Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42État de la rechercheEssaisAlain Corbellari, Le Moyen Âge à ...

État de la recherche
Essais

Alain Corbellari, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Éditions Livreo-Alphil, 2019

Florence Bouchet
Référence(s) :

Alain Corbellari, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Éditions Livreo-Alphil, coll. « Focus » 27, 2019

Texte intégral

1Le médiévalisme ou, comme préfère l’appeler l’auteur, la « réception médiévale », est devenu un courant de recherche universitaire à part entière depuis près de deux décennies en France (si l’on prend pour repère la création de l’association « Modernités médiévales » en 2004), davantage dans le monde anglo-saxon qui connaissait déjà le « medievalism ». Alors que l’étude des textes médiévaux est actuellement fragilisée par une certaine défiance des étudiants envers l’ancien français (jugé trop difficile à comprendre) et par une marginalisation du Moyen Âge dans les cursus universitaires au profit de la modernité (forcément plus attractive, pense-t-on), la réception peut être un biais intéressant pour rendre à ce dernier une forme de visibilité. Ceci est d’autant plus pertinent que le Moyen Âge, paradoxalement, continue de nourrir notre imaginaire, en bonne comme en mauvaise part, et souvent à l’aide de clichés plus ou moins approximatifs.

  • 1 Il faut néanmoins rectifier une erreur de date, p. 99 : le Petit Jehan de Saintré, écrit par Antoin (...)

2Un état des lieux du phénomène de réception du Moyen Âge est donc tout à fait bienvenu. Alain Corbellari, auteur tant d’une monumentale thèse sur Joseph Bédier, écrivain et philologue (Genève, Droz, 1997) que de plusieurs articles sur la bande dessinée médiévalisante, était particulièrement à même de mener l’entreprise. Il relève le défi d’aborder « un demi millénaire d’histoire culturelle » (p. 10), dans une perspective comparatiste ouverte aux différentes aires de la culture occidentale et à la diversité des arts (musique, opéra, architecture, peinture, cinéma). Il s’agit en fait de suivre parallèlement deux axes, la recherche et la création : d’une part l’histoire de la médiévistique, d’autre part l’utilisation de la « matière » médiévale (pour reprendre un terme de Jean Bodel dans son célèbre prologue de la Chanson des Saisnes) par la littérature et les arts du xvie siècle à nos jours. Alain Corbellari traverse les siècles avec aisance et nous offre une synthèse érudite1, nourrie d’abondantes références, tantôt connues, tantôt plus confidentielles. Les neuf chapitres de l’ouvrage manifestent cette large ouverture du compas :

1. Le Moyen Âge par lui-même – de Chrétien de Troyes à Pierre Sala

2. Le Moyen Âge refoulé – de Pétrarque à Voltaire

3. Le Moyen Âge contre les Lumières – de Fauchet à Stendhal

4. Le Moyen Âge rose et noir des Romantiques – de Walpole à Flaubert

5. Le Moyen Âge érudit – de Bodmer à Bédier

6. Le Moyen Âge idéalisé – de Bloy à Aragon

7. Le Moyen Âge suspecté – de Twain à Kristeva

8. Le Moyen Âge réhabilité – de Zumthor à George R. R. Martin

9. Un exemple de réception moderne : le Moyen Âge en BD – de Prince Valiant à Kaamelott

  • 2 Encadré descriptif de la collection, p. 4.

3Le découpage temporel ainsi opéré n’est cependant pas totalement évident. Comme l’explique l’auteur, « la succession des attitudes envers le Moyen Âge n’a pas toujours été synchrone » d’un pays à l’autre (p. 12). Les adjectifs proposés dans les titres figent et cloisonnent un peu trop les tendances. En outre, le lecteur devra deviner la chronologie induite par les couples de noms servant de balises temporelles, ce qui suppose qu’il soit déjà un tant soit peu averti (alors que la collection vise « un large public » constitué de « personnes qui souhaitent découvrir un domaine »2 des sciences humaines et sociales).

4De fait, l’ouvrage trouve ses limites dans le format court imposé à l’auteur par la collection « Focus ». L’enquête se trouve vraiment à l’étroit dans 132 pages, en sorte que le propos, dense, s’adresse à un lecteur capable de décrypter les allusions et de prolonger les mentions d’œuvres par des analyses qui n’ont pas l’espace de se déployer – il faudra par exemple comprendre par soi-même pourquoi « Pelléas [de Debussy] était déjà un parfait anti-Tristan » (p. 80). Quelques citations, mais trop sporadiques, permettent d’entrer plus concrètement dans la pensée des auteurs évoqués : Le Corbusier (p. 20), Jean Chapelain (p. 32), Fénelon (p. 34), Voltaire (p. 34), Legrand d’Aussy (p. 42), Théophile Gautier (p. 52-53), Léon Gautier (p. 70-71), Brunetière (p. 72), Gaston Paris (p. 73), Léon Bloy (p. 75), André Rousseaux (p. 92), Julia Kristeva (p. 99). Chaque chapitre est complété par une brève bibliographie qui permettra au lecteur d’approfondir la question.

  • 3 Rappelons à ce sujet l’ouvrage passionnant de Tommaso di Carpegna Falconieri, Médiéval et militant. (...)

5Alain Corbellari écrit lui-même que son petit essai offre un « tour d’horizon fatalement partial et fragmenté » (p. 111). Compte tenu des contraintes liées à la collection, il a le mérite de présenter un panorama suggestif, qui donne envie de (re)lire, voir ou entendre les œuvres signalées. Il décape quelques préjugés tenaces en rappelant par exemple que « la notion de “renaissance” est au fond plus profondément consubstantielle au Moyen Âge qu’à l’époque qui l’a suivi » (p. 17), et fait apercevoir combien cette période est riche d’enjeux esthétiques, culturels et idéologiques pour les siècles ultérieurs, jusqu’à aujourd’hui3.

Haut de page

Notes

1 Il faut néanmoins rectifier une erreur de date, p. 99 : le Petit Jehan de Saintré, écrit par Antoine de La Sale en 1456, n’est pas un « roman du xiiie siècle ».

2 Encadré descriptif de la collection, p. 4.

3 Rappelons à ce sujet l’ouvrage passionnant de Tommaso di Carpegna Falconieri, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Bouchet, « Alain Corbellari, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Éditions Livreo-Alphil, 2019 »Perspectives médiévales [En ligne], 42 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/peme/39119 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.39119

Haut de page

Auteur

Florence Bouchet

Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search