Navigation – Plan du site
Essais

Détruire, reconstruire, redéfinir : la fragmentation volontaire de la Santa Casa de Loreto et ses altérations répliquées

Destroying, Remaking, Redefining: Purposeful Fragmentation and Revision of the Santa Casa di Loreto
Zerstörung, Wiederaufbau, Neudefinition: die gewollte Fragmentierung des Heiligen Hauses von Loreto und ihre fortgesetzten Verfälschungen
Distruggere, costruire, ridefinire: la frammentazione volontaria della Santa Casa di Loreto e le sue alterazioni replicate
Destruir, reconstruir, redefinir: la fragmentación voluntaria de la Santa Casa de Loreto y la replicación de sus alteraciones
Erin Giffin
Traduction de François Boisivon
p. 209-217

Résumés

En tant qu’elle est le lieu de l’Annonciation, la Santa Casa de Loreto fait écho au passé, devenant une puissante destination de pèlerinage dans l’Europe catholique. Pourtant, cette construction nazaréenne ne reçoit aucune dévotion en Terre sainte. La Santa Casa s’établit d’abord dans la ville de Lorette, à l’Est de l’Italie – vers laquelle l’édifice aurait volé au xiiie siècle –, mais aussi dans les nombreuses copies de l’édifice qui occupent des nefs d’églises, des chapelles et des cloitres à travers l’Europe. Des signes d’une communion tactile apparaissent dans nombre de ces Sante Case, aux briques et aux pierres minutieusement inégales, dont les surfaces peintes à fresque s’effritent délibérément. Chaque Sainte Maison transmet effectivement la structure contemporaine au sein de nouvelles communautés, « rejouant » la dévotion à travers les actes d’une fragmentation perpétuelle qui renforcent l’adoration lorettienne.

Haut de page

Ndlr

Cet article a été réalisé dans le cadre du projet SACRIMA du Conseil européen de la recherche (ERC) : The Normativity of Sacred Images in Early Modern Europe (sous la dir. de Chiara Franceschini), hébergé à la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich, en Allemagne. Les études menées pour cette analyse s’appuient sur un effort de recherche plus vaste intitulé « Translations dévotionnelles : répliques prémodernes de la Sainte Maison de la Vierge », qui concerne les répliques de la Santa Casa dans toute l’Europe aux débuts des temps modernes.

Texte intégral

1Lorsqu’on entre dans la Santa Casa de Loreto, située dans la région des Marches, au sud d’Ancône, sur la côte Adriatique, le regard embrasse un espace où résonne le passé. Vénéré comme la maison natale de la Vierge Marie, ce locus de pèlerinage a explicitement retenu sur ses fresques effritées, laissant apparaître des rangs inégaux de pierres et de briques, le passage du temps. Des générations de visiteurs dévots ont pénétré dans cet espace de Loreto pour y communier avec la Vierge et l’Enfant ; leur adoration tournée d’abord vers un groupe sculptural logé dans une niche à l’une des extrémités de l’humble intérieur, mais aussi vers l’édifice en tant que tel. Les murs de la maison, qui mesurent environ quatre mètres sur neuf mètres et demi, portent les traces, les fruits, de cette adoration, aux endroits où les attouchements de générations de pieux pèlerins ont fait tomber le plâtre des murs, assombri les surfaces exposées des marques répétées de leurs doigts ou laissé des inscriptions. Ces signes de dégradation ne procèdent d’aucun vandalisme mais sont les expressions d’une foi, des offrandes votives en acte, déposées à l’intérieur du sanctuaire, à l’instar des nombreuses figurines ou des membres de métal ou de cire, plus somptueux, ôtés depuis longtemps de l’espace sacré. Comme dans d’autres sites de dévotion prémodernes, les signes de destruction et d’usure offrent des indices palpables des actes de piété et d’interaction avec les lieux au cours des générations.

2Les traces de cette dévotion tactile dans la Santa Casa reflètent des tendances plus générales de la piété aux débuts des temps modernes. Tandis que la Sainte Maison de la Vierge gagnait en célébrité, des recréations de la construction sacrée apparurent dans de nouvelles localités d’Europe, chaque réplique de la Santa Casa transmettant l’objet de dévotion à de nouvelles communautés, dans de nouveaux contextes, reproduisant parfois les plus infimes imperfections de l’original de Loreto. En une brève relation de cette pratique dévotionnelle répandue, cet article s’attache à l’histoire de la fragmentation de la Santa Casa de Loreto et de diverses répliques italiennes, et à la perpétuation des actes de dégradation matérielle sur leurs recréations volontairement fragmentaires. Ces marques contemporaines d’usure renforcent conceptuellement l’acte du toucher, donnant forme à la dévotion et instiguant le besoin d’une communion physique avec la Madone lorettienne. Ces traces visibles sur la construction reproduite affermissent le désir de pèlerinage à la Santa Casa de Loreto, où les dévots pourront accomplir ces interactions intimes, « rejouées » dans chacune des constructions répliquées.

  • 1 Les publications concernant les répliques de la Sainte Maison sont souvent spécifiques à un pays ou (...)

3Selon le récit catholique, la Santa Casa de Loreto est le lieu même de l’Annonciation, du moment où la Vierge Marie accepta qu’entre en elle l’Esprit saint. En tant que telle, la construction est aussi la maison des parents de Marie, Anne et Joachim, et par conséquent le lieu de la propre naissance miraculeuse de la Vierge. En outre, elle est liée à l’adolescence du Christ. C’est là que la Sainte Famille aurait trouvé refuge après la fuite en Égypte. Témoignage de ces couches superposées du récit, la Santa Casa résonne de trois générations de la Sainte Famille, agissant comme un puissant objet de dévotion et un centre de pèlerinage voué à des figures essentielles de la religion chrétienne. Ce n’est pourtant pas en Terre sainte que sera pleinement vénéré le bâtiment nazaréen ; c’est Loreto, où l’édifice fut, dit-on, transféré par les airs sur la demande de la Vierge à la fin du xiiie siècle, qui apparaît comme le lieu premier où se dresse la Santa Casa, lequel essaimera avec les nombreuses copies de la construction, peuplant toute l’Europe catholique – nefs d’églises, chapelles et cloîtres1.

  • 2 Pour une histoire complète du site de Loreto, voir Marco Moroni, L’Economia di un grande santuario (...)
  • 3 La Sainte Maison aurait quitté Nazareth la nuit du 9 mai 1291, et serait apparue à Trsat le jour su (...)
  • 4 La perte de la Sainte Maison qui affecta Trsat est décrite dans nombre de manuscrits et publication (...)
  • 5 La famille Frangipani apparaît très tôt, vers 1525, dans la Lauretanae Virginis historia de Girolam (...)

4La Sainte Maison originale de Loreto apparut comme une destination populaire de pèlerinage au cours du xve siècle2. Le récit bien documenté du miracle conte très précisément sa translation surnaturelle depuis Nazareth, à Trsat (aujourd’hui en Croatie) d’abord, au mois de mai 1291, puis dans les forêts environnant la ville de Recanati, avant qu’elle ne soit déposée sur l’éminence de Loreto, en septembre 12953. Des récits ultérieurs de miracles corroborent cette délocalisation, entretenant une perception indéterminée du lieu enchâssée dans la Sainte Maison elle-même. La reconnaissance croissante du site de pèlerinage jumeau de Loreto, à Trsat – où la Sainte Maison avait brièvement demeuré et été vénérée – a encore renforcé le récit lorettien4. L’intermède de Trsat gagna sa pleine légitimité lorsque le pape Urbain V fit présent à la communauté dépossédée d’une icône conciliatrice de la main de saint Luc représentant la Vierge, à laquelle fut dressé un somptueux sanctuaire, grâce aux soins de la famille Frangipani, qui ne ménagea pas non plus les efforts pour déterminer les lieux précis où s’était autrefois trouvée la Sainte Maison5. L’exemple de Trsat offre la preuve d’une présence perdue, donnant ainsi crédit à la translation miraculeuse de la Santa Casa, qui ouvre à son tour le sanctuaire de Loreto à la possibilité de manipulations cultuelles. La combinaison d’une présence physique et d’un transport miraculeux construit une relique, toujours sur le point d’être répliquée, investie du pouvoir de se délocaliser, en tant qu’objet de dévotion, auprès des communautés pieuses méritantes.

  • 6 Floriano Grimaldi, La basilica della Santa Casa di Loreto. Indagini archeologiche, geognostiche e s (...)
  • 7 Floriano Grimaldi et al., L’Ornamento marmoreo della Santa Cappella di Loreto, Loreto, Tecnostampa (...)

5À son nouveau domicile de Loreto, la Santa Casa se transforma avec le temps, de construction indépendante d’abord, isolée, en objet de culte ensuite, sanctuarisé à la croisée du transept d’une immense basilique qui l’enclot6. Lorsque fut achevée cette grandiose enveloppe, l’attention se reporta sur le divin édifice lui-même, orné, de 1507 à 1579, d’une décoration extérieure additionnelle : un programme de revêtement en marbre blanc de Carrare, articulé de motifs gréco-romains et peuplé de reliefs bibliques, de prophètes et de sibylles en ronde-bosse, avec des incrustations de pierres polychromes7. Cette somptueuse châsse enferme la relique en majesté, créant une barrière liminale solennelle qui marque une distance, alors même que ce programme visuel unit le passé aux tendances décoratives de l’époque.

  • 8 Voici ce qu’écrit Giovanni Bellarino : « Si toccarà con la mano la muraglia di dentro di quel santi (...)
  • 9 « Trè sono le Pareti, dove appariscono le figure, cominciando da alto, sino alla, meza [sic], incir (...)
  • 10 Serragli, 1634, cité n. 9, p. 59-60. L’auteur cite également la Laretanae Historiae (Rome, 1598, 5  (...)

6Tandis que ce reliquaire de marbre s’étendait le long de ses murs extérieurs, la dévotion à l’intérieur de la Santa Casa suivait son cours. Les pèlerins y affluaient dans l’espoir de guérisons miraculeuses, convaincus que par le contact physique s’accompliraient, dans le corps du suppliant, les vertus thaumaturges de la construction et de la Vierge Marie. Le guide du pèlerin de Giovanni Bellarino, publié en 1617, prend soin d’exhorter les dévots à toucher les murs intérieurs de la chapelle, puis à se toucher les yeux, les oreilles, la bouche, la gorge, la poitrine et le cœur afin de les imprégner du pouvoir de la santissima casa8 (la « très sainte maison »). Comme le déplore Silvio Serragli dans La Santa Casa Abbellita, publiée en 1634, « les dévotions indiscrètes de la plèbe » ont effectivement arraché les enduits et détaché les fresques de la construction, jusqu’à une hauteur de deux mètres au-dessus du sol9. Ces fresques arrachées des murs de la Santa Casa, selon Serragli, étaient antérieures au transport miraculeux de la maison, ancienneté que son identification des portraits de pèlerins célèbres s’étant rendus à Nazareth, dont le roi normand Tancrède et le roi français Louis IX, plus tard canonisé, vient soutenir10.

  • 11 Grimaldi, 2001, cité n. 8, p. 476-477.
  • 12 Grimaldi, 2001, cité n. 8, p. 477-478.

7Afin de pallier cette adoration excessive, des paquets de polvere – de la « poussière » provenant des murs intérieurs de la construction sacrée – furent diffusés, devenant, au xvie siècle, une relique de contact très prisée, que les croyants pouvaient même emporter chez eux comme une part de la Santa Casa. Quoique les origines de cette tradition demeurent obscures, le ramassage de la poussière la nuit du Giovedi Santo, le jeudi saint qui précède Pâques, est parfaitement documenté dans la dernière décennie du xviiie siècle11. Des tissus réservés à cet effet étaient disposés au sol de la Santa Casa pour recueillir la poussière que les prêtres obtenaient en passant sur les murs des plumeaux réservés à ce rituel. Après avoir sanctifié la poussière, ces mêmes prêtres divisaient en deux parties le don sacré : l’une était destinée aux paquets de polvere, l’autre à l’hôpital jouxtant le sanctuaire, où les malades mangeaient et buvaient dans de la vaisselle de terre cuite mêlée de matière sainte et investie de son pouvoir12. De même que les paquets de polvere, de nombreuses vaisselles de terre cuite furent disséminées en dehors du site de Loreto, comme le montre une pièce conservée au Museo antico della Santa Casa de Crémone, où l’on peut lire, sur le bord intérieur, cette fière inscription : « con pol[vere] di s[anta] casa ».

  • 13 Pietro Valerio Martorelli, Teatro istorico della Sana Casa nazarena della B. Vergine Maria e sua am (...)

8Cette pièce de vaisselle de Crémone offre un aperçu de la propagation populaire de la dévotion lorettienne dans la péninsule italienne. Comme celle de la polvere elle-même, la possession d’éléments provenant de l’intérieur de la Santa Casa devint gage de santé et de guérison. Selon les textes des xviie et xviiie siècles recensant les miracles attribués à la Santa Casa, Giovanni Soarez, évêque de Coimbra de 1545 à 1572, en route pour une réunion du Concile de Trente où il avait été appelé en 1561, de passage à Loreto, emporta une pierre de l’édifice intérieur13, afin qu’elle serve de relique pour une nouvelle réplique en son évêché. Quoique ses raisons d’avoir emporté la pierre fussent honorables, l’évêque tomba peu après gravement malade, et ses symptômes ne commencèrent à se calmer qu’après qu’il retourna avec la pierre dérobée à Loreto. Une fois celle-ci réinsérée dans le mur de la Sainte Maison, les actions de l’évêque de Coimbra lui furent pardonnées et il fut guéri de son mal mystérieux.

  • 14 Pour un bref résumé de la construction de la Santa Casa de Parme, voir Sofia Castello, L’Oratorio d (...)

9La pierre de Coimbra apparaît dans de nombreuses répliques de la Santa Casa. À Livourne, elle prend la forme d’un fragment de marbre grossièrement taillé, inséré dans le mur latéral nord à l’intérieur du sanctuaire. Construite entre 1637 et 1639, cette Santa Casa livournaise souligne l’importance de la communion tactile avec l’objet thaumaturge, la pierre étant placée juste à droite de l’entrée, et toute décolorée, suite aux nombreux attouchements. Également enchâssée dans le mur intérieur à droite (à l’ouest, cette fois), cette « pierre de touche », la seule pierre dans un intérieur qui n’est, sinon, constitué que de fresques, est à tel point prisée dans la réplique de Parme, érigée à la fin des années 1690, que l’arche d’une grille protectrice la surmonte et que les fresques, autour, écaillées, ont vu leurs fragments emportés par un bienveillant vandalisme14.

  • 15 Les sources de la période – Giacomo Ricci, Tolomei Pietro di Giorgio (Il Teramano) et Girolamo Ange (...)
  • 16 Le portrait du roi saint Louis sur le mur latéral sud intérieur de la Santa Casa daterait des crois (...)
  • 17 Les rationalisations contemporaines de la délocalisation miraculeuse de la construction – dont la t (...)

10Les Saintes Maisons comme celles de Livourne et de Parme incarnent, en apportant un modèle connu de construction dans une nouvelle localité, une forme particulière de dévotion. Si des différences sensibles dans la décoration extérieure expriment l’identité régionale, ces constructions privilégient, à l’intérieur, la ressemblance méticuleuse. Les signes contemporains d’usure, se référant à l’état véritable de la Santa Casa, au xviie siècle pour la première et à l’orée du xviiie pour la seconde, renforcent sa sacralité tangible de la Santa Casa depuis le début de la période moderne plutôt qu’elles ne cherchent à promouvoir une reconstitution de la maison de la Madone durant l’ère paléo-chrétienne. Une maison de la Vierge moins endommagée, idéalisée, peut constituer, en apparence, un objectif spatial et visuel évident, permettant aux spectateurs de remonter le temps jusqu’à l’instant biblique de l’Annonciation. Il n’est qu’à se souvenir de l’immersion narrative proposée par les intérieurs des monts sacrés (Sacri Monti), de Varallo et de Varese, par exemple, où la Santa Casa de Loreto est recréée sous l’apparence d’une chapelle de l’Annonciation, souvent constituée de rangs impeccables de pierres ou de briques, que ne viennent pas brouiller les fresques ultérieures (plus tard encore détériorées). Mais n’accorder d’importance qu’à l’épisode de l’Annonciation, c’est diminuer celle de l’histoire stratifiée intrinsèque à la construction. Foyer des vieux parents de Marie, lieu de naissance de la Vierge, la Sainte Maison portait déjà les signes du passage du temps lors de la miraculeuse conception du Christ. Le bâtiment se détériora encore, on l’imagine, durant l’adolescence du Sauveur et par la suite, lorsqu’il devint l’endroit de réunion des apôtres après la Résurrection, servant de première église titulaire de la foi nouvelle15. Les historiens lorettiens des xvie et xviie siècles, tels que Serragli, soutenaient que les nombreuses fresques couvrant l’intérieur auraient dû être datées de la période antérieure à la translation miraculeuse de la structure16. Cette allégation a offert une histoire tangible de la dévotion structurelle jusqu’à, et pendant, l’époque des Croisades, consolidant l’identification de la Santa Casa à la véritable Sainte Maison de la Vierge. Les fresques témoignent donc de l’accumulation de la décoration votive en Terre Sainte, leur fragmentation attestant les adorations ultérieures à Trsat et à Loreto. En substance, la dégradation structurelle de la Santa Casa manifeste visuellement, pour le spectateur moderne, des générations de dévotion17.

  • 18 Pour une illustration explicite de la traditionnelle nature tactile de la piété chrétienne, voir St (...)
  • 19 William Wallace, « Michelangelo’s Risen Christ », dans The Sixteenth Century Journal, vol. 28, no 4 (...)
  • 20 Voir l’analyse que donne Lucia Longo d’une peinture de Joseph Heintz (le Jeune), Traslazione della (...)

11La Santa Casa appelle le toucher. La nécessité d’une interaction physique prend son origine dans une longue tradition chrétienne de l’adoration, que l’on peut constater dans les sites sacrés de Terre sainte aussi bien que dans les lieux de pèlerinage hors du foyer primitif18. Les images cultuelles appellent également une communication physique, comme c’est le cas des images acheiropoïètes (non faites de mains humaines) de Rome, notamment lors de l’onction rituelle des pieds de l’icône du Christ de la Sancta Santorum. Les compositions religieuses romaines contemporaines du programme de revêtement lorettien du xvie siècle, comme la Vierge à l’Enfant (Madonna del Parto, Sant’Agostino in Campo Marzio) de Jacopo Sansovino ou le Christ ressuscité de Michel-Ange, connurent en tant qu’objets de dévotion vivante un traitement similaire, chacune des sculptures recevant de constants attouchements. Le Christ de Michel-Ange était adoré dans la basilique Santa Maria sopra Minerva, au point que le pied saillant du Sauveur dut être protégé par une enveloppe de métal contre ce que William Wallace qualifie d’« ardente piété des croyants19 ». C’est l’affirmation intrinsèque d’une présence qui unit à la Sainte Maison la piété tactile traditionnelle associée à la sculpture romaine : en touchant une sculpture, on affirme l’expérience de la théophanie – preuve sensible d’une apparition de la divinité dans l’enceinte de l’église – tout en suggérant implicitement la guérison des maux. Au besoin de toucher la Santa Casa se mêle en outre une certaine appréhension. Les fidèles sont appelés à tendre la main vers l’édifice sacré, exprimant ainsi ostensiblement leur foi en son arrivée miraculeuse à Loreto et leur piété, suppliant pour leurs maux, mais aussi invités à transmettre leur adoration pour une relique instable, dénuée de toute attache géographique spécifique. Comme en ont témoigné de nombreux artistes, dans leurs représentations en deux ou trois dimensions – et comme la localité de Trsat ne le sait que trop bien –, la Santa Casa est un objet mobile, parfaitement capable de délocalisation miraculeuse20.

  • 21 Silvio Serragli, La Santa Casa Abbellita, Loreto, Paolo e Giovanni Battista Serafini Fratelli, 1639 (...)

12À l’approche du xviie siècle, des répliques de la Santa Casa furent adorées de Naples à Milan, de Livourne à Venise. La construction de ces copies en Italie coïncida avec les développements de la piété lorettienne dans d’autres localités de l’Europe catholique. De nouvelles répliques de la Sainte Maison apparurent sur les côtes de Dalmatie, en Suisse, en Allemagne du Sud et jusqu’en Pologne. Silvio Serragli commente également ce phénomène, informant son lecteur de l’existence d’une gravure détaillée de la Santa Casa qui circulait parmi des princes allemands (on ne sait lesquels) songeant à développer la piété lorettienne au nord des Alpes21.

  • 22 Le sanctuaire lorettien est un des nombreux foyers de piété dont on peut imputer la popularité à la (...)

13Comme l’attestent de nombreuses représentations imprimées de la Sainte Maison, son état était presque celui d’une ruine. Une gravure non datée de la collection d’Achille Bertarelli à Milan décrit minutieusement les objets, les images et les marques d’usure sur chaque mur de la construction intérieure. À en juger par le papier sur lequel elle fut imprimée, par la qualité générale de la taille ainsi que par le niveau de complexité et par les similitudes stylistiques avec les répliques du xviie siècle de la Sainte Maison, je crois pouvoir dater l’épreuve Bertarelli des années 1640. L’extrême précision d’épreuves comme celles-ci permettait aux communautés du monde catholique de reproduire des intérieurs hyperréalistes, tout à fait dans l’esprit de celui, entièrement peint à fresques, de Parme, qui s’inspire directement d’une culture caractérisée par la circulation des estampes, comme la gravure Bertarelli. La précision des répliques de la Sainte Maison aux débuts de la période moderne montre, jusqu’à la minutie de son délabrement, l’incidence de la culture de l’imprimé sur cet édifice cultuel largement répandu22.

14Les rayures sur les murs, les fresques écaillées et les pierres assombries par les traces de doigts se lisent comme autant de preuves de dévotion locale, d’offrandes votives ambiguës, comme n’importe quelles pierres précieuses ou plaques commémoratives. Même lorsque l’on pénètre seul dans la Santa Casa, on se sent enveloppé de la piété mariale d’une communauté qui a laissé sa marque. À l’instar des figures qui peuplent les chapelles des multiples Sacri Monti, les graffiti, les pierres et les briques mises à nu de la Santa Casa intègrent le spectateur au sein de l’église, les attouchements incessants agissant comme la promesse perpétuelle d’une salvation miraculeuse. Les modifications ultérieures à la Sainte Maison originelle en sont des éléments essentiels, sous-tendant ses représentations. Sans les signes de son usure, le bâtiment semblerait incomplet, il y manquerait les vestiges tangibles des transactions pieuses de générations de dévots pèlerins. La dégradation est en effet devenue partie intégrante du programme iconographique de la Sainte Maison, tout comme le riche dehors adjoint à l’édifice au cours du xvie siècle. Lors de la diffusion, les siècles qui suivirent, du type de la Sainte Maison dans toute la péninsule italienne et au-delà, les dégradations matérielles exprimaient visuellement le langage de la dévotion lorettienne.

15Les répliques de la Santa Casa de Loreto font plus que recréer un intérieur sacré dégradé : elles génèrent l’adoration cultuelle à travers la communion physique. Les signes d’usure manifestés dans les recréations de la construction aux débuts des temps modernes perpétuent la piété tactile dans la réplique distante et appellent la communion physique par le pèlerinage à l’originale (de la) Santa Casa. Le témoignage, dans différents sites européens, de ces actes d’interaction physique et de cette évolution révèle la fragmentation perpétuelle inhérente à la piété lorettienne. La chaîne référentielle du regard, de l’espace et du toucher relie les nombreuses répliques de la construction à l’original, tel un réseau de piété mariale couvrant le paysage catholique. La relation réciproque qui en résulte entre la copie et l’original brouille l’identité individuelle de la relique architecturale pour y substituer, par le filtre de la piété contemporaine, un moment du temps et de l’espace bibliques déplaçable et traductible. L’état de dégradation de nombreuses Saintes Maisons de la Vierge reconstruit effectivement l’édifice en de multiples loci régionaux du pèlerinage, même en tant qu’elles rejouent et renforcent la destruction continue du modèle de la construction.

Haut de page

Notes

1 Les publications concernant les répliques de la Sainte Maison sont souvent spécifiques à un pays ou à une région. La sélection qui suit concerne des répliques en Italie, en Allemagne, en Suisse et en République tchèque : Mara Ranucci et Massimo Tenenti, Sei riproduzioni della Santa Casa di Loreto in Italia, Loreto, Congregazione Universale della Santa Casa, 2003 ; Stephan Beissel, s.j., Geschichte der Verehrung Marias im 16. Und 17. Jahrhundert. Ein Beitrag zur Religionswissenschaft und Kunstgeschichte, Fribourg-en-Brisgau, Herdersche Verlagschandlung, 1910, p. 444-452 ; Mathilde Tobler, « Architekturkopien – dargestellt am Beispiel der Loreto- und Schönstatt-Kapellen », dans Der Geschichtsfreund. Mitteilungen des Historischen Vereins der fünf Orte Luzern, Uri, Schwyz, Unterwalden ob und nid dem Wald und Zug, vol. 144, 1991, p. 104-122 ; Franz Matsche, « Kopien der Casa Santa von Loreto auf habsburgischem Gebiet nach der Schlacht am Weißen Berg bei Prag 1620 », dans Kunstchronik, no 30, 1977, p. 103-104.

2 Pour une histoire complète du site de Loreto, voir Marco Moroni, L’Economia di un grande santuario europeo. La Santa Casa di Loreto tra basso Mediovevo e Novecento, Milan, Franco Angeli s.r.l., 2000 ; Nanni Monelli, Giuseppe Santarelli, La Basilica di Loreto e la sua reliquia, Ancône, Aniballi Grafiche s.r.l., 1999 ; Kathleen Weil-Garris, « The Santa Casa di Loreto: Problems in Cinquecento Sculpture », thèse de doctorat, Harvard University, 1965.

3 La Sainte Maison aurait quitté Nazareth la nuit du 9 mai 1291, et serait apparue à Trsat le jour suivant. Dans la nuit du 12 décembre 1294, la construction fut à nouveau délocalisée, installée d’abord dans la forêt des environs de Recanati, pour être enfin posée sur la hauteur de Loreto le 7 septembre 1295. Voir Michael Bucherger (dir.), Lexikon für Theologie und Kirche, vol. 6, Fribourg, Verlag Herder, 1961, p. 1143-1144.

4 La perte de la Sainte Maison qui affecta Trsat est décrite dans nombre de manuscrits et publications anciennes, plus particulièrement dans Franjo Clavinic, Historia Tersattana ove si contiene la vera relatione della translatione della Santa Casa Hereditaria del la Vergine Gloriosa da Nazareth a Tersatto, e da Tersatto à Loreto, quando, come, perche, e da chi fosse trasportata con alcune cose più pertinenti alla Chiesa & Monasterio Tersattano, Udine, Nicolò Schiratti, 1648.

5 La famille Frangipani apparaît très tôt, vers 1525, dans la Lauretanae Virginis historia de Girolamo Angelita, Rome, p. 7 recto. Franjo Clavinic relate le don d’Urbain V dans son histoire du sanctuaire de Notre-Dame de Trsat, datée de 1648 : Clavinic, 1648, cité n. 4, p. 12-14.

6 Floriano Grimaldi, La basilica della Santa Casa di Loreto. Indagini archeologiche, geognostiche e statistiche, Pieve Torina, imprimerie Mierma, 1986.

7 Floriano Grimaldi et al., L’Ornamento marmoreo della Santa Cappella di Loreto, Loreto, Tecnostampa di Loreto, 1999. Pour l’histoire du site de Loreto au xvie siècle, voir Kathleen Weil-Garris Posner, « Cloister, Court and City Square », dans Gesta, vol. 12, n° 1/2, 1973, p. 123-132 ; Gualtiero da Servigliano, Loreto nel cinquecento. Sviluppo del centro sociale, Loreto, Archivio Storico e Biblioteca della Santa Casa, 1970. La mise en œuvre du programme de revêtement demeure quelque peu obscure ; elle est examinée dans la thèse de doctorat de Kathleen Weil-Harris, 1965, citée n. 2, p. 12-16.

8 Voici ce qu’écrit Giovanni Bellarino : « Si toccarà con la mano la muraglia di dentro di quel santissimo luogo. Poi con la mano che toccò, si toccheranno il capo, gl’occhi, le orecchie, bocca, gola, il petto, o cuore con desiderio, che la virtù della santissima casa a loro sia applicata. » Les exemples de recommandations d’un contact par le toucher abondent dans les guides et les journaux de voyage consacrés à la Santa Casa : Bellarino n’est sans doute que le plus explicite. Voir son Guida per condurre con frutto spirituale alla Santa Casa di Loreto, et altri luoghi santi le persone di qualunque stato, et anco quelle che corporalmente non vi possono andare… di nuovo corretto et ampliato dall’istesso autore, Pavie, 1617, dans Floriano Grimaldi, Pellegrini e Pellegrinaggi a Loreto nei secoli xiv-xviii, Loreto, Bollettino storico della città di Foligno, 2001, p. 74-75.

9 « Trè sono le Pareti, dove appariscono le figure, cominciando da alto, sino alla, meza [sic], incirca, altezza di muro; mancando il resto, per l’antichità del tempo, dice il Torsellino. Io più crederei dalla indiscreta divotione del Popolo, che sempre toccando, e stropicciando, con tanto ardore, i Santi Muri; appunto è maraviglia, che non si logorino l’istessi pietre », Silvio Serragli, La Santa Casa Abbellita, Loreto, Paolo e Giovanni Battista Serafini Fratelli, 1634, p. 60.

10 Serragli, 1634, cité n. 9, p. 59-60. L’auteur cite également la Laretanae Historiae (Rome, 1598, 5 vol.) d’Oratio Torsellino pour appuyer sa datation rétroactive des fresques.

11 Grimaldi, 2001, cité n. 8, p. 476-477.

12 Grimaldi, 2001, cité n. 8, p. 477-478.

13 Pietro Valerio Martorelli, Teatro istorico della Sana Casa nazarena della B. Vergine Maria e sua ammirabile translazione in Loreto, III, Rome, Stamperia di Antonio de’ Rossi, 1732, p. 411-413.

14 Pour un bref résumé de la construction de la Santa Casa de Parme, voir Sofia Castello, L’Oratorio della SS. Trinità detto dei Rossi, Parme, Tipolitografia A. Gazzaniga sas., 1996, p. 27-32.

15 Les sources de la période – Giacomo Ricci, Tolomei Pietro di Giorgio (Il Teramano) et Girolamo Angelita – s’accordent à dire que les apôtres consacrèrent la Santa Casa et y dirent la messe. Giuseppe Santarelli, « Vicende storiche della Basilica di Loreto », dans Monelli et Santarelli, 1999, cités n. 2, p. 7-50.

16 Le portrait du roi saint Louis sur le mur latéral sud intérieur de la Santa Casa daterait des croisades, antérieur donc à la translation de la Sainte Maison à Loreto.

17 Les rationalisations contemporaines de la délocalisation miraculeuse de la construction – dont la théorie d’un déplacement délibéré par de pieux fidèles jusqu’à Loreto – prennent aussi comme argument la détérioration des fresques, avançant l’hypothèse qu’elles auraient été détachées puis remontées. Voir Nanni Monelli’s “Architettore” e architettura rinascimentale per la Santa Casa di Loreto, Ancône, Congregazione Universale della Santa Casa, 2001, p. 93-94 ; Monelli et Santarelli, 1999, cités n. 2, p. 165-171.

18 Pour une illustration explicite de la traditionnelle nature tactile de la piété chrétienne, voir Stefan Trinks, « The Cathedral of Santiago de Compostela as a Tactile Theater », dans Sabine Marienberg et Jürgen Trabant (dir.), Bildakt at the Warburg Institute, Berlin, Walter de Gruyter GmbH, 2014, p. 189-220.

19 William Wallace, « Michelangelo’s Risen Christ », dans The Sixteenth Century Journal, vol. 28, no 4, 1997, p. 1272. En posant une couverture métallique sur la forme de ce pied nu, l’Église catholique met à la disposition du fidèle une surface plus durable où se perpétue le lien avec le corps du Christ. Ce phénomène est analysé plus avant dans ma thèse de doctorat, « Body and Apparition: Material Presence in Sixteenth-Century Italian Religious Sculpture », University of Washington, 2017.

20 Voir l’analyse que donne Lucia Longo d’une peinture de Joseph Heintz (le Jeune), Traslazione della Santa Casa, dans la « “ Translatio ” Lauretana di Joseph Heintz il Giovane ritrovata », dans Arte Veneta, no 37, 1985, p. 101-108. La fresque aujourd’hui perdue de Giambattista Tiepolo qui ornait les plafonds de l’église Sainte-Marie de Nazareth à Venise offre un autre exemple remarquable : voir William Barcham, « Giambattista Tiepolo’s Ceiling for S. Maria di Nazareth in Venice: Legend, Traditions, and Devotions », dans The Art Bulletin, vol. 61, no 3, 1979, p. 430-447. Pour les nombreuses représentations sculptées de la Sainte Maison en vol, voir Massimo di Matteo, « I plastici processionali della santa casa di Loreto tra devozione e architettura », dans Floriano Grimaldi et Kati Sordy (dir.), L’iconographia della Vergine di Loreto nell’Arte, Loreto, Carilo, Cassa di Risparmio di Loreto spa, 1995, p. 46-64.

21 Silvio Serragli, La Santa Casa Abbellita, Loreto, Paolo e Giovanni Battista Serafini Fratelli, 1639, p. 44 ; Floriano Grimaldi, Il Libro Lauretano. Secoli xv-xviii, Loreto, Tecnostampa di Loreto, 1994, p. 133, 138.

22 Le sanctuaire lorettien est un des nombreux foyers de piété dont on peut imputer la popularité à la large diffusion de publications qui, par le texte comme par l’image, transportèrent l’expérience pieuse au-delà de la péninsule italienne. Grimaldi, 1994, cité n. 21, p. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erin Giffin, « Détruire, reconstruire, redéfinir : la fragmentation volontaire de la Santa Casa de Loreto et ses altérations répliquées », Perspective, 2 | 2018, 209-217.

Référence électronique

Erin Giffin, « Détruire, reconstruire, redéfinir : la fragmentation volontaire de la Santa Casa de Loreto et ses altérations répliquées », Perspective [En ligne], 2 | 2018, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/11827 ; DOI : 10.4000/perspective.11827

Haut de page

Auteur

Erin Giffin

Erin Giffin est chercheuse postdoctorale au sein du projet SACRIMA: The Normativity of Sacred Images in Early Modern Europe, financé par l’ERC, et basé à la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich, en Allemagne. Ses recherches actuelles portent sur la construction de répliques de la Maison de la Vierge lorettienne à travers l’Europe. En juin 2017, elle a terminé son doctorat à l’université de Washington sous la direction de Stuart Lingo.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals