Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43État de la rechercheEssaisIsabelle Bétemps, Littérature et ...

État de la recherche
Essais

Isabelle Bétemps, Littérature et Enluminure. Étude de cycles iconographiques du Roman de la rose de Guillaume de Lorris, Mont-Saint-Aignan, PURH, 2019

Aurélie Barre
Référence(s) :

Isabelle Bétemps, Littérature et Enluminure. Étude de cycles iconographiques du Roman de la rose de Guillaume de Lorris, Mont-Saint-Aignan, PURH, « Cours Littérature », 2019, 206 p.

Entrées d’index

Index des médiévaux et anciens :

Guillaume de Lorris

Mots clés :

codex, enluminure, image

Keywords:

codex, illumination, image

Parole chiave:

codex, miniatura, immagine

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Le Roman de la rose, Narcisse
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Otto Pächt, L’Enluminure médiévale. Une introduction, Paris, Macula, 1997, p. 32 (cité par I. Bétem (...)
  • 2 Liliane Louvel, Le Tiers pictural. Pour une critique intermédiale, Rennes, PUR, coll. « Interférenc (...)
  • 3 Philippe Ortel (dir.), Discours, image, dispositif. Penser la représentation, Paris, L’Harmattan, c (...)

1L’étude des cycles enluminés du Roman de la rose proposée dans cet essai par Isabelle Bétemps s’appuie sur une double mise en perspective. D’une part, l’auteure réfléchit non pas à l’échelle d’une unique image illustrant un passage singulier du récit, mais à celle de son inclusion dans un cycle, un programme iconographique plus vaste. Elle interroge ainsi la distribution des images au fil du roman, leur successivité et les correspondances et échos qu’elles construisent selon le langage propre de la peinture, celui des formes et des couleurs, de la récurrence ou de la variation des personnages, de leurs postures, de leurs vêtements (on lira en particulier le très bon passage consacré au raffinement aristocratique des costumes, p. 123 sq.). Elle questionne également le choix des épisodes à illustrer tout à la fois en fonction du récit dont les miniatures marquent les étapes et, pour l’œil, en fonction du feuillet qu’elles scandent visuellement. Saisir une miniature au regard d’un cycle permet de penser en termes d’espace d’images et de texte et de suivre Otto Pächt : « On ne comprend pas la miniature lorsqu’on la regarde en la séparant de l’espace dans lequel elle s’insère et doit vivre »1. Cela permet également de croiser deux orientations théoriques : celle de l’iconorythme développée en particulier par Liliane Louvel dans Le Tiers pictural2 ; celle du dispositif dont rendent compte, entre autres, les travaux de Philippe Ortel3. Pensées à l’échelle de cycle, les images racontent une histoire, un roman qui n’est pas exactement celui de Guillaume de Lorris. Elles en modifient en effet non pas tant la trame narrative (qui va de la découverte d’un lieu à celle d’une femme jusqu’aux obstacles rencontrés empêchant l’aboutissement de la quête) que le rythme de lecture (elles montrent dans l’immédiateté de leur saisie par l’œil ce que l’auteur décrit longuement et précisément), la tonalité (Isabelle Bétemps remarque par exemple que l’influence de la fin’amor est moins sensible dans le manuscrit confectionné au xvie siècle), et parfois le sens : l’image vient élire un personnage ou un passage, elle le met en lumière, éventuellement au détriment d’autres protagonistes ou moments du récit. Les cycles portent aussi la trace d’une sensibilité : si l’enlumineur du xiiie siècle semble privilégier, peut-être dans une perspective morale, la représentation des vices au détriment de celle des vertus, celui du xve se laisse emporter par le merveilleux reflet offert par la fontaine de Narcisse dont il propose plusieurs illustrations, un cycle en abîme. Et les images permettent ainsi de saisir quelle a été la réception du roman à une période donnée en fonction de critères socio-culturels ou poétiques.

  • 4 Une coquille – rapidement corrigée – dans l’édition indique la date de 1240 (p. 87).
  • 5 Sur la tradition manuscrite du Roman de la Rose, je me permets de renvoyer au très bel article de P (...)
  • 6 Les manuscrits enluminés du Roman de la rose de la BnF ont été numérisés et sont accessibles avec c (...)

2Mais, d’autre part, élargissant le champ de la réflexion, Isabelle Bétemps ouvre son enquête à une temporalité plus vaste en comparant les programmes iconographiques de quatre manuscrits copiés et décorés entre le xiiie et le xvie siècles. Il s’agit du manuscrit BnF fr. 378 (fin xiiie), du Royal 20 A XVII conservé à la British Library de Londres, sans doute exécuté en Artois ou en Picardie vers 13404, du magnifique manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de France confectionné pour Jean de Berry vers 1400-1402 (BnF, fr. 12595) et du manuscrit M948 de la Morgan Library de New York réalisé dans le premier quart du XVIe siècle par Girard Acarie pour François 1er. Il y a bien toujours un décalage temporel entre le roman et sa copie enluminée : comme l’auteure le rappelle en effet, les premiers manuscrits du Roman de la Rose ne sont pas enluminés. Sans doute l’écriture est-elle suffisamment génératrice d’images mentales et se passe, au début, des images concrètes qui viendront par la suite orner la très grande majorité des manuscrits du Roman de la Rose5. Mais la distance s’accroit entre l’œuvre du xiiie siècle et le manuscrit du xvie siècle qui la contient et en propose une lecture singulière dont les enluminures sont le signe concret, visuel. L’auteure choisit quatre manuscrits jugés significatifs non pas pour retrouver entre eux une certaine filiation mais pour « permettre au lecteur de questionner les sens possibles du Roman de la Rose, poème allégorique énigmatique, dont l’inachèvement même, réel ou supposé, rend la senefiance toujours fuyante… » (p. 11). Alors que Guillaume de Lorris ne donne jamais explicitement – malgré la promesse du prologue – le sens du récit, révélant apertement une signification voilée, l’étude conjointe du texte et de l’image approche un sens actualisé dans chaque nouveau manuscrit par les différents cycles iconographiques. Quelle autre œuvre se prêterait mieux à ce travail sur les manuscrits enluminés dans une perspective diachronique, à cette enquête sur la réception et sur son évolution, que le Roman de la Rose ? De ce roman, nous avons en effet conservé plus de trois cents manuscrits copiés sur une très longue période et surtout, l’œuvre a donné lieu à de multiples interrogations et débats dès la période médiévale, les images étant un révélateur de son ancrage temporel, à la façon d’un prisme interprétatif. Isabelle Bétemps se concentre sur quatre manuscrits, mais d’autres témoins sont convoqués et sont dans cet essai des invitations successives à plonger encore plus loin dans la tradition iconographique du Roman de la rose, désormais très accessible grâce à la numérisation d’un très grand nombre de manuscrits6.

3À cette double perspective d’analyse correspond une méthode pédagogique répondant aux exigences de la collection qui « a pour vocation de procurer des synthèses complètes et à jour, savantes et accessibles ». Ainsi les deux premiers chapitres de cet essai sont consacrés à une synthèse rapide et précise, le premier sur l’enluminure médiévale et le manuscrit enluminé, sur l’histoire et la technique du livre codex, le second sur le Roman de la Rose, plus particulièrement sur les étapes du roman de Guillaume de Lorris, étude nécessaire ensuite au repérage précis de la place des miniatures. Les notes de bas de pages et la bibliographie raisonnée présente en fin d’ouvrage suggèrent les lectures essentielles qui complèteront le savoir ; un glossaire consacré au livre et à la décoration du manuscrit assure cette démarche visant à faire acquérir un vocabulaire technique et précis. Les chapitres suivants s’organisent autour des manuscrits pris isolément dans une démarche volontairement réitérée : la description des enluminures rapportées aux épisodes illustrés puis leur analyse, soulignant les choix de composition du programme iconographiques (quels sont les épisodes représentés ou au contraire omis ?) et ce que signifient ces choix. Un dernier temps traduit les précédentes remarques en termes de réception du texte, en fonction de l’époque, de son goût, de la distance entre l’œuvre et son actualisation manuscrite et enluminée. La successivité des chapitres historicise cette réception. Quatre cahiers rassemblent les principales enluminures des différents manuscrits. La qualité des reproductions donne accès à ces manuscrits que l’on ne peut ouvrir et, surtout, permet d’embrasser (certes très artificiellement) ce qui fait l’unité picturale (que l’on songe aux couleurs, aux formes, aux fonds ou aux décors…) et signifiante de l’ensemble des enluminures que le texte copié ne vient plus interrompre.

4Cet essai propose ainsi un parcours dans l’espace du manuscrit et dans le temps de la réception d’une œuvre majeure de la littérature médiévale grâce au prisme des miniatures qui enluminent très richement les pages des parchemins. Les images accompagnent la narration, guident et influencent la lecture, construisent en leur langage singulier un autre récit. Pas un récit profondément hétérogène, mais une variation inscrivant le texte dans la mouvance, telle qu’a pu la définir Paul Zumthor, qui marque toute œuvre médiéval.

Haut de page

Notes

1 Otto Pächt, L’Enluminure médiévale. Une introduction, Paris, Macula, 1997, p. 32 (cité par I. Bétemps, p. 85).

2 Liliane Louvel, Le Tiers pictural. Pour une critique intermédiale, Rennes, PUR, coll. « Interférences », 2010.

3 Philippe Ortel (dir.), Discours, image, dispositif. Penser la représentation, Paris, L’Harmattan, coll. « Champs visuels », t. 2, 2008.

4 Une coquille – rapidement corrigée – dans l’édition indique la date de 1240 (p. 87).

5 Sur la tradition manuscrite du Roman de la Rose, je me permets de renvoyer au très bel article de Philippe Frieden « Les manuscrits du Roman de la Rose : une relecture » (dans Lectures du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris, dir. Fabienne Pomel, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Didact français », 2012, p. 159-171).

6 Les manuscrits enluminés du Roman de la rose de la BnF ont été numérisés et sont accessibles avec ce lien : https://gallica.bnf.fr/html/und/manuscrits/romans-de-la-rose?mode=desktop

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Barre, « Isabelle Bétemps, Littérature et Enluminure. Étude de cycles iconographiques du Roman de la rose de Guillaume de Lorris, Mont-Saint-Aignan, PURH, 2019 »Perspectives médiévales [En ligne], 43 | 2022, mis en ligne le 22 novembre 2022, consulté le 30 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/peme/46764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.46764

Haut de page

Auteur

Aurélie Barre

Université Lyon III-Jean Moulin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search