Navigation – Plan du site
Varia

La matrice blanche. Portraits d’Africains dans la culture visuelle européenne depuis les Lumières

The White Matrix. Portraits of Africans in European Visual Culture since the Enlightenment
Die weiße Matrix. Bildnisse von Afrikaner in der visuellen Kultur Europas seit der Aufklärung
La matrice bianca. Ritratti d’Africani nella cultura visiva dell’Europa dall’Illuminismo
La matriz blanca. Retratos de Áfricanos en la cultura visual de la Europa desde el siglo de las Luces
Melanie Ulz
Traduction de Florence Rougerie
p. 259-268
Références :

– Bagneris, 2018 : Mia L. Bagneris, Colouring the Caribbean. Race and the Art of Agostino Brunias, Manchester, Manchester University Press, 2018.

– Lafont, 2019 : Anne Lafont, L’Art et la Race. L’Africain (tout) contre l’œil des Lumières, Dijon, Les Presses du réel, 2019.

– Odumosu, 2017 : Temi Odumosu, Africans in English Caricature, 1769-1819: Black Jokes, White Humour, Londres, Harvey Miller Publishers, 2017.

– Oesterreich, 2018 : Miriam Oesterreich, Bilder konsumieren. Inszenierungen ‚exotischer’ Körper in früher Bildreklame, Paderborn, Wilhelm Fink, 2018.

Résumés

Cet article se penche sur les travaux de recherches actuels qui examinent de façon critique la représentation des Africains dans la peinture et la culture populaire européennes depuis le xviiie siècle. Il questionne d’abord l’analyse, par Anne Lafont, de la formation visuelle de la « race » dans la peinture française à l’époque des Lumières (2019), puis celui de Temi Odumosu (2017) sur la fonction des personnages noirs dans la caricature britannique vers 1800, et celui de Mia L. Bagneris (2018) sur le rôle des « belles créoles » dans les peintures caraïbes d’Antonio Brunias. Enfin, à partir de l’étude de Miriam Oesterreich (2018), il décrit l’adaptation des représentations des corps et des régimes du regard racistes dans les premières images publicitaires.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

Le langage visuel cru de la satire dessinée britannique
Les univers picturaux pittoresques d’Agostino Brunias
Le monde marchand exotique autour de 1900

Aperçu du texte

Dans la peinture baroque européenne, le portrait d’aristocrates blancs posant avec un page noir est un type de tableau très répandu ; il fit son apparition dès la première moitié du xvie siècle, et Titien est considéré comme son inventeur. Le Portrait de Laura Dianti datant de 1523 (fig. 1) montre la favorite d’Alphonse Ier d’Este de Ferrare, la main gauche reposant de manière familière sur l’épaule d’un jeune garçon à la peau noire qui lui porte un regard d’admiration enfantine. Loin de le lui rendre cependant, le regard de Laura Dianti semble ne pas voir son admirateur et se perdre dans le vide. Là où le contact a lieu en revanche, le contraste entre la peau blanche et la peau foncée est habilement mis en scène, de sorte que le regard du spectateur se voit, dans le même temps, attiré par l’anneau que porte la jeune femme. Le jeune garçon est placé dans le tableau en tant qu’« objet de prestige et propriété de la belle courtisane », elle-même « objet de prestige et propriété du Duc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Melanie Ulz, « La matrice blanche. Portraits d’Africains dans la culture visuelle européenne depuis les Lumières », Perspective, 2 | 2019, 259-268.

Référence électronique

Melanie Ulz, « La matrice blanche. Portraits d’Africains dans la culture visuelle européenne depuis les Lumières », Perspective [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/15980 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.15980

Haut de page

Auteur

Melanie Ulz

Melanie Ulz occupe depuis le printemps 2019 une chaire d’histoire générale de l’art à l’Universität Osnabrück. De 2010 à 2016, elle a été Junior professorin au Kunsthistorisches Institut Osnabrück. Elle a obtenu son doctorat à l’Universität Trier en 2005 avec une thèse sur la création française d’images de la campagne de Napoléon en Égypte (Marbourg, Jonas Verlag, 2008). Ses recherches portent sur l’histoire transculturelle de l’art du xviiie au xxie siècle.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals