Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1EssaisUn cosmoscape sous le Bouddha : l...

Essais

Un cosmoscape sous le Bouddha : le piédestal de l’icône principale de Yakushi-ji, soutien de l’empire des souverains

Cosmoscape Beneath the Buddha: Upholding the Realm of the Sovereigns on the Pedestal of Yakushi-ji’s Main Icon
Ein Kosmoslandschaft unter dem Buddha: der Sockel der Hauptikone von Yakushi-ji als Stütze des Herrscherreichs
Uno cosmoscape ai piedi di Buddha: il piedistallo dell’icona principale di Yakushi-ji, sostegno dell’impero dei sovrani
Cosmoscape bajo el Buda: el pedestal del principal icono de Yakushi-ji, sostén del imperio de los soberanos
Cynthea J. Bogel
Traduction de Étienne Gomez
p. 141-166

Résumés

L’icône principale du temple japonais de Yakushi-ji est un Bouddha de la médecine (Yakushi) en bronze haut de 254,7 cm, assis les jambes croisées sur un piédestal à plusieurs niveaux de 152 cm, et flanqué de deux bodhisattva. Visuellement aussi aboutis et historiquement aussi rares que cette triade colossale du début du viiie siècle, ce sont les reliefs, singuliers et remarquables, sur les quatre côtés de son piédestal qui ont longtemps fasciné les chercheurs. Ce piédestal, témoin visuel du discours des souverains du Yamato, commanditaires de l’icône, situe le bouddhisme et le gouvernement juste dans un empire imaginaire de type chinois en construction, vers 650-750. Les figures et les motifs du piédestal s’accordent avec les concepts énoncés dans les œuvres littéraires classiques contemporaines. Cette première étude consacrée au Yakushi-ji dans une langue autre que le japonais propose une nouvelle interprétation du piédestal comme cosmographie – la cosmologie d’un royaume impérial imaginé par ses créateurs – avec un Bouddha guérisseur/gouverneur juste, omniprésent, à son sommet.

Haut de page

Note de l’auteur

Cet article a bénéficié du soutien de deux bourses de recherche Ailsa Mellon Bruce qui m’ont permis d’être reçue en résidence au Center for Advanced Study in the Visual Arts (CASVA, National Gallery of Art, Washington, D.C.) deux étés de suite, en 2016 et en 2017, ainsi que d’une subvention à la recherche scientifique (type B) de la part de la Japan Society for the Promotion of Science (JSPS) pour la période 2018-2023 (« The Representation of Wrath and Evil: Conceptions of the World and Expressions of the Wicked and the Converted in Ancient Japan », réf. 18H00630). Je remercie nombre de mes collègues pour leurs commentaires éclairants sur les hypothèses que j’ai présentées lors de communications ou sous forme écrite. Je dois une mention particulière à Lindsey DeWitt, Torquil Duthie, Michael Jamentz, Bryan Lowe et Yoko Shirai pour leurs remarques sur les étapes préparatoires de cet article, ainsi qu’à Nagaoka Ryūsaku pour les discussions que nous avons eues ensemble et pour sa stimulante érudition.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Représenter la souveraineté
Sous le Bouddha : piédestaux et cosmoscapes
Deux capitales, deux temples et deux icônes
Le piédestal du Bouddha de Yakushi-ji : matériaux et motifs

Aperçu du texte

Représenter la souveraineté

Le honzon 本尊 (« icône principale ») du temple Yakushi-ji 薬師寺 de Nara 奈良, capitale japonaise de 710 à 785, est composé d’un Bouddha de la Médecine assis en bronze coulé (Bouddha de Yakushi-ji ou Yakushi Nyorai 薬師如来 ; sk. Bhaiṣajyaguru Tathāgata) et de ses deux bodhisattva Nikkō et Gakkō (fig. 1). Il est aujourd’hui exposé dans le kondō 金堂 (« pavillon principal »), un grand bâtiment achevé en 1976 à peu près au même emplacement que celui du viiie siècle. Les spécialistes le font remonter à la période d’Asuka 飛鳥 (538-710) ou, selon la précision en usage principalement chez les historiens de l’art, à la période de Hakuhō 白鳳 (645-710). Le débat sur sa date en recouvre un second, sur son origine, dans lequel s’inscrit l’article qui suit. D’une teinte noirâtre, il était autrefois doré à la feuille d’or, comme le montrent encore aujourd’hui des traces sur son piédestal. Par sa taille colossale (254,7 cm), ce Bouddha peut être qualifié de jōroku, une hauteur en usa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthea J. Bogel, « Un cosmoscape sous le Bouddha : le piédestal de l’icône principale de Yakushi-ji, soutien de l’empire des souverains  »Perspective, 1 | 2020, 141-166.

Référence électronique

Cynthea J. Bogel, « Un cosmoscape sous le Bouddha : le piédestal de l’icône principale de Yakushi-ji, soutien de l’empire des souverains  »Perspective [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/18208 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.18208

Haut de page

Auteur

Cynthea J. Bogel

Cynthea J. Bogel est professeure d’histoire de l’art japonais et des cultures visuelles bouddhiques d’Asie de l’Est à la Kyūshū University depuis 2012. Elle avait auparavant travaillé à l’University of Washington (Seattle), à l’University of Oregon, et au RISD Museum (Rhode Island). Ses domaines d’expertise sont la culture visuelle bouddhique, les estampes ukiyo-e ; les laques, les céramiques, les textiles, et la mode au Japon, et le patrimoine culturel. Lauréate, entre autres, de bourses de recherche du National Endowment for Humanities et de la Getty Foundation (Los Angeles), elle est fondatrice et rédactrice en chef du Journal of Asian Humanities at Kyūshū University (JAH-Q, à comité de lecture).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search