Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42État de la rechercheOuvrages collectifsL’odeur du sang et des roses. Rel...

État de la recherche
Ouvrages collectifs

L’odeur du sang et des roses. Relire Johan Huizinga aujourd’hui, dir. Élodie Lecuppre-Desjardin, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2019

Patricia Victorin
Référence(s) :

L’odeur du sang et des roses. Relire Johan Huizinga aujourd’hui, dir. Élodie Lecuppre-Desjardin, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2019.

Entrées d’index

Index des médiévaux et anciens :

Hubert Van Eyck, Jan Van Eyck
Haut de page

Texte intégral

1Cet élégant ouvrage de 218 pages, paru en 2019, est consacré à Johan Huizinga, figure incontournable et dans le même temps marginalisée voire oubliée du paysage de la médiévistique française. L’année 2019 correspond au centième anniversaire de la parution d’un des ouvrages d’histoire médiévale les plus connus Herfsttij der Middeleeuwen. Studie over levens- en gedachtenvormen der veertiende en vijftiende eeuw in Frankrijk en de Nederlanden. D’abord traduit en anglais et en allemand dès 1924, il faut attendre 1932 pour voir paraître une traduction française (par Julia Bastin) sous le titre Le déclin du Moyen Âge. C’est en 1975, lors de sa réédition préfacée par Jacques Le Goff que le titre se modifie et devient désormais L’Automne du Moyen Âge.

2L’idée de « relire Huizinga aujourd’hui » est à la fois excellente et nécessaire car Huizinga est un merveilleux prétexte et atout pour interroger notre vision, notre réception du Moyen Âge tardif et de l’Humanisme renaissant et croiser les approches historiques et littéraires. Le livre se compose de neuf contributions très stimulantes et denses de médiévistes, historiens (et historien de l’art médiéval) et littéraires et s’ouvre sur une introduction d’Élodie Lecuppre-Dejardin, spécialiste d’histoire culturelle et politique de la fin du Moyen Âge, qui pose nettement les enjeux. Ils s’articulent autour de trois axes principaux : reconstituer la genèse et la réception de l’œuvre de Huizinga ; réfléchir à ce que l’ouvrage L’Automne du Moyen Âge peut encore apporter aux études du Moyen Âge tardif et renaissantes après un siècle d’existence, et proposer une défense et illustration de cette « œuvre trop souvent négligée par un public français » (p. 17). L’image liminaire et nostalgique, de la Dame de Shalott de Tennyson (première de couverture de l’ouvrage), immortalisée par John Waterhouse, condamnée à vivre par procuration à travers les reflets du miroir, devient une sorte d’emblème de l’écriture de Huizinga dont la vision du Moyen Âge serait « un miroir que l’on promène sur le chemin lointain du passé » (p. 11). Ce titre fort bien trouvé « l’odeur du sang et des roses » renvoie à l’expression que Huizinga emprunte à la plume du Bourgeois de Paris pour évoquer ce xve siècle instable et ambivalent où l’on respirait « l’odeur mêlée du sang et des roses » ; cette expression métaphorique fonctionne comme l’emblème de sa méthode de la « sensation historique » (p. 16). Comme l’explique Élodie Lecuppre-Desjardin, ce travail « s’inscrit dans la continuité et la complémentarité » avec Rereading Huizinga : Autumn of the Middle Ages a Century Later, Peter Arnade, Martha Howell, Anton van der Lem, Amsterdam University Press, 2019.

3De manière symbolique, le recueil débute précisément sur la contribution d’Anton van der Lem, conservateur à la bibliothèque universitaire de Leyde qui a notamment réalisé l’inventaire des archives de Huizinga ; il nous fait pénétrer dans le laboratoire de Huizinga et nous éclaire sur la méthode et les habitudes de travail déroulant sous nos yeux ses « bandes de papier » et autres enveloppes thématiques. L’auteur revient sur la traduction confiée à la médiéviste belge Julia Bastin et non à Marc Bloch ou Lucien Febvre qui avaient lu son texte dès sa parution en allemand en 1924. L’historien Christophe de Voogd nous explique les raisons qui ont présidé à la rencontre manquée entre les fondateurs des Annales, Bloch et Febvre, et Huizinga. Certes la volonté de renouveler la science historique dont témoigne l’historien néerlandais rejoint celle de Bloch et Febvre de rejeter une « histoire réduite aux faits et à l’érudition archivistique » (p. 48). Ils sont encore d’accord pour « refuser toute délimitation tranchée et pour marquer la longue survie du Moyen Âge au-delà du xve siècle » (p. 53) mais alors que Huizinga affirme que « c’est de l’âme même du Moyen Âge que sont sortis les temps nouveaux », Marc Bloch et Lucien Febvre considèrent qu’il existe des « états de civilisation successifs et donc nettement distincts » (p. 55). Mais ils s’opposent nettement à Huizinga sur une question fondamentale : alors que pour Bloch l’histoire repose sur une connaissance par traces selon une méthode régressive, Huizinga envisage une connaissance par signes selon une perspective herméneutique (p. 64-65). Dans cette optique, Huizinga s’éloigne encore des Annales en considérant la dimension narrative de l’histoire, dans le prolongement de l’approche structuraliste d’André Jolles, son ami et auteur de Formes simples. Comme le demande Christophe de Voogd, « si la forme de l’histoire est le récit, quelle est donc la fonction de cette forme » ? Huizinga apporte la réponse : « l’histoire est la forme intellectuelle dans laquelle une culture se rend compte de son passé » (p. 66). C’est cette question complexe qu’explore Jelle Koopmans : quels sont les enjeux de la forme pour structurer les études historiques ? Pour ce faire, il retrace pas à pas l’histoire de la notion de « forme » chez les historiens, dans les travaux de Huizinga et ses lettres échangées avec Jolles. Rappelons que la traduction française a effacé le sous-titre originel « formes de la vie et de la pensée » du Moyen Âge finissant, signant ainsi « l’éclipse de la forme » (p. 77), ce qui aura des incidences dans la lecture de l’ouvrage. Par ailleurs et cette remarque est essentielle : « ce que la forme signifiait pour Huizinga en 1919 n’était plus actuel, ou n’avait peut-être plus le même sens au moment de la parution de la traduction. » (p. 78). Enfin J. Koopmans rappelle que Huizinga préparait un grand livre sur le xiie siècle resté inachevé. On peut imaginer les répercussions de cet ouvrage dans le monde de la médiévistique si ce livre avait vu le jour. On peut encore rêver et espérer, avec Jelle Koopmans, que l’on donne vie aux archives conservées pour faire (re)naître ce livre en sommeil. (p.85)

4Au fond, comme le montre Estelle Doudet, qui nous propose une analyse fouillée sur Huizinga et l’histoire littéraire française aux xxe et xxie siècles, la réception de l’ouvrage de Huizinga témoignerait de l’évolution des études historiques. D’abord ignoré en France, L’Automne du Moyen Âge finit par devenir une référence, une autorité une cinquantaine d’années plus tard, sous la plume de Daniel Poirion, Paul Zumthor ou encore Jacqueline Cerquiglini. La médiéviste revient sur les modifications du titre de l’ouvrage depuis Le Déclin du Moyen Âge jusqu’à L’Automne du Moyen Âge, « titre qui s’est imposé dans la plupart des traductions à la suite de l’édition française de 1975 » préfacée par Jacques Le Goff (p. 87). Elle s’interroge sur le rôle joué par l’ouvrage dans « le développement de l’ethnologie des sociétés anciennes […], dans l’histoire des mentalités, des sensibilités et des émotions » et relève que le regard des historiens est demeuré critique en raison de sa « dimension poétique ». (p. 87-88). Elle montre comment Huizinga s’avère être un « penseur littéraire à contre-courant » pour mieux appréhender les raisons qui ont présidé à cette rencontre manquée. Huizinga fréquentait le mouvement décadent franco-belge entre 1890 et 1910 et l’on peut dire que Huysmans a offert un cadre esthétique à l’approche de l’historien (p. 89), ce qui mériterait qu’on consacrât une étude sur ce sujet passionnant. Estelle Doudet propose déjà des pistes de réflexion (p. 89-90). L’incompréhension face à l’approche de Huizinga en France réside dans la dimension morphologiste encore étrangère aux méthodologies critiques à cette époque et ce d’autant que l’ouvrage de Jolles n’a été traduit que tardivement en français. L’ouvrage de Huizinga va subir la même suspicion que le Tableau sur la poésie française de Sainte-Beuve : on leur reproche un style métaphorique, le goût des images aux dépens d’une argumentation. Globalement il faut attendre les années 1970 pour que l’ouvrage désormais intitulé L’Automne du Moyen Âge devienne une référence tant chez les historiens que les littéraires. Jean Dufournet est un des premiers à le mobiliser surtout en tant qu’historien ; Daniel Poirion, pour sa part, est le premier à « confronter consciemment la démarche du penseur néerlandais à l’histoire littéraire à la française ». (p. 96). Avec la découverte du structuralisme et la promotion du formalisme anhistorique, l’ouvrage de Huizinga gagne encore en visibilité même s’il demeure encore en notes dans l’ouvrage de Paul Zumthor, Le Masque et la lumière (1978). C’est dans les années 90 que Huizinga est devenu une référence partagée et nécessaire.

5La contribution de Bertrand Cosnet intitulée « Les primitifs au prisme de J. Huizinga : « l’art des Van Eyck est une fin » revient sur la démonstration de Huizinga selon laquelle « le gothique flamboyant, c’est un postlude sans fin » (p. 103). Alors que les historiens de l’art envisageaient le Moyen Âge tardif comme un renouvellement préparant et préfigurant la renaissance, Huizinga ose affirmer le déclin des formes : « la forme, dans sa luxuriance, envahit l’idée ; l’ornement se saisit de toutes les lignes et de toutes les surfaces. C’est un art où règne cette horreur du vide qui est peut-être une caractéristique des cultures à leur déclin », écrit Huizinga. Bertrand Cosnet nous livre une analyse passionnante de la réception de l’ouvrage par les historiens de l’art, contemporains de Huizinga et jusqu’à nos contemporains. Suit une belle analyse de Thalia Brero et Élodie Lecuppre-Desjardin intitulée « La cour ou le théâtre de l’esprit de Johan Huizinga » dans laquelle les autrices montrent que « cette fin de Moyen Âge constitua le décor où Huizinga installa le fauteuil de son théâtre mental » (p. 122). Elles soulignent notamment que le choix de s’intéresser aux élites était à l’époque un choix novateur dans la mesure où « la cour avait été délégitimée comme objet historique, bien souvent considérée comme un lieu frivole et corrompu » (p. 123) ; il faut en effet attendre les années 1990 pour que la cour devienne un « sujet » pour les médiévistes (p. 125). On se contentera de citer ici une jolie formule p. 147 qui résume bien la réception par Huizinga de ce Moyen Âge tardif : « sa société de cour se figeait telle une enluminure, magnifiquement ornée mais inanimée, marginalia dont les arborescences porteraient un peu du beau Moyen Âge vers l’humanisme renaissant » (p. 147). Elles soulignent enfin combien les travaux de Huizinga sont une invitation à une interdisciplinarité pour mieux saisir les enjeux des rituels, des codes sociaux. L’article de Benjamin Deruelle retrace l’histoire de la chevalerie jusqu’à Huizinga et rappelle un autre point important : « Il n’est pas anodin que L’Automne du Moyen Âge parut l’année même de l’édition de La Crise de l’esprit de Paul Valéry, et alors qu’Oswald Spengler préparait son Déclin de l’Occident. Tout comme eux, Johan Huizinga propose une vision désenchantée de l’histoire et s’intéresse à la décadence et à la mort des civilisations » (p. 158). Nicole Bériou montre, pour sa part, la fécondité des intuitions de Huizinga, intuitions ponctuelles autour de l’histoire des péchés capitaux ou du culte de l’ange gardien (p. 189) notamment et des intuitions de plus grande envergure. Elle analyse comment il a su scruter la manière dont les hommes s’approprient les croyances, inventent un langage de la foi, et comment il a su percevoir la force de l’image sur la parole pour mieux émouvoir les cœurs, autant d’analyses saluées par Jacques Le Goff (p. 190). Cette avant-dernière contribution ouvre la voie à la précieuse analyse de Damien Boquet et Laurent Smagghe, sur « L’émotion comme désir de vie » qui clôt le volume dans un bel hommage et une approche novatrice de cette œuvre à la fois controversée et admirée. Ces deux historiens spécialistes de l’anthropologie affective au Moyen Âge se livrent à un « exercice d’épistémologie historique » « en questionnant le contexte d’écriture et de réception de cet ouvrage singulier » (p. 193). Ils envisagent d’abord « la couleur résolument mélancolique et la pulsion de mort qui caractérisent un siècle expirant », puis interrogent « la réception du texte dans la perspective généalogique d’une histoire des émotions » (p. 194) pour mieux comprendre cette esthétique et culture « fin de siècle ».

  • 1 Verhoeven, Paul, La Chair et le Sang, [Flesh + Blood, Orion Pictures, 1985], édition collector, Me (...)
  • 2 Dans Historiens d’Europe, historiens de l’Europe. Défense et illustration de l’histoire de l’Europe(...)

6Cet ouvrage riche et novateur, par ses approches qui viennent se compléter et se répondre, renoue avec le désir d’interdisciplinarité de Huizinga et rend un bel hommage à son œuvre. Il rend pleinement compte de la complexité des apports de sa pensée, de son actualité, et mérite pleinement de figurer dans la bibliothèque des médiévistes, historiens, littéraires, des historiens de l’art tout en s’adressant aussi à un public curieux et passionné de Moyen Âge qui souhaiterait être éclairé par des spécialistes. Une suggestion : on aurait pu envisager une contribution autour des travaux de Michel Stanesco, trop peu cité, en lecteur de Huizinga. Et une autre proposition plus marginale : il aurait été intéressant de se pencher sur Paul Verhoeven1, lecteur de Huizinga. Nous renvoyons à cet égard à l’article de Jean-Baptiste Delzant : « Johan Huizinga et L’Automne du Moyen Âge (1919) : écrire une représentation de l’Europe. Historiens d’Europe, historiens de l’Europe »2.

7Enfin, on pourra regretter que l’ouvrage ne propose pas de bibliographie synthétique qui aurait été bien utile pour mesurer l’évolution des travaux consacrés à Huizinga en France, dans le milieu anglo-saxon et ailleurs au cours du temps. On espère vivement que cet ouvrage permettra de redécouvrir Huizinga sous un nouvel éclairage afin de montrer à quel point ses intuitions, ses analyses ont ouvert des voies alors inexplorées à la recherche historique et littéraire. On ne peut que savoir gré à la directrice de l’ouvrage, Élodie Lecuppre-Desjardin et à ses contributrices et contributeurs d’avoir su redonner ensemble la place que mérite le travail de Huizinga au sein de la recherche sur le Moyen Âge et de nous inviter à le relire et à revenir puiser à sa source aujourd’hui et demain.

Haut de page

Notes

1 Verhoeven, Paul, La Chair et le Sang, [Flesh + Blood, Orion Pictures, 1985], édition collector, Metro-Goldwyn-Meyer, 2012. « Entretien avec Verhoeven », réalisation de Véronique Martin, Filmedia, juillet 2012.

2 Dans Historiens d’Europe, historiens de l’Europe. Défense et illustration de l’histoire de l’Europe, dir. D. Crouzet, Paris, Champ Vallon, 2017, p. 181-208.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Victorin, « L’odeur du sang et des roses. Relire Johan Huizinga aujourd’hui, dir. Élodie Lecuppre-Desjardin, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2019 »Perspectives médiévales [En ligne], 42 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/peme/42409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.42409

Haut de page

Auteur

Patricia Victorin

Professeur de littérature du Moyen Âge, Université Bretagne Sud / HCTI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search