Navigation – Plan du site
Essais

La standardisation comme garant du succès commercial ? Les albâtres anglais de la fin du Moyen Âge

Reproducibility as a Guarantee of Commercial Success? Late Medieval English Alabasters
Die Reproduzierbarkeit als kommerzielles Erfolgsrezept? Die englischen Alabasterskulpturen des späten Mittelalters
La riproducibilità come garanzia di successo commerciale? Gli alabastri inglesi della fine del Medioevo
La reproductibilidad como garante del éxito comercial? Los alabastros ingleses del final de la Edad Media
Markus Schlicht
p. 179-194

Résumés

À la fin du Moyen Âge, les sculpteurs d’albâtre des Midlands anglais produisirent de grandes quantités de panneaux ornés de scènes religieuses. Bien que produits dans de multiples ateliers, pour certains géographiquement éloignés les uns des autres, ces panneaux se caractérisent par leur aspect stéréotypé et la stylisation particulière des personnages, qui les rendent facilement reconnaissables. Leur apparence uniforme est due à la standardisation des dimensions des panneaux, au recours exclusif au haut-relief comme mode de représentation, à l’invariance de la composition des scènes, au recours généralisé à la polychromie caractérisée par une palette chromatique restreinte et par l’utilisation codifiée des couleurs. Bien que les ateliers n’aient pas apporté à leurs œuvres d’innovations notables pendant plus d’un siècle et demi, celles-ci connurent un grand succès commercial jusqu’au milieu du xvie siècle, tant auprès d’une clientèle modeste qu’auprès des élites, dont les cours princières de la péninsule italique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

Une production de masse pour les masses ?
Une clientèle diversifiée
La standardisation en tant que raison du succès commercial ?

Aperçu du texte

Une production de masse pour les masses ?

Les panneaux d’albâtre ornés de scènes religieuses sculptées et peintes, produits en grande quantité dans les Midlands anglais à la fin du Moyen Âge (entre environ 1350 et 1530), constituent l’apport majeur de l’Angleterre dans le domaine de la sculpture médiévale. Bien qu’un grand nombre d’entre eux aient été détruits à la suite de la Réforme anglicane (à partir de 1534), il subsiste plus de 2 400 de ces plaques, exportées légalement ou bien vendues clandestinement sur le Continent. En dépit de la durée de cette période de production, environ 200 ans, les œuvres restent étonnamment homogènes du point de vue stylistique, ce qui les rend d’ailleurs aisément identifiables. Ce conservatisme surprend, voire déconcerte, dans le contexte de l’évolution très rapide des arts dans d’autres pays, tels que la France, les Pays-Bas, l’Empire et, par-dessus tout, l’Italie de la Renaissance.

Les traits distinctifs de cette production, dont notamment le grand...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Markus Schlicht, « La standardisation comme garant du succès commercial ? Les albâtres anglais de la fin du Moyen Âge », Perspective, 2 | 2019, 179-194.

Référence électronique

Markus Schlicht, « La standardisation comme garant du succès commercial ? Les albâtres anglais de la fin du Moyen Âge », Perspective [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/15321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.15321

Haut de page

Auteur

Markus Schlicht

Markus Schlicht est chargé de recherche au CNRS, affecté d’abord au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale à Poitiers (2003-2015), puis à l’institut Ausonius de Bordeaux (UMR 5607). Il a publié de nombreuses études sur l’architecture, la sculpture et la polychromie des derniers siècles du Moyen Âge en France.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals