Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42État de la rechercheÉditions & traductionsAnthologie de la littérature érot...

État de la recherche
Éditions & traductions

Anthologie de la littérature érotique du Moyen Âge, éd. Corinne Pierreville, Paris, Champion, 2019

Nicolas Garnier
Référence(s) :

Anthologie de la littérature érotique du Moyen Âge, édition, traduction et commentaire par Corinne Pierreville, Paris, Champion, 2019

Texte intégral

  • 1 Chevalerie et grivoiserie. Fabliaux de chevalerie, texte établi, traduction, présentation et notes (...)

1La sexualité médiévale et ses représentations continuent de questionner la critique. Encore trop souvent naïvement conçu comme une période écartelée entre une chasteté toute religieuse et une paillardise carnavalesque, le Moyen Âge a pourtant su montrer une grande diversité de conceptions dans ce domaine. La récente Anthologie de la littérature érotique au Moyen Âge est, de ce point de vue, une piqûre de rappel salutaire pour ces enjeux. Avec ce recueil, Corinne Pierreville propose une petite révolution dans la désormais célèbre collection bilingue des Champions Classiques. L’ouvrage est en effet original pour deux raisons. La première est que la collection propose dans l’ensemble assez peu d’anthologies, si ce n’est de textes du même genre, comme les fabliaux avec Chevalerie et grivoiserie. Fabliaux de chevalerie1. On trouve donc pour la première fois un recueil qui multiplie des textes de genres et de registres différents. La seconde est qu’il s’agit de la première publication de ce type en couleurs, qui permet de présenter pas moins de dix-neuf enluminures commentées en rapport avec le thème choisi. L’ouvrage expose ainsi un riche aperçu, littéraire et iconographique, de l’érotisme au Moyen Âge, tout en étant un très bel objet.

2 Comme il est habituel dans cette collection, les textes, de différentes langues romanes (oïl, oc et catalan), sont précédés d’une solide introduction (p. 6-76), d’autant plus nécessaire que ce type de volume impose quelques explications sur les choix opérés. Qui plus est, comme le rappelle Corinne Pierreville, si les anthologies de littérature érotique sont relativement courantes, elles sont beaucoup plus rares lorsqu’elles concernent le seul Moyen Âge, justement du fait de la vision paradoxale de la sexualité médiévale. Pour éviter ce genre de confusion, Corinne Pierreville entreprend un travail de définition de la notion d’érotisme, souvent assimilé à d’autres termes proches comme grivoiserie, pornographie ou obscénité. Selon elle, ce qui distingue surtout l’érotisme, c’est son rapport à l’esthétique : « en s’intéressant à toutes formes du désir et du plaisir sensuel, la littérature érotique se crée sa propre érotique. Loin de relater crûment l’attraction menant à la rencontre des corps, elle la rend perceptible par le biais du langage » (p. 19). Une autre difficulté qui s’ouvre au lecteur curieux de cette littérature est l’aspect parfois très obscur de ces textes, l’érotisme étant souvent un jeu d’allusions et de faux-semblants, que le temps passé rend quasiment imperceptibles. C’est d’ailleurs un regret qu’on pourrait avoir : si l’introduction développe de longs rappels historiques sur la sexualité médiévale, évoquant tout autant les conceptions religieuses que médicales (p. 27-54) avant de résumer les grandes représentations littéraires à ce sujet (54-71) et si chacun des textes est précédé d’une présentation qui vient en rappeler les enjeux, tout en résumant le contexte de l’extrait, les passages choisis auraient gagné à être davantage annotés, afin d’expliciter telle ou telle référence, tel ou tel jeu de mots, souvent difficiles à percevoir. Le poème d’Eustache Deschamps (« Marion écoutez-moi », p. 305-313), très allusif, est pour sa part relativement glosé : on regrette que les autres textes n’aient pas subi le même traitement.

3 L’introduction se conclut par les principes constituants de l’anthologie qui évoque le choix des textes, mais aussi ceux de la traduction. Si cette question est évidemment toujours cruciale pour une édition bilingue, elle gagne ici une importance toute particulière avec l’usage de mots liés à la sexualité, qui peuvent nous paraître obscènes alors qu’ils ne l’étaient pas particulièrement. Les justifications apportées par Corinne Pierreville sont donc particulièrement judicieuses. On notera d’ailleurs l’appréciable lexique à la fin du volume, uniquement consacré au lexique érotique (p. 477-480). Quoi qu’il en soit, cette introduction permet une synthèse importante et pertinente des principales connaissances sur la sexualité médiévale, essentielle pour pouvoir comprendre son versant artistique, l’érotisme.

4 L’anthologie en tant que telle est organisée selon cinq grandes parties : « L’art d’aimer », « Une femme m’attend », « Première soirée », « Elle était donc couchée », et « Approche, embrasse-moi » qui sont autant de citations de poèmes érotiques allant d’Ovide à Baudelaire, « qui soulignent en l’être humain la persistance des mêmes fantasmes et des mêmes comportements » (p. 71-72), ce qu’on ne peut qu’approuver, même si cela risque d’occulter la part purement médiévale de ces fantasmes. Si le choix de refuser un classement chronologique (nécessairement discutable) ou générique (tout aussi problématique pour le Moyen Âge) au profit d’un classement thématique est appréciable, car il permet de montrer toutes les variantes possibles d’une même matière. On ne peut néanmoins que constater que ces cinq parties ne sont pas toujours très distinctes : qu’est-ce qui différencie fondamentalement par exemple « Elle était donc couchée » de « Approche, embrasse-moi » ? Ne pourrait-on pas tout aussi bien classer l’extrait de Floris et Lyriopé (p. 315-327) dans la partie « Première soirée », puisqu’il évoque bien une première nuit d’amour ? L’intérêt de ce choix permet bien en tout cas la variété des registres et des modalités d’expression, faisant passer le lecteur d’une canso à l’amour courtois très topique, mais au potentiel double sens homosexuel (Dame Marie de Biertis de Romans, p. 199-205), au plus leste fabliau Le Souhait desvez de Jean Bodel (p. 207-225).

5 Les genres proposés sont de fait très variés, puisqu’on trouve aussi bien des récits que du théâtre ou de la poésie. En tout, vingt-six extraits nous sont présentés, issus de vingt-quatre œuvres diverses et variées (dont deux fois le Roman de la Rose et deux fois Trubert). Néanmoins, cette grande variété n’est pas sans une trop grande hétérogénéité, ce qui est le problème classique des anthologies. Ainsi, si les fabliaux choisis (La Demoiselle qui ne pouvait entendre parler de foutre, La Saineresse, Le Souhait desvez, La Damoiselle qui songeait qu’on la baisait et le Sot chevalier) sont proposés intégralement, à l’exception du plus long Trubert qui doit se contenter de deux extraits, c’est loin d’être le cas de l’ensemble des textes soumis. La richesse des introductions permet toutefois de ne pas perdre le lecteur qui pourrait ne pas connaître tous ces textes, même si on peut constater une grande variabilité dans ce domaine, certains avant-propos faisant à peine plus de deux pages, comme celui ouvrant l’extrait d’Erec et Enide, dont on peut regretter la minceur ; il est vrai néanmoins qu’il s’agit d’un des passages les plus connus parmi l’ensemble. Corinne Pierreville affirme par ailleurs à propos du héros éponyme que contrairement à son épouse, il ne serait pas vierge, sans véritablement développer : on voit alors mal ce que ce genre de remarques apporte au texte. De même, on pourrait s’interroger sur la pertinence de tel ou tel choix : si le passage du viol d’Hersent dans le Roman de Renart est des plus connus, peut-on vraiment le considérer comme érotique, bien qu’il montre un « voyeurisme involontaire » (p. 343) ? En effet, la scène est surtout violente et son but est en premier lieu d’humilier et le loup et la louve ; on est loin d’une volonté esthétique de la sexualité. De la même façon, on pourrait questionner le choix du premier extrait, issu du Miroir du Foutre, présenté comme le premier « kama-sutra » occidental. Si l’intérêt de ce texte est manifeste pour la compréhension de la sexualité médiévale occidentale, il détonne quelque peu par rapport aux autres, en premier lieu parce qu’il est l’unique texte en catalan, quand les autres récits sont de langue d’oïl et d’oc. Surtout, il est le seul extrait à ne pas être exactement une fiction littéraire, puisqu’il s’agit davantage d’un texte à visée pratique, donnant des conseils d’ordre sexuel. Il est donc assez éloigné de la visée artistique des autres extraits. Il s’agit néanmoins d’un texte passionnant, parfaitement traduit par Corinne Pierreville, qui a su le rendre accessible.

6 On saura gré à l’éditrice de multiplier ainsi les ponts entre le Moyen Âge et notre époque afin de dépoussiérer une littérature encore trop souvent considérée comme totalement éloignée de nos mœurs et de nos schémas de pensée. L’édition est ainsi parsemée de comparaison permettant de rapprocher ces deux temporalités, que ce soit dans l’introduction ou dans la présentation de chaque texte. Corinne Pierrevile établit ainsi un parallèle entre les étuves médiévaux et les « saunas libertins modernes » (p. 46) lorsqu’elle brosse un rapide portrait de l’histoire sexuelle du Moyen Âge dans son introduction. Un tel procédé peut évidemment glisser vers l’anachronisme : n’est-ce pas le cas lorsque Gauvain est diagnostiqué comme homosexuel refoulé dans la présentation du Chevalier à l’épée (p. 257) ? Certaines comparaisons peuvent être plus problématiques, comme lorsque la tanière où Hersent se trouve coincée est comparée à un « glory hole » (p. 341), ce qui ne correspond pas exactement à l’enjeu.

7 L’ensemble n’en demeure pas moins une anthologie littéraire et picturale de qualité, agréable à lire dans sa traduction, et passionnantes à maints égards. Elle permettra tout autant aux non-initiés de découvrir un Moyen Âge loin des clichés que de présenter des textes érotiques peu communs, et non les seuls fabliaux. Que ce soit par la variété des extraits, par la richesse des introductions ou des analyses des enluminures, Corinne Pierreville aura parfaitement réussi son pari de donner un nouveau lustre à l’érotisme médiéval.

Haut de page

Notes

1 Chevalerie et grivoiserie. Fabliaux de chevalerie, texte établi, traduction, présentation et notes par Jean-Luc Leclanche, Paris, Honoré Champion, coll. « Champion classiques. Moyen Âge », 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Garnier, « Anthologie de la littérature érotique du Moyen Âge, éd. Corinne Pierreville, Paris, Champion, 2019 »Perspectives médiévales [En ligne], 42 | 2021, mis en ligne le , consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/peme/40608 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.40608

Haut de page

Auteur

Nicolas Garnier

Docteur rattaché à l’EA 4349, « Étude et édition de textes médiévaux », Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search