Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43État de la rechercheEssaisFrédéric Duval, « La tradition ma...

État de la recherche
Essais

Frédéric Duval, « La tradition manuscrite du Lai de l’Ombre » de Joseph Bédier ou la critique textuelle en question, édition critique et commentaires, Paris, Honoré Champion, 2021

Patrick Brouchier
Référence(s) :

Frédéric Duval, « La tradition manuscrite du Lai de l’Ombre » de Joseph Bédier ou la critique textuelle en question, édition critique et commentaires, Paris, Honoré Champion, « Textes critiques français » 4, 2021, 290 p.

Texte intégral

  • 1 Plusieurs travaux récents se sont d’ailleurs attachés à étudier la place de Bédier dans les études (...)
  • 2 Joseph Bédier, Les Fabliaux, études de littérature populaire et d’histoire littéraire du Moyen Âge, (...)
  • 3 Mario Roques, « Établissement de règles pratiques pour l’édition des anciens textes français et pro (...)

1S’il y a bien une personnalité qui a profondément marqué les études médiévales au xxe siècle, c’est celle de Joseph Bédier. Encore aujourd’hui, près d’un siècle plus tard, son nom, sa pensée et ses écrits pèsent de tout leur poids sur les études littéraires médiévales1. Qu’il soit cité explicitement, mentionné brièvement ou intégré de manière presque inconsciente aux réflexions modernes, Bédier semble résider, d’une manière ou d’une autre, dans la plus grande partie de la production critique sur le Moyen Âge. Bien que son impact sur la lecture des chansons de geste et des fabliaux2, par exemple, soit loin d’être négligeable, cela n’est rien en comparaison à son écrasante présence dans le monde de la philologie et de l’ecdotique depuis les années 1920-1930. L’hégémonie de Bédier y fut et y demeure quasi-totale, du moins dans le domaine littéraire médiéval de langue vulgaire en France. Quel éditeur français aujourd’hui ne se réclame pas « bédiériste », directement ou par la voix de ses élèves comme Mario Roques3 ? Même si la pensée philologique de Bédier s’est construite au fur et à mesure des années et des publications, seule l’une d’entre elles eut un impact plus retentissant que toutes les autres : l’article, devenu fascicule-introduction d’édition, intitulé « La tradition manuscrite du Lai de l’Ombre », que Frédéric Duval (FD par la suite) propose de retranscrire et surtout de commenter dans son dernier ouvrage.

  • 4 L’article parut d’abord dans la revue Romania, t. LIV, n° 214 et 215-216, 1928, p. 161-196 et 321-3 (...)

2Dans son introduction (11 p.), FD fournit une rapide biographie de Joseph Bédier ainsi qu’une brève liste de ses articles et ouvrages célèbres, toutes deux contextualisées en quelques mots. Malgré une production importante de la part de Bédier et, par conséquent, une multitude de choix s’offrant à FD, la décision fut aisément prise en faveur de « La tradition manuscrite du Lai de l’Ombre » en raison de la renommée de cet article et de son rôle dans la construction de la pensée philologique française moderne. Ce texte de 1928, écrit à la fois contre la méthode dite de Lachmann et celle de dom Henri Quentin, et pour une nouvelle approche du classement des manuscrits, occupe en effet une place fondamentale dans le renouvellement de la philologie moderne voire dans ce que l’on pourrait appeler dans l’inconscient collectif des chercheurs médiévistes français. Cependant, force est de constater que les lecteurs modernes tendent à utiliser cet article non pour sa réflexion sur les stemmata codicologiques mais plutôt comme une sorte de modèle voire manuel d’ecdotique, en extrapolant des principes d’édition depuis les remarques de Bédier. En d’autres termes, la réception biaisée et incomplète de ce texte par les critiques, très tôt après sa publication d’ailleurs, a donné naissance à ce que FD nomme la « vulgate bédiériste » (p. 12), c’est-à-dire une déformation parfois simpliste parfois erronée des propos du savant qui devint l’essentiel de sa postérité dans le domaine philologique. Et l’on touche ainsi au véritable objectif de FD pour la publication de cette édition-commentaire : il ne s’agit pas tant de rendre accessible un texte critique célèbre pour le grand public (il est après tout disponible un peu partout4), mais plutôt de corriger notre réception de l’œuvre et de mettre fin à une « vulgate » devenue presque débilitante après toutes ces décennies. Il n’est ainsi guère étonnant de lire que FD s’adresse aussi bien aux jeunes étudiants qu’aux médiévistes chevronnés afin de leur faire (re)découvrir le texte à l’origine de tout un mouvement de pensée, de toute une méthodologie d’édition. FD ne soumet toutefois pas une véritable édition critique du texte, à la manière des éditions littéraires, mais plutôt une réimpression de l’article, accompagnée de notes et de deux longs commentaires (l’un « suivi », l’autre « analytique ») : il souhaite ainsi offrir tous les éléments nécessaires à la compréhension du texte, y compris dans son contexte, et à celle de sa réception à travers les ans, les pays et les erreurs. Il propose également des pistes pour dépasser cette « vulgate » problématique et invite à rétablir le dialogue sur les questions philologiques. Précisons enfin, brièvement à l’instar de FD, que la version du texte ici proposée n’est pas celle de 1928, malgré l’appellation que nous lui donnons et celle que FD utilisera tout au long de l’ouvrage, mais celle de 1929, légèrement corrigée bien que sans grande modification (p. 17).

3L’édition-retranscription est, en elle-même, irréprochable : FD reproduit jusqu’aux notes de bas de page de Bédier, ainsi que toutes ses citations et surtout ses schémas. Le texte est des plus lisibles et FD ne semble pas être intervenu sur ce dernier. Une deuxième pagination est inscrite dans les marges correspondant vraisemblablement à celle de l’édition de 1929, bien que cela n’ait pas été précisé auparavant. Nous retrouvons avec plaisir la prose de Bédier, dans sa complexité scientifique parfois déroutante (les passages les plus complexes sur les stemmata laissent parfois pantois) comme dans sa qualité rhétorique indéniable (les traits d’esprits de Bédier séduisent souvent de manière bien plus efficace que sa réflexion). Les notes de FD (p. 115-125) ont été placée à la suite de l’article et non dans un deuxième niveau de notes de bas de page, ce qui aurait été d’autant plus pratique que leur référencement selon la pagination originelle et non celle de l’édition de FD prête parfois à confusion. Le contenu de ces notes est fort utile pour la lecture du propos (élucidation des sources, quelques points de vocabulaire, références bibliographiques) et offre à plusieurs reprises des prémisses d’édition critique avec quelques variantes et une correction (une erreur de sigle de manuscrit de la part de Bédier). Certaines notes annoncent le travail de commentaire de FD et laissent entendre la pesée critique de l’éditeur qui souligne les raccourcis intellectuels de Bédier ainsi que ses artifices rhétoriques parfois trompeurs.

4L’ouvrage se poursuit avec les deux commentaires de FD, le premier « suivi » et le deuxième « analytique » (p. 127-260), qui s’apparentent respectivement à une analyse critique et contextualisée de l’article de Bédier, et à une étude de la postérité de l’ouvrage et du problème de la « vulgate bédiériste ». FD s’attache ainsi, dans un premier temps, à expliquer de manière quasi-linéaire la pensée de Bédier tout au long de « La tradition… ». À cette fin, il lui paraît avant tout nécessaire de resituer l’article de Bédier, ainsi que les ouvrages adjacents (critiqués ou simplement utilisés par le savant), dans leur contexte historique, intellectuel et philosophique, qu’il s’agisse des productions de la philologie allemande, de celles de Gaston Paris ou encore de celles des contemporains et successeurs immédiats de Bédier. FD s’attarde également à démonter l’édifice rhétorique de Bédier et en particulier sa tendance à privilégier les bons mots, les approximations moqueuses voire les détournements de certains propos, dont il use non seulement pour se présenter comme un avant-gardiste de la philologie moderne mais aussi pour réécrire l’histoire même de cette science. L’étude de FD n’hésite pas non plus à souligner les erreurs et problèmes de la réflexion bédiériste, ni même la nature ambivalente de cette dernière qui ne résout pas véritablement la problématique du classement des manuscrits (dans les étages supérieurs du stemma du moins) et incorpore, en réalité, en grande partie, la méthode lachmannienne dans sa propre pratique supposée nouvelle.

5Ce commentaire « suivi » introduit lui aussi une pesée critique sur les réflexions du savant ainsi que sur la « vulgate » qui va naître de leur lecture biaisée voire superficielle. Le deuxième commentaire va d’ailleurs se concentrer sur ce point particulier, après une première sous-partie (p. 197-213) consacrée au contexte de l’article de 1928, qui reprend souvent les propos tenus jusqu’ici. Le reste du commentaire étudie les successeurs de Bédier dans le domaine philologique des années 1930 à nos jours, et non les successeurs de ses adversaires : il ne mentionne pas ou peu les héritiers de Lachmann et ne se préoccupe pas du néo-lachmannisme des dernières décennies. FD constate, en tout cas, avec une certaine déception, les conséquences néfastes de la « vulgate bédiériste » sur les études médiévales et en particulier les éditions de texte. De la brève conclusion de « La tradition… », les critiques ont en effet extrait une méthodologie éditoriale élevée au statut de règle absolue : face à l’impossibilité d’identifier les hauts étages d’un stemma, il faut s’en tenir à un seul et unique témoin de la tradition (p. 227, 232, etc.). Conséquences de cette nouvelle pratique, presque caricaturale dans sa transcription de la pensée bédiériste, les réflexions stemmatiques ont été parfois délaissées et certaines éditions se sont transformées en simples transcriptions diplomatiques. Si les concepts d’archétypes et même d’originaux ont été abandonnés par le bédiérisme, celui d’auteur a souffert un traitement similaire au bénéfice du copiste voire de la copie, comme l’illustrent de manière presque hyperbolique les pratiques de la New Philology. FD remarque à ce titre que, si la New Philology ne se réclame pas de Bédier, elle porte toutefois sa marque et peut se comprendre comme une version extrême du bédiérisme (p. 243). Malgré l’amer constat de la toute-puissance de la « vulgate », FD note quelques tentatives, ici et là, de prise de distance vis-à-vis de la figure tutélaire et de sa méthode, mais il regrette que le débat philologique ne se soit pas poursuivi plus longtemps dans le domaine de la littérature médiévale de langue française alors que dans d’autres pays et d’autres domaines la réflexion est demeurée vivante.

  • 5 Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante : histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989.

6La fin du deuxième commentaire ainsi que la conclusion (p. 261-264) confirment en tout cas la direction que vient de prendre l’étude critique de FD : ce dernier ne souhaite pas tant proposer une nouvelle méthode ecdotique, différente du bédiérisme et prête à la consommation universitaire, mais il cherche plutôt à ouvrir, de nouveau, le dialogue sur la question, à proposer des pistes de réflexion philologique et surtout à convaincre le public, une dernière fois, du mal-fondé de la « vulgate bédiériste ». Sa démonstration est, sur ce point, des plus efficaces, et on ne peut qu’espérer qu’elle suscitera des réponses à ses autres ambitions et, si ce n’est une nouvelle pensée philologique, au moins l’ouverture d’un débat. D’ailleurs, sa proposition finale d’allier méthodologie conservatrice et interventionniste grâce au numérique, dans la continuité des remarques de Bernard Cerquiglini5, possède de nombreux mérites et ne manque que d’adeptes et d’outils informatiques adéquats.

7L’ouvrage se termine sur une bibliographie abondante, claire et bien organisée (14 p.), ainsi que sur deux index : le premier concerne les notions (3 p.), le deuxième les noms propres (4 p.). On regrettera que le premier index ne possède pas le même paragraphe introducteur ni les mêmes distinctions typographiques que le second : l’usage de l’italique pour différencier les renvois au texte de Bédier de ceux à l’étude de FD rend l’index des noms propres bien plus aisé à utiliser.

8FD nous offre ici un ouvrage intéressant, agréable à lire et digne de considération, que ce soit par le jeune public d’étudiants ou par les universitaires de tout bord philologique. Par son travail d’édition et de commentaire, il invite à jeter un regard nouveau à la fois sur Bédier et son article fondamental, sur ses successeurs et sa « vulgate », et surtout sur nos propres pratiques de modernes.

Haut de page

Notes

1 Plusieurs travaux récents se sont d’ailleurs attachés à étudier la place de Bédier dans les études médiévales (voir Alain Corbellari, Joseph Bédier, écrivain et philologue, Genève, Droz, 1997, ou encore Graig Baker et alii (éds.), L’Ombre de Joseph Bédier : théorie et pratique éditoriales au xxe siècle, Strasbourg, ELiPhi, 2018).

2 Joseph Bédier, Les Fabliaux, études de littérature populaire et d’histoire littéraire du Moyen Âge, Paris, E. Bouillon, 1893 ; Les Légendes épiques : recherches sur la formation des chansons de geste, Paris, Honoré Champion, 1908-1912, 4 vol. 

3 Mario Roques, « Établissement de règles pratiques pour l’édition des anciens textes français et provençaux », Romania, t. LII, n° 205-206, 1926, p. 243–249.

4 L’article parut d’abord dans la revue Romania, t. LIV, n° 214 et 215-216, 1928, p. 161-196 et 321-356, puis en guise d’introduction de l’édition du manuscrit E du Lai de l’Ombre, sous le titre de La tradition manuscrite du Lai de l’ombre : réflexions sur l’art d’éditer les anciens textes, Paris, Honoré Champion, 1929, réimpr. 1970.

5 Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante : histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Brouchier, « Frédéric Duval, « La tradition manuscrite du Lai de l’Ombre » de Joseph Bédier ou la critique textuelle en question, édition critique et commentaires, Paris, Honoré Champion, 2021  »Perspectives médiévales [En ligne], 43 | 2022, mis en ligne le 17 octobre 2022, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/peme/44874 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.44874

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search