Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43État de la rechercheOuvrages collectifsFaire long. L’amplification médié...

État de la recherche
Ouvrages collectifs

Faire long. L’amplification médiévale, dir. Catherine Croizy-Naquet et Michelle Szkilnik, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2021

Nicolas Garnier
Référence(s) :

Faire long. L’amplification médiévale, études réunies par Catherine Croizy-Naquet et Michelle Szkilnik, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2021, 266 p.

Texte intégral

1Ce recueil d’articles, dirigé par Catherine Croizy-Nacquet et Michelle Szkilnik, marque l’aboutissement des travaux du séminaire du Centre d’Études du Moyen Âge (CEMA) de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris, consacrés à l’amplification médiévale. On connaît l’intérêt de ce centre pour les enjeux poétiques et esthétiques de la littérature médiévale. Le CEMA a ainsi récemment organisé des séminaires sur les rapports entre vers et prose (2012-2015) ou encore sur « comment finir » (2019-2022). Le séminaire dont sont issus ces articles fait référence dès son introduction (p. 9) à celui qui avait porté sur les « écritures de la brièveté » (2007-2010) et qui avait également donné lieu à une publication (Faire court. L’esthétique de la brièveté dans la littérature du Moyen Âge, dir. Catherine Croizy-Nacquet, Laurence Harf-Lancner et Michelle Szkilnik Paris, Presses Sorbonne-Nouvelle, 2011). Le titre de l’ouvrage actuel, Faire long. L’amplification médiévale y renvoie d’ailleurs explicitement, le tout formant donc comme un diptyque. De façon générale, sur des questions théoriques larges et pointues, ces séminaires ont vocation d’embrasser le plus largement possible la littérature médiévale, transcendant les genres, les siècles et les langues. On retrouve parfaitement cette ambition au sein des dix articles qui s’attachent à cette question, puisqu’on y retrouve aussi bien des réflexions sur la littérature allemande (avec une comparaison entre Chrétien de Troyes et Hartmann von Aue), latine avec le texte source ovidien et l’Ovide moralisé, mais aussi française avec des romans médiévaux comme le Lancelot en prose et Renart le Contrefait, ou encore du théâtre. Les articles sont réunis selon quatre grands axes qui montrent l’aspect très vaste de la réflexion, ainsi que la multiplicité des entrées pour réfléchir à la notion d’amplification : « Traduire et réécrire » (p. 21-100) ; « Faire l’inventaire du savoir et construire le mémorial du passé » (p. 101-175) ; « Inventer, réinventer les univers romanesques » (p. 177-239) ; « Amplifier, comme expérience totale » (p. 241-255), qui ne contient qu’un seul article. L’ensemble est complété par une introduction (p. 9-20) ainsi qu’une bibliographie sélective, qui ne recense que les ouvrages évoqués (p. 257-262) et un « Index des auteurs et œuvres antiques et médiévaux » (p. 263-265).

2L’introduction permet à la fois de revenir sur l’histoire de cette notion rhétorique qu’est l’amplificatio, tout en rappelant qu’elle ne saurait être réduite au seul principe de l’allongement textuel. En effet, dans la rhétorique antique, l’amplificatio est portée par deux types de procédés : l’amplificatio verborum et l’amplificatio rerum. Si le second renvoie davantage à la longueur, s’appuyant sur des outils comme la gradation ou l’accumulation, le premier concerne plutôt l’expressivité du langage. L’amplificatio est donc à la fois qualitative (ou « horizontale ») et quantitative (ou « verticale »). Néanmoins, comme le remarquent les éditrices, le Moyen Âge vient quelque peu bousculer cette tension, puisqu’il conçoit essentiellement l’amplification comme l’art de « faire du texte en somme » (p. 11). Cette primauté accordée à l’amplification horizontale se marque par deux types d’approche : une approche structurale, au niveau des figures, et une approche textuelle, qui fonctionne avec la compilation, les continuations, les cycles, etc. Cette introduction aura donc bien permis de poser l’enjeu de l’amplification médiévale, et cette tension entre qualitatif et quantitatif est un véritable fil rouge tout au long des articles de l’ouvrage.

3Dans le cadre de la première partie sur la traduction et la réécriture, le premier article, de Ricarda Bauschke, est consacré à l’adaptation du Chevalier au lion de Chrétien de Troyes par Hartmann von Aue (« Hartmann von Aue, adaptateur de Chrétien de Troyes. Faire long entre æmulatio et dissimulatio », p. 23-51). Si l’œuvre allemande ne propose pas un allongement de l’œuvre française très conséquent (8166 vers pour Hartmann contre 6818 pour Chrétien, soit 1350 vers), ni de changements majeurs dans la trame, la translatio entraîne deux types d’amplificatio : l’æmulatio, qui vise à dépasser le modèle par une « augmentation qualitative de l’objet du discours » (p. 26), tels des ajouts descriptifs pour enjoliver le texte, et la dissimulatio qui vise à masquer la réécriture par souci de fidélité. L’article mobilise ainsi pleinement un ensemble d’outils rhétoriques qui montrent bien que l’amplificatio n’est pas qu’allongement. On regrettera néanmoins le trop long développement accordé à l’art oratoire qui fait quelque peu redite avec l’introduction.

4L’article de Marek Thue Kreschmer (« Procédés d’amplification dans l’Ovide moralisé », p. 53-79) est consacré à l’amplification que connaît la fameuse œuvre d’Ovide, les Métamorphoses, dans sa version médiévale, puisque cette dernière comprend 72 000 vers. Ce développement s’explique par trois types d’amplification : les explicatives, qui élucident les passages obscurs chez Ovide ; les narratives, qui allongent voire inventent un récit ; et les morales qui développent une sentence ovidienne. L’auteur mobilise ces trois types par le biais de dix exemples mythologique : Tirésias, Mars et Vénus, Callisto, la fondation de Thèbes, Narcisse, Arachné, Ariabe, Pygmalion et Myrrha. Les exemples sont ainsi nombreux et permettent de bien montrer la mise en œuvre de ces amplifications, même si les analyses auraient pu être développées davantage : l’abondance d’exemples empêche en effet une approche plus approfondie et directe.

5Maud Pérez-Simon, quant à elle, conclut cette section consacrée à la traduction en abordant le cas de l’unicum Les monstres des hommes, encyclopédie française de monstres en vers de la fin du xiiie siècle, qui reprend le chapitre 42 du Liber de Natura rerum de Thomas de Cantimpré. L’article montre la multiplicité des outils utilisés par l’auteur de ce texte pour amplifier le latin (listes, polyptotes, voire reprise telle quelle du latin avec commentaire en français). En cela, l’amplification de ce texte étonnant est aussi bien quantitative (ce qui prenait deux vers en latin en mobilise trente en français, voire plus de cent !) que qualitative puisqu’elle mobilise de nombreux effets de style.

6Alors que s’ouvre la partie sur le savoir et la question de la mémoire du passé, Jean-Marie Fritz analyse le cas de Renart le Contrefait (« Amplification à outrance : Le cas de Renart le Contrefait », p. 103-117) et plus précisément de sa rédaction B. Celle-ci est en effet une double amplification : la version A est déjà plus longue que le Roman de Renart originel (32 000 vers contre 30 400), mais la version continue cette prolifération renardienne en parvenant à 42 000 vers. Si « Renart le Contrefait propose une paraphrase à la fois libre et monumentale du vieux Roman de Renart » (p. 114), l’œuvre emprunte à divers matériaux (encyclopédies, textes bibliques, textes historiques ou fictionnels…). L’amplification est donc totale, permettant de montrer la toute-puissance du mal.

7Dans « L’amplification comme monumentalisation dans le Recoeil des Histoires de Troyes et l’Histoire de Jason de Raoul Lefèvre » (p. 119-136), Florence Tanniou voit dans la première de ces œuvres une amplification en tant que « mise en œuvre concertée de techniques destinées à faire naître de vastes fictions dans les interstices de la tradition française de Troie » (p. 120) au sein de ce texte de Raoul Lefevre. Il s’agit avant tout de faire monument, dans tous les sens du terme. En plus de l’ajout d’épisodes de la matière de Troie, l’amplification opère surtout dans le rapport avec une autre œuvre de l’auteur, l’Histoire de Jason, dans un jeu de construction enlacée qui n’est pas sans rappeler le fonctionnement cyclique. Une fois encore, on ne peut qu’admirer la multiplicité des enjeux de l’amplification ici dévoilés.

8Florence Tanniou montre la tension entre amplification et brièveté (le style de Raoul Lefevre étant parfois très concis), et c’est également cette tension qui intéresse Marion Uhlig dans son article « D’un recueil à l’autre : le Dit de l’Unicorne dans le ms. Paris, BnF, Fr. 1553 », p. 137-175. Ce travail interroge la façon dont les formes longues constituées de récits brefs « détachables » peuvent influencer un recueil, en l’occurrence le manuscrit 1553 de la BnF (une liste précisant le contenu du manuscrit est placée en annexe, p. 173-175). L’amplification se fait par un jeu entre le long et le bref dans un but de dévoiler toute la connaissance du monde, notamment par l’emploi dédoublé du Dit de l’Unicorne (en tant que récit inséré dans Barlaam et Josaphat et à l’aune de la partie du recueil consacré aux récits brefs), dont Marion Uhlig propose ici une édition et un glossaire (p. 158-721). Ces deux articles font donc ainsi parfaitement écho avec le précédent séminaire consacré aux récits brefs.

9La troisième partie de l’ouvrage concerne l’amplification telle qu’elle se pratique dans le genre romanesque. Le premier article traite du cycle des Sept Sages de Rome (« La filiation comme principe de l’amplification ? Les continuations du Roman des sept sages de Rome ou l’écriture par génération », p. 179-199). Yasmina Foehr-Janssens remarque que si la plupart des cycles mobilisent le principe de la généalogie, celui-ci n’est fondé que sur ce moteur romanesque, au point qu’il n’y a pas de héros central. Cette chronique fictive de l’Empire romain (occidental et byzantin) se développe avec six suite qui altèrent quelque peu le projet du roman initial. En effet, la sagesse n’est plus représentée par les personnages des sages, mais par les héritiers successifs de l’empire ; de même, cette donnée de la succession s’oppose à l’anti-féminisme du roman originel, puisque les héros doivent avoir des épouses dignes d’eux. Néanmoins, l’amplification cyclique permet également d’unifier le tout, car les protagonistes « ne cessent en réalité de mettre savamment du retard à venir à leur fin » (p. 199). L’amplification se fait donc ici aussi bien cyclique que poétique.

10Les deux articles suivants traient du cycle du Lancelot-Graal. Nathalie Koble s’intéresse plus particulièrement à l’épisode de la mort de Merlin (« Morts à venir : l’impossible disparition de Merlin. Éléments d’une enquête », p. 201-221). Ces épisodes, selon leurs versions (Robert de Boron, Lancelot en Prose, Suite Vulgate, etc.) sont autant de possibles fictionnels pour tenter de résoudre le mystère de la mort du célèbre prophète. Si la question de l’amplification semble quelque peu secondaire par rapport à ces enjeux, Nathalie Koble y revient lorsqu’elle aborde plus précisément la question de la Suite Vulgate, vue comme une amplification à tout point de vue : il s’agit en effet d’un texte cinq fois plus long que le roman continué ; il s’avère bien plus épique (et en cela relevant donc davantage de l’amplificatio rerum), et il est également davantage cyclique, multipliant les références aux autres textes du Lancelot en Prose par des jeux d’analepse et de prolepse. De façon générale, les suites sont envisagées dans cet article comme autant « d’amplifications alternatives » (p. 218).

11Mireille Séguy ne s’intéresse pas tant à la question rhétorique de l’amplification qu’à la façon dont celle-ci crée une « impression de vie », reprenant une expression de Vinaver (« Une “impression d’abondance et de vie” : l’expansion organique du Lancelot-Graal », p. 224-239). Ce qui permet cet effet est le rôle cyclique de l’œuvre renforcé par ces nombreux entrelacements. Or, c’est bien cet effet d’amplifications qui « suscite la cohésion et la fermeture du cycle » (p. 230). En effet, tout semble « bouger » dans le cycle, qui voit apparaître de nombreux engendrements réciproques. L’article propose donc bien non pas une analyse rhétorique ou stylistique de l’amplification, mais plutôt une analyse stimulante de sa poétique et de ses effets sur le lectorat.

12Le dernier article concerne cette fois le théâtre de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance (« Faire long, faire voir. Pratiques de l’amplification au théâtre (xve-xvie siècles) », p. 243-255. Estelle Doudet y remarque une bascule dans la conception de l’amplification, qui s’éloignerait du seul « faire long » pour un « faire voir », un moyen de rendre « spectaculaire » (p. 244). Le théâtre serait alors le lieu même de cette transition de l’allongement au spectaculaire. Néanmoins, les deux ne sont pas opposés. En effet, « sur les scènes du xve siècle, le faire long a consisté d’emblée à articuler amplification quantitative – plus de mots, plus de personnages – et valorisation qualitative – plus de spectaculaire, plus d’émotions » (p. 247).

13En définitive, ce livre aura tenu toutes ses promesses, notamment celle de montrer que l’amplification, au cœur de la poétique médiévale, n’est pas qu’un allongement. La tension exposée initialement entre amplificatio verborum et amplificatio rerum aura donc été un indéniable fil rouge de l’ensemble, permettant une véritable homogénéité dans la réflexion malgré la diversité des approches et des genres traités, au risque de quelques redites ponctuelles. Ce recueil d’articles prolonge donc parfaitement les travaux consacrés à la brièveté en montrant comment une donnée rhétorique peut être employée de diverses manières. Pour reprendre l’expression des éditrices, l’amplificatio est bien « l’âme de la langue romane » (p. 20).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Garnier, « Faire long. L’amplification médiévale, dir. Catherine Croizy-Naquet et Michelle Szkilnik, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2021 »Perspectives médiévales [En ligne], 43 | 2022, mis en ligne le 17 octobre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/peme/45214 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.45214

Haut de page

Auteur

Nicolas Garnier

Docteur, Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search