Navigation – Plan du site
Débats

La partition musicale et chorégraphique

Un débat entre Bojana Cvejić, Marc Downie et Paul Kaiser, Benjamin Piekut, Frédéric Pouillaude et Edward C. Warburton, mené par Mark Franko et Kate van Orden
Bojana Cvejić, Marc Downie, Mark Franko, Paul Kaiser, Benjamin Piekut, Frédéric Pouillaude, Kate van Orden et Edward C. Warburton
Traduction de François Boisivon
p. 51-88

Ndlr

Les contributions de Bojana Cvejić, Marc Downie et Paul Kaiser, Mark Franko et Kate van Orden, Benjamin Piekut et Edward C. Warburton ont été traduites de l’anglais par François Boisivon.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Aperçu du texte

Parler de partitions musicales et chorégraphiques, qu’on les considère ensemble ou séparément, conduit inévitablement à soulever des questions sur les représentations textuelles très inégales, ayant évolué au cours du temps, qui tentent de saisir le son, la parole, le geste et le mouvement. En musique, la partition commence dès que sont notés des signes accompagnant le texte liturgique, représentant les gestes faits par les chanteurs d’un chœur pour maintenir leurs voix à l’unisson (fig. 1). Plus tard, ces indications se fondent en des systèmes de notation de plus en plus denses qui, au milieu du xxe siècle, deviennent si précis et détaillés qu’ils désespèrent les musiciens de chair et d’os de pouvoir les rendre correctement. Ainsi dans les Structures 1a de Pierre Boulez, sont indiquées pour chaque note son intensité, son articulation, sa hauteur et sa durée (fig. 2). On pourrait dire de telles partitions qu’elles sont « textuelles », saturées qu’elles sont de caractères typographiq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bojana Cvejić, Marc Downie, Mark Franko, Paul Kaiser, Benjamin Piekut, Frédéric Pouillaude, Kate van Orden et Edward C. Warburton, « La partition musicale et chorégraphique », Perspective, 2 | 2019, 51-88.

Référence électronique

Bojana Cvejić, Marc Downie, Mark Franko, Paul Kaiser, Benjamin Piekut, Frédéric Pouillaude, Kate van Orden et Edward C. Warburton, « La partition musicale et chorégraphique », Perspective [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/14431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.14431

Haut de page

Auteurs

Bojana Cvejić

Bojana Cvejić est professeure de théorie de la danse à la National Academy of Arts d’Oslo et professeure de philosophie de l’art à la Singidunum University à Belgrade. Ses recherches et ses publications vont de la philosophie continentale à l’esthétique et à l’étude de la représentation. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages (Choreographing Problems, Palgrave, 2015 ; Public Sphere by Performance, avec Ana Vujanović, bbooks, 2012 ; Carnets d’une chorégraphe, avec Anne Teresa De Keersmaeker, Fonds Mercator, 2011-2013) et a collaboré à de nombreuses œuvres dansées ou pour le théâtre, en tant que dramaturge / performeuse / écrivaine, depuis 1996. En 2013, elle est co-commissaire de l’exposition Danse-Guerre au musée de la Danse à Rennes, dans le cadre de laquelle elle réalise deux vidéos, in a non-wimpy way (avec Steve Paxton) et Yvonne Rainer’s WAR. Elle a conçu un programme chorégraphique de performances et de conférences intitulé « Spatial Confession » pour le Turbine Hall de la Tate Modern. Son prochain livre, avec Ana Vujanović, Performing the Self: Social Dramaturgy in the 21st Century, est en cours d’écriture.

Marc Downie

Marc Downie est un artiste numérique qui combine, dans son travail au sein de l’OpenEndedGroup (son studio de création), trois éléments caractéristiques : des images de synthèse non réalistes et non photographiques, la place donnée aux mouvements du corps, par capture informatique ou d’autres moyens, et l’autonomie des œuvres pilotées par intelligence artificielle. Dans le domaine de la danse, Downie a engagé d’étroites collaborations avec Merce Cunningham, Bill T. Jones, Trisha Brown et Wayne McGregor. L’OpenEndedGroup a présenté son travail au Lincoln Center, au MoMA, à la Hayward Gallery, à l’Institute of Contemporary Art de Boston, au Sadler’s Wells Theatre de Londres, au Festival d’Automne, au Detroit Institute of Art, au SITE de Santa Fe, entre autres. Downie a été reçu en résidence notamment au Gardner Museum de Boston, à l’University of Chicago, à l’IRCAM, à Stanford, au ZKM de Karlsruhe, au Fresnoy, à l’University of Michigan et à l’EMPAC de Troy (NY).

Mark Franko

Mark Franko est professeur de danse, titulaire de la chaire Laura H. Carnell, à la Temple University de Philadelphie. Il est l’auteur, pour son dernier ouvrage, de Choreographing Discourses: A Mark Franko Reader (Routledge), et a dirigé The Oxford Handbook of Dance and Reenactment (2017). Il a été lauréat, en 2011, du Congress and Research in Dance Outstanding Scholarly Research Award et a obtenu, en 2018-2019, une bourse de la Fondation en la mémoire de John Simon Guggenheim pour The Fascist Turn in the Dance of Serge Lifar: French Neoclassicism and the German Occupation (Oxford University Press, à paraître).

Paul Kaiser

Paul Kaiser a créé une œuvre pour la scène, la galerie, l’écran, le livre, les espaces publics et la réalité virtuelle. Il a beaucoup travaillé en collaboration, notamment avec son partenaire de l’OpenEndedGroup Marc Downie (et auparavant avec Shelley Eshkar), mais parfois aussi avec des artistes de la scène. Le public amateur de danse connaîtra sans doute Biped et Loops (réalisés tous deux avec Merce Cunningham, en 1999 et sur la période 2001-2018), How long does the subject linger on the edge of the volume ? (avec Trisha Brown, 2007), Ghostcatching et After Ghostcatching (avec Bill T. Jones, 1999 et 2011), Stairwell (avec Wayne MacGregor, 2010) et Stories by Hand (avec Preeti Vasudevan, 2017). En 1996, Kaiser fut le premier artiste numérique récompensé d’une bourse Guggenheim.

Benjamin Piekut

Benjamin Piekut est historien de la musique et de la scène musicale après 1960. Il est l’auteur d’Experimentalism Otherwise: The New York Avant-Garde and its Limits (University of California Press, 2011) et de Henry Cow: The World Is a Problem (Duke University Press, 2019) ; il a également dirigé Tomorrow is the Question: New Directions in Experimental Music Studies (University of Michigan Press, 2014) et codirigé Oxford Handbook of Critical Improvisation Studies (avec George E. Lewis, 2 vol., 2016). Son article, « Deadness », coécrit avec Jason Stanyek, a reçu en 2011 l’Outstanding Article Award de l’Association for Theatre in Higher Education. Il a été Lecturer à l’University of Southampton et est aujourd’hui professeur associé au département de Musique de Cornell University.

Frédéric Pouillaude

Frédéric Pouillaude est professeur d’esthétique au département Arts d’Aix-Marseille université et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Agrégé et docteur en philosophie, il a été pendant plus de dix ans maître de conférences en philosophie de l’art à Sorbonne-Université. Il est l’auteur du Désœuvrement chorégraphique. Étude sur la notion d’œuvre en danse (Paris, Vrin, 2009 ; trad. anglaise, Unworking Choreography: The Notion of the Work in Dance, New York, Oxford University Press, 2017), et a codirigé avec Stefano Genetti et Chantal Lapeyre l’ouvrage collectif Gestualités / Textualités en danse contemporaine (Paris, Hermann, 2018).

Kate van Orden

Kate van Orden est professeure de musique à Harvard University, titulaire de la chaire Dwight P. Robinson. Spécialiste de l’histoire culturelle, elle est aussi bassoniste professionnelle dans le répertoire baroque et classique, se produisant en concert et ayant enregistré plus d’une soixantaine de titres. Parmi ses livres primés, son ouvrage, Music, Discipline, and Arms in Early Modern France (University of Chicago Press, 2005) s’attache à la noblesse militaire française et au pouvoir régulateur de la musique dans sa culture de l’action ; elle s’y intéresse à des pratiques artistiques aussi diverses que la danse en arme, le ballet équestre et l’escrime. Elle a reconstitué un ballet équestre de 1612, donné en 2000 et 2002 au Berkeley Festival of Early Music, unanimement salué.

Edward C. Warburton

Edward C. Warburton est professeur de danse à la California University, à Santa Cruz, aux États-Unis. Il s’est d’abord formé à la faculté des arts de l’University of North Carolina et a dansé avec l’American Ballet Theater II , le Houston Ballet et le Boston Ballet. La préparation de sa thèse de doctorat à l’université Harvard, en psychologie du développement, a éveillé son intérêt pour les études cognitives dans le domaine de la danse. Il a reçu différents prix dont le National Dance Education Organization’s Outstanding Dance Researcher Award et l’attribution de la chaire Julius et Rosa Sachs de Distinguished Lecturer au Teachers College de la Columbia University, à New York.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals