Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53La voie de l’institutrice brésili...

La voie de l’institutrice brésilienne Maria Estephania de Macedo dans le milieu rural

Sur la défense de l’éducation publique au début du xxe siècle (Minas Gerais, Brésil)
Alisson José da Silva Esteves Pereira et Gilvanice Barbosa da Silva Musial
p. 85-99

Résumés

Dans cet article, nous analysons le cas de l’institutrice Maria Estephania de Macedo, de l’école du district de Vera Cruz/Pindahybas, municipalité de Sabará, Minas Gerais, Brésil, entre 1901 et 1911. À la fin du xixe siècle, l’État du Minas Gerais était confronté à une grave crise économique, politique et sociale ce qui a conduit, à l’adoption de la loi no 281 de 1899, qui a entraîné la suppression de 567 écoles rurales et de 91 écoles de district sous la responsabilité du gouvernement de l’État du Minas Gerais. Nous nous appuyons sur les concepts de stratégies et tactiques de Michel de Certeau afin d’aborder notre corpus documentaire. Nous pensons que tout le processus scolaire organisé par cette institutrice a été fondamental pour que l’école puisse continuer à opérer malgré un contexte complexe qui menaçait le droit à l’éducation publique en milieu rural.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le mot « district », en portugais distrito, est employé dans ce texte dans le sens de subdivision d (...)

1Dans cet article nous analysons la performance de l’institutrice Maria Estephania de Macedo, de l’école du district1 de Vera Cruz/Pindahybas, dans la municipalité de Sabará (Minas Gerais – Brésil), afin d’assurer la permanence de l’école dans cette localité entre les années 1901 et 1911. Cette période coïncide avec les graves problèmes économiques, politiques et sociaux auxquels était confronté l’État du Minas Gerais et l’application de la loi no 281 qui a réorganisé l’instruction primaire.

2Dans le champ de l’historiographie brésilienne, on souligne l’importance de revisiter des périodes de l’histoire du pays, qui, méritent d’être l’objet de nouvelles approches privilégiant l’étude du quotidien, de différents sujets sociaux, à l’exemple de celles sur les femmes, les noirs, les exclus sociaux, comme les populations rurales (Janotti, 2000). Selon Bastos (2009), pour ce qui concerne la recherche sur la formation des enseignants, « c’est aussi mieux de prendre en compte l’espace géographique brésilien, dans lequel la formation des professeurs ruraux a été longtemps ignorée au bénéfice des enseignants des grands centres urbains » (p. 122).

3En raison de la crise économique que traversait l’État du Minas Gerais en 1898, causée en grande partie par le modèle économique d’exportation dépendant et par la chute du prix du café dans le marché international, on peut dire que de nombreuses actions ont été formulées pour mettre fin à « l’endettement » de l’État, et l’une des stratégies élaborées visant la contention des dépenses a été la promulgation de la loi no 281 de 1899, qui a entraîné une réduction de l’offre de l’éducation primaire publique à la population, en particulier la population rurale. Face aux risques possibles de suppression de l’école rurale et de district, nous questionnons quelles voies ont été empruntées par l’institutrice Maria Estephania de Macedo pour garantir la permanence de l’école dans la localité ?

4Selon Certeau (2014), « les stratégies sont donc des actions qui, grâce au postulat d’un lieu de pouvoir (la propriété de soi), élaborent des lieux théoriques (des systèmes et discours totalisants), capables d’articuler un ensemble de lieux physiques […] » (p. 96). Nous nous appuyons principalement sur les concepts de stratégies et tactiques de Michel de Certeau afin d’aborder notre corpus : la législation du Minas Gerais, les rapports du secrétariat de l’Intérieur, les rapports des inspecteurs scolaires et des répertoires de salle de classe des écoles d’instruction primaire.

5Dans l’historiographie de l’éducation, le mouvement de renouvellement permet l’émergence de nouveaux objets tels que : la lecture, les imprimés, la profession d’enseignant, les processus de scolarisation, la culture scolaire et les pratiques éducatives et pédagogiques. D’autre part, des sentiments, des émotions et des mentalités commencent à faire partie de l’Histoire et des sources considérées jusque-là comme peu fiables et peu scientifiques commencent à constituer des indices pour la reconstruction du passé (Fonseca, 2003 ; Lopes et Galvão, 2001).

6Pour nous aider à comprendre la vie sociale, politique, économique et, surtout, éducative dans le district de Vera Cruz - Pindahybas, au début du xxe siècle, nous avons mobilisé le concept de microhistoire et de jeux d’échelle comme inspiration et référence méthodologique. Pour l’utilisation du concept de microhistoire, nous avons pris comme référence Jacques Revel (1996) et Giovanni Levi (1992). Selon Revel (1996), « [...] la microhistoire est née comme une réaction, comme une prise de position face à un certain état de l’histoire sociale, dont elle propose de reformuler les conceptions, les exigences et les procédures » (p. 17). « Et, ces reformulations effectuées par la recherche microhistorique imprègnent les singularités des lieux, des choses investiguées et, en même temps, réalisent une connexion de cette microhistoire recherchée avec les différentes choses qui interagissent avec cette même singularité » (Pereira, 2017, p. 41 et 42).

  • 2 Chaire - en portugais « cadeira » est utilisé dans le texte dans le sens de poste d’instituteur (ND (...)

7Le 16 septembre 1899, le président de l’État du Minas Gerais, Francisco Silviano de Almeida Brandão, a promulgué la loi no 281 qui supprimait la catégorie « école rurale » de la législation de l’État, supprimant les 567 chaires2 primaires rurales assurées par le gouvernement de l’État du Minas Gerais. Au-delà de ces chaires primaires, la loi a supprimé aussi toutes les écoles de district et les écoles urbaines où le taux de fréquentation scolaire n’atteignait pas un seuil minimal pendant le semestre, soit 20 élèves par école, « sauf dans les écoles des colonies agricoles, où il y aura 15 » (Minas Gerais, 1899, p. 41).

8Selon l’article 2 de la loi no 281, l’enseignement primaire a été organisé en écoles urbaines et de district ainsi définies : « […] les écoles seront situées dans le périmètre du siège des districts, étant considérées urbaines celles qui seraient situées dans des villes et villages, et de district les autres » (ibid., p. 40). Les autres écoles, telles que les écoles rurales et les écoles de district, créées après 1893, ne seront plus assurées par l’État. L’article no 11 de la loi susmentionnée dispose que « la suppression des chaires primaires sera faite de préférence parmi celles de création plus récente et celles de moindre fréquentation » (ibid., p. 41).

9Avec la promulgation de la loi no 281, le nombre d’écoles primaires dans l’État du Minas Gerais a considérablement diminué. Selon les archives des écoles du secrétariat de l’Intérieur, en 1898 il y avait 2 138 écoles primaires assurées par l’État du Minas Gerais subdivisées en 567 écoles rurales, 480 écoles urbaines et 1 091 écoles de district. Ces effectifs scolaires ont été réduits en 1899 à 1 476 chaires d’enseignement dont 476 urbaines et 1 000 de district, c’est-à-dire que les chaires rurales et une grande partie des chaires de district ne sont plus assurées par l’État ainsi que quelques chaires urbaines qui n’ont pas réussi à avoir un nombre suffisant d’élèves fréquents.

Du village Pindahybas au district de Vera Cruz : la lutte pour la restauration de la chaire d’enseignement primaire

  • 3 La loi nº 2.041 prévoyait : « Art. 6 : Un district de paix est créé siégé dans le hameau de Pindahy (...)

10Lorsque la loi no 281 est entrée en vigueur, le Conseil Municipal de Sabará a adopté des mesures visant à annuler la suppression des deux chaires d’éducation primaire en zone rurale situées à Vera Cruz/Pindahybas, dans le district de Vera Cruz, toujours considéré comme un hameau par le gouvernement du Minas Gerais. Par conséquent, le Conseil municipal de Sabará a envoyé le 8 janvier 1900 une lettre officielle au secrétariat de l’Intérieur dans laquelle il était question de la nécessité de maintenir les chaires d’enseignement primaire à Vera Cruz/Pindahybas. Selon cette lettre, Pindahybas avait été érigée de hameau à district par la loi no 2.041 du 1er décembre 18733. D’après l’agent exécutif municipal, Daniel da Rocha Machado, la localité avait été érigée en district pour trois raisons : premièrement, parce que la région était très peuplée ; deuxièmement, parce que l’industrie agricole y était très développée et troisièmement, parce que Pindahybas était éloignée du siège du district de Venda Nova et de la municipalité de Sabará, ce qui lui a donné le statut de district désormais nommé Vera Cruz. Cependant, « […] à cause des intérêts des dirigeants politiques locaux de l’Empire, le district n’a pas été installé et puisqu’il n’y a pas d’acte subséquent abrogeant cette loi, le Conseil municipal veut maintenant installer le district » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1900, Códice SI-2748).

11Comme l’avait déclaré l’agent exécutif municipal, après la loi no 2.041, la population du district de Vera Cruz/Pindahybas avait augmenté et s’était considérablement développée dans les secteurs commercial et agricole. L’objectif central de l’installation urgente du district était centré sur le maintien des deux chaires primaires existantes dans la localité. Selon Daniel da Rocha Machado, si cela ne se produisait pas, la localité pourrait perdre les chaires d’enseignement en raison de l’article 2 de la loi no 281 de 1899.

Le Conseil municipal, présentant ces raisons veut démontrer l’importance de la localité, qui a pour seul objectif, de représenter Votre Excellence dans le sens de maintenir les deux chaires d’enseignement primaire existantes en Pindahybas, puisque la localité en question a, en sa faveur, l’article 2 de la loi no 281 du 16 septembre 1899, qui prévoit des écoles primaires dans tous les districts créés jusqu’à l’année 1893 (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1900, Códice SI-2748).

12Il est à noter que l’action du Conseil municipal, qui décrit l’importance d’ériger le hameau de Pindahybas en district de Vera Cruz, constituait une tactique pour maintenir les chaires d’enseignement primaire dans le village, puisque, comme en témoigne Daniel da Rocha Machado, Vera Cruz/Pindahybas était une région très peuplée avec un nombre suffisant d’enfants ayant besoin d’une éducation publique. Cette manœuvre du Conseil municipal de Sabará a atteint son but parce que la demande a été partiellement satisfaite par l’État.

13Le 24 janvier 1900, le secrétaire de l’Intérieur, dans une lettre officielle, a confirmé la permanence de la chaire d’enseignement primaire à Vera Cruz/Pindahybas. Cependant, au lieu de deux chaires, le secrétariat n’en a autorisé qu’une qui serait la chaire mixte dirigée par Mme Marianna Augusta de Andrade Guimarães. La chaire masculine, alors dirigée par M. Manuel Luiz da Rocha Compasso, a été supprimée et l’instituteur a été mis en disponibilité.

14Dans cette analyse de l’action du Conseil municipal, on a pu constater que les tactiques mises en place par les conseillers en défense des chaires d’enseignement primaires de Vera Cruz/Pindahybas révélaient deux aspects centraux : premièrement, l’importance de la localité dans le scénario de l’État du point de vue commercial et secondement, l’influence du district dans l’administration politique municipale. En prenant en compte ces deux aspects, nous en déduisons que les revendications des conseillers auprès du secrétariat de l’Intérieur concernant la permanence des écoles primaires à Vera Cruz/Pindahybas étaient un moyen de poursuivre une relation politique d’intérêts entre la localité, la municipalité et l’État.

L’école mixte de Vera Cruz dirigée par Mme Maria Estephania de Macedo

15Après cette explication sur la formation du district et sur la loi no 281 de 1899, il convient de souligner que l’institutrice Maria Estephania de Macedo a été nommée à titre définitif pour la chaire d’instruction primaire de Vera Cruz/Pindahybas le 5 juin 1901, quand l’inspecteur du district a envoyé au secrétaire de l’intérieur sa demande : « Mme. Maria Estephania de Macedo, ayant été nommée institutrice de la chaire de Pindahybas, municipalité de Sabará, demande respectueusement à Votre Excellence de daigner délivrer le titre correspondant pour lequel elle offre les documents ci-joints » […] (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1901, Códice SI-2750).

16La nomination de Maria Estephania de Macedo n’a pas tardé à être approuvée puisque le 3 juillet 1901 elle a été nommée pour la chaire mixte d’instruction primaire de la localité, telle qu’elle apparaît dans le livre du décret du secrétariat de l’Intérieur du Minas Gerais de 1901 :

Conformément aux dispositions de l’article 60 du règlement qui relève du décret no 134 du 8 janvier 1900, le docteur président de l’État du Minas Gerais, nomme Mme Maria Estephania de Macedo au poste d’institutrice publique à titre définitif de la chaire mixte de Pindahybas, municipalité de Sabará. Palais de la Présidence de l’État du Minas Gerais, dans la ville de Minas, le 3 juillet 1901 (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1901, Códice SI-842, p. 116).

17Devant les menaces constantes de suppression de chaires d’instruction primaire avec faible fréquentation, Maria Estephania de Macedo semble avoir pris l’engagement de maintenir son école en bon état physique, même à domicile, comme l’a révélé l’inspecteur technique Arthur Queiroga : « […] la maison de l’institutrice offre la salle de classe de l’école. Elle sera améliorée selon les exigences de l’inspection » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1907, códice SI-3256). Bien que nous ayons vu que Vera Cruz/Pindahybas était dans une région où le commerce était une grande source de revenus, avec le secteur agricole, l’école primaire assurée par l’État était cependant dans la maison de l’institutrice. Selon Musial (2011) il était très courant de trouver de petits hameaux dans la région centrale de l’État du Minas Gerais, à la fin du xixe siècle et au début du xxe organisant leur espace public avec une chapelle, des commerces et la maison école elle-même.

18En ce qui concerne l’espace physique de l’école, tout indique que Maria Estephania de Macedo était très attentive aux normes d’hygiène ; celles-là, selon Nascimento (2009), correspondaient « […] à l’hygiène du corps lui-même et des espaces plus appropriés pour l’éducation scolaire des enfants, où la ventilation et la lumière étaient suffisantes, en plus des exercices physiques […] » (p. 83). Outre l’attention portée à l’hygiène de l’école et de ses élèves, l’institutrice semblait s’occuper de l’organisation de l’espace scolaire, l’inspecteur technique Brant Junior, n’ayant pas manqué d’approuver la salle de classe, en insistant sur le fait qu’il s’agissait d’un espace compatible pour une école.

19Selon le rapport d’inspection technique de Brant Junior, la salle de classe était bien organisée, car « avec la réduction du nombre d’élèves, après l’installation de l’école masculine, l’institutrice a pu beaucoup améliorer la salle de travail, aujourd’hui en forme rectangulaire, ce qui facilite énormément la surveillance » (ibid., 1909, Códice SI-3294, p. 13 et 14). En plus de cette nouvelle organisation de l’espace scolaire, la salle de classe avait quatre fenêtres, selon les enregistrements, était assez grande et avait la dimension nécessaire pour être un espace de salle de classe. L’espace physique de la classe était suffisant pour dispenser une instruction primaire aux enfants de la localité.

20À l’intérieur de la salle de classe, il y avait une table pour que les élèves écrivent, ainsi que quatre bancs pour les filles et huit bancs pour les garçons – avant la conversion de l’école uniquement pour les filles. En outre, l’inspecteur scolaire de district José Pedro Advincula et Costa, lors de sa visite à l’école le 13 février 1909, a décrit que la salle de classe était assez grande. « La salle de classe vaste et aérée » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1909, Códice SI-3307). Cela nous a amené à déduire que Maria Estephania de Macedo avait appliqué rigoureusement les normes préétablies par la législation de l’État et montrait qu’elle cherchait à appliquer, dans son école, les exigences établies par l’État.

  • 4 Selon Valente, « Les Cartes de Parker étaient un ensemble de gravures destinées à aider l’institute (...)

21Dans le domaine des matériels scolaires, l’inspecteur technique Arthur Napoleão, a fait remarquer qu’il y avait une petite quantité de cartes géographiques, cartes de Parker4, et que l’institutrice utilisait constamment le tableau noir. « Possède quelque matériel scolaire tels que des cartes géographiques, cartes de Parker et un tableau noir MS. 4 × 0,90 » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1908, Códice SI-3256). En ce qui concerne le mobilier, l’inspecteur technique Arthur Queiroga a signalé qu’il manquait encore quelques objets : tableau noir et cartes (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1907, Códice SI-2810).

  • 5 Le Conseil supérieur d’instruction publique a été un conseil créé par la loi no 41 qui était divisé (...)

22Par rapport à l’utilisation du matériel didactique, Arthur Queiroga a souligné que Maria Estephania de Macedo « m’a présenté les livres didactiques recommandés par le Conseil supérieur5 » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1907, Códice SI-3256). Parmi les matériels didactiques il y avait : des cartes descriptives du Brésil, des cartes pour l’enseignement d’arithmétique et des modèles de calligraphie verticale. Cela nous a amené à nous rendre compte que, même dans des conditions précaires, l’institutrice, grâce au matériel didactique présent à l’école, était en mesure d’instruire ses élèves et de respecter les exigences de la législation scolaire. Selon Barros, « dans de nombreux moments les instituteurs utilisaient des tactiques pour poursuivre leur rôle d’éduquer même face à une telle précarité » (Barros, 2013, p. 108 et 109).

23Quant à l’organisation du quotidien scolaire, Maria Estephania de Macedo semblait être attentive aux registres scolaires. Selon l’inspecteur technique Arthur Queiroga, l’organisation scolaire était très évidente dans les cahiers des élèves qui démontraient un processus continu d’apprentissage. Le référé inspecteur affirme :

[…] il y a de l’ordre dans les cahiers d’exercices des élèves, dans les papiers et les livres concernant les cours. La fréquentation a dépassé l’exigence légale pendant tous les mois écoulés au cours de l’année scolaire, sauf pendant une petite période où s’est propagé dans la localité, provocant l’alarme, l’épidémie de variole (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1907, Códice SI-3256).

24En ce qui concerne l’organisation pédagogique, l’inspecteur scolaire de district Pedro Advincula e Costa, lors de sa visite à l’école de Maria Estephania de Macedo le 28 mars, a constaté que 72 élèves étaient présents et que leur processus d’apprentissage était avancé. Outre l’avancée des élèves qui dénotait une bonne organisation pédagogique, l’institutrice tenait correctement la comptabilité de l’école. Selon l’inspecteur, « la comptabilité de l’institutrice est faite avec soin et en parfaite conformité avec les exigences du règlement en vigueur » (ibid., 1908, Códice SI-3264). Deux mois plus tard, le 25 mai, José Pedro Advincula e Costa retourne à la chaire de Maria Maria Estephania de Macedo et signale que tout était en ordre.

Le 25 mai 1908, j’ai visité l’école mixte du district de Vera Cruz, municipalité de Sabará, dirigée par l’institutrice Mme Maria Estephania de Macedo. Soixante-dix-huit élèves étaient présents, j’ai constaté qu’ils étaient avancés et avaient un bon comportement. L’institutrice fait la comptabilité de son école conformément au règlement en vigueur. L’Inspecteur Scolaire, José Pedro Advincula e Costa. C’est ce que contenait l’acte en question dont l’original est archivé. Vera Cruz, le 26 mai 1908. L’institutrice, Maria Estephania de Macedo (ibid., Códice SI-3282).

25Le 9 février 1909, l’inspecteur technique José Ferreira de Andrade Brant Junior a visité l’école mixte de Vera Cruz /Pindahybas où il a analysé l’école dirigée par Maria Estephania de Macedo, « [...] trouvant 91 élèves de 110 inscrits » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1909, Códice SI-3302). Lors de cette visite, l’inspecteur a loué la compétence de l’institutrice : « Je confirme tout ce que mes prédécesseurs ont noté en ce qui concerne la capacité professionnelle de l’institutrice, qui enseigne bien et exécute le nouveau programme d’enseignement, en remplissant de manière satisfaisante ses devoirs d’instruction » (ibid.). Outre les paroles de José Ferreira de Andrade Brant Junior, dans le rapport de visite de l’inspecteur Antonio Ferreira Paulino, il n’a pas manqué de faire un éloge à la compétence pédagogique de l’institutrice pour satisfaire le programme d’instruction de l’État. Le référé inspecteur affirme qu’« aucune modification doit être faite dans la méthode d’enseignement suivie par l’institutrice, car elle est bien centrée sur ses devoirs et exerce ses fonctions avec conscience, sollicitude et savoir » (ibid.).

26Sur le plan de la fréquentation, l’inspecteur technique Arthur Queiroga a rapporté que « la fréquentation dépasse et dépassera toujours celle réglementée, car les enfants du lieu ne s’absentent pas » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1907, Códice SI-2810). Cela est important puisque, devant la réalité locale, avec des travaux dans les champs, plusieurs élèves auraient pu manquer les cours pour aider leurs parents et leurs familiers dans les travaux de labourage, ce qui se passait dans plusieurs autres localités de l’État. Le rapport de l’inspecteur, pourtant, montre que les élèves de Vera Cruz/Pindahybas étaient nombreux en classe.

27Le programme d’instruction suivi par Maria Estephania de Macedo s’inspirait du programme d’instruction primaire organisé pour l’ensemble de l’État du Minas Gerais, par la loi no 281 du 16 septembre 1899. Selon la loi, le programme scolaire serait le même pour les écoles urbaines et les écoles de district, et les matières seraient : calligraphie et lecture ; arithmétique, comprenant les quatre opérations sur les nombres entiers ; intérêts simples, fractions ordinaires et décimales ; dénombrement, système métrique, proportions et règle de trois ; règle de compagnie, enseignement de la langue portugaise, leçons de choses ; notions de géographie et d’histoire du Brésil, en particulier de l’État du Minas Gerais ; éducation morale et civique et lecture des constitutions fédérale et de l’État du Minas Gerais.

28Selon Frade, à la fin du xixe siècle, « un autre aspect à prendre en compte est celui de la force pédagogique des méthodes d’enseignement pour l’organisation de la classe qui pouvaient avoir plus de centralité que les contenus enseignés » (Frade, 2006, p. 3). C’est pourquoi nous trouvons, dans les termes d’inspections, la fréquente observation des inspecteurs concernant la méthode d’enseignement utilisée par l’institutrice. Selon un rapport de l’inspecteur technique Brant Junior, pour l’enseignement de la lecture, Maria Estephania de Macedo utilise « la méthode des mots entiers » (palavração en portugais) et pour l’écriture de débutants elle adopte « la lettre verticale » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1909, Códice SI-3294). Selon Mortatti (2006) :

« la [...] méthode João de Deus » ou « méthode des mots entiers » était basée sur les principes de la linguistique moderne de l’époque et consistait à commencer l’enseignement de la lecture par le mot, pour après l’analyser à partir des valeurs phonétiques des lettres (p. 6).

29C’est-à-dire, probablement, Maria Estephania de Macedo utilisait l’abécédaire João de Deus pour enseigner la lecture aux enfants selon la « méthode des mots entiers » (ibid.).

  • 6 Selon Fetter et al. (2010, p. 7), « En plus d’orienter une réorganisation spatiale de l’école, le d (...)

30En ce qui concerne l’écriture verticale, Fetter et al. (2010) considèrent qu’« il est intéressant de noter que le modèle d’écriture verticale ou ronde est étroitement lié au modèle de lettre française, ou ronde, qui est, dans son origine historique, formellement une lettre verticale (ou droite) et ronde » (p. 8). C’est cette forme d’écriture qui a été largement adoptée à la fin du xixe et au début du xxe siècle, pour des questions de normes d’hygiène6, qui, à l’époque, qualifiait l’écriture verticale d’« [...] une espèce de remède contre les maux », car on pensait que des problèmes oculaires et posturaux tels que la myopie et la scoliose seraient causés par l’utilisation de la lettre inclinée dérivée des modèles calligraphiques anglo-américains (Fetter et al., 2010, p. 8). Et, au moment des cours de gymnastique, Maria Estephania de Macedo permettait, comme exercice physique « que les élèves jouent en toute liberté » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1907, Códice SI-3256). En plus de cet enseignement, la législation proposait le chant choral avec l’enseignement des hymnes patriotiques ; dans les écoles des garçons, des travaux manuels, gymnastique et évolutions militaires ; dans celles des filles, la couture.

31Nous avons observé ci-dessus que Maria Estephania de Macedo disposait de peu de ressources en matériel scolaire pour appliquer les méthodes d’enseignement, ce qui nous a amené à en déduire que le gouvernement de l’État du Minas Gerais accordait la priorité aux écoles urbaines en ce qui concerne les matériels didactiques. Comme Musial (2011) le souligne, en analysant la fin du xixe siècle, « […] à ce moment-là le gouvernement de l’État du Minas Gerais adopte clairement une politique différenciée de distribution de matériel didactique, en faveur des écoles urbaines » (Musial et Galvão, 2012, p. 90). Malgré tout, Maria Estephania de Macedo n’a cessé d’utiliser des méthodes d’enseignement différentes pour que ses élèves puissent apprendre à lire et à écrire.

32Quant à l’apprentissage des élèves, l’inspecteur technique Arthur Queiroga a souligné qu’« après l’appel, j’ai commencé et j’ai complété la vérification du degré de performance des trois classes dans lesquelles l’école est divisée, notant le rendement relatif » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1907, Códice SI-2810). Concernant l’enseignement dispensé par l’institutrice :

En examinant les différents cahiers d’exercices, concernant le 1er et 2e semestre, j’ai observé de l’ordre, de la méthode, du soin extrême avec la répétition de la matière, et en plus, des séries des mêmes cahiers faisant référence à plusieurs années.

33L’inspecteur technique a observé qu’il existait une réciprocité entre les élèves et l’institutrice : « Le comportement des élèves en classe est irréprochable, notant entre eux et l’institutrice de l’estime réciproque » (ibid.). Antonio Ferreira Paulino a également souligné que les filles se distinguaient dans les études. « Les filles sont bien avancées, se comportent très bien et se présentent avec toute la propreté à l’école » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1909, Códice SI-3302).

Mme Maria Estephania de Macedo revendique ses droits

34Les tactiques employées par Maria Estephania de Macedo ont eu un effet positif puisque l’instruction n’a pas cessé d’être offerte dans la localité, sauf à deux moments, qui sont liés à l’absence de l’institutrice au cours des onze années analysées. La première absence a eu lieu en 1907 en avril, mai et juin. Cette absence, constatée par le secrétariat de l’Intérieur, a entraîné une communication à l’inspecteur technique de la première circonscription en lui demandant la raison de l’absence fréquente pendant ces mois. « Je vous sollicite d’informer la raison de l’absence de fréquentation, à la fin du sixième mois dans l’école mixte de Vera Cruz, municipalité de Sabará, dirigée par l’institutrice Mme Maria Estephania de Macedo » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1907, Códice SI-2812).

35Ainsi, l’inspecteur technique Arthur Queiroga a visité la chaire mixte dirigée par Maria Estephania de Macedo. « Respectant les ordres de V. Ex., dans la lettre officielle du mois précédent, je suis allé au district de Vera Cruz Pindahybas et j’ai inspecté l’école mixte [...] » (Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1907, Códice SI-2810). Lors de sa visite à la chaire primaire de Maria Estephania de Macedo en septembre de cette année-là, l’inspecteur a expliqué la raison de la faible fréquentation observée en mai et juin : « La faible fréquentation a été due à l’apparition de la peste variole dans le district » (ibid.).

36Comme le rapporte Maria Estephania de Macedo dans une demande de salaire au secrétariat de l’Intérieur, la variole avait déjà touché la région depuis la seconde quinzaine du mois d’avril.

La soussignée, institutrice effective de la chaire mixte du district de Pindahybas, municipalité de Sabará, ayant quitté l’exercice de sa chaire entre le vingt-trois et trente avril à cause de plusieurs cas d’épidémie de variole qui se sont produits dans la localité et que presque toute la population s’est retirée, vient respectueusement demander à Votre Excellence de payer la totalité du salaire, auquel elle a droit, pour la période allant du vingt-trois au trente avril (ibid., Códice SI-2809).

37Comme l’épidémie de variole n’a pas rapidement cessé dans la région et même à Vera Cruz/Pindahybas, Maria Estephania de Macedo, le premier juin, a adressé une demande au secrétariat de l’Intérieur demandant, de nouveau, le paiement des quinze premiers jours du mois de mai quand elle s’est retirée à la ferme Bananal où elle a ouvert son école.

La soussignée, institutrice effective de la chaire mixte du district de Pindahybas, municipalité de Sabará, ayant quitté l’exercice de sa chaire pendant la période du premier au seize mai, après que plusieurs cas d’épidémie de variole se soient produits dans la région et que presque la totalité de la population se soit retirée, vient respectueusement demander à Votre Excellence le paiement de la totalité du salaire, auquel elle a droit, pour la période allant du 1er au 16 mai (ibid.).

38Selon les données de l’inspecteur José Pedro Advincula e Costa, la ferme Bananal se trouvait à environ deux kilomètres de Vera Cruz/Pindahybas. « À cette date, l’institutrice a ouvert son école dans la susmentionnée ferme appelée Bananal et enseigne à ses élèves qui habitent temporairement dans la même ferme car leurs familles s’y sont réfugiées pour la même raison » (ibid.). Comme l’épidémie ne cessait pas, l’inspecteur scolaire José Pedro Advincula e Costa a rapporté que le peuple de Vera Cruz/Pindahybas, terrifié, avait commencé à émigrer vers les fermes plus éloignées de la localité. C’était le cas de plus de vingt familles, sans compter les commerçants. Selon les données de l’inspecteur, il y a eu quatre cas dans les alentours et un seul cas de Vera Cruz/Pindahybas.

39En raison du problème de l’épidémie de variole, l’inspecteur technique Arthur Queiroga a rapporté que les arriérés de salaires de l’institutrice devraient être payés par l’État, malgré son absence, puisque l’interruption de l’enseignement ne se devait pas à la volonté de l’institutrice mais plutôt à l’obligation devant l’épidémie. « En alléguant les raisons ci-dessus, l’institutrice a demandé le paiement en totalité de son salaire, et a été pleinement et totalement satisfaite » (ibid., Códice SI-2810). L’instruction ne s’est pas arrêtée car, Maria Estephania de Macedo, lors de son transfert à la ferme Bananal, y a enseigné à certains de ses élèves. À ce moment-là on remarque que Maria Estephania de Macedo utilise comme tactique, pour ne pas interrompre les cours, le transfert vers l’endroit où se trouvent ses élèves et leurs familles. Après l’épidémie de variole elle est retournée à Vera Cruz/Pindahybas et a rouvert l’école le 10 juin. « L’institutrice a démontré et démontre de la sollicitude dans l’exercice de ses fonctions » (ibid.).

40En 1908, de nouveau, Maria Estephania a été absente du travail scolaire en raison de la maladie de son époux, Antonio Francisco Moreira Rocha. Comme elle était restée, pratiquement le mois d’août et septembre, en dehors de la salle de classe, Maria Estephania de Macedo a dû envoyer la justification au secrétariat de l’Intérieur, en leur expliquant la raison de son absence et en demandant, en même temps, le salaire qu’elle n’avait pas reçu.

Maria Estephania de Macedo institutrice effective de la chaire mixte du district de Vera Cruz, municipalité de Sabará, ayant demandé que soient justifiées les absences du 12 août au 27 septembre dernier à cause de la très grave maladie de son mari, comme en témoignent les certificats médicaux joints à la demande, vient maintenant, conformément à la dépêche de Votre Excellence, demander un congé pour justifier les absences afin de pouvoir recevoir les salaires correspondants à cette période et pour cela je joins l’attestation du respectif inspecteur scolaire (ibid., 1908, Códice SI-2963).

41L’inspecteur José Advincula e Costa lui-même a déclaré au secrétariat de l’Intérieur que, Maria Estephania de Macedo avait, effectivement, dû s’éloigner de l’enseignement primaire pour s’occuper de son mari :

J’atteste, sous ma foi, que, l’Excellentissime Mme Maria Estephania de Macedo institutrice effective de la chaire mixte du district de Vera Cruz, municipalité de Sabará, a été contrainte de cesser d’enseigner du 12 août au 27 septembre dernier, en raison d’une grave maladie de son époux. Étant vrai, j’atteste (ibid.).

42Le 2 décembre, le secrétaire d’État de l’Intérieur Estevão Leite de Magalhães Pinto a adressé une requête à l’inspecteur scolaire du district de Vera Cruz/Pindahybas accordant à Maria Estephania de Macedo le paiement des salaires pendant la période d’inactivité.

Ayant demandé au Secrétariat de cette localité la justification des absences de l’institutrice Mme Maria Estephania de Macedo du 12 août au 27 septembre de l’année en cours, je vous informe que, à la date d’hier, 30 de ces absences ont été justifiées, d’après l’article 230, paragraphe unique du règlement. Vous devez lui fournir des certificats pour qu’elle puisse percevoir les salaires simples correspondants à la période de 12 août au 12 septembre (ibid., Códice SI-2837).

Considérations finales

43Comme nous l’avons vu, la localité semblait présenter un certain développement économique, politique et social perçu à la fois par la municipalité et par l’État. Il faut donc préciser, que la chaire d’instruction primaire à Vera Cruz/Pindahybas a continué à fonctionner grâce, dans un premier temps, aux autorités du district et de la municipalité et dans un second temps, au travail hautement loué de Maria Estephania de Macedo. Nous avons surtout pu observer l’attention de Maria Estephania de Macedo aux règles établies par la législation de l’État du Minas Gerais pour l’éducation. Mais il convient de noter que l’astuce de Maria Estephania de Macedo ne se limitait pas à être une bonne institutrice aux yeux de différents Inspecteurs qui ont visité son école ; malgré les difficultés, elle était en mesure de garantir une fréquentation bien supérieure à celle requise par le règlement et aussi une bonne performance de ses élèves.

44Pour conclure, nous pouvons dire qu’à aucun moment, depuis la sanction de la loi no 281 jusqu’au décret no 3.191, n’a eu lieu la suppression de la chaire d’instruction primaire dirigée par Maria Estephania de Macedo. Même si elle a dû s’absenter de l’école deux fois, cela ne semble pas avoir posé des problèmes sérieux à l’État pour qu’il intervienne et supprime la chaire primaire dirigée par elle.

45Maria Estephania de Macedo qui a commencé son activité d’institutrice en milieu rural, vit la condition de femme, institutrice et épouse à la fin du xixe et au début du xxe siècle et rompt avec les innombrables représentations produites à son époque sur ces différents rôles. Elle ne se soumet pas aux décisions de l’État à différents moments de suppression de salaire, fait preuve de compétence pour l’accomplissement de son travail et non seulement maintient son école organisée du point de vue des conditions matérielles mais réussit à obtenir que ses élèves présentent un bon développement dans l’apprentissage. En 1911, elle fera face à un grand défi, la maladie de son mari, mais dès lors nous n’aurons plus d’informations sur cette institutrice qui a transgressé certains des stéréotypes de son époque.

Haut de page

Bibliographie

Barros J. A., 2013, « Instrução Pública Primária Rural em Minas Gerais : a missão do professor em fins do xixe início do xx », VII Congresso de pesquisa e ensino em história da educação. Mariana (Brésil).

Barros J. A., 2013, « Práticas educativas e organização do ensino rural em Minas Gerais (1899-1911) », VII Congresso brasileiro de história da educação. Cuiabá.

Bastos M. H. C., 2009, « La formation des maîtres au Brésil. Histoire et recherches en cours », Histoire de l’éducation, 123, p. 107-124. Disponible sur : https://doi.org/10.4000/histoire-education.2034.

Certeau M. de, 2014, A invenção do cotidiano, 22. Petrópolis : Editoras Vozes.

Fetter S., Lima E. L. C. et Lima G. C., 2010, O Ensino da escrita manual no Brasil : dos modelos caligráficos a escrita pessoal no século xxi, Escola Superior de Desenho Industrial.

Fonseca T. N. L., 2003, « História da Educação e História Cultural », dans Fonseca, T. N. L. et Veiga, C. G. (dir.), História e Historiografia da Educação no Brasil. Autêntica, p. 49-75.

Frade I. C. A. S. et Maciel F. I. P., 2006, A história da alfabetização : contribuições para o estudo das fontes. Caxambu : Reunião da associação nacional de Pós-graduação e Pesquisa em Educação (ANPED).

Janotti M. L. M., 2000, « O diálogo convergente : políticos e historiadores no início da República », dans Freitas, M. C. (dir.), Historiografia brasileira em perspectiva, 3. São Paulo : Contexto, p. 119-143.

Levi G., 1992, « Sobre a Micro-história », dans P. Burke, A escrita da História : novas perspectivas. São Paulo : Universidade Estadual Paulista, p. 133-161.

Lopes E. M. T. et Galvão A. M. O., 2001, História da Educação. Rio de Janeiro : DP&A, Coll. » O que você precisa saber sobre... ».

Minas Gerais, 1873, Loi no 2041 du 1er décembre, Tome XXXX, partie 1. Arquivo Público Mineiro.

Minas Gerais, 1899, Coleção das Leis e Decretos do Estado de Minas Gerais. Arquivo Público Mineiro.

Minas Gerais, 1911, Coleção de Leis e Decretos do Estado de Minas Gerais. Arquivo Público Mineiro.

Mortatti M. R. L., 2006, « História dos métodos de alfabetização no Brasil », Seminário Alfabetização e letramento em debate. Brasília.

Musial G. B. S., 2011, A emergência da escola rural em Minas Gerais (1892-1899), Thèse de doctorat, Universidade Federal de Minas Gerais.

Musial G. B. S. et Galvão A. M. O., 2012, « “Oh ! Escarneo ! Tendes visto o que é a escola rural ; ver uma é ver todas material e moralmente” : um estudo sobre os materiais, os métodos e os conteúdos da escola rural em Minas Gerais (1892-1899) », Revista Brasileira de História da Educação, 2, p. 77-106.

Nascimento C. S. X., 2009, Formas de ver e viver a infância nas escolas públicas mineiras (fins do século xix – início do século xx) : práticas, espaços e tempos, mémoire de maîtrise, Universidade Federal de Minas Gerais.

Pereira A. J. S. E., 2017, As táticas produzidas pelas localidades para a continuidade/permanência da oferta de instrução primária após a supressão das escolas rurais : O caso de Vera Cruz – Pindahybas, Minas Gerais (1899-1911), mémoire de maîtrise, Universidade do Estado de Minas Gerais.

Revel J., 1996, « Micro-analyse et construction du social », dans Revel, J. (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience. Paris : Hautes Études, Gallimard, Le Seuil, p. 15-28.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 30 août 1907, Termo de visita. Inspetor técnico Arthur Queiroga, Códice SI-3256. Sabará.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 14 septembre 1907, Termo de visita. Inspetor técnico Arthur Queiroga, Códice SI-2810. Sabará.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 28 mars 1908, Termo de visita. Inspetor escolar José Pedro Advincula e Costa, Códice SI-3264. Sabará.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 10 juillet 1908, Termo de visita. Inspetor escolar José Pedro Advincula e Costa, Códice SI-3282. Sabará.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 9 février 1909, Termo de visita. Inspetor técnico José Ferreira de Andrade Brant, Códice SI-3302. Sabará.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 13 février 1909, Termo de visita. Inspetor técnico José Pedro Advincula e Costa. Códice SI-3307. Sabará.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 7 mai 1909, Termo de visita. Inspetor técnico José Ferreira de Andrade Brant. Códice SI-3294. Sabará.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1900, Correspondências, Códice SI-2748.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1901, Correspondências, Códice SI-2750.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1901, Correspondências, Códice SI-842.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1907, Correspondências, Códice SI-2812.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 1er juin1907, Correspondências, Códice SI-2809.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 18 novembre 1908, Correspondências, Códice SI-2963.

Secretaria do Interior de Minas Gerais, 2 décembre 1908, Correspondências, Códice SI-2837.

Valente W. R., 2008, « O ensino intuitivo de aritmética e as Cartas de Parker », V Congresso brasileiro de história da educação. Aracaju.

Haut de page

Notes

1 Le mot « district », en portugais distrito, est employé dans ce texte dans le sens de subdivision d’une commune, une agglomération rurale, entre le hameau et le village, ayant autour de 1 000 habitants (NDT).

2 Chaire - en portugais « cadeira » est utilisé dans le texte dans le sens de poste d’instituteur (NDT).

3 La loi nº 2.041 prévoyait : « Art. 6 : Un district de paix est créé siégé dans le hameau de Pindahybas qui aura cette dénomination. Les limites de ce district seront fixées par le gouvernement, après avoir entendu les autorités de la paroisse du Curral d’El-Rei à laquelle appartient le dit village ; [...] » (Minas Gerais, 1873, p. 169).

4 Selon Valente, « Les Cartes de Parker étaient un ensemble de gravures destinées à aider l’instituteur à diriger méthodiquement l’enseignement, en particulier les quatre opérations fondamentales. Chaque gravure est accompagnée d’une orientation à l’enseignant sur la manière d’aborder la classe afin de tirer parti de chacune d’elles et progresser dans l’enseignement de l’arithmétique » (Valente, p. 4).

5 Le Conseil supérieur d’instruction publique a été un conseil créé par la loi no 41 qui était divisé en cinq sessions : instruction primaire, disciplinaire, langues, sciences, littérature et art. Ses fonctions étaient les suivantes : donner un avis sur la méthode d’enseignement ; adoption et révision des manuels scolaires ; élaboration des régiments internes des écoles primaires, entre autres.

6 Selon Fetter et al. (2010, p. 7), « En plus d’orienter une réorganisation spatiale de l’école, le discours hygiéniste présumait un remaniement des pratiques pédagogiques. Parmi les nouvelles directives, l’accent a été mis sur la préoccupation de l’enseignement de l’écriture ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alisson José da Silva Esteves Pereira et Gilvanice Barbosa da Silva Musial, « La voie de l’institutrice brésilienne Maria Estephania de Macedo dans le milieu rural »Penser l’éducation, 53 | 2023, 85-99.

Référence électronique

Alisson José da Silva Esteves Pereira et Gilvanice Barbosa da Silva Musial, « La voie de l’institutrice brésilienne Maria Estephania de Macedo dans le milieu rural »Penser l’éducation [En ligne], 53 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/pensereduc/1967 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pensereduc.1967

Haut de page

Auteurs

Alisson José da Silva Esteves Pereira

Doctorante en éducation à l’Université fédérale de Minas Gerais (UFMG) et membre du Groupe d’étude et de recherche en histoire de l’éducation.

Gilvanice Barbosa da Silva Musial

Docteure en éducation à l’université fédérale de Minas Gerais (UFMG), professeure à l’université fédérale de Bahia (UFBA) et responsable du groupe d’Éducation pour les jeunes, les adultes et les personnes âgées, l’éducation populaire et la diversité (EJAPOD).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search