Navigation – Plan du site
Essais

La carte postale, multiple documentaire du chef-d’œuvre

The Postcard, a Documentary Multiple of the Masterpiece
Die Postkarte, ein dokumentarisches Multiple des Meisterwerks
La cartolina postale, multiplo documentario del capolavoro
La tarjeta postal, múltiple documental de la obra maestra
Bertrand Tillier
p. 239-248

Résumés

De la fin du xixe siècle aux années 1970, à « l’ère de la reproductibilité technique » des œuvres d’art, en Europe comme aux États-Unis, la carte postale de reproduction a constitué une imagerie de masse et une industrie culturelle, en contribuant à produire des « multiples » d’œuvres originales. Certes, la carte postale s’apparente en bien des points à la photographie dont elle procède. Mais ses vocations et ses usages sont autres, puisqu’il s’agit d’« un imprimé sur un support semi-rigide destiné à un usage postal, pour une correspondance à découvert », selon la définition canonique d’Albert Thinot. En effet, si la carte postale offre une reproduction photographique d’un tableau, d’une sculpture, d’une gravure ou d’un objet décoratif, elle en propose aussi une éditorialisation directe et une ample diffusion, grâce à ses tirages incommensurables qui dépassent toutes les autres formes de multiples. Par l’adjonction de légendes ou de commentaires, dans les marges ou à fond perdu, qui agissent comme les « seuils » définis par Gérard Genette, par la sérialité qui en conditionne l’édition, et par la patrimonialisation qu’elle opère, la carte postale d’œuvre d’art est un multiple documentaire, qui place toujours l’objet de sa reproduction en situation, en le montrant sur les cimaises des musées et des Salons ou sur les murs des ateliers d’artistes, mais en le mettant également en abyme par la spécificité de son support destiné à être délibérément choisi, acquis, adressé, expédié, écrit, conservé, collectionné.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Aperçu du texte

1. Aby Warburg, Bilderatlas Mnemosyne, planche 55, Londres, The Warburg Institute, University of London.

1. Aby Warburg, Bilderatlas Mnemosyne, planche 55, Londres, The Warburg Institute, University of London.

© Photo The Warburg Institute, University of London

À « l’ère de la reproductibilité technique » des œuvres d’art, il est une sorte d’image multiple dont Walter Benjamin, curieusement, ne souffle mot dans les versions successives de son essai, alors qu’il en fut lui-même l’expéditeur et le destinataire, ainsi que le montrent ses archives où elle figure – de la même manière qu’elle appartient aux planches du Bilderatlas Mnémosyne élaboré par Aby Warburg durant les années 1920 (fig. 1) –, c’est la carte postale de reproduction des œuvres et objets d’art. Du début du xxe siècle jusqu’aux années 1970, principalement en Europe et aux États-Unis où étaient actifs les plus grands éditeurs, la carte postale photographique reproduisant des œuvres d’art – selon deux principales modalités, comme on le verra, soit dans un environnement comme les musées ou les Sal...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Tillier, « La carte postale, multiple documentaire du chef-d’œuvre », Perspective, 2 | 2019, 239-248.

Référence électronique

Bertrand Tillier, « La carte postale, multiple documentaire du chef-d’œuvre », Perspective [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/15875 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.15875

Haut de page

Auteur

Bertrand Tillier

Historien de l’art, Bertrand Tillier est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, où il enseigne la culture visuelle et l’histoire des médias. Ses travaux portent, pour partie, sur l’image imprimée et ses usages sociaux. Il dirige les Éditions de la Sorbonne.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals