Navigation – Plan du site
Lectures

L’art, valeur refuge

Art, a Safe Investment
Kunst: eine sichere Anlage
L’arte, valore rifugio
El arte, valor refugio
Séverine Sofio
p. 177-181
Références :

Boltanski, Esquerre, 2017 : Luc Boltanski, Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard (NRF Essais), 2017, 672 p.

Schultheis, Single, Köfeler et al., 2016 : Franz Schultheis, Erwin Single, Raphaela Köfeler, Thomas Mazzurana, Art Unlimited? Dynamics and Paradoxes of a Globalizing Art World, Bielefeld, Transcript Verlag (Cultures of Society, 20), 2016, 264 p. [en ligne, URL : http://www.transcript-verlag.de/978-3-8376-3296-5/art-unlimited/].

Résumés

On revient, dans cette note critique, sur deux ouvrages abordant, depuis des points de vue distincts, deux types d’évolutions récentes des économies de l’art. Avec Enrichissement, Boltanski et Esquerre décrivent la manière dont le capitalisme a, ces dernières décennies, investi les domaines de l’art, du patrimoine et de l’histoire. Les objets échangés dans le cadre de cette nouvelle économie ont la particularité de se trouver « enrichis » par un discours qui fait notamment de leur préservation une obligation morale. Cette transformation globale prend plusieurs formes, successivement abordées par les auteurs, touchant tant les paysages que les mentalités ou la morphologie des sociétés occidentales. Les quatre auteurs de Art Unlimited? (Schultheis, Single, Köfeler et Mazzurana) s’intéressent, quant à eux, aux effets de la mondialisation des économies de l’art en abordant la question non du point de vue des pays occidentaux, mais de celui de la Chine dont ils décrivent, d’une façon originale et pointue, les spécificités du marché de l’art contemporain, pur produit de cette mondialisation et source de bien des malentendus entre Chinois et Occidentaux.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du texte

Pour les sociologues Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, le capitalisme dans les sociétés occidentales est entré dans un nouvel âge : celui de la revalorisation – « l’enrichissement » – de choses, issues du passé ou non, produites industriellement ou non, mais dont le point commun est d’être accompagnées d’un récit qui les érige au statut de choses exceptionnelles (vintage, historiques, de collection, uniques, etc.), rares et chères, accessibles aux plus privilégiés, voire dont la possession détermine aujourd’hui l’appartenance aux fractions privilégiées de la société. Contrairement aux objets issus de la production industrielle – objets standardisés, qui ne sont valorisés que pour leurs qualités techniques et qui sont produits pour répondre à un besoin (quitte à ce que ce besoin soit créé par la publicité, ce qui est le propre d’une société de consommation) – les choses « enrichies » ne répondent à aucun besoin spécifique, sinon sans doute celui de se distinguer. Surtout, leur valeur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Sofio, « L’art, valeur refuge  », Perspective, 1 | 2018, 177-181.

Référence électronique

Séverine Sofio, « L’art, valeur refuge  », Perspective [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/perspective/10015

Haut de page

Auteur

Séverine Sofio

CNRS (Cresppa, UMR 7217)
Severine.SOFIO[at]cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals