Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1DébatsArt et Préhistoire au Japon : les...

Débats

Art et Préhistoire au Japon : les Jōmon

Une discussion entre Jean-Paul Demoule et Inada Takashi, menée par Laurent Nespoulous
Jean-Paul Demoule, Takashi Inada et Laurent Nespoulous
Traduction de Laurent Nespoulous
p. 23-40

Ndlr

La contribution d’Inada Takashi a été traduite du japonais par Laurent Nespoulous.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Aperçu du texte

Comme je le soulignais il y a maintenant un peu plus d’un an lors de la dernière exposition Jōmon : Naissance de l’art dans le Japon préhistorique à Paris (octobre-novembre 2018), la Période Jōmon (13 000 à 800 avant notre ère) occupe une place singulière, et ce pour plusieurs raisons. Elle n’est certes pas constitutive de l’histoire du Japon au sens strict : ce dernier nom ne surgira pas avant la seconde moitié du viie siècle de notre ère, et ce serait un anachronisme que de toujours tout ramener à une éventuelle japonité des phénomènes : serait-il pertinent de faire commencer l’histoire de France avec la grotte Chauvet ? Cette période archéologique n’en occupe pourtant pas moins une place incontournable à la fois dans l’histoire des sociétés préhistoriques de l’archipel, mais également dans la construction d’un nouveau rapport au passé depuis l’époque d’Edo, c’est-à-dire depuis le xviie siècle, jusqu’à nos jours.

C’est en effet grâce à la découverte de poteries préhistoriques datan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Demoule, Takashi Inada et Laurent Nespoulous, « Art et Préhistoire au Japon : les Jōmon »Perspective, 1 | 2020, 23-40.

Référence électronique

Jean-Paul Demoule, Takashi Inada et Laurent Nespoulous, « Art et Préhistoire au Japon : les Jōmon »Perspective [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/17408 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.17408

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Demoule

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne, membre honoraire de l’Institut universitaire de France et ancien président de l’INRAP. Il a mené des fouilles en France, en Grèce et en Bulgarie et s’est spécialisé dans l’étude du Néolithique et de l’âge du fer, ainsi que sur l’histoire et le rôle social de l’archéologie. Il a publié, seul ou en collaboration, une trentaine d’ouvrages dont, parmi les plus récents : Naissance de la figure – L’art du Paléolithique à l’âge du fer (Paris, Gallimard, 2007 et 2017), Les dix millénaires qui ont fait l’histoire – Quand on inventa l’agriculture, les chefs et la guerre (Paris, Fayard, 2017), Une histoire des civilisations – Comment l’archéologie bouleverse nos connaissances (Paris, INRAP / La découverte, 2018, en codirection avec D. Garcia et A. Schnapp), Aux origines, l’archéologie – Une science au cœur des grands débats de notre temps (Paris, La découverte, 2020).

Articles du même auteur

Takashi Inada

Inada Takashi est professeur émérite de l’Université d’Okayama, au Japon, et ancien président de l’Association pour la recherche sur le Paléolithique au Japon. Il a publié de nombreux ouvrages et articles relatifs au Paléolithique, à la période Jōmon et aux antiquités du Japon, ainsi que sur le système administratif de protection des sites archéologiques : « Jōmon bunka no keisei » [Formation de la culture Jōmon], dans Nihon kōkogaku [L’archéologie au Japon], vol. 6, 1986 ; Yūdōsuru kyūsekkijin [Les nomades du Paléolithique] (Tōkyō, Iwanami Shoten, 2001), Kyūsekkijidai [Le Paléolithique au Japon] (Tōkyō, Aoki Shoten, 2010, avec H. Satō) ; Nihon to Furansu no iseki hogo [La protection des sites archéologiques au Japon et en France] (Tōkyō, Iwanami Shoten, 2014) ; « Bifacial Reduction Sequences Observed on the Solutrean Large “Laurel Leaves” from Volgu », dans BSPF, no 113-3, 2016 ; « Les structures en creux et les fosses pièges au Japon du Paléolithique à la fin de la période Jōmon. Un bilan des connaissances actuelles », avec C. Cupillard, dans N. Achard-Corompt, E. Ghesquière et V. Riquier (dir.), Creuser au Mésolithique (Paris, Société préhistorique française, 2017).

Laurent Nespoulous

Laurent Nespoulous est maître de conférences à l’INALCO. Il a mené des fouilles au Japon et s’est spécialisé dans les trajectoires que les sociétés de l’archipel japonais ont empruntées depuis la formation des sociétés agraires jusqu’à l’émergence de l’État. Il a également pour centre d’intérêt les rapports entre archéologie, société et patrimoine, ainsi que l’histoire même de la discipline archéologique au Japon. Il est l’auteur de nombreux articles sur toutes ces questions, et a récemment codirigé Patrimonialisation et identités en Asie orientale (Ebisu. Études japonaises, no 52, 2015, avec Christophe Marquet et Arnaud Nanta), et participé à Une histoire des civilisations – Comment l’archéologie bouleverse nos connaissances (Paris, INRAP / La découverte, 2018, sous la direction de J.-P. Demoule, D. Garcia et A. Schnapp).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search