Navigation – Plan du site
Essais

Cinq masques de l’Iyoba Idia du royaume de Bénin : vies sociales et trajectoires d’un objet multiple

Five Masks of the Benin Kingdom’s Iyoba Idia: Social Lives and Trajectories of a Multiple Object
Fünf Masken der Iyoba Idia aus dem Königreich Benin: soziale Beziehungen und Zirkulation eines multiplen Objekts
Cinque maschere dell’Iyoba Idia del regno del Benin: vite sociali e traiettorie di un oggetto multiplo
Cinco máscaras del Iyoba Idia del reino de Benín: vidas sociales y trayectorias de un objeto múltiple
Felicity Bodenstein
p. 227-238

Résumés

Les cinq masques en ivoire de la reine-mère Idia (xvie siècle) qui sont aujourd’hui à Londres, New York, Seattle, Stuttgart et dans une collection privée anglaise sont sans doute les objets les plus iconiques de l’art du continent africain tel qu’il peut être illustré dans les ouvrages de référence. Or, les péripéties de ces objets pillés au royaume de Bénin puis vendus par les forces navales britanniques en 1897 permettent d’observer deux mouvements en quelque sorte contraires dans la gestion de ce multiple : d’une part, celui de la dispersion globale à travers le marché d’un groupe fait au départ pour agir ensemble localement et, d’autre part, la redécouverte de leur statut d’ensemble ou de multiple, et de ce qu’Alfred Gell a appelé l’objet-personne disséminé à travers leur (re)identification avec Iyoba Idia à partir des années 1950. Nous verrons qu’à partir de ce moment-là, ces deux mouvements s’entremêlent et entrent de façon croissante en tension.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

Cinq masques dans une « récolte de butin »
Un masque pour le musée de Lagos ?
La démultiplication comme forme de résilience nationale et locale

Aperçu du texte

Une photographie d’Oba Akenzua II (1899-1978), publiée en 1976 à la une du journal The Nigerian Observer (fig. 1) montre le chef traditionnel de l’ancien royaume de Bénin, dans le Sud-Ouest du Nigeria, en érudit des objets de sa lignée. Il tient dans sa main un masque-pendentif en laiton dont il semble scruter les détails pour mieux les comparer à une autre image de masque-pendentif en ivoire reproduit dans le livre ouvert sur le bureau devant lui. Conservé au British Museum depuis 1910 et au moment de cette prise de vue, l’objet en ivoire provoque alors une vive polémique entre les diplomates britanniques et le gouvernement nigérian qui en demande le prêt pour le FESTAC (Second World Black and African Festival of Arts an Culture, ou deuxième festival d’arts et des cultures africaines), dont l’inauguration est prévue deux mois plus tard à Lagos. Le masque en laiton a été, quant à lui, trouvé en la possession d’un autre chef traditionnel d’une ville voisine de Benin City, l’Obi Oligb...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Felicity Bodenstein, « Cinq masques de l’Iyoba Idia du royaume de Bénin : vies sociales et trajectoires d’un objet multiple », Perspective, 2 | 2019, 227-238.

Référence électronique

Felicity Bodenstein, « Cinq masques de l’Iyoba Idia du royaume de Bénin : vies sociales et trajectoires d’un objet multiple », Perspective [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/15735 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.15735

Haut de page

Auteur

Felicity Bodenstein

Historienne de l’art, spécialiste de l’histoire des musées et des collections, Felicity Bodenstein est maître de conférences à Sorbonne Université en histoire du patrimoine. Depuis 2016, elle travaille sur le cas d’un butin de guerre pris à Benin City (aujourd’hui au Nigeria) en 1897. Ce projet tente de retracer l’histoire de la dispersion des objets et de comprendre comment la mémoire des objets est tangible à Benin City. Ces recherches ont été menées dans le cadre du projet « Translocations », dirigé par Bénédicte Savoy à la Technische Universität, à Berlin.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals