Navigation – Plan du site
Varia

La notion de réseau en histoire de l’art : jalons et enjeux actuels

Network as a Concept in Art History: Milestones and Current Issues
Der Begriff des Netzwerks in der Kunstgeschichte: Etappen und aktuelle Fragen
La nozione di “rete” in storia dell’arte: origine e sviluppi attuali
La noción de red en la historia del arte : referencias y variables actuales
Anne Perrin Khelissa et Émilie Roffidal
p. 241-262

Résumés

L’étude présentée ici est le fruit d’une réflexion méthodologique et épistémologique sur la notion de « réseau » en histoire de l’art menée depuis 2016 dans le cadre du programme « Les académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle » (ACA-RES). En revenant à l’intrication initiale de l’art et de la sociologie, qui fait émerger un usage métaphorique du concept de réseau, le présent article envisage les différentes morphologies de ce phénomène, en appuyant son propos sur nombre d’exemples pris avant et depuis le développement des Humanités numériques il y a dix ans. Il s’agit de montrer la corrélation entre le phénomène de réseau et une technicité progressive qui s’est forgée dans les sciences humaines avec l’émergence de l’informatique et du numérique, et surtout de situer la place et le rôle de l’histoire de l’art dans ce champ de recherche.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

La rencontre initiale entre art, réseau et sociologie, et ses développements
Antécédents, habitus et concepts voisins
Outils numériques et histoire de l’art
Le réseau comme clef d’analyse utile à notre discipline

Aperçu du texte

Depuis cinquante ans, la notion de réseau est présentée comme un « nouveau » concept en sciences humaines et sociales. La définition et la variété même des unités lexicales contenant ce terme laissent à deviner l’extrême amplitude de son usage et de son sens : réseaux d’amitié, réseaux familiaux, réseaux socio-professionnels, réseaux intellectuels, réseaux de diffusion, etc. Longtemps attaché au domaine de l’anatomie, de la chirurgie ou de l’histoire naturelle, le terme de « réseau » s’est progressivement imposé, passant de la description de l’activité fluviale et des chemins de fer à celle des relations humaines, et relevant progressivement autant du champ du physique que du conceptuel. Depuis l’essor des outils de communication numériques, qui en ont accru l’action et l’étendue, ce terme est même devenu incontournable. L’étude des réseaux a modifié les approches des chercheurs en sciences humaines et sociales, et l’historien de l’art est incité à prendre part à la dynamique.

Notre ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Perrin Khelissa et Émilie Roffidal, « La notion de réseau en histoire de l’art : jalons et enjeux actuels », Perspective, 1 | 2019, 241-262.

Référence électronique

Anne Perrin Khelissa et Émilie Roffidal, « La notion de réseau en histoire de l’art : jalons et enjeux actuels », Perspective [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/13613 ; DOI : 10.4000/perspective.13613

Haut de page

Auteurs

Anne Perrin Khelissa

Maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Toulouse – Jean Jaurès, co-responsable de l’équipe de recherche « Création-Production » du laboratoire FRAMESPA-UMR 5136, Anne Perrin Khelissa est spécialiste de l’art du xviiie siècle. Elle s’intéresse aux arts décoratifs pris dans leurs rapports avec les autres arts, à la culture matérielle et à l’histoire du luxe, aux discours et à l’enseignement artistiques. Elle a écrit notamment sur l’ameublement intérieur, les circulations entre la France et l’Italie, la porcelaine et les manufactures royales, les conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture et celles de l’Académie de Lyon.

Émilie Roffidal

Chargée de recherche au CNRS, Émilie Roffidal est rattachée au laboratoire FRAMESPA-UMR 5136 où elle développe des recherches sur les liens inter-académiques en Europe méridionale. Elle s’intéresse aux circulations artistiques – avec un intérêt particulier pour les sculpteurs –, aux réseaux socio-culturels, aux interactions des artistes avec les mondes productifs et à la culture matérielle des objets sur un large xviiie siècle. Ses publications les plus récentes sont consacrées à l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, étude de cas porteuse pour interroger ces différentes notions.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals