Navigation – Plan du site
Essais

Portraits en série et reproduction mécanique des traits à l’âge des Lumières et sous la Révolution : entre idéal démocratique et stratégies commerciales

Serial Portraits and Mechanical Reproduction of Features in the Age of Enlightenment and during the Revolution: Between the Democratic Ideal and Commercial Strategies
Serielle Porträts und mechanische Zeichenreproduktion im Zeitalter der Aufklärung und während der Revolution: zwischen demokratischem Ideal und kommerzieller Strategie
Ritratti in serie e riproduzione meccanica dei tratti nell’età dei Lumi e durante la Rivoluzione: tra ideale democratico e strategie commerciali
Retratos en serie y reproducciones mecánicas de los trazos en el siglo de las Luces y durante la Revolución: entre el ideal democrático y las estrategias comerciales
Cyril Lécosse
p. 203-216

Résumés

En retraçant les étapes qui conduisent à la mise au point de nouvelles techniques permettant la reproduction « mécanique » des visages au xviiie siècle, cet article propose de réfléchir aux problèmes que pose l’étude des projets de standardisation du geste artistique dans le contexte d’un essor plus général du portrait de petit format (dessin, miniature, peinture). À la faveur d’un marché porteur, plusieurs machines sont ainsi conçues (ou perfectionnées) pour assurer la démultiplication rapide et bon marché d’effigies de soi, à la façon d’instantanés fidèles et aisément duplicables. C’est le cas notamment du pantographe, mais également de la camera obscura ou encore du physionotrace qui s’impose comme une authentique machine à tirer la silhouette. La production des portraits en série (dimensions et coût standardisés) connaît une expansion remarquable sous la Révolution, qui s’explique, en partie, par la multiplication inédite des acteurs du jeu politique et par la démocratisation sans précédent du marché artistique. Quelques années avant l’invention de la photographie, ces initiatives marquent une étape importante vers la diffusion culturelle de masse qui est une des caractéristiques du xixe siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

Le pantographe : un bras articulé au service de la copie
La saisie mécanique des corps et la multiplication des images de soi
Le physionotrace ou l’art du multiple
Le portrait en série sous la Révolution et le Directoire

Aperçu du texte

La problématique du multiple s’applique en particulier aux œuvres qui sont le fruit d’une production structurée et relativement standardisée. L’étude approfondie des circuits de production et de diffusion de la gravure, de la céramique et de la sculpture (médaillons en terre cuite et en bronze) au siècle des Lumières permet ainsi d’éclairer tout un pan de l’économie des biens artistiques en France. Mais lorsque l’œuvre « originale » procède d’une mécanisation ou d’une standardisation du geste artistique, la question de la transformation progressive de l’œuvre d’art en un bien de consommation courante se pose avec encore plus d’acuité. Des machines à dessiner sont utilisées par les artistes depuis le xve siècle : la Tavoletta de l’architecte Filippo Brunelleschi ou le perspectographe d’Albrecht Dürer sont parmi les plus fameuses. Mais bien d’autres instruments ou méthodes de dessin sont imaginés pour aider les artistes qui se fournissent « comme le mathématicien, au sein de l’échoppe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Lécosse, « Portraits en série et reproduction mécanique des traits à l’âge des Lumières et sous la Révolution : entre idéal démocratique et stratégies commerciales », Perspective, 2 | 2019, 203-216.

Référence électronique

Cyril Lécosse, « Portraits en série et reproduction mécanique des traits à l’âge des Lumières et sous la Révolution : entre idéal démocratique et stratégies commerciales », Perspective [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/15521 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.15521

Haut de page

Auteur

Cyril Lécosse

Cyril Lécosse est maître d’enseignement et de recherche à l’université de Lausanne. Ancien chargé d’études et de recherche à l’INHA, ses recherches ont porté principalement sur l’histoire du portrait (miniatures, dessins, physionotraces, médaillons, petites toiles, etc.), sur les relations entre art et pouvoir et sur la contestation par l’image entre 1770 et 1830. Actuellement, il s’intéresse aux modes de sociabilité artistique (cénacle, communautés, ateliers, loges, envisagés comme champ au sens bourdieusien du terme) qui se développent à Paris sous le Directoire (1795-1799), au lendemain de la suppression des académies en 1793, et avant le retour à un système moins libéral et plus centralisé sous le Consulat et l’Empire.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals