Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Études et travauxSeuils et paratextesAux seuils du paratexte médiéval ...

Études et travaux
Seuils et paratextes

Aux seuils du paratexte médiéval : les auteurs français et leur nom dans les inventaires aristocratiques de la fin du Moyen Âge

Julien Stout

Résumés

Comme un complément aux brèves remarques de Gérard Genette effectuées sur la question dans Seuils, cet article entend réévaluer la place du nom d’auteur français dans le paratexte des œuvres médiévales à la lumière d’un témoignage original, celui de 41 inventaires de « librairies » de hauts personnages de l’espace francophone des xive-xve siècles, pour un total de 4686 entrées. Il peut sembler inusité de s’intéresser à la représentation du nom d’auteur dans de tels documents, généralement rédigés dans une logique de catalogage non pas bibliographique et savant, mais bibliophilique. On argumentera cependant que la théorie du paratexte doit permettre – ici et à l’avenir – de penser ces inventaires à la fois comme un poste d’observation panoptique du « feuilleté paratextuel » médiéval et comme les traces de (brèves) lectures médiévales d’ouvrages dans un but de classification et d’identification. On relèvera, on classera et on analysera donc les 244 cas sur 4686 où 56 noms d’auteurs français sont employés comme un mode de désignation des œuvres dans les inventaires, avant de réfléchir à leur statut minoritaire et naissant au sein d’un paysage littéraire qui connaissait à l’évidence la notion d’auteur, mais qui semble ne l’avoir appliquée à la littérature française qu’avec hésitation et parcimonie.

Haut de page

Entrées d’index

Index des modernes :

Gérard Genette
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, collection « Poétique », 1987, p. 52.
  • 2 Ibid., p. 53.

1Lorsque, dans Seuils, Gérard Genette évoque la question du nom d’auteur dans le paratexte des manuscrits du Moyen Âge européen, il ne le fait que brièvement, pour en signaler l’importance minime – sauf quelques exceptions « noyée[s] dans les premières (incipit) ou dernières (explicit) phrases du texte1 » – au regard du caractère central que cet élément paratextuel revêtira sur la page de garde et la couverture du livre imprimé moderne. On ne saurait se contenter de décrier le caractère imprécis de ces remarques, formulées par un non-médiéviste qui admet d’ailleurs omettre des « dizaines »2 d’auteurs, et dont les observations reflètent également, nous le verrons, les incertitudes réelles qui entourent la question de l’inscription du nom d’auteur au sein et aux seuils du texte du Moyen Âge. De fait, loin de proposer une simple critique antagoniste des propos de Gérard Genette sur la question du nom d’auteur en contexte médiéval, il s’agira plutôt ici de s’inscrire dans le sillage des travaux qui tentent d’adapter l’étude genettienne des seuils à la littérature du Moyen Âge, et ce dans le but de clarifier, par l’entremise d’une typologie synthétique et de données originales, l’image encore trouble qu’on se fait généralement de la place ainsi que de la signification du nom d’auteur dans le paratexte des œuvres de l’époque.

  • 3 Le présent travail est écrit dans la continuité d’une thèse de doctorat achevée grâce à la générosi (...)
  • 4 Nous donnons les sources éditées utilisées par propriétaire et, sauf dans le cas d’éditions renferm (...)
  • 5 De fait, notre liste reprend les principaux inventaires cités dans Geneviève Hasenohr, « L’essor de (...)

2Nous circonscrirons l’examen à l’une des facettes les plus remarquables du phénomène, dotée d’enjeux spécifiques et omis dans Seuils : la manière dont, dans les derniers siècles du Moyen Âge, le nom d’auteur de langue française s’est invité pour la première fois dans le texte et dans le paratexte des livres qui étaient dominés jusqu’alors par la langue latine et les illustres patronymes d’auctores3. Pour aborder la question, nous sonderons un corpus qui, s’il n’a jamais été interrogé en ce sens, constitue un poste d’observation privilégié de la question de l’auteur en lien avec celle du paratexte de la littérature française de l’époque. Cet ensemble documentaire est composé des inventaires de « librairies » de hauts personnages de l’espace francophone produits entre les xive et xve siècles. Nous avons examiné 41 inventaires rédigés entre 1304 et 1491, allant de la quinzaine de livres de Jean d’Avesnes aux imposantes bibliothèques du Louvre et des ducs de Bourgogne, pour un total de 4686 entrées4. Nous avons privilégié les inventaires édités, soit un corpus aisément consultable, non exhaustif, certes5, mais capable, au regard de sa taille, de produire des observations représentatives aux niveaux statistique et qualitatif. L’intérêt et la cohérence de ces catalogues vient du fait qu’ils constituent la trace médiévale de regards panoptiques posés sur les collections les plus importantes de livres français de l’époque, de même que du paratexte de ces livres, dont plusieurs ont disparu aujourd’hui, complétant dès lors le seul témoignage des manuscrits conservés. Tout en replaçant ce type de documents au sein du paysage paratextuel médiéval, nous présenterons et analyserons la signification des quelques moments où, dans ces inventaires, des noms d’auteurs français font irruption dans l’identification des ouvrages inventoriés.

  • 6 Colette Van Coolput-Storms et Ariane Van Galen, « Godefroid de Naste, seigneur et lecteur au xive s (...)

3L’exercice suscitera des résistances : sauf quelques exceptions comme Gilles Malet, descripteur de la bibliothèque du roi Charles V et « ami » de Christine de Pisan, les médiévistes se méfient des responsables des inventaires princiers, qui se seraient « contentés d’ouvrir les ouvrages à la première ou à la dernière page, en se jetant sur le premier nom propre trouvé ou en s’inspirant d’une rubrique ou d’un explicit6 ». La nature des documents est aussi en cause : il s’agit souvent d’inventaires de biens post-mortem, où le souci de catalogage bibliographique érudit et savant semble être éclipsé par l’estimation monétaire de livres conçus comme des objets précieux, au même titre que des chandeliers, des robes ou de la vaisselle. En accord avec la majorité des médiévistes, ne doit-on donc pas travailler contre la forme de ces documents et disqualifier leur rapport à la notion d’auteur, puisqu’ils sont le fruit du travail de descripteurs sinon parfaitement incultes, du moins indifférents à la question ? Nous montrerons que la théorie genettienne du paratexte doit permettre – ici et à l’avenir – d’analyser la forme de ces inventaires et leur traitement de l’auteur de langue française. Une fois organisées, classées et correctement interprétées comme du paratexte, les données moissonnées éclairent, à petite et à grande échelle, l’histoire de l’avènement de l’auteur de langue française au Moyen Âge, fruit d’une hybridation qui est née de l’irruption de la langue et des goûts laïcs et aristocratiques dans le monde de l’écrit, et dont nos inventaires sont les témoins privilégiés.

Le nom d’auteur, les inventaires et le feuilleté paratextuel médiéval

  • 7 Paul Zumthor, « Le poète et le texte », Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, « Points », (197 (...)
  • 8 Terminologie et typologie reprise de Patrick Moran, Lectures cycliques. Le réseau inter-romanesque (...)

4Articulons d’abord le lien entre notre corpus et le paratexte, afin de mieux saisir d’où viennent les noms d’auteurs de nos inventaires, et comment on est en droit de les interpréter. Dans le contexte médiéval de transmission tantôt manuscrite, tantôt orale des œuvres littéraires, on se figurera le paratexte qui entoure ces œuvres comme une série de strates, mouvantes et variantes7 dans le temps et l’espace. À l’actualisation textuelle d’une œuvre, viennent ainsi variablement se greffer des éléments paratextuels au sein même de l’œuvre (rubriques, lettrines, illustrations, mention de locuteur, blancs, etc.) et en ses seuils (incipit, explicit, initiale, etc.). Puis, à une strate supérieure, l’œuvre unique peut siéger seule au sein d’un codex relié, d’un(e série de) cahier(s) ou d’un rouleau monographiques ; elle peut intégrer un recueil, une somme, un cycle, une anthologie ou une compilation – autant d’agencements « supertextuels » qui peuvent être organiques ou cumulatifs, et que le paratexte pourra entériner, notamment grâce à une table des matières, voire à un titre placé sur la couverture, tel qu’on l’observe dans l’inventaire de Philippe le Bon. Au-delà de ces éléments dits « péritextuels », pour reprendre la terminologie genettienne, vient enfin l’organisation et la conservation des ouvrages, même si la phénoménologie de l’expérience de la lecture, dont relève in fine le paratexte, pourrait s’étendre jusqu’à intégrer des éléments dits « épitextuels »8 tels que les tapisseries à l’effigie du Roman de la Rose inventoriées dans l’inventaire de Jean de Berry.

5Nos inventaires sont des instantanés de ce feuilleté paratextuel, soumis comme ce dernier à la contingence du temps, de l’espace et de l’idiosyncrasie du descripteur et de ses impératifs. Dans le cadre des inventaires du Louvre, des ducs de Bourgogne et de ceux de Savoie, il existe plusieurs de ces instantanés pour une même librairie dont le contenu croît, décroît et se meut d’un lieu à l’autre au fil du temps. L’inventaire est en outre lui-même paratexte, ou plutôt épitexte, du fait qu’il constitue la trace d’une (brève) consultation d’ouvrages dans une logique de classement, d’identification et donc, nécessairement, d’interprétation. Lorsqu’un nom d’auteur apparaît dans les inventaires, c’est donc que, depuis l’une des strates du feuilleté, il a été capté par le descripteur qui l’a ensuite confirmé comme étant un mode parmi d’autres de description d’une œuvre ou d’un livre au complet.

6Relever les occurrences du nom d’auteur français dans notre corpus revient à signaler les moments où celui-ci était suffisamment évident pour servir à identifier un livre. Interpréter la signification culturelle et littéraire de ces occurrences implique d’établir tout d’abord ce qui a pu inspirer le descripteur à relayer le nom d’auteur, puis de distinguer les différents types de mentions d’auteurs entre elles, pour enfin envisager les autres éléments paratextuels avec lesquelles elles dialoguent ou sont en compétition dans les inventaires.

Un foisonnement limité de pratiques : typologie, analyse

7Procédons, dans un premier temps, au décompte, à la localisation et au classement chronologique des noms d’auteurs, avant de décrire la forme des titres où ces noms apparaissent, ainsi que les types d’ouvrages dans lesquels ils se situent.

8Comme on pourra l’observer de façon détaillée dans le tableau situé en annexe, dans les 41 inventaires sondés, 56 auteurs de langue française sont nommés dans un total de 244 entrées sur 4686 (5.21 %). Il n’est pas toujours possible de déterminer la strate depuis laquelle le descripteur a vu le nom d’auteur, et à quel point il a compris celui-ci. On peut toutefois classer les types d’occurrences. Les noms tirés de l’inventaire de Philippe le Bon (1469) tendent à dupliquer explicitement un titre situé sur le dos des livres : l’entrée 558 signale un « livret […] intitulé au dos “C’est le codicille maistre Jehan de Mehun” », avant de répéter le nom de l’auteur dans la marge du catalogue : « maistre J de Mehun ». La plupart des inventaires sont moins diserts, mais on peut penser qu’ils s’inspirent d’une rubrique initiale ou d’une table. C’est la table des matières annonçant les dits de Baudouin de Condé et la Voie de Paradis de Rutebeuf dans le manuscrit BnF, fr. 1634, jadis conservé au Louvre, qui semble par exemple avoir inspiré les entrées 186 et 104[124] des inventaires de 1373 et de 1423, identiques, et qui donnent respectivement les noms de Baudouin et de Rutebeuf.

9Les cas sont plutôt rares où le nom d’auteur relayé par le descripteur semble clairement ne pas avoir été compris : de façon confuse, l’inventaire de Charles le Téméraire de 1477 signale un « Ung autre livre appellé “Le livre de Lagasse de la Breugne, appelé le livre des desduictz” », là où les autres inventaires bourguignons procèdent à une attribution « active » de l’ouvrage à « Gasse de la Buigne ». Ce cas exceptionnel rappelle que tel nom d’auteur peut être soumis à une érosion variable au sein des inventaires comme de la culture manuscrite en général.

10Une fois ces précisions topographiques faites, la liste des noms récoltés doit retenir l’attention : sur les 56 auteurs nommés, deux appartiennent plutôt au xiie siècle (Gace Brulé ; Châtelain de Coucy), 14 au xiiie siècle (Thibaut de Navarre ; Reclus de Molliens ; Brunet Latin ; Marco Polo ; Jean de Meun ; Gossuin de Metz ; saint Louis ; Richard de Fournival ; Baudouin de Condé ; Rutebeuf ; Jean de Joinville ; Huon de Méry ; Robert d’Artois ; Pierre de Fontaines), 22 au xive siècle (Jean de Vignay ; Watriquet de Couvin ; Nicolas Trevet ; Gace de la Buigne ; Eustache Deschamps ; Gaston Fébus ; Guillaume de Machaut ; Jean Froissart ; Jean de Mandeville ; Geoffroi de Charny ; Jean du Pin ; Pierre de Luxembourg ; Guillaume Tirel ; Evrart de Conty ; Honoré Bovet ; Pierre Bersuire ; Jean Golein ; Jean Daudin ; Jacques Bauchant ; Denis Foulechat ; Jacques Bauchant ; Jean de Sy) et 12 plutôt au xve siècle (Laurent de Premierfait ; Alain Chartier ; Christine de Pisan ; Lourdin de Saligny ; Charles d’Orléans ; Roi René d’Anjou ; Pierre Chastellain ; Enguerrand de Monstrelet ; Gilbert de Lannoy ; Jean Germain ; Bertrandon de la Broquière). Nous ne parvenons pas à identifier 6 d’entre eux (Regnaut de Villon ; Pierre Lesant ; Jehan le Moyne ; Theobalde le Lombart ; Ernoul de Quincampoix ; maistre Simon). Datant des xive et xve siècles, les inventaires conservent donc des noms d’auteurs des xiie-xiiie siècles tout en s’ouvrant aux noms contemporains.

  • 9 Notons que l’une de ces mentions est en fait « Le Debat de maistre de Jehan de Mung » chez Marie de (...)

11Précisons toutefois que sur les 56 auteurs nommés, certains ne sont signalés que dans une seule entrée d’un seul inventaire (Cf. le « chançonnier de mons. Gasse Brulé » chez Clémence de Hongrie). Certains sont liés à un contexte sociogéographique dont les inventaires sont le reflet : les deux « Cronicles [Nicolas] Trivet », anglo-normandes, se trouvent chez l’anglais Thomas, duc de Gloucester ; les auteurs et translateurs ayant gravité autour de la cour des rois de France sont signalés dans la bibliothèque du Louvre (Watriquet de Couvin ; Jean de Vignay ; le « sergent d[’]armes du Roy [Charles V] no[n]m[é] Bauchant de S. Quentin », etc.), figure aux côtés des auteurs bourguignons de la collection des ducs de Bourgogne (Cf. « le voiage Bertrandon » chez Philippe le Bon). D’autres noms résonnent en revanche d’un codex à l’autre et d’un inventaire à l’autre : ainsi, Christine de Pisan (16 mentions), Jean de Meun (33 mentions9) et, de façon plus étonnante pour un moderne, le Reclus de Molliens (31 mentions), constituent les véritables célébrités de ces inventaires. Aux contingences contextuelles se mêle donc un facteur invariant dans l’institutionnalisation paratextuelle de certains noms d’auteurs, et avec le Reclus et Jean de Meun, ce sont deux figures du xiiie siècle qui incarnent au mieux cette invariance.

12Cette liste des présents jette aussi la lumière sur des absences remarquables, et appelle une remarque méthodologique : seule une poignée des centaines de noms d’auteurs français répertoriés dans le Dictionnaire des Lettres Françaises ou dans les répertoires de trouvères est représentée ici. En outre, plusieurs auteurs que les critiques modernes ont pris l’habitude de signaler dans les inventaires ne sont pas nommés par les descripteurs : même si on les repère souvent, ce ne sont ni Chrétien de Troyes, ni Guillaume de Digulleville, ni Adenet le Roi, mais le Perceval, le Pèlerinage de vie humaine ou le Roman de Cléomadès qui sont signalés dans notre corpus. Il serait bon, dans les travaux sur ces inventaires, de distinguer systématiquement les auteurs qui y sont nommés des attributions effectuées par la critique moderne.

13La forme des entrées contenant un nom d’auteur français nécessite également d’être classée : distinguons d’abord les noms signalés dans des entrées identifiables à des recueils (dont 46 semblent organisés autour d’une figure auctoriale, et 38, non), des chansonniers (2 cas), des monographies (142 cas) ou des sommes en plusieurs volumes (2 cas).

  • 10 Cf. l’entrée 120 de l’inventaire.

14Concernant les formulations employées dans les inventaires pour effectuer l’attribution, le foisonnement des pratiques est notable quoique limité, mais en aucun cas chaotique. En voici une restitution formulaire : « titre, fait par x » et variantes (translaté par, que fist, compilé par) ; « titre de x » ; génitif absolu : le Bestiaire Furnival, les Cronicles Trivet, etc. On peut également trouver ces formulations appliquées au mot « livre » : « livre de x » ; « livre que fist x ». Certains de ces titres oscillent entre l’attribution et la mise en scène d’un auteur-personnage, basculant alors dans le domaine de la narration : La vision de Cristine, chez Yolande de Savoie, signale un « genre » tout autant qu’elle amorce presque un récit. Pour le cas de Brunet Latin, dans les inventaires du Louvre, par exemple, le nom d’auteur pourra parfois être présenté comme une alternative au titre : « Le livre du Trésor, appellé maistre Brunel Latin ». Viennent ensuite le nom d’auteur substantivé en livre (« un Watriquet ») ou simplement le nom d’auteur donné comme seul outil de désignation (« un livre nommé Froissart », « Marcus Paulus », « Charny », etc.). Certains titres sont aussi accompagnés d’une brève description du contenu de l’œuvre. Un cas à part est le Roman du Chastelain de Coucy, recueil romanesque des pièces lyriques du trouvère et de la dame du Fayel (nommée dans l’inventaire de Gilles Mallet). Enfin, dans le cas unique de Christine de Pisan, des notices donnent des précisions sur le contexte de rédaction ou d’acquisition du texte, offrant de fait des fragments biographiques sur la figure auctoriale. Un auteur pourra être nommé différemment par un même descripteur, qui donnera l’impression de (re)connaître le nom, avant de sembler l’oublier quelques entrées plus loin. Dans un même inventaire, certains ouvrages attribuables à des auteurs nommés dans d’autres entrées pourront être omis : c’est le cas des nombreuses copies de l’Épitre d’Othéa signalées sans le nom de Christine dans les inventaires bourguignons, malgré la présence d’un « livre de la vision Christine » chez Jean sans Peur en 142010.

  • 11 Sur l’onomastique médiévale, voir la synthèse et la bibliographie récentes de Madeleine Jeay, Poéti (...)

15Un même foisonnement limité s’observe dans l’onomastique des inventaires, qui reflète les pratiques de l’époque11 : le nom et le prénom d’un auteur seront employés séparément ou non, parfois apposés à une fonction sociale (maître, roi, dame, messire, etc.) voire à un titre hagiographique, tandis que la fonction ou le surnom seuls désigneront un auteur à l’occasion.

16S’il fallait se risquer à l’exercice de classement générique, les noms d’auteurs sont majoritairement apposés à des (traductions d’)ouvrages historiques, encyclopédiques, des textes relevant de l’enseignement moral ou de la littérature de voyage, des compilations lyriques et enfin quelques romans.

17D’un point de vue spatial et organisationnel, enfin, notons que, dans quelques rares cas, les ouvrages attribués dans les inventaires sont signalés à la suite les uns des autres, créant une « section auctoriale » : les 4 ouvrages de Watriquet de Couvin dans l’inventaire du Louvre de 1424, ou les 3 livres de Guillaume de Machaut chez Philippe le Bon en 1469, par exemple.

18Comment ces données d’inventaires enrichissent-elles l’analyse et la connaissance des œuvres et de l’histoire littéraires médiévales ? Deux célébrités de nos inventaires, qui sont aussi deux cas particuliers et antithétiques – Christine de Pisan et le Reclus de Molliens – l’illustreront concrètement.

  • 12 Nadia Margolis, An Introduction to Christine de Pizan, Gainesville, University Press of Florida, «  (...)

19Christine de Pisan est connue pour sa poésie autobiographique, érudite et polémique, fortement imprégnée de sa condition de femme, ainsi que pour son travail d’autoédition et d’autopromotion, qui l’a conduite à copier et à faire circuler ses manuscrits autographes auprès des princesses et des princes bibliophiles de son temps12. Les inventaires peuvent être interprétés comme une concrétisation de ce projet poétique et éditorial d’exception. Même s’il arrive que son nom soit tu au profit de ses œuvres, la formule « Christine » et ses variantes apparaît dans notre corpus comme un point de ralliement des ouvrages, un parachèvement d’une volonté auctoriale de s’inscrire individuellement et nommément dans un réseau aristocratique, dans un paysage littéraire et dans une œuvre pour atteindre une forme d’institutionnalisation littéraire. Soulignons bien la rareté du « phénomène Christine » qui, pour la citer, est assurément seulette et néanmoins monumentale en tant que seule écrivaine française dans les inventaires sondés.

20Remarquons aussi que les inventaires de Jaligny et de Berry offrent de petites synthèses contextuelles sur le lien entre les possesseurs des librairies et l’écrivaine dans les entrées consacrées à Christine : il en va ainsi des « deux épistres que Christine fist, quand noz seigneurs [de Jaligny] estoient devant Visestre », ainsi que des entrées 943, 949, 952, 959 et 1004 de l’inventaire de Jean de Berry en 1416, qui signalent le mode d’acquisition des ouvrages (don ou vente par Christine même). Rédigées du vivant de Christine, ces entrées documentent et confèrent la monumentalité de l’écrit à l’alliance entre l’auteure et ses mécènes, sur lequel reposait le projet littéraire de Christine. Elles montrent aussi que l’inventaire n’est pas qu’une captation passive du nom d’auteur, et qu’il entre en dialogue avec l’œuvre et le nom d’auteur, puisqu’il garantit une existence extratextuelle à ces derniers. Il en offre même un axe interprétatif, une porte d’entrée contextuelle, et va jusqu’à constituer une extension de l’œuvre d’autant plus précieuse qu’elle provient du public contemporain de Christine.

  • 13 Les informations à la lumière desquelles nous éclairons notre collecte de données sur le Reclus de (...)
  • 14 Idem

21Souvent ignorés par la critique moderne13, Miserere et Carité du Reclus de Molliens, deux poèmes en strophe d’Hélinand de la première moitié du xiiie siècle qui passent en revue les différents personnages peuplant la société médiévale pour leur admonester de pieux et poétiques conseils, sont l’antithèse de l’œuvre de Christine, en ce sens qu’ils ne sont pas contemporains des inventaires et n’inscrivent aucunement la biographie – fictive ou réelle – de leur auteur au sein du texte. Seule une strophe de Carité présente dans quelques rares manuscrits déclinent le nom du Reclus. Ce nom d’auteur, pourtant, se maintient avec force et insistance pour désigner le diptyque dans n’importe quel contexte, du début du xiiie siècle jusqu’à la fin du Moyen Âge. Les inventaires sont là pour le rappeler de manière panoptique et pour suggérer que, même en l’absence de tout indice textuel d’une volonté ou d’une présence auctoriales, le paratexte avait pour fonction de rappeler au public que cette œuvre venait d’un auteur, dont la voix magistrale et individuée était portée par son nom, célèbre à travers le Moyen Âge. Établissant l’autorité, ce nom était essentiel à l’internalisation du message pédagogique et formel prodigué dans les poèmes14.

L’auteur en dialogue, l’auteur minoritaire, l’auteur « naissant »

22Ce panorama signale le caractère avéré de la présence du nom d’auteur de langue française dans le paratexte des livres médiévaux, ainsi que les règles « internes » propres à son apparition observables dans nos inventaires. Mais, au sein d’une entrée attribuée, le nom d’auteur français est loin de constituer le seul mode d’identification d’un ouvrage. Selon l’inventaire, il sera placé en concurrence – ou en dialogue – avec des descriptions matérielles (reliures parfois somptueuses, qualité du papier, du parchemin et de la calligraphie, premiers mots du second et du dernier folio d’un codex, langue, vers, prose, nombre de colonnes). Outre son contenu et son auteur, l’œuvre ainsi désignée paraît tirer sa valeur et sa signification également de son côté précieux, selon une alchimie qui confirme que les descripteurs ne sont pas insensibles au nom d’auteur, mais que ce dernier n’est pas systématiquement l’unique porte d’entrée au sein d’un livre. Pour mieux se figurer le phénomène, osons un parallèle moderne : les livres édités en Pléiade ne tirent-ils pas leur succès à la fois des noms d’auteurs illustres publiés et de la fascination exercée par leur apparence ?

23L’analogie s’arrête au fait que, dans notre corpus, le nom d’auteur français ne se signale dans cette alchimie du prestige du livre que de façon minoritaire. Nous le signalions : seules 244 entrées sur 4686 signalent un auteur francophone. La plupart des entrées décrivent plutôt des livres liturgiques anonymes, des missels, des psautiers et des bibles qui demeurent dépourvus d’attributions. D’autres identifications reprennent le genre ou la discipline d’un ouvrage, ou se fondent sur le saint personnage dont ils décrivent la vie. Dans le cadre des ouvrages en français, un personnage peut aider à identifier le titre de cycles épiques (Godefroy de Bullion) ou romanesques (Lancelot, Tristan). Un nom de destinataire ou de possesseur prestigieux peut également servir à identifier des ouvrages, voire à constituer des sections au sein d’un inventaire.

  • 15 La seule exception étant l’inventaire de Charles d’Orléans (cf. tableau).
  • 16 C’est le cas dans les catalogues bibliographiques monastiques inspirés du De viris illustribus de s (...)

24En réalité, dans chaque inventaire comme dans le corpus en général, les noms d’auteurs français sont minoritaires au sein même du groupe des entrées attribuées, qui font surtout la part belle aux illustres auctores latins (tardo-)antiques (Augustin, Grégoire, Ovide, Tite Live) ou « modernes » (Vincent de Beauvais, Abélard), aux auteurs scientifiques issus du monde arabe traduits en latin (Albumazar, Al-Qabisi, ou encore Sahl ibn Bishr, présents essentiellement dans la Librairie du Louvre), ou aux quelques auteurs italiens s’étant invités dans certaines bibliothèques (Dante, Pétrarque et surtout Boccace). Même si la langue des ouvrages n’est pas toujours précisée, et qu’il s’agit parfois de traductions vernaculaires, ces données dénotent un maintien du prestige des auctores latins et/ou savants supérieur à celui des auteurs français, et ce même dans notre corpus, qui témoigne pourtant des plus larges concentrations d’ouvrages en français de leur époque. On constate cependant que les entrées attribuées – peu importe la langue de l’auteur – sont elles aussi minoritaires dans l’ensemble des inventaires15, tandis que 6 inventaires sont tout simplement dépourvus d’entrées attribuées (cf. tableaux en annexe). Comparativement, dans les catalogues de bibliothèques latines, ecclésiastiques et/ou savantes médiévales, pourtant, l’auctor – véritable pilier du savoir livresque de l’époque – constitue souvent un mode de désignation et de classement essentiel des ouvrages16.

Conclusion

  • 17 Mary et Richard Rouse, Illiterati et Uxorati. Manuscripts and their makers. Commercial book produce (...)

25En guise de conclusion et d’ouverture, nous proposerons une lecture générale : les données brutes de grande ampleur témoignent à elles seules d’un statut à la fois minoritaire et fluctuant du nom d’auteur, et plus encore des noms d’auteurs français dans les inventaires, c’est-à-dire dans la culture livresque et littéraire vernaculaire naissante dont ces documents sont d’importants témoins. En effet, il faut se souvenir que tout en décrivant les plus larges collections d’ouvrages en français de l’époque, notre corpus incarne un chapitre clé de deux naissances : celle de la littérature de langue française, et celle d’une culture livresque aristocratique et laïque distincte de sa contrepartie latine, savante et ecclésiastique. Il est la manifestation du bouleversement culturel et sociologique survenu à partir du Moyen Âge central, au cours duquel l’aristocratie laïque d’expression française, tout en encourageant le commerce de livres en latin, a cultivé la production et la consommation d’ouvrages français, puis l’accumulation de ceux-ci dans les collections dont témoignent les inventaires médiévaux17. Au regard des données collectées, cette double naissance semble s’être faite au prix d’une érosion du concept d’auteur, parfaitement acquis et même décisif dans la culture livresque latine, mais qui a peut-être été perçu comme partiellement inadéquat dans la culture livresque laïque et aristocratique, et notamment dans la littérature française que cette dernière a contribué à faire advenir.

26Dans tous les cas, le nom d’auteur dans le paratexte médiéval apparaît, depuis le point de vue de nos inventaires, comme un phénomène avéré, foisonnant, doté de règles perceptibles mais inégalement déchiffrables pour l’œil moderne. Aussi, comme souvent face au texte et au paratexte médiéval, cet œil hésite, face à une notion promise à un aussi brillant avenir que l’auteur, entre un sentiment de familiarité et celui d’une insolvable et vertigineuse altérité, qui fonctionne comme un appel au dialogue.

Tableaux

27Les rangées comportant un astérique signalent les inventaires contenant au moins un nom d’auteur français.
Les rangées comportant deux astériques signalent les inventaires contenant au moins un nom d’auteur.
Les rangées ne comportant pas d'astérique renvoient à des inventaires dépourvus de nom d’auteur.
La colonne à la plus à droite du tableau signale les noms d’auteurs français réellement nommés, dans le cas où un inventaire signale plusieurs fois un même auteur.

Tableau Ia : inventaires uniques

Inventaire, possesseur, date

Nombre d’entrées

Entrées incluant un nom d’auteur (absolu)

Entrées incluant un nom d’auteur francophone

Nombre réel d’auteurs francophones nommés

Jean d’Avesnes (1304)

18

0 (0 %)

0 (0 %)

0

Gui de Dampierre (1305)

5

0 (0 %)

0 (0 %)

0

* Guy de Beauchamp (1305)

25

3 (12 %)

0 (0 %)

0

** Louis X le Hutin (1316)

19

1 (5.26 %)

1 (5.26 %)

1

** Philippe V de France (1319)

48

4 (8.33 %)

4 (8.33 %)

1

* Robert de Béthune, comte de Flandre (1322)

28

1 (3.57 %)

0 (0 %)

0

** Clémence de Hongrie (1328)

38

3 (7.89 %)

2 (5.26 %)

2

* Seigneurs de Naste (1337)

22

2 (9.09 %)

0 (0 %)

0

* William de Walcote (1358)

27

8 (29.63 %)

0 (0 %)

0

Jeanne de Chalon, comtesse de Tonnerre (1360)

17

0 (0 %)

0 (0 %)

0

Jeanne d’Évreux (1371)

19

0 (0 %)

0 (0 %)

0

Richard II, roi d’Angleterre (1384)

14

0 (0 %)

0 (0 %)

0

* Simon Burley (1388)

21

1 (4.76 %)

0 (0 %)

0

** Thomas, duc de Gloucester (1397)

83

11 (13.25 %)

4 (4.82 %)

3

** Blanche de Navarre (1398)

41

8 (19.51 %)

1 (2.44 %)

1

** Connétable de Clisson (1407)

5

1 (20 %)

1 (20 %)

1

** Valentine Visconti (1408)

33

5 (15.15 %)

3 (9.09 %)

3

** Seigneurs de Jaligny (1413)

83

24 (18.92 %)

11 (13.25 %)

7

** Jean de Berry (1416)

155

48 (30.97 %)

17 (10.97 %

9

** Charles d’Orléans, poète (1417-1442)

91

48 (52.75 %)

5 (5.49 %)

3

Amédée, prince de Piémont (1431)

23

0 (0 %)

0 (0 %)

0

** Bonne de Savoie (1432)

23

1 (4.35 %)

1 (4.35 %)

1

** Jeanne de Chalon (1450)

26

5 (19.23 %)

1 (3.85 %)

1

** Jean d’Orléans, comte d’Angoulême (1467)

167

61 (36.53 %)

4 (2.4 %)

4

* Marguerite de Bretagne (1469)

15

4 (26.67 %)

0 (0 %)

0

** Gabrielle de La Tour, comtesse de Montpensier (1474)

198

28 (14.14 %)

5 (2.53 %)

5

** Yolande de Savoie (1479)

75

10 (13.33 %)

3 (4 %)

2

* René d’Anjou (1481)

44

1 (2.27)

0 (0 %)

0

** Charlotte de Savoie (1483)

109

12 (11.01 %)

3 (2.75 %)

3

** Marie de Clèves (1487)

24

4 (16.67)

1 (4.17 %)

1

** Philippe de Montperroux de Bourbon (1491)

29

5 (17.24 %)

1 (3.45 %)

1

Tableau Ib : inventaires du Louvre

Inventaire, possesseur, date

Nombre d’entrées

Entrées incluant un nom d’auteur (absolu)

Entrées incluant un nom d’auteur francophone

Nombre réel d’auteurs francophones nommés

** Charles V, roi de France (1373)

930

350 (36.63 %)

57 (6.13 %)

27

** Charles VI, roi de France (1424)

832

406 (48.8 %)

51 (6.13 %)

22

Tableau Ic : principaux inventaires de Bourgogne

Inventaire, possesseur, date

Nombre d’entrées

Entrées incluant un nom d’auteur (absolu)

Entrées incluant un nom d’auteur francophone

Nombre réel d’auteurs francophones nommés

** Marguerite de Male – de Flandre (1405)

135

16 (11.85 %)

5 (3.7 %)

5

** Jean sans Peur 1420

251

37 (14.74 %)

13 (5.18 %)

8

* Marguerite de Bavière (1424)

31

4 (12.9 %)

0 (0 %)

0

** Philippe le Bon (1469)

875

131 (14.97 %)

28 (3.2 %)

14

** Charles le Téméraire (1477)

85

14 (16.47 %)

4 (4.71 %)

4

** Inventaire de (1485)

22

10 (45.45 %)

2 (9.09 %)

2

Haut de page

Bibliographie

Barbara K. Altmann et Deborah L. McGrady (dir.), Christine de Pizan: A Casebook, New-York, Routledge, 2003.

Bibale, http://bibale.irht.cnrs.fr

Madeleine Blaess, « L’abbaye de Bordesley et les livres de Guy de Beauchamp », Romania, LXXVIII-312, 1957, p. 511-518.

François-L. Bruel, « Inventaire de meubles et de titres trouvés au château de Josselin à la mort du connétable de Clisson (1407) », Bibliothèque de l’école des chartes LXVI, 1905, p. 193-245.

Keith Busby, Codex and Context: Reading Old French Verse Narrative in Manuscript, Amsterdam/New York, Rodopi, « Faux-titre », 2002, 2 vol. 

Marie-Thérèse Caron, La Noblesse dans le duché de Bourgogne. 1315-1477, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1987.

Bernard Cerquiglini, Éloge de la Variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, « Des Travaux », 1989.

Pierre Champion, La librairie de Charles d’Orléans avec un album de fac-similés, Paris, Champion, 1910.

Arthur de La Borderie, « Notes sur les livres et les bibliothèques au Moyen Âge en Bretagne », Bibliothèque de l’école des chartes III, 1862, p. 39-50.

Louis-Charles de La Trémoïlle et Arthur de Boislisle, « Inventaire des bijoux, vêtements, manuscrits et objets appartenant à la comtesse de Montpensier. 1474 », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France 17-2, 1880, p. 297-309.

Chrétien Dehaisnes, Documents et extraits divers concernant l’histoire de l’art dans la Flandre, l’Artois et le Hainaut avant le xvsiècle. Première partie : 627-1373, Lille, Imprimerie L. Danel, 1886.

Léopold Delisle, « Testament de Blanche de Navarre, Reine de France », Mémoires de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France XII, 1885.

–––, Le Cabinet des Manuscrits de la Bibliothèque impériale, t. I, Paris, Imprimerie Impériale, 1868.

–––, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, t. III, Paris, Imprimerie Nationale, 1881.

Olivier Delsaux, Manuscrits et pratiques autographes chez les écrivains français de la fin du Moyen Âge. L’exemple de Christine de Pizan, Genève, Droz, « Publications romanes et françaises », 2013.

Viscount Dillon et William Henry St. John Hope, « Inventory of the Goods and Chattels belonging to Thomas, Duke of Gloucester, and Seized in his Castle at Pleshy, Co. Essex, 21 Richard II. (1397); with their Values, as shown in the Escheator’s Accounts », Archaelogical Journal, vol. 54, no 1, 1897, p. 275-308.

Louis-Claude Douët d’Arcq, Inventaire de la bibliothèque du roi Charles VI, Paris, Imprimerie générale de Ch. Lahure pour la Société́ des Bibliophiles, 1867.

–––, Nouveau recueil de comptes de l’argenterie des rois de France, Paris, Renouard, 1874.

Gustave Dupont-Ferrier, « Jean d’Orléans, comte d’Angoulême, d’après sa bibliothèque (1467) », dans Achille Luchaire (dir.), Mélanges d’histoire du Moyen Âge, Paris, Félix Alcan, 1897, p. 55-92.

Scheila Edmunds, « The Medieval library of Savoy », Scriptorium XXIV-2, 1970, p. 318-327 

–––, « The Medieval library of Savoy (II), Documents », Scriptorium XXV-2, 1971, p. 253-284 et

–––, « The Medieval library of Savoy (III) The Documents », ScriptoriumXXVI-2, 1972, p. 269-293.

Thomas Falmagne et Baudouin Van den Abeele éd., Corpus catalogorum belgii. The Medieval booklists of the Southern Low Countries, vol. V, Dukes of Burgundy, Leuven-Paris-Bristol, Royal Flemish Academy of Belgium for Sciences and the Arts Brussels, 2016.

Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, « Poétique », 1987.

Jules Guiffrey, Inventaires de Jean, duc de Berry (1401-1416), Paris, Ernest Leroux, 2 t., 1894-1896.

Geneviève Hasenohr, « L’essor des bibliothèques privées aux xive et xve siècles », dans André Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. I , Les bibliothèques médiévales du vie siècle à 1530, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1989, p. 215-263.

Madeleine Jeay, Poétique de la nomination dans la lyrique médiévale. « Mult volentiers me numerai », Paris, Classiques Garnier, « Recherches littéraires médiévales », 2015.

Antoine Le Roux de Lincy, Inventaire des livres composant la bibliothèque des seigneurs de Jaligny. 6 juin 1413, Paris, Techener, 1844.

Albert Lecoy de La Marche, Extraits des Comptes et Mémoriaux du Roi René́ pour servir à l’histoire des arts au xve siècle, Paris, Alphonse Picard, Librairie de la Société de l’École des Chartes, 1873.

Matthieu Leguil et Hervé Mouillebouche : « L’inventaire après décès de 1491 : la vie au château à la fin du Moyen Âge », dans Brigitte Colas et Jean Vallet (dir.), Le château de Montperroux en Autunois. De l’archéologie à l’histoire, CeCaB, 2011, p. 80-153.

Libraria, pour l’histoire des bibliothèques anciennes, http://www.libraria.fr

Nadia Margolis, An Introduction to Christine de Pizan, Gainesville, University Press of Florida, « New perspectives in medieval literature: authors and traditions », 2011.

Patrick Moran, Lectures cycliques. Le réseau inter-romanesque dans les cycles du Graal du xiiie siècle, Paris, Champion, « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », 2014.

Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, tome tente et unième, Paris, Imprimerie Nationale, 1884.

Henri Omont éd., Biblionomia Richardi de Furnivalle Cancellarii Ambianensis, Paris, Blanc-Pascal, 1884.

Michel Oosterbosch et Jan Willem Klein éd., Corpus catalogorum Belgii : de middeleeuwse bibliotheekcatalogi der Zuidelijke Nederelanden, vol. III, Counts of Flanders, provinces of East Flanders, Antwerp and Limburg, Bruxelles, Paleis der Academiën, « Verhandelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België. Klasse der Letteren », 1999.

Élisabeth Pellegrin, Bibliothèques retrouvées. Manuscrits, bibliothèques du Moyen Âge et de la Renaissance. Recueil d’études publiées de 1938 à 1985, Paris, Éditions du CNRS, 1988.

Ernest Petit, Inventaire et testament de Jeanne de Chalon, comtesse de Tonnerre, 1360, Paris, Gallot, 1913.

Edith Rickert, « King Richard II’s books », The Library, 4th series, XIII-2, 1932, p. 144-147.

Mary et Richard Rouse, « Bibliography before print: the medieval De viris illustribus », Peter F. Ganz (dir.), The Role of the book in medieval culture. Proceedings of the Oxford international symposium, 26 September-1 October 1982, Turhout, Brepols, « Bibliologia », 1986, p. 133-153.

–––, Illiterati et Uxorati. Manuscripts and their makers. Commercial book producers in medieval Paris 1200-1250, Turnhout, Brepols, « Studies in Medieval and Early Renaissance Art History », 2000, 2 vol. 

Vincent John Scatergood, « Two medieval book lists », The Library, series 5, XXIII-3, 1968, p. 236-239.

Alexandre Tuetey, « Inventaire des biens de Charlotte de Savoie [premier article] », Bibliothèque de l’école des chartes XXVI, 1865 p. 338-366

–––, « Inventaire des biens de Charlotte de Savoie (suite et fin) », Bibliothèque de l’école des chartes XXVI, 1865, p. 423-442.

Colette Van Coolput-Storms, « Entre Flandre et Hainaut : Godefroid de Naste († 1337) et ses livres », Le Moyen Âge CXIII-3, 2007, p. 529-547.

––– et Ariane Van Galen, « Godefroid de Naste, seigneur et lecteur au xive siècle », Revue du Nord 369, 2007, p. 7-25, https://www.cairn.info/revue-du-nord-2007-1-page-7.htm.

Joseph Van Praet, Inventaire ou catalogue des livres de l’ancienne bibliothèque du Louvre, fait en l’année 1373, Paris, De Bure frères, 1836.

Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, « Points », (1972) 2000.

Haut de page

Notes

1 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, collection « Poétique », 1987, p. 52.

2 Ibid., p. 53.

3 Le présent travail est écrit dans la continuité d’une thèse de doctorat achevée grâce à la générosité du CRSH du Canada, du FRQSC et du GREPSOMM, intitulée : L’auteur au temps du recueil. Repenser la singularité poétique dans les premiers manuscrits à collections auctoriales de langue d’oïl (1200-1340), sous la direction de Francis Gingras.

4 Nous donnons les sources éditées utilisées par propriétaire et, sauf dans le cas d’éditions renfermant plusieurs catalogues, selon l’ordre chronologique donné dans le tableau en annexe. Jean d’Avesnes : Chrétien Dehaisnes, Documents et extraits divers concernant l'histoire de l'art dans la Flandre, l'Artois et le Hainaut avant le xvsiècle. Première partie : 627-1373, Lille, Imprimerie L. Danel, 1886 ; Gui de Dampierre et Robert de Béthune : Wouter Bracke, Michel Oosterbosch et Jan Willem Klein éd., Corpus catalogorum Belgii : de middeleeuwse bibliotheekcatalogi der Zuidelijke Nederelanden, vol. III, Counts of Flanders, provinces of East Flanders, Antwerp and Limburg, Bruxelles, Paleis der Academiën, « Verhandelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België. Klasse der Letteren », 1999, p. 18-19 et p. 19-21 ; Guy de Beauchamp : Madeleine Blaess, « L’abbaye de Bordesley et les livres de Guy de Beauchamp », Romania LXXVIII, 312, 1957, p. 511-518 ; Louis X le Hutin et Philippe V le Long : Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, vol. 3, Paris, Imprimerie Nationale, 1881, p. 322-323 et p. 323-324. Clémence de Hongrie : Louis-Claude Douët d’Arcq, Nouveau recueil de comptes de l’argenterie des rois de France, Paris, Renouard, 1874, p. 37-112. Seigneurs de Naste : Colette Van Coolput-Storms, « Entre Flandre et Hainaut : Godefroid de Naste († 1337) et ses livres », Le Moyen Âge CXIII-3, 2007, p. 529-547. William de Walcote et Simon Burley : Vincent John Scatergood, « Two medieval book lists », The Library, series 5, XXIII-3, 1968, p. 236-239 ; Jeanne de Chalon : Ernest Petit, Inventaire et testament de Jeanne de Chalon, comtesse de Tonnerre, 1360, Paris, Gallot, 1913 ; Jeanne d’Évreux (1371) : Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, t. xxxi, Paris, Imprimerie Nationale, 1884, p. 29-31 ; Richard II, roi d’Angleterre : Edith Rickert, « King Richard II’s books », The Library, series 4, XIII-2, 1932, p. 144-147 ; Thomas, duc de Gloucester : Viscount Dillon et William Henry St. John Hope, « Inventory of the Goods and Chattels belonging to Thomas, Duke of Gloucester, and Seized in his Castle at Pleshy, Co. Essex, 21 Richard II. (1397); with their Values, as shown in the Escheator’s Accounts », Archaelogical Journal 54-1, 1897, p. 275-308 ; Blanche de Navarre : Léopold Delisle, « Testament de Blanche de Navarre, Reine de France », Mémoires de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. xii, 1885, p. 1-64 ; Le connétable de Clisson : François-L. Bruel, « Inventaire de meubles et de titres trouvés au château de Josselin à la mort du connétable de Clisson (1407) », Bibliothèque de l’école des chartes LXVI, 1905, p. 193-245 ; Valentine Visconti et Marie de Clèves : Pierre Champion, La librairie de Charles d’Orléans avec un album de fac-similés, Paris, Champion, 1910, p. LXIX-LXXIX et p. 115-117 ; Seigneurs de Jaligny : Antoine Le Roux de Lincy, Inventaire des livres composant la bibliothèque des seigneurs de Jaligny. 6 juin 1413, Paris, Techener, 1844, p. 5-12. Jean de Berry ; Jules Guiffrey, Inventaires de Jean, dud de Berry (1401-1416), Paris, Ernest Leroux, 2 tomes, 1894-1896 ; Charles d’Orléans : Léopold Delisle, Le Cabinet des Manuscrits de la Bibliothèque Impériale, t. I, Paris, Imprimerie Impériale, 1868, p. 105-108 ; Amédée, prince de Piémont, Bonne de Savoie et Yolande de Savoie : Scheila Edmunds, « The Medieval library of Savoy », Scriptorium XXIV-2, 1970, p. 318-327 ; « The Medieval library of Savoy (II), Documents », Scriptorium XXV-2, 1971, p. 253-284 et « The Medieval library of Savoy (III) The Documents », Scriptorium XXVI-2, 1972, p. 269-293 ; Jeanne de Chalon (distincte de la comtesse de Tonnerre citée précédemment) : Marie-Thérèse Caron, La Noblesse dans le duché de Bourgogne. 1315-1477, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1987, p. 366-367, n. 350 ; Jean d’Orléans : Gustave Dupont-Ferrier, « Jean d’Orléans, comte d’Angoulême, d’après sa bibliothèque (1467) », Mélanges d’histoire du Moyen Âge, Achille Luchaire (dir.), Paris, Félix Alcan, 1897, p. 55-92 ; Marguerite de Bretagne : Arthur de la Borderie, « Notes sur les livres et les bibliothèques au Moyen Âge en Bretagne », Bibliothèque de l’école des chartes III, 1862, p. 39-50 ; Gabrielle de La Tour : Louis-Charles de La Trémoïlle et Arthur de Boislisle, « Inventaire des bijoux, vêtements, manuscrits et objets appartenant à la comtesse de Montpensier. 1474 », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France 17-2, 1880, p. 297-309 ; René d’Anjou : Albert Lecoy de La Marche, Extraits des Comptes et Mémoriaux du Roi René pour servir à l’histoire des arts au xve siècle, Paris, Alphonse Picard, Librairie de la Société́ de l’École des Chartes, 1873 ; Charlotte de Savoie : Alexandre Tuetey, « Inventaire des biens de Charlotte de Savoie [premier article] » et « Inventaire des biens de Charlotte de Savoie (suite et fin) », Bibliothèque de l’école des chartes XXVI, 1865, p. 338-366 et p. 423-442 ; Philippe de Montperroux de Bourbon : Matthieu Leguil, Hervé Mouillebouche : « L’inventaire après décès de 1491 : la vie au château à la fin du Moyen Âge », Le château de Montperroux en Autunois. De l'archéologie à l'histoire, Brigitte Colas et Jean Vallet (dir.), CeCaB, 2011, p. 80-153. Pour la librairie du Louvre, nous avons consulté l’inventaire de 1373 : Joseph Van Praet, Inventaire ou catalogue des livres de l’ancienne bibliothèque du Louvre, fait en l’année 1373, Paris, De Bure frères, 1836 ; ainsi que l’inventaire de 1424 : Louis-Claude Douët d’Arcq, Inventaire de la bibliothèque du roi Charles VI, Paris, Imprimerie générale de Ch. Lahure pour la Société́ des Bibliophiles, 1867. Donnés en tableau, les inventaires des ducs de Bourgogne consultés sont édités dans Thomas Falmagne et Baudouin Van den Abeele éd., Corpus catalogorum belgii. The Medieval booklists of the Southern Low Countries, vol. V, Dukes of Burgundy, Leuven-Paris-Bristol, Royal Flemish Academy of Belgium for Sciences and the Arts Brussels, 2016.

5 De fait, notre liste reprend les principaux inventaires cités dans Geneviève Hasenohr, « L’essor des bibliothèques privées aux xive et xve siècles », dans André Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. I , Les bibliothèques médiévales du vie siècle à 1530, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1989, p. 215-263 et Keith Busby, Codex and Context: Reading Old French Verse Narrative in Manuscript, Amsterdam/New York, Rodopi, « Faux-titre », 2002, 2 vol. Pour des listes et des références scientifiques complètes d’inventaires médiévaux, voir les bases de données Bibale, http://bibale.irht.cnrs.fr et Libraria, pour l’histoire des bibliothèques anciennes, http://www.libraria.fr

6 Colette Van Coolput-Storms et Ariane Van Galen, « Godefroid de Naste, seigneur et lecteur au xive siècle », Revue du Nord 369, 2007, p. 7-25, https://www.cairn.info/revue-du-nord-2007-1-page-7.htm.

7 Paul Zumthor, « Le poète et le texte », Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, « Points », (1972) 2000, p. 64-106, Bernard Cerquiglini, Éloge de la Variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, « Des Travaux », 1989.

8 Terminologie et typologie reprise de Patrick Moran, Lectures cycliques. Le réseau inter-romanesque dans les cycles du Graal du xiiie siècle, Paris, Champion, « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », 2014.

9 Notons que l’une de ces mentions est en fait « Le Debat de maistre de Jehan de Mung » chez Marie de Clèves (1481), soit le débat portant autour du Roman de la Rose de Jean de Meun.

10 Cf. l’entrée 120 de l’inventaire.

11 Sur l’onomastique médiévale, voir la synthèse et la bibliographie récentes de Madeleine Jeay, Poétique de la nomination dans la lyrique médiévale. « Mult volentiers me numerai », Paris, Classiques Garnier, « Recherches littéraires médiévales », 2015, p. 23 et sq.

12 Nadia Margolis, An Introduction to Christine de Pizan, Gainesville, University Press of Florida, « New perspectives in medieval literature: authors and traditions », 2011 ; Barbara K. Altmann et Deborah L. McGrady (dir.), Christine de Pizan: A Casebook, New-York, Routledge, 2003 ; Olivier Delsaux, Manuscrits et pratiques autographes chez les écrivains français de la fin du Moyen Âge. L’exemple de Christine de Pizan, Genève, Droz, « Publications romanes et françaises », 2013.

13 Les informations à la lumière desquelles nous éclairons notre collecte de données sur le Reclus de Molliens proviennent des travaux d’Ariane Bottex-Ferragne, dont l’Essai de poétique hélinandienne est à paraître aux Classiques Garnier.

14 Idem

15 La seule exception étant l’inventaire de Charles d’Orléans (cf. tableau).

16 C’est le cas dans les catalogues bibliographiques monastiques inspirés du De viris illustribus de saint Jérôme. Cf. Mary et Richard Rouse, « Bibliography before print: the medieval de viris illustribus », The Role of the book in medieval culture. Proceedings of the Oxford international symposium, 26 September-1 October 1982, Peter F. Ganz (dir.), Turhout, Brepols, collection « Bibliologia », 1986, p. 133-153. C’est également le cas dans le Biblionomia de Richard de Fournival. Cf.  Biblionomia Richardi de Furnivalle Cancellarii Ambianensis, Henri Omont éd., Paris, Blanc-Pascal, 1884. Sur les bibliothèques latines médiévales, voir notamment Élisabeth Pellegrin, Bibliothèques retrouvées. Manuscrits, bibliothèques du Moyen Âge et de la Renaissance. Recueil d'études publiées de 1938 à 1985, Paris, Éditions du CNRS,1988.

17 Mary et Richard Rouse, Illiterati et Uxorati. Manuscripts and their makers. Commercial book producers in medieval Paris 1200-1250, Turnhout, Brepols, « Studies in Medieval and Early Renaissance Art History », 2000, 2 vol. ; Geneviève Hasenohr, « L’essor des bibliothèques privées aux xive et xve siècles », art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Stout, « Aux seuils du paratexte médiéval : les auteurs français et leur nom dans les inventaires aristocratiques de la fin du Moyen Âge »Perspectives médiévales [En ligne], 42 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/peme/37905 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.37905

Haut de page

Auteur

Julien Stout

Université de Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search