Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1DébatsUn autre visage de l’art contempo...

Débats

Un autre visage de l’art contemporain japonais : festivals d’art et îles musées

Un débat entre Shihoko Iida, Tadashi Kawamata, Fram Kitagawa et Kanoko Tamura, mené par Clélia Zernik
Shihoko Iida, Tadashi Kawamata, Fram Kitagawa, Kanoko Tamura et Clélia Zernik
Traduction de François Boisivon et Clélia Zernik
p. 67-86

Ndlr

Les contributions de Fram Kitagawa et Shihoko Iida ont été traduites de l’anglais par François Boisivon, celles de Tadashi Kawamata et Kanoko Tamura par Clélia Zernik.

Tous les noms, y compris ceux d’origine japonaise, sont ici transcrits dans l’ordre prénom-patronyme.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Aperçu du texte

Il y a deux visages bien connus de l’art contemporain japonais : l’un exubérant, explosif et pop – le superflat de Murakami Takashi ; l’autre extrêmement épuré, minimaliste, proche d’une forme de sacralité – comme les photographies d’Hiroshi Sugimoto. Cette dualité bien tranchée et bien connue – si l’on pense notamment à la séquence manga / art traditionnel – pourrait suffire de cadre interprétatif pour nous guider dans les productions japonaises d’aujourd’hui ; et pourtant il semble que ce serait oublier tout un pan peut-être plus caché, mais très actif de l’art japonais. Cette troisième face de l’art contemporain japonais, on pourrait la qualifier non pas tant de pop que de populaire, non pas tant de traditionnelle que de festive. Elle est assez difficile à observer depuis l’étranger, puisqu’elle s’ancre dans des moments de convivialité, et sur des territoires lointains et très distendus. Ce sont les festivals d’art contemporain qui ont connu une véritable explosion depuis quelque...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Shihoko Iida, Tadashi Kawamata, Fram Kitagawa, Kanoko Tamura et Clélia Zernik, « Un autre visage de l’art contemporain japonais : festivals d’art et îles musées  »Perspective, 1 | 2020, 67-86.

Référence électronique

Shihoko Iida, Tadashi Kawamata, Fram Kitagawa, Kanoko Tamura et Clélia Zernik, « Un autre visage de l’art contemporain japonais : festivals d’art et îles musées  »Perspective [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/17633 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.17633

Haut de page

Auteurs

Shihoko Iida

Shihoko Iida est conservatrice et curatrice indépendante et réside à Nagoya, au Japon. Elle a travaillé comme conservatrice pendant onze ans à la galerie Tōkyō Opera City Art Gallery, dès 1998, avant son ouverture. De 2009 à 2011, elle est conservatrice invitée à la Queensland Art Gallery / Gallery of Modern Art de Brisbane, en Australie. Son intérêt pour l’art contemporain en Asie, pour le commissariat et pour les relations entre la société et les institutions du monde de l’art que sont les musées et les biennales l’amène à travailler successivement pour la 15th Asian Art Biennale Bangladesh, en 2012 ; pour la triennale d’Aichi, en 2013 ; pour le Sapporo International Art Festival, en 2014 ; et à nouveau pour la triennale d’Aichi, en 2019. De 2014 à 2018, elle a été maîtresse de conférences à la Tōkyō University of the Arts. Elle a notamment participé au commissariat d’expositions à Séoul, dans diverses villes australiennes, à New Dehli et à Djakarta.

Tadashi Kawamata

Né en 1953, Tadashi Kawamata est plasticien. Il vit à Paris et à Tōkyō. De 1998 à 2005, il a été professeur à la Tōkyō University of the Arts et de 2007 à 2019, à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

Fram Kitagawa

Né en 1946, diplômé de la Tōkyō University of the Arts, Fram Kitagawa dirige de nombreux projets d’envergure dont le Faret Tachikawa Public Art Project. Il est directeur général de la triennale d’Echigo-Tsumari, de la triennale de Setouchi, du festival d’art « Satoyama » de Boso, Ichihara Art × Mix, du Northern Alps Art Festival et de la triennale d’Oku-Noto. En 2019, il est nommé directeur artistique de la Shanghai Urban Space Art Season. Il est décoré de l’ordre des Arts et des Lettres de la République française.

Kanoko Tamura

Traductrice, Kanoko Tamura est directrice du collectif Art Translators, un groupe de traducteurs et de traductrices spécialisés dans le domaine de l’art. Elle se définit elle-même comme médiatrice entre les gens, les cultures et les langues. Elle s’est donné comme objectif l’extension des possibilités de la traduction et de la communication. Elle est directrice de la communication et médiatrice de l’édition 2020 du festival d’art international de Sapporo.

Clélia Zernik

Normalienne, agrégée et docteure en esthétique, Clélia Zernik est critique d’art et professeure de philosophie de l’art à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris depuis 2011. Ses premières recherches portent sur la relation entre art et sciences, telle qu’elle est élaborée par les psychologues de la perception et par les phénoménologues (Perception-cinéma, Paris, Vrin, 2012 ; L’Œil et l’objectif, Paris, Vrin, 2014). Elles s’orientent désormais vers le cinéma (Les Sept samouraïs d’Akira Kurosawa, Louvain, Yellow Now, 2013 ; L’Attrait du café, Louvain, Yellow Now, 2017 ; L’attrait des fantômes, Louvain, Yellow Now, 2019) et l’art contemporain japonais, grâce à des séjours d’études à la Waseda University et à la Tōkyō University of the Arts (avec le soutien de la Japan Foundation et de la Japan Society for the Promotion of Science).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search