Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48RecensionsArnaud Dubois, Histoires de la pé...

Recensions

Arnaud Dubois, Histoires de la pédagogie institutionnelle : les monographies

Nîmes, Champ social, 2019
Marc Guignard
p. 117-119
Référence(s) :

Arnaud Dubois, Histoires de la pédagogie institutionnelle : les monographies, Nîmes : Champ social, 2019, 224 p.

Texte intégral

1Quiconque s’est intéressé d’un peu près à la pédagogie institutionnelle a rencontré et sans doute lu, une ou des monographies. Ces textes plus ou moins longs, écrits par des praticiens, racontent le plus souvent des histoires d’élèves, de classes, de groupes. L’originalité de l’ouvrage d’Arnaud Dubois est précisément de faire « l’histoire de ces histoires » et en particulier celle des six monographies publiées en 1967 dans Vers une pédagogie institutionnelle. Comme l’indique Jeanne Moll dans sa préface, Arnaud Dubois « propose d’étudier comment, de 1949 à 1967, dans une séquence historique précise, la pédagogie institutionnelle, essentiellement dans son courant psychanalytique, s’est emparée d’histoires, au pluriel […] pour les élaborer et en faire une de ses spécificités » (p. 7). Dès l’introduction, l’auteur partage avec le lecteur les questions qui viennent nourrir sa recherche et qui seront examinées dans ce livre : « Quand ces monographies ont-elles été écrites ? Comment ? Par qui ? Comment ont-elles été diffusées ? Quelles en sont les origines ? » (p. 13). Ces questions, fil rouge de l’ouvrage, entraînent le lecteur à suivre, à travers cinq chapitres, le déroulement d’une enquête historique minutieuse.

2Le premier chapitre fait un état précis et original des travaux portant sur l’histoire de la pédagogie institutionnelle et la part que ceux-ci ont consacrée à la question des monographies. L’auteur, par cette revue « patiente et précise » (p. 54), présente un corpus riche et varié qui va lui permettre de synthétiser les apports des différents textes étudiés à l’une de ses questions de départ : « D’où viennent les monographies de la pédagogie institutionnelle ? » Ces différents apports lui permettent de réinscrire la genèse des premières monographies du courant psychanalytique de la pédagogie institutionnelle dans le mouvement Freinet dès la fin des années 50.

3Dans le chapitre deux consacré à la période 1949-1961, Arnaud Dubois montre comment l’écriture monographique est une pratique courante dans le mouvement Freinet à cette époque. Ce chapitre est aussi l’occasion d’apporter un nouvel éclairage sur le conflit entre Célestin Freinet et une partie des instituteurs franciliens du mouvement de l’école moderne. L’auteur avance en effet l’hypothèse que « les divergences qui apparaissent en 1960 à propos des objectifs de l’écriture des monographies dans le mouvement Freinet » (p. 96) pourraient recouvrir celles qui se font jour dans le mouvement Freinet. Ce chapitre est aussi l’occasion d’une quête historique des premières monographies écrites par Fernand Oury alors que celui-ci est membre du Groupe parisien de l’école moderne.

4Le troisième chapitre couvre la période 1961-1967, c’est-à-dire celle qui voit une évolution de la pratique de l’écriture monographique dans les groupes issus de la rupture de 1961 dans le mouvement Freinet. En effet, c’est dans le Groupe techniques éducatives (1961-1965) que la pratique de l’écriture de monographies « devient systématique et répond progressivement à une méthode de travail déterminée » (p. 96). L’auteur suit alors pas à pas l’histoire des six monographies publiées en 1967 dans Vers une pédagogie institutionnelle. S’appuyant sur un riche corpus de sources imprimées, mais aussi sur les entretiens qu’il a réalisés avec différents auteurs de ces monographies, Arnaud Dubois montre comment à partir de 1963 l’écriture monographique, qui avait jusqu’alors une visée plutôt militante, cherche à atteindre des objectifs nouveaux et notamment celui de former les instituteurs à la fois à la pédagogie institutionnelle et à la psychologie. On saluera ici le travail original entrepris par l’auteur autour de la thèse d’Aïda Vasquez. Celle-ci, soutenue en 1966, contient onze monographies et « propose une méthode d’écriture des monographies […] dans une perspective de formation » (p. 127). En mettant en perspective la thèse d’Aïda Vasquez et l’ouvrage Vers une pédagogie institutionnelle, écrit avec Fernand Oury, Arnaud Dubois contribue à replacer cette dernière au cœur de l’histoire de la pédagogie institutionnelle de laquelle elle a souvent tendance à être omise.

5Le quatrième chapitre, assez court, est consacré à l’examen de la diffusion et de la réception des monographies de Vers une pédagogie institutionnelle. L’auteur revient dans ce chapitre sur le peu d’attention suscité par ces monographies lors de la parution de l’ouvrage. Il avance alors l’hypothèse bien étayée que « la pratique des monographies serait suffisamment connue des lecteurs de Vers une pédagogie institutionnelle en 1967 pour que la lecture de monographies d’élèves n’attire pas particulièrement leur attention » (p. 158).

6Enfin, le cinquième chapitre de l’ouvrage se propose d’examiner comment la pratique de l’écriture de monographies peut trouver ses origines dans un temps plus long et antérieur à 1949. Arnaud Dubois montre que le recours à l’écriture de monographies peut s’ancrer, au xixe siècle, aussi bien du côté de la sociologie que de la psychologie de l’enfant. Toutefois, la méthode monographique du courant psychanalytique de la pédagogie institutionnelle renouvelle le genre, notamment en s’inspirant d’autres pratiques groupales qui se développaient alors. Sont également examinées les influences de Georges Mauco, directeur en 1959 du centre psychopédagogique Claude-Bernard de l’académie de Paris ainsi que celle du lien fraternel entre Fernand et Jean Oury.

7Finalement, l’ensemble de l’ouvrage permet d’avancer sur la compréhension de la genèse de la « méthode monographique » (p. 194) dans le champ éducatif. Comme le signale Jeanne Moll dans sa préface : « l’auteur montre que la monographie a été considérée comme une méthode, une technique de travail ; un outil au service de la pédagogie Freinet, puis au service de la pédagogie institutionnelle, et conjointement au service de la connaissance de l’enfant ; et aussi un outil de formation des enseignants » (p. 11). Ainsi, si l’écriture monographique s’inscrit dans une certaine continuité avec le mouvement Freinet et trouve ses origines dans les sciences sociales du xixe siècle, le courant psychanalytique de la pédagogie institutionnelle a contribué à renouveler cette écriture monographique, la monographie apparaissant alors comme « un objet médiateur rendant un travail possible entre psychologues, psychiatres, psychanalystes et instituteurs » (p. 194).

8Mais, à la lecture de l’ouvrage, c’est bien un projet plus vaste qui se fait jour, celui de revisiter l’histoire du courant psychanalytique de la pédagogie institutionnelle en reconstituant l’histoire des premières monographies. Qu’il s’agisse par exemple de la place d’Aïda Vasquez au sein de ce courant ou de la rupture avec le mouvement Freinet, ce que montre Arnaud Dubois, c’est que les premières monographies, leur origine, leur diffusion, sont un analyseur fécond de l’histoire de ce courant pédagogique.

  • 1 Écrire-lire des monographies, 2008, http://probo.free.fr/textes_amis/ecrire_lire_monographies_f_imb (...)

9Signalons pour terminer la richesse du corpus convoqué et en particulier la force des entretiens que le chercheur a menés avec les auteurs des monographies publiées dans Vers une pédagogie institutionnelle. Ceux-ci témoignent avec vigueur de l’exaltante aventure commune à laquelle ils ont participé dans les années 1960. Ils permettent également de rappeler que, comme le disait Francis Imbert : « Ce n’est jamais la monographie écrite ou publiée comme telle qui constitue l’essentiel du travail monographique mais bien les lectures à plusieurs dont elle aura été et sera l’occasion. La monographie ne relève pas de l’ordre d’une production, d’une fabrication aux contours définis mais bien d’un acte de lecture à chaque fois nouveau qui appelle un autre acte à venir1. » On ne s’étonnera pas alors qu’Arnaud Dubois conclut son livre en formulant une série de nouvelles questions concernant cette fois le risque de modélisation induit par les premières monographies ou le parcours biographique des acteurs du courant psychanalytique de la pédagogie institutionnelle. Autant d’interrogations qui permettraient de mieux saisir l’importance et le développement de ce courant pédagogique.

Haut de page

Bibliographie

Oury F. et Vasquez A., 1967, Vers une pédagogie institutionnelle. Paris : Maspero.

Haut de page

Notes

1 Écrire-lire des monographies, 2008, http://probo.free.fr/textes_amis/ecrire_lire_monographies_f_imbert.pdf (consulté le 31 mai 2021).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Guignard, « Arnaud Dubois, Histoires de la pédagogie institutionnelle : les monographies »Penser l’éducation, 48 | 2021, 117-119.

Référence électronique

Marc Guignard, « Arnaud Dubois, Histoires de la pédagogie institutionnelle : les monographies »Penser l’éducation [En ligne], 48 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2022, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pensereduc/399 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pensereduc.399

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search