Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42État de la rechercheOuvrages collectifsMoyen Âge en séries, Médiévales 7...

État de la recherche
Ouvrages collectifs

Moyen Âge en séries, Médiévales 78, éd. Alban Gautier, Laurent Vissières, Vincennes, Presses Universitaires de Vincennes, 2020

Justine Breton
Référence(s) :

Moyen Âge en séries, Médiévales 78, dir. Alban Gautier et Laurent Vissières, Vincennes, Presses Universitaires de Vincennes, 2020

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le numéro de Médiévales coordonné par Alban Gautier et Laurent Vissières s’appuie sur un appel à communications ayant donné lieu à une réception d’articles riche et visiblement variée. Neuf articles ont été retenus pour ce numéro, et sont consacrés à des séries télévisées animées ou, le plus souvent, en live-action, qui sont en grande majorité des productions récentes voire encore inachevées – même si le numéro propose des renvois ponctuels vers des programmes plus anciens de la télévision francophone et anglophone. Les séries étudiées répondent toutes à quatre critères de sérialité, de production télévisuelle, de narration fictionnelle et de thématique médiévalisante. Ce type d’œuvres est désormais répandu sur nos écrans, avec plusieurs dizaines de séries produites à travers le monde mettant en scène des univers médiévaux ou de fantasy médiévale. Ce numéro de Médiévales propose d’en étudier une petite poignée, parmi les plus célèbres – les séries Game of Thrones (2011-2019) et Vikings (2013-2020), incontournables du genre, sont ainsi analysées de façon plus ou moins détaillée dans plusieurs articles –, mais en développant également des analyses d’œuvres moins connues du public, comme Through the Dragons’ Eyes (1989) et Tabaluga (1997-2004), étudiée dans le cadre d’un corpus de séries pour la jeunesse mettant en scène des dragons.

2De façon tout à fait pertinente, tous les articles mettent sur un pied d’égalité et traitent sur un même modèle les séries d’ambition historique, comme Marco Polo (2014-2016), les séries tirées de romans, comme The Last Kingdom (depuis 2015), et les séries de fantasy médiévale, comme Merlin (2008-2012). Il s’agit bien ici d’étudier des productions médiévalistes, non pas pour leur supposée valeur historique – au sens d’une reproduction documentaire de l’histoire médiévale –, mais pour la façon dont elles recréent et réinterprètent les différentes facettes du Moyen Âge. L’introduction, rédigée par les directeurs du numéro, précise les critères de choix des articles sélectionnés et met en avant la pertinence de ce corpus, rappelant que ces séries décrivent certes « un Moyen Âge qui n’a pas existé […], mais qui est aussi le seul que le grand public a vu ». Les séries télévisées, au même titre que le cinéma ou les jeux vidéo, par exemple, construisent l’image que nous avons du Moyen Âge, et conditionnent en retour ce que nous attendons d’une œuvre médiévaliste. Cette question de la réception de la période médiévale par le public contemporain est ainsi essentielle et transparaît dans l’ensemble des articles, tout comme l’importance fréquemment soulevée des « intermédiaires » entre le Moyen Âge et nos séries des xxe et xxie siècles – en particulier les romantiques et les grands auteurs de fantasy du siècle dernier.

3Plusieurs articles s’appuient sur des corpus de séries afin de souligner les principaux enjeux de la mise en scène du Moyen Âge à la télévision. Ils mêlent des séries historiques et des séries de fantasy, qui ont toutes pour point commun d’être centrées sur un contexte rappelant la période médiévale européenne. C’est le cas des trois premiers articles présentés et du dernier article du numéro, dont les corpus se croisent fréquemment.

4Le premier, écrit par Florian Besson et Simon Hasdenteufel, porte sur la représentation et l’utilisation des cartes géographiques dans des séries médiévalisantes. Il met en évidence le fait que la conception de l’espace dans ces productions correspond davantage à nos attentes contemporaines qu’aux perspectives médiévales : les séries interrogent peu le rapport à l’espace et la façon dont les lieux sont « vécus » par les personnages. Les auteurs soulignent ainsi les intérêts narratifs, mais aussi économiques et créatifs à l’œuvre dans la représentation des cartes et, plus généralement, des lieux topiques des séries sur le Moyen Âge, comme l’espace rural et les châteaux – une réflexion complétée par celle sur la représentation des forêts, développée plus loin dans l’article de Yohann Chanoir.

5L’article de Marie-Emmanuelle Torres sur la recréation des univers sonores médiévalistes poursuit l’étude de cette articulation entre médiéval et contemporain nécessaire aux productions médiévalistes. L’autrice montre bien que les sonorités – musique, bruitage – employées dans une série ne doivent pas tant faire entendre faire entendre le Moyen Âge que d’autres œuvres médiévalistes précédentes ; l’important étant que les sonorités soient aisément reconnues pour favoriser l’immersion du spectateur. Cet article clair et précis, qui établit des parallèles pertinents avec le cinéma, insiste sur le pouvoir évocatoire convoqué par les séries : d’un point de vue sonore, la période médiévale se réduit à des bruits stéréotypés de métal – épée, forge, cloche – et de nature – animaux, cris, chants, etc. – permettant une « évocation » plus qu’une recréation d’une éventuelle réalité sonore. L’article s’achève sur l’analyse d’innovations musicales proposées par des séries comme Game of Thrones et Vikings.

6Deux articles portent ensuite sur le Nord médiéval : d’une part l’article de Riccardo Facchini et Davide Iacono sur l’imaginaire du Nord dans les séries médiévalistes, traduit de l’italien par Marco Conti et révisé par Alban Gautier et Laurent Vissière, et d’autre part l’article de Pierre-Brice Stahl sur le médiévalisme boréal. Le premier article trace brièvement les points communs établis dès le xixe siècle entre la mise en avant du Nord, l’orientalisme et le renouveau médiévaliste, et interroge rapidement la notion de réalisme dans ces représentations, avant de se concentrer sur trois tropes du Nord médiéval dans les séries : la violence, la confrontation des religions et la place des femmes. Cependant, par cette volonté de traiter trois aspects aussi vastes, l’article se contente fréquemment de constats superficiels et aurait mérité plus de nuances, en particulier sur la notion de tolérance religieuse chez les personnages de Vikings, et surtout sur la représentation des personnages féminins : la notion de « stéréotype féminin » aurait ainsi dû être mise en perspective avec des figures archétypales de fantasy pour mieux saisir les enjeux de la représentation de ces personnages, et surtout de leur évolution – l’intérêt de la sérialité aurait pris ici tout son sens.

7De son côté, l’étude de Pierre-Brice Stahl retrace avec une certaine efficacité l’ancrage historique de cette notion de Nord médiéval et son apparition dans les séries télévisées. L’auteur souligne les différences de traitement de cet espace souvent stéréotypé selon s’il devient le cadre principal de la série ou un simple élément anecdotique – ce qui implique des variations radicales sur sa représentation –, ainsi que selon son lieu de production. Plusieurs éléments typiques de cet imaginaire du Nord sont abordés, de l’apparence des guerriers vikings ou des navires aux tropes météorologiques. De façon intéressante, l’article met en évidence les liens entre ces séries et les découvertes archéologiques récentes, montrant que la représentation changeante des Vikings dans ces œuvres se construit aussi en fonction des avancées de la recherche.

8Une dernière étude de corpus est présentée à la fin du dossier consacré aux séries télévisées. Il s’agit de l’étude de Lucie Herbreteau sur la transformation du dragon dans les séries pour la jeunesse. L’autrice montre comment l’esthétique de cette création légendaire est reprise des récits médiévaux et édulcorée pour être adaptée au jeune public des séries, tandis que son comportement est entièrement altéré pour faire de lui un adjuvant ou un protagoniste des récits mis en scène. Loin de la figure d’ennemi maléfique, le dragon devient dans ces programmes à la fois éducatifs et de divertissement un personnage positif, largement anthropomorphisé, porteur de valeurs de tolérance et de bienveillance. L’article constate ainsi que le dragon conserve un certain ancrage médiéval, tout en étant largement adapté aux attentes de notre société contemporaine et des enjeux des programmes pour la jeunesse.

9À ces articles portant sur des corpus larges s’ajoutent quatre études de séries spécifiques, à commencer par celle de Bernard Papin sur Thierry la Fronde (1963-1966) et le réinvestissement de l’image de la Résistance dans le contexte du médiévalisme télévisé des années 1960. Malgré les divergences évidentes d’époque et de nature de corpus, cet article partage des traits communs avec l’étude de Lucie Herbreteau mentionnée précédemment, au sens où les séries étudiées sont destinées à un public familial et répondent toutes à une ambition conjointe de divertissement et d’éducation. Ici, l’auteur interroge les enjeux et les limites de la vraisemblance historique, dans une série d’aventures qui assume son mélange chronologique et sert plus à parler de la Résistance que de la Sologne du xive siècle.

10Aude Mairey présente ici un article sur Merlin et sur la façon dont la série britannique se réapproprie le mythe arthurien en jouant avec ses sources médiévales. Même si l’on aurait souhaité que les enjeux de la sérialité soient mis dans la perspective des nombreuses réécritures arthuriennes, en particulier pour un tel programme dont les épisodes suivent un schéma récurrent, l’article assez descriptif souligne avec pertinence les différentes facettes de la modernisation du mythe – notamment vis-à-vis de la représentation nuancée de la magie. L’article conclut sur les échos contemporains dans la série, et notamment sur la réécriture de la légende arthurienne au prisme des inquiétudes britanniques sur son unité.

11L’étude d’Enki Baptiste et Hassan Bouali sur la série qataro-saoudienne ‘Omar (2012), consacrée à la vie d’Omar ibn al-Khattab al-Faruq, insiste sur le caractère innovant du programme, tant dans ses choix narratifs et techniques que sur son traitement sélectif des sources de la tradition sunnite. L’objectif du programme est d’informer sur les origines de l’islam, en proposant un contre-discours volontaire s’opposant aux productions iraniennes. Par une analyse détaillée des choix historiques et artistiques de la série, les auteurs montrent ainsi comment les épisodes retracent le parcours d’Omar et mettent l’accent sur trois étapes de sa vie : sa conversion, sa fonction d’électeur à la mort du Prophète, et son rôle de calife. Si l’article est parfois descriptif, ce qui reste probablement nécessaire pour une telle série moins connue du grand public – mais toujours accessible gratuitement en ligne –, il amorce toutefois des problématiques intéressantes sur le rôle et les limites des productions médiévalises, et élargit par ailleurs un corpus de numéro autrement très occidentalo-centré.

12Enfin, un article de Yohann Chanoir clôt les études spécifiques, en s’intéressant à la façon dont la série The Bastard Executioner (2015) déplace les marges médiévales au centre de l’intrigue. Par l’étude des espaces mis en scène, poursuivant ainsi l’analyse sur corpus proposée par Florian Besson et Simon Hasdenteufel précédemment, mais aussi par le choix des protagonistes et par sa narration, la série interroge les enjeux de la domination du centre sur la périphérie. Par une perspective plus proche des études visuelles et des cultural studies, l’auteur met cette série dans la perspective d’autres œuvres audiovisuelles, notamment cinématographiques, et étudie également les conditions de production et de tournage pour expliciter les choix narratifs et artistiques visibles dans The Bastard Executioner. Cette approche permet de souligner le renouvellement de la figure du bourreau et des paysans opéré par la série, tout en dénonçant le recours à des topoï erronés ou anachroniques.

13Outre le dossier consacré aux séries télévisées, ce numéro est complété par deux essais : un article de Thierry Pécout sur les caractéristiques et les enjeux des listes en Provence angevine (1297-1299 et 1331-1334), proposant une typologie mettant en lien la forme, la grammaire et la stylistique des listes ; et un article très complet d’Isabelle Mathieu, Maryvonne Miquel et Anne Tchounikine sur les modalités de création d’une base de données prosopographique sur les officiers angevins. Ce dernier témoignage méthodologique retrace toutes les étapes de création d’un vaste projet collaboratif entre historiens et informaticiens, et ouvre des pistes de réflexion pour d’autres travaux similaires.

14Avant les notes de lecture qui concluent chaque numéro de Médiévales, un dernier texte vient élargir habilement le dossier consacré aux séries sur le Moyen Âge. Il s’agit d’un article « point de vue » de Vincent Ferré, proposant un bilan du médiévalisme aujourd’hui, après déjà quarante ans d’existence. En s’appuyant sur deux ouvrages anthologiques et internationaux publiés en 2016 et 2017 – respectivement The Cambridge Companion to Medievalism et The Middle Ages in the Modern World. Twenty-First Century Perspectives –, l’auteur constate un certain piétinement du médiévalisme, qui peine non seulement à progresser dans sa formalisation théorique, mais également à s’ouvrir véritablement à l’internationale. Les recherches restent en immense majorité centrées sur le monde anglophone – tant du point de vue des productions étudiées que des travaux critiques –, ce que ce dossier thématique de Médiévales confirme une nouvelle fois en proposant des études certes d’approches très variées, mais en immense majorité consacrées à des productions occidentales, généralement en anglais. De ce point de vue, l’inclusion de l’article d’Enki Baptiste et Hassan Bouali apporte une perspective décentrée et donc intéressante, qui contribue à élargir les champs de recherche du médiévalisme télévisé. L’article de Vincent Ferré suggère des pistes de travail pertinentes pour espérer dépasser cet effet de stagnation, en invitant notamment à davantage de communication et d’échanges entre les chercheurs issus de différents pays et de différentes disciplines, et à la prise en compte de façon plus efficace et systématique des travaux de Paul Zumthor et de Leslie Workman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Breton, « Moyen Âge en séries, Médiévales 78, éd. Alban Gautier, Laurent Vissières, Vincennes, Presses Universitaires de Vincennes, 2020 »Perspectives médiévales [En ligne], 42 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/peme/38643 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.38643

Haut de page

Auteur

Justine Breton

Université de Reims Champagne-Ardenne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search