Navigation – Plan du site
Débats

L’archéologie en question : les pays nordiques

Un débat entre Elisabeth Arwill-Nordbladh, Håkon Glørstad, Kristian Kristiansen, Liv Nilsson Stutz et Mads Ravn, mené par Jean-Paul Demoule
Elisabeth Arwill-Nordbladh, Jean-Paul Demoule, Håkon Glørstad, Kristian Kristianson, Liv Nilsson Stutz et Mads Ravn
Traduction de François Boisivon
p. 19-44

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Une spécificité scandinave ?
L’État et les citoyens
Sciences « dures » et postmodernisme

Aperçu du texte

Y a-t-il une spécificité de l’archéologie des pays du Nord de l’Europe ? C’est à un archéologue danois, conservateur de l’Oldnordisk Museum de Copenhague, Christian Jürgensen Thomsen, que nous devons depuis 1836 le « système des trois âges », c’est-à-dire la distinction, fondatrice de la préhistoire européenne et au-delà, entre un âge de la pierre, un âge du bronze et un âge du fer. Dès le xviie siècle, le royaume de Suède avait institué un service archéologique national – il faut attendre le milieu du xxe siècle pour que la France commence à faire de même.

Une spécificité scandinave ?

C’est pourquoi nous avons demandé ici à cinq archéologues scandinaves de débattre de l’archéologie de leurs pays, en tâchant de combiner, outre la parité de genre, les trois principales nations (Danemark, Norvège et Suède) et les deux principaux types d’institutions impliquées, universitaires d’une part (Elisabeth Arwill-Nordbladh, Kristian Kristiansen, Liv Nilsson Stutz), et muséales de l’autre (Håkon...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Arwill-Nordbladh, Jean-Paul Demoule, Håkon Glørstad, Kristian Kristianson, Liv Nilsson Stutz et Mads Ravn, « L’archéologie en question : les pays nordiques », Perspective, 1 | 2019, 19-44.

Référence électronique

Elisabeth Arwill-Nordbladh, Jean-Paul Demoule, Håkon Glørstad, Kristian Kristianson, Liv Nilsson Stutz et Mads Ravn, « L’archéologie en question : les pays nordiques », Perspective [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/12521 ; DOI : 10.4000/perspective.12521

Haut de page

Auteurs

Elisabeth Arwill-Nordbladh

Elisabeth Arwill-Nordbladh est professeure émérite d’archéologie au département des études historiques de l’université de Göteborg, en Suède. Ses recherches portent sur les études de genre et féministes ainsi que sur l’historiographie de l’archéologie et de l’ère viking.

Jean-Paul Demoule

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et membre honoraire de l’Institut universitaire de France.

Håkon Glørstad

Håkon Glørstad est professeur d’archéologie et directeur du musée d’histoire culturelle de l’université d’Oslo. Ses recherches concernent notamment la gestion du patrimoine culturel, l’archéologie de l’âge de pierre et la théorie archéologique.

Kristian Kristianson

Kristian Kristiansen est professeur d’archéologie au département des études historiques de l’université de Göteborg, en Suède. Diplômé de l’université d’Aarhus, spécialiste de l’âge du bronze, il a mené des fouilles archéologiques en Scandinavie, en Sicile et en Hongrie. Il s’est intéressé particulièrement à l’archéologie théorique, à la gestion du patrimoine, à l’art rupestre et récemment aux connexions entre archéologie et paléogénétique.

Liv Nilsson Stutz

Liv Nilsson Stutz est bio-archéologue, formée en Suède (doctorat de l’université de Lund) et en France (université Toulouse 2 – Le Mirail / université Bordeaux 1), spécialisée en archéothanatologie, dans les pratiques funéraires et dans la théorie des rituels, dans l’archéologie des chasseurs cueilleurs et dans le rôle de l’archéologie et du patrimoine culturel sur la perception de l’identité politique. Elle est actuellement maître de conférences en archéologie à l’université Linné en Suède.

Mads Ravn

Mads Ravn, diplômé (doctorat) de Cambridge, est archéologue. Depuis 2014, il est directeur de l’archéologie et de la recherche aux musées de Vejle, dans le Jutland central, au Danemark, une institution qui conduit aussi de nombreuses fouilles. Il a auparavant vécu et travaillé six ans en Norvège, où il a dirigé le musée d’archéologie de l’université de Stavanger (2008-2012) puis le département d’archéologie de l’université d’Oslo et du Musée d’histoire culturelle (2012-2014).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals