Navigation – Plan du site
Varia

Lecture – Le cinéma d’avant-garde : quelles avant-gardes, pour quel cinéma ?

Reading – Avant-garde Cinema: Which Avant-gardes, for Which Cinema?
Lektüre – Das Avantgarde-Kino: welche Avantgarden für welches Kino?
Lettura – Il cinema d’avanguardia: quali avanguardie, per quale cinema?
Lectura – El cine de avant-garde: ¿cuáles avant-gardes, para qué cine?
François Bovier
p. 269-280
Références :

– de Haas, 2018 : Patrick de Haas, Cinéma absolu : avant-Garde 1920-1930, Paris, Mettray éditions, 2018.

– Albera, 2019 : François Albera, Le Cinéma au défi des arts, Crisnée, Yellow Now (coll. « Côté cinéma / Morceaux choisis »), 2019.

Résumés

Ce compte rendu croisé de deux ouvrages récents sur le cinéma d’avant-garde, Cinéma absolu. Avant-garde 1920-1930 de Patrick de Haas et Le Cinéma au défi des arts de François Albera, entend mettre en perspective deux approches distinctes d’un phénomène encore relativement peu étudié. Le premier développe une approche érudite et systématique, offrant une vue synoptique d’un champ qui est perçu comme autonome. Constituer une encyclopédie raisonnée du cinéma d’avant-garde, c’est là l’une des principale gageures de l’ouvrage somme de Patrick de Haas. Le second propose, sur le mode des miscellanées, une série d’études de cas qui se caractérisent par un décloisonnement du médium du film, en confrontant le modèle cinématographique à des procédés explorés dans les arts plastiques. Pour François Albera, il s’agit de penser l’articulation entre l’art contemporain et le cinéma sur le mode de l’interaction réciproque et de la contamination, à travers une conception élargie du cinématisme.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Aperçu du texte

Deux ouvrages récents portent sur les relations entre le cinéma et les arts plastiques, relançant au sein de l’espace éditorial francophone la définition des avant-gardes historiques et, de manière plus ou moins implicite, leurs répercussions sur les pratiques contemporaines. D’emblée, il faut relever que ces deux livres empruntent des perspectives diamétralement opposées, tant au niveau de leur format que de leur approche.

L’ouvrage de Patrick de Haas, Cinéma absolu : Avant-garde 1920-1930, constitue une somme esthétique, qui propose un panorama exhaustif et érudit du champ du cinéma d’avant-garde. Son objet est clairement délimité : les années 1920-1930, et sa méthodologie s’apparente, pour une large part, à une analyse de la logique et de la structure des œuvres – certes, l’auteur les réinscrit dans leur contexte socio-historique, en s’appuyant sur des sources multiples et variées, mais il les envisage avant tout dans leur autonomie formelle. Je l’ai dit, il s’agit d’une « somme »...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bovier, « Lecture – Le cinéma d’avant-garde : quelles avant-gardes, pour quel cinéma ? », Perspective, 2 | 2019, 269-280.

Référence électronique

François Bovier, « Lecture – Le cinéma d’avant-garde : quelles avant-gardes, pour quel cinéma ? », Perspective [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/16185 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.16185

Haut de page

Auteur

François Bovier

Maître d’enseignement et de recherche à l’université de Lausanne et chargé de recherche à l’École cantonale d’art de Lausanne, François Bovier est historien du cinéma, programmateur et curateur indépendant. Auteur de H. D. et le groupe Pool : des avant-gardes littéraires au cinéma “visionnaire” (L’Âge d’Homme, 2009) et cofondateur de la revue Décadrages, il a dirigé différents ouvrages ou dossiers de revue portant sur les films d’artistes, le cinéma militant, l’art vidéo, ou encore la performance.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals