Skip to navigation – Site map

HomeNuméros42État de la rechercheEssaisPietro G. Beltrami, Amori cortesi...

État de la recherche
Essais

Pietro G. Beltrami, Amori cortesi. Scritti sui trovatori, Firenze, Edizioni del Galluzzo, 2020

Andrea Giraudo
Bibliographical reference

Pietro G. Beltrami, Amori cortesi. Scritti sui trovatori, Firenze, Edizioni del Galluzzo per la Fondazione Ezio Franceschini, « Archivio romanzo » 37, 2020

Full text

1Le volume rassemble vingt-cinq essais de Pietro G. Beltrami, soit la quasi-totalité de la production que ce spécialiste de philologie occitane (et de philologie romane tout court, comme il apparaît clairement en parcourant la Bibliografia degli scritti, p. XV-XXXI) a consacrée à la poésie des troubadours (il n’y manque en fait que Remarques sur les premiers troubadours, « Lecturae tropatorum », 11, 2018, 44 p.).

2Le recueil, ouvert par la réflexion programmatique Leggere i trovatori oggi (e domani ?), p. 3-25, s’articule autour de trois sections principales, consacrées respectivement aux troubadours « anciens » (p. 29-187 : six essais), à Giraut de Borneil (p. 191-386 : huit essais) et à Bertran de Born (p. 389-485 : quatre essais). Elles sont suivies de six autres contributions : deux dédiées à Arnaut Daniel (p. 489-531), deux sur les troubadours du xiiie siècle (p. 535-607) et deux consacrées aux questions de métrique (p. 611-705).

3La première section s’ouvre sur deux essais contenant des observations et des questions qui demeurent au centre de la réflexion sur la première phase de la lyrique d’oc, les valeurs qu’elle véhicule et par lesquelles elle est conditionnée, ainsi que ses protagonistes : Guillaume IX, « il mitico Eble de Ventadorn » (p. 29), Marcabru, Peire d’Alvernhe, Jaufre Rudel. Dans le deuxième essai (p. 61-94), né comme une discussion du livre Metafora feudale (Bologna, Il Mulino, 1993) de M. Mancini, émerge un des thèmes récurrents dans la réflexion de l’a., déjà abordé dans la contribution initiale : « il problema dell’interpretazione dei testi trobadorici, di come leggerli ora » (p. 64), c’est-à-dire les raisons d’étudier ces compositions (p. 63). Dans l’essai sur Cercamon (p. 95-118), à l’origine un article-compte-rendu de l’édition Rossi parue en 2009, l’on retrouve une constante dans la méthode de l’a., à savoir la primauté des données textuelles pour tout type de discussion : cette approche est aussi dans les lectures-éditions de Belhs m’es l’estius par Jaufre (BdT 262.1 ; p. 119-144) et de Deiosta·ls breus jorns e·ls lonc sers par Peire d’Alvernhe (BdT 323.15 ; p. 145-178). Ici comme ailleurs, l’a. attire l’attention sur le rôle et le mode de fonctionnement des apparats critiques (p. 159, n. 18 et p. 160), ce qui montre bien les problèmes de méthode abordés par ce chercheur. À Peire (et, à travers lui, à Bernart de Ventadorn) est également consacré le dernier court essai de la section (p. 179-187), où l’a. touche à un thème de grande importance : les « ‘grandi interpretazioni’ dei trovatori, per non dire ‘interpretazioni totalizzanti’« (p. 179), en introduisant une réflexion intéressante – reprise par la suite – sur le rôle de l’intertextualité dans les enquêtes philologiques (p. 180).

  • 1 Aux douze premières chansons selon l’ordre de C (ms. Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 8 (...)

4La partie consacrée à Giraut de Borneil, la plus dense, est peut-être aussi celle qui ouvre le plus de perspectives, fondées sur la nécessité de réévaluer la figure poétique de Giraut (p. 197), que « si studia […] soprattutto in relazione a ‘questioni’ piuttosto che alla sua poesia in quanto tale » (p. 266). L’instrument pour y parvenir est une nouvelle édition (p. 371) qui mettrait à jour celles de Kolsen de 1910-35 et de Sharman de 1989. De cet ouvrage, l’a. non seulement trace des contours précis dans l’essai Appunti per una nuova edizione di Giraut de Borneil (p. 371-386, bien qu’il en discute déjà dans l’essai aux p. 359-370), mais il donne aussi des anticipations, notamment avec les lectures-éditions de Ben cove, pus ja baissa·l ram (BdT 242.25 ; p. 265-291), Quan lo freigz e·l glatz e la neus (BdT 242.60 ; p. 293-322) et Ans que venha·l nous grugz tenres (BdT 242.10 ; p. 359-370), où l’on apprécie, encore et entre autres, la souplesse et la perspicacité du chercheur à proposer à chaque fois des apparats critiques différents et adaptés à chaque situation particulière1. En étudiant Giraut, il faut naturellement aborder la question des styles leu et clus et du « moralisme courtois » ; l’a. ne se dérobe pas à la tâche, en réfléchissant (p. 191-227) sur un poète qui utilise « il discorso in lode della propria capacità artistica, il discorso amoroso e il discorso morale come motivazioni l’uno dell’autorevolezza dell’altro, e tutti insieme della sua » (p. 227). De ce point de vue, les styles ne sont pas des « teorie […] né tanto meno scelte di campo » (Ibid.), mais des stratégies de « costruzione di un personaggio complesso fatto per imporsi sulla scena delle corti » (p. 229) et d’affirmation de ses propres instances morales, comme il résulte aussi de la réinterprétation du modèle de la pastorella de Marcabru (p. 229-263).

5Des quatre essais dediés à Bertran de Born (dont la moitié est consacrée à des rééditions de textes, toujours avec des subtilités notables dans la construction de l’apparat) émerge le portrait d’un poète (en effet, un « ‘poeta-personaggio’ quant’altri mai », p. 396) qui allie la figure du « galant » connaisseur de la cour et de l’amour courtois au plus connu – et vulgarisé, mais pas tout à fait à juste titre, p. 409 – « cantore delle armi ». Un poète qui offre une poésie se nourrissant de la « tensione al concreto e all’occasionale, del […] fare nomi e cognomi, del prendere parte » (p. 407) et qui sert peut-être plus d’exercice littéraire que d’une « autentica discesa nella mischia » (p. 408). Il s’agit d’une production caractérisée par son caractère occasionnel, ce qui est vrai aussi pour l’aspect amoureux (p. 442), et pour laquelle « è essenziale la messa in scena di un personaggio protagonista che personalizza fortemente la prospettiva » (p. 441). Une caractéristique de Bertran, qui ressort très bien de l’analyse de l’a., est l’utilisation ingénieuse de la « commistione intrinseca fra il discorso d’attualità e il discorso amoroso » (p. 475), ce qui est un outil pour attirer le premier dans le style élevé, dont le proprium est précisément l’amour. Dans la troisième contribution sur Bertran (p. 441-461), l’a. évoque une autre constante de sa réflexion, déjà touchée dans le premier essai, à savoir la nécessité de la traduction qui, pour l’a., peut et doit être non seulement « de service », mais aussi d’un certain engagement poétique, comme il le démontre aux p. 460-461 avec sa traduction de Chazutz sui de mal en pena (BdT 80.9).

6Le thème et la pratique de la traduction sont repris et développés dans le premier article sur Arnaut Daniel (p. 489-502), qui contient cependant aussi des traces d’un autre intérêt de l’a, celui de la métrique (qui se traduit surtout par l’étude de la métrique italienne), qui caractérisera les deux essais de conclusion. Arnaut est bien sûr aussi la clé pour traiter le thème classique des « trovatori di Dante » avec finesse et richesse d’arguments, comme en témoigne la contribution aux p. 503-531. La section consacrée aux troubadours du xiiie siècle est introduite par la réédition et l’étude de Razo e dreyt ay si·m chant e·m demori (BdT 233.4 ; p. 535-566), qui précède la discussion sur la poésie italienne de l’époque vue via Sordello (p. 567-607), dans laquelle on trouve une mise en garde sur la confiance accordée à l’intertextualité (par exemple p. 573). Le recueil, comme déjà mentionné, se termine par deux travaux de métrique. Ce sont des contributions exigeantes, techniques, comme le requiert la discipline et dans lesquelles, cependant, la réflexion, ouverte à la comparaison dans une perspective romane (surtout italienne), est toujours mesurée par rapport aux textes : en témoignent les éditions de Puois Ventadorn e Comborns ab Segur (BdT 80.33 ; p. 634-642) et Sel qui camja bon per meillor (BdT 80.10 ; p. 642-648) dans le premier essai, tandis que le second est axé sur les chants Er auziretz encabalitz chantars par Giraut de Borneil (BdT 242.17 ; p. 685-696) et Abans que·il bblanc puoi sion vert (BdT 323.1 ? ; p. 696-705).

7Le volume se termine par une bibliographie des ouvrages cités (p. 707-759 : en fait un aperçu pour ainsi dire exhaustif des études provençales) et des index (pp. 763-800), qui permettent une consultation des ouvrages par auteur, texte, personnage historique et, choix intéressant et louable, par spécialiste.

8De ce recueil, dont il faut rendre hommage aux éditeurs (G.P. Codebò, E. Guadagnini, A. Martorano, P. Squillacioti et S. Vatteroni), le chercheur – et, on l’espère, l’étudiant – tirera non seulement des suggestions et des idées nouvelles, mais aussi et surtout une leçon de méthode. Le style de l’a. ressort clairement de ces travaux : il est toujours attentif à la clarté de l’exposition (caractéristique de sa vaste production pour les étudiants universitaires), sans renoncer à une approche « totale » des textes, qui tienne compte des nécessités d’édition, de traduction et d’interprétation des œuvres de la littérature troubadouresque et romane, en gardant toujours à l’esprit que « se il pubblico vuole la verità, bisogna dirgli che in filologia ci sono più verità, non contraddittorie e tutte provvisorie » (p. 24).

Top of page

Notes

1 Aux douze premières chansons selon l’ordre de C (ms. Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 856, critère proposé par B. à la p. 380) est dédiée la thèse de doctorat (Université de Sienne - Université de Lausanne) de Serena Cutruzzolà, dirigée par l’a. et Caterina Menichetti.

Top of page

References

Electronic reference

Andrea Giraudo, “Pietro G. Beltrami, Amori cortesi. Scritti sui trovatori, Firenze, Edizioni del Galluzzo, 2020Perspectives médiévales [Online], 42 | 2021, Online since , connection on 18 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/peme/39725; DOI: https://doi.org/10.4000/peme.39725

Top of page

Copyright

© Perspectives médiévales

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search