Skip to navigation – Site map

HomeNuméros46RecensionMarc Derycke et Philippe Foray (d...

Recension

Marc Derycke et Philippe Foray (dir.), Care et éducation

Nancy, Presses universitaires de Nancy-Éditions universitaires de Lorraine, 2018
Judith Vari
p. 105-107
Bibliographical reference

Marc Derycke et Philippe Foray (dir.), Care et éducation, Nancy, Presses universitaires de Nancy-Éditions universitaires de Lorraine, 2018, 294 p.

Full text

1Cet ouvrage collectif fait suite à un colloque organisé en 2015 à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne, portant sur la thématique du care et de l’éducation. Il est divisé en trois grandes parties (la première conceptuelle, la seconde centrée sur la relation éducative et la troisième clinique) et comprend au total treize contributions écrites majoritairement par des chercheurs et chercheuses issus des sciences de l’éducation. Dans l’introduction, le point de départ de Philippe Foray est d’interroger les liens entre les théories du care et le champ l’éducation. En effet, comme il le souligne, le concept du care ne serait que rarement pensé directement avec le champ de l’éducation. S’il est vrai qu’en France de nombreuses recherches sur le care portent davantage sur le travail social ou le domaine du soin, la question éducative n’est pourtant pas, de fait, complètement évacuée (en particulier sur les travailleurs sociaux ou les infirmiers qui sont bien éduqués aux « bonnes » postures à intégrer). Ainsi, c’est concevoir ici l’éducation dans un sens restreint, qui est celui de l’institution scolaire. Parmi ces treize contributions, une seule porte explicitement sur le domaine du soin, celle de Ghislain Verstraete, mais la question éducative disparaît quelque peu pour n’être réinterrogée qu’en conclusion en termes assez généraux.

  • 1 Carol Gilligan, Une voix différente, Paris, Flammarion, 2008 ; Joan Tronto, Un monde vulnérable. Po (...)
  • 2 Philippe Chanial et Alain Caillé, « Care, compassion et humanitarisme », Revue du MAUSS, vol. 32, n(...)

2Comme souvent dans ce type d’ouvrage, les contributions sont assez inégales, mais ce qui – de notre point de vue – manque à une grande partie d’entre elles est d’une part une base plus solide sur les recherches récentes sur les théories du care. En effet, la majorité des contributions s’appuient sur des références désormais devenues assez classiques à savoir bien sûr Carol Gilligan, Joan Tronto, l’ouvrage introductif de Sandra Laugier, Patricia Paperman et Pascale Molinier, les travaux plus récents de Fabienne Brugère1. Si cette base commune permet de donner une certaine cohérence et de faire dialoguer entre elles les contributions, il manque néanmoins des références à certains travaux ayant mis à l’épreuve les théories du care sur des terrains plus spécifiques et avec une entrée davantage sociologique : on pense notamment au numéro de 2008 de la Revue du MAUSS coordonné par Philippe Chanial et Alain Caillé, aux travaux de Natalie Bennelli et Marianne Modak ou de Marie Garrau et Alice Le Goff2.

3D’autre part, certaines contributions semblent parfois un peu artificielles dans leur manière d’aborder le concept de care, celui-ci se manifestant davantage comme un prétexte pour dérouler des objets de recherche plus spécifiques : ainsi la contribution d’Éric Valière voyant chez Charles Fourier un précurseur du care apparaît quelque peu surfaite. On pourrait tout à fait avoir le même type de réflexion pour d’autres pédagogues de l’Éducation nouvelle, et, par ailleurs, l’auteur ne montre pas comment les écrits de Charles Fourrier ont pu être réceptionnés dans les pays anglo-saxons et les États-Unis en particulier.

4Toujours est-il que l’intention de l’ouvrage de davantage lier care et éducation et d’explorer en quoi les théories du care permettent un renouvellement des interrogations classiques dans le champ de l’éducation scolaire, notamment en se focalisant sur les pratiques éducatives, est à souligner. L’ensemble des contributions se focalisent sur les postures éducatives des adultes ou des institutions, et cette discussion se révèle parfois stimulante, certaines contributions relevant ce défi avec habileté. Nous ne présenterons pas ici l’ensemble des contributions, mais nous nous focaliserons plutôt sur certaines d’entre elles choisies pour les réflexions qu’elles proposent.

  • 3 Denis Meuret, Gouverner l’école, Paris, PUF, 2007.
  • 4 Roger Monjo, « Le care en éducation : aspects institutionnels et politiques », Éducation et sociali (...)

5Par exemple, la contribution qui ouvre l’ouvrage, celle de Roger Monjo, prend comme point de départ la distinction de Denis Meuret entre deux grands modèles politiques d’éducation3 : le modèle républicain durkheimien et le modèle américain deweyen, qui considèrent la place de l’enfant (ou de l’élève) de manière différente. Le second laisse bien plus de place à la possibilité pour l’empowerment ou le care de se développer. Monjo va ensuite distinguer cinq grandes raisons pour lesquelles le modèle républicain laisse peu de place au « prendre soin » : l’idéal d’une autonomie radicale, le processus d’intégration sociale vu comme une contractualisation, la distinction forte entre sphère privée et sphère publique, l’idéal de l’école comme résistance au monde, le principe méritocratique et de l’excellence. Il faudrait donc, conclut Monjo, introduire – en suivant cette fois-ci Ruwen Ogien – du care dans ce modèle comme « minimalisme moral » en axant davantage sur la bienveillance et la sollicitude. Si cette première contribution est intéressante, sans être complètement novatrice, elle ne fait étonnamment que peu directement référence aux théories du care qui ont déjà été travaillées dans un autre article4.

6La contribution de Laurence Cornu revient, quant à elle, sur la portée politique des théories du care et les possibilités qu’elles offrent de repenser une éthique de la vulnérabilité qui doit être pensée comme proposition politique et rendre véritablement effective une démocratie « sensible ». Il ne faut donc pas réduire l’éducation des sentiments à davantage d’attention vis-à-vis d’autrui, mais aussi penser comment celle-ci peut être émancipatrice, ce à quoi doit tendre une éducation libératrice et coopératrice.

7Dans la seconde partie, les contributions travaillent le concept de care à partir d’entrées pédagogiques ou littéraires ; celle de Marc Derycke montre comment les théories du care permettent de penser la notion de vulnérabilité comme étant au cœur de la relation éducative. Derycke propose donc d’interroger le paradoxe de l’asymétrie de la relation éducative et de poser comme principe l’égalité entre éduqué et éducateur, et de penser leur interdépendance : pour une relation égalitaire, il s’agit de reconnaître sa propre vulnérabilité. Si les pistes réflexives proposées peuvent être intéressantes, le déroulé de la pensée de l’auteur n’est pas toujours aisé pour celui qui ne maîtrise pas certaines références théoriques.

8Enfin, dans la dernière partie, les contributions interrogent le concept de care à partir d’une perspective plus contextualisée en les mettant à l’épreuve du terrain. Ainsi, Patrick Brasseur et Marc Derycke montrent comment les relations entre éducateur et éduqué se construisent et se reconstruisent, et combien elles peuvent être difficiles. À partir de situations concrètes, les auteurs montrent de quelle façon se pense l’accompagnement à différents moments de la relation et comment il peut changer, évoluer ou non, selon les postures des sujets. De même, la contribution de Henrique Vaz tente de montrer, à partir d’entretiens auprès de jeunes élèves sourds portugais, de quelle manière se construit la relation entre entendants et sourds à l’école, et comment ces derniers perçoivent leur vulnérabilité et en font une capacité d’agir.

9Pour conclure, si nous ne pouvons présenter ici l’ensemble des contributions et que nous avons bien évidemment choisi de nous concentrer sur certains aspects, cet ouvrage permet, pour celles et ceux qui n’ont pas ou peu de connaissances sur les théories du care, de se familiariser avec elles et de les interroger principalement à partir du point de vue de l’école.

Top of page

Notes

1 Carol Gilligan, Une voix différente, Paris, Flammarion, 2008 ; Joan Tronto, Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte, 2009 ; Sandra Laugier, Patricia Paperman et Pascale Molinier, Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Payot, 2009, et Fabienne Brugère, L’éthique du « care », Paris, PUF, 2014.

2 Philippe Chanial et Alain Caillé, « Care, compassion et humanitarisme », Revue du MAUSS, vol. 32, no 2, 2008 ; Natalie Bennelli et Marianne Modak, « Analyser un objet invisible : le travail de “care” », Revue française de sociologie, vol. 25, no 1, 2010, p. 39-60, et Marie Garrau et Alince Le Goff, Care, justice et dépendance. Introduction aux théories du care, Paris, PUF, 2010.

3 Denis Meuret, Gouverner l’école, Paris, PUF, 2007.

4 Roger Monjo, « Le care en éducation : aspects institutionnels et politiques », Éducation et socialisation, no 40, 2016, https://doi.org/10.4000/edso.1499.

Top of page

References

Bibliographical reference

Judith Vari, “Marc Derycke et Philippe Foray (dir.), Care et éducationPenser l’éducation, 46 | 2020, 105-107.

Electronic reference

Judith Vari, “Marc Derycke et Philippe Foray (dir.), Care et éducationPenser l’éducation [Online], 46 | 2020, Online since 01 November 2022, connection on 13 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/pensereduc/561; DOI: https://doi.org/10.4000/pensereduc.561

Top of page

About the author

Judith Vari

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search