Navigation – Plan du site
Tribune

Oculis spectavit amantis : d’un portrait à l’autre

Osmo Pekonen
p. 11-16

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Aperçu du texte

Un petit portrait ovale d’un gentilhomme des Lumières au regard doux et sincère, arborant un léger sourire aux lèvres. Au musée des Beaux-Arts de Göteborg, le visiteur occasionnel peut être frappé par la vivacité d’expression d’un portrait de jeune homme attribué à Alexander Roslin (1718-1793), un peintre suédois établi à Paris, devenu membre de l’Académie royale de peinture et sculpture, qui exposa vingt fois au Salon entre 1753 et 1791. On doit à Roslin de nombreux portraits de têtes couronnées et d’autres célébrités de l’époque : Gustave III de Suède, Catherine II de Russie, Choiseul, Linné, Marmontel… Il s’agit ici du comte Gustav Philip Creutz (1731-1785), un parfait inconnu, sans doute, pour la plupart des visiteurs ! Peu nombreux sont, en effet, ceux qui viennent au musée de Göteborg exprès, comme moi, pour voir ce tableau qui m’est devenu cher. Car ce Creutz, né en Finlande, fut un poète de mon pays – l’un des premiers grands poètes finlandais – et je suis moi aussi un peu p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Osmo Pekonen, « Oculis spectavit amantis : d’un portrait à l’autre », Perspective, 1 | 2019, 11-16.

Référence électronique

Osmo Pekonen, « Oculis spectavit amantis : d’un portrait à l’autre », Perspective [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/12461 ; DOI : 10.4000/perspective.12461

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals