Navigation – Plan du site
Essais

La création de récits nordiques

Le rôle des productions de tapisseries concurrentes dans le Danemark-Norvège et la Suède des xvie et xviisiècles
Creating Nordic Narratives: the Role of Competing Tapestry Production in 16th- and 17th-Century Denmark-Norway and Sweden
Das Entstehen nordischer Erzählungen. Zur Rolle der rivalisierenden Wandteppichproduktion des 16. und 17. Jahrhunderts in Dänemark-Norwegen und Schweden
La creazione dei racconti nordici. Il ruolo della rivalità tra Danimarca-Norvegia e Svezia nelle produzioni di tappezzeria dal xvi al xvii secolo
La creación de relatos nórdicos. El rol de las producciones de tapices en competencia en Dinamarca-Noruega y Suecia del siglo xvi al siglo xvii
Sidsel Frisch
Traduction de Hugo Paradis-Barrère
p. 175-188

Résumés

À partir de trois séries de tapisseries des xvie et xviie siècles, cet article a pour objet d’étudier la manière dont les rois de Danemark-Norvège mirent en scène leur pouvoir royal à travers une rivalité ininterrompue avec leurs homologues suédois, créant ce faisant, incidemment, un récit nordique commun pour la postérité. Les trois séries tissées présentent des thèmes récurrents qui les relient, et leur ostentation dans les châteaux royaux garantissaient la diffusion des récits ainsi exposés à l’attention des visiteurs internationaux. Il s’agit de démontrer que l’imagerie ainsi créée et diffusée par les monarques scandinaves des xvie et xviie siècles a construit le récit partagé d’une rivalité de voisinage, qui à son tour fut à l’origine du concept de Scandinavisme au xixe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Des peintures historiques (souvent fictionnalisées) furent par exemple commandées pour le château d (...)

1Lorsque l’on étudie la culture scandinave ou les idées qui sous-tendent le scandinavisme, les tapisseries sont rarement au cœur des discussions. Au xixe siècle, la production de tapisseries au Danemark était faible. Les projets par ailleurs grandioses du nationalisme romantique, qui ont abouti à plusieurs représentations historiques fictives, n’ont simplement pas été traduits en images tissées1. Que cela soit dû à leur coût de production, au manque d’expertise au Danemark (dont la production avait peut-être été délocalisée à l’étranger), à l’apparence démodée des tapisseries désormais fanées des siècles précédents ou à l’idée que les tapisseries étaient trop élitistes, il est difficile d’en établir clairement la cause. Quelle qu’en soit la raison, les tapisseries n’ont pas influencé la formation d’une identité scandinave commune au xixe siècle, et les études portant sur des tapisseries danoises représentant des évènements historiques les ont par conséquent souvent considérées simplement comme une mise en scène du pouvoir royal, sans lien avec les récits plus larges qui ont abouti à une histoire scandinave unificatrice. Cependant, l’identité historique utilisée pour promouvoir des idées nationalistes se base sur ces représentations élitistes et ces récits de guerre et de conquête ; les tapisseries fabriquées en conséquence méritent donc d’être étudiées.

2De même que pour la plupart des pays voisins, l’histoire de la Scandinavie (avant le xixsiècle) est souvent une continuité sanglante de guerres entre États. Les recherches historiques portant sur ces guerres tendent à se focaliser sur les divisions et les aspects violents des batailles et des conquêtes ; cependant, une guerre culturelle avait également cours aux xvie et xviisiècles entre le royaume du Danemark-Norvège d’un côté et le royaume de Suède de l’autre. Luttant pour mettre en place et contrôler des récits de supériorité à travers l’art, chaque camp a participé continûment (et incidemment) à la construction d’une histoire scandinave commune. Bien que l’objectif des œuvres d’art puisse avoir avant tout consisté à afficher des revendications territoriales et à affirmer sa supériorité sur un État voisin, le récit que déroulent les tapisseries peut également être étudié comme la fondation du mouvement pan-scandinaviste au xixe siècle.

3Le présent article vise, à travers l’étude de trois séries de tapisseries commandées aux xvie et xviie siècles par trois rois dano-norvégiens, à montrer comment les représentations d’hostilité et de rivalité conduisirent à l’élaboration continue d’une histoire régionale et d’un sentiment d’identité commune en Scandinavie.

Les débuts du nationalisme à l’époque moderne

4Lorsque l’on compare le développement d’une identité à l’époque moderne et le nationalisme du xixe siècle, il importe de souligner la différence entre les concepts d’État et de nation. Dans la mesure où les historiens refusent généralement d’utiliser le terme de « nation » pour les États et les pays avant le xixe siècle, on considère souvent (à tort) qu’il n’existait pas de sentiment d’appartenance régionale ou d’identité similaire à ce que l’on envisagerait plus tard comme une affiliation d’ordre « nationaliste ».

  • 2 Camilla Luise Dahl, Jens Christian V. Johansen, « De skånske præster og deres hustruers klædedraagt (...)

5Il peut être difficile de situer des identités « nationales » définies à l’époque moderne, mais celles-ci ne sont pas invisibles, comme l’ont découvert les historiens Camilla Luise Dahl et Jens Christian V. Johansen lors de l’étude d’épitaphes et de documents issus de la Scanie du xviie siècle. L’histoire tumultueuse de la région au xviie siècle, passant de la domination danoise à la domination suédoise, conduisit à plusieurs tentatives du gouvernement de réguler les codes vestimentaires et les modes locales. Une distinction claire fut établie entre ce qui était considéré comme « suédois » et « non-suédois », distinction contre laquelle se rebellèrent les locaux en continuant de s’habiller « à la danoise2 ». Bien qu’il s’agisse peut-être plus d’identité régionale à travers les codes vestimentaires que d’identité nationale, il est tout de même intéressant de noter que l’identité était continue de l’échelon local à l’État (le roi) – un processus facilité par la centralisation croissante du pouvoir à l’époque moderne. Dahl et Johansen défendent l’idée que ces signes d’appartenance régionale liés à l’État et à la monarchie constituèrent les premiers signes d’une appartenance nationale qui se vit plus tard étendue et construite de manière plus formelle par les mouvements nationalistes du xixe siècle.

  • 3 Voir le prologue de : Arild Huitfeldt, Danmarckis Rigis Krønnicke, fra Kong Dan den første oc indti (...)

6Un lien émotionnel avec l’État et le pays rappelant le nationalisme romantique du xixe siècle peut également être observé dans le Danemark du xvie siècle. Dans l’introduction à son Histoire du Danemark, Arild Huitfeldt (1546-1609), un noble, décrit sa gratitude pour la « patrie » qui lui a donné sa vie, son statut et ses biens. Son lien avec le Danemark n’est pas simplement d’ordre juridique (en tant que vassal du roi possédant des droits et privilèges de noble échappant au contrôle du roi), mais également d’ordre personnel3 (à travers ses ancêtres et leurs histoires).

  • 4 Pour des études danoises sur les transformations politiques survenues au xviie siècle, voir de mani (...)

7Dans ces deux cas, l’aspect unificateur de l’État peut être directement relié au roi. Au Danemark-Norvège (tout particulièrement après l’établissement de la monarchie absolue en 1660), ainsi que dans d’autres monarchies contemporaines, le monarque était la personnification de l’État, renforcée en pratique par une bureaucratisation croissante et la centralisation du pouvoir à la cour4. Le monarque était l’État, qui devint ensuite la nation. L’étude des récits royaux de l’État et du pouvoir permet ainsi de retracer les débuts du développement d’identités nationales. Ce choix de corpus ne vise pas à éluder les influences essentielles de la culture populaire de l’époque moderne et sa renaissance dans les mouvements nationalistes au xixe siècle, mais il n’en est pas moins valide. L’État tel qu’il existait sous la monarchie à l’époque moderne est devenu le cadre et le contexte historique du développement ultérieur des États-nations.

  • 5 Pour quelle autre raison Karl Marx aurait-il demandé aux prolétaires de tous les pays de s’unir con (...)

8Ces identités régionales ou étatiques de l’époque moderne, telles que décrites par Dahl et Johansen, étaient souvent dissimulées derrière d’autres liens relationnels sur lesquels se sont focalisées les études historiques, comme les réseaux internationaux d’élites, les différences religieuses et le statut social. Autant d’éléments auxquels on a accordé une place dominante dans l’histoire des débuts de l’Europe moderne en tant que forces internationales ayant provoqué des divisions nationales. On les retrouve cependant au xixe siècle également, bien que les liens nationaux aient alors davantage été au centre des préoccupations des historiens5. De plus, la structure du nationalisme du xixe siècle se développe en grande partie à l’époque moderne. En 1648, la paix de Westphalie a d’une certaine manière abouti à la création des États de l’Europe (de l’Ouest) tels qu’ils existent aujourd’hui. Au Danemark-Norvège, le système bureaucratique de l’État établi après 1660 (notamment la Cour suprême) était un produit de la centralisation de la première modernité et d’un pouvoir royal croissant. Alors, l’avènement de la bourgeoisie consommatrice et son influence, par opposition à l’Ancien Régime, devinrent le récit dominant du xixe siècle.

9Autrement dit, le manque de force de cohésion du « nationalisme » au sein des études historiques et de l’histoire de l’art de la première modernité ne signifie pas que l’on ne peut observer des aspects de ce pouvoir unificateur et des récits communs établis avant le xixe siècle – des récits qui ont joué un rôle dans l’émergence des aspects « nationaux » du xixe siècle.

L’étude des tapisseries

10Du fait du caractère limité de la production, de la nature souvent dissimulée des collections privées et des barrières linguistiques, les collections danoises de tapisseries des xvie et xviie siècles ont souvent été négligées par les chercheurs du monde entier. Pire encore, les collections ont peu intéressé les historiens de l’art (hormis les quelques exceptions mentionnées plus bas) et encore moins les historiens du pays. Des publications sporadiques portant sur les tapisseries royales ont vu le jour dans le cadre d’études de collections et d’expositions de musées. Bien qu’il ne faille pas sous-estimer la valeur de ces publications et que, dans certains cas, celles-ci proposent des études détaillées des sources d’inspiration de leurs motifs, elles se focalisent souvent étroitement sur leur sujet sans s’intéresser vraiment aux thèmes plus généraux des collections de tapisseries danoises ou au contexte historique de leur production.

11Les trois séries de tapisseries commandées par les rois du Danemark-Norvège aux xvie et xviie siècles constituent le cœur de cet article (voir le tableau 1). La première série, celle de Kronborg, fut commandée par le roi Frédéric II (au pouvoir de 1559 à 1588) en 1581 et consiste en quarante-trois tapisseries, dont quatorze sont aujourd’hui conservées dans les collections du Musée national du Danemark, à Copenhague. Un atelier local fut spécialement créé à cette occasion et des artistes et tisserands d’Anvers (parmi lesquels Hans Knieper et Anthonius de Corte) se virent confier la fabrication.

Tableau 1

Tableau 1

Chronologie des rois du Danemark-Norvège, des tapisseries et des guerres contre la Suède.

  • 6 Les reconstitutions de tapisseries ont été créées à partir d’esquisses du xixe siècle au début du x (...)

12La seconde série, celle des tapisseries du roi Christian IV (au pouvoir de 1588 à 1648), est une commande datant de 1616 destinée au château de Frederiksborg, au nord-ouest de Copenhague. À la différence des tapisseries de Kronborg, cette série fut conçue hors du Danemark, à Delft, par Karel Van Mander. Il fut également demandé au peintre de se rendre sur les lieux où la guerre s’était déroulée. On prétend que les cartons des tapisseries ne furent pas conçus à partir de modèles existants mais devaient prétendre à un degré de réalisme supérieur6. On ne sait si l’artiste réussit, les tapisseries ayant été perdues lors de l’incendie du château de Frederiksborg en 1859.

  • 7 Vibeke Woldbye, « Flemish Tapestry Weavers in the Service of Nordic Kings », dans Guy Delmarcel (di (...)

13La troisième série, constituée des douze tapisseries de Rosenborg, correspond à une commande passée en 1684 par Christian V (au pouvoir de 1670 à 1699) pour le château de Rosenborg, à Copenhague, où celles-ci se trouvent toujours. Pour cette série, il fut de nouveau décidé de mettre en place en atelier local, et le tisserand Berent Van der Eichen fut chargé de la fabrication. Si Frédéric II et Christian V avaient pour objectif d’établir une production danoise de tapisseries plus durable afin de concurrencer les ateliers flamands et français, leur but ne fut jamais atteint. Les séries de tapisseries royales représentent le sommet de la production de tapisseries danoises, bien que cette formulation soit inappropriée. Les artisans et artistes ayant confectionné les tapisseries étaient des experts étrangers ; les tapisseries elles-mêmes sont donc, dans leur conception même, liées à une production culturelle internationale7. Cependant, ces trois séries de tapisseries contribuèrent de manière égale à la création d’un récit scandinave régional.

14L’attention portée aux tapisseries dans cet article ne vise bien évidemment pas à nier la valeur des autres productions culturelles dans le cadre de la rivalité entre le Danemark-Norvège et la Suède. Cependant, les tapisseries sont fascinantes en elles-mêmes. De par leur procédé de fabrication long et coûteux, leur important processus de planification impliquant des esquisses et des cartons, un espace de travail dédié et des artisans, les tapisseries constituent à bien des égards des objets de luxe. Leur usage au cours de cérémonies les relie directement au pouvoir royal au cours des xvie et xviie siècles, et leur installation dans les résidences de la royauté et des élites les rendent visibles aux invités étrangers. Elles incarnent la parfaite mise en scène du récit de la royauté, et donc de l’État. Les trois séries royales du Danemark-Norvège étaient installées dans des lieux très visibles (respectivement les grandes galeries des châteaux de Kronborg, Frederiksborg et Rosenborg), où elles pouvaient dérouler un récit continu sans l’inconvénient des interruptions causées par des encadrements de portes ou par l’espace limité d’une petite pièce.

  • 8 Johann Gottfried Burman Becker, Forsøg til Beskri­velse af vævede Tapeter og andre mærkelige Vægged (...)
  • 9 Gorm Benzon, Gamle danske tapeter, Copenhague, Kreditforeningen Danmark, 1986.
  • 10 Gudmund Boesen, Christian den femtes Rosenborg­tapeter fra den Skaanske Krig, Copenhague, Jørgensen (...)
  • 11 Vibeke Woldbye, Europæisk Gobelinkunst 15.-20. århundrede. Bestandskatalog, Copenhague, Det danske (...)
  • 12 Katia Johansen, Peter Kristiansen, Rosenborg­tapeterne. Christian V’s Sejre i Skånske Krig 1675-79, (...)

15Parmi les études sur le sujet, la première publication dédiée aux collections danoises fut présentée au xixe siècle par l’amateur d’histoire Johann Gottfried Burman Becker, dont le travail est louable mais peu solide du point de vue de la recherche, du fait du manque de références et de l’absence d’étude détaillée des tapisseries elles-mêmes8.Cette tradition généraliste se poursuivit avec le livre de Gorm Benzon publié en 1986, qui fait plus office de court guide introductif à la tapisserie comme forme d’art relevant de la décoration d’intérieur9. Malheureusement, ni Burman Becker ni Benzon ne réussirent à présenter l’intégralité des collections danoises dans leurs travaux. Concernant les trois séries de tapisseries étudiées dans cet article, les publications sont plus complètes (tout particulièrement dans le cas des tapisseries de Frédéric II et Christian V, qui existent encore). En 1949-1950, des travaux approfondis furent publiés par Gudmund Boesen (sur les tapisseries de Christian V), et Mouritz Mackeprang et Sigrid Flamand Christensen10 (sur les tapisseries de Frédéric II). Ces deux études, menées par des chercheurs de musées danois, soulignèrent la nature artisanale, l’inspiration artistique et la valeur de ces tapisseries pour les études historiques. Ce type de publication détaillée dédiée aux tapisseries fut prolongé par Vibeke Woldbye au Danemark, sans que l’on observe pour autant un surcroît d’intérêt à l’égard des tapisseries dans les champs de l’histoire ou de l’histoire de l’art11. Les tapisseries étaient au mieux brièvement mentionnées comme les décors de fond des représentations du pouvoir royal et de l’architecture des châteaux, au pire tout bonnement oubliées. De nouvelles publications portant sur les séries royales virent le jour en 1999 et 2009 afin de promouvoir les collections des musées auprès des visiteurs intéressés, mais ces deux publications s’appuyaient principalement sur le travail de Boesens, datant de 1949, et sur celui de Mackeprang et Christensens, datant de 195012.

  • 13 Ulrik Reindel, Kronborgtapeternes Kongevåbener og Striden om de Tre Kroner, Copenhague, Societas He (...)
  • 14 Le projet de doctorat « The Interwoven Elite » entrepris par l’auteure de cet article pour le musée (...)

16Ces dernières années, une fascination nouvelle pour les tapisseries a commencé à émerger dans les milieux académiques danois, manifestement en lien avec les études internationales portant sur les tapisseries qui visent à souligner la mobilité culturelle des idées, les réseaux de clientèles de l’Europe de la première modernité et la construction de récits royaux. Les travaux détaillés d’Ulrik Reindel qui portent sur les blasons des tapisseries de Kronborg sont particulièrement intéressants, de même que la publication récente de Mytte Fentz sur les collections privées souvent invisibles conservées dans des manoirs danois13. Une tentative de répertorier toutes les tapisseries conservées dans les collections danoises est en cours et sera, nous l’espérons, accessible via une base de données en ligne dans un futur proche14.

Les tapisseries de Frédéric II

17Des trois séries de tapisseries présentées dans cette étude, la première est peut-être la plus singulière visuellement et la plus significative en termes de création d’un récit dynastique et de narration des relations scandinaves. Dans ses motifs et les textes qui l’accompagnent, elle relie la lignée royale depuis les rois mythologiques du Danemark jusqu’à Frédéric II, commanditaire des tapisseries, et va même plus loin avec l’inclusion d’un jeune prince, Christian (le futur Christian IV ; fig. 1). L’utilisation de textes descriptifs est maintenue dans les tapisseries créées sous les successeurs de Frédéric II. Bien que cet outil narratif utilisé dans nombre de tapisseries médiévales ait été en grande partie abandonné pour les tapisseries des xvie et xviie siècles, les trois séries de tapisseries royales comportent toutes de petits textes. S’appuyer sur l’imagerie pour transmettre une histoire à l’observateur était peut-être insuffisant. Pour s’assurer que les récits construits soient réellement compris, un texte descriptif en allemand fut ajouté, signe que le public visé était avant tout composé de la cour et des invités étrangers.

1. La dernière tapisserie de la série de Kronborg commandée par Frédéric II de Danemark-Norvège. Le roi se trouve au centre avec son héritier, Christian, à droite. À l’arrière-plan à gauche, le château de Kronborg, où étaient accrochées les tapisseries.

2. Détail d’une tapisserie de Kronborg montrant le blason de Frédéric II de Danemark-Norvège, avec les trois couronnes de la Suède (en bas à gauche) ainsi que les trois lions et neuf cœurs du Danemark (en haut à gauche) et le lion de la Norvège (en haut à droite).

  • 15 Il y avait bel et bien eu une guerre récente – la guerre nordique de Sept Ans (1563-1570) –, mais i (...)
  • 16 Des tentatives furent faites, avec l’approbation du roi, par Hans Svaning et Anders Sørensen Vedel, (...)
  • 17 Pour un point de vue plus récent sur cette renaissance de l’idéologie et de la narration impériales (...)

18À la différence des deux autres séries de tapisseries dont il est question dans cet article, la première n’était pas directement liée à une guerre récente avec la Suède. Elle se situe plutôt dans le contexte d’une rivalité culturelle grandissante plus globale entre les deux États15. Depuis les travaux de Saxo Grammaticus (v. 1160 – v. 1220) et sa Gesta Danorum, aucune histoire du Danemark d’une telle importance n’avait été publiée, laissant l’État dépourvu de récit cohérent sur la gloire dynastique pendant plus de trois siècles16. Saxo avait créé la mythologie de la lignée royale danoise à partir du roi fictif Dan, ce qui signifiait qu’à la différence des autres dynasties européennes, la lignée royale danoise ne remontait pas à la Rome ou à la Grèce antique. L’origine mythologique de la lignée royale était plutôt liée soit à un héros local fictif, soit – ce qui est tout aussi possible – au personnage biblique de Dan (Genèse, 30:1-6). Cette mythologie dynastique est importante en ce qu’elle constitua pour les rois danois une opportunité artistique en même temps qu’un problème : la renaissance de l’Antiquité (qui se conformait si aisément aux récits des maisons royales, dont les lignées remontaient à des figures héroïques comme Brutus le Troyen) offrit un marché de masse pour des formes d’expression artistique basées sur celles de la Rome ou de la Grèce antique17. Les tapisseries comportant des représentations de ces héros grecs et romains étaient facilement accessibles pour les princes qui souhaitaient prendre part à ce récit paneuropéen d’un passé commun. Souligner les origines mythologiques uniques de la lignée royale danoise à travers la production artistique aurait été plus coûteux et – plus important encore – moins « lisible » pour les visiteurs étrangers, dépourvus des dénominateurs communs locaux de la gloire, de la justice et du pouvoir. Si Alexandre le Grand ou Jupiter étaient facilement reconnaissables par l’observateur grâce au langage des symboles et au paysage, le roi Dan était complètement inconnu aux yeux de la plupart des étrangers (et même de certains membres de la noblesse locale). Les tapisseries de Kronborg sont donc chacune accompagnées de quelques lignes de texte explicatif (et moralisateur) pour chaque monarque représenté, et ce, en allemand, afin de s’adresser aux visiteurs et dignitaires étrangers.

  • 18 Comme il est écrit dans l’Histoire de la Suède de Johannes Magnus, imprimée à Rome en 1554 dans une (...)
  • 19 Les conflits sont apparents dans les traités publiés dans : Laurs Rasmus Laursen, Carl S. Christian (...)
  • 20 Une étude détaillée de ces blasons fabriqués dans les tapisseries de Kronborg de Frédéric II est di (...)

19Comme Mackeprang et Flamand Christensen l’ont souligné, la commande de Frédéric II fut largement influencée par les tapisseries du roi de Suède Éric XIV en 1561-1566, ce qui apparaît clairement dans leur composition et leur objectif similaires18(illustrer la noble lignée des monarques suédois en remontant jusqu’aux temps bibliques). Cependant, la lignée unique de chaque dynastie n’était pas le seul objet des tapisseries suédoises ou danoises. Comme l’indique Reindel, la guerre de dissémination culturelle s’enracinait plutôt dans l’histoire partagée de la Scandinavie : l’Union de Kalmar entre le Danemark, la Norvège et la Suède, créée en 1397 et rompue en 1523 suite aux tensions grandissantes et au Bain de sang de Stockholm en 1520. Il reste de cette brève période d’unification le blason suédois (trois couronnes jaunes sur fond d’azur) intégré à celui de la monarchie danoise, aux côtés des trois lions et des neuf cœurs du Danemark et du lion de la Norvège (fig. 2). Une insulte non déguisée à l’indépendance suédoise, dont il fut question quantité de fois au cours des conflits diplomatiques de la seconde moitié du xvie siècle19. Tandis que l’objectif des tapisseries suédoises d’Éric XIV était d’intégrer (de manière provocatrice) les trois lions et les neuf cœurs danois dans le blason du royaume de Suède, les tapisseries de Frédéric II visaient à prouver que les trois couronnes avaient toujours fait partie du blason du royaume danois, en intégrant des blasons fictifs dans les tapisseries pour chaque roi danois20. Les deux séries de tapisseries contemporaines illustrent ainsi non seulement des ambitions territoriales politiques mais également les relations historiques complexes entre les pays scandinaves. Les tapisseries elles-mêmes prolongent et amplifient visuellement un récit jusqu’ici dissimulé dans les livres d’histoire. Si les livres pouvaient ne pas être lus, il était plus difficile d’ignorer les tapisseries du fait de leur emplacement visible le long des murs de la grande galerie du château de Kronborg, où les ambassadeurs et autres invités de marque les auraient vues.

3. Tapisserie de Kronborg représentant le roi Christian II (à gauche) et son oncle, Frédéric Ier (à droite). L’issue négative du règne de Christian II est signifiée par la couronne tombée dans l’herbe et le sceptre brisé.

  • 21 Voir le prologue de Danmarks Riges Krønike. Christian II (1596), dans Huitfeldt, 1976-1978, cité n. (...)

20La tapisserie représentant le roi du Danemark-Norvège Christian II (1513-1523) et son oncle le roi Frédéric Ier (1523-1533 ; fig. 3) est également remarquable dans le cadre de l’histoire scandinave partagée. Sans entrer dans les détails de l’histoire compliquée et enchevêtrée de ces deux rois ainsi que des derniers efforts faits pour préserver l’Union de Kalmar, il faut simplement mentionner que Christian II, à la différence de tous les autres rois, unifia la totalité de la Scandinavie dans le rejet partagé de sa personne. Cet article n’a pas pour but d’interroger la justesse de cette perception de son règne par les historiens de l’époque moderne. Il est simplement intéressant de noter que, bien que la détestation du roi par les Suédois après le Bain de sang de Stockholm en 1520 soit compréhensible, les Danois ne glorifiaient pas non plus ce monarque anti-suédois. Sur la tapisserie danoise, celui-ci est plutôt représenté en train de céder le trône à son oncle, avec sa couronne au sol, dans l’herbe, et son sceptre brisé en deux, tandis que le texte moralisateur qui l’accompagne décrit son règne comme un échec. Si l’ambition royale était réellement de produire des tapisseries anti-suédoises, il est intéressant que ce roi n’ait pas été dépeint avec plus d’indulgence. Ceci s’explique probablement par l’influence politique des noblesses danoises et suédoises (souvent unies par des mariages) à l’époque de Frédéric II, qui eut pour résultat que l’histoire de Christian II ne fut décrite de manière positive d’aucun côté de la frontière. C’est ce qu’Arild Huitfeldt souligne, en 1596, dans son ouvrage historique sur Christian II, dans lequel le roi est surnommé « Christian le Mauvais21 ». Le Bain de sang de Stockholm et l’animosité à l’égard de Christian II constituèrent ainsi une force de cohésion dans l’histoire scandinave.

Les tapisseries de Christian IV

  • 22 La guerre de Trente ans (à laquelle Christian IV participa de 1625 à 1629) doit être ici mentionnée (...)

21Ayant hérité de la lutte pour les trois couronnes de Suède menée par son père, Christian IV adopta une approche plus active dans les relations avec la Suède ; les deux pays furent en état de guerre de 1611 à 1613 et de 1643 à 164522. C’est la première guerre, celle de Kalmar, qui est représentée dans ces tapisseries.

  • 23 Lind, 2006, cité n. 6, p. 99-113.
  • 24 Lind, 2006, cité n. 6, p. 109.

22De même que les tapisseries de Frédéric II furent commandées pour orner la grande galerie du château récemment rénové de Kronborg, dans la ville d’Elseneur, les tapisseries de Christian IV furent commandées pour le nouveau château de Frederiksborg, à Hillerød, et font ainsi partie d’un projet de prestige culturel plus large. Bien que leur description par les historiens et les historiens de l’art soit moins précise du fait de leur perte dans un incendie en 1859, on sait que les tapisseries représentent la continuité du récit anti-suédois ainsi que l’histoire personnelle (et donc dynastique) du roi. Le manque de connaissances sur leurs motifs rend plus difficile l’étude des tapisseries, mais l’historien danois Gunner Lind a très justement décrit le processus de fabrication et les sources d’inspiration de l’artiste, Karel Van Mander, à partir de dessins préservés exécutés au xixe siècle, juste avant l’incendie23. La plupart des scènes décrivent des victoires contre l’ennemi suédois et les dessins réalisés au xixe siècle nous montrent que la composition en était bien plus dynamique que les poses rigides des tapisseries représentant la galerie des rois de Frédéric II. Un motif est tout particulièrement digne d’être mentionné ici, qui représente de manière assez irrévérencieuse le roi de Suède Gustave II Adolphe, alors qu’il vient de chuter de cheval dans un lac – un incident qui se produisit à Vittsjö en 161224. Cette tapisserie, si elle fait bien partie d’un récit anti-suédois plus vaste, est peut-être la plus outrageante à l’égard de la personne du roi et constitue donc une insulte directe à l’État suédois lui-même.

  • 25 Laursen, Christiansen, 1907-1949, cité n. 19, vol. 5 (1920), p. 244.

23Bien qu’aucune série de tapisseries n’ait été créée pour illustrer d’autres conflits avec la Suède sous le règne de Christian IV (probablement du fait de leur issue victorieuse), l’existence des tapisseries de Christian IV ne passa pas inaperçue. Lors de la négociation du traité de paix entre le Danemark-Norvège et la Suède en 1658 (durant le règne de Frédéric III), un document fut secrètement ajouté, énonçant la requête suédoise de voir les tapisseries insultantes détruites25 (« repeintes »). Les textes et motifs offensants présents sur les tapisseries de Christian IV conduisirent Lind à identifier les tapisseries auxquelles le document faisait référence, bien que ce dernier ne mentionne pas de série en particulier. Mon hypothèse est que les tapisseries de Frédéric II, dans leur représentation des trois couronnes de Suède, purent également être perçues comme insultantes par les Suédois. Le document ajouté au traité de 1658 pourrait ainsi renvoyer à l’une des séries de tapisseries tout en soulignant le désir de contrôle du récit culturel qui animait chacune des parties.

  • 26 Reindel, 2009, cité n. 12, p. 49.

24Bien qu’aucune des deux séries n’ait été détruite, les Danois perdirent une pièce essentielle de la magnifique œuvre d’art tissée de Frédéric II au cours de la guerre : le baldaquin royal tissé peu de temps après les tapisseries de Kronborg fut rapporté à Stockholm comme butin de guerre. Il y resta de nombreuses années, le blason danois-norvégien rendant impossible son intégration par les Suédois dans leur propre mise en scène du pouvoir royal. Pourquoi ce baldaquin ne fut-il pas repeint ou détruit, conformément aux vœux des Suédois lors du traité de 1658 ? C’est probablement sa valeur élevée qui le sauva. Les quarante-trois tapisseries de Kronborg avaient coûté 9 000 dalers à Frédéric II, tandis que les trois pièces du baldaquin, avec leurs fils de soie, d’or et d’argent plus onéreux, représentaient une valeur de 2 000 dalers26. La soustraction du baldaquin ainsi que de plusieurs autres œuvres d’art ne visait pas simplement à l’acquisition de collections de valeur. Elle permettait également de supprimer des pans du récit royal dano-norvégien de pouvoir et de gloire. J’ajouterais que l’entreposage du baldaquin en Suède permit de le conserver en excellent état pour la postérité, tandis que les tapisseries de Kronborg sont aujourd’hui en grande partie perdues.

Les tapisseries de Christian V

  • 27 Boesen, 1949, cité n. 10, p. 63 ; Johansen, Kristiansen, 1999, cité n. 12, p. 7.

25Lorsque la troisième série de tapisseries fut commandée en 1684 par Christian V, le paysage politique s’était sensiblement transformé au Danemark-Norvège. Après 1660, le roi n’était plus limité par les concessions faites à la noblesse et la monarchie absolue avait été instituée par la Loi sur la souveraineté de 1661 et la Lex Regia de 1665. Cette évolution politique n’influença pas beaucoup le récit anti-suédois, mais elle entraîna un changement de perspective des chercheurs quant aux tapisseries de Christian V : celles-ci sont souvent comparées à la série Histoire du Roy, représentant Louis XIV, comme une tentative danoise de copier la figure dominante de la monarchie absolue. Cette approche coupe le récit imagé de son enracinement plus local dans les traditions établies par les rois précédents, Frédéric II et Christian IV, et place les tapisseries dans un contexte européen plus large. Dans les interprétations de Boesen et de Johansen et Kristiansen, le médium (les tapisseries) et le but (représenter le pouvoir et l’histoire du monarque) correspondent à une inspiration française et aux récits français27 (établis par Louis XIV). Les tapisseries de Frédéric II et Christian IV sont quasiment invisibles au sein de ces publications. Le désir de créer une cour culturellement digne de Versailles était probablement l’une des motivations de Christian V (comme on peut l’observer dans ses choix architecturaux, son rapport aux modes françaises et son achat de tapisseries représentant Alexandre le Grand basées sur les modèles de Le Brun), mais cette interprétation remet en cause la pertinence des traditions locales de fabrication de tapisseries anti-suédoises.

  • 28 Voir en général Boesen, 1949, cité n. 10.

26Le récit anti-suédois est cependant toujours très présent dans les tapisseries de Christian V, chacune des douze tapisseries représentant une bataille (sur terre ou en mer) contre la Suède durant la guerre de Scanie (1675-1679). Dans les tapisseries décrivant des batailles terrestres, les personnages les plus importants de la cour de Christian V furent identifiés par Boesen à l’aide de portraits aujourd’hui conservés au château de Frederiksborg28. Les personnages se tiennent souvent dans des postures rigides, comme s’ils étaient en train de poser pour un peintre – à l’instar des rois représentés dans les tapisseries de Frédéric II. Ceci peut s’expliquer par les faiblesses du peintre à l’origine des cartons, mais permet également de les distinguer des tapisseries plus vivantes de l’Histoire du Roy de Louis XIV en termes de style.

  • 29 Il en était de même pour Peder Griffenfeld, l’équivalent danois du Français Nicolas Fouquet, qui fu (...)

27De même que le blason (qui intègre toujours les trois couronnes de Suède), chaque tapisserie vise à représenter non seulement la supériorité militaire dano-norvégienne, mais également les personnes entourant le roi, qui contribuèrent à cet épisode historique. Là où les tapisseries de Frédéric II décrivaient les rois comme des dirigeants façonnant seuls l’histoire du Danemark, les tapisseries de Christian V mettent l’accent sur le vaste réseau politique des réseaux de clientèles qui entourent le roi. Le choix de représentation des personnages en arrière-plan est significatif. La présence de plusieurs personnages autour de la personne du roi dans les tapisseries de Christian V pourrait correspondre à un simple choix stylistique imitant les tapisseries contemporaines fabriquées en France. Cependant, Christian V étant le premier roi dano-norvégien consacré monarque absolu, la mise en scène du pouvoir royal exigeait d’être prudent et le roi prit des mesures afin de ne pas se voir « usurper » sa place par les personnes qui l’entouraient29. Il est ainsi intéressant de noter la place importante accordée à plusieurs personnages qui entourent le roi dans les tapisseries, qui diffèrent, sur ce point, de celles de Frédéric II, dans lesquelles les rois sont souvent représentés seuls, bien que leur dépendance politique et juridique à l’égard de la noblesse soit importante. Les tapisseries de Kronborg de Frédéric II racontent ainsi l’histoire d’un pouvoir royal exempt des interférences de la noblesse, bien que la réalité soit autre ; les tapisseries de Rosenborg de Christian V, quant à elles, mettent en avant le réseau de puissants qui entoure le roi, bien que celui-ci n’ait (constitutionnellement parlant) besoin d’aucun d’entre eux pour régner. Elles témoignent ainsi d’une transformation intéressante de la visibilité des réseaux de clientèles.

28La tapisserie décrivant la conquête de Marstrand – un ancien territoire norvégien (fig. 4) – est particulièrement intéressante pour l’étude du récit scandinave. À la place de Christian V, c’est son demi-frère Ulrik Frederik Gyldenløve qui est représenté au premier plan. Il s’agit de la seule tapisserie exempte de motif naval, et dont Christian V lui-même est absent. Gyldenløve a servi comme vice-roi (statholder) de Norvège de 1664 à 1699, et il personnifie ici la victoire et la gloire des belligérants norvégiens. Souvent omise des représentations de la royauté à l’époque moderne, cette tapisserie installée au château de Rosenborg exprime l’importance de la frontière norvégienne aux yeux de la monarchie. Là où la représentation de la Norvège dans la fabrication de tapisseries royales était autrefois limitée au lion du blason, elle est ici intégrée de manière plus complète au récit scandinave.

4. Tapisserie de Rosenborg représentant Ulrik Frederik Gyldenløve (vice-roi de Norvège et demi-frère de Christian V) et la conquête de Marstrand le 23 juillet1677.

photo © Kongernes Samling, Rosenborg Slot

  • 30 Boesen, 1949, cité n. 10, p. 78. Voir également John Böttiger, Svenska Statens Samling af Väfda Tap (...)

29De même que les tapisseries de Frédéric II au xvie siècle, la série de Christian V possède une jumelle suédoise. Commandées par Charles XI quelques années après celles de Christian V, les tapisseries suédoises décrivent les victoires de la Suède au cours de la guerre de Scanie. À la différence de leur équivalent danois, les tapisseries suédoises furent tissées à l’étranger, à Paris et à Beauvais30. De nouveau, la rivalité des productions culturelles donna naissance à un récit imagé de cette période de l’histoire scandinave par les deux camps, qui (une fois les œuvres qui le composent rassemblées) représente l’identité historique partagée des États scandinaves à l’époque moderne.

Une histoire unificatrice

30L’étude de ce récit scandinave partagé, qui trouve ici un exemple dans les tapisseries, ne doit pas être comprise comme un moyen d’idéaliser les guerres indubitablement désastreuses entre le Danemark-Norvège et la Suède aux xvie et xviie siècles. Du point de vue économique, social et politique, elles se révélèrent difficiles et souvent dévastatrices pour la noblesse comme pour les gens du commun. Néanmoins, ces liens culturels communs d’une époque difficile, mis en valeur par l’art officiel de la tapisserie, méritent d’être explorés lorsque l’on s’interroge sur l’existence d’une culture et d’une identité scandinaves. Les tapisseries du Danemark-Norvège des xvie et xviie siècles, bien que ne composant qu’un minuscule fragment du matériau anti-suédois de l’époque, ont montré aux étrangers comme aux locaux l’identité de l’ennemi, les prétentions territoriales de l’État ainsi que les victoires et défaites historiques partagées (même s’il eût été nécessaire de se rendre à la fois au Danemark et en Suède pour observer dans son ensemble le récit visuel des tapisseries rivales).

31Le changement d’ennemi du Danemark au xixe siècle, qui devint d’abord la Grande-Bretagne puis l’Allemagne, favorisa la création d’un mouvement pan-scandinave et un recentrement sur les aspects unificateurs d’une histoire commune – avec une focalisation particulière sur l’héritage viking. Cependant, sans les tentatives de conquêtes médiévales, les répercussions de la débâcle de l’Union de Kalmar et la lutte pour la domination d’Øresund, l’histoire commune se serait arrêtée avec les Vikings. Au lieu d’une coexistence paisible, les glorieuses victoires et les douloureuses défaites (qui ont trouvé une continuité dans les matchs de football entre ces pays) ont façonné sans discontinuer une identité régionale commune à travers les rivalités culturelles. À l’époque moderne, la concurrence et la représentation de cette rivalité (telle qu’on l’observe dans les tapisseries) formèrent une histoire qui reliait les pays scandinaves les uns aux autres. Sans la mise en place du récit d’une histoire partagée, sa promotion à travers une importante production d’œuvres d’art et sa transmission dans les livres d’histoire, le fossé entre la culture scandinave des Vikings et le scandinavisme du xixe siècle aurait pu s’avérer infranchissable.

32L’histoire du textile scandinave se poursuivit en 2000, avec la fabrication des tapisseries du château de Christiansborg, à Copenhague, offertes à la reine du Danemark Margrethe II. Ces tapisseries ont pour objectif de raconter l’histoire du Danemark depuis l’époque des Vikings jusqu’à nos jours, en passant par l’Union de Kalmar et le Bain de sang de Stockholm, mais elles racontent également (d’un point de vue danois) l’histoire entrelacée de la Scandinavie – et les trois couronnes (suédoises) apparaissent toujours dans le blason du Danemark.

Haut de page

Note de fin

1 Des peintures historiques (souvent fictionnalisées) furent par exemple commandées pour le château de Frederiksborg, au Danemark, reconstruit au xixe siècle. Les illustrations des deux volumes de l’histoire du Danemark par Adam Fabricius (Illustreret Danmarkshistorie for Folket), rédigée entre 1853 et 1855, constituent d’autres exemples de ces récits imagés construits.

2 Camilla Luise Dahl, Jens Christian V. Johansen, « De skånske præster og deres hustruers klædedraagt – et spørgsmål om national identitet ? », dans Dragtjournalen, vol. 11, no 15, 2017, p. 25-41. D’autres exemples d’un début de sentiment d’appartenance « nationale » sont mentionnés par Dahl et Johansen. Le plus célèbre est le soulèvement de l’île de Bornholm en 1658, lors duquel les locaux se battirent pour échapper à la domination suédoise et revenir sous l’autorité du roi du Danemark Frédéric III. Pour une étude complète en anglais sur le développement d’une identité nationale danoise, voir John A. Hall, Ove Korsgaard, Ove K. Pedersen (dir.), Building the Nation: N. F. S. Grundtvig and Danish National Identity, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2015.

3 Voir le prologue de : Arild Huitfeldt, Danmarckis Rigis Krønnicke, fra Kong Dan den første oc indtil Kong Knud den 6, 1603, Copenhague, Rosenkilde og Bagger, 1976-1978.

4 Pour des études danoises sur les transformations politiques survenues au xviie siècle, voir de manière générale les travaux de Gunner Lind et Sebastian Olden-Jørgensen. Plus spécifiquement, lire : Gunner Lind, « Den heroiske tid? Administrationen under den tidlige enevælde 1660-1720 », dans Erling Ladewig Petersen (dir.), Dansk Forvaltningshistorie, Copenhague, Jurist- og Økonomforbundet, 2000, vol. 1, p. 159-225 ; Sebastian Olden-Jørgensen, « Magtstatens transformationer. En begrebshistorisk og historiografisk undersøgelse », dans Historisk Tidsskrift, vol. 108, no 1, 2008, p. 30-65.

5 Pour quelle autre raison Karl Marx aurait-il demandé aux prolétaires de tous les pays de s’unir contre l’ennemi commun ? Les divisions de classe vont à l’encontre du pouvoir unificateur (imaginé) du récit national.

6 Les reconstitutions de tapisseries ont été créées à partir d’esquisses du xixe siècle au début du xxe siècle et ornent maintenant la grande galerie du château de Frederiksborg. Elles ne sont cependant pas représentatives des tapisseries d’origine. Pour plus de détails sur leur commande et leur reconstitution, voir Gunner Lind, « Christian 4.s tapeter Riddersalen », dans Steffen Heiberg (dir.), Christian 4. og Frederiksborg, Copenhague, Aschehoug, 2006, p. 99-113 ; Mette Bligaard, Frederiksborgs genrejsning. Historicisme i teori og praksis, Copenhague, Forlaget Vandkunsten, 2008, vol. 2, p. 307-319.

7 Vibeke Woldbye, « Flemish Tapestry Weavers in the Service of Nordic Kings », dans Guy Delmarcel (dir.), Flemish Tapestry Weavers Abroad: Emigration and the Founding of Manufactories in Europe, actes de colloque (Mechelen, 2000), Louvain, Leuven University Press (Symbolae. Facultatis Litterarum Lovaniensis, B/27), 2002, p. 91-111.

8 Johann Gottfried Burman Becker, Forsøg til Beskri­velse af vævede Tapeter og andre mærkelige Væggedecorationer i Danmark, Copenhague, s. n., 1878.

9 Gorm Benzon, Gamle danske tapeter, Copenhague, Kreditforeningen Danmark, 1986.

10 Gudmund Boesen, Christian den femtes Rosenborg­tapeter fra den Skaanske Krig, Copenhague, Jørgensen Bogtrykkeri, 1949 ; Mouritz Mackeprang, Sigrid Flamand Christensen, Kronborgtapeterne, Copenhague, A. F. Høst, 1950.

11 Vibeke Woldbye, Europæisk Gobelinkunst 15.-20. århundrede. Bestandskatalog, Copenhague, Det danske Kunstindustrimuseum, 2006 ; Vibeke Woldbye, « Some Flemish Tapestries in Denmark and their Prototypes », dans Het Herfsttij van de Vlaamse tapijtkunst / La tapisserie flamande aux xviie et xviiie siècles, actes de colloque (Bruxelles, 1959), Bruxelles, Paleis der Academiën, 1959, p. 245-268.

12 Katia Johansen, Peter Kristiansen, Rosenborg­tapeterne. Christian V’s Sejre i Skånske Krig 1675-79, Copenhague, Rosenborg, 1999 ; Ulrik Reindel, Kronborgtapeterne. Pragt og propaganda på Frederik II’s Kronborg, Copenhague, Slots- og Ejendomsstyrelsen, 2009 [éd. angl. : The King Tapestries: Pomp & Propaganda at Kronborg Castle, Copenhague, Palaces and Properties Agency, 2011].

13 Ulrik Reindel, Kronborgtapeternes Kongevåbener og Striden om de Tre Kroner, Copenhague, Societas Heraldica Scandinavica (Heraldiske studier, 6), 2008 ; Ulrik Reindel, « The King Tapestries at Kronborg Castle: A ‘Mirror of Princes’ for a Protestant Prince », dans Philippe Bordes, Pascal-François Bertrand (dir.), Portrait and Tapestry / Portrait et Tapisserie, Turnhout, Brepols, 2015, p. 71-86 ; Mytte Fentz, Vægdekorationer på Danske Herregårde. En Kulturhistorisk og Aktuel Beretning, Humlebæk, Rhodos, 2018.

14 Le projet de doctorat « The Interwoven Elite » entrepris par l’auteure de cet article pour le musée national du Danemark et l’université de Copenhague vise à mettre en place cette base de données des collections de tapisseries danoises à destination de futures recherches.

15 Il y avait bel et bien eu une guerre récente – la guerre nordique de Sept Ans (1563-1570) –, mais il ne s’agit pas du sujet principal représenté dans les tapisseries.

16 Des tentatives furent faites, avec l’approbation du roi, par Hans Svaning et Anders Sørensen Vedel, mais aucune publication approfondie capable d’étendre le récit de Saxo ne fut rédigée avant les travaux d’Arild Huitfeldt (voir Poul Grinder-Hansen, Frederik 2. Danmarks Renæssancekonge, Copenhague, Gyldendal, 2013, p. 228). Pour plus de détails sur la littérature danoise de l’époque, voir Minna Skafte Jensen, « Dansk renæssancelitteratur », dans Carsten Bach-Nielsen et al. (dir.), Danmark og renæssancen 1500-1650, Copenhague, Gad, 2006, p. 94-111.

17 Pour un point de vue plus récent sur cette renaissance de l’idéologie et de la narration impériales, voir Thomas J. Dandelet, The Renaissance of Empire in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

18 Comme il est écrit dans l’Histoire de la Suède de Johannes Magnus, imprimée à Rome en 1554 dans une édition latine propice à une diffusion internationale (Grinder-Hansen, 2013, cité n. 16, p. 227).

19 Les conflits sont apparents dans les traités publiés dans : Laurs Rasmus Laursen, Carl S. Christiansen (dir.), Danmark-Norges traktater 1523-1750: med dertil hørende aktstykker, Copenhague, Gad, 1907-1949, vol. 3 (1916), p. 52, 93 et 199.

20 Une étude détaillée de ces blasons fabriqués dans les tapisseries de Kronborg de Frédéric II est disponible dans Reindel, 2008, cité n. 13.

21 Voir le prologue de Danmarks Riges Krønike. Christian II (1596), dans Huitfeldt, 1976-1978, cité n. 3.

22 La guerre de Trente ans (à laquelle Christian IV participa de 1625 à 1629) doit être ici mentionnée également en tant que partie intégrante de la lutte pour la domination en Scandinavie. Bien qu’à première vue, les rois dano-norvégien et suédois semblent avoir été du même côté dans cette guerre, la compétition et le prestige réels résidaient dans le fait de conduire les puissances protestantes à la victoire, ce que Christian IV de Danemark-Norvège ne parvint jamais à réaliser.

23 Lind, 2006, cité n. 6, p. 99-113.

24 Lind, 2006, cité n. 6, p. 109.

25 Laursen, Christiansen, 1907-1949, cité n. 19, vol. 5 (1920), p. 244.

26 Reindel, 2009, cité n. 12, p. 49.

27 Boesen, 1949, cité n. 10, p. 63 ; Johansen, Kristiansen, 1999, cité n. 12, p. 7.

28 Voir en général Boesen, 1949, cité n. 10.

29 Il en était de même pour Peder Griffenfeld, l’équivalent danois du Français Nicolas Fouquet, qui fut éloigné du pouvoir lorsqu’il fut considéré qu’il se mêlait trop des décisions du roi. Pour plus de détails sur cette affaire, lire Knud J. V. Jespersen, « The Last Favourite? The Case of Griffenfeld: A Danish Perspective », dans John Huxtable Elliott, Laurence W. B. Brockliss (dir.), The World of the Favourite, New Haven, Yale University Press, 1999, p. 269-278.

30 Boesen, 1949, cité n. 10, p. 78. Voir également John Böttiger, Svenska Statens Samling af Väfda Tapeter, Stockholm, Fröléen, 1896 ; Jean Coural, Chantal Gastinel-Coural, Beauvais. Manufacture nationale de Tapisserie, Paris, CNAP, 1992, p. 21, 24 et 29 ; Charissa Bremer-David, dans Thomas P. Campbell, Tapestry in the Baroque. Threads of Splendor, cat. exp. (New York, The Metropolitan Museum of Art, 2007), New Haven, Yale University Press, p. 407-419.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1
Légende Chronologie des rois du Danemark-Norvège, des tapisseries et des guerres contre la Suède.
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/13238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 1. La dernière tapisserie de la série de Kronborg commandée par Frédéric II de Danemark-Norvège. Le roi se trouve au centre avec son héritier, Christian, à droite. À l’arrière-plan à gauche, le château de Kronborg, où étaient accrochées les tapisseries.
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/13238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 2. Détail d’une tapisserie de Kronborg montrant le blason de Frédéric II de Danemark-Norvège, avec les trois couronnes de la Suède (en bas à gauche) ainsi que les trois lions et neuf cœurs du Danemark (en haut à gauche) et le lion de la Norvège (en haut à droite).
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/13238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 3. Tapisserie de Kronborg représentant le roi Christian II (à gauche) et son oncle, Frédéric Ier (à droite). L’issue négative du règne de Christian II est signifiée par la couronne tombée dans l’herbe et le sceptre brisé.
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/13238/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 4. Tapisserie de Rosenborg représentant Ulrik Frederik Gyldenløve (vice-roi de Norvège et demi-frère de Christian V) et la conquête de Marstrand le 23 juillet1677.
Crédits photo © Kongernes Samling, Rosenborg Slot
URL http://journals.openedition.org/perspective/docannexe/image/13238/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sidsel Frisch, « La création de récits nordiques », Perspective, 1 | 2019, 175-188.

Référence électronique

Sidsel Frisch, « La création de récits nordiques », Perspective [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/13238 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.13238

Haut de page

Auteur

Sidsel Frisch

Sidsel Frisch est doctorante à l’université de Copenhague et au Musée national du Danemark. Son projet de doctorat est centré sur la mobilité culturelle des tapisseries et sur leur rôle dans la mise en scène du pouvoir des élites du Danemark-Norvège aux xvie et xviie siècles, dans l’objectif de mettre en place une base de données en ligne des collections danoises actuelles.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals