Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1EssaisUn art barbare dans l’archipel ja...

Essais

Un art barbare dans l’archipel japonais : les tombes décorées du vie siècle

A Barbaric Art in the Japanese Archipelago: 6th-Century Decorated Tombs
Eine barbarische Kunst auf dem japanischen Archipel: Die verzierten Gräber aus dem 6. Jahrhundert
Un’arte barbara nell’arcipelago giapponese: le tombe decorate del vi secolo
Un arte bárbaro en el archipiélago japonés: las tumbas decoradas del siglo vi
François Macé
p. 127-139

Résumés

Au vie siècle de notre ère, dans le quart nord-ouest de l’île de Kyūshū fleurit un ensemble de tombes richement décorées. Ces décors peints posent de façon claire les deux questions récurrentes de l’histoire de l’art au Japon : celle de la continuité et celle de l’originalité. Sans éviter ces questions, l’article est centré sur les peintures elles-mêmes. Pour les apprécier, le regard d’artistes contemporains comme Paul Klee est préférable aux canons de l’esthétique chinoise de l’Antiquité. C’est grâce à eux que l’on peut goûter la beauté des peintures des tombes d’Ōzuka ou de Chibusan. Longtemps ignorées, ces peintures nous introduisent à la richesse d’un monde barbare attiré par la haute culture continentale mais encore fier de sa force et de ses valeurs. Un siècle après la disparition de ces décors somptueux, les fresques de Takamatsuzuka marquent la pénétration de l’esthétique continentale dans les élites japonaises.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Aperçu du texte

Jusqu’au début du xxe siècle, les lettrés japonais considérèrent que, dans leur pays, les différents arts ne pouvaient commencer qu’avec l’adoption des techniques continentales souvent liées à celle du bouddhisme à partir du viie siècle et surtout du viiie siècle. Les premiers textes japonais comme le Nihon shoki [Annales de l’histoire du Japon], compilé en 720, écrits par des lettrés maîtrisant le chinois, mentionnent l’arrivée au Japon de « peintres », eshi, venus de la péninsule Coréenne mais ne font aucune allusion aux peintures des tombes dont il est question ici. Alors que l’organisation des potiers en clans spécialisés, les hajibe, est documentée, on ne trouve aucune mention de peintre avant l’arrivée de ces artisans coréens. Comme on pouvait s’y attendre, l’un des premiers textes japonais parlant de peinture d’un point de vue théorique est l’œuvre d’un moine ayant séjourné en Chine, Kūkai (774-835). Ainsi les érudits de l’époque d’Edo firent-ils commencer l’histoire de la pe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Macé, « Un art barbare dans l’archipel japonais : les tombes décorées du vie siècle »Perspective, 1 | 2020, 127-139.

Référence électronique

François Macé, « Un art barbare dans l’archipel japonais : les tombes décorées du vie siècle »Perspective [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/18053 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.18053

Haut de page

Auteur

François Macé

François Macé, né en 1947, est professeur émérite à l’INALCO. Il est l’auteur, notamment, de La mort et les funérailles dans le Japon ancien (Paris, Publications orientalistes de France), La structure des mythes du Kojiki (Chūōkōron, en japonais), et « Haniwa, la dernière représentation », dans Kaos. Parcours du monde, no 2, 2003, p. 130-138.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search