Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51La résistance de l’école normale ...

La résistance de l’école normale dans la Roumanie démocratique

The Resistance of the Normal School in Democratic Romania
Rodica Manolache
p. 41-68

Résumés

En Roumanie, en 1989, les lycées pédagogiques étaient responsables de la formation initiale des enseignants du premier degré, une formation située à un niveau secondaire supérieur, sanctionnée par le diplôme du baccalauréat. Trente ans après, malgré les essais répétés des autorités ministérielles de supprimer cette institution, tentatives qui ont échoué chaque fois, cette institution fait toujours partie du paysage éducatif roumain. Le paradoxe est que la formation initiale dans le cadre de cette institution, qui a d’ailleurs minimisé l’image sociale de cette catégorie des enseignants en pesant sur leur prestige social, est à la fois en désaccord avec les nouvelles réalités scolaires issues de la réforme du système éducatif roumain et avec les réalités européennes de professionnalisation du corps enseignant dans le cadre des études universitaires. Comment s’explique alors la persistance de l’école normale en Roumanie ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Traditionnellement, l’appellation d’école normale est associée à la formation des enseignants du premier degré. En Roumanie, comme dans les autres pays engagés dans le processus de Bologne depuis 1999 (Musset, 2010), ce dernier a conduit à une reconfiguration de la formation des enseignants. Cela a eu d’importantes conséquences sur l’organisation institutionnelle de la formation des enseignants des écoles maternelles et élémentaires qui a pris place progressivement dans les établissements de niveau universitaire. Pour répondre aux nouvelles exigences issues du processus de Bologne et afin de clôturer le chapitre « éducation » dans le cadre des négociations d’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne1, la Roumanie a « universitarisé » la formation de ce corps d’enseignants à partir de 2005. Cependant l’État a aussi gardé l’école normale pour former ses enseignants du premier degré à un niveau secondaire supérieur. Par conséquent, dans ce pays de l’Est, il y a deux institutions pour former les enseignants du premier degré. Le niveau et le résultat quant au diplôme obtenu ne sont pas identiques : d’une part, le lycée pédagogique assure une formation à un niveau secondaire sanctionnée avec un diplôme de baccalauréat, d’autre part, la formation universitaire s’achève avec une licence dans le domaine des sciences de l’éducation.

2Nous sommes donc en droit de nous interroger : comment s’explique la survie de l’école normale, dont la principale mission est de former les futurs enseignants du premier degré à un niveau secondaire supérieur, dans le contexte européen de l’universitarisation de la formation des enseignants des écoles maternelles et élémentaires ? Dans la même logique, nous nous questionnons sur sa mission, son existence, ses évolutions et sa résistance dans le contexte de changement social et politique depuis 1989. En tout cas, aucune étude antérieure sur le sujet n’a été réalisée.

3Une première hypothèse est que les changements du contexte social et éducatif après la rupture de 1989 ont connu des résistances qui ont permis à l’école normale de continuer sa mission sociale reconnue depuis deux siècles. À défaut de s’aligner aux normes européennes, les acteurs des politiques éducatives de formation des enseignants du primaire ont fait le choix assumé de garder deux institutions pour la formation initiale des futurs maîtres. Pourtant il n’y a pas de problème de concurrence, car chaque institution offre un niveau de formation différent : respectivement secondaire supérieur et licence.

4Une seconde hypothèse émise est que l’existence de l’école normale roumaine a été toujours conditionnée par le poids d’une politique nationale contradictoire et fluctuante.

  • 2 Étant donné que les archives nationales roumaines ne détiennent pas de documents relatifs à notre o (...)

5Cet article recourt à une approche interdisciplinaire liant sciences de l’éducation et histoire en s’appuyant sur l’exploitation d’archives2 et d’entretiens avec des acteurs, tous situés en Roumanie. Il se propose de mettre en lumière la singularité de cette institution qui forme aujourd’hui encore les futurs enseignants du premier degré dans le cadre du lycée. Toutefois, une comparaison avec la France sera faite également, ce qui permettra de montrer les différences ou les similitudes existantes entre les formes institutionnelles de ces deux pays d’Europe.

6Pour la collecte des données, nous avons utilisé une méthodologie de type qualitatif. La recherche archivistique repose sur l’analyse des textes officiels qui permet d’identifier les principes et les modalités d’organisation et les contenus de la formation établis par l’État et leur mise en œuvre concrète. Notre méthodologie a été enrichie grâce à une source inédite : des archives orales collectées dans le cadre d’entretiens semi-directifs auprès de différents acteurs clés du système roumain de formation des enseignants (anciens ou actuels inspecteurs de l’Éducation nationale, secrétaire d’État chargé de l’enseignement préuniversitaire, directeurs des institutions chargées de la formation des enseignants, pédagogues et formateurs).

La révolution politique et éducative de 1989

L’école normale avant l’époque communiste

7L’école normale est issue d’une histoire enracinée dans la nation roumaine, dès avant la création de la Roumanie moderne, et qui a survécu aux nombreux changements du pays tant politiquement que géographiquement. Ainsi, l’école normale roumaine est le produit d’une histoire pluriséculaire dans un système éducatif déterminé par les héritages mais aussi porteur de changements, où les politiques éducatives de l’État oscillent entre conservation et transformation.

8Aujourd’hui encore, l’école normale en Roumanie, comme l’école normale départementale en France au xxe siècle, est une école professionnelle, avec une forte initiation à l’exercice du métier organisée dans le cadre de stages. Cependant, malgré l’accent mis sur la pratique professionnelle et le principe d’alternance, une grande partie de la formation est consacrée aux cours théoriques, sur l’assimilation des savoirs disciplinaires, pédagogiques, psychologiques, didactiques ou de culture générale et sociale.

9L’école normale roumaine a plus de deux cents ans d’expérience. Elle est l’institution de formation des enseignants la plus ancienne de paysage éducatif roumain, qui a connu évidemment une dynamique évolutive extrêmement complexe et variée.

  • 3 Alexandru Ioan Cuza (1820-1873), premier prince des principautés roumaines, « a initié et a réalisé (...)

10En 1859, l’union des principautés de la Moldavie et de la Valachie sous l’autorité du prince Alexandru Ioan Cuza3 représente en quelque sorte l’acte de naissance de la Roumanie moderne, en étant la première réalisation unitaire de la politique nationale, constitutionnelle et administrative.

11Inévitablement, l’union de ces deux principautés constitue un moment crucial dans le développement de l’enseignement roumain. Les principes et les objectifs de l’enseignement ont été énoncés par le prince Alexandru Ioan Cuza dans la loi sur l’instruction publique du 25 novembre 1864, « son importance fondamentale dans la proclamation de deux principes modernes concernant l’instruction populaire : l’obligation et la gratuité. La Roumanie a été parmi les premiers pays du monde à introduire l’obligation et la gratuité scolaire » (ministère de l’Éducation, Commission pour l’histoire de l’éducation en Roumanie, 1971). De plus, cette loi vise également « la démocratisation de l’instruction et l’éducation, l’égalisation des chances d’accès à l’enseignement primaire public pour tous les enfants des zones urbaines et rurales ; d’autres principes énoncés sont l’obligation et la gratuité, l’unité de l’école primaire du village et de la ville, l’égalité entre les sexes dans l’éducation » (Manolescu et Bănică, 2018).

  • 4 Le titre utilisé est înveţãtorilor, nom qui fait référence au corps enseignant pour les écoles élém (...)
  • 5 L’instruction obligatoire comprenait les matières suivantes : la lecture et l’écriture, le catéchis (...)

12Le 1er chapitre de la deuxième partie de cette loi est intitulé « à propos de la formation des maîtres4 », cependant le sous-titre de cette partie « à propos de l’école normale » stipule dans l’article 311 que « seront créés à Bucarest et à Iaşi des écoles normales pour la formation des professeurs des lycées et des facultés ». Un sous-titre plus bas, nommé « à propos des écoles primaires normales », précise seulement que les maîtres pour les villages doivent impérativement justifier qu’ils ont suivi les cours de l’instruction obligatoire5. Ils n’ont donc pas à cette époque-là de formation professionnelle spécifique.

13En 1881, la Roumanie devient le royaume de Roumanie, et c’est avec la première loi sur l’enseignement primaire et normal primaire émise par le royaume du 23 mai 1893 que l’école normale primaire naît officiellement au niveau national. Dans le troisième chapitre nommé « les écoles normales » il est stipulé :

Les écoles normales sont des établissements de l’État dont la mission est de former les corps enseignants des écoles primaires urbaines et rurales (loi sur l’enseignement primaire et normal primaire, 1893, art. 35).

  • 6 Înveţãtori et înveţãtóre est l’ancienne orthographie pour învãţãtori et învãţãtoare. À l’époque, ce (...)

14À la différence de la stratégie adoptée par l’État français, laquelle propose des cours spécifiques pour le rural et pour l’urbain, les écoles normales roumaines dispensent des matières presque identiques partout. Cependant, elles sont divisées jusqu’en 1924 « en fonction de leur destination, en écoles normales de înveţãtori, écoles normales de înveţãtóre6, écoles normales d’instituteurs et écoles normales d’institutrices » (loi sur l’enseignement primaire et normal primaire, 1893). Autrement dit, pour préparer le corps enseignant des écoles primaires rurales, sont conçues les écoles normales de înveţãtori, înveţãtóre, tandis que le corps enseignant urbain intègre les écoles normales d’instituteurs et les instituts pédagogiques. On peut remarquer qu’en Roumanie, les écoles normales de garçons et les écoles normales de filles ont été créées dans le même temps, par la même loi. Après 1924, à la suite de la Grande Union de 1918 et l’unification de l’État national, la loi pour l’enseignement primaire de l’État et l’enseignement normal primaire du 26 juillet 1924 élimine la différence entre les enseignants ruraux et urbains. Désormais les écoles normales ont la même organisation dans tout le pays et sont chargées de préparer le corps unifié des enseignants des écoles primaires, à savoir învãţãtori et învãţãtoare. Malgré les changements d’organisation et d’appellation au fil du temps, liés surtout aux fluctuations politiques, la mission de cette institution ne varie plus : désormais elle a la responsabilité de la formation des futurs enseignants du primaire.

L’école normale pendant l’époque communiste

15Un autre changement majeur intervient et perturbe l’école normale roumaine à partir de 1947, lorsque la Roumanie devient une République populaire. Le décret n175 du 2 août 1948 pour la réforme de l’enseignement, émis par le présidium de la Grande Assemblée nationale de la République populaire roumaine, stipule que « les actuelles écoles normales se transforment en écoles pédagogiques ». Ce changement de nom est influencé par le modèle soviétique. La durée d’étude est établie à quatre ans, comme tous les lycées et les écoles professionnelles, techniques ou pédagogiques. À la suite de la réforme de 1948, la formation des enseignants du primaire connaît plusieurs modèles, dont les écoles pédagogiques de quatre ans puis de six ans, et à partir de 1968 les lycées pédagogiques d’une durée de cinq ans (ministère de l’Éducation, Commission pour l’histoire de l’éducation en Roumanie, 1971). Selon cette loi, les écoles pédagogiques secondaires ont la mission de former le corps enseignant pour l’enseignement préscolaire et élémentaire, celles-ci étant « organisées, dirigées, financées et administrées directement par le ministère de l’Éducation publique ».

16Puis, à la suite d’une réorganisation des institutions éducatives, la loi no 2 de 1966 concernant la création, l’organisation et le fonctionnement des lycées de spécialité fixe le nom de cette institution en « lycée pédagogique ». Le lycée pédagogique de l’époque communiste, pour une durée de cinq ans initialement puis de quatre ans, a pour mission de former les enseignants du primaire. Dans le cadre de la même institution, les élèves se forment cependant, en fonction de la spécialisation qu’ils choisissaient lors de leur inscription, à devenir enseignants de l’école maternelle ou de l’école élémentaire. En effet, les matières d’enseignement comprennent deux parties. L’une est commune à tous les futurs enseignants et l’autre est personnalisée en fonction du choix de l’élève, pour enseigner dans les écoles maternelles ou dans les écoles élémentaires. Tandis que les éléments théoriques généraux, ainsi que ceux liés par exemple aux connaissances sociopolitiques, sont inclus dans la formation commune, les disciplines comme les mathématiques, le dessin, le modelage, la calligraphie, la musique et les didactiques sont étudiées en fonction de la spécialité concernée.

17Durant la même période, en France, le modèle normalien est souvent réformé. Malgré cela, il semble fragilisé et plusieurs modèles et dispositifs de formation ont du mal à collaborer durant ces années (Condette, 2007).

18Nous constatons toutefois que la persistance des écoles normales distingue radicalement la Roumanie (où le nom lui-même est restauré en 1989) de la France, où elles sont supprimées au profit d’une universitarisation des enseignants du premier degré.

L’école normale après l’époque communiste

19Une fois la démocratie installée, la première action est la « décommunisation » du contenu de l’enseignement par l’élimination du processus éducatif de toutes les disciplines et tout le vocabulaire qui promeut le modèle communiste.

20Ensuite, les institutions de l’État changent les noms. À partir de la rentrée 1990, le lycée pédagogique revient à son appellation initiale avant l’installation du régime communiste : l’école normale. Dans les archives et les rapports officiels, aucune raison spécifique n’est donnée. Le changement de nom a été décidé au niveau national, et selon Vasile Molan, cette modification est d’ordre subjectif, attribuée au ministre adjoint au ministère roumain de l’Éducation en 1990 : « mes parents ont fini l’école normale, pourquoi l’appeler lycée pédagogique ? » (entretien du 24 octobre 2019). Suivant le même principe, le pédagogue roumain Marin Manolescu est persuadé que ce changement de nom est dû « à la nostalgie des écoles normales » (entretien du 24 octobre 2019) de certaines personnes qui sont venues au ministère après la révolution de 1989. Dans ce cas, on peut penser que, dans une période de déstabilisation suite aux événements, le retour au passé a pu être un moment de réconfort pour les acteurs éducatifs roumains. 

21Néanmoins, nous y retrouvons le signe d’une instabilité et d’un débat entre les acteurs, puisque cette institution sera souvent simultanément appelée dans les documents officiels par deux noms différents : écoles normales/lycées pédagogiques. Mais après 2001, cette institution change de nouveau de nom et ne reviendra plus à son appellation originale. Aujourd’hui encore elle est intitulée soit « lycée pédagogique », soit « collège national », soit « collège national pédagogique ». Ces différences de dénomination entre lycée et collège sont réglementées par une méthodologie qui date de 2013, élaborée par le ministre de l’Éducation nationale relative à l’attribution de titre de collège national aux établissements d’enseignement. Cette méthodologie stipule que les établissements d’enseignement secondaire au niveau d’un lycée peuvent acquérir par arrêté du ministre de l’Éducation nationale le statut de collège national en reconnaissance d’une longue activité éducative et de performances professionnelles.

22La durée d’études du lycée pédagogique subit des changements en 1990 et s’allonge de quatre à cinq ans, mais elle retrouve une durée de quatre ans en 2001. Une autre modification s’impose à partir de 1994 : la formation des futurs enseignants de l’école maternelle et de l’école élémentaire est unifiée. Ainsi, à la fin de leurs études achevées au sein de l’école normale, les anciens élèves auront une double spécialité învãţãtori-educatoare (appellations utilisées pour désigner les enseignants du premier degré en Roumanie) qui leur donnera le droit d’être enseignants dans une école maternelle ou dans une école élémentaire selon leur choix. Mais des changements plus importants sont décidés.

Le fonctionnement des lycées pédagogiques

Organisation interne

23Même si la législation roumaine autorise les titulaires du lycée pédagogique à enseigner dans le premier degré, la plupart d’entre eux suivent les études universitaires, augmentant ainsi leur chance d’insertion professionnelle et d’un meilleur statut et salaire.

24Cette institution est dirigée à la fois par le conseil d’administration et les directeurs, assistés, le cas échéant, de directeurs adjoints. Dans l’activité de gestion de l’établissement, le conseil d’administration et les directeurs s’appuient sur le conseil des maîtres, le comité des parents et sur les autorités locales. D’autres commissions et structures spécifiques aux activités organisées au sein de ces établissements peuvent être constituées.

25La nomination du directeur a évolué au fil du temps. Si auparavant ceux-ci étaient nommés sur la base de critères de compétence professionnelle et managériale, ainsi que sur recommandation du conseil d’école, aujourd’hui, pour devenir personnel de direction d’école, collège et lycée, il faut remplir les conditions d’inscription et ensuite réussir un concours de recrutement. On notera d’ailleurs que la continuité de cette institution n’empêche pas les changements internes.

26L’équipe des formateurs roumains des écoles normales comprenait et comprend encore des enseignants du second degré ayant différents statuts, suite à l’ancienneté et aux examens passés durant leur carrière. Il s’agit en effet de formateurs de toutes les disciplines concernées, qui détiennent rarement un doctorat. Dans l’école normale primaire française, la formation était assurée par le personnel permanent de l’école normale, qui avait pour la plupart le même statut qu’en Roumanie. De plus, dans les années 1980, les enseignants-chercheurs et les enseignants des universités ou d’autres établissements d’enseignement supérieur associés à l’école normale y assuraient des cours.

Critères d’admission

27Comme les futurs élèves-instituteurs des écoles normales primaires, qui sont recrutés en 1989 par concours ouvert aux candidats titulaires du diplôme d’études universitaires générales ou de titres, diplômes ou qualifications équivalents, en Roumanie, afin d’intégrer une école normale/ lycée pédagogique, aujourd’hui souvent appelé collège national pédagogique, il faut réussir les épreuves d’admission spécifiques. Ces épreuves sont identiques au niveau national. De ce fait, traditionnellement, la réussite de ces tests garantit aux futurs enseignants des aptitudes dans le domaine du dessin, de la calligraphie, de la musique, de l’éducation physique et de l’élocution. Ces tests ont été maintenus au fil de temps, et si en 1990, les épreuves comportaient un test d’aptitudes éliminatoire (diction, dessin, musique et éducation physique et sportive) et un examen écrit (langue et littérature roumaine et mathématiques), progressivement, l’examen écrit a été éliminé. Toutefois, le test d’aptitudes a toujours représenté la condition sine qua non pour intégrer le lycée pédagogique.

28En 2020, le ministère de l’Éducation recadre cette épreuve d’admissibilité avec le dernier règlement relatif à l’organisation et au fonctionnement de l’enseignement pédagogique, en précisant en détail les épreuves de compétences pour l’admission dans des lycées professionnels, le profil pédagogique, la spécialisation învățători-educatoare :

Tableau 1 : Épreuves d’admissibilité, règlement pour l’organisation et le fonctionnement de l’enseignement pédagogique dans le système d’enseignement préuniversitaire, Moniteur officiel no 736, 13 août 2020.

Tableau 1 : Épreuves d’admissibilité, règlement pour l’organisation et le fonctionnement de l’enseignement pédagogique dans le système d’enseignement préuniversitaire, Moniteur officiel no 736, 13 août 2020.

29L’expérience de l’école normale accumulée et enrichie au fur et à mesure, la durée d’études offerte par cette institution ainsi que l’existence de ces épreuves ont probablement un lien avec le degré d’appréciation de nos témoins de la qualité des diplômés des écoles normales par rapport à ceux du Collège universitaire d’instituteurs.

30Ainsi, Vasile Molan déclare : « Je peux dire qu’il y avait des générations de lycées pédagogiques superbement préparées, qui n’existent pas actuellement à la faculté ». De même, notre témoin anonyme n’a aucun doute sur les différences entre l’enseignant débutant issu du lycée pédagogique et celui d’un établissement supérieur pour la même qualification, qui, selon son expérience en tant qu’inspecteur de l’Éducation nationale, sont évidentes, en particulier lorsqu’il s’agit de leurs niveaux de connaissances, de l’expérience et de la qualité de l’acte d’enseigner. Il affirme toutefois que les étudiants « n’avaient pas vraiment de vocation pour devenir învãţãtor ».

Contenu de la formation

31En ce qui concerne le contenu de la formation assurée par le lycée pédagogique, aujourd’hui comme autrefois, c’est le ministère de l’Éducation nationale qui est responsable de l’élaboration du curriculum, des plans de formation, du programme et des manuels scolaires.

  • 7 Le principal objectif de cette discipline est de contribuer à la formation de la personnalité de l’ (...)

32Au début des années 1990, la formation était structurée en sept domaines : formation humaniste et sociale, formation scientifique de base, formation de spécialité, formation artistique, éducation physique et didactique de l’éducation, physique, dirigenţie (coordination7) et formation optionnelle. En France, avant la suppression des écoles normales primaires, la formation était affectée aux quatre domaines suivants : formation pédagogique générale théorique et pratique, formation disciplinaire (scientifique, méthodologique et didactique), formation au rôle administratif et social de l’instituteur, et un approfondissement optionnel.

33Les matières dispensées montrent l’objectif essentiel de cette formation : la maîtrise du contenu des disciplines enseignées à l’école maternelle et élémentaire, la manière de les enseigner en fonction des caractéristiques de l’âge et du développement des enfants et l’acquisition d’une expérience suffisante pour conduire une classe maternelle ou élémentaire. Ainsi, la fameuse polyvalence de l’enseignant du premier degré qui comprend principalement la maîtrise des compétences disciplinaires et didactiques variées et la capacité à mettre en pratiques ces connaissances semble être bien prise en compte durant le cursus de formation au sein du lycée pédagogique.

34Les disciplines sont réparties d’une façon équitable entre les activités de l’école maternelle et les cours de l’école élémentaire. Les élèves obtiennent à la fin de leur scolarité la double spécialité qui leur confère la possibilité de choisir à tout moment de leur carrière à quel niveau d’enseignement ils veulent professer.

35Dans le but d’assurer la cohérence des plans de formation pour tous les niveaux d’enseignement, après 1998-1999, le regroupement des disciplines d’enseignement se réalise par domaines curriculaires. Il s’agit d’un groupe de disciplines d’étude qui ont en commun des concepts et des méthodologies et qui offre une vision multi et/ou interdisciplinaire sur les disciplines d’études respectives. Les sept domaines curriculaires sont établis selon des principes épistémologiques et psychopédagogiques : langue et communication, mathématiques et sciences de la nature, homme et société, arts, éducation physique, sport et santé, technologies, conseil et orientation.

36À partir de 1999, les plans de formation des lycées sont structurés de la manière qui suit : un tronc commun, un curriculum différencié et un curriculum lié au choix de l’école. Le tronc commun est élaboré par le ministère et porte sur les disciplines communes à toutes les spécialisations de la même filière. Le curriculum différencié est établi également au niveau ministériel et comporte les disciplines spécifiques pour chaque spécialisation au sein d’une filière. En effet, ces disciplines visent surtout le développement des compétences spécifiques nécessaires à chaque spécialisation afin d’intégrer l’activité socioprofessionnelle ciblée. Le curriculum lié au choix de l’école inclut les heures attribuées à l’élaboration de l’offre curriculaire propre à chaque unité d’enseignement.

37Le domaine « langue et communication » inclut en fonction de l’année d’étude les disciplines suivantes : langue et littérature roumaine, langues étrangères et didactique de la langue et littérature roumaine. Les mathématiques et sciences de la nature intègrent : mathématiques, physique, chimie, biologie, arithmétique, didactique des mathématiques/des activités mathématiques, sciences de la nature et didactique des sciences de la nature. Le domaine intitulé « homme et société » contient les disciplines : histoire, géographie, didactique de l’histoire et de la géographie, disciplines psychologiques et pédagogiques (introduction à la pédagogie et à la théorie et la méthodologie du curriculum, théorie et pratique de la formation et de l’évaluation, psychologie, techniques de communication, éducation musicale, éducation plastique, gestion de la classe d’élèves, psychopédagogie spéciale, psychologie du développement, psychologie de l’éducation, didactiques innovatrices dans une vision transdisciplinaire), disciplines socio-humaines (logique, communication, éducation entrepreneuriale, économie, sociologie) et religion.

38Les arts portent sur l’éducation musicale et plastique et sur sa didactique. Nous retrouvons ensuite l’éducation physique et sa didactique dans le domaine « éducation physique et sport » et les technologies de l’information et de la communication dans le domaine « technologies ».

  • 8 Celui-ci en ayant connu beaucoup en 1990, le plan de formation analysé dans le graphique 1 était va (...)

39Les graphiques 1 et 2 indiquent le pourcentage obligatoire de chaque domaine de formation théorique établi par les autorités ministérielles roumaines pour les futurs enseignants des écoles maternelles et élémentaires ayant suivi leurs études au sein d’un lycée pédagogique/collège national pédagogique en 1989 et 2011. Il faut souligner que depuis 2011 le plan de formation n’a connu aucun changement8.

Graphique 1. Pourcentage des contenus théoriques dans les lycées pédagogiques en 1990.

Graphique 1. Pourcentage des contenus théoriques dans les lycées pédagogiques en 1990.

Graphique 2. Pourcentage des contenus théoriques dans les lycées pédagogiques depuis 2011. La moyenne du nombre d’heures de chaque domaine est calculée pour 35 semaines d’études pour les trois premières années et pour 34 semaines pour la dernière année d’étude.

Graphique 2. Pourcentage des contenus théoriques dans les lycées pédagogiques depuis 2011. La moyenne du nombre d’heures de chaque domaine est calculée pour 35 semaines d’études pour les trois premières années et pour 34 semaines pour la dernière année d’étude.

40Il est donc possible de constater que les principaux domaines de formation des écoles normales sont assez stables, ce qui représente en effet un des éléments de la persistance de ces dernières. 

41Toutefois, depuis 1989, une adaptation inévitable des contenus des plans de formation a été pris en compte, avec de nouveaux enseignements plus adaptés aux attentes de la société moderne. Malgré cela, la formation continue d’être uniforme : en effet, la personnalisation du cursus de la formation dans le cadre du lycée pédagogique roumain n’est guère mise en œuvre.

42Le stage est une composante majeure de la formation assurée par cette institution. Il permet de construire et de développer des compétences professionnelles nécessaires à l’exercice du métier d’enseignant. L’articulation savoirs théoriques/stage se réalise à travers les cours de didactique, durant les heures de préparation et sur le terrain, en situation réelle, les élèves ayant ainsi la possibilité de confronter et vérifier la théorie.

43Il y a deux types des stages : le stage filé, déroulé trois ou quatre heures par semaine durant toute l’année scolaire, et le stage massé, d’une durée de deux semaines pendant les deux dernières années d’études. Les stages se réalisent sous la direction de l’enseignant de l’école d’application et d’un enseignant mentor, ou d’enseignants didacticiens du lycée pédagogique.

44La période de 1990 à 2020 est représentée par une baisse impressionnante de la durée de la formation pratique. Prenons par exemple la durée des stages massés : tandis qu’en 1990 les enseignants étaient formés pour une seule spécialité (soit enseignants des écoles maternelles, soit enseignants des écoles élémentaires) pendant cinq ans, en accumulant 14 semaines de stage massé, en 1995 les futurs enseignants étaient formés pour une double spécialité (enseignants du primaire) avec 10 semaines de stage massé, et la première décennie du xxie siècle débute avec une formation sur quatre ans et seulement 4 semaines de stage massé.

45Afin de mieux représenter ces changements, nous avons choisi délibérément, pour notre analyse, les années durant lesquelles des changements relatifs à la durée des stages ont été réalisés. Il faut préciser que contrairement au stage massé, le stage filé n’a pas été modifié depuis 2003.

Graphique 3. Stage filé : nombre d’heures par semaine.

Graphique 3. Stage filé : nombre d’heures par semaine.

Graphique 4. Stage massé : nombre de semaines par an.

Graphique 4. Stage massé : nombre de semaines par an.
  • 9 Selon la réponse donnée par le ministère à nos demandes.

46La durée des stages diminue graduellement (voir les graphiques 3 et 4), avec une stabilisation après 2003. Néanmoins, il n’y a pas de moyen de vérifier nationalement le respect des horaires exigés de stages puisque aucun rapport sur le fonctionnement de ces institutions n’a été réalisé ni au niveau national ni au niveau local. Le ministère de l’Éducation nationale l’avoue : « nous mentionnons qu’au niveau du ministère de l’Éducation nationale n’ont pas été identifiés des rapports d’évaluation des écoles normales9 ».

47Cette diminution des stages peut s’expliquer par une logique financière, car avec la transition politique et économique du pays les dépenses au titre des établissements d’enseignement publics restent très basses, de même que le développement économique du pays qui reste également précaire.

48Malgré les changements liés à l’évolution du contexte social dans lequel cette institution a fonctionné, on remarque une persistance du fonctionnement interne des écoles normales/lycées pédagogiques : les mêmes principes d’admission, les mêmes critères de gestion, les mêmes fondements du contenu de la formation sous le même contrôle de l’État.

49Si, en effet, les diplômés de l’école normale/le lycée pédagogique ne répondent plus aux exigences de l’éducation contemporaine avec un niveau de formation secondaire supérieur, la tradition spéciale et unique de cette institution ancienne et appréciée socialement, qui a toujours donné satisfaction, est restée enracinée dans la société roumaine. Pourquoi supprimer une institution dont la valeur est unanimement reconnue ? Par conséquent, bien que l’école normale roumaine se soit transformée et adaptée au fil du temps et qu’une nouvelle institution universitaire assure la formation de la même catégorie d’enseignants à un niveau supérieur, aujourd’hui encore « l’enseignement préuniversitaire pédagogique promeut les politiques éducatives et le management centré sur la tradition unanimement reconnue et appréciée de l’enseignement préuniversitaire pédagogique roumain » (ministère de l’Éducation nationale, 2019). Par ailleurs, la loi de l’Éducation nationale de 2011 stipule que le corps enseignant préuniversitaire doit avoir une formation initiale située à un niveau universitaire, sauf les enseignants ayant suivi leur formation au sein d’un lycée pédagogique. Quoiqu’il en soit, les autorités ministérielles doivent trouver une bonne stratégie pour préserver et accepter des enseignants formés à un niveau secondaire supérieur, une fois que le projet de master pour les futurs enseignants du primaire sera mis en place.

Le sort de l’école normale à l’aune des décideurs politiques

La droite et la gauche face à l’école normale

50Les hésitations relatives au processus de formation des futurs enseignants du premier degré dans le cadre de cette institution sont liées aux aléas politiques et aux visions différentes de chaque représentant. En effet, le ministère de l’Éducation nationale a vu se succéder, de 1989 à 2020, vingt-neuf ministres dont un ministre qui l’a été sept fois, représentants majoritairement de gauche, comme le chef de gouvernement.

51Il importe de souligner qu’à l’époque, la plupart des modifications concernant la formation des enseignants du premier degré et les lycées pédagogiques sont intervenues sous la responsabilité des deux ministres qui appartenaient à des doctrines politiques et pédagogiques différentes. D’une part, Andrei Marga était, au moment de son mandat en tant que ministre de l’Éducation nationale, membre du parti national paysan chrétien-démocrate de centre droit dont l’un des objectifs était l’intégration européenne et euro-atlantique. D’ailleurs, c’est entre décembre 1997 et décembre 2000, durant son mandat, qu’il a mené une vaste réforme de l’enseignement qui a conduit en 2000 la Roumanie vers la réalisation des attendus en matière d’éducation et de formation pour rejoindre l’Union européenne. Une réforme qui ensuite, selon Marga, « a été mutilée […]. Dans notre pays on détruit trop souvent et puis tout est repris dès le début. L’incompétence de certains décideurs ultérieurs, les intérêts politiques, qui sont intervenus lorsque les partis ont pris conscience de la pertinence électorale de l’éducation […] ont fait que les éléments viables de la réforme soient utilisés dans des cadres organisationnels inappropriés, d’autres brisés ou annulés » (2019).

  • 10 Équivalent aux professeurs des écoles.

52D’autre part, Ecaterina Andronescu, qui a été ministre de l’Éducation à plusieurs reprises, est membre du parti social-démocrate depuis 1996. Ce parti de gauche est défini ainsi sur leur site officiel : « le Parti social-démocrate est le successeur moderne des valeurs et des traditions du mouvement social-démocrate en Roumanie ainsi que des idéaux de la révolution de décembre 1989 ». Ecaterina Andronescu est aussi présidente d’honneur de l’association nationale des collèges et lycées pédagogiques de Roumanie, qui a été créée en 2010 et dont l’un des objectifs est de soutenir, maintenir et développer le modèle des lycées pédagogiques, représentée par la tradition reconnue des écoles normales de învățători și educatoare10, dans la procédure de restructuration des lycées et collèges pédagogiques à la suite du processus de Bologne.

  • 11 Équivalent de décret.

53Pourtant, en 1998, lorsque la droite est au pouvoir, la filière qui formait les futurs enseignants dans le cadre de l’école normale est supprimée, l’ordre11 no 3693 du 10 mai 1998 stipule clairement « que la formation des educatorilor et învãţãtorilor passe, à partir de l’année scolaire 1999-2000, au niveau des collèges universitaires d’instituteurs » (archives du ministère de l’Éducation nationale, 1998). Les lycées pédagogiques ne sont pas supprimés du paysage éducatif roumain. Ils gardent leur profil pédagogique avec les spécialités de bibliothécaire scolaire-documentaliste, instructeur animateur, instructeur d’éducation extrascolaire et pédagogue scolaire : bref, des « spécialisations qui n’avaient aucune pertinence et il n’y avait pas de postes pour les diplômés » (Marin Manolescu, entretien du 24 octobre 2019). En effet, à l’époque, certaines de ces spécialisations importées n’existent pas dans le système roumain.

54En 2001, dans un nouveau contexte politique, avec l’arrivée d’un nouveau ministre de l’Éducation de gauche, la mission initiale du lycée pédagogique est rétablie. Par conséquent, la formation initiale des enseignants du premier degré est assurée dans le cadre des deux institutions qui coexistent apparemment en harmonie : le lycée pédagogique et le collège universitaire d’instituteurs. C’est l’ordre no 3593 du 3 avril 2001 qui établit les institutions chargées de la formation initiale des futurs enseignants : « […] à partir de l’année scolaire 2001-2002 educatoarele et învãţãtorii se forment dans le cadre du lycée pédagogique, et les instituteurs dans le cadre des collèges universitaires pédagogiques » (ministère de l’Éducation et de la Recherche, 2001).

  • 12 Le mandat d’Andrei Marga, ministre de l’Éducation nationale, a duré du 5 décembre 1997 au 28 décemb (...)
  • 13 Ecaterina Andronescu, ministre de l’Éducation nationale, a eu plusieurs mandats : 28 décembre 2000- (...)

55Vasile Molan met en avant les hésitations au sein des gouvernements, vu que « certains ont soutenu le lycée pédagogique, d’autres non ». Marin Manolescu rejoint cette opinion en affirmant que « la suppression des écoles normales a été réalisée dans un contexte politique, à l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement d’une certaine orientation ; le gouvernement suivant avait une autre orientation, Andrei Marga12 a été remplacé par madame Andronescu13, d’orientation sociale-démocrate, ayant une autre vision ». Ainsi, les écoles normales ont été rétablies « assez timidement […] mais de toute façon, c’était un retour à une institution avec de très grandes traditions » (entretien du 24 octobre 2019).

56Pour la deuxième fois, en 2006, cette institution n’a plus le droit de former les élèves qui souhaitaient enseigner dans le premier degré. Cette décision est maintenue pendant trois ans. De 2009 à 2012, les inscriptions sont de nouveau ouvertes pour les élèves désirant exercer en école maternelle ou élémentaire. Derechef, le ministère de l’Éducation décide en 2012 de supprimer ce modèle de formation pour les enseignants du premier degré. Cette décision a tenu jusqu’en 2014. Actuellement, les lycées pédagogiques existent encore et sont toujours chargés traditionnellement de la formation d’une partie de cette catégorie d’enseignants. Sans doute ces hésitations et changements rapides, tels que les témoignages le confirment, sont-ils dus aussi à l’absence de vue d’ensemble sur la formation des enseignants.

57En effet, ces changements correspondent à des changements de gouvernement. Nous pouvons clairement constater que tandis que la gauche favorise les écoles normales/lycées pédagogiques, la droite défend plutôt l’universitarisation de la formation des maîtres du primaire. En France, l’école normale a été supprimée définitivement lorsque la gauche était au pouvoir, créant dans le même temps les IUFM qui à leur tour ont été transformés, toujours par la gauche, bien que les grandes réformes menées contre ceux-ci aient eu lieu durant le gouvernement de la droite. On peut ici rappeler le moment où la droite se mobilise pour la suppression des IUFM, en 1992, ou bien la décision prise par la droite de les faire entrer dans le giron des universités, préparant ainsi le processus d’harmonisation européenne de l’enseignement supérieur.

58Chaque fois que les écoles normales se voient amputées de la responsabilité de former les enseignants des écoles maternelles et élémentaires, le même argument surgit : elles « ne sont plus d’actualité et c’est l’heure du changement », mais pour les acteurs roumains de formation de ce corps d’enseignants, chaque suppression a été perçue comme « une mesure dure et injustifiée » d’après le témoignage de Marin Manolescu qui estime également que depuis 1990, les écoles normales sont « un peu déboussolées », « à cause des nombreux changements politiques, parce que chaque nouveau ministre de l’Éducation qui vient a sa propre conception ou n’a pas de conception, ce qui est encore plus grave, et parfois il utilise ces institutions pour résoudre différents engagements ou différentes ambitions, orgueils ».

59De même, Vasile Molan déclare que, lorsque les lycées pédagogiques ont été supprimés, « j’ai réalisé que c’était une erreur et j’ai insisté pour éclaircir en haut ces choses, mais tout le monde prenait les pratiques de l’étranger, il n’y avait plus, en Europe, disait-on, de système d’enseignement qui forme les enseignants au niveau des études secondaires, et pour cela on a supprimé les lycées pédagogiques ». Il faut par ailleurs constater qu’à l’époque comme aujourd’hui encore le débat politico-éducatif roumain prend en compte les comparaisons avec le reste de l’Europe.

Tableau 2. Ministres, gouvernements et idéologies en Roumanie de 1997 à 2014.

Tableau 2. Ministres, gouvernements et idéologies en Roumanie de 1997 à 2014.

60Même si les écoles normales ont été rétablies et existent toujours, leur place dans le système reste assez timide, avec une capacité d’accueil limitée par l’État : en moyenne deux classes par lycée, ce qui fait un maximum de soixante élèves inscrits. Mais c’est, dans tous les cas, le retour et la résistance d’une institution qui a de très grandes traditions dans le paysage éducatif roumain. En plus des réalités économiques et humaines qui ne permettraient pas un tel changement radical, la survie de cette institution est également conditionnée, dans une certaine mesure, par les implications politiques du pays ainsi que par l’inertie et la lenteur des réformes éducatives.

61Ceci permet de souligner le rôle décisif de certains décideurs politiques sur la formation des enseignants du premier degré dans le cadre de l’école normale/lycée pédagogique, qui a été réformée lorsqu’un certain parti politique est au pouvoir : tandis que la droite a supprimé plusieurs fois cette institution, la gauche l’a toujours ressuscitée.

Pourquoi l’école normale roumaine subsiste-t-elle ?

62Vasile Molan affirme que, « immédiatement après la révolution, il y a eu un afflux vers les lycées pédagogiques, les places ont été attribuées autant que les gens voulaient, ce qui a fait l’inflation par la suite » (entretien du 24 octobre 2019). La principale raison étant, selon le même témoin, « politique, pour satisfaire les gens » car quand celui-ci était secrétaire d’État sous la tutelle du ministre de l’Éducation nationale, certains députés lui disaient : « donne-moi aussi une classe de lycée pédagogique pour l’offrir là où je suis député afin que les gens m’apprécient ». Cet afflux s’explique par la démocratisation de l’accès à la fois aux études et au métier.

63Constantin Cucoş, pédagogue, avoue : « je pense qu’il y a des intérêts d’ordre politique » à la préservation de cette institution. Il parle aussi des intérêts de certains représentants de la direction et des formateurs de ces lycées mais aussi des « intérêts d’autorités locales, voire nationales et des parlementaires » (entretien du 7 février 2020).

64C’est également l’avis de Marin Manolescu qui confirme l’hypothèse que les décideurs politiques ont joué un rôle primordial dans la décision de garder cette institution en vie : « il y avait aussi beaucoup d’intérêts politiques ». De plus, Constantin Cucoş fait référence à des « injonctions politiques concernant la qualification et l’appréciation de ces diplômés sur le marché de travail ».

65S’y rajoutent des résistances internes aux écoles normales, comme les nombreuses campagnes de soutien qui ont été réalisées au fil du temps par différents acteurs éducatifs appartenant à cette institution. Ainsi les efforts collectifs et le soutien des dirigeants syndicaux voire de certains députés et sénateurs ont maintenu le paradigme de la formation à travers cette institution. Par exemple, juste après le changement du régime dictatorial en 1989 :

Au niveau national, au mois de mai 1991, se décide la suppression de l’école normale, étant prévu que la formation des enseignants du premier degré soit assurée dans le cadre des collèges pédagogiques. Les directeurs de ces unités de tradition débarquent au ministère de l’Enseignement, font une pétition, parlent assez agressivement avec le ministre et obtiennent la promesse que la spécialisation pédagogique fera partie de la loi d’enseignement (Anton, 1998, p. 193).

66Par ailleurs, la Commission des communautés européennes signale la résistance et la lenteur des réformes depuis le changement de régime en 1989 qui se reflète également sur la formation initiale des enseignants du premier degré :

Le succès de la réforme pourrait aussi être entravé par la faiblesse des moyens institutionnels dont le ministère de l’Éducation dispose pour mettre la réforme en œuvre ainsi que par la résistance au changement qui pourrait se manifester aux niveaux national et local (Commission des communautés européennes, 1997, p. 55-56).

67Alors que Constantin Cucoş certifie que l’école normale est l’institution « qui a donné l’exemple qualitatif de l’enseignement roumain », Marin Manolescu affirme que l’école normale reste « un repère, une institution d’élite, mais à laquelle le monde ne fait plus très attention, y compris cette aspiration des jeunes vers l’enseignement supérieur ».

68Ainsi, entre un gouvernement qui ne partageait pas le même objectif et la même vision, une institution qui a toujours donné satisfaction et un budget souvent limité, l’école normale a survécu pendant cette période. Mais, après ces remaniements successifs, Romiţã Iucu estime que « l’institution en tant que telle n’a jamais retrouvé structurellement sa mission sociale car jusqu’à ces années-là, le lycée pédagogique, l’école normale, avait une mission sociale » (entretien du 30 octobre 2019). Puis, dans le contexte européen, « la Roumanie venait avec une très bonne expérience du lycée pédagogique ». De ce fait, les gens ont gardé « la nostalgie du lycée pédagogique ».

69Impossible d’éviter le passage de la formation à un niveau universitaire et de s’aligner sur les pratiques européennes ; par conséquent, l’école normale a été désertée graduellement en dépit de l’efficacité de la formation des enseignants du premier degré à travers ce modèle, à la suite des possibilités multiples qu’offrait le parcours de formation dans le cadre des collèges universitaires d’instituteurs.

70Pourtant, constate Constantin Cucoş, la formation assurée au sein des écoles normales est « une formation de base mais insuffisante par rapport aux exigences du monde contemporain » (entretien du 7 février 2019). Toutefois le système de formation roumain n’est pas encore prêt à faire tabula rasa sur toute l’expérience de cette institution en faveur des structures des universités « qui forment les professeurs et non pas les învãţãtori » (témoin anonyme, entretien du 30 octobre 2019).

71Depuis 1990, comme Marin Manolescu l’affirme, « nous sommes pratiquement au confluent de deux contraintes, d’une part c’est la norme européenne et nous sommes obligés de faire des choses, d’autre part, nous avons des traditions qui doivent être respectées ». Dans ce contexte l’école normale « est comme le costume populaire, tout le monde l’apprécie mais plus personne ne le porte » (entretien du 24 octobre 2019).

72Et aujourd’hui encore, l’école normale représente « la pépinière la plus importante d’où un enseignant de très bonne qualité peut être recruté » (Constantin Cucoş entretien du 7 février 2020).

73Ce sont spécialement les entretiens avec différents acteurs clés du système roumain de formation qui nous ont permis de repérer les enjeux de cette institution presque sacralisée. Ceux-ci permettent de constater une représentation unanimement positive des différents acteurs éducatifs relative à la qualité de la formation organisée par l’école normale. Sans doute, cette institution symbolise la référence la plus respectable chargée de la formation des enseignants des écoles maternelles et élémentaires qui existe et résiste depuis plus de deux siècles ; il faut alors laisser plus de temps aux institutions universitaires pour prouver le mérite de leur mission qui a débuté il y a deux décennies à peine.

74Dans ce contexte et dans l’intention de trouver sa place dans le paysage européen, le système éducatif entre dans un nouveau contexte de révision et de restructuration. Même si les années 1990 marquent le début du processus de démocratisation de l’enseignement, les réalités économiques et sociales ne permettaient pas un changement rapide.

75Économiquement, le maintien de cette institution au niveau national trouve l’explication dans l’avis de la Commission sur la demande d’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne :

Le principal problème réside dans la modicité des ressources affectées par l’État à l’entretien et à la modernisation des infrastructures éducatives, à l’achat de nouveaux matériaux et équipements ainsi qu’au paiement de salaires décents aux enseignants (Commission des communautés européennes, 1997, p. 47).

76La loi sur l’enseignement de 1995 stipule que l’État doit consacrer au moins 4 % du PIB à l’éducation, celle de 2011 augmente ce budget à au moins 6 % du PIB, mais en réalité de 1990 à 2020, les dépenses en faveur de l’éducation se situent entre 2,8 et 4,2 %, la loi n’étant pas dans ce cas mise effectivement en œuvre.

La création d’une nouvelle structure de formation 

77D’autres mesures d’ordre organisationnel sont engagées progressivement après la chute du régime communiste, comme le souligne Emil Pãun :

Après une série de changements urgents et ponctuels imposés par le besoin d’adaptation aux nouvelles réalités politiques, ainsi on est passé, au début de l’année 1995, à la mise en place d’une réforme systématique de grande envergure dans les domaines suivants : le curriculum, la formation initiale et continue des enseignants, le système d’évaluation, la gestion du système éducatif (Pãun, 2006, p. 154).

78Avec la première loi démocratique no 84 du 24 juillet 1995, l’État prévoit deux possibilités pour la formation des enseignants du premier degré. Ceux-ci peuvent être formés dans le cadre du lycée pédagogique et/ou du nouveau collège universitaire, grâce à la filière pédagogique responsable d’une formation professionnelle supérieure intégrée dans l’enseignement de courte durée de deux ou trois ans après le baccalauréat. Dans ce contexte, quelle est la signification de cette nouvelle institution, alors même que les enseignants du primaire sont formés pour la plupart d’entre eux dans les lycées pédagogiques ?

79Selon Romiţã Iucu, « à l’époque, le collège d’instituteurs a été l’une des meilleures solutions pour faire une transition du lycée pédagogique à une nouvelle forme de formation » (entretien du 30 octobre 2019). Marin Manolescu estime « qu’à l’époque, les collèges universitaires d’instituteurs ont été créés pour affilier, pour amener à un niveau similaire à celui des autres États ce processus et ces institutions de formation des enseignants ». L’argument principal, retrouvé dans toutes les réponses de nos témoins est redondant : le collège a été créé car en Europe la formation des enseignants ne se réalisait plus à travers des études secondaires mais supérieures. De ce fait, « il faut s’aligner ». Par conséquent, il était nécessaire voire obligatoire de créer une institution chargée de la formation initiale des enseignants à un niveau universitaire afin de rejoindre l’enseignement européen.

  • 14 Appellation pour les enseignants des écoles maternelles.
  • 15 Appellation pour les enseignants des écoles élémentaires.

80En France, le besoin de donner une formation universitaire aux instituteurs et la volonté d’élever le niveau des instituteurs ont été associés à l’idée d’une unification des conditions entre les enseignants du primaire et ceux du secondaire, idées qui ont été reprises du plan Langevin-Wallon de 1947 et du colloque d’Amiens tenu en mars 1968 (Cahon et Poucet, 2021 ; Prost, 2014). En revanche, en Roumanie cette nécessité est née après la chute du communiste dans le contexte de l’obligation d’intégrer l’Europe : « la création des collèges universitaires d’instituteurs » a été réalisée « pour répondre aux besoins d’educatori14 et învãţãtori15, afin de consolider la qualification et le statut social des instituteurs » et « afin de raccorder la formation des instituteurs aux repères européens » (ministère de l’Éducation, 1999).

81La durée d’études prévue dans le cadre des collèges universitaires d’instituteurs était de deux ans pour les diplômés du lycée pédagogique et de trois ans pour les diplômés issus d’une autre filière. La formation au sein de cet établissement était sanctionnée par un diplôme universitaire de fin d’études.

  • 16 Aujourd’hui collège national Elena Cuza, cette institution se nommait avant 1999 école normale Elen (...)

82De même que dans le cas des IUFM, les formateurs dans la nouvelle institution créée avaient le statut des formateurs permanents en tant qu’enseignants en poste ou de formateurs associés. Ceux-ci étaient soit des universitaires soit des formateurs des disciplines représentées dans la plupart des cas par les enseignants du lycée pédagogique qui y intervenaient en tant que formateurs associés. De ce fait, dans le dossier de création du collège universitaire de Bucarest, on retrouve des informations relatives au personnel impliqué dans le processus de formation : enseignants ayant une qualification supérieure et une expérience riche, enseignants du département de pédagogie et psychologie de l’université de Bucarest et enseignants de l’école normale de Bucarest dotés d’une grande expérience. Ainsi, l’équipe a été constituée parmi les enseignants de l’université de Bucarest et de l’école normale Elena Cuza de Bucarest16. Aujourd’hui s’applique généralement le même principe.

83Comme en France, au début des IUFM, la plupart des formateurs impliqués dans la formation des enseignants du premier degré sont passés de l’ancienne institution de formation à la nouvelle institution, puisque le projet de mise en place des instituts universitaires de formation des maîtres et des collèges universitaires d’instituteurs a ouvert à certains enseignants d’écoles normales des perspectives d’évolution vers la carrière universitaire. Même si progressivement, après la première décennie, leur nombre a baissé, les deux institutions universitaires roumaines ont fait le choix de donner une place aux anciens formateurs des écoles normales.

84L’ordre no 3642 du 4 mai 1998 du ministre de l’Éducation relatif à la création des collèges universitaires d’instituteurs évoque le contexte de la mise en place de cette nouvelle institution : « dans l’enseignement la crise d’éducateurs et învãţãtori est devenue aiguë, du fait que très peu de diplômés des lycées pédagogiques embrassent la carrière d’enseignant de l’école maternelle ou élémentaire » (archives du ministère de l’Éducation nationale). Mais le même document officiel mentionne que « d’autre part, la formation à un niveau élevé d’un éducateur ou învãţãtor prétend une période d’études universitaires ». À cette réalité se rajoute l’argument que « notre pays va relier le système actuel de formation des éducateurs et învãţãtori aux repères européens ».

85Cependant, Constantin Cucoş souligne les débuts difficiles des collèges universitaires d’instituteurs : « le déplacement de la formation de type secondaire (des ex-écoles normales) vers une formation de type universitaire représente un pas normal, bienvenu, de réévaluation d’un métier injustement déprécié symboliquement, moralement et matériellement » (Cucoş, 1999, p. 9). Malgré cela, quelques problèmes sont évoqués dont le manque de formateurs, de candidats, ce qui amène le pédagogue à affirmer « qu’il est donc possible que les diplômés des collèges universitaires soient plus faibles que ceux des écoles normales où la population scolaire était de bonne qualité » (ibid.). Dans l’expérience roumaine, le passage de la formation des enseignants des écoles maternelles et élémentaires au niveau universitaire de courte durée n’a pas garanti en soi un standard de qualité élevé dès le début, ce qui a donné plus de valeur à l’école normale traditionnelle. Ainsi, l’épreuve que cette institution a passé avec succès au fil du temps en formant des enseignants de très bonne qualité joue un rôle non négligeable dans la conservation de la filière, qui forme toujours une partie du corps enseignant des écoles maternelles et élémentaires dans le contexte européen de l’universitarisation de la formation des enseignants des écoles maternelles et élémentaires.

86Selon la Commission des communautés européennes qui surveillait la demande d’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne, cette réforme peut être considérée comme un « programme de réforme ambitieux qui a été élaboré pour tous les niveaux d’enseignement (enseignement de base, enseignement secondaire, enseignement professionnel et enseignement supérieur). La loi sur l’éducation adoptée en juillet 1995 est une loi progressive qui s’aligne sur les critères qui prévalent dans l’Union » (Commission des communautés européennes, 1997, p. 55). C’est dans le cadre des enjeux de cette loi que le collège universitaire d’instituteurs a été créé. De ce fait, « le gouvernement a pris l’engagement de réformer le système éducatif de la Roumanie pour satisfaire les besoins d’une société démocratique et d’une économie de marché en portant la qualité à un niveau comparable à ceux des pays de l’Union ». (Commission des communautés européennes, 1997, p. 55).

87Sans autre alternative, le système roumain a dû s’adapter et accélérer la dynamique de démocratisation : « Avant l’adhésion, la Roumanie était en retard en matière d’économie et d’éducation par rapport aux standards européens ». Des initiatives législatives et pratiques ont été adoptées « en vue de convaincre les autres pays membres qu’une stratégie fiable a été engagée » (Ruşitoru, 2017, p. 113-114).

88En Roumanie, le niveau de formation des futurs enseignants des écoles maternelles et élémentaires connaît trois niveaux après la chute du régime communiste : le premier est le niveau secondaire supérieur assuré par l’école normale/lycée pédagogique, le deuxième est le niveau supérieur de courte durée assuré par les collèges universitaires d’instituteurs, et finalement, à partir de 2005, la formation atteint le niveau supérieur universitaire, sanctionnée par une licence organisée le plus souvent dans le cadre du département pour la pédagogie d’enseignement primaire et préscolaire.

89En 2005, le programme d’études intitulé « la pédagogie de l’enseignement primaire et préscolaire », intégré au sein d’une faculté ayant un domaine de formation dans le domaine de l’éducation, des sciences sociales et de la psychologie, a remplacé les collèges pédagogiques d’instituteurs. Il a été créé pour répondre aux nouvelles exigences de qualification des enseignants de l’enseignement primaire et préscolaire, conformément à la Déclaration de Bologne, avec les dispositions de la loi sur l’Éducation nationale, et avec les transformations des systèmes éducatifs des pays de l’Union européenne. Les diplômés de ce programme d’études sont titulaires d’une licence en sciences de l’éducation, en tant que professeurs pour l’enseignement primaire et préscolaire.

90Il a fallu donc attendre les changements au niveau européen afin que la qualification des enseignants du premier degré se situe désormais au niveau de la licence. Ce changement a visé aussi l’uniformisation des qualifications finales et le statut de cette catégorie d’enseignants, qui subit un changement historique : désormais tous les enseignants du premier degré ayant suivi leur formation dans le cadre de cette nouvelle spécialisation ont le statut de professeur. C’était aussi le cas en France, mais en Roumanie les enseignants du premier degré ont atteint le statut de professeurs des écoles presque vingt ans plus tard que leurs collègues français.

91C’est ainsi que le statut des enseignants du premier degré roumain a évolué en fonction de l’institution dans laquelle leur formation initiale a été réalisée après 1989, la dernière réglementation retrace cette courte histoire institutionnelle : le traditionnel educator/educatoare, învățător/învățătoare correspond au diplômé du lycée pédagogique ; les instituteurs/institutrices reste la dénomination pour les diplômés du collège universitaire d’instituteurs et finalement le professeur pour l’enseignement préscolaire et primaire est le titulaire d’une licence dans la spécialisation « pédagogie d’enseignement primaire et préscolaire ».

92L’explication est donnée par le ministre de l’Éducation nationale en 2003 :

La réforme de l’enseignement supérieur roumain, attendue par les jeunes Roumains et imposée après 1989 par la transition d’une économie centralisée à une économie de marché, a représenté la construction d’un système d’enseignement supérieur aussi compatible que possible avec l’espace éducatif européen. Fondamentalement, cette coordination signifie l’introduction du modèle européen général dans l’enseignement supérieur roumain, afin de garantir l’interaction entre les milieux universitaires roumains et européens (ministère de l’Éducation, de la Recherche et de la Jeunesse, 2003, p. 10).

93Depuis 2005, le système universitaire de formation des enseignants du premier degré s’est uniformisé et connaît la même organisation aujourd’hui encore. Cependant, l’école normale a survécu durant toute cette période malgré les tentatives de remise en cause. Nous constatons donc la force de son enracinement dans la société roumaine, qui a survécu sous plusieurs régimes.

Conclusion

94On pourrait conclure que la persistance de cette institution est d’un ordre tant interne qu’externe, dû à une difficulté du système lui-même de faire tabula rasa, et que le sens de cette superposition d’institutions tient d’une idéologie dominante de la formation des enseignants du premier degré dans une école professionnelle secondaire supérieure. Mais, tandis que la Roumanie perpétue l’histoire de cette institution maîtresse, il ne faut pas oublier qu’en France, les instituts de formation universitaires françaises ont changé trois fois de nom depuis 1989.

95Même si depuis 2005, la Roumanie suit les enjeux de la formation des maîtres dans un cadre européen tout en respectant le modèle suggéré et nécessaire à la construction et à la reconnaissance internationale des diplômes et qualifications, aujourd’hui encore, les lycées pédagogiques, qui sont toujours nommés écoles normales par la société roumaine, gardent une partie de leur mission initiale. Comme les écoles normales primaires françaises rétablies après la Libération, les écoles normales roumaines sont à la fois des lycées qui préparent les élèves au baccalauréat et des écoles professionnelles qui forment les futurs enseignants des écoles maternelles et élémentaires.

96Selon nous, les raisons de la persistance de cette structure éducative par-delà la rupture de 1989 et de la qualification actuelle des enseignants du premier degré dans le cadre d’une institution universitaire sont complexes et conditionnées principalement par le contexte économique et politique de la démocratisation du pays.

97Quoi qu’il en soit, l’école normale roumaine résiste à tout, même à un bouleversement politique majeur, aux injonctions gouvernementales, à l’européanisation et à l’universitarisation de la formation des maîtres. Cette résistance est liée à la fois à des raisons internes et à des raisons d’ordre politique, dues au manque de consensus quant au sort des écoles normales et des lycées pédagogiques.

98Cependant, après la mise en place des institutions conformes au paysage éducatif européen de formation des enseignants, le modèle le plus apprécié et efficient est représenté par un cursus dans le cadre de l’école normale/lycée pédagogique suivi du collège universitaire d’instituteur ou de son héritier post 2005, le programme de licence sciences de l’éducation, l’école normale étant dans ce cas un dispositif de préprofessionnalisation. C’est le compromis que l’État roumain a trouvé pour valoriser la tradition roumaine des écoles normales et être dans le même temps en accord avec l’évolution de la formation contemporaine. Ainsi, la formation des enseignants du premier degré se situe à la frontière entre traditionnel et modernisme. C’est dans ce contexte que l’école normale résiste, protégée par l’existence d’une institution universitaire de formation des enseignants du premier degré. Cependant, loin de rester dans l’ombre, l’école normale demeure le repère du système de formation initiale qui forme encore les futurs enseignants du primaire.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Archives d’établissements

Collège national Elena Cuza, Ministerul învãţãmântului, Precizãri suplimentare privind organizarea şi funcţionarea Şcolilor Normale, Bucarest.

Collège national Elena Cuza, Plan de formation 1976, Bucarest.

Collège national Elena Cuza, Plan de formation 1990-1991, Bucarest.

Université de Bucarest, 1999, Dossier de création du collège d’instituteurs de Bucarest.

Université de Bucarest, 1998, « Ordin 3642 din 4/5/1998 cu privire la înfiinţarea colegiilor universitare de institutori ».

Ministère de l’Éducation et de la Recherche, 2001, « Ordinul nr. 3593 din 03.04.2001 privind pregãtirea educatoarelor şi învãţãtorilor prin licee pedagogice începând cu anul şcolar 2001-2002 ».

Ministère de l’Éducation et de la Recherche, 13 août 2020, « Ordinul nr. 4812 din 30 iulie 2020 privind aprobarea Regulamentului-cadru pentru organizarea şi funcţionarea învăţământului pedagogic în sistemul de învăţământ preuniversitar », Moniteur officiel, 736.

Ministère de l’Éducation nationale, 1998, « Ordinul nr. 3693 din 11.05.1998 cu privire la reprofilarea şcolilor normale (liceelor pedagogice) ».

Ministère de l’Éducation nationale,1999, « Ordinul nr. 3109 din 18.01.1998 privind ocuparea posturilor didactice în colegiile universitare de institutori şi în colegiile universitare medicale nou constituite ».

Ministère de l’Éducation nationale, 10 avril 2019, « Ordin nr. 3.750 din 22 martie 2019 privind la aprobarea Regulamentului de organizare și funcționare a colegiilor și liceelor pedagogice din România », Moniteur officiel, 272.

Ministère de l’Instruction publique et des Cultes, 1893, « Legea învăţământului primar şi normal-primar ».

Parlement roumain, 31 juillet 1995, « Legea învățământului nr. 84 din 24 iulie 1995, Moniteur officiel, 167.

Présidium de la Grande Assemblée nationale de la République populaire roumaine, 3 août 1948, « Decretul nr. 175/1948 pentru reforma învățământului, Moniteur officiel, 177.

Ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche, de la Jeunesse et des Sports, « Anexa 1, ordin nr. 5347/7.09.2011 privind aprobarea planurilor-cadru de învățământ pentru clasele a IXa – a XII-a, filiera vocațională, profilul pedagogic ».

Archives orales : entretiens réalisés entre 2019 et 2020

Entretien avec M. Constantin Cucoş, en visioconférence, le 7 février 2020. Constantin Cucoş est un pédagogue roumain, auteur d’une vingtaine de livres et plus de 250 ouvrages collectifs. Il a été doyen de l’Université Alexandru Ioan Cuza de Iaşi. Dans le cadre de la même université, il est professeur et directeur du département de la formation du personnel enseignant depuis plus de vingt ans.

Entretien avec M. Marin Manolescu, à Bucarest, le 24 octobre 2019. Marin Manolescu est spécialiste de la théorie et la méthodologie de l’évaluation, la théorie et la méthodologie/la pratique du curriculum, la formation initiale et continue des enseignants et le management institutionnel. Parmi ses activités, il a été directeur du département de la pédagogie de l’enseignement primaire et préscolaire de Bucarest, directeur du collège universitaire d’instituteurs, chef du service de la formation des enseignants au ministère de l’Éducation et de la Recherche, professeur et directeur adjoint de l’école normale Elena Cuza / lycée pédagogique de Bucarest. Il a également été pendant toute cette période, inspecteur de l’Éducation nationale.

Entretien avec M. Vasile Molan, à Bucarest, le 24 octobre 2019. Vasile Molan a été professeur et directeur de l’école normale Elena Cuza / lycée pédagogique de Bucarest, professeur de collège universitaire d’instituteurs de Bucarest et du département pour la pédagogie de l’enseignement primaire et préscolaire intégré dans le cadre de la faculté de psychologie et sciences de l’éducation de l’université de Bucarest et secrétaire d’État chargé de l’enseignement préuniversitaire sous la tutelle du ministre de l’Éducation nationale. Il a également été pendant toute cette période, inspecteur de l’Éducation nationale.

Entretien avec M. Romiţã Iucu Bumbu, à Bucarest, le 30 octobre 2019. Romiţã Iucu est spécialisé dans les politiques éducatives, la formation et le développement professionnel des enseignants et le management dans le domaine de l’enseignement supérieur. Parmi ses activités, il a été expert de l’UNICEF et de la Banque mondiale pour plusieurs projets menés au niveau national, membre de la Commission présidentielle pour l’analyse et l’évaluation des politiques éducatives, vice-président du Conseil national pour la réforme de l’éducation, vice-président du Conseil d’évaluation CNFP (centre national de formation du personnel enseignant de l’enseignement préuniversitaire), pro-recteur de l’université de Bucarest, vice-doyen de la faculté de psychologie et sciences de l’éducation, directeur général adjoint de la direction générale de la formation continue, de la formation et du perfectionnement du personnel enseignant au ministère de l’Éducation et de la Recherche, premier directeur du collège universitaire des instituteurs de Bucarest.

Entretien réalisé à Bucarest le 30 octobre 2019 avec un témoin anonyme, directeur d’un lycée pédagogique de 1990 à 1999 et depuis, inspecteur de l’Éducation nationale.

Bibliographie

Anton I., 1998, Evoluţia Şcolii Normale din Arad de la 1920 pânã în prezent [L’évolution de l’école normale d’Arad de 1920 jusqu’au présent]. Arad : Multimedia.

Cahon J. et Poucet B. (dir.), 2021, Réformer le système éducatif. Pour une école nouvelle, mars 1968. Rennes : PUR.

Commission des communautés européennes, 1997, Avis de la Commission sur la demande d’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne. Luxembourg : Office des publications officielles des Communautés européennes. Disponible sur : https://ec.europa.eu/dorie/fileDownload.do;jsessionid=vTJjRhwSYRLpN8D7dGKZwpVn721bn0XQNpqFw3NpvfnSG2Dn8LDv!-687982831?docId=250931&cardId=250931.

Commission européenne, Eurydice et Eurostat, 2005, Les chiffres clés de l’éducation en Europe 2005. Luxembourg : Office des publications officielles des Communautés européennes.

Condette J.-F., 2007, Histoire de la formation des enseignants en France (XIXe - XXe siècles). Paris : L’Harmattan.

Cucoş C., 1999, « Cine ajunge la colegiile pedagogice ? », Tribuna învãţãmântului [« Qui arrive aux collèges pédagogiques ? », La tribune de l’enseignement], 505.

Institut national de statistique, 2019, Anuarul statistic al României [Annuaire statistique de la Roumanie]. Bucarest : INS. Disponible sur : https://insse.ro/cms/sites/default/files/field/publicatii/anuarul_statistic_al_romaniei_carte_ro_0.pdf.

Manolescu M. et Bănică P. (dir.), 2018, Monografia învãţãmântului din satele comunei Bobiceşti – O perspectivã istoricã [Monographie de l’enseignement dans les villages de la commune Bobiceşti, une perspective historique]. Craiova : Reprograph.

Marga A., 14 juin 2019, Éducation : états des lieux, erreurs, solutions, conférence à l’université de Suceava. Disponible sur : http://andreimarga.eu/educatia-stari-de-lucruri-erori-solutii/.

Ministerul învãţãmântului, comisia pentru istoria învãţãmântului din România, 1971, Istoria învãţãmântului din Romãnia. Bucureşti : Editura didactica şi pedagogicã.

Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 2018, L’Europe de l’éducation en chiffres, https://www.education.gouv.fr/l-europe-de-l-education-en-chiffres-2018-11273.

Ministerul Educaţiei, Cercetãrii şi Tineretului, 2003, Country report, european conference of the ministers of education. Disponible sur : https://www.edu.ro/sites/default/files/_fi%C8%99iere/Cooperare-Internationala/2016/Rapoarte_bologna/ROMANIA_NEU_2003.PDF.

Musset P., 2010, « Initial Teacher Education and Continuing Training Policies in a Comparative Perspective : Current Practices in OECD Countries and a Literature Review on Potential Effects », OECD Education Working Papers, 48. Paris : OECD Publishing. Disponible sur : http://dx.doi.org/10.1787/5kmbphh7s47h-en.

Pãun E., 2005, « Roumanie. Attendre ou produire le changement ? », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 40, p. 85-89.

Pãun E., 2006, « Le système éducatif roumain : les enjeux de la réforme », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 42, p. 154-159.

Prost A. (dir.), 2014, La formation des maîtres de 1940 à 2010. Rennes : PUR.

Ruşitoru M.-V., 2017, Le droit à l’éducation et les politiques éducatives. Union européenne et Roumanie. Paris : L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 La Roumanie a signé le traité d’adhésion en 2005, et a rejoint l’Union européenne le 1er janvier 2007.

2 Étant donné que les archives nationales roumaines ne détiennent pas de documents relatifs à notre objet de recherche et que les archives du ministère de l’Éducation nationale ne sont ni centralisées ni accessibles, les documents cités ont été mis à notre disposition sur demande.

3 Alexandru Ioan Cuza (1820-1873), premier prince des principautés roumaines, « a initié et a réalisé des changements structurels sur le plan social-économique, politique et culturel, qui ont ouvert une nouvelle étape dans le développement historique de l’État national roumain » (Manolescu et Bănică, 2018, p. 103).

4 Le titre utilisé est înveţãtorilor, nom qui fait référence au corps enseignant pour les écoles élémentaires.

5 L’instruction obligatoire comprenait les matières suivantes : la lecture et l’écriture, le catéchisme, des notions d’hygiène, la grammaire, la géographie, l’histoire du pays, le droit administratif du pays, les quatre opérations arithmétiques et le système juridique des poids et mesures (article 32 de la loi sur l’instruction publique du 25 novembre 1864).

6 Înveţãtori et înveţãtóre est l’ancienne orthographie pour învãţãtori et învãţãtoare. À l’époque, ce sont les enseignants des écoles primaires rurales.

7 Le principal objectif de cette discipline est de contribuer à la formation de la personnalité de l’élève, en termes moraux et civiques, au niveau des exigences de la civilisation et de la culture de la société contemporaine.

8 Celui-ci en ayant connu beaucoup en 1990, le plan de formation analysé dans le graphique 1 était valable à la date du 26 mars 1990 pour une durée de cinq années d’études.

9 Selon la réponse donnée par le ministère à nos demandes.

10 Équivalent aux professeurs des écoles.

11 Équivalent de décret.

12 Le mandat d’Andrei Marga, ministre de l’Éducation nationale, a duré du 5 décembre 1997 au 28 décembre 2000.

13 Ecaterina Andronescu, ministre de l’Éducation nationale, a eu plusieurs mandats : 28 décembre 2000-19 juin 2003 ; 03 juillet 2008-22 décembre 2008 ; 23 décembre 2008-03 octobre 2009 ; 03 juillet 2012-21 décembre 2012 ; 16 novembre 2018-02 août 2019.

14 Appellation pour les enseignants des écoles maternelles.

15 Appellation pour les enseignants des écoles élémentaires.

16 Aujourd’hui collège national Elena Cuza, cette institution se nommait avant 1999 école normale Elena Cuza. Au moment de la chute du communisme, elle était nommée lycée pédagogique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Épreuves d’admissibilité, règlement pour l’organisation et le fonctionnement de l’enseignement pédagogique dans le système d’enseignement préuniversitaire, Moniteur officiel no 736, 13 août 2020.
URL http://journals.openedition.org/pensereduc/docannexe/image/876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Graphique 1. Pourcentage des contenus théoriques dans les lycées pédagogiques en 1990.
URL http://journals.openedition.org/pensereduc/docannexe/image/876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 2. Pourcentage des contenus théoriques dans les lycées pédagogiques depuis 2011. La moyenne du nombre d’heures de chaque domaine est calculée pour 35 semaines d’études pour les trois premières années et pour 34 semaines pour la dernière année d’étude.
URL http://journals.openedition.org/pensereduc/docannexe/image/876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 3. Stage filé : nombre d’heures par semaine.
URL http://journals.openedition.org/pensereduc/docannexe/image/876/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Graphique 4. Stage massé : nombre de semaines par an.
URL http://journals.openedition.org/pensereduc/docannexe/image/876/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 2. Ministres, gouvernements et idéologies en Roumanie de 1997 à 2014.
URL http://journals.openedition.org/pensereduc/docannexe/image/876/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rodica Manolache, « La résistance de l’école normale dans la Roumanie démocratique »Penser l’éducation, 51 | 2022, 41-68.

Référence électronique

Rodica Manolache, « La résistance de l’école normale dans la Roumanie démocratique »Penser l’éducation [En ligne], 51 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 11 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pensereduc/876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pensereduc.876

Haut de page

Auteur

Rodica Manolache

Docteure en sciences de l’éducation, ATER à l’université de Picardie Jules-Verne et associée au CAREF (Centre amiénois de recherche en éducation et formation.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search