Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Études et travauxQuestions de narratologieOrdre, durée et fréquence : la na...

Études et travaux
Questions de narratologie

Ordre, durée et fréquence : la narratologie genettienne à la rescousse des récits brefs ?

Nicolas Garnier

Résumés

La notion de « récit bref » est une vraie problématique pour les médiévistes, car elle se trouve au croisement de deux enjeux tout aussi problématiques : définir ce qu’est la brièveté narrative, et savoir s’il existe un « genre bref » pour la littérature médiévale. Les travaux de Gérard Genette, principalement ceux de narratologie de Discours du récit, pourraient alors apporter une aide précieuse. Il s’agit de voir si les notions d’ordre, de durée et de fréquence développées par Gérard Genette pour caractériser le récit peuvent aider à percevoir une unité narrative de ces textes médiévaux, aux registres et matières très épars. Pour cela, six textes du manuscrit anthologique Paris, Bibliothèque Nationale de France, fr. 837 : le Dit du Barisel, la Châtelaine de Vergy, Narcisse, l’Enfant remis au soleil, la Vie de Sainte Élisabeth et le Vair Palefroi. Dans l’ensemble, on a pu constater une certaine homogénéité : les analepses et les prolepses sont relativement peu développées, les pauses peu nombreuses, et les débuts sont souvent des sommaires itératifs. Néanmoins, certaines divergences marquées semblent montrer la difficulté de définir un genre commun à ces textes. Enfin, les outils genettiens, davantage consacrés aux questions de temporalité, paraissent trop décalés pour lier ces récits : il est en effet difficile de définir si un texte bref est nécessairement un texte rapide. Finalement, la narratologie genettienne permet de constater plutôt une esthétique brève qu’une forme brève ou qu’un genre bref.

Haut de page

Texte intégral

1 La question des récits brefs médiévaux est une véritable gageure pour la critique médiévistique. Elle se situe en effet au croisement de deux problématiques apparemment insolubles pour le Moyen Âge : la question du genre littéraire et celle de la forme brève. Les médiévaux ont ainsi montré une appétence certaine pour les textes de petite taille, que ce soit les fables, les lais, les fabliaux, les dits, ou les nouvelles. Cette variabilité des types de récits brefs n’est pas sans poser problème. En effet, la difficulté est parfois grande pour distinguer un fabliau d’un dit ou d’un lai. Cette difficulté à proposer une définition unique et claire a conduit certains critiques à envisager ces récits brefs comme un tout, à la structure très proche, et dont seule la thématique varierait. Ainsi, pour Paul Zumthor,

  • 1 Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, [1972] Paris, Seuil, rééd. « Points Essais », 2000, p. 4 (...)

la relative stabilité des structures narratives est d’autant plus frappante dans ces textes que leur thématique diffère davantage, du burlesque à l’édifiant, parfois passant par la parabole […]. En fait, chacun de ces « genres », pris comme tel, est dépourvu d’unité réelle. Ensemble, ils manifestent des règles de récit presque identiques.1

  • 2 Roger Dubuis, « Les formes narratives brèves », G.R.L.M.A, t. VIII-I, Heidelberg, 1988, p. 178.
  • 3 Sur cette épineuse question, voir Les Genres au Moyen Âge. La question de lhétérogénéité, Hélène C (...)
  • 4 Francis Gingras, pour sa part, remarque que les manuscrits médiévaux opposent fortement les récits (...)
  • 5 Voir Richard Trachsler, « Observations sur les recueils de fabliaux” », Le Recueil au Moyen Âge. L (...)

2De la même façon, pour Roger Dubuis, on pourrait aisément envisager ces récits comme « des variantes, essentiellement thématiques, d’une même formule narrative, fondamentalement définie par sa structure et qui, elle seule, mériterait l’appellation de genre2 ». On voit néanmoins que c’est la difficulté à établir ce qu’est un genre pour le Moyen Âge qui incite à réunir ainsi des textes à la frontière générique peu étanche3. La réunion de l’ensemble des types de récits brefs permettrait de lier une question structurelle à une question générique : il existerait un genre du « récit bref » qui partagerait une même forme aux structures narratives proches, au-delà des divergences thématiques4. Cette question n’est d’ailleurs pas sans rapport avec la tradition manuscrite : on trouve en effet de nombreux recueils qui ont pour principe de ne conserver que des textes de petite taille, comme les manuscrits Paris, BnF, fr. 837 ou fr. 19152. Les médiévaux opposent bien des récits brefs à des récits longs5. Néanmoins, l’affirmation d’une classe de « récit bref » est problématique, et n’a cessé de nourrir les interrogations de la critique : car qu’est-ce qu’un récit bref finalement ?

  • 6 Ludmila Edvokimova, « Les dénominations génériques des récits brefs au xiiie siècle et leur pl (...)
  • 7 Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, opcit., p. 473-475.

3 Le nombre de vers – ou de pages concernant la prose – paraît à priori l’indicateur le plus objectif possible. Néanmoins, si pour Ludmila Edvokimova la frontière entre un récit bref et un récit peut être placée à 1000 vers6, doit-on considérer un récit comme bref s’il ne fait « que » 999 vers, tandis qu’un autre de 1001 vers serait long ? Paul Zumthor, pour sa part, avait établi un certain nombre de critères qui caractérisent les récits brefs et les distinguent du roman7. Un récit bref se doit d’être d’une faible ampleur textuelle, ce qui a pour conséquence une réduction importante des descriptions, les personnages se retrouvant alors réduits à des types. La deuxième conséquence est l’unité de l’événement narré : un récit bref, comme une tragédie classique, tend vers l’unité de lieu, de temps et d’action. La troisième conséquence concerne la fin qui doit être absolue, et poser une clôture définitive au récit. Elle ne saurait être ouverte. Tout le récit doit donc tendre vers elle, dans un effet de « pointe ». Enfin, dernier point, mais non des moindres, un récit bref se démarquerait par l’importance accordée à sa morale, davantage explicitée étant donné la taille du conte, là où les développements romanesques supportent une fin plus riche voire obscure.

  • 8 Gérard Dessons, La voix juste. Essai sur le bref, Paris, Éditions Manucius, 2015.
  • 9 « Le bref, en tant que manifestation de la nécessité discursive, se trouve ainsi déplacé de l’oppos (...)

4 Néanmoins, de tels critères postulent qu’il existe une forme esthétique définie par la brièveté, ce que conteste Gérard Dessons8. En effet, selon lui, il faut distinguer le bref du court, car le premier renvoie au langage, à l’énoncé, et non à l’étendue, à la spatialité du second. La forme brève n’existerait pas, car elle fait de la brièveté une forme, qui s’oppose dès lors nécessairement au long. Or, le bref se veut concision énonciative : il n’est donc pas mesurable9. Néanmoins, si ces remarques particulièrement stimulantes nous rappellent qu’il ne faut pas confondre le court et le bref, elles ne permettent pas de trancher la question de savoir si le Moyen Âge a envisagé comme un tout un type de récit marqué par une taille réduite et une concision narrative, au-delà des divergences de thèmes, de styles ou de registre, comme paraissent l’indiquer les manuscrits anthologiques.

  • 10 Gérard Genette, Discours du Récit, [1972], Paris, Le Seuil, rééd. « Points Essais », 2007.
  • 11 Ibid., p. 24.
  • 12 Les anachronies sont définies par Gérard Genette comme « les différentes formes de discordances ent (...)
  • 13 Ibid., p. 64.
  • 14 Pour ces notions, voir « fréquence », ibid., p. 111-161.
  • 15 Ibid., p. 127. Nous soulignons.
  • 16 Voir « Durée », ibid., p. 81-110.
  • 17 Ainsi, pour Nelly Labère, la brièveté « est un fait qualitatif plus que quantitatif, elle est une f (...)

5 C’est dans cette optique que les travaux de narratologie de Gérard Genette pourraient apporter un élément de réponse. Cette perspective, consacrée aux rythmes du récit, peut à première vue paraître très éloignée des enjeux posés par la brièveté. La notion n’est d’ailleurs pas abordée en tant que telle par Discours du récit10, le texte servant de base à l’analyse étant À la Recherche du temps perdu, roman peu bref s’il en est. Elle entraîne néanmoins des répercussions sur l’organisation du récit. Ainsi, Gérard Genette envisageait que « le récit folklorique ait pour habitude de se conformer, dans ses grandes articulations du moins, à l’ordre chronologique11 ». Il ne s’agit évidemment pas de définir nos textes comme étant « folkloriques », mais de remarquer que la linéarité chronologique induit une certaine simplicité narrative, alors que la multiplication des « anachronies12 » rend le texte plus complexe et par là, l’éloigne d’un idéal de concision propre à la brièveté. La linéarité chronologique permettrait à l’inverse un plus grand soin de l’économie narrative. Ainsi, lorsque Gérard Genette évoque le cas des prolepses internes, celles-ci sont définies comme relevant de « l’interférence, de l’éventuel double emploi13 », puisqu’elles annoncent un événement auquel on assistera par la suite. Un récit qui viserait la concision tâchera de limiter ce genre de procédés, qui entraîne nécessairement un surplus de narration. Une telle remarque vaut également pour les analepses. Dans le cadre de la répétition, on pourrait également concevoir que les récits brefs privilégient la fréquence itérative plutôt que la fréquence répétitive14, la première étant conçue comme une « narration synthétique des événements produits15 ». Enfin, concernant la durée16, on aurait tendance à envisager que l’ellipse, plus rapide, doive être privilégiée par rapport à la pause descriptive, si l’on considère qu’un texte concis se doit de traiter l’action plus rapidement17. De fait, on rappellera que pour Paul Zumthor, la brièveté induit une diminution notable de la description. La question devient alors de savoir si les récits brefs médiévaux conçoivent le fait de raconter de la même manière : notre hypothèse de départ suppose qu’un texte bref préfère une chronologie linéaire, limitant drastiquement prolepses et analepses, privilégiant la rapidité narrative à la pause, et l’itératif au répétitif. Il s’agit donc de mettre à l’épreuve la pertinence de ces outils genettiens pour établir si l’on peut percevoir une unité de ces textes médiévaux, aux registres et aux matières très distincts et épars.

  • 18 Sur ce manuscrit, voir Mouvances et jointures. Du manuscrit au texte médiéval, Milena Mikhaïlova (d (...)
  • 19 Sylvie Lefèvre, « Le recueil et lŒuvre unique », ibid., p. 208.
  • 20 Le Chevalier au Barisel, conte pieux du xiiie siècle, éd. Félix Lecoy, Paris, Champion, « Les class (...)
  • 21 La Chastelaine de Vergi, éd. René Ernest Victor Stuip, The Hague et Paris, Mouton, « Publications d (...)
  • 22 Le Lai de Narcisse, dans Pyrame et Thisbé, Narcisse, Philomena. Trois contes français du xiie siècl (...)
  • 23 L’enfant qui fu remis au soleil, dans Nouveau recueil complet des fabliaux, éd. Willem Noomen et Ni (...)
  • 24 Rutebeuf, Vie de Sainte Elyzabel, Œuvres complètes, éd. et trad. Michel Zink, Paris, Classiques Gar (...)
  • 25 Huon le Roi, Le Vair Palefroi, dans Nouvelles courtoises occitanes et françaises, éd. et trad. Suza (...)

6 À cet égard, le manuscrit Paris, BnF, fr. 837, s’avérera un exemple des plus précieux. Même s’il ne contient pas uniquement des récits, mais aussi de nombreux poèmes, il s’agit en effet d’un recueil conséquent de 251 textes. Sa force consiste en son hétérogénéité, qui a d’ailleurs souvent été interrogée18. Véritable « rosaire paradoxal », pour reprendre l’expression de Sylvie Lefèvre19, ce manuscrit mêle en effet tous les registres, passant successivement du grivois au sacré. Ces textes ont pour particularité d’être de petite taille : le plus long est la Vie de Sainte Élisabeth de Rutebeuf, qui dépasse les 2000 vers. Il s’agit donc d’un exemple représentatif d’une collection de textes courts, qu’on analysera à l’aune des outils genettiens. Pour la commodité de l’étude, et même si cela en réduit nécessairement l’exhaustivité, nous avons effectué parmi les 251 textes du manuscrit des choix, en essayant de conserver une variété de thèmes et de registres. Six ont été retenus : le Dit du Barisel20, la Châtelaine de Vergy21, Narcisse22, l’Enfant remis au soleil23, la Vie de Sainte Élisabeth24 et le Vair Palefroi25.

  • 26 On notera que c'est également le cas du récit suivant, Estormi, que nous n’avons pu conserver faute (...)
  • 27 « Sa richesse mais aussi la rigueur de sa composition travaillent à fournir au lecteur qui franchit (...)
  • 28 Michèle Gally, « Récits brefs courtois : arts d'aimer ou nouvelles ? L'exemple de la Châtelaine de (...)
  • 29 Sylvie Lefèvre, « Le recueil et l’œuvre unique », art. cit., p. 206.
  • 30 Patricia Harris-Stäblein, « Le rôle de la bête dans la structuration dynamique des fabliaux : Du va (...)
  • 31 Liliane Dulac, « Lire un lai : Le vair palefroi entre morale et merveilleux », “Et c'est la fin pou (...)

7 Concernant les deux premiers, il s’agit des textes qui ouvrent le recueil, et dont on peut d’emblée noter l’hétérogénéité thématique et générique26. Yasmina Foehr-Janssens a d’ailleurs montré le caractère programmatique du Dit du Barisel pour l’ensemble du manuscrit, il était donc essentiel de l’incorporer à l’étude27. La Châtelaine de Vergy a paru pertinent pour deux raisons : il est relativement long, comme le Barisel, aussi peut-il être intéressant de voir si des éléments de concision narrative sont présents malgré le nombre de vers. Par ailleurs, il est génériquement inclassable : il a souvent été rapproché du lai de Lanval, mais a également été considéré comme un précurseur de la nouvelle28. On peut d’ailleurs remarquer une temporalité en cadence mineure pour les trois premiers textes du manuscrit : le Dit du Barisel s’étend sur plusieurs années, la Châtelaine sur plusieurs jours, tandis qu’Estormi ne narre qu’une seule nuit. Il était nécessaire d’utiliser au moins un fabliau, au vu de leur nombre dans ce recueil – 55 en tout. Notre choix s’est porté sur l’Enfant remis au Soleil, car il s’agit d’un des fabliaux les plus courts (148 vers dans ce manuscrit). Il est également original par la temporalité employée : alors que l’action des fabliaux est en général restreinte à quelques heures, celui-ci se déroule sur plusieurs années. On a donc un fabliau de petite taille qui narre une histoire se déroulant sur un temps très long. Nous avons également choisi Narcisse comme « échantillon » significatif, car il semblait important d’avoir un exemple issu d’une autre matière, en l’occurrence celle de Rome. Nous aurions pu aussi retenir Pyrame et Thisbé, également présent dans le manuscrit, mais nous l’avons exclu, car la version proposée est incomplète. Concernant la Vie de Sainte Élisabeth, c’est précisément parce qu’il s’agissait du texte le plus long de tout le recueil qu’il nous paraissait important de l’analyser : sa plus grande prolixité entraînera-t-elle nécessairement plus d’anachronies, par exemple ? Surtout, elle nous permettait d’étudier un texte hagiographique, ce qui n’est pas sans conséquences narratives, même si le Dit du Barisel est aussi un texte pieux. Enfin, le Vair Palefroi a semblé un candidat intéressant pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il s’agit du dernier récit proposé par le recueil, et qui joue un rôle de clôture, même s’il est probable qu’à la fin des feuillets soient manquants29. Qui plus est, comme la Châtelaine de Vergy, la critique a eu du mal à établir son genre, le classant tantôt du côté du fabliau30, tantôt du lai31. C’est donc à partir de cet échantillon que nous allons tenter de voir si la narratologie genettienne peut permettre de déceler une unité narrative et générique de ces récits brefs.

  • 32 La Châtelaine, opcit., v. 43-56.
  • 33 « Et sovent aloit et venoit », ibid., v. 46.
  • 34 « Et tant i ala / que la duchesse l’en ama », v. 47-48.
  • 35 Barisel, opcit., v. 1-60.
  • 36 Ibid., v. 22-60.
  • 37 « Jadis se fu uns marcheanz / qui n’estoit mie recreanz / ne de gaaignier esbahis / Ainz cercha sov (...)
  • 38 « Ainz cercha sovent maint pais », ibid., v. 4.
  • 39 « Uns devins ert, de Tebes nés, / qui de voir dire ert esprovés. / On ne pooit apercevoir / ne par (...)
  • 40 Vair Palefroi, opcit., v. 165-183.
  • 41 Ibid., v. 54-71.
  • 42 Ibid., v. 114-164.
  • 43 Voir le schéma narratif bien connu développé par Paul Larivaille dans « Lanalyse (morpho)logique d (...)

8 Certains éléments narratologiques paraissent à première vue communs à tous les textes retenus. C’est le cas du début même de ces récits, une fois le prologue achevé. On peut constater que ces débuts sont souvent itératifs, qu’il s’agisse d’un sommaire ou d’une pause descriptive. Ainsi, dans la Châtelaine de Vergy, après une présentation rapide des deux amants et de leur pacte secret, on trouve un sommaire itératif qui permet de présenter l’épanouissement de l’amour de la duchesse, responsable de la révélation fatale du secret32. L’itératif est explicité par les adverbes « sovent33 » et « tant34 ». Dans le Dit du Barisel, le récit commence par une longue pause descriptive qui permet de présenter le personnage principal35, où l’on trouve un récit itératif des vilenies commises par le chevalier36. L’Enfant remis au soleil débute par la présentation du marchand et de ses voyages habituels37, où l’on retrouve également l’adverbe « sovent38 ». Dans Narcisse, après le prologue, une pause itérative présente un devin qui sera responsable de la prophétie à l’égard du personnage éponyme39. Mais c’est sans doute le Vair Palefroi qui développe le plus cet aspect. En effet, après le prologue, le récit offre un très long passage pour présenter les deux amants, principalement le chevalier, et les circonstances de leurs rendez-vous. Le récit ne s’enclenche finalement qu’au vers 245. Jusqu’alors, les vers étaient dédiés à cette présentation initiale, avec à la fois une pause descriptive, comme celle, essentielle, du palefroi du titre40, et des passages plus explicitement itératifs, comme celui qui présente les exploits continus du jeune homme41, et les rencontres avec son aimée42. Dans tous les cas, les passages itératifs permettent de présenter la situation initiale, avant l’élément déclencheur qui nouera véritablement le nœud de l’intrigue43. Au contraire, les romans de Chrétien de Troyes par exemple commencent très généralement in medias res, le plus souvent par un banquet. Le récit bref, qui dispose de peu d’espace pour présenter ses personnages et son intrigue, se doit de le faire initialement dans ces passages itératifs.

  • 44 L’Enfant, v. 1-7.
  • 45 Ibid., v. 135-148.
  • 46 Gérard Genette, Discours du récit, opcit., p. 93.

9 De façon générale, les pauses sont relativement peu présentes dans l’ensemble de notre corpus, à l’exception de Narcisse et de la Vie de Sainte Élisabeth, sur lesquels nous aurons l’occasion de revenir. Dans la Châtelaine, on ne compte sur les 965 vers que 52 vers de pauses, sachant qu’il s’agit presque exclusivement de commentaires sur l’amour. Dans le Barisel, les pauses occupent 150 vers sur un total de 1084. Le cas paroxystique concerne l’Enfant remis au soleil. Le texte ne propose que deux pauses, au début44 et à la fin du texte45, la première présentant le personnage, et la dernière se voulant morale de l’histoire. Il semblerait donc que la pause nécessite des développements conséquents, et que dans le cas contraire, elle se réduise à l’essentiel. Si, pour Gérard Genette, « la brièveté même du sommaire lui donne presque toujours une infériorité quantitative évidente sur les chapitres descriptifs et dramatiques46 », on voit que dans les récits de petite taille c’est bien le descriptif qui occupe une « infériorité quantitative ».

  • 47 Vair Palefroi, opcit., v. 527-532
  • 48 Châtelaine, opcit., v. 349-352, 639-650, 903-908-912 et 926-928.
  • 49 Ibid., v. 936-941
  • 50 « Lors li commence par grant ire / tous ses pechiés a une tire / mot a mot trestout li conta /que a (...)
  • 51 « A l’hermite dist l’aventure / et a ses homes », Ibid., v. 461-462.
  • 52 Ibid., v. 1039-1048.

10 En grande majorité, nos récits semblent construits pour moitié de scènes et pour moitié de sommaires, ce qui peut se comprendre au vu de l’absence de pauses descriptives. Néanmoins, cette répartition relativement équitable du point de vue de l’ensemble ne permet pas de saisir l’importance accordée à certains dialogues au détriment d’autres. Dans le détail, on peut percevoir que certains dialogues sont transcrits au discours indirect, ce qui, d’un point de vue narratologique, permet le passage de la scène au sommaire, et confère à l’ensemble un rythme plus rapide. C’est le cas dans le Vair Palefroi, quand l’oncle du chevalier et le père de la jeune fille se retrouvent et se rappellent leurs exploits passés47 : ceux-ci sont brièvement résumés, car ils ne servent qu’à établir la proximité des deux hommes, mais ils n’ont pas en soi d’incidence sur l’intrigue. Le récit bref résume ainsi davantage des scènes peu importantes en les transformant en sommaires. Il est intéressant de constater que c’est toujours le cas pour les analepses. Dans la Châtelaine de Vergy, on trouve quatre analepses dans le cadre de sommaires, lorsqu’un personnage revient sur ce qu’un autre lui a raconté48. L’unique analepse dans une scène à proprement parler est celle où la châtelaine revient sur ses malheurs lors de son monologue final, mais il s’agit d’une pièce de choix du conte. Enfin, la seule analepse soutenue par le narrateur se trouve à la toute fin, dans l’épilogue49 : nous ne sommes donc plus véritablement dans le récit en tant que tel. Enfin, on retrouve le même procédé dans le Barisel, où chaque analepse est comprise dans un discours indirect, c’est-à-dire dans un sommaire. On en trouve trois : quand le chevalier récapitule ses péchés50, lorsqu’il raconte l’impossibilité qu’il a eue à remplir le barisel51, et lorsque l’ermite résume l’histoire aux hommes du chevalier52.

  • 53 Narcisse, v. 60-120.
  • 54 Ibid., v. 511-536.
  • 55 Voir Séverine Abiker, L’écho paradoxal. Étude stylistique de la répétition dans les récits brefs en (...)
  • 56 Pour Francine Mora-Lebrun, le terme est plus adapté que celui de « roman antique », car il « décrit (...)
  • 57 Aimé Petit, Naissance du roman : les techniques littéraires dans les romans antiques du xiie siècle(...)
  • 58 Jean Bodel, La Chanson des Saisnes, éd. Annette Brasseur , Genève, Droz, 1989, t. 1, v. 6‑11.

11 Ainsi, dans l’ensemble, la narratologie genettienne semble confirmer certains procédés narratifs, que l’on retrouve à quelques exceptions près dans tous nos textes : la brièveté entraîne un effort de concision. Néanmoins, une telle remarque ne révolutionne guère l’approche de ces textes, et ce sont au contraire les divergences qui s’avèrent particulièrement intéressantes. Prenons par exemple le lai de Narcisse. À l’opposé de ce que nous évoquions, ce récit comprend un grand nombre de pauses, à la fois descriptives et morales, alors que l’hypothèse établie était que les récits brefs réduisaient ce tempo. Pourtant, ce texte s’emploie aussi bien à décrire le personnage éponyme53 que la réaction de Dané face au refus d’amour54. Qui plus est, on ne remarque aucune analepse en tant que telle, mais une multitude de prolepses, ce qui dédouble nécessairement le récit. Certes, celles-ci ont un emploi évident. Ainsi, la première, qui annonce la mort de Narcisse, a un rôle tragique. De plus, ces prolepses accentuent la portée morale de l’œuvre, leur aspect tragique permettant de mieux souligner la leçon développée sur l’amour55. Or, ces deux procédés ne sont pas sans rapport avec la « matière » de Narcisse, en l’occurrence la matière de Rome. En effet, ils sont courants dans ce qu’on appelle les romans d’Antiquité56 dont on aurait ici une version courte : on sait l’importance qu’ont les descriptions pour ce type de texte57. Quant à l’insistance sur la morale du texte, elle n’est pas liée uniquement à sa forme brève. Rappelons après tout que la matière de Rome est, selon la citation de Jean Bodel, « sage et de sens aprenant58 ». La matière semble donc plus importante que la brièveté dans les choix narratifs opérés.

12 L’exemple est encore plus frappant avec le plus long texte de notre corpus, à savoir la Vie de Sainte Élisabeth. Ce récit hagiographique ne respecte en effet aucun des procédés que nous évoquions pour les autres contes. Il n’a en effet rien de linéaire dans son organisation. Il est construit à partir de plusieurs témoignages de la vie de la sainte, qui sont donc autant de longues analepses ; et à l’intérieur de ces longs discours, on trouve également des scènes, dans une véritable construction en poupée gigogne. Néanmoins, ces dialogues à l’intérieur des témoignages paraissent très courts en comparaison des nombreux sommaires — principalement itératifs — et surtout des très nombreuses pauses, qu’elles soient descriptives ou morales. Cela s’explique aisément par le genre même du récit : en tant que texte hagiographique, ce qui importe, c’est la valeur exemplaire de la vie ainsi mise en évidence. Quant au choix des témoignages multiples, Rutebeuf ne fait ici que reprendre le modèle original latin. Aussi, les outils genettiens ne semblent pas rendre compte de ce texte de manière suffisamment adaptée : car s’il est le plus long de tous, il est également celui qui réduit le plus les scènes et qui se veut le plus itératif, toujours dans le but d’exemplariser les actions de la sainte. De ce point de vue, on pourrait considérer qu’il propose le traitement narratif le plus rapide : il s’agit du texte le plus long, mais également de celui où le temps de l’histoire est le plus long, puisque le récit est à l’échelle d’une vie.

13 On voit ici toute la limite de l’utilisation de la narratologie genettienne pour les textes étudiés. En effet, son but premier n’est pas de définir ce qui relève de la concision (du point de vue de l’énonciation) ou de l’étendue, mais plutôt ce qui relève du temps et de son organisation. Or, l’analogie entre le temps, l’espace (au sens de la taille des textes) et la profondeur de la pensée ou du discours qu’ils portent ne paraît pas fondée. Autrement dit, un récit bref est-il nécessairement un récit rapide ? Pour Gérard Dessons,

  • 59 Gérard Dessons, La voix juste, opcit., p. 89.

la vitesse engendrée par la brièveté n’y est pas une donnée physique […]. Dans le langage, le temps et l’espace ne sont pas des catégories physiques, mais des catégories subjectives, qui sont dépendantes de l’instance du sujet dans son discours59.

14Le lien entre les deux notions ne va pas de soi. Qui plus est, la narratologie genettienne, si elle permet l’établissement d’un rythme, d’un tempo musical, n’est pas toujours adaptée pour nos textes. Gérard Genette rappelle en effet que la vitesse est

  • 60 Gérard Genette, Discours du récit, opcit., . p. 83

le rapport entre une mesure temporelle et une mesure spatiale (tant de mètres à la seconde, tant de seconde par mètre : la vitesse du récit se définira par le rapport entre une durée, celle de l’histoire, mesurée en secondes, minutes, heures, jours, mois, années, et une longueur : celle du texte, mesurée en lignes et en pages. 60

15Un texte rapide serait donc un récit où le temps de l’histoire est particulièrement résumé dans le temps du récit. Dans ce cas, l’Enfant remis au soleil et la Vie de sainte Élisabeth pourraient être considérés comme les textes les plus « expéditifs ». Néanmoins, le deuxième, par son ampleur, mais aussi par ses fréquentes pauses morales, pourrait difficilement être conçu comme « rapide ». Par ailleurs, les quatre temporalités définies par Gérard Genette peuvent apparaître comme peu précises sur le temps écoulé. Ainsi, selon lui :

  • 61 Ibid., p. 90.

Il existe une gradation continue depuis cette vitesse infinie qui est celle de l’ellipse, où un segment nul de récit correspond à une durée quelconque d’histoire, jusqu’à cette lenteur absolue qui est celle de la pause descriptive, où un segment quelconque du discours narratif correspond à une durée diégétique nulle.61

  • 62 On sait juste que l’action reprend quand l’enfant a quinze ans (« quant l’enfes ot .xv. ans passez  (...)
  • 63 « Et cil tantost sanz plus atendre / qui le fil sa fame vendi /a son autre afere entendi / lors rep (...)
  • 64 Barisel, opcit., 526-660.
  • 65 Ibid., p. 183-194.

16Certes, une ellipse est plus rapide qu’une pause ; mais d’une ellipse à l’autre, que d’écarts ! On ne trouve que deux effets de ce type dans l’Enfant remis au soleil : toute l’enfance et l’adolescence du personnage éponyme62, et un temps indéfini entre la vente de l’enfant à Gênes et le retour du marchand chez lui63. La même remarque vaut pour les sommaires : dans le Dit du Barisel, le long sommaire qui décrit les errances du chevalier64 résume un temps de l’histoire plus long que l’arrivée de héros éponyme et des hommes chez l’ermite65. Certes, le temps du récit y est plus court, mais cela ne concerne que quelques heures. Proportionnellement, le premier sommaire est donc plus « rapide », si l’on envisage qu’il s’agit du moment où le temps du récit est plus rapide que le temps de l’histoire. La temporalité est donc très variable d’un texte à l’autre, ce qui s’oppose à l’idée de Paul Zumthor selon laquelle un texte bref est défini par une certaine unité de temps et d’action. Il n’y a pas d’unité de nos textes de ce point de vue. L’utilisation de Genette pour définir un texte bref est donc problématique à deux niveaux : elle sous-entend initialement qu’un texte bref est nécessairement un texte rapide, ce qui est loin d’être une évidence ; par ailleurs, le tempo genettien tend à étudier bien plus l’organisation temporelle que la vitesse narrative.

  • 66 Sur l’esthétique de la brièveté, voir Faire court. L’esthétique de la brièveté dans la littérature (...)

17 Par conséquent, la narratologie développée par Gérard Genette ne permet pas d’affirmer l’existence d’un genre qui serait celui du « récit bref ». Certes, on peut constater que des indications dégagées par cette narratologie sont communes à plusieurs des textes étudiés. Ainsi, si la linéarité chronologique n’est pas toujours une constante notable, les analepses et les prolepses y sont relativement peu développées. De plus, elles le sont souvent au sein de sommaires, et en cela résumées. Les pauses sont peu fréquentes, et les sommaires itératifs ouvrent souvent ces récits. Cependant, ces indications ne sont jamais prescriptives : un texte passera aisément outre pour que son récit corresponde davantage à la matière qu’il a choisi de traiter. On parlera donc de pratiques souvent proches, permettant d’établir tout au plus une parenté de structures. En cela, les paramètres genettiens du récit que sont l’ordre, la durée et la fréquence dessinent les traits d’une esthétique de la brièveté66 plutôt qu’ils ne déterminent à proprement parler une forme brève ou un genre bref. Et ce sont ces traits, réunis en faisceaux et contours variés, qui permettent au corpus étudié de faire sens, au-delà d’une simple concordance de taille des textes et de caractères communs associés à la brièveté.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie primaire

Jean Bodel, La Chanson des Saisnes, éd. Annette Brasseur, Genève, Droz, 1989.

La chastelaine de Vergi, éd. René Ernest Victor Stuip, The Hague et Paris, Mouton, « Publications de l’Institut d’études françaises et occitanes de l’Université d’Utrecht », 5, 1970.

Le chevalier au barisel, conte pieux du xiiie siècle, éd. Félix Lecoy, Paris, Champion, « Les classiques français du Moyen Âge », 82, 1984.

L’enfant qui fu remis au soleil, dans Nouveau recueil complet des fabliaux, éd. Willem Noomen et Nico van den Boogaard, Assen, Van Gorcum, 1990, t. V, p. 209-221.

Huon le Roi, Le Vair Palefroi, dans Nouvelles courtoises occitanes et françaises, éd. et trad. Suzanne Méjean-Thiolier et Marie-Françoise Notz-Grob, Paris, Librairie générale française, « Lettres gothiques », 1997, p. 504-577.

Le Lai de Narcisse, dans Pyrame et Thisbé, Narcisse, Philomena. Trois contes français du xiie siècle, éd. et trad. Émmanuèle Baumgartner, Paris, Gallimard, « Folio classique », 2000, p. 83-153.

Rutebeuf, Vie de Sainte Elyzabel, Œuvres complètes, éd. et trad. Michel Zink, Paris, Classiques Garnier, « Lettres gothiques », 2001, p. 635-751.

Bibliographie secondaire

Séverine Abiker, L’écho paradoxal. Étude stylistique de la répétition dans les récits brefs en vers, xiie-xivsiècles, thèse de doctorat préparée sous la direction de Danièle James-Raoul et de Claudio Galderisi, soutenue en 2008 à l’université de Poitiers.

Catherine Croizy-Naquet, Thèbes, Troie et Carthage. Poétique de la ville dans le roman antique du xiie siècle, Paris, Honoré Champion, 1994

Gérard Dessons, La voix juste. Essai sur le bref, Paris, Éditions Manucius, 2015.

Roger Dubuis, « Les formes narratives brèves », G.R.L.M.A, t. VIII-I, Heidelberg, 1988.

Liliane Dulac, « Lire un lai : Le vair palefroi entre morale et merveilleux », ”Et c’est la fin pour quoy sommes ensemble” : hommage à Jean Dufournet, professeur à la Sorbonne: littérature, histoire et langue du Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1993, t. 1, p. 503-512.

Ludmila Edvokimova, « Les dénominations génériques des récits brefs au xiiie siècle et leur place dans le système des genres : quelques réflexions sur la notion du “genre” au Moyen Âge », Études médiévales 3, Amiens, Publications de l’Université de Picardie, 2001, p. 210-219.

Faire court. L’esthétique de la brièveté dans la littérature du Moyen Âge, Catherine Croizy-Naquet, Laurence Harf-Lancner et Michelle Szkilnik (dir.), Paris, Presses Sorbonne-Nouvelle, 2011.

Michèle Gally, « Récits brefs courtois: arts d’aimer ou nouvelles? L’exemple de la Châtelaine de Vergy et du Lai de l’ombre », Récit bref au Moyen Âge. Actes du Colloque des 8 et 9 mai 1988, Amiens/Paris, Centre d’études médiévales d’Amiens, Université de Picardie, Wodan 2, 1989, p. 123-140.

Gérard Genette, Discours du Récit, [1972], Paris, Le Seuil, rééd. « Points Essais », 2007.

Gérard Genette, Introduction à l’architexte [1979], Paris, Le Seuil, rééd. « Points essais », 2004.

Les Genres au Moyen Âge. La question de lhétérogénéité, Hélène Charpentier et Valérie Fasseur (dir.), Méthode ! Revue de littératures française et comparée, 17, 2010.

Les Genres littéraires en question au Moyen Âge, Danièle James-Raoul (dir.), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, « Eidôlon » 97, 2011.

Patricia Harris-Stäblein, « Le rôle de la bête dans la structuration dynamique des fabliaux : Du vair palefroi », Épopée animale, fable, fabliau. Actes du ive colloque de la Société Internationale Renardienne, Gabriel Bianciotto et Michel Salvat (dir.), Paris, PUF, 1984, p. 575-583.

Paul Larivaille, « L’analyse (morpho)logique du récit », Poétique, n° 19, 1974, p. 368-388.

Francine Mora-Lebrun, « Mettre en romanz », Les romans d’antiquité du xiisiècle et leur postérité (xiiie-xivsiècle), Paris, Honoré Champion, 2008.

Patrick Moran, Lectures cycliques. Le réseau inter-romanesque dans les cycles du Graal du xiiie siècle, Paris, Honoré Champion, 2014.

Mouvances et jointures. Du manuscrit au texte médiéval, Milena Mikhaïlova (dir.), Orléans, Paradigme, « Medievalia », 55, 2005.

Aimé Petit, Naissance du roman : les techniques littéraires dans les romans antiques du xiie siècle, Paris/Genève, Honoré Champion/Slaktine, 1985, 2 vol.

Richard Trachsler, « Observations sur les ‘recueils de fabliaux’ », Le recueil au Moyen Âge. Le Moyen Âge central, Olivier Collet et Yasmina Foehr-Janssens (dir.), Turnhout, Brepols, « Texte, codex et contexte », 8, 2010, p. 35-46.

Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, [1972] Paris, Seuil, rééd. « Points Essais », 2000.

Haut de page

Notes

1 Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, [1972] Paris, Seuil, rééd. « Points Essais », 2000, p. 468.

2 Roger Dubuis, « Les formes narratives brèves », G.R.L.M.A, t. VIII-I, Heidelberg, 1988, p. 178.

3 Sur cette épineuse question, voir Les Genres au Moyen Âge. La question de lhétérogénéité, Hélène Charpentier et Valérie Fasseur (dir.), Méthode ! Revue de littératures française et comparée, 17, 2010 ; Les Genres littéraires en question au Moyen Âge, Danièle James-Raoul (dir.), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon 97, 2011 ; et Patrick Moran, « “Genres médiévaux” », Lectures cycliques. Le réseau inter-romanesque dans les cycles du Graal du xiiie siècle, Paris, Honoré Champion, 2014, p. 632-647. Pour la façon dont Gérard Genette aborde la question, voir Introduction à l’architexte [1979], Paris, Le Seuil, coll. « Points essais », 2004.

4 Francis Gingras, pour sa part, remarque que les manuscrits médiévaux opposent fortement les récits brefs au récits longs : les premiers sont ainsi extrêmement rarement désignés comme des « romans ». Voir Francis Gingras, « Pour faire court : conscience générique et formes brèves au Moyen Âge », Faire court. L'esthétique de la brièveté dans la littérature du Moyen Âge, Catherine Croizy-Naquet, Laurence Harf-Lancner et Michelle Szkilnik (dir.), Paris, Presses Sorbonne-Nouvelle, 2011, p. 155-179.

5 Voir Richard Trachsler, « Observations sur les recueils de fabliaux” », Le Recueil au Moyen Âge. Le Moyen Âge central, Olivier Collet et Yasmina Foehr-Janssens (dir.), Turnhout, Brepols, « Texte, codex et contexte », 8, 2010, p. 35-46.

6 Ludmila Edvokimova, « Les dénominations génériques des récits brefs au xiiie siècle et leur place dans le système des genres : quelques réflexions sur la notion du genre” au Moyen Âge », Études médiévales 3, Amiens, Publications de lUniversité de Picardie, 2001, p. 210-219.

7 Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, opcit., p. 473-475.

8 Gérard Dessons, La voix juste. Essai sur le bref, Paris, Éditions Manucius, 2015.

9 « Le bref, en tant que manifestation de la nécessité discursive, se trouve ainsi déplacé de l’opposition rhétorique à l’amplification vers un autre plan, qui est déjà celui du poétique, dans la mesure où il concerne la question de l’individuation discursive : est bref le discours qui est sa propre identité, qui ne la tient pas d’autres discours pris pour modèles », ibid., p. 124.

10 Gérard Genette, Discours du Récit, [1972], Paris, Le Seuil, rééd. « Points Essais », 2007.

11 Ibid., p. 24.

12 Les anachronies sont définies par Gérard Genette comme « les différentes formes de discordances entre l’ordre de l’histoire et celui du récit », ibid., p. 24.

13 Ibid., p. 64.

14 Pour ces notions, voir « fréquence », ibid., p. 111-161.

15 Ibid., p. 127. Nous soulignons.

16 Voir « Durée », ibid., p. 81-110.

17 Ainsi, pour Nelly Labère, la brièveté « est un fait qualitatif plus que quantitatif, elle est une façon de représenter le temps dans sa durée ou dans son ellipse », Nelly Labère, « “Court toujours… tu m’intéresses” », Faire court, opcit., p. 288. Nous soulignons.

18 Sur ce manuscrit, voir Mouvances et jointures. Du manuscrit au texte médiéval, Milena Mikhaïlova (dir.), Orléans, Paradigme, « Medievalia », 55, 2005, notamment les articles consacrés à ce manuscrit p. 153-228.

19 Sylvie Lefèvre, « Le recueil et lŒuvre unique », ibid., p. 208.

20 Le Chevalier au Barisel, conte pieux du xiiie siècle, éd. Félix Lecoy, Paris, Champion, « Les classiques français du Moyen Âge », 82, 1984.

21 La Chastelaine de Vergi, éd. René Ernest Victor Stuip, The Hague et Paris, Mouton, « Publications de l'Institut d'études françaises et occitanes de l'Université d’Utrecht », 5, 1970. Nous prendrons la version diplomatique correspondante à notre manuscrit, correspondants ici aux pages 243-261.

22 Le Lai de Narcisse, dans Pyrame et Thisbé, Narcisse, Philomena. Trois contes français du xiie siècle, éd. et trad. Émmanuèle Baumgartner, Paris, Gallimard, « Folio classique », 2000, p. 83-153.

23 L’enfant qui fu remis au soleil, dans Nouveau recueil complet des fabliaux, éd. Willem Noomen et Nico van den Boogaard, Assen, Van Gorcum, 1990, t. V, p. 209-221.

24 Rutebeuf, Vie de Sainte Elyzabel, Œuvres complètes, éd. et trad. Michel Zink, Paris, Classiques Garnier, « Lettres gothiques », 2001, p. 635-751.

25 Huon le Roi, Le Vair Palefroi, dans Nouvelles courtoises occitanes et françaises, éd. et trad. Suzanne Méjean-Thiolier et Marie-Françoise Notz-Grob, Paris, Librairie générale française, « Lettres gothiques », 1997, p. 504-577.

26 On notera que c'est également le cas du récit suivant, Estormi, que nous n’avons pu conserver faute de place.

27 « Sa richesse mais aussi la rigueur de sa composition travaillent à fournir au lecteur qui franchit le seuil du recueil les éléments dune conjointure qui exhibe, à titre sinon programmatique, du moins largement prémonitoire, les paradoxes dune dialectique du sublime et du trivial », Yasmina Foehr-Janssens, « “Le seigneur et le prince de tous les contes” », Mouvances et jointures, opcit., p. 153-171, cit. p. 171.

28 Michèle Gally, « Récits brefs courtois : arts d'aimer ou nouvelles ? L'exemple de la Châtelaine de Vergy et du Lai de l’ombre », Récit bref au Moyen Âge. Actes du Colloque des 8 et 9 mai 1988, Amiens/Paris, Centre d'études médiévales d’Amiens, Université de Picardie, Wodan 2, 1989, p. 123-140.

29 Sylvie Lefèvre, « Le recueil et l’œuvre unique », art. cit., p. 206.

30 Patricia Harris-Stäblein, « Le rôle de la bête dans la structuration dynamique des fabliaux : Du vair palefroi », Épopée animale, fable, fabliau. Actes du ive colloque de la Société Internationale Renardienne, Gabriel Bianciotto et Michel Salvat (dir.), Paris, PUF, 1984, p. 575-583.

31 Liliane Dulac, « Lire un lai : Le vair palefroi entre morale et merveilleux », “Et c'est la fin pour quoy sommes ensemble” : hommage à Jean Dufournet, professeur à la Sorbonne: littérature, histoire et langue du Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1993, t. 1, p. 503-512.

32 La Châtelaine, opcit., v. 43-56.

33 « Et sovent aloit et venoit », ibid., v. 46.

34 « Et tant i ala / que la duchesse l’en ama », v. 47-48.

35 Barisel, opcit., v. 1-60.

36 Ibid., v. 22-60.

37 « Jadis se fu uns marcheanz / qui n’estoit mie recreanz / ne de gaaignier esbahis / Ainz cercha sovent maint pais / por ses denrees emploier / de son avoir mouteploier /ne fu pas sovent a sejor », L’Enfant, op. cit., v. 1-7.

38 « Ainz cercha sovent maint pais », ibid., v. 4.

39 « Uns devins ert, de Tebes nés, / qui de voir dire ert esprovés. / On ne pooit apercevoir / ne par experiment savoir / k’il deïst se voir non : / por c’ert a Tebes de grant non », Narcisse, opcit., v. 41-46.

40 Vair Palefroi, opcit., v. 165-183.

41 Ibid., v. 54-71.

42 Ibid., v. 114-164.

43 Voir le schéma narratif bien connu développé par Paul Larivaille dans « Lanalyse (morpho)logique du récit », Poétique 19, 1974, p. 368-388.

44 L’Enfant, v. 1-7.

45 Ibid., v. 135-148.

46 Gérard Genette, Discours du récit, opcit., p. 93.

47 Vair Palefroi, opcit., v. 527-532

48 Châtelaine, opcit., v. 349-352, 639-650, 903-908-912 et 926-928.

49 Ibid., v. 936-941

50 « Lors li commence par grant ire / tous ses pechiés a une tire / mot a mot trestout li conta /que ains de mot n’i mesconta », Barisel, v. 339-342.

51 « A l’hermite dist l’aventure / et a ses homes », Ibid., v. 461-462.

52 Ibid., v. 1039-1048.

53 Narcisse, v. 60-120.

54 Ibid., v. 511-536.

55 Voir Séverine Abiker, L’écho paradoxal. Étude stylistique de la répétition dans les récits brefs en vers, xiie-xivsiècles, thèse de doctorat préparée sous la direction de Danièle James-Raoul et de Claudio Galderisi, soutenue en 2008 à luniversité de Poitiers, p. 212-215.

56 Pour Francine Mora-Lebrun, le terme est plus adapté que celui de « roman antique », car il « décrit mieux la réalité qu’[il] désigne – des « mises en romans » qui parlent de l’Antiquité et participent à son prestige – alors que [roman antique] peut éventuellement prêter à confusion, notamment avec les romans grecs et latins », Francine Mora-Lebrun, « Mettre en romanz », Les romans d’antiquité du xiisiècle et leur postérité (xiiie-xivsiècle), Paris, Honoré Champion, 2008, p. 14.

57 Aimé Petit, Naissance du roman : les techniques littéraires dans les romans antiques du xiie siècle, Paris/Genève, Honoré Champion/Slaktine, 1985, vol. 1, p. 500-552 et Catherine Croizy-Naquet, Thèbes, Troie et Carthage. Poétique de la ville dans le roman antique du xiisiècle, Paris, Honoré Champion, 1994, p. 41-74 et p. 155-205.

58 Jean Bodel, La Chanson des Saisnes, éd. Annette Brasseur , Genève, Droz, 1989, t. 1, v. 6‑11.

59 Gérard Dessons, La voix juste, opcit., p. 89.

60 Gérard Genette, Discours du récit, opcit., . p. 83

61 Ibid., p. 90.

62 On sait juste que l’action reprend quand l’enfant a quinze ans (« quant l’enfes ot .xv. ans passez », L’Enfant, opcit., v. 53), mais on ignore son âge quand le marchand regagne le foyer conjugal.

63 « Et cil tantost sanz plus atendre / qui le fil sa fame vendi /a son autre afere entendi / lors repera en sa contree », Ibid., v. 98-101.

64 Barisel, opcit., 526-660.

65 Ibid., p. 183-194.

66 Sur l’esthétique de la brièveté, voir Faire court. L’esthétique de la brièveté dans la littérature du Moyen Âge, opcit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Garnier, « Ordre, durée et fréquence : la narratologie genettienne à la rescousse des récits brefs ? »Perspectives médiévales [En ligne], 42 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/peme/36768 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.36768

Haut de page

Auteur

Nicolas Garnier

Docteur rattaché à l’EA 4349, « Étude et édition de textes médiévaux », Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search