Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1TribuneL’art japonais et moi

Tribune

L’art japonais et moi

Hiroshi Sugimoto
Traduction de Corinne Atlan
p. 11-20

Ndlr

Tous les noms, y compris ceux d’origine japonaise, sont ici transcrits dans l’ordre prénom-patronyme.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Aperçu du texte

Plus de la moitié de ma vie d’artiste contemporain s’est déroulée à l’étranger. On a beau parler aujourd’hui de monde globalisé, le travail d’un artiste est toujours considéré comme émanant d’une manière ou d’une autre de sa culture d’origine. Dans mon pays, je n’ai pas conscience d’être japonais, parce qu’il n’y a aucune nécessité à cela. Mais à l’étranger, je deviens un homme venu de cette lointaine contrée. À la fin de la période glaciaire, il y a environ 100 000 ans, le niveau des océans qui bordaient les terres japonaises s’est élevé, provoquant la formation d’îles séparées du continent, composant ainsi un territoire désormais aussi isolé que les Galápagos. Et moi, soldat solitaire de l’autre côté des mers, je me retrouve investi de la mission d’expliquer l’évolution et l’état actuel de l’Archipel, qu’il s’agisse de la conscience du vide, du sens de la couleur, de la vision de l’amour, du sentiment religieux, de l’hygiène des toilettes, ou de quoi que ce soit d’autre. Tel un ac...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hiroshi Sugimoto, « L’art japonais et moi »Perspective, 1 | 2020, 11-20.

Référence électronique

Hiroshi Sugimoto, « L’art japonais et moi »Perspective [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/17317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.17317

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search