Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Thèses soutenuesPrunelle Deleville, Métamorphose ...

Thèses soutenues

Prunelle Deleville, Métamorphose des Métamorphoses, édition critique et étude littéraire des manuscrits Z de l’Ovide moralisé

Thèse de doctorat soutenue le 13 juin 2019 à l’Université Lumière Lyon 2, sous la direction d’Olivier Collet et de Marylène Possamaï-Pérez, cotutelle Université de Genève-Université Lumière Lyon 2
Prunelle Deleville
Référence(s) :

Prunelle Deleville, Métamorphose des Métamorphoses, édition critique et étude littéraire des manuscrits Z de l’Ovide moralisé, thèse de doctorat soutenue le 13 juin 2019 à l’Université Lumière Lyon 2, sous la direction d’Olivier Collet et de Marylène Possamaï-Pérez, cotutelle Université de Genève-Université Lumière Lyon 2.

Résumés

Parmi les copies tardives de l’Ovide moralisé, un groupe spécifique, appelé Z, fournit une véritable réécriture de l’œuvre initiale. Il est formé des codices : Berne, Burgerbibliothek, 10 (Z1) écrit après 1456 ; Paris, BnF, français 874 (Z2) copié en 1456 ; Paris, BnF, français 870 (Z3) composé autour de 1400 pour le texte et 1450 pour le décor ; Paris, BnF, français 19121 (Z4) probablement réalisé entre 1390 et 1410. Le remanieur modifie le récit de la fable, ajoute des expositions historiques inédites dans la tradition de l’Ovide moralisé. Telles sont les modifications communes que présentent les copies Z. Cependant, des divergences se manifestent dans cette famille. Les témoins Z3 et Z4 sont dépourvus d’allégories religieuses, alors que ces dernières ont été réintroduites dans Z1 et Z2. Ces quatre manuscrits présentent donc un moment riche dans la vie de l’Ovide moralisé. L’édition de ce texte, selon le manuscrit Z3, rend compte des spécificités linguistiques de cette reprise de l’Ovide moralisé un siècle après sa création, mais aussi des aspects littéraires de cette réécriture. Le remaniement Z, qui correspond au texte du sous-ensemble Z34, est cohérent et réfléchi. Les traces du dogme chrétien sont minutieusement effacées. L’esthétique du texte converge avec celle des mises en proses, qui se multiplient à partir de la fin du xive siècle mais surtout avec les débats littéraires de l’époque, comme celui autour du Roman de la Rose. Le réviseur exprime aussi le fait que son rejet des allégories repose sur une adéquation plus stricte avec Ovide, qui ne pouvait pas concevoir d’interprétations christianisantes de son propre texte.

Haut de page

Notes de la rédaction

Jury composé de Mesdames Mme Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeure émérite, Université Paris-Sorbonne, Mme Marylène Possamai-Pérez, Professeure, Université Lumière-Lyon 2 et de Messieurs M. Olivier Collet, Professeur associé, Université de Genève, M. Richard Trachsler, Professeur, Université de Zurich, M. Jean-Yves Tilliette, Professeur honoraire, Université de Genève

Texte intégral

  • 1 L’intégralité du texte a été éditée par Cornelis De Boer à partir du témoin Rouen Bm O4 (siglé A1(...)
  • 2 Pour les datations, voir Ovide Moralisé, Livre I, éd. cit., t. I, p. 71-83.

1L’Ovide moralisé1, texte du début du xive siècle, représente la première traduction et adaptation en français des Métamorphoses d’Ovide. Son auteur anonyme a également moralisé la matière ovidienne, en l’agrémentant d’allégories qui s’appuient sur les quatre sens de l’Écriture. Le texte nous est parvenu dans une vingtaine de témoins, composés entre le début du xive siècle et la fin du xve siècle. Nous distinguons, parmi les copies tardives de l’Ovide moralisé, un groupe spécifique, appelé Z dans le stemma. Il est formé des codices : Berne, Burgerbibliothek, 10 (Z1) écrit après 1456 ; Paris, BnF, français 874 (Z2) copié en 1456 ; Paris, BnF, français 870 (Z3) composé autour de 1400 pour le texte et 1450 pour le décor ; Paris, BnF, français 19121 (Z4) probablement réalisé entre 1390 et 14102. Ces quatre manuscrits présentent une véritable réécriture du texte « original » : le remanieur modifie le récit de la fable, ajoute des expositions historiques qu’on ne lit pas dans les autres copies. Malgré ces points communs à toute la famille Z, les témoins Z3 et Z4 sont dépourvus d’allégories religieuses, alors que ces dernières ont été réintroduites dans Z1 et Z2. Ces quatre manuscrits offrent donc le témoignage d’un moment important dans la vie de l’Ovide moralisé.

2Notre édition critique rend compte du texte du sous-groupe Z34, qui est le plus proche de la réécriture telle que l’a pensée le remanieur de la famille Z. Ce texte présente en outre un projet littéraire cohérent alors que celui de Z21 garde des traces d’éviction du dogme chrétien tout en acceptant les allégories spirituelles pourtant explicitement rejetées par l’auteur du remaniement Z. Plus précisément, l’édition se base sur le témoin Z3. Ce travail s’accompagne d’une étude linguistique mettant en lumière les spécificités de la langue du remanieur et du copiste de Z3. Le texte de tous les témoins présente notamment des marques que l’on retrouve dans l’Est du domaine d’oïl. Plus intéressant encore : une étude métrique trahit un conflit entre une modernisation de la langue et un respect du texte initial. L’ouvrage original est encore tributaire des diérèses caractéristiques de l’ancien français, alors que le remaniement ne l’est plus. Ainsi, le texte oscille souvent entre deux états de la langue, comme en rendent compte les nombreuses hypométries engendrées par la réduction d’une diérèse qui n’a plus lieu d’être à la fin du xive siècle. La métrique pâtit également d’autres aspects comme la généralisation du pronom celui au détriment de cil.

3Les pratiques du remanieur sont également éclairées par son emploi des sources. Il reprend volontiers les sources vernaculaires de l’auteur de l’Ovide moralisé, telles que le Roman de Thèbes, le Roman de Troie, le Roman de la Rose, mais jamais les sources latines et notamment les commentaires aux Métamorphoses dont l’auteur initial se sert pour bâtir ses allégories religieuses. Cette prédilection traduit un goût prononcé pour les romans antiques et leur matière historique, ce qui va dans le sens de l’ajout d’expositions de type historique.

4Cette édition fournit également de nombreuses notes critiques qui permettent de situer la version Z dans la tradition manuscrite de l’Ovide moralisé ; un glossaire pour faciliter la compréhension du texte et enrichir notre connaissance du moyen français ; un index des noms propres de lieux et de personnages ; une table des proverbes (dans la version de la thèse pour publication).

  • 3 Pour cela, nous partons des spécificités déjà relevées par Marc-René Jung : « Aspects de l’Ovide mo (...)

5D’autre part, un commentaire littéraire révèle les point nodaux de la réécriture du texte3. Son adaptateur n’a pas seulement élidé les allégories religieuses, mais il a aussi développé le niveau concret d’interprétation en ajoutant de nouvelles expositions historiques. Il a également modifié la traduction de la fable afin d’insister sur les thématiques qui intéressent et préoccupent son époque : la conception de l’amour, le statut de la femme. Il reconstruit le texte en profondeur de façon à évacuer toute trace du dogme chrétien, notamment dans le prologue et l’épilogue, deux passages clefs dans l’établissement de son nouveau projet littéraire. Sa réécriture de l’Ovide moralisé repose sur l’esthétique des mises en prose et remaniements qui fleurissent à la fin du xive et au xve siècle : des élans lyriques sont amoindris en même temps que d’autres passages sont ajoutés pour renforcer la cohérence du texte (notamment celle entre la fable et l’interprétation). L’éthique du texte est également changée en profondeur. Le réviseur prend explicitement le parti des femmes là où l’auteur de l’Ovide moralisé se montrait plus misogyne. La réécriture Z s’insère ainsi dans les critiques autour du Roman de la Rose de Jean de Meun, critiques qui se cristallisent au début du xve siècle. Cette étude démontre notamment que Christine de Pizan connaît la version Z qu’elle utilise dans ses prises de position contre Jean de Meun. Le remaniement Z exprime aussi un débat sous-jacent autour du type de vérité — spirituelle ou uniquement concrète — à accorder aux fables païennes. L’intérêt que le remanieur porte à l’amour, à la condition de la femme, aux expositions historiques manifeste une attention pour l’ici-bas plus que pour l’au-delà.

6Cependant, à l’appui de notre étude codicologique, l’examen des témoins de la famille Z montre également que deux visions opposées de la lecture des textes antiques se côtoient. D’une part, les témoins Z3 et Z4, qui ne conservent pas les allégories spirituelles et qui ont circulé dans les milieux aristocrates et princiers, cherchent un accès facile à la fable. D’autre part, les témoins Z1 et Z2, qui n’ont pas circulé dans des milieux aussi prestigieux, se destinent à un lecteur qui souhaite lire l’Ovide moralisé dans une version actualisée (dans sa langue, son esthétique et ses points de convergence avec les débats littéraires de l’époque) mais aussi complète (avec ses interprétations spirituelles).

7Ainsi, cette approche de la vie de l’Ovide moralisé témoigne de la façon dont le texte Z est pétri des représentations de son époque, aussi bien esthétiques, idéologiques que philosophiques, et plus spécifiquement de celles de tel ou tel lecteur.

Haut de page

Notes

1 L’intégralité du texte a été éditée par Cornelis De Boer à partir du témoin Rouen Bm O4 (siglé A1) : Ovide moralisé, poème du commencement du quatorzième siècle, publié d’après tous les manuscrits connus, éd. C. De Boer, Amsterdam, Müller, 1915-1938, 5 t. (Verhandelingen der Koninklijke Akademie van Wetenschappen te Amsterdam. Afdeeling Letterkunde. Nieuwe Reeks 15, 21, 30/3, 37 et 43) [réimpression Wiesbaden, Sändig, 1966-1986]. Les membres du projet « Ovide en français » ont récemment proposé une nouvelle édition du livre I à partir de tous les manuscrits : Ovide Moralisé, Livre I, éd. critique C. Baker, M. Besseyre, M. Cavagna, S. Cerrito, O. Collet, M. Gaggero, Y. Greub, J.-B. Guillaumin, M. Possamaï-Pérez, V. Rouchon Mouilleron, I. Salvo García, T. Städtler et R. Trachsler, Paris, SATF, 2018.

2 Pour les datations, voir Ovide Moralisé, Livre I, éd. cit., t. I, p. 71-83.

3 Pour cela, nous partons des spécificités déjà relevées par Marc-René Jung : « Aspects de l’Ovide moralisé », Ovidius redivivus. Von Ovid zu Dante, éd. M. Picone et B. Zimmerman, Stuttgart, J.B. Metzler, 1994, p. 149-172 ; « Les éditions manuscrites de l’Ovide moralisé », Cahiers d’histoire des littératures romanes 20, 1996, p. 251-274, part. p. 270-274 ; « Ovide, texte, translateur et gloses dans les manuscrits de l’Ovide moralisé », The Medieval Opus. Imitation, Rewriting, and Transmission in the French Tradition, éd. D. Kelly, Amsterdam et Atlanta, Rodopi, Amsterdam et Atlanta, Rodopi, « Faux Titre » 116, 1996, p. 75-98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Prunelle Deleville, « Prunelle Deleville, Métamorphose des Métamorphoses, édition critique et étude littéraire des manuscrits Z de l’Ovide moralisé »Perspectives médiévales [En ligne], 42 | 2021, mis en ligne le , consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/peme/41779 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.41779

Haut de page

Auteur

Prunelle Deleville

Université Libre de Bruxelles et Université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search