Navigation – Plan du site
Essais

Les retables brabançons en Suède : dispersion, adaptation et réception

Brabantine Altarpieces in Sweden: Dissemination, Adaptation and Reception
Brabantische Retabel in Schweden: Verbreitung, Anpassung und Rezeption
Le pale d’altare brabantine in Svezia: dispersione, adattamento e ricezione
Los retablos brabánticos en Suecia: dispersión, adaptación y recepción
Hannah De Moor
Traduction de Édouard Vergnon
p. 165-174

Résumés

Étant donné le nombre considérable de retables brabançons conservés en Suède, cet article se concentre sur cette région pour étudier la dispersion, les adaptations et la réception de ces retables dans le Nord. Il s’agit d’examiner la répartition des retables brabançons en Suède et d’explorer le réseau complexe de relations entre les retables importés du continent et les retables locaux. En outre, en offrant une interprétation des commentaires (inventaires ou notes de voyage) et des reproductions locales de ces retables, l’essai propose de discuter leur réception ultérieure en Suède.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Statuaire du Moyen Âge tardif en Suède
Historiographie succincte
Trois types d’adaptation
Rapports et reproductions ultérieurs

Aperçu du texte

Entre 1380 et 1550, des peintres, des sculpteurs sur bois, des metselrijsnijders (sculpteurs de décors architecturés ou traceries), des menuisiers, des polychromeurs et des doreurs collaborèrent aux Pays-Bas à la production de retables minutieusement ouvragés. Ces retables étaient partout réputés pour leur fini exceptionnel, le luxe de leurs détails anecdotiques et leurs émouvantes peintures de dévotion. Ils étaient transportés par bateau et par voie terrestre bien au-delà des frontières. Plus de trois cent cinquante exemplaires ont été conservés – une fraction seulement de la grande quantité de retables produits à l’époque. Le Danemark possède aujourd’hui quatre retables anversois et trois groupes de fragments, la Finlande un exemplaire bruxellois et un exemplaire anversois, la Norvège un retable anversois et l’Islande un groupe de fragments anversois. La Suède abrite trente-huit exemplaires issus d’ateliers des villes d’Anvers, de Bruxelles et de Malines. Par ailleurs, le pays con...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hannah De Moor, « Les retables brabançons en Suède : dispersion, adaptation et réception », Perspective, 1 | 2019, 165-174.

Référence électronique

Hannah De Moor, « Les retables brabançons en Suède : dispersion, adaptation et réception », Perspective [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/13190 ; DOI : 10.4000/perspective.13190

Haut de page

Auteur

Hannah De Moor

Hannah De Moor est doctorante en histoire de l’art au centre Illuminare – Centre for the Study of Medieval Art (Katholieke Universiteit Leuven). Sa thèse de doctorat, sur les retables sculptés brabançons en Suède, est dirigé par le professeur Jan Van der Stock. Elle contribue également au Digital Corpus of Flemish Retables en collaboration avec le RKD – Netherlands Institute for Art History, à La Haye.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals