Navigation – Plan du site
Varia

Architecture, ordre social et liberté individuelle

Architecture, Order, and Freedom
Architektur, soziale Ordnung und individuelle Freiheit
Architettura, ordine sociale e libertà individuale
Arquitectura, orden social y libertad individual
Leslie Topp
Traduction de Laetitia Masson
p. 263-272
Références :

Cupers, 2014 : Kenny Cupers, The Social Project: Housing Postwar France, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2014.

Park, 2018 : Sun Young Park, Ideals of the Body: Architecture, Urbanism and Hygiene in Postrevolutionary Paris, Pittsburgh, Pa., University of Pittsburgh Press, 2018.

Spencer, 2016 : Douglas Spencer, The Architecture of Neoliberalism: How Contemporary Architecture Became an Instrument of Control and Compliance, Londres, Bloomsbury, 2016.

Upton, 2008 : Dell Upton, Another City: Urban Life and Urban Spaces in the New American Republic, New Haven, Yale University Press, 2008.

Résumés

La tension entre la liberté individuelle et le contrôle social, la spontanéité et l’ordre, est un thème émergent des études sur l’architecture et l’urbanisme de 1800 à nos jours. Cet essai retrace son apparition et la manière dont il est abordé dans quatre ouvrages qui s’intéressent à quatre périodes historiques différentes. Dell Upton situe l’émergence d’une imagination spatiale républicaine dans l’Amérique d’avant la Guerre civile, alors que Sun-Young Park explore les espaces dédiés à l’exercice et aux loisirs dans le Paris postrévolutionnaire. Kenny Cupers examine quant à lui les grands ensembles de la France d’après-guerre, au moment où les architectes et les urbanistes réagissaient aux critiques du caractère trop institutionnel du nouveau logement en intégrant spontanéité et individualité à leurs projets. Douglas Spencer affirme qu’avec la domination du néo-libéralisme au début du xxie siècle, la libre circulation et l’attention portée au choix individuel en architecture deviennent des outils de conformisme.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Aperçu du texte

Dans leur ouvrage intitulé The Architecture of Art History, Mark Crinson et Richard Williams déplorent le clivage croissant qui s’opère entre les disciplines de l’histoire de l’art et de l’architecture. Les historiens de l’art moderne rechignent à traiter des bâtiments dans leurs travaux, avancent-ils, du fait des liens étroits que l’architecture entretient avec l’État.Pour les historiens de l’architecture qui travaillent sur la période moderne, une certaine ouverture d’esprit qui leur permette de traiter d’un matériau politiquement suspect et à l’esthétique également souvent douteuse constitue un prérequis professionnel essentiel. Parvenir à des résultats féconds requiert une approche curieuse et analytique, à la recherche de nuances, de l’intégralité de l’activité architecturale, plutôt que de se contenter de privilégier l’étude profonde des seuls éléments qui seraient dignes d’une attention sérieuse. Par ailleurs, il est nécessaire d’aller au-delà de la simple réaffirmation de la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leslie Topp, « Architecture, ordre social et liberté individuelle », Perspective, 1 | 2019, 263-272.

Référence électronique

Leslie Topp, « Architecture, ordre social et liberté individuelle », Perspective [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/13700 ; DOI : 10.4000/perspective.13700

Haut de page

Auteur

Leslie Topp

Leslie Topp est professeure d’histoire de l’architecture à Birkbeck, University of London. Elle est l’auteure de Architecture and Truth in Fin-de-Siècle Vienna (Cambridge, GB, Cambridge University Press, 2004) et Freedom and the Cage: Modern Architecture and Psychiatry in Central Europe (University Park, Penn State University Press, 2017).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals