Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Études et travauxRepenser la textualité du Moyen ÂgeEn marge de l’histoire : les fict...

Études et travaux
Repenser la textualité du Moyen Âge

En marge de l’histoire : les fictions médiévales et Gérard Genette

Isabelle Delage-Béland

Résumés

Cet article propose une réflexion méthodologique qui fait dialoguer certains aspects de la pensée de Gérard Genette (la fictionalité, la littérarité, le paratexte, la distinction entre les poétiques fermées et ouvertes) dans Fiction et Diction (1991), Seuils (1987) et « Vraisemblance et motivation » (1969) avec la littérature médiévale de langue française, en examinant plus précisément le problème du développement d’une poétique fictionnelle pour les fabliaux, récits brefs composés de la fin du xiie au début du xive siècle. Il vise à fournir des éléments de réponse aux deux questions suivantes : que peut faire Genette pour les fabliaux et en quoi la participation de la littérature médiévale aux entreprises critiques et théoriques modernes est-elle pertinente ? Nous favorisons le croisement des poétiques fermées et ouvertes décrites par Genette pour recourir à une méthode qui préserve l’altérité des fictions médiévales que sont les fabliaux et qui ouvre des voies à l’interprétation de ces textes que les chercheurs ont longtemps voulu laisser du côté du documentaire. Ainsi la littérature médiévale apparaît moins comme un écran sur lequel projeter des théories modernes qu’une véritable interlocutrice dans les discussions – toujours actuelles – sur la fiction.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En revenant sur les premiers numéros de la revue Poétique – dont Gérard Genette a été l’un des fond (...)
  • 2 Voir Gérard Genette, Introduction à l’architexte, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1979, 90 p.
  • 3 Si Hans Robert Jauss (« Littérature médiévale et théorie des genres », Poétique 1, 1970, p. 79-101) (...)
  • 4 Voir Gérard Genette, Palimpsestes. La Littérature au second degré, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1 (...)
  • 5 À ce propos, on lira les synthèses réalisées par Isabelle Arseneau dans son ouvrage Parodie et merv (...)

1Il n’est sans doute pas excessif d’affirmer que les médiévistes d’aujourd’hui ont l’habitude de réévaluer des notions niées et réfutées par leurs prédécesseurs, comme si la littérature qui retient leur attention, faite d’un matériau trop jeune, avait été condamnée à rester à l’écart de certaines réflexions qui ont déterminé la spécificité des études littéraires1. Si l’objet ici n’est pas de retracer le détail des grands débats qui continuent de teinter le discours des spécialistes de littérature médiévale de langue française, rappelons simplement, à titre d’exemple, que l’existence de genres littéraires2 au Moyen Âge est encore loin d’être aisément admise3 et que « parodique »4 est un qualificatif que l’on n’accole que timidement aux textes composés avant le xvie ou le xviie siècle – en préférant parler d’« humour » et d’« ironie »5, des terrains apparemment moins minés. Ce phénomène peut être envisagé à la fois comme la cause et la conséquence d’un autre refus qu’un lecteur le moindrement attentif ne manquera pas de constater : celui, assez fréquent, d’intégrer la littérature médiévale aux importantes entreprises critiques et théoriques des xxe et xxie siècles, souvent devenues fondamentales dans le champ des études littéraires. Avec le sentiment de frustration que suscite une telle résistance, laquelle s’exprime tant dans les travaux de médiévistique littéraire que dans les études plus englobantes, vient cependant l’impression libératrice de se trouver devant un vaste espace à habiter pour mieux saisir une littérature en manque d’apparat théorique. C’est dans cette perspective que l’œuvre critique de Gérard Genette gagne à être relue.

  • 6 Gérard Genette, Fiction et Diction, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1991, p. 20. Voir aussi p. 17.
  • 7 Ibid., p. 10.
  • 8 Paul Zumthor, La Lettre et la Voix. De la « littérature » médiévale, Paris, Le Seuil, « Poétique », (...)

2Dans Fiction et Diction (1991), Genette associe la littérarité d’un texte, soit son éventuelle fonction esthétique, à son caractère fictionnel : « Si donc il existe un et un seul moyen pour le langage de se faire à coup sûr œuvre d’art, ce moyen est sans doute bien la fiction6 », acte de création dont l’« objet est plus ou moins explicitement posé comme inexistant7 ». À première vue, la pensée développée dans Fiction et Diction a beaucoup à offrir aux médiévistes, séduits d’y trouver toute une série de mots délicats dans leur discipline : « littérarité » (comment oublier que le mot « littérature » est encadré de guillemets dans le sous-titre de La Lettre et la Voix de Paul Zumthor [1987]8 ?) et « fiction » les premiers, auxquels on pourrait adjoindre « paratexte », terme que l’on associe d’emblée au monde de l’édition et qui, selon le poéticien, exerce une pression sur les frontières du domaine de la fiction. Mais hormis une brève mention – sur laquelle nous reviendrons plus loin –, Genette ne donne jamais voix aux textes médiévaux dans Fiction et Diction, fait qui, au demeurant, n’a rien de bien étonnant pour quiconque a fréquenté les travaux majeurs, récents et moins récents, sur la fiction.

  • 9 Je livre ici une réflexion méthodologique inspirée de la thèse de doctorat que j’ai soutenue à l’Un (...)
  • 10 Pour un aperçu de la façon dont la littérature médiévale a pu être examinée à l’aune du roman réali (...)

3La période médiévale nous a pourtant légué de nombreux textes utiles à l’élaboration d’une poétique du fictionnel. Le cas du fabliau, genre narratif pratiqué de la fin du xiie au début du xive siècle, semble particulièrement riche à cet égard, dans la mesure où son nom (fablel, fabliau), qui entretient un lien étymologique avec fabula et fable, commande l’examen de son statut fictionnel9. Or la tâche peut vite s’avérer complexe : comment se frayer un chemin à travers des ouvrages critiques et théoriques sur la fiction qui, à l’instar de ceux signés par Genette, tiennent à distance le Moyen Âge, et des études critiques qui ont bien du mal à reconnaître que les récits médiévaux pourraient contribuer à une poétique du fictionnel autrement que l’ont fait les grands romans réalistes du xixe siècle, ces témoignages d’une maturité tant attendue et à laquelle aucun texte « prémoderne » ne saurait aspirer10 ? À partir d’une histoire condensée de la réception moderne des fabliaux, il s’agira d’abord de mieux comprendre cette impasse et d’en évaluer les conséquences pour la médiévistique littéraire avant de tenter de la surmonter en dialoguant avec les leçons méthodologiques livrées par Genette. Pour y parvenir, il semble judicieux de répondre à la rigidité formaliste de quelques-unes des grilles typologiques imaginées par Genette en empruntant à différents textes du poéticien (Fiction et Diction, mais aussi Seuils et Figures II) et en faisant preuve de la souplesse nécessaire à l’élaboration d’une méthode qui, sans oblitérer l’altérité de la production littéraire du Moyen Âge français, rend pertinente sa participation aux discussions qui la dépassent. Au final, on remarquera à quel point le rôle de repoussoir conféré par Genette aux textes médiévaux peut se révéler productif, permettant ainsi de rééquilibrer ce rapport de force qui tend à laisser la littérature médiévale – et les fabliaux en particulier – hors des réflexions sur la fiction.

Fiction, littérarité et fabliaux : histoire d’une absence

4L’équation problématique entre fiction, littérarité et fabliaux remonte au moins au xviiie siècle, époque à laquelle plusieurs textes médiévaux, dont les fabliaux, sont redécouverts. Quand il décrit le rapport qu’il entretient avec la production médiévale, le comte de Caylus adopte la posture rassurante de l’historien en quête de sources documentaires :

  • 11 Anne Claude Philippe de Tubières, comte de Caylus, « Premier mémoire sur Guillaume de Machaut, poët (...)

Le moyen de donner une sorte de valeur & d’attirer quelque considération à nos anciens Poëtes, c’est, à mon avis de recueillir tous les faits historiques que leurs ouvrages renferment11.

  • 12 Voir Kris Peeters, « La découverte littéraire du fabliau au xviiie siècle : le comte de Caylus dans (...)
  • 13 Anne Claude Philippe de Tubières, comte de Caylus, « Mémoire sur les fabliaux », dans Mémoires de l (...)
  • 14 Joseph Bédier, Les Fabliaux. Études de littérature populaire et d’histoire littéraire du Moyen Âge, (...)
  • 15 Philippe Ménard, Les Fabliaux. Contes à rire du Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, (...)
  • 16 Ibid., p. 220.
  • 17 Danièle Alexandre-Bidon et Marie-Thérèse Lorcin, Le Quotidien au temps des fabliaux. Textes, images (...)

5Cette attitude témoigne d’une certaine mise en doute de la « littérarité » des textes anciens exhumés au cours du xviiisiècle. En commentant les fabliaux, les érudits de l’époque, à qui l’on doit les premières éditions modernes de ce corpus, nourrissent un sentiment patriotique12 plus qu’ils ne visent à louanger la valeur littéraire de ces récits, même si le comte de Caylus n’est pas complètement insensible à leur « naïveté », illustration d’une verdeur caractéristique de « ce temps-là »13. Il n’est pas difficile de trouver, bien après le xviiie siècle, des preuves de la difficulté qu’il peut y avoir à reconnaître pleinement la teneur littéraire des fabliaux. De Joseph Bédier (1893), qui parle de « dérision vulgaire et plate » et de « platitude du style »14, à Philippe Ménard (1983), pour qui le « témoignage […] sur la société médiévale15 » offert par les fabliaux pourrait bien racheter une partie de leur pénible « crudité16 », on mêle jugements esthétiques et souci de la recherche documentaire, signe d’un parti pris qui empêche la réflexion sur la littérarité et la fictionnalité. Encore au début du xxie siècle, les fabliaux, qui auraient le mérite de résister à l’attraction du surnaturel, sont lus pour leurs enseignements historiques, alors que Danièle Alexandre-Bidon et Marie-Thérèse Lorcin (2003), respectivement historienne de l’art et historienne, tentent de reconstituer des morceaux de la vie quotidienne médiévale à partir de ces petits documents d’archives17, validés comme témoins de l’histoire.

6Dans plusieurs études consacrées aux fabliaux, il y a certes un vocabulaire qui appartient aux études de poétique, et qui annonce ou rappelle la pensée de Genette, sans que celle-ci soit toujours clairement revendiquée. Trop fréquemment assimilés au document historique, préférés pour le miroir qu’ils auraient tendu à la vie quotidienne, les fabliaux, en dépit de leur nom, ne sont généralement pas perçus comme de bons candidats à la circonscription d’une poétique de la fictionnalité et, lorsqu’ils s’en rapprochent, reçoivent des étiquettes qui manquent de définition.

  • 18 Joseph Bédier, op. cit., p. 371.
  • 19 Anatole de Montaiglon et Gaston Raynaud écrivent : « [t]out ce qui est invraisemblable […] n’est à (...)
  • 20 Dominique Boutet, Les Fabliaux, Paris, Presses Universitaires de France, « Études littéraires », 19 (...)
  • 21 Maciej Abramowicz, « La vérité et le fabliau. Le cas d’Estormi », Reinardus 20, 2008, p. 16.
  • 22 Voir notamment Gérard Genette, Fiction et Diction, op. cit., p. 57.
  • 23 Ibid., p. 80, n. 1.

7En effet, le « réalisme terre à terre18 », dont Joseph Bédier se fait le partisan, et le vraisemblable19 qui, selon Anatole de Montaiglon et Gaston Raynaud, lui serait consubstantiel, ne sont jamais précisés. Ils continuent d’échapper au lecteur du xxie siècle, qui peut rapprocher ces prises de position avec celles de Dominique Boutet, convaincu que le monde des fabliaux « a toutes les apparences de la réalité la plus matérielle – sauf, bien souvent, la vraisemblance20 » – et de Maciej Abramowicz, qui, suggère que le vraisemblable peut n’être que « ponctuel21 » (par exemple dans un fabliau comme Estormi). « Réalisme » et « vraisemblable » sont porteurs d’une longue tradition critique qui s’est bâtie loin de la production médiévale. Plus souvent qu’autrement, employer ces notions dans le cadre d’une étude de littérature médiévale met au jour la fragilité des bases terminologiques et poétiques sur lesquelles le médiéviste espère s’appuyer, en l’absence de définitions forgées à partir d’un corpus médiéval. Le sort réservé à la littérature médiévale dans Fiction et Diction, où les « fictions vraisemblables » et les « romans réalistes » sont sollicités à quelques reprises22, est tout à fait révélateur. Mentionné à une seule reprise, en note de surcroît23, le corpus n’est cité que pour la formule « Le conte dit que… » présente dans les romans médiévaux, formule que Genette, qui se prononce alors sur les stratégies conçues pour créer des effets de véracité, comprend comme « l’esquisse d’un alibi hypertextuel » ou « un désaveu plaisamment hypocrite ». « Le conte dit que » est « fort ambigu » selon Genette qui, dans cette note, souligne le caractère itératif de la littérature médiévale, lequel semble s’opposer aux efforts interprétatifs. Un tel commentaire, formulé en marge du texte, force le constat suivant : généralement, si elle n’est pas complètement ignorée, la littérature médiévale ne semble invitée que pour être mise hors-jeu, comme si on la reconnaissait coupable de vivre selon ses propres lois.

  • 24 Parmi les contributions plus récentes, voir notamment Olivier Caïra, Définir la fiction. Du roman a (...)

8C’est ainsi que semble s’être creusé un fossé entre la critique des fabliaux et la poétique de la fictionalité : on a affaire à une fiction qui dit son nom (fablel, fabliau), élément absolument remarquable, mais la prégnance des lectures à tendance « historique », davantage tournées vers la vérité potentielle de ces textes, doublée d’un silence sur le Moyen Âge dans la plupart des grands travaux sur la fiction, a créé un angle mort. Car Genette est loin d’être le seul à porter son regard ailleurs que sur la littérature médiévale. Les enquêtes plus récentes, fort nombreuses, partagent un réservoir d’exemples (Anna Karénine, Sherlock Holmes, Madame Bovary) qui éclipsent les textes médiévaux24, perdus entre l’Antiquité d’Aristote et le xixe siècle d’Honoré de Balzac.

9Dans l’ouvrage qu’elle a fait paraître en 2007, Danièle James-Raoul émet sa volonté d’examiner l’œuvre de Chrétien de Troyes à la lumière de la pensée de Genette dans Fiction et Diction :

  • 25 Danièle James-Raoul, Chrétien de Troyes, la griffe d’un style, Paris, Honoré Champion, « Nouvelle B (...)

Ainsi mérite d’être reconsidérée, dans l’optique définie par G. Genette, la question de la littérature de fiction ou de diction appliquée à Chrétien de Troyes (et sans doute, plus généralement, à la littérature romanesque médiévale)25.

10Invitation à trouver des résonnances de ces considérations modernes au Moyen Âge, une telle proposition pourrait s’étendre aux fabliaux et être entendue de manière légèrement différente : il s’agit moins d’appliquer ces enjeux aux textes médiévaux que de les faire dialoguer avec eux, en faisant le pari d’une relation réciproque et fructueuse. En effet, l’équation entre fictionalité et littérarité sur laquelle Genette fonde son raisonnement dans Fiction et Diction promet de renouveler la lecture des fabliaux sans les dénaturer, de même que cette nouvelle lecture est susceptible d’éclairer les théories de la fiction.

11La fiction assumée par le nom que se donne le fabliau, signe de son appartenance au domaine de la fable, est une donnée suffisamment solide pour déjouer le piège de l’anachronisme, qu’on semble avoir voulu éviter au point d’exclure la littérature médiévale de nombreux grands débats. Une réflexion efficace sur la fiction au Moyen Âge, si elle emprunte aux poéticiens modernes comme Genette, ne doit évidemment pas gommer la spécificité des textes de cette période, pas plus qu’elle ne doit faire oublier que ces textes, s’ils ont su créer leurs moyens propres, abordent des problèmes qui ne leur sont pas nécessairement exclusifs. Non seulement les exemples de littérature médiévale qui nous intéressent ont-ils l’avantage de mettre en perspective ceux de littératures moins anciennes qu’on croise régulièrement dans les ouvrages critiques, mais ils offrent également un accès privilégié aux premières expériences littéraires en langue française, où se crée toute une série de possibles.

12D’une part, le propos de Genette dans Fiction et Diction, qui lie l’entrée en fiction à l’entrée en littérature, incite à renverser la question longtemps posée aux fabliaux : plutôt que de se concentrer à découvrir quelle vérité y est renfermée, quelle fiction peut-on y trouver ? L’un n’empêche pas l’autre, bien au contraire, mais cette autre voie d’accès, beaucoup moins achalandée, est celle qui semble la plus apte à améliorer notre compréhension des fabliaux, longtemps prisonniers d’un carcan, on l’a montré. De fait, le passage d’une lecture « vériste » à une lecture « fictionnaliste » attire l’attention à la fois sur le mode de fiction développé dans les fabliaux et sur les marques de leur littérarité, plus subtiles que la « naïveté » et la « crudité ». D’autre part, le cas du fabliau alimente le discours de Genette, intéressé à l’étendue du fictionnel et à son fonctionnement, en le problématisant : s’inscrire sur le terrain de la fable, au xiiie siècle, alors que ce mot est synonyme de mensonge dans plusieurs textes contemporains (« sans [nule] fable », « sans mot de fable », « nel tenez mie a fable »), ne va pas de soi. Paradoxe du menteur, manipulations langagières, reconfigurations de la réalité par des personnages aux allures de narrateurs : nombre de fabliaux explorent les zones ambigües d’un territoire de la fiction aux frontières mouvantes, offrant ainsi une sorte d’art poétique que l’on peut compléter en s’inspirant des outils développés par Genette.

Des configurations paratextuelles

  • 26 Gérard Genette, Fiction et Diction, op. cit., p. 89. Voir aussi p. 58, n. 1.
  • 27 Mentionnons cependant que dans Seuils, Genette réserve quelques développements à Chrétien de Troyes (...)
  • 28 Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, études recueillies par Emmanuèle Baumgartner et Laurence (...)

13À la recherche d’« “indices” de la fiction » dans les œuvres qu’il soumet à examen, Genette soutient que « le plus souvent, et peut-être de plus en plus souvent, un texte de fiction se signale comme tel par des marques paratextuelles26 ». En soulignant l’intensification du procédé dans le temps, Genette avoue implicitement laisser de côté les textes plus anciens27, ce qui n’a pas empêché les médiévistes de s’emparer de cette notion28, définie dans Seuils (1987) comme une « frange » qui accompagne le texte

  • 29 Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 7.

pour le présenter, au sens habituel de ce verbe, mais aussi en son sens le plus fort : pour le rendre présent, pour assurer sa présence au monde, sa réception et sa consommation, sous la forme, aujourd’hui du moins, d’un livre29.

  • 30 Voir Gérard Genette, Fiction et Diction, op. cit., p. 13.

14Il convient ici de recentrer la réflexion sur la relation que nouent fiction et paratexte, telle qu’elle est articulée dans Fiction et Diction, mais en la situant dans le contexte d’une culture manuscrite. L’attention portée à la réalité matérielle, résultat d’une activité scripturale, permet d’ailleurs aux fabliaux de remplir un autre critère de littérarité parmi ceux retenus par Genette30.

  • 31 Il n’est pas rare de voir « fable » rimer avec « diable », alors que « flablel », dans un texte com (...)

15L’examen des substantifs fable et fablel dans la production littéraire du Moyen Âge central révèle deux tendances : celle d’utiliser, dans le corps du texte, le fablel, et encore plus la fable, comme le synonyme d’un pur mensonge31, et celle, observée dans le cas précis des fabliaux, de revendiquer l’appellation fablel, paronyme de fable, parfois jusque dans la rubrique et l’explicit, lieux paratextuels les plus communs dans les manuscrits. Le terme contre lequel se définit un texte peut donc aussi assurer la « présence au monde » d’un autre qui en propose plutôt une interprétation positive. Car placer le fablel aux seuils du texte contribue à revaloriser un terme rejeté par ailleurs pour en faire la désignation d’une fiction légitime. Dans certains manuscrits de fabliaux, on remarque une convergence entre la rubrique, l’antichambre qu’est le prologue, l’épilogue et l’explicit, où le nom fablel (ou fabliaus) est repris. C’est le cas du manuscrit de Paris, BnF, fr. 2168, dans lequel Gombert et les deux clers est présenté comme un fabliaus dans la rubrique (« Li fabliaus de dan’gombert ») et comme un fablel au premier vers du texte (« En cest autre fablel parole »). D’autres manuscrits font, quant à eux, voir un réseau en train de se tisser, alors que fablel est appelé à côtoyer, dans un même environnement, conte et aventure qui viennent préciser l’espace sémantique de fablel. Par exemple, dans l’impressionnante collection de fabliaux qu’offre le manuscrit de Paris, BnF fr. 837, le fabliau Aloul est rapproché du conte dans le prologue (« Qui d’aloul veut oir le conte / Si com l’estoire nous raconte », v. 1-2), mais le rubriqueur qui a laissé sa trace à la fin du xive ou au début du xve siècle a retenu l’appellation flabel pour intituler le texte (« Le Flabel d’Aloul »), une combinaison qui souligne les affinités entre les deux termes. Dans l’un et l’autre cas de figure, les mentions paratextuelles confirment le souci d’écrire une fiction particulière, qui interpelle encore plus l’esprit habitué de trouver la fable et son paronyme fablel parmi les mots interdits.

  • 32 Genette affirme que le paratexte « a pour principal enjeu d’assurer au texte un sort conforme au de (...)
  • 33 L’étude détaillée du texte et du paratexte, assurés par les différents intervenants que sont l’aute (...)

16Pour l’étude de la littérature médiévale, le recours au paratexte permet de tenir compte d’une vaste communauté d’intervenants actifs et de substituer aux limites de la recherche d’intentions auctoriales – sur lesquelles Genette insiste dans Seuils32 – la multiplication des regards posés sur ces textes, de leur production à leur réception et leur consommation. Ainsi chaque copie d’un fabliau peut être envisagée comme une réédition qui, par la relecture et la copie, contribue à la création d’une variété d’environnements textuels et paratextuels, variété exacerbée par la diversité du contenu des recueils dans lesquels les fabliaux sont préservés. Sous des directions33 et pour des publics différents, pour reprendre le vocabulaire éditorial, ces « rééditions » inscrivent les fabliaux dans un réseau lexicologique, sémantique et générique qui nous renseigne sur le traitement réservé aux appellations fablel et fabliau apparaissant dans les rubriques, les explicits et le corps du texte. Sans doute plus instable que la diffusion imprimée – assurée par des intervenants aux rôles relativement bien délimités –, la transmission manuscrite des fabliaux donne aux lecteurs modernes un exemple singulier de publication en série, portrait en nuances de la fabrique littéraire et fictionnelle. À Genette qui voit dans le paratexte des indices de fiction, le médiéviste est en mesure de répondre qu’il s’agit en effet, dès l’époque de la diffusion manuscrite, d’un outil efficace pour localiser la fiction et que son usage, exemples médiévaux à l’appui, sert tout particulièrement à mettre en évidence des modes éditoriaux autres que celui qui vise seulement à reconduire les intentions d’un auteur. Plus généralement, cet outil indique un mode d’interprétation qui repose sur l’interrogation de plusieurs témoins pour arriver à sa conclusion.

Poétiques fermées et poétiques ouvertes

  • 34 Gérard Genette, Fiction et Diction, op. cit., p. 31.
  • 35 Ibid., p. 27.
  • 36 Ibid., p. 15.

17Preuve de littérarité selon Genette, la fictionalité appartient au régime « constitutif » ou « essentialiste » – dont Aristote, avec sa Poétique, serait le plus grand représentant –, à côté duquel se trouve le régime de littérarité « conditionnel »34. Le poéticien distingue ainsi les poétiques fermées et les poétiques ouvertes, ces dernières étant construites à partir d’interprétations subjectivisantes, capables d’influencer le champ de la littérarité et de la fictionalité35. Si cette distinction permet surtout, dans Fiction et Diction, de répondre à la question « When is art ? » – inspirée de la question « What is art ? » de Nelson Goodman36 –, il semble que le croisement des poétiques fermées et ouvertes s’avère tout désigné pour l’étude de la littérature médiévale, puisqu’il permet d’éviter autant de conclure au primitivisme des consciences que de projeter une modernité fantasmée sur des textes éloignés dans le temps. C’est ce croisement qui facilite la conciliation de la production et de la réception, à la fois ancienne et moderne.

  • 37 Gérard Genette, « Vraisemblance et motivation », Figures II, Paris, Le Seuil, « Essais », 1969, p.  (...)

18Le retour sur la critique moderne des fabliaux a montré le danger de se cantonner à des poétiques ouvertes. Peu attentifs à des aspects pourtant fondamentaux des fabliaux, des chercheurs ont voulu imposer une interprétation historiographique apte à réhabiliter des textes qui, selon eux, n’auraient pas répondu aux standards de qualité littéraire. Pour s’en convaincre, il suffit de relever toutes les épithètes dépréciatives accolées à ces textes du xiiie siècle. Or saisir l’identité littéraire de ce corpus ancien requiert d’abord une attention portée à ses éléments « constitutifs » comme l’est l’appellation fablel – employée avec constance dans nombre de textes – qui met sur la piste de la fiction, voie alternative aux lectures documentaires. Le « vraisemblable », retenu par certains critiques pour étiqueter les fabliaux, n’est pas à bannir, mais il gagne à être défini en fonction des lois internes du texte, un peu comme le fait Genette en calculant les « fonctions » et les « motivations » qui dictent la conduite des personnages de La Princesse de Clèves. Dans ce chapitre de Figures II (1969), le poéticien livre, peut-être à son insu, une double leçon méthodologique : non seulement démontre-t-il l’efficacité des outils narratologiques pour étudier le système de vraisemblance, mais il ouvre la voie à la réflexion sur les mécanismes antérieurs et ce, en se servant du récit médiéval comme d’un repoussoir. En note – comme il le fera dans Fiction et Diction –, il renvoie au « Récit primitif » de Tzvetan Todorov pour renforcer la distinction qu’il établit entre le roman réaliste de la fin du xixe siècle et la littérature d’époques plus anciennes, dont le Moyen Âge, où « un état plus fruste ou plus aristocratique du récit ne cherche guère à déguiser ses fonctions37 » comme celle de l’alibi qu’il décrit dans le corps du texte. Lorsqu’il considère que les procédés narratifs médiévaux n’ont pas le degré de sophistication de ceux à l’œuvre dans les textes qu’il étudie, Genette montre bien que la littérature médiévale a sa mécanique propre, une autre façon de rappeler aux médiévistes que la manipulation des notions forgées à partir des textes modernes est délicate.

19Mais pour éviter que la spécificité de la littérature médiévale ne conduise à son isolement, les poétiques ouvertes sont essentielles et utiles, à condition d’entrer en relation avec les poétiques fermées. L’étude des mentions paratextuelles, qui situe le texte dans son contexte matériel tout en s’ouvrant à la contribution de différents éditeurs-lecteurs, offre des arguments convaincants en faveur de la nécessité de concilier des poétiques fermées et ouvertes, car elle aide à saisir la complexité d’une littérature dont l’altérité peut être à la fois reconnue et productive. De fait, réaliser le croisement des poétiques fermées et ouvertes permet de préserver l’écart entre le Moyen Âge et aujourd’hui en même temps qu’il nous donne les moyens de l’interroger et de le comprendre. Ainsi, dans le cas précis des fabliaux, poétiques fermées (l’analyse des désignations fablel et fabliau, par exemple) et ouvertes (les interprétations des fabliaux, des plus anciennes jusqu’aux plus récentes, de même que les discours critiques sur la fiction en général), liées par l’entre-deux que constitue l’examen du paratexte et plus largement de la réalité matérielle, participent à l’élaboration d’une poétique du fictionnel qui fait sortir de l’impasse le discours critique sur les fabliaux.

Conclusion

  • 38 Un peu plus d’une dizaine d’années après sa publication, Genette a réévalué et nuancé certaines par (...)

20Après les auteurs, les copistes, les rubriqueurs et les critiques qui se prononcent depuis le xviiie siècle, que peut Genette pour les fabliaux, lui qui glisse à peine quelques mots sur la littérature médiévale ? Certes, le poéticien donne l’élan pour retraverser et revaloriser un corpus sous un autre angle, plus sensible aux éléments constitutifs des textes et débarrassé des tentatives de « réhabilitation » répétées des critiques modernes. Mais peut-être bien que, souvent, les leçons les plus significatives pour les médiévistes se trouvent entre les lignes écrites par Genette qui, par sa démarche même, son travail typologique minutieux et sa (re)création38 de modèles d’analyse, donne l’exemple en invitant à imaginer de nouvelles façons d’aborder les œuvres – en particulier celles dont il ne parle pas. Reconnaître la spécificité des textes médiévaux ne devrait donc pas les exclure d’emblée des réflexions qui les dépassent, et inciter plutôt à voir en quoi cette spécificité en fait des interlocuteurs valables, plus dynamiques que de simples écrans sur lesquels projeter une théorie.

Haut de page

Bibliographie

Maciej Abramowicz, « La vérité et le fabliau. Le cas d’Estormi », Reinardus 20, 2008, p. 1-16.

Isabelle Arseneau, Parodie et merveilleux dans le roman dit réaliste au xiiie siècle, Paris, Classiques Garnier, « Recherches littéraires médiévales », 2012, 320 p.

Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, études recueillies par Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, « Collection du Centre d’études du Moyen Âge de Paris 3 », 2002, 2 vol. 

Joseph Bédier, Les Fabliaux. Études de littérature populaire et d’histoire littéraire du Moyen Âge, Paris, Librairie ancienne Édouard Champion, 1925 [1893], 486 p.

Danièle Alexandre-Bidon et Marie-Thérèse Lorcin, Le Quotidien au temps des fabliaux. Textes, images, objets, Paris, Picard, « Espaces médiévaux », 2003, 304 p.

Dominique Boutet, Les Fabliaux, Paris, Presses Universitaires de France, « Études littéraires », 1985, 128 p.

Olivier Caïra, Définir la fiction. Du roman au jeu d’échecs, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, « En temps & lieux », 2011, 264 p.

Jacqueline Cerquiglini, « Poétique, I-VIII, numéros 1 à 28, 1970-1976 », Romania 98/390, 1977, p. 270-275.

Isabelle Delage-Béland, Ni fable ni estoire. Les fictions mitoyennes et la troisième voie du fabliau, thèse de doctorat, Université de Montréal, 2017, 428 p.

Anthime Fourrier, Le Courant réaliste dans le roman courtois en France au Moyen Âge. Les Débuts (xiie siècle), Paris, Nizet, 1960, t. I, 524 p.

Gérard Genette, « Vraisemblance et motivation », Figures II, Paris, Le Seuil, « Essais », 1969, p. 71-99.

Gérard Genette, Introduction à l’architexte, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1979, 90 p.

Gérard Genette, Palimpsestes. La Littérature au second degré, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1982, 468 p.

Gérard Genette, Seuils, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1987, 426 p.

Gérard Genette, Fiction et Diction, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1991, 152 p.

Gérard Genette, « Fiction ou diction », Poétique 2/134, 2003, p. 131-139.

Danièle James-Raoul, Chrétien de Troyes, la griffe d’un style, Paris, Honoré Champion, « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge », 2007, 952 p.

Hans Robert Jauss, « Littérature médiévale et théorie des genres », Poétique 1, 1970, p. 79-101.

Henri d’Andeli, Le Dit du Chancelier Philippe, dans Les Dits d’Henri d’Andeli, édition par Alain Corbellari, Paris, Honoré Champion, « Classiques français du Moyen Âge », 2003, p. 91-98.

Françoise Lavocat, Fait et Fiction. Pour une frontière, Paris, Le Seuil, « Poétique », 2016, 640 p.

Philippe Ménard, Les Fabliaux. Contes à rire du Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, « Littératures modernes », 1983, 252 p.

Kris Peeters, « La découverte littéraire du fabliau au xviiie siècle : le comte de Caylus dans l’histoire d’un genre médiévale », Revue d’Histoire Littéraire de la France 106/4, 2006, p. 827-842.

Recueil général et complet des fabliaux des xiiie et xive siècles, édition par Anatole de Montaiglon et Gaston Raynaud, Paris, Librairie des bibliophiles, 1872, t. 1, 332 p.

Anne Claude Philippe de Tubières, comte de Caylus, « Mémoire sur les fabliaux », dans Mémoires de littérature tirés des registres de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, 1770, t. 34, p. 75-117.

Anne Claude Philippe de Tubières, comte de Caylus, « Premier mémoire sur Guillaume de Machaut, poëte & musicien dans le xive siècle », dans Mémoires de littérature tirés des registres de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, 1770, t. 34, p. 147-153.

Paul Zumthor, La Lettre et la Voix. De la « littérature » médiévale, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1987, 346 p.

Haut de page

Notes

1 En revenant sur les premiers numéros de la revue Poétique – dont Gérard Genette a été l’un des fondateurs, faut-il le rappeler –, Jacqueline Cerquiglini-Toulet a néanmoins remarqué le rôle non négligeable tenu par la littérature médiévale dans certains articles sur les théories du discours et l’analyse du récit, par exemple (« Poétique, I-VIII, numéros 1 à 28, 1970-1976 », Romania 98/390, 1977, p. 270-275).

2 Voir Gérard Genette, Introduction à l’architexte, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1979, 90 p.

3 Si Hans Robert Jauss (« Littérature médiévale et théorie des genres », Poétique 1, 1970, p. 79-101) a jeté les bases d’une théorie des genres propre à la littérature médiévale et que d’autres chercheurs (Peter Damian-Grint, Francis Gingras) ont ensuite mis à profit cette théorie, force est de constater que le terme de « genre » est encore souvent employé avec excès de prudence dans nombre d’études de littérature médiévale.

4 Voir Gérard Genette, Palimpsestes. La Littérature au second degré, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1982, 468 p.

5 À ce propos, on lira les synthèses réalisées par Isabelle Arseneau dans son ouvrage Parodie et merveilleux dans le roman dit réaliste au xiiie siècle, Paris, Classiques Garnier, « Recherches littéraires médiévales », 2012, 320 p.

6 Gérard Genette, Fiction et Diction, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1991, p. 20. Voir aussi p. 17.

7 Ibid., p. 10.

8 Paul Zumthor, La Lettre et la Voix. De la « littérature » médiévale, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1987, 346 p.

9 Je livre ici une réflexion méthodologique inspirée de la thèse de doctorat que j’ai soutenue à l’Université de Montréal en 2017. Intitulée Ni fable ni estoire. Les fictions mitoyennes et la troisième voie du fabliau, cette thèse a été rédigée sous la direction de Francis Gingras.

10 Pour un aperçu de la façon dont la littérature médiévale a pu être examinée à l’aune du roman réaliste du xixe siècle, voir notamment Anthime Fourrier, Le Courant réaliste dans le roman courtois en France au Moyen Âge. Les Débuts (xiie siècle), Paris, Nizet, 1960, t. I, 524 p.

11 Anne Claude Philippe de Tubières, comte de Caylus, « Premier mémoire sur Guillaume de Machaut, poëte & musicien dans le xive siècle », dans Mémoires de littérature tirés des registres de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, 1770, t. 34, p. 148.

12 Voir Kris Peeters, « La découverte littéraire du fabliau au xviiie siècle : le comte de Caylus dans l’histoire d’un genre médiévale », Revue d’Histoire Littéraire de la France 106/4, 2006, p. 832.

13 Anne Claude Philippe de Tubières, comte de Caylus, « Mémoire sur les fabliaux », dans Mémoires de littérature tirés des registres de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, 1770, t. 34, p. 110-111. Précisons que le « Mémoire » a été présenté à l’Académie royale des inscriptions et belles lettres en juillet 1746.

14 Joseph Bédier, Les Fabliaux. Études de littérature populaire et d’histoire littéraire du Moyen Âge, Paris, Librairie ancienne Édouard Champion, 1925 [1893], p. 344.

15 Philippe Ménard, Les Fabliaux. Contes à rire du Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, « Littératures modernes », 1983, p. 10.

16 Ibid., p. 220.

17 Danièle Alexandre-Bidon et Marie-Thérèse Lorcin, Le Quotidien au temps des fabliaux. Textes, images, objets, Paris, Picard, « Espaces médiévaux », 2003, 304 p.

18 Joseph Bédier, op. cit., p. 371.

19 Anatole de Montaiglon et Gaston Raynaud écrivent : « [t]out ce qui est invraisemblable […] n’est à aucun titre un Fabliau » (Recueil général et complet des fabliaux des xiiie et xive siècles, Paris, Librairie des bibliophiles, 1872, t. 1, p. viij).

20 Dominique Boutet, Les Fabliaux, Paris, Presses Universitaires de France, « Études littéraires », 1985, p. 122.

21 Maciej Abramowicz, « La vérité et le fabliau. Le cas d’Estormi », Reinardus 20, 2008, p. 16.

22 Voir notamment Gérard Genette, Fiction et Diction, op. cit., p. 57.

23 Ibid., p. 80, n. 1.

24 Parmi les contributions plus récentes, voir notamment Olivier Caïra, Définir la fiction. Du roman au jeu d’échecs, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, « En temps & lieux », 2011, 264 p. et Françoise Lavocat, Fait et Fiction. Pour une frontière, Paris, Le Seuil, « Poétique », 2016, 640 p.

25 Danièle James-Raoul, Chrétien de Troyes, la griffe d’un style, Paris, Honoré Champion, « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge », 2007, p. 69.

26 Gérard Genette, Fiction et Diction, op. cit., p. 89. Voir aussi p. 58, n. 1.

27 Mentionnons cependant que dans Seuils, Genette réserve quelques développements à Chrétien de Troyes et aux historiens médiévaux (Villehardouin, Clari, Joinville, Froissart) lorsqu’il est question de « l’instance préfacielle » (Paris, Le Seuil, « Poétique », 1987, 426 p.).

28 Seuils de l’œuvre dans le texte médiéval, études recueillies par Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, « Collection du Centre d’études du Moyen Âge de Paris 3 », 2002, 2 vol.

29 Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 7.

30 Voir Gérard Genette, Fiction et Diction, op. cit., p. 13.

31 Il n’est pas rare de voir « fable » rimer avec « diable », alors que « flablel », dans un texte comme le Dit du Chancelier Philippe, est rangé parmi les formes à proscrire : « Por ce qu’il est de verité, / Ne l’apele mie flablel » (dans Les Dits d’Henri d’Andeli, édition par Alain Corbellari, Paris, Honoré Champion, « Classiques français du Moyen Âge », 2003, v. 1-2).

32 Genette affirme que le paratexte « a pour principal enjeu d’assurer au texte un sort conforme au dessein de l’auteur » (Seuils, op. cit, p. 374).

33 L’étude détaillée du texte et du paratexte, assurés par les différents intervenants que sont l’auteur, le copiste et le rubriqueur, notamment, est toujours plus riche lorsqu’elle s’appuie sur un travail philologique plus poussé.

34 Gérard Genette, Fiction et Diction, op. cit., p. 31.

35 Ibid., p. 27.

36 Ibid., p. 15.

37 Gérard Genette, « Vraisemblance et motivation », Figures II, Paris, Le Seuil, « Essais », 1969, p. 97, n. 2.

38 Un peu plus d’une dizaine d’années après sa publication, Genette a réévalué et nuancé certaines parties du discours tenu dans Fiction et Diction (« Fiction ou diction », Poétique 2/134, 2003, p. 131-139).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Delage-Béland, « En marge de l’histoire : les fictions médiévales et Gérard Genette »Perspectives médiévales [En ligne], 42 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/peme/36603 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.36603

Haut de page

Auteur

Isabelle Delage-Béland

University of British Columbia

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search