Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1DébatsTransmission du patrimoine archit...

Débats

Transmission du patrimoine architectural au Japon : décryptage

Un débat entre Nishida Masatsugu, Yagasaki Zentarō et Yoshida Kōichi, mené par Jean-Sébastien Cluzel
Jean-Sébastien Cluzel, Masatsugu Nishida, Zentarō Yagasaki et Kōichi Yoshida
p. 43-66

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Aperçu du texte

Les questions relatives à la transmission du patrimoine architectural ont fait l’objet de nombreux débats dans les années 1990. Les voix de Françoise Choay, Alain Schnapp, André Chastel, Pierre Nora ont particulièrement marqué ces échanges. Concentrés sur les civilisations européennes, voire méditerranéennes, tous se sont intéressés à la diversité des approches en matière de transmission patrimoniale et, en cherchant un envers aux pratiques occidentales, tous ont été interpelés par la pratique japonaise du shikinen-sengū au sanctuaire d’Ise, rituel dans lequel le sanctuaire est reconstruit à l’identique tous les vingt ans, avant que l’ancien ne soit démonté.

Cette pratique de reconstruction, attestée depuis le viie siècle et toujours en vigueur, permettait de remettre en cause, voire de critiquer sévèrement, une certaine hégémonie européenne en matière de conservation architecturale, que les filières patrimoniales et culturelles de l’ONU faisaient alors prévaloir. Dans ces débats en...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Sébastien Cluzel, Masatsugu Nishida, Zentarō Yagasaki et Kōichi Yoshida, « Transmission du patrimoine architectural au Japon : décryptage »Perspective, 1 | 2020, 43-66.

Référence électronique

Jean-Sébastien Cluzel, Masatsugu Nishida, Zentarō Yagasaki et Kōichi Yoshida, « Transmission du patrimoine architectural au Japon : décryptage »Perspective [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/17541 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.17541

Haut de page

Auteurs

Jean-Sébastien Cluzel

Archéologue et architecte, Jean-Sébastien Cluzel enseigne l’histoire de l’art et l’archéologie de l’Extrême-Orient à la faculté des Lettres de Sorbonne Université. Spécialiste de l’histoire de l’architecture du Japon, il s’est occupé de la restauration des fabriques japonaises du jardin Albert-Kahn à Boulogne-Billancourt, de l’expertise de la salle des Cigognes pour le musée des Confluences à Lyon, et il est associé en tant qu’expert au projet de restauration du cinéma La Pagode à Paris. On retient parmi ses ouvrages : Architecture éternelle du Japon – De l’histoire aux mythes (Dijon, Faton, 2008) ; Hokusai – Le vieux fou d’architecture (Paris, Seuil / BnF, 2014) ; Le Japonisme architectural en France 1550-1930 (Dijon, Faton, 2018).

Masatsugu Nishida

Architecte et historien de l’architecture, Nishida Masatsugu est professeur au Kyōto Institute of Technology. Spécialiste d’architecture du Moyen Âge, il a dirigé de nombreuses campagnes de relevés sur l’architecture romane en France. Son ouvrage de synthèse, intitulé De la proportion de l’architecture cistercienne, paru en 2006 au Japon, a été récompensé par le prix de la Society of Architectural Historians of Japan. Spécialiste d’architecture comparée, il a également publié plusieurs ouvrages en français, dont le Vocabulaire de la spatialité japonaise (Paris, CNRS, 2014), Le sanctuaire d’Ise – Récit de la 62e reconstruction (Bruxelles, Mardaga, 2015).

Zentarō Yagasaki

Yagasaki Zentarō enseigne l’histoire de l’architecture et des jardins japonais (Osaka Electro-communication University). Spécialiste de l’architecture historique japonaise et plus spécialement de l’architecture résidentielle et de l’architecture du thé, il est très engagé dans les domaines de la conservation et de la restauration du patrimoine bâti. Continuellement associé à des chantiers de restauration de monuments classés patrimoine important, comme celui du grand temple bouddhique Higashi-Hongan-ji à Kyōto, il est aussi l’auteur d’articles, de rapports d’expertise architecturale et d’ouvrages en japonais sur l’histoire de l’architecture. Il a notamment édité et publié l’édition critique d’un document classique portant sur la cérémonie du thé à l’époque pré-moderne : Chafu 『茶譜』[Livre de thé], Tani Akira, Yagasaki Zentarō (éd.), 2 vol., Kyōto, Shibunkaku shuppan, 2010. Il fut l’architecte-restaurateur de la villa et du jardin du style sukiya construit au début xxe siècle, Garyūsansō 臥龍山荘, dans la ville d’Ōzu.

Kōichi Yoshida

Yoshida Kōichi a longtemps enseigné l’histoire de l’architecture occidentale à l’Université nationale de Yokohama et est également connu pour ses travaux théoriques sur la conservation du patrimoine architectural. En tant que spécialiste de l’architecture française des xixe et xxe siècles, il a conduit plusieurs enquêtes archéologiques sur l’architecture moderne à Kamakura et Yokohama. En 1997, sa recherche sur Auguste Perret et Tony Garnier a été récompensée par le prix de l’Architectural Institute of Japan (AIJ). Parmi ses derniers ouvrages, on notera Nihon no Seiki modanizumu kenchikuzō 『日本の盛期モダニズム建築像』 [Portraits de l’architecture moderniste à l’époque de son apogée au Japon] (Chiba-ken Matsudo-shi, Ōkokusha, 2019) et Nihon no Āru-deko no kenchiku monogatari 『日本のアール・デコの建築物語』 [L’architecture Art déco au Japon] (Chiba-ken Matsudo-shi, Ōkokusha, 2016).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search