Navigation – Plan du site
Essais

Serviteurs devenus maîtres : Focillon et la gravure d’interprétation

Servants Who Became Masters: Focillon and the Interpretive Engraving
Diener, die zu Herren geworden sind: Focillon und der interpretative Kupferstich
Servitori divenuti maestri: Focillon e l’incisione d’interpretazione
Servidores devenidos maestros: Focillon y el grabado de interpretación
Emmanuel Pernoud
p. 217-226

Résumés

Dans les écrits de Focillon, la gravure est présentée sur le modèle du dessin ou de la peinture, dans le huis clos de l’artiste et de son cuivre. Le paradoxe sur lequel repose ce discours est le refoulement du processus de réplication et de diffusion inhérent à toute estampe, même rare et précieuse. Le socius de l’image imprimée – la coopération qui en est à la source, la collectivité à laquelle elle se destine – doit céder la place à l’unicité de l’œuvre graphique. Ainsi, l’imprimeur et l’éditeur tendent-ils à disparaître de ce récit, comme s’en éclipsent les rapports entre les chefs-d’œuvre de l’estampe et la plus banale image. Ainsi, le « maître de l’estampe » ne saurait reproduire qui que ce soit, même lorsqu’il copie autrui par les moyens de son art, comme c’était le cas de Victor, père d’Henri : reproduire, en gravure, ce sera interpréter.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

La gravure en solitaire

Aperçu du texte

Dans son compte rendu du salon de 1879, Huysmans ne trouva pas de mots assez durs pour les graveurs : « L’honorable corporation des burinistes est pleine d’artisans laborieux et habiles ; mais, de véritables artistes, elle n’en compte point ! Aussi, serai-je sobre de noms ; le temps presse, et il est bien inutile d’entasser des jugements sur toutes ces reproductions plus ou moins réussies de tableaux faits par d’autres que par ceux qui les gravent. » Il enfonça le clou l’année suivante en comparant les auteurs de ces gravures à des « manouvriers » et à des « contremaîtres ».

Pour Huysmans, une reproduction, même exécutée à la main, ne méritait pas le jugement artistique. Ce verdict portait la signature de la modernité de Huysmans et n’était pas représentatif de l’appréciation dominante, en ce dernier tiers du xixe siècle. Comme l’a montré Stephen Bann en discutant les thèses de Walter Benjamin, l’histoire de la reproductibilité technique au xixe siècle ne se résume pas à la perte d’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Pernoud, « Serviteurs devenus maîtres : Focillon et la gravure d’interprétation », Perspective, 2 | 2019, 217-226.

Référence électronique

Emmanuel Pernoud, « Serviteurs devenus maîtres : Focillon et la gravure d’interprétation », Perspective [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/15656 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.15656

Haut de page

Auteur

Emmanuel Pernoud

Ancien responsable des collections d’estampes contemporaines à la Bibliothèque nationale de France, Emmanuel Pernoud est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne. Parallèlement à ses travaux sur les arts graphiques, il a étudié la place de l’enfance dans l’art des xixe et xxe siècles.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals