait passeuse et garante. De fait, le prologue médiéval est aussi le péritexte où se délivre le nom de l’auteur, en l’absence de page de titre. Ainsi, la valeur de l’œuvre à suivre est immédiatement attachée à la topique de la traduction‑adaptation que chaque auteur s’emploie à souligner. Ce dernier est à chaque fois immédiatement associé, lors de sa première évocation, à la posture de translateur (dans la variété des enjeux recouverts par cette question à l’époque médiévale, renvoyant autant aux enjeux du transfert linguistique d’une langue à l’autre qu’à l’adaptation libre et à la réception d’un héritage culturel43) qui fonde son identité : c’est au seuil de l’œuvre que sa personnalité savante est identifiée et, dans le cas des bestiaires comme dans d’autres, l’ethos auctorial est avant tout celui d’un homme compétent dans l’art de parler, connaissant le latin et les écrits des autorités, et ainsi capable de mettre en français le livre des bêtes.

  • 44 Philippe de Thaon, Bestiaire, éd. cit., v. 9-18.
  • 45 Guillaume le Clerc, Le Bestiaire, édité par Robert Reinsch, Leipzig, Reisland, 1890, v. 4144-4166. (...)

17Cette compétence linguistique, assumée comme privilège auctorial dans le péritexte prologual et dont on attend la réalisation effective dans le texte lui-même, se trouve d’ailleurs déjà mise en scène dans ces seuils. Dans les bestiaires, l’élucidation étymologique du zoonyme est un passage obligé de chaque notice, trouvant son origine dans la matière prise aux Étymologies d’Isidore de Séville, déjà reprises dans les bestiaires latins. Elle est l’occasion répétée pour le clerc de prouver sa compétence, surtout en français où cette étymologie latine doit composer avec l’équivalent vernaculaire. Or, il arrive que cette composante textuelle se retrouve initiée ou prolongée dans le péritexte. C’est le cas par exemple chez Philippe de Thaon, où l’explication du nom de sa mécène donne lieu à un court éloge de sa vertu dans les premiers vers du Bestiaire. L’élucidation étymologique comme accès au savoir sur la chose s’y trouve déployée comme elle le sera par la suite pour les animaux dont traitera le texte : le nom d’Adélaïde de Louvain, seconde femme d’Henri Ier Beauclerc, Aaliz, est ainsi expliqué par le recours à une langue savante : « en ebreu, en verté, Aaliz laus de Dé44 ». Au seuil de l’œuvre, une des caractéristiques de la notice animale qui constituera le cœur du texte se voit donc anticipée dès le prologue, où elle prend pour objet une information contextuelle. La dynamique de fonctionnement du bestiaire est ainsi mise en place dès son péritexte, où s’illustre déjà un principe structurant pour la lecture à venir, tout en servant habilement le topos rhétorique de louange à la mécène. On retrouve le même procédé chez Guillaume le Clerc où le nom du destinataire en latin, Radulfus, est glosé, cette fois‑ci dans l’épilogue de l’œuvre, chacune des syllabes renvoyant à une qualité du seigneur45. À chaque fois, la référence explicite à une langue sacrée – hébreu pour Philippe, latin pour Guillaume – assoit les compétences du clerc, comme homme de savoir dont la connaissance des mots, de leur sens et leur élucidation fonde le portrait intellectuel. Ainsi, la méthode d’exposition du savoir déborde des notices animales pour en envahir les franges.

18Des problèmes de frontières entre espace du texte et espace du péritexte se posent donc : si le prologue semble plus « textuel » qu’une rubrique initiale identifiant l’œuvre, il faut se rappeler que le manuscrit médiéval ne distingue pas toujours le premier visuellement sur la page et ne fait pas toujours appel à la seconde pour marquer les bornes des œuvres qu’il transmet. Pour autant, les catégories critiques forgées par Genette trouvent bien une raison d’être dans leur fonction de présentation du texte, pour reprendre la définition liminaire du critique, qu’elles réalisent et manifestent, et parfois de façon radicale puisque la spécificité du manuscrit lui assure parfois une performativité plus grande encore, on va le voir.

Performer le bestiaire : du péritexte au métatexte

  • 46 Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 16. Il prend pour exemple l’assertion auto-définitoire de roma (...)

19Dans Seuils, Genette relie immédiatemment l’enjeu pragmatique du péritexte – l’interaction entre l’intention autoriale et sa réception par les destinataires, dont il est le support – à sa force illocutoire. Il rappelle ainsi, empruntant la réflexion aux sciences du langage, que le péritexte a la capacité d’accomplir ce qu’il énonce, et de mettre ainsi en œuvre une intention de lecture et son auto-réalisation, par cette énonciation même (l’acte n’étant pas une conséquence de cette énonciation, et l’énonciation assumant cet acte, et non un constat ou une description)46. Loin de ne faire que constater ou décrire le texte qu’il transmet, le montage péritextuel, par sa présence seule, assure donc une dimension performative – ce que l’on a déjà pu mentionné pour l’étiquette générique que certaines rubriques proposent, supposant ainsi une orientation dans la réception de l’information transmise par le texte.

  • 47 Voir par exemple, pour la version longue du bestiaire du pseudo-Pierre de Beauvais, les manuscrits (...)
  • 48 Guillaume le Clerc, Le Bestiaire , éd. cit., v. 346-347.

20On peut prendre pour exemple des manuscrits à l’appareillage péritextuel particulièrement élaboré. Plusieurs bestiaires sont ainsi copiés dans des manuscrits qui prolongent l’organisation du texte par la présence, en tête de chaque notice, d’une rubrique et d’une enluminure représentant l’animal47. Si le montage semble simple ou bien connu, il n’en est pas moins redoutablement efficace puisqu’il figure, dans la mise en page, la logique de composition du texte, en « cases ». Le bestiaire, en effet, traite des bêtes espèce par espèce, dans des notices monographiques qui se succèdent – notices qui suivent elles-mêmes une composition relativement stable, articulant explication étymologique du zoonyme, présentation d’un trait de comportement naturaliste puis élucidation exégétique de ce trait pour un enseignement catéchétique et/ou moral. Cette esthétique de la liste, appliquant à chaque item le même patron compositionnel et signifiant dans une logique parallèle de construction, propose ainsi une mise en forme du monde. Comme l’écrit Guillaume le Clerc, « notre matire est mult estrange : / car sovent se diverse e change / e neporquant si est tote une48 ».

21Dans les manuscrits des bestiaires qui adjoignent à chaque notice une rubrique lui donnant son intitulé et une enluminure représentant l’animal évoqué, cette association entre régularité du traitement et polymorphisme des espèces se retrouve ainsi performée et sa présence permet d’accomplir ce que le texte énonce. La structure péritextuelle reste ainsi la même : selon les manuscrits, la rubrique est toujours placée en tête de la notice, elle est toujours graphiée à la même encre, l’image est toujours placée avant ou après la rubrique, elle est toujours encadrée, ou non, elle est colorée de la même manière ; seul change l’objet animal. Sur l’espace de la page, ce sont des espèces, une à une, qui apparaissent, dans la juxtaposition de leur situation, telles qu’elles peuvent parfois se voir dans la nature, dont le livre construit le reflet. Rubriques et images viennent donc matérialiser la variété des espèces comme l’unicité du traitement : l’énoncé textuel est ainsi figuré par le montage péritextuel. Ce dernier constitue une réalisation pleine et efficace de l’enjeu poétique, figurant le sujet en même temps que sa mise en ordre par le clerc, et faisant advenir au lecteur le propos qu’il transmet sur son support de transmission même.

  • 49 Sur cet enjeu, Christopher Lucken, « Écriture et vocation des Bestiaires », Compar(a)ison 1, 1996, (...)
  • 50 Gérard Genette, Palimpsestes, op. cit., p. 11 : la métatextualité est « la relation, on dit plus co (...)

22Cette figuration de la matière que prennent en charge certains manuscrits à l’exécution soignée pointe aussi l’enjeu éthique et performatif d’un texte didactique tout entier construit sur une voix d’auteur que l’on a déjà présentée comme savante. La force visuelle des enluminures placées au fil des notices, en plus d’en marquer la place et de permettre une possible consultation non linéaire, est aussi l’occasion de rappeler que le bestiaire se donne à lire comme un commentaire du livre de la nature, dont le clerc est capable de réaliser l’exposition. Il interprète les vérités cachées de la faune telle que la Création l’a offerte à la compagnie de l’homme49 et dont les enluminures rappellent l’existence à chaque nouvel incipit. Dans sa dimension métaphorique, la nature devient ainsi l’hypotexte dont le bestiaire est le métatexte, si l’on reprend ici une autre terminologie genettienne50.

  • 51 Pour le cas de Philippe de Thaon, voir Luigina Morini dans l’éd. cit., p. 25-30 et Sylvie Lefèvre, (...)
  • 52 Genèse, 2, 19-20.
  • 53 « C’est Adam qui, pour la première fois, imposa des noms à tous les êtres animés, appelant chacun, (...)

23Commentaire, le bestiaire l’est même doublement puisqu’il se pose aussi comme translation d’une autorité latine, assurée par un clerc compétent qui sait trouver, pour son entreprise de vulgarisation, les équivalents vernaculaires des zoonymes. Cette série discontinue de noms d’espèces est elle aussi figurée, dans ces manuscrits, par les rubriques qui marquent visuellement le nom des animaux sur la page51. Le chapelet de noms n’est, bien sûr, pas sans rappeler la scène cruciale de nomination des animaux par Adam dans la Genèse. Certes, aucune liste animale n’intervient formellement dans le texte biblique lors de cet épisode – contrairement aux nombreuses listes qui émailleront la Genèse ou les autres livres – et l’action nominatoire d’Adam n’y est pas effectivement décrite52. Toutefois, à l’époque médiévale, cette scène essentielle pour penser le rapport entre homme et bêtes a pu être lue dans sa logique sérielle, entrant ainsi en cohérence avec une modalité traditionnelle de présentation par liste, qui était en particulier celle de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien ou du Physiologos anonyme qui, du grec, sera traduit en latin au Haut Moyen Âge. À ces textes d’autorité essentiels pour l’appréhension de la faune, il faut aussi ajouter aussi les Étymologies d’Isidore de Séville, qui ouvre justement le livre qu’il consacre aux animaux par une référence directe à la scène de nomination biblique, rappelant qu’Adam est le premier à avoir nommé chaque animal, et se présentant ainsi, explicitement, comme son successeur53. Ces textes encyclopédiques qui investissent la forme du répertoire pour passer en revue la faune fourniront un modèle de composition majeur pour l’Occident médiéval et pour l’écriture des bestiaires qui s’organiseront tous sur ce modèle.

24Or, si les bestiaires latins font parfois clairement référence à ce moment pré‑lapsial, les bestiaires français n’en font pas un modèle explicite mais préfèrent le suggérer plus discrètement, en portant à leur propre crédit la liste de zoonymes matérialisées au fil des folios. À travers le système proposé par cette tradition « zoographique » en latin, qui investit la liste animale en faisant de la scène de la Genèse un modèle du genre, la translation vernaculaire se donne à lire comme une re-nomination (ou même, plutôt, comme la réalisation de cette nomination suggérée), ce que ces manuscrits à l’outillage péritextuel développé savent alors efficacement performer. Leur force visuelle et leur situation en rubrique, lieu d’une médiation directe entre le texte et le lecteur, suspend un instant la lecture suivie pour rappeler la présence du texte comme texte avant tout et nous renvoie à la fonctionnalité illocutoire du péritexte mentionnée par Genette.

  • 54 Sylvia Huot, « “Ci parle l’aucteur”: Rubrication of Voice and Authorship in Romance of the Rose Man (...)

25Cette dimension peut de plus être renforcée si l’on repense aux enjeux que Sylvia Huot rattache à la rubrication à travers l’exemple des manuscrits du Roman de la Rose, qui relie les rubriques, qui y distribuent les voix et assurent une médiation entre le texte et ses lecteurs au sein du livre, à la performance orale dans laquelle peut s’ancrer l’accès aux textes médiévaux54. Cette potentielle oralisation médiatisée par le péritexte peut se retrouver dans les manuscrits qui associent notices textuelles, miniatures et rubriques énonçant le nom de l’animal. Par exemple, le manuscrit BnF fr. 14964 qui contient le Bestiaire divin de Guillaume le Clerc, le texte de chaque notice, rédigé sur une seule colonne, est systématiquement précédé d’une rubrique à l’encre rouge puis d’une enluminure représentant la bête concernée. L’association, avant le bloc de texte, de ces deux éléments fait advenir sous les yeux du lecteur non seulement l’animal représenté par l’image mais aussi son nom qui, dans l’économie de la page, se détache visuellement et vient performer l’acte de nomination, en français, de l’espèce en question. L’énoncé répétitif de la rubrique (toujours formulée » de la nature de … ») oriente ainsi l’œil sur le mot final de la rubrique (« lion », « pellican », « aptalon », etc) jusqu’à, peut-être, le faire surgir vocalement, suggèrant son oralisation. En plus d’organiser le contenu et d’offrir d’utiles repères dans la consultation de l’ouvrage et la recherche d’une notice pour une lecture non suivie du texte, l’appareil péritextuel invite à la performance du texte en rappelant les traditions et les origines qu’il prend pour modèles et qu’il propose de prolonger. Plusieurs manuscrits systèmatisent eux aussi cette logique de lecture, en écourtant plus encore la formule péritextuelle pour la réduire au nom de l’animal : « du lion », « du pellican », etc. Le nom vernaculaire de la bête, donné par le clerc auteur du bestiaire, latiniste connaisseur de la tradition et placé sous la tutelle adamique, est offert par le péritexte, essentiel pour la transmission de la connaissance dans un texte où l’élucidation étymologique est primordiale.

26Si l’on a déjà dit que les manuscrits des bestiaires ne présentaient pas tous cette configuration, ces variations de mise en page – qui ont aussi pu être pensées selon les impératifs de commandes des textes – sont bien le fait de scribes capables d’interpréter, et même de prolonger, l’enjeu du texte pour le rendre plus évidente encore pour ses destinataires, au fil de chaque copie.

  • 55 Joanna Frónska, « Writing in the Margin – Drawing in the Margin: Reading Practices of Medieval Juri (...)
  • 56 Voir Les manuscrits médiévaux témoins de lectures, dirigé par Catherine Croizy-Naquet, Laurence Har (...)

27Mais, si l’enjeu illocutoire que Genette associe à la péritextualité est donc loin d’être absent de la mise en texte médiévale, cette dernière, toutefois, en redistribue les actants. La culture médiévale déplace ainsi la relation auteur-lecteurs de Genette vers une relation lecteurs-lecteurs. Au péritexte auctorial et éditorial, il faut donc, avec Joanna Frónska55, articuler un péritexte lectorial pour la textualité manuscrite. Il est l’espace, dans les manuscrits, où d’autres acteurs laissent des traces. Ainsi, la péritextualité est largement le fait, pour les cas qui nous intéressent, des scribes et non de l’auteur : professionnels de l’écriture, ceux-là apparaissent comme des lecteurs compétents qui ont pour tâche de diffuser l’œuvre, en y adjoignant les productions qui garantissent sa concrétisation sur la page et en livre. Le péritexte « éditorial » assumé par les scribes est lui aussi lecture56 : les médiateurs du support manuscrit – copistes, rubricateurs, enlumineurs – participent, dans ces seuils, à préparer ou formaliser une réception du sens du texte. Autrement dit, le péritexte médiéval, plutôt qu’un contrat proposé par l’auteur, est bien souvent la trace d’une lecture efficace de l’œuvre, capable d’en saisir les structures et les enjeux, et aboutissant à en assurer la réalisation performative sur le support manuscrit.

Conclusion

28Ainsi, tout l’intérêt de la paratextualité semble plutôt résider dans l’apport dynamique et relationnel qu’elle sous-tend. Avant tout catégorie de la transtextualité, son étude est celle de la relation qu’un texte entretient avec un autre, celui qui l’accompagne et le rend présent à chaque lecture. Dans le cadre médiéval, cette mise en présence est à chaque fois l’actualisation d’un texte dans un témoin particulier. Le péritexte, soumis lui aussi à la variance, échappe alors bien souvent à l’instance autoriale et court-circuite les relations dialogiques entre les actants paratextuel pensés pour l’imprimé moderne, pour mieux y inscrire un dialogue entre œuvre, copistes et lecteurs à venir. À cet égard, le péritexte manuscrit est lecture faite et offerte, capable de performer l’œuvre, d’en faire voir et d’en réaliser le propos au sein du support, en même temps qu’il en assure la circulation.

29Dans le cas du bestiaire, le péritexte se fait espace des rappels métatextuels qui fondent la légitimité de l’entreprise et l’enjeu de la lecture. Parce que le bestiaire se justifie et se définit à partir des hypotextes qu’il transmet et rejoue, le péritexte se charge d’en assurer la réalisation et la performance : il est l’espace visuel de la voix didactique qui se rappelle sans cesse, sa matérialisation concrète, évidente et efficace. Le seuil médiéval, s’échappant des mains de l’auteur, dépasse le rôle d’assistance subalterne pour se faire espace de rencontre entre texte, hypotextes et lecteurs. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que le péritexte soit investi et scruté par les médiévistes. Mise en page et outillage péritextuel, en donnant forme au texte à lire, deviennent les guides de la lecture médiévale, mais aussi moderne et, à ce titre, se trouvent exploités comme outil d’interprétation. Par les effets de sens qu’ils signale, de la part non de l’auteur mais des premiers récepteurs, le péritexte matérialise, souligne, oriente les pistes herméneutiques et métapoétiques, et, dans le travail du critique, peut aussi les justifier. Il devient, pour la critique moderne, indice d’interprétation. Sans toujours être désigné comme tel, il prouve ainsi son rôle d’interface performée par des scribes, ce qui lui vaut d’être investi d’une fonction « archéologique » pour la critique moderne qui s’en sert comme guide, indice ou même « contrôleur » de son herméneutique d’une œuvre brute dans le contexte médiéval de sa lecture, ainsi mise mise à l’épreuve par les possibles conditions de réceptions des médiévaux eux-mêmes. À nouveau, c’est dans le dialogue que le seuil inscrit sa fonction.

Haut de page

Notes

1 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, « Points », 1987, p. 7.

2 Ibid., p. 9.

3 Idem. Il ajoute : « on peut sans doute avancer qu’il n’existe pas, et qu’il n’a jamais existé, de texte sans paratexte ».

4 Certaines typologies employées sont nettement ancrées dans les pratiques éditoriales modernes et contemporaines (ainsi, les étiquettes de collections, couvertures ou tirages abordées comme paratexte éditorial) et la très grande majorité du corpus convoqué par Gérard Genette est constituée d’œuvres composées après le Moyen Âge. Toutefois, quelques exemples sont bien pris à la période médiévale, en particulier à propos du nom de l’auteur (ibid., p. 41 et p. 46) ou des intertitres (en particulier p. 303, n. 1). Si le chapitre sur l’instance préfacielle consacre aussi quelques pages au Moyen Âge (p. 170-172), c’est bien en tant que « préhistoire » comme le sous‑titre l’indique, et il disparaît de l’analyse et de la typologie proposées ensuite.

5 Parmi plusieurs exemples, le numéro 38 de Perspectives médiévales consacré aux relations entre texte et image consacre une de ses sections aux « images et paratextes » [https://journals-openedition-org.janus.bis-sorbonne.fr/peme/10440] et on retrouve la notion dans de nombreux travaux de médiévistes qui l’appliquent à l’étude du contexte manuscrit d’une œuvre ou de la production d’un auteur. Pour des perspectives transversales, on pourra se reporter à Charlotte Cooper, « What is Medieval Paratext ? », Marginalia 19, 2015, p. 37-50 ainsi qu’à Sirkku Ruokkeinen et Aino Liira, « Material Approaches to Exploring the Borders of Paratext », Textual Cultures 11, no 1/2, 2017, p. 106‑129. On peut aussi mentionner le projet de recherches de l’université de Zurich, « Gedächtniskultur im Paratext – Textränder altnordischer Prosahandschriften » qui a proposé une session intitulée « When a Text Becomes a Book : Theoretical Reflections on Paratextuality of Medieval Literature » à l’Internation Medieval Congress de Leeds en 2020 ou celui qui a donné lieu à la publication du volume Inscribing Knowledge in the Medieval Book. The Power of Paratexts, édité par Rosalind Brown-Grant et al., Berlin/Boston, De Gruyter, 2019.

6 Gérard Genette, Palimpsestes, Paris, Seuil, 1982, « Points », p. 10-11. On peut noter que le terme paratextualité avait d’abord désigné le concept de transtextualité dans Introduction à l’architexte en 1979.

7 ibid., p. 10.

8 Cette limitation du paratexte est préconisée plus généralement par Andrea del Lungo, « Seuils, vingt ans après. Quelques pistes pour l’étude du paratexte après Genette », Littérature 155, 3, 2009, p. 98‑111.

9 Si Seuils n’aborde extensivement que le paratexte verbal, l’image est intégrée au système dès l’introduction (où la première définition des productions paratextuelles mentionne qu’elles peuvent être « verbales ou non, comme un nom d’auteur, une préface, des illustrations » (Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 7). Elle fait aussi l’objet d’une remarque en conclusion, puisque sa pratique « à elle seule un immense continent […], remonte au moins aux lettrines et enluminures du Moyen Âge, dont la valeur de commentaire, parfois très forte, engage la responsabilité de l’auteur » (ibid., p. 409). Sur la quasi-absence de l’image dans la typologie paratextuelle de Genette et les enjeux pour le médiéviste, voir Charlotte Cooper, « What is Medieval Paratext ? », art. cit.

10 Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 7.

11 Tania Van Hemelryck, « Cachez cette marge que je ne saurais voir… Le philologue et le contre-texte du manuscrit », dans Nelly Labère (dir.), Texte et contre-texte pour la période pré-moderne, Bordeaux, Ausonius, 2013, p. 25-31.

12 Ibid., p. 25 : « ces espaces blancs […] permettent de distinguer l’œuvre contenue dans un livre du reste, précisément en lui assignant un espace régulier, délimité et lisible ».

13 « un élément de paratexte est toujours subordonné à “son” texte, et cette fonctionnalité détermine l’essentiel de son allure et de son existence » (ibid., p. 17).

14 Par exemple, dans le cas de la Bible, voir Lesley Smith, The Glossa Ordinaria. The Making of a Medieval Bible Commentary, Leiden/Boston, 2009.

15 Plus généralement, le rôle central des productions dans l’espace marginal dans le processus de lecture a été mis en lumière, notamment pour la période moderne, par William H. Sherman, Used Books. Marking Readers in Renaissance England, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2008 ou Heather Jackson, Marginalia. Readers Writing in Books, Yale, Yale university Press, 2011 ou encore Anthony Grafton, Les origines tragiques de l’érudition : une histoire de la note en bas de page, Paris, Seuil 1998. Pour l’époque médiévale, la même nuance dans le cas des images a été étudiée par Michael Camille, Images dans les marges. Aux limites de l’art médiéval, Paris, Gallimard, 1997. Pour les textes médiévaux, voir notamment Adolfo Tura, « Essai sur les marginalia en tant que pratique et documents » dans Danielle Jacquart et Charles Burnett (dir.), Scientia in Margine. Études sur les marginalia dans les manuscrits scientifiques du Moyen Âge à la Renaissance, Genève, Droz, 2005, p. 261-380 et plusieurs études de cas comme celle de Géraldine Veysseyre, « Manuscrits à voir, manuscrits à lire, manuscrits lus : les marginalia du Pèlerinage de Vie Humaine comme indices de sa réception médiévale », dans Marco Nievergelt et Stephanie A. Viereck Gibbs Kamath (éd.), The Pèlerinage Allegories of Guillaume de Deguileville. Tradition, Authority and Influence, Cambridge, D.S. Brewer, 2013, p. 47-63.

16 Olivier Delsaux, « Le texte contre comme contre-texte. Observations sur les fonctions des colophons en moyen français », dans Nelly Labère (dir.), Texte et contre-texte pour la période pré-moderne, op. cit., p. 33-50.

17 Sur la place de la philologie dans l’histoire des études médiévales, voir Patrick Moran, « La poétique et les études médiévales : accords et désaccords », Perspectives médiévales 35, 2014 [https://journals-openedition-org.janus.bis-sorbonne.fr/peme/3565].

18 Voir notamment la place de l’image dans Florence McCulloch, Medieval Latin and French Bestiaries, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 1962.

19 Ainsi Ludmilla Evdokimova, « La disposition des lettrines dans le Bestiaire de Pierre de Beauvais et dans le Bestiaire de Guillaume le Clerc. La signification de la lettrine et la perception d’une œuvre », Le Moyen Francais 55‑56, 2005, p. 85‑105.

20 Sarah Kay, Animal Skins and the Reading Self in Medieval Latin and French Bestiaries, Chicago/London, The University of Chicago Press, 2017.

21 Sylvie Lefèvre, « Le Bestiaire de Philippe de Thaon : ordre et mise en page. “Itaque trifarie spargitur/et allegorice subintelligitur” » », Medioevo romanzo 42, 2, 2018, p. 241‑283.

22 Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, dir. Henri-Jean Martin et Jean Vezin, Paris, Éditions du cercle de la librairie-Promodis, 1990 et Album de manuscrits français du xiiie siècle. Mise en page et mise en texte, Roma, Viella, 2001. Sur cette notion, voir Anne Salamon, « Mettre en livre. Pour une approche de la littérature médiévale », Études françaises 53, 2, 2017, p. 5‑25.

23  Sur cet enjeu, voir Sarah Delale, Diamant obscur. Interpréter les manuscrits de Christine de Pizan, Genève, Droz, 2021, p. 224, qui nuance l’intérêt de la notion genettienne à ce propos.

24 Voir Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 14.

25 Parmi une vaste bibliographie, on peut par exemple mentionner : Sarah Jane Williams, « An author’s role in fourteenth century book production : Guillaume de Machaut’s “Livre ou je met toutes mes choses” », Romania 90, 1969, p. 433-454 ; Sylvie Lefèvre, Antoine de La Sale, La fabrique de l’œuvre et de l’écrivain, Paris, Honoré Champion, 2006 ; Mary‑Jo Arn, The Poet’s Notebook. The Personnal Manuscript of Charles d’Orléans (Paris, BnF, MS fr. 25458), Turnhout, Brepols, 2008 ; Olivier Delsaux, Manuscrits et pratiques autographes chez les écrivains français de la fin du Moyen Âge. L’exemple de Christine de Pizan, Genève, Droz, 2013. Pour une mise en perspective avec le Moyen Âge central, voir Françoise Vieillard, « Le manuscrit avant l’auteur : diffusion et conservation de la littérature médiévale en ancien français (xiie-xiiie siècles) », Travaux de littérature 11, 1998, p. 39-53.

26 Ainsi, il « entour[e] et prolong[e] [le texte], précisément pour le présenter, au sens habituel de ce verbe, mais aussi en son sens le plus fort : pour le rendre présent, pour assurer sa présence au monde », Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 7.

27 Pour une mise en perspective, voir Roger Chartier, « Qu’est-ce qu’un livre ? Métaphores anciennes, concepts des lumières et réalités numériques », Le francais aujourd’hui 178, no 3, 2012, p. 11‑26.

28 Voir Palimpsestes, op. cit., p. 9 où le théoricien fait référence au pacte générique théorisé par Philippe Lejeune dans le cas de l’écriture autobiographique (Le pace autobiographique, Paris, Seuil, 1975).

29 Sur ces notions, voir Lire le manuscrit médiéval, sous la direction de Paul Géhin, Paris, Armand Colin, p. 210.

30 Voir les manuscrits Paris, BnF, fr. 834, f° 39r (« Ci commence li bestiaires. Selon les dis de anciens philosofes ») et Paris, BnF, fr. 944, f° 14r (« Ici comence le livre de bestiaire »). Le manuscrit Paris, BnF, n. acq. fr. 13521, au f° 22, ne fait pas état, sous la forme conservée aujourd’hui, d’une rubrique en haut de page, au début d’un nouveau cahier : une initiale puzzle à filigranes y matérialise l’annonce d’une nouvelle unité textuelle et le texte commence directement : « Ci commence li livres que on apele bestiaires ».

31 La répétition est accentuée encore dans le manuscrit Paris, BnF, fr. 834, au f° 39r, qui donne à lire après sa rubrique l’incipit suivant : « Ci commence li bestiaires Uns lons livres que on apelle bestiaire ».

32 Philippe de Thaon, Bestiaire, édité par Luigina Morini, Paris, Honoré Champion, 2018, v. 3.

33 Le Bestiaire. Version longue attribuée à Pierre de Beauvais, édité par Craig Baker, Paris, Honoré Champion, 2010, p. 141.

34 Voir le manuscrit Paris, BnF, n. acq. fr. 13521, f° 30v.

35 C’est le cas dans le manuscrit Paris, BnF, fr. 834 ne fait état d’aucune formule après les derniers mots du texte (f° 48v), laissant la fin de la colonne vide sur la page.

36 Voir ainsi f° 34. Cette mention est d’ailleurs redoublée par une annotation dans la marge extérieure.

37 Si cette dimension didactique n’est pas toujours nécesairement associée au terme, elle reste importante dans nombre de ses acceptions, et c’est ainsi sensible en particulier à la fin du Moyen Âge, période où ce manuscrit est copié. Sur ce terme, voir Sylvie Lefèvre, « Du tractatus au traité : transfert en langue vulgaire d’un genre scientifique ? », dans Le Moyen Âge et la science, Paris, Klincksieck, 1991, p. 31‑46 ; Florence Bouchet, « Un petit traictié bon à tout faire. Réflexions sur la mouvance générique à la fin du Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes 18, 2009, p. 201‑215 et Maria Colombo Timelli, « Qu’est-ce qu’un traité en moyen français ? Petit itinéraire parmi les “mises en prose” des xve-xvie siècles », Carte Romanze 2, no 1, 2014.

38 Ainsi, les deux volumes coordonnés par Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner, Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval (Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2002), qui font ainsi explicitement référence au critique, proposent des études concernant majoritairement les prologues des textes médiévaux.

39 Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 170-172.

40 Ayant pour objectif essentiel d’ « assurer au texte une bonne lecture », la préface assure ainsi une double fonction d’explicitation et d’orientation du pourquoi et du comment, qui inclut, notamment, la justification du titre, une définition générique, un ordre de lecture, des indications de contexte ou l’assurance de la vérité du discours à venir. Voir le chapitre que consacre Gérard Genette à ce qu’il nomme la « préface originale », qu’il distingue d’abord d’autres préfaces, écrites par une instance autre que l’auteur de l’œuvre (ibid., p. 199-239). Pour une étude des prologues médiévaux, voir par exemple Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner (dir.), Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, op. cit. ; Jacqueline Hamesse (dir.), Les prologues médiévaux. Actes du Colloque international organisé par l’Academia Belgica et l’Ecole française de Rome avec le concours de la F.I.D.E.M. (Rome, 26-28 mars 1998), Turnhout, Brepols, 2000 et la mise en perspective de Florence Bouchet, « Du prologue médiéval au discours préfaciel de la Renaissance », Poétique 186, no 2, 2019, p. 195‑214. Pour le genre romanesque, voir également Pierre-Yves Badel, « Rhétorique et polémique dans les prologues de romans au Moyen Âge », Littérature 20, no 4, 1975, p. 81‑94.

41 Gervaise utilise le terme : « ne vuel plus lonc prologue faire » (Paul Meyer, « Le “Bestiaire” de Gervaise », Romania, vol. 1, 1872, p. 420‑443, v. 55). Sur la terminologie des « instances préfacielles », voir Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 164-166.

42 Voir Florence McCulloch, Medieval Latin and French Bestiaries, op. cit. et, pour une mise à jour, Emmanuelle Kuhry, « Panorama des manuscrits et nouvelles ressources pour l’étude de la tradition manuscrite du Physiologus latin », RursuSpicae 2, 2019 [http://journals.openedition.org/rursuspicae/924].

43 Dans la vaste bibliographie sur la traduction médiévale et sa conception, on pourra se référer notamment à Claude Buridant, « Translatio Medievalis. Théorie et pratique de la traduction médiévale », Travaux de linguistique et littérature 21, no 1, 1983, p. 81‑136 et à Joëlle Ducos, « Que traduire en français ? Traductions uniques et traductions multiples », The Medieval Translator 16, 2016, p. 39‑52 ainsi qu’aux d’articles recueillis par Claudio Galderisi et Gilbert Salmon (dir.), Perspectives médiévales 26 (supplément), 2000. Nous renvoyons également à la synthèse dirigé par Claudio Galderisi, Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (xie-xve siècles). Étude et Répertoire, vol. 1, De la translatio studii à l’étude de la translatio, Turnhout, Brepols, 2011 et à sa bibliographie. Sur la posture du traducteur, voir les éléments proposés par Emma Campbell et Robert Thomas Patrick Mills (dir.), Rethinking Medieval Translation: Ethics, Politics, Theory, Cambridge, D.S. Brewer, 2012 ; Estelle Doudet, « Translatio du même au même : autorité et identité littéraires dans les traductions vernaculaires à la fin du Moyen Âge », Camenae 3, 2007 ; Christine Ferlampin-Acher, « Le romancier et le traducteur au Moyen Âge : autour de quelques pratiques et postures (xiie-xve siècle) », Travaux de littérature 31, 2018, p. 13‑39.

44 Philippe de Thaon, Bestiaire, éd. cit., v. 9-18.

45 Guillaume le Clerc, Le Bestiaire, édité par Robert Reinsch, Leipzig, Reisland, 1890, v. 4144-4166. Guillaume explicite ainsi son propos : « Cest non Raül sonne grant chose. / Ore vos aprendrom la glose : / Treis sillabes i a ajustees, / Qui de treis nons sont recolpees. » (v. 4149-4152).

46 Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 16. Il prend pour exemple l’assertion auto-définitoire de roman qui apparaît sur certaines couvertures ou pages de titre, qui assure la définition de l’ouvrage comme tel et suppose donc, sur un mode bien injonctif, le lecteur à le considérer comme tel. Cet enjeu est bien entendu graduel selon le degrès d’explicitation du péritexte, et la seule mention générique roman possède, en soi, cette dimension illocutoire.

47 Voir par exemple, pour la version longue du bestiaire du pseudo-Pierre de Beauvais, les manuscrits Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 3516 ; Montpellier, Bibliothèque Interuniversitaire, section médecine, H 437 ou l’ancien T. Phillipps 6739 (collection privée). C’est pour le texte de Guillaume le Clerc, conservé dans davantage de manuscrits, que le phénomène semble plus courant : voir principalement les manuscrits de Paris, BnF fr. 1444, 14964, 14969, 14970, 24428 (tous numérisés sur gallica.bnf.fr).

48 Guillaume le Clerc, Le Bestiaire , éd. cit., v. 346-347.

49 Sur cet enjeu, Christopher Lucken, « Écriture et vocation des Bestiaires », Compar(a)ison 1, 1996, p. 185‑202.

50 Gérard Genette, Palimpsestes, op. cit., p. 11 : la métatextualité est « la relation, on dit plus couramment de “commentaire”, qui unit un texte à un autre dont il parle, sans nécessairement le citer (le convoquer), voire, à la limite, sans le nommer ». 

51 Pour le cas de Philippe de Thaon, voir Luigina Morini dans l’éd. cit., p. 25-30 et Sylvie Lefèvre, « Le Bestiaire de Philippe de Thaon : ordre et mise en page », art. cit.

52 Genèse, 2, 19-20.

53 « C’est Adam qui, pour la première fois, imposa des noms à tous les êtres animés, appelant chacun, par une institution immédiate, d’un vocable conforme à la condition naturelle à laquelle il était assujetti », Isidore de Séville, Étymologies, XII, édité et traduit par Jacques André, Paris, Les Belles Lettres, 2012, p. 37-39.

54 Sylvia Huot, « “Ci parle l’aucteur”: Rubrication of Voice and Authorship in Romance of the Rose Manuscripts », SubStance 17, 2, 1988, p. 42-44. Voir aussi Carolynn Van Dyke, « The Auctor in the Paratext. Rubrics, Glosses, and the Construction of Vernacular Authorship », Modern Philology 115, 1, 2017, p. 1‑30.

55 Joanna Frónska, « Writing in the Margin – Drawing in the Margin: Reading Practices of Medieval Jurists », dans Inscribing Knowledge in the Medieval Book, op. cit., p. 141-159. L’article aborde les gloses ajoutées sur les copies par les lecteurs.

56 Voir Les manuscrits médiévaux témoins de lectures, dirigé par Catherine Croizy-Naquet, Laurence Harf-Lancner et Michelle Szkilnik, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yoan Boudes, « Aux seuils du monde animal : le bestiaire médiéval du péritexte au métatexte »Perspectives médiévales [En ligne], 42 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/peme/36348 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.36348

Haut de page

Auteur

Yoan Boudes

Sorbonne Université (STIH)

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search