Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42État de la rechercheEssaisCristian Bratu, « Je, auteur de c...

État de la recherche
Essais

Cristian Bratu, « Je, auteur de ce livre » : l’affirmation de soi chez les historiens, de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge, Leiden/Boston, Brill, 2019

Florence Tanniou
Référence(s) :

« Je, auteur de ce livre » : l’affirmation de soi chez les historiens, de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge, Leiden/Boston, Brill, « Later Medieval Europe » 20, 2019.

Texte intégral

  • 1 Voir L’Écriture de l’Histoire dans les chroniques françaises (xiie-xve siècle), Paris, Classiques G (...)

1Au croisement de l’histoire et de la littérature, à l’image des travaux récents de Pierre Courroux1, Cristian Bratu développe, dans un ouvrage de synthèse de très vaste ampleur, la thèse de l’affirmation de soi chez les historiens au cours du Moyen Âge. Il s’agit de montrer qu’on assiste au fil du temps à un « hold-up » de l’historien « dont la figure textuelle devait en principe rester à la périphérie », et qui s’affirme progressivement à travers les diverses formes que peut prendre « l’égotisme historiographique », principalement l’usage de la première personne, associée à l’affirmation du nom d’auteur et à des scènes à caractère autobiographique. En considérant un empan chronologique très large, de l’Antiquité jusqu’à Olivier de la Marche, il développe cette idée de la « montée de l’égotisme dans les œuvres des historiens ». De manière générale, le propos cherche à contribuer à l’histoire de l’émergence de la notion d’auteur et rejoint la réflexion emblématique de Michel Zink dans La Subjectivité littéraire. La démonstration projetée prend en réalité une orientation plus précise : explorer dans le champ de l’historiographie l’avènement du « genre des mémoires » qui « posent les bases pré-modernes de l’autobiographie ». La perspective se resserre ainsi sur ce type d’histoire qui correspond à la voie des chroniques de témoignage et dans cette branche, l’historiographie vernaculaire « semble atteindre un âge de la maturité » au xive siècle. L’introduction observe le lexique pour désigner les textes historiques, un lexique qui « manque de précision », dans l’attente de l’émergence de la figure plus affirmée de l’auteur ou de l’historien. C. Bratu se focalise sur la notion et l’usage de auctor/auteur (non sans réfléchir longuement aux positions structuralistes autour de la mort de l’auteur), sur la construction de l’ethos ou persona de l’historien. Dès lors ce n’est pas le paysage historiographique dans sa totalité qui est envisagé, et le corpus met à l’écart les œuvres anonymes comme le cas des écritures collectives.

2La partie sur l’héritage antique puis sur l’histoire ecclésiastique est conçue comme un préalable pour le cœur de l’étude, ciblé sur l’historiographie en langue vernaculaire du xiie siècle jusqu’à la fin du Moyen Âge. Le premier chapitre (p. 63-119) montre que l’historiographie grecque porte la trace du nom de l’auteur qui met en scène ses recherches, la dimension autobiographique pouvant alors constituer « un effet secondaire de sa propre méthode ». Hérodote, Thucydide et Polybe sont étudiés. À Rome, malgré une tradition annalistique qui l’emporte, on peut trouver des « passages égotiques assez consistants », par exemple chez Salluste. Certains historiens, à l’image de Tite-Live, usent d’un système mixte de désignation de l’auteur par les personnes 1 et 3, où le « je » s’affirme progressivement au cours du récit. Tacite est quant à lui un « janus bifrons », « tantôt humble », « tantôt avide de gloire et d’auctoritas ». Avec l’examen final de Jules César, l’auteur conclut à la « montée d’un certain individualisme » dans cette historiographie romaine et y voit, malgré sa diversité, « l’embryon des histoires aristocratiques telles qu’elles apparaîtront au Moyen Âge ».

3 Le deuxième chapitre (p. 126-179) étudie l’histoire ecclésiastique, souvent « rédigée non pas par des individus mais par un mécanisme collectif de production textuelle », qui reflète l’importance de l’institution dans le processus d’écriture. Si la notion d’auteur est en effet critiquée dans le Moyen Âge chrétien, cette historiographie ecclésiastique n’exclut cependant pas des formes d’auto-référence et élabore une écriture qui concilie progressivement les exigences de l’institution avec la volonté individuelle de se faire connaître. L’auteur étudie les postures d’Eusèbe, au ton de plus en plus confiant, de Flavius Josèphe comme témoin, de Grégoire de Tours qui, malgré le caractère universel de son histoire, laisse transparaître des interventions personnelles. Éginhard revendique sa recherche de renommée, sa condition de moderne, son portrait de témoin ; Nithard dresse son double portrait en tant qu’historien et combattant, et insère en « miniature » les traces de sa mémoire familiale. Après l’an mil, les productions collectives liées à l’« autorité institutionnelle » forment plutôt une « historiographie de clercs » qui s’éloigne de l’historiographie d’auteur. Si les deux peuvent se conjuguer – certains « clercs » (ou moines) affichent leur nom (Rigord, Guillaume de Jumièges, Martin le Polonais, Guillaume de Nangis, etc.) –, le chapitre met néanmoins en lumière le passage du rôle de l’autopsie, crucial dans l’historiographie antique, à celui du témoignage indirect (l’usage des sources). Ce chapitre sert de transition avec l’étude de l’écriture vernaculaire qui se divise en chapitres thématiques, variant les angles de vue, au sein desquels l’ordre chronologique est redéployé, après un retour à l’Antiquité, entre xiie et xve siècles.

  • 2 Voir notre article « Mémoire des lettres et des lois. Modalités d’insertion et interprétation des t (...)

4 Dans le chapitre 3 (p. 180-291), C. Bratu examine la « renommée des historiens, entre parole et écrit ». En s’adossant aux réflexions de Paul Zumthor, mais aussi aux travaux sur « l’auralité » de Joyce Coleman et à ceux d’Ursula Schaefer, il souligne la conjonction des verba scribendi et des verba dicendi dans l’œuvre des historiens de l’Antiquité, comme dans l’historiographie chrétienne. Les auteurs travaillent un « effet de parlé », conféré à leur texte en partie pour viser un auditoire plus large, selon C. Bratu. Les historiens en langue vernaculaire du xiie siècle évoqués, tels Geffrei Gaimar ou Benoît de Sainte-Maure, donnent l’illusion de faire entendre la voix d’un conteur. Au xiiie siècle, la prose tire aussi profit de cette vocalité chez Robert de Clari, Geoffroy de Villehardouin ou Henri de Valenciennes. Philippe de Novare en enrichit les modalités avec l’intégration de pièces lyriques supposées avoir été chantées ou récitées ; il « mélange le sérieux de la prose avec le divertissement poétique ». On pourrait insister sur le fait que ces vers, en figurant une mise en scène de la voix à chaud et in situ du témoin, assurent l’accréditation du discours historique en prose2. Les textes plus tardifs (Joinville, Froissart, Christine de Pizan, Olivier de la Marche, Philippe de Commynes) conservent cette ambivalence entre écriture et vocalité. Le versant écrit est ensuite examiné : l’érudition livresque est bien attestée au xiie siècle, mais encore chez Henri de Valenciennes. Philippe de Novare se représente quant à lui en train d’écrire des lettres. L’imaginaire de l’écrit se développe plus encore chez Froissart ou Christine de Pizan, qui font preuve d’enthousiasme envers les capacités de l’écrit, « pré-texte espéré d’une gloire » acquise par ce medium.

5 Le chapitre 4 (p. 292-338) analyse les différents acteurs de ce processus : historiens, scribes, enlumineurs, récitants, définissant les rôles de chacun des acteurs (C. Bratu rappelle ainsi le fonctionnement du scriptorium, de la pecia, des ateliers collectifs, le rôle des libraires, etc.). L’examen des témoins manuscrits révèle aussi les interactions entre ces différents acteurs de l’écrit et la manière dont ils ont pu assurer la mise en valeur de la figure de l’auteur (table des matières pour Froissart, enluminures pour Christine, etc.). La distinction entre scribe et auteur deviendrait partout plus nette au cours du Moyen Âge. La réflexion sur les expressions vocales est reprise ici pour interroger le lien entre auteur et récitant, notamment autour des questionnements et difficultés que poserait pour ce dernier l’alternance entre première et troisième personne dans les textes qui la pratiquent.

6 Le chapitre 5 (p. 339-375) étudie la « personne grammaticale », ou les « particules élémentaires de l’expression de soi » : pronoms, temps verbaux et noms propres formant « le squelette grammatical et stylistique de l’autoreprésentation des historiens médiévaux ». Il s’agit d’observer l’oscillation entre usage exclusif de la première personne pour l’autodésignation et usage d’une alternance entre première et troisième personnes ainsi que leurs référents : l’usage de la P1 pour le narrateur et de la P3 pour le créateur, ou/et pour le personnage. Dans les chroniques du xiiie siècle, apparaît aussi le « nous », par exemple chez Robert de Clari, dans un système où coexistent alors « je », « nous » pour la narration et « il » pour le personnage. Même si certains termes techniques compliquent peut-être parfois inutilement la situation, la démonstration est claire et résumée dans divers tableaux. La tendance des textes du xiiie siècle va à l’objectivation pour donner une vue impartiale des événements ; C. Bratu rejoint ici les conclusions de Sophie Marnette et relie cette objectivation à des arguments d’ordre historique (G. Spiegel) ou pragmatiques (hypothèse de la dictée à un scribe). Avec Joinville le « je » devient dominant et cet usage correspond à « une montée progressive » de l’autodiégèse dans l’ensemble de la littérature médiévale. L’étude subséquente des temps verbaux – pour laquelle l’auteur aurait peut-être gagné à utiliser davantage les notions aspectuelles – met en évidence une différence croissante entre « temps de l’action » et « temps de l’auteur » à partir du xiiie siècle. La dernière série d’études porte sur l’apparition du nom propre de l’historien. Si elle est limitée au xiie siècle, elle est parfois massive au xiiie siècle (70 occurrences chez Villehardouin), en raison toutefois de la référence à l’historien en tant que personnage désigné à la P3. Le tournant est marqué avec Joinville qui est le premier, selon l’étude fondatrice de Christiane Marchello-Nizia, à « mettre un signe d’égalité entre le pronom “je” et son nom ». Au xive siècle, cette association du nom avec la P1 entraîne mécaniquement une « diminution quantitative des occurrences onomastiques ». Froissart ou encore Commynes confirment une tendance à localiser leur nom au début des unités textuelles, tout en promouvant une individualisation accrue de la figure de l’historien.

  • 3 À propos de l’usage des personnages de légende chez Philippe de Novare, et singulièrement du Roman (...)

7 Dans le chapitre 6 (p. 376-457), l’historien est étudié en tant que « personnage ». L’auteur se concentre sur les historiens à partir du xiiie siècle, ceux du xiie siècle « ne p[ou]v[a]nt pas vanter leurs propres exploits parce qu’ils n’étaient pas des guerriers ». Il étudie « l’effet personnage » où les historiens incarnent des archétypes (chevalier vaillant, conseiller loyal, etc.), prouvant une « volonté d’accroître leur célébrité ». Ces personnages connaissent globalement une montée en puissance au cours du récit : ils jouent un rôle mineur de « complément » au début et deviennent « l’un des sujets si ce n’est le principal sujet de l’histoire » en cours d’œuvre, réalisant une ascension sociale et politique. Ainsi de Villehardouin qui « se crée l’allure d’un vrai héros », de Philippe de Novare qui écrit un « Bildungsroman en miniature », allant jusqu’à « l’auto-mythisation » ou à « l’autorécit triomphaliste ». S’il faut peut-être nuancer certaines de ces expressions, il est certain que la mise en scène de soi est bien là3, nettement plus développée que chez Clari qui fait une « histoire des siens » plutôt que sa propre histoire. Notons que la question des destinataires mériterait d’être approfondie pour pouvoir parler d’ascension « transgressive ». Joinville procédera selon ce modèle, Saint Louis n’étant finalement au cœur du récit que lorsque lui-même s’illustre à ses côtés, et Olivier de la Marche comme Philippe de Commynes représentent eux aussi une trajectoire ascendante d’autopromotion, une « égophanie ». Au cours du temps, les personnages se feraient en outre plus complexes et leurs ascensions plus franches.

  • 4 S’agissant du même passage des vers 6438 et sq., Gaimar est présenté tour à tour comme le « narrate (...)
  • 5 Voir Laurence Mathey-Maille, Écritures du passé. Histoires des ducs de Normandie, Paris, Champion, (...)
  • 6 Voir les analyses de Catherine Croizy-Naquet dans l’introduction de son édition chez Champion Class (...)

8Le chapitre 7 (p. 458-495) étudie l’historien comme « témoin ». C. Bratu repart d’une mise en perspective du rôle de l’autopsia dans l’historiographie antique, et étudie minutieusement le rôle de témoins des différents auteurs du corpus. Un point d’intérêt : il affirme qu’au xiie siècle « sous la pression des événements, l’historiographie de compilation est en relative perte de vitesse par rapport à cette écriture de l’histoire qui privilégie non pas le passé lointain mais l’histoire récente et contemporaine ». La question nous semble cruciale. L’historiographie de compilation et l’histoire antique resteront sans le moindre doute des branches développées de l’historiographie tout au long du Moyen Âge (histoires anciennes, histoires universelles, etc.) mais en effet l’apparition de cette « historiographie immédiate » est déterminante pour le propos de C. Bratu : il y consacre exclusivement son corpus à partir du xiiie siècle ; il aurait ainsi pu insister plus nettement sur sa naissance, ici rapidement mentionnée, au xiie siècle. Chez les auteurs examinés (Wace, Benoît de Sainte-Maure et Geffrei Gaimar), il est parfois difficile de distinguer un véritable personnage de témoin (comme le montrent certaines pages sur Geffrei Gaimar4). Certes Wace se représente en visiteur de la forêt de Brocéliande, mais puisque C. Bratu conclut que les références à l’autopsie chez lui et chez Benoît sont « purement décoratives et […] servent plutôt à cacher l’absence des témoignages personnels proprement dits », il aurait pu être intéressant de s’appuyer davantage sur Jordan Fantosme, dont Bratu explique, mais sans développer d’analyse, qu’il écrit le « premier texte historique rédigé par un témoin direct ». Laurence Mathey-Maille note que Peter Damian-Grint lui a décerné le titre de « reporter », terme que C. Bratu attribue quant à lui à Froissart, similitude qui aurait pu donner lieu à une comparaison des postures5. Si Jordan Fantosme est quantitativement moins impliqué que Wace ou Benoît, sa présence est importante en tant que jalon vers l’historiographie de type mémoires. Il en va de même par exemple pour Ambroise dans l’Estoire de la guerre sainte, dont « l’effet de témoignage » aurait pu être interrogé plus nettement6. Une telle perspective aurait apporté un complément fort utile dans ce qui constitue la ligne de force de l’étude de Cristian Bratu : la naissance et le développement d’une historiographie de témoignage. La réflexion sur l’histoire dite « cléricale » aurait toujours constitué une perspective importante, car témoignages directs et usages des sources peuvent se croiser, comme C. Bratu en fait la remarque. Dans le même ordre d’idées, ce chapitre confronte les textes avec la définition de l’autobiographie par Philippe Lejeune ; l’examen aboutit sans surprise à l’idée qu’appliquée au corpus, elle « pose quelques problèmes », bien que chez Philippe de Commynes des allusions « quoique encore timides » se fassent à la totalité d’une vie. Là encore, soulever plus nettement la question et les enjeux du genre des mémoires (qui intervient plus loin, et de manière assez succincte) aurait sans doute été éclairant puisque c’est vers l’affirmation de soi en tant qu’auteur historien participant aux événements de son temps que tend la démonstration.

  • 7 Il faudrait ajouter aux références bibliographiques l’important ouvrage de Françoise Laurent, Pour (...)
  • 8 C. Bratu note que si cette prose va « à l’encontre de l’idée du xiiie siècle comme siècle de la sub (...)

9 Enfin, le chapitre 8 « du conteur à l’auteur » (p. 496-708) apparaît comme la partie la plus longue et fait figure de synthèse. C. Bratu travaille autour de l’emploi du terme d’auteur, strictement réservé aux auctoritates pour les xiie et xiiie siècles, tandis qu’il sera utilisé par les chroniqueurs de la fin du Moyen Âge pour se désigner eux-mêmes. Il aborde « l’âge des clercs », marqué par l’insistance des historiens sur leur propre savoir clérical. Œuvrant fréquemment dans le cadre de traductions, ils développent des stratégies d’affirmation liées à la mise en valeur de leur statut, de leur savoir, dans des jeux avec leurs sources et les auctoritates, s’inscrivant davantage dans la continuité que dans la rupture. Face à certains qui ne s’affirment guère, Wace fait montre d’une confiance croissante dans ses qualités de traducteur écrivain ; se profile aussi dans le Roman de Rou l’histoire de ses rapports avec son patron et une « brève autobiographie ». Benoît de Sainte-Maure alterne lui aussi entre humilitas et fierté, adopte la posture du clerc dépositaire du savoir, suggère sa supériorité par rapport aux histoires antérieures7. L’« âge des chevaliers », marqué par une tendance objectivante de la prose historiographique de la quatrième croisade8, postule à rebours l’absence d’ambition littéraire de milites litterati qui développent une « logique de thésaurisation » des faits inédits en vue d’accroître leur prestige ; C. Bratu y voit l’ « embryon » des mémoires. Henri de Valenciennes est inclus dans ce chapitre, tout en étant rattaché à la « tradition historiographique d’inspiration cléricale » – ce qui soulève le problème de tout effet de généralisation, se heurtant à la diversité des chroniques – et témoigne de l’existence de synthèses entre les traditions historiographiques et leurs postures auctoriales. Philippe de Novare – avec ses insertions lyriques fonctionnant à la manière des vidas ou razos – et Joinville se trouvent au tournant de l’avènement de la figure d’historien-auteur. Aux xive et xve siècles, celui-ci est lié à des effets institutionnels (création des postes d’indiciaires), mais aussi à une revendication de gloire accrue de la part des écrivains, ouvertement « en quête de la fama », ce qui coïncidera avec la promotion du nom d’auteur. Sont examinées les œuvres de Froissart, « premier historien de langue française à réclamer le titre d’auteur » qui met en valeur sa méthode historique, « suivant une sorte d’autobiographie à la fois littéraire et personnelle en miniature ». Christine de Pizan fait preuve d’une confiance auctoriale croissante et ne se montre « aucunement insensible à l’attrait de la renommée », peut-être inspirée en cela par Dante. Le Livre des faits déplace le « centre gravitationnel […] de l’image du roi vers son propre portrait de femme érudite », et s’appuie sur des digressions encyclopédiques. Elle cultive, jusque dans les manuscrits, son image de femme érudite, cherchant sa place parmi les hommes. Enfin Commynes, qui n’avait pas « eu l’ambition de devenir écrivain », fait état – sans revendiquer le titre d’auteur – de ses conceptions d’historien, annonçant le genre humaniste des commentaires par ses digressions, se montrant véritable « théoricien de la politique et de la diplomatie, moraliste et mémorialiste ». Olivier de la Marche, valorisant ses propres mérites d’historien, utilise le terme d’« auteur ». Pour chaque auteur, C. Bratu examine également la consécration postérieure. La branche historiographique étudiée correspond ainsi à un « éveil de la conscience littéraire », et un jalon vers la « naissance de l’écrivain ».

10 Cette somme, complétée d’une abondante bibliographie et d’un très utile index, est précieuse et son ampleur digne d’admiration. La perspective aurait peut-être gagné en force de démonstration en se focalisant plus explicitement encore dès le xiie siècle sur l’historiographie de témoignage liée à l’actualité ou à des événements récents, qui a pu donner naissance au genre des mémoires, et en renvoyant plus clairement à la définition, à la constitution et aux critères de ce genre. Sans doute aurait-il été aussi intéressant d’observer l’historiographie médiévale en latin qui pouvait s’y rattacher afin de voir si elle décrivait une trajectoire similaire, et de déterminer ses interactions éventuelles avec les œuvres vernaculaires (ainsi de l’Historia calamitatum d’Abélard ou de l’œuvre de Giraud de Barri, qui auraient pu faire l’objet d’approfondissement). L’historiographie du xiie et du tout début du xiiie siècle, riche de potentialités, esquisse plusieurs tendances : celle où l’historien se manifeste tout en privilégiant une relative impartialité – qui n’exclut pas des formes de subjectivité – face à une matière dont il n’est pas témoin et celle où l’historien s’affirme plus personnellement comme observateur ou acteur des événements. Un approfondissement de certains questionnements aurait peut-être permis de prolonger les constats établis sur le corpus : si l’affirmation de l’auctorialité n’est pas tout entière liée à la seconde tendance, en quoi consiste la différence d’expression de soi en tant qu’historien dans ces deux paradigmes ? Les orientations dépendent en partie du rapport à la temporalité (histoire ancienne/histoire récente) et privilégient selon les cas des sources variées (témoignages indirects par les sources livresques/témoignage direct), dont les modalités auraient pu être mises plus nettement en regard. Des problématiques liées à ces rapports à des temporalités variées (ancienne, récente, contemporaine) et aux différentes modalités d’écriture historique qu’ils engagent auraient pu enrichir la réflexion. Quels enjeux le rapport de l’historien à l’actualité ou à la temporalité récente induit-il, et quelles sont les modalités de représentation de l’auteur spécifiques liées à cette pression du présent ? Les diverses facettes du statut de témoin (oculaire, actif, éthique, …) façonnent-elles des représentations variées de l’auteur ? Peut-être la réflexion aurait-elle pu aussi réserver un sort moins radical à certaines œuvres anonymes afin d’envisager dans quelle mesure elles peuvent correspondre au moins en partie à des schémas d’affirmation de soi. Le choix de répartition de la matière selon des chapitres aux angles de vues variés et assez hétérogènes, où les différents auteurs du corpus sont passés en revue, a ses intérêts pour la clarification de la démonstration, mais aussi ses revers, certains arguments ayant parfois un aspect redondant. En somme, cet ouvrage constitue un vaste parcours à travers une branche de l’historiographie ; on y recueillera d’innombrables informations, éparses dans le champ des études historiographiques sur le Moyen Âge ; fort utile, il stimule la réflexion, et témoigne de la diversité et de la richesse des études qui peuvent encore être menées dans le domaine de l’historiographie, entre Antiquité et Moyen Âge.

Haut de page

Notes

1 Voir L’Écriture de l’Histoire dans les chroniques françaises (xiie-xve siècle), Paris, Classiques Garnier, 2016.

2 Voir notre article « Mémoire des lettres et des lois. Modalités d’insertion et interprétation des traces documentaires dans les Mémoires de Philippe de Novare », L’Écriture de l’histoire au Moyen Âge. Contraintes génériques, contraintes documentaires, éd. E. Anheim, P. Chastang, F. Mora-Lebrun et A. Rochebouet, Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 89-101.

3 À propos de l’usage des personnages de légende chez Philippe de Novare, et singulièrement du Roman de Renart, notons que la question posée par l’auteur (p. 406) trouve des réponses dans l’article de Michel Zink, « Est-il flatteur d’être Ysengrin ? Philippe de Novare et la réception du Roman de Renart », Études de langue et littérature françaises de l’Université de Hiroshima 24, 2005, p. 327-332.

4 S’agissant du même passage des vers 6438 et sq., Gaimar est présenté tour à tour comme le « narrateur » (p. 206), comme « clerc érudit », « écrivain » (p. 260-261) et comme « (quasi) personnage à la troisième personne » (p. 344).

5 Voir Laurence Mathey-Maille, Écritures du passé. Histoires des ducs de Normandie, Paris, Champion, 2007, en particulier p. 38 et p. 250 (« Jordan se pose comme seule autorité du récit. À la caution de la source, écrite ou orale, se substitue celle de l’auteur. Cette assurance n’est pas feinte, elle repose au contraire sur le poids sans faille du témoignage oculaire […] Jordan Fantosme conçoit l’histoire dans l’immédiateté d’une écriture soumise à l’autorité suprême de celui qui a vu. Et lorsque les deux figures de l’auteur et du témoin se fondent en une seule persona, le risque de “cunter une fable” semble définitivement écarté. C’est du moins ce que veut croire l’historien »).

6 Voir les analyses de Catherine Croizy-Naquet dans l’introduction de son édition chez Champion Classiques (2014), p. 50-81 et dans son article, « Les festivités dans l’Estoire de la guerre sainte d’Ambroise », Le Moyen Âge CVIII, 2001/1, p. 61-82. Tout en discutant la « correspondance exacte entre le nom d’Ambroise » et le « je qui intervient régulièrement », et le statut d’Ambroise, elle note que l’œuvre « en prise directe avec l’actualité récente retrac[e] l’expédition et l’expérience personnelle » d’un auteur et revêt à l’occasion les aspects d’un « autoportrait ». Les ambiguïtés concernant le statut de l’auteur n’empêchent pas une réflexion sur les aspects du témoignage.

7 Il faudrait ajouter aux références bibliographiques l’important ouvrage de Françoise Laurent, Pour Dieu et pour le roi. Rhétorique et idéologie dans l’Histoire des ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure, Paris, Honoré Champion, 2010. Pour la question du transfert d’écriture entre Wace et Benoît, les arguments ici discutés (p. 562-563, 573) pourront se compléter avec profit des hypothèses formulées par F. Laurent et L. Mathey-Maille au colloque de l’ICLS d’Exeter en 2019 (actes à paraître). Elles montrent de manière très convaincante que ce n’est sans doute pas tant une question d’éloge (ou d’absence d’éloge) de la dynastie qui a conduit au changement d’auteur, qu’une question de perspective, Wace se centrant exclusivement sur la normanitas, tandis que Benoît de Sainte-Maure adopte une vision plus élargie et unificatrice.

8 C. Bratu note que si cette prose va « à l’encontre de l’idée du xiiie siècle comme siècle de la subjectivité littéraire […] les historiens ultérieurs comme Philippe de Novare et Jean de Joinville confortent pleinement la thèse de Michel Zink ». Il semble important de souligner que l’avènement crucial du rôle de personnage-témoin de l’Histoire dans ces chroniques de croisade, même mis à distance par la P3, ne joue pas contre la subjectivité puisqu’il est fondateur dans la lignée d’une égotextualité propre aux mémoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Tanniou, « Cristian Bratu, « Je, auteur de ce livre » : l’affirmation de soi chez les historiens, de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge, Leiden/Boston, Brill, 2019 »Perspectives médiévales [En ligne], 42 | 2021, mis en ligne le , consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/peme/40269 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.40269

Haut de page

Auteur

Florence Tanniou

Université Paris-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search