Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1EssaisDe la Voie des esprits démoniaque...

Essais

De la Voie des esprits démoniaques à la Voie des titans. Reconsidération sur les peintures talismaniques

From the Way of the Demon Spirits to the Way of the Titans. Reconsiderations of Talismanic Paintings
Vom Weg der dämonischen Geister zum Weg der Titanen. Eine Neubetrachtung der talismanischen Gemälde
Dalla Via degli spiriti demoniaci alla Via dei titani. Riconsiderazioni sulle pitture talismaniche
Del Camino de los espíritus demoniacos al Camino de los titanes: una reconsideración sobre las pinturas talismánicas
Satomi Yamamoto
Traduction de François-Karl Gschwend
p. 167-188

Résumés

Le présent article a pour thème un rouleau de « peintures talismaniques » (hekija-e 辟邪絵) passant pour avoir été produites dans la seconde moitié du xiie siècle, sous le règne de l’empereur retiré Go-Shirakawa 後白河 (1127-1192, r. 1155-1158), et transmises par la collection du temple bouddhiste Renge-ō-in 蓮華王院, plus connu sous le nom de Sanjūsan-gendō 三十三間堂. Ces peintures, actuellement conservées au Musée national de Nara, sont composées des cinq sections suivantes : le Dieu du châtiment céleste (Tenkeisei 天刑星), Sendan Kendatsuba 栴檀乾闥婆 (skt. Candana Gandharva), l’Insecte divin (Shinchū 神虫), Shōki (ch. Zhong Kui 鍾馗) et Bishamonten 毘沙門天 (skt. Vaiśravaṇa). Nous nous intéresserons plus particulièrement à l’interprétation longtemps admise selon laquelle ces différentes scènes de représentations de chimères, sortes de lions ailés bienfaisants (jp. hekija, ch. bixie 辟邪, littéralement : « qui expulse le mal, talismanique ») expulsant le mal, dépeignent de bonnes divinités éliminant de mauvais démons. Nous constaterons en effet que si l’on se penche sur les origines de ces bonnes divinités dépeintes dans chaque scène, il devient alors clair que ces dernières avaient elles aussi, à l’origine, une nature terrifiante de mauvais démons. Nous démontrerons ici que le thème principal de ces rouleaux n’est pas l’« expulsion du mal », mais une représentation du monde des démons possédant à la fois un bon et un mauvais côté, et pourquoi ces œuvres d’art devraient être également appelées « rouleaux dépeignant la Voie des enfers » (jigoku-zōshi 地獄草紙).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Remarques préliminaires
Théorisation des Six et des Cinq Voies
La version Masuda et le Démon chassé comme représentation de la Voie des esprits démoniaques
Le Dieu du châtiment céleste (Tenkeisei, fig. 1)
Sendan Kendatsuba (fig. 2a-b)
L’Insecte divin (fig. 3)
Shōki (fig. 4)
Bishamonten (fig. 5)
Le démon chassé (fig. 7)
La version Masuda comme Rouleau des esprits démoniaques
Des titans omniprésents
Les titans au combat
Récits guerriers et titans

Aperçu du texte

Remarques préliminaires

En Chine, dans la péninsule Coréenne et au Japon, diverses entités sont appelées « démons » (jp. oni ; ch. gui ; co. gwi 鬼). À l’origine, le sinogramme oni 鬼 faisait référence à l’esprit (jp. tamashii ; ch. hun : co. hon 魂) d’un défunt. Parallèlement aux esprits paisibles, il existe également des esprits déchaînés, ivres de haine et de colère, qui menacent les vivants. C’est pour cette raison que lorsque les canons bouddhiques (sk. sūtra) furents traduits en chinois, le terme sanskrit prata, qui désigne les morts, fut retranscrit à l’aide du sinogramme du démon. Les titans (sk. ashura), les musiciens célestes (sk. gandharva) et d’autres divinités indiennes antiques furent également appelées « esprits démoniaques » ou « divinités démoniaques » (jp. kishin ; ch. guishen 鬼神) lorsqu’elles évoluèrent en des divinités protectrices du bouddhisme. À cette liste s’ajoutent encore les entités portant atteinte à la loi bouddhique que sont les ogres (sk. yakṣa) ou les gou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Satomi Yamamoto, « De la Voie des esprits démoniaques à la Voie des titans. Reconsidération sur les peintures talismaniques »Perspective, 1 | 2020, 167-188.

Référence électronique

Satomi Yamamoto, « De la Voie des esprits démoniaques à la Voie des titans. Reconsidération sur les peintures talismaniques »Perspective [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/18343 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.18343

Haut de page

Auteur

Satomi Yamamoto

Professeure au département de Lettres, Arts et Sciences de Waseda University (Ph.D. Waseda University, 2007), Yamamoto Satomi étudie et enseigne particulièrement l’histoire de la peinture médiévale japonaise, en particulier celle de la peinture bouddhique narrative. Elle a reçu le Prix du ministère de l’éducation pour les beaux-arts en 2016 (66e édition), pour son ouvrage 九相図をよむ Kyusōzu wo yomu (Tōkyō, Kadokawa, 2015). Elle vient de publier Chōsei Bukkyō kaiga no zuzōshi 中世仏教絵画の図像誌 A Genealogy of Imagery in Medieval Buddhist Paintings: From Six Realms of Rebirth to Nine Stages of Decay (Tōkyō, Yoshikawakōbunkan, 2020).

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search